Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Salazar Parreñas Rhacel, Illicit Flirtations: Labor, Migration, and Sex Trafficking in Tokyo

Stanford, Stanford University Press, 2011
Asuncion Fresnoza-Flot
Référence(s) :

Salazar Parreñas Rhacel, Illicit Flirtations: Labor, Migration, and Sex Trafficking in Tokyo, Stanford, Stanford University Press, 2011

Texte intégral

1Dans le cadre de la loi de 2000 relative à la protection des victimes de traite et de violence (Victims of Trafficking and Violence Protection Act of 2000), le Département d’État des États-Unis d’Amérique publie chaque année un rapport sur la traite des personnes (Trafficking in Persons Report). Les rapports de 2004 et de 2005 mentionnent les migrantes philippines travaillant comme hôtesses dans des bars, des pubs et des clubs au Japon comme « le plus important groupe de personnes victimes de trafic sexuel dans le monde » (p. 4). Partant de cette affirmation, Rhacel Salazar Parreñas – une sociologue connue pour ses travaux sur les migrations des femmes philippines – s’est rendue au Japon afin d’y explorer le monde des hôtesses. Dans l’ouvrage issu de cette enquête, Illicit Flirtations : Labor, Migration, and Sex Trafficking in Tokyo, l’auteure s’efforce de rectifier les incompréhensions et les préjugés concernant le travail d’hôtesse, souvent considéré comme synonyme de prostitution, et les personnes qui l’exercent, présumées victimes de traite.

2Pendant onze mois, l’auteure a mené des recherches documentaires, des entretiens avec des fonctionnaires des gouvernements japonais et philippins, des entretiens approfondis avec cinquante-six hôtesses originaires des Philippines (dont onze transgenres) dans la grande métropole de Tokyo, ainsi que des observations participantes en tant que cliente dans neuf bars et en tant qu’hôtesse dans un autre. Elle examine la situation des hôtesses philippines en adoptant un cadre d’analyse qu’elle désigne par le terme de « mobilité sous servitude » (indentured mobility). Cette lentille analytique reconnaît la « susceptibilité » de ces travailleuses migrantes « aux violations des droits de l’homme » et, en même temps, « rejette le discours prépondérant sur la traite humaine » qui en fait des « victimes sans défense ayant besoin de “sauvetage” » (p. 8).

3Illicit Flirtations : Labor, Migration, and Sex Trafficking in Tokyo s’organise en huit chapitres, qu’on peut regrouper en trois parties dans lesquelles l’auteure se fixe pour objectif de démontrer la capacité d’initiative (agency) des hôtesses. La première partie décrit les facteurs macro-sociaux qui influencent l’émigration vers le Japon des hôtesses et leur système de travail. La deuxième partie explique en quoi consiste le travail d’hôtesse et les qualités requises pour l’accomplir. La dernière partie présente la vie en migration des hôtesses, notamment en fonction de leur statut juridique au Japon.

4Qui sont ces hôtesses philippines ? Dans quelles conditions migrent-elles vers le Japon ? D’après Rhacel Salazar Parreñas, ces travailleuses migrantes sont majoritairement des femmes cisgenres, pour la plupart peu éduquées et issues des couches défavorisées de la société philippine, mais on trouve aussi parmi elles des femmes transgenres qui appartiennent quant à elles à la classe moyenne et ont des diplômes universitaires. Le processus migratoire de ces travailleuses résulte de l’interaction entre les politiques migratoires des Philippines, celles du Japon, et les politiques de lutte contre la traite humaine des États-Unis, interaction qui constitue le thème principal du premier chapitre de l’ouvrage.

5Aux Philippines et au Japon se manifeste une « culture de paternalisme bienveillant » (pp. 31-32) cherchant à protéger les migrant-e-s contre les abus dont ils/elles pourraient faire l’objet. En témoigne notamment le comportement du gouvernement vis-à-vis de l’émigration de sa main d’œuvre, visant à améliorer la protection légale des travailleur/se-s migrant-e-s au lieu de renoncer à cette stratégie économique d’État (Fresnoza-Flot, 2012). Ainsi, depuis les années quatre-vingt, les règles et les procédures touchant à l’émigration des hôtesses sont sans cesse modifiées dans le but déclaré de les protéger contre l’exploitation. Pourtant, ces modifications ont eu pour conséquence d’accroître leur dépendance vis-à-vis des intermédiaires de leur migration : agences de promotion et imprésarios aux Philippines, « promoteurs » au Japon. Les migrantes voient leur salaire amputé voire réduit à néant par ces intermédiaires, et leur passeport leur est systématiquement confisqué, notamment pour les empêcher de se marier ou de changer de lieu de travail. Cependant, les hôtesses philippines ne se définissent pas automatiquement comme des « victimes » de trafic sexuel, mais semblent accepter cette servitude qui leur permet en contrepartie de travailler au Japon, unique moyen de mobilité sociale et spatiale pour la grande majorité d’eux. En conséquence, le durcissement de la politique d’attribution de visas « artistiques » par le Japon en réponse aux pressions du Département d’État des États-Unis a conduit à la floraison d’un marché noir de l’immigration des hôtesses philippines, ce qui les expose encore plus à l’exploitation.

6Le deuxième chapitre nous fait découvrir l’environnement de travail des hôtesses philippines, qu’elles désignent par le terme d’omise – un vocable japonais signifiant « honorable établissement » et pouvant être tout aussi bien un bar qu’un club ou un pub. D’après l’auteure, ces établissements n’offrent qu’un « émoustillement sexuel » aux clients qui les fréquentent et ne sont donc pas des lieux de prostitution, contrairement à d’autres lieux de l’industrie des plaisirs (mizu shōbai, littéralement « commerce de l’eau ») telles que les pink salons, les soaplands ou les no-panty shops (Sinclair, 2006). En effet, la loi de 1957 au Japon interdit la prostitution, mais limite sa définition aux pénétrations vaginales, ce qui a contribué au développement d’une offre variée de pratiques sexuelles tarifées (Hongo, 2008). Afin d’émoustiller leurs clients, les hôtesses philippins chantent, danser, servent à boire aux clients, discutent avec eux et leur caressent parfois les mains, les cuisses ou les épaules. Les hôtesses travaillent en rotation, c’est-à-dire qu’elles s’occupent d’un client pendant une durée définie, puis se rendent auprès d’un autre, afin de maximiser la somme d’argent que chaque client dépense pour leur offrir à boire ; s’il souhaite requérir la compagnie d’une hôtesse particulière ou la garder à sa table, le client doit payer un supplément (shimei). Les hôtesses sont réparties en trois classes en fonction de leur beauté et leurs talents (chant, danse,…), classement qui conditionne le salaire auquel elles peuvent prétendre.

7Le troisième chapitre explique comment les hôtesses philippines effectuent un véritable travail de séduction visant à renforcer la masculinité de leurs clients. Ce travail mobilise non seulement le capital corporel des hôtesses, mais aussi leur capital émotionnel : pendant leurs conversations avec leurs clients, elles mettent en exergue leur pauvreté, la difficulté de leur travail et la lourdeur de leurs obligations familiales afin de s’attirer la sympathie, la pitié, la bienveillance, voire l’amour de leurs clients. Les émotions qu’elles suscitent se traduisent par des cadeaux d’argent ou de produits de luxe, ou même par la combinaison « maison, terrain, voiture » pour les hôtesses les plus douées. Mais le travail des hôtesses fait également appel à leur capital culturel, c’est-à-dire les connaissances qu’elles ont acquises de la langue et de la culture japonaises.

8Les quatrième et cinquième chapitres se penchent sur la question de l’amour comme stratégie économique, notamment dans le cas des hôtesses philippines qui entretiennent des relations sexuelles avec un ou plusieurs clients du club où elles travaillent. Ces hôtesses déterminent le degré de leur intimité physique avec leur client en fonction de leur attirance envers lui, attirance qui est souvent elle-même fonction des cadeaux qu’il leur fait. Rhacel Salazar Parreñas distingue trois catégories parmi les hôtesses interviewées : les conservatrices, les « amorales » et les « entre-deux ». Tandis que le premier groupe se refuse à toute pratique sexuelle avec les clients de leur établissement, le « sexe commercial » apparaît aux secondes comme une stratégie économique valide ; les troisièmes, quant à elles, considèrent « l’échange direct de sexe contre argent » (p. 159) comme malsain, mais se permettent des relations sexuelles « compensées » dont elles retirent des bénéfices financiers. Les omise se rangent eux aussi en trois catégories selon qu’ils réprouvent, encouragent ou simplement tolèrent les relations sexuelles entre les hôtesses et leurs clients. Le problème se pose lorsque des hôtesses conservatrices se trouvent placées dans un omise « amoral » où il leur est demandé de se montrer nues et d’avoir des relations sexuelles tarifées. C’est dans cette situation qu’un travail forcé peut se produire (même si les orientations morales de certaines peuvent évoluer et que d’autres choisissent de changer de lieu de travail).

9La dernière partie de l’ouvrage se penche sur la situation de trois groupes d’hôtesses philippins : celles qui ont épousé des Japonais, les « talents » en possession d’un visa de travail temporaire de six mois, et les migrantes en situation irrégulière désignées par l’expression « TNT » (acronyme de « tago ng tago » : « qui se cache sans arrêt »). L’auteure décrit les femmes du premier groupe comme des « citoyens sexuels » (sexual citizens) dont la citoyenneté repose sur la « négociation de leurs relations intimes avec leurs partenaires japonais » (p. 246). Les hôtesses du deuxième groupe subissent quant à elles une ségrégation temporelle liée à la courte durée prévue de leur séjour, une ségrégation sociale en raison de leurs horaires décalés et du stigmate attaché à leur travail, et une ségrégation spatiale car elles passent la plus grande partie de leur temps claquemurées dans leurs appartements fréquemment insalubres. Enfin, le dernier groupe apparaît le plus vulnérable au travail forcé, car les hôtesses en situation irrégulières vivent en permanence sous la menace de l’expulsion : cette criminalisation de leur présence par le gouvernement japonais limite grandement leur mobilité géographique et leur capacité d’initiative.

10Rhacel Salazar Parreñas conclut son ouvrage en affirmant que les politiques des Etats-Unis de lutte contre la traite humaine ont échoué à prendre en compte les besoins variés des « victimes » et à reconnaître leur volonté individuelle. Elle appelle à un renforcement de l’indépendance du travail des hôtesses, une migration qui « conteste la subjugation sexuelle des femmes » et « remet en cause les frontières patriarcales » (p. 273).

11Illicit Flirtations : Labor, Migration, and Sex Trafficking in Tokyo est écrit de manière accessible au grand public et s’inscrit au carrefour des études sur le genre, sur la citoyenneté et sur les migrations des femmes. Cette étude riche en concepts nouveaux souligne l’importance de prendre en compte la capacité d’initiative des migrants lorsqu’on examine leur situation. Elle s’efforce également de réduire, voire d’éliminer, le stigmate social des hôtesses philippines au Japon, stigmate qui affecte leur incorporation dans les sociétés japonaises et philippines. On peut cependant regretter l’absence quasi-complète des voix des clients des hôtesses, qui auraient apporté un éclairage supplémentaire sur les relations tarifées, mais parfois sincères, qui se nouent dans les omise. Si toute la première moitié du livre est très convaincante, les derniers chapitres le sont moins, et les conditions de mise en place de la migration indépendante des hôtesses souhaitée par l’auteure restent peu claires en l’absence de suggestions concrètes à la fin de l’ouvrage. L’objectif principal de Rhacel Salazar Parreñas (sensibiliser le public à la situation contrainte des hôtesses philippines au Japon) semble néanmoins atteint, comme le montre la polémique qu’a soulevée la publication de l’ouvrage aux États-Unis (Ayoub, 2011), et cette sensibilisation représente un premier pas important vers l’amélioration de la situation des hôtesses migrantes dans le monde.

Haut de page

Bibliographie

AYOUB Nina, « Scholar’s views rile state department », The Chronicle of Higher Education, 10 novembre 2011. En ligne : http://chronicle.com/blogs/pageview/scholars-views-rile-state-department/29694.

FRESNOZA-FLOT Asuncion, « Security in labor migration in the Philippines: National honor, family solidarity, and migrants’ protection », in GUAN Benny Teh Cheng (dir.), Human security: Securing East Asia’s future, London, Springer, 2012, pp. 95-112.

HONGO Jun, « Law bends over backward to allow ’fuzoku’ », The Japan Times Online, 27 mai 2008. En ligne : http://www.japantimes.co.jp/text/nn20080527i1.html.

SINCLAIR Joan, Pink box : Inside Japan’s sex clubs, New York, Abrams, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Asuncion Fresnoza-Flot, « Salazar Parreñas Rhacel, Illicit Flirtations: Labor, Migration, and Sex Trafficking in Tokyo », Genre, sexualité & société [En ligne], 7 | Printemps 2012, mis en ligne le 01 juin 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://gss.revues.org/2257

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org