Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Verjus Anne, Davidson Denise, Le roman conjugal. Chroniques de la vie familiale à l’époque de la Révolution et de l’Empire

Seyssel, Champ Vallon, 2011
Sidonie Verhaeghe
Référence(s) :

Verjus Anne, Davidson Denise, Le roman conjugal. Chroniques de la vie familiale à l’époque de la Révolution et de l’Empire, Seyssel, Champ Vallon, 2011

Texte intégral

1« Pour une histoire des vies ordinaires » (p. 12). Telle est l’ambition d’Anne Verjus et de Denise Davidson, les deux auteures de Le roman conjugal. Chroniques de la vie familiale à l’époque de la Révolution et de l’Empire. Elles se placent ainsi dans la continuité de l’Histoire de la vie privée, dirigée par Philippe Ariès et Georges Duby, et dans l’héritage de la micro-histoire qui revendique l’importance d’une étude du quotidien et de l’intime pour saisir les enjeux et les réalités d’une époque. Anne Verjus et Denise Davidson s’inscrivent à la croisée des disciplines, entre l’étude littéraire de la correspondance intime, l’histoire moderne, l’anthropologie et la sociologie, assumant la dynamique de décloisonnement des méthodes et des approches de l’histoire sociale et culturelle.

2L’originalité de cette étude se situe dans l’écriture romancée de l’ouvrage, qui n’enlève rien à sa rigueur scientifique et historique, mais aussi dans le déficit historiographique qu’elle cherche à combler. Les époques étudiées, celles de la Révolution et de l’Empire, ne sont généralement pas abordées par le prisme de l’intimité conjugale, l’histoire de l’événement se substituant – comme c’est souvent le cas – à l’histoire sociale et culturelle. Indéniablement, la « multitude de discours politiques, de lois, de décisions de justice, de pétitions témoigne de l’intérêt qu’a porté cette période à la “petite patrie”, unité élémentaire de la société, qu’elle soit républicaine ou monarchique. Étrangement, ce “bruit” politique a comme recouvert les petites voix qui s’exprimaient à travers les textes privés » (p. 15). Ce sont ces textes privés qui constituent le matériau de cet ouvrage, puisque Anne Verjus et Denise Davidson ont épluché de façon minutieuse la correspondance des familles Morand de Jouffrey (dont le couple central, Antoine et Magdeleine, s’est marié en 1785) et Vitet (autour de Pierre et Amélie, dont le mariage est célébré en 1801). Ces correspondances représentent environ 1250 lettres, déposées dans les fonds privés des Archives municipales de Lyon.

  • 1 Ce que soulignent Anne Verjus et Denise Davidson au sujet de Magdeleine Guilloud, épouse d'Antoine (...)

3S’appuyer sur la correspondance, si c’est sans doute aujourd’hui un des seuls moyens d’avoir accès à ce qui constitue le plus privé d’une famille de cette époque, pose néanmoins deux problèmes. En premier lieu, elle ne permet d’atteindre que la haute bourgeoisie, à laquelle appartiennent les deux familles étudiées ici, ou l’aristocratie, puisque ce sont les classes les plus susceptibles d’entretenir une correspondance. En cela, cet ouvrage n’est le reflet que d’une certaine forme de conjugalité hétérosexuelle, et ne permet pas de confronter l’analyse aux réalités des familles laborieuses. En second lieu, et les auteures identifient rapidement cette limite dans leur introduction, les lettres disponibles sont en majorité celles des hommes puisque, expliquent les historiennes, « les épouses faisa[ient] souvent brûler, à cette époque, leur correspondance intime » (p. 13). Ce manque, même s’il est dû aux contraintes du terrain, se ressent dans cette étude où les extraits de lettres révèlent une vision essentiellement masculine des relations familiales, et les femmes n’apparaissent le plus souvent que par le biais des hommes de leur famille1. Cela ne permet au lecteur que de saisir de façon épisodique ce qu’est réellement la vie d’une épouse et d’une mère à l’époque révolutionnaire, son quotidien, ses occupations, ses doutes et ses sentiments.

4à partir de cette littérature intime, Anne Verjus et Denise Davidson ont cependant construit une analyse fine de la vie de ces deux familles, issues de la haute bourgeoisie lyonnaise (même si les Vitet se sont installés à Paris). Elles ont dégagé sept axes pour comprendre cette « conjugalité révolutionnaire » (p. 15), « sept grandes étapes de la vie conjugale et parentale » (p. 17), sept directions vers lesquelles se portent les regards inquisiteurs des lecteurs : de la pratique amoureuse aux réactions face à la mort, en passant par l’éducation et le mariage des enfants, les considérations matérielles et financières, ou le partage des rôles, du pouvoir et des tâches dans le couple.

5à ces sept chapitres thématiques s’ajoutent un chapitre introductif de contextualisation et de présentation des familles, et deux chapitres conclusifs qui tendent vers une montée en généralité à partir de cette étude de cas. Le premier permet de mettre les chroniques conjugales des deux familles en perspective par le biais de trois fictions, qui ont été écrites en réaction les unes aux autres, Le Mari sentimental de Samuel Constant de Rebecque, publié au début de l’année 1784, les Lettres de Mistriss Henley d’Isabelle de Charrière, en mars 1784, et Justification de M. Henley, d’un auteur anonyme, paru la même année. Pour les auteures, « ces trois petits romans nous font voir une autre intimité conjugale, celle qu’on ne livre pas légèrement à son conjoint, et encore moins à sa belle-mère, celle qui fait le nid des disputes et le froment des révoltes, celle qu’on colmate de peur qu’elle n’ouvre béante sur la mort, ici réelle, là figurée » (p. 300). En proposant la lecture de ces trois textes, Anne Verjus et Denise Davidson invitent au dépassement de la correspondance familiale, toujours normée, toujours retenue, et qui ne permet de saisir de leurs auteur-e-s que ce qu’il-elles ont accepté de livrer. Le dernier chapitre, qui tient lieu de conclusion, inscrit les historiennes dans une dynamique de socio-histoire puisqu’elles tentent d’expliquer le couple moderne par les transformations de la conjugalité à l’époque révolutionnaire et post-révolutionnaire, et par la fracture sociale et culturelle que constitue la Révolution. Ce parallèle, abordé en introduction et développé dans ce dernier chapitre, permet d’illustrer une des préoccupations majeures des deux auteures dans cet ouvrage : nuancer les idées reçues et les représentations pré-conçues du couple hétérosexuel et de la vie familiale de cette époque.

6En effet, cet ouvrage est particulièrement intéressant pour la complexité des relations conjugales et familiales qu’il dévoile. S’il n’insiste peut-être pas suffisamment sur les représentations sociales des sexes (à ce sujet, le passage sur le sexe du nouveau-né mériterait d’être développé) et sur les normes de sexe et de genre, il montre en revanche que les relations entre les époux sont plus subtiles que des rapports de domination et de pouvoir (assumés) des hommes sur les femmes, et que les épouses occupent un rôle central dans le foyer, y compris dans la prise de décision et dans la gestion du patrimoine. Il met également à mal les préjugés sur les mariages arrangés en soulignant les libertés – toutes relatives – des futurs époux, et la place laissée à l’expression des sentiments, même si les auteures prennent soin de ne pas gommer les exigences de classe et les inégalités sexuées à l’œuvre dans les négociations maritales. Enfin, l’ouvrage nuance l’oppression des femmes dans le mariage, qui peut parfois se révéler, si ce n’est émancipateur, être moins contraignant que le statut de fille. C’est ce qu’illustre l’exemple d’Adèle Arnaud-Tizon, épouse de Christophe Riocreux, et sœur d’Amélie, épouse Vitet. Suite à des difficultés maritales, Adèle retourne habiter avec son père, ce qui pour elle constitue une privation de liberté. « Adèle, en tant que femme mariée, a une liberté de décision qu’on ne trouve pas accordée aux filles non mariées. […] Le statut de femme mariée confère une liberté et une indépendance dont manifestement Pierre Marie, tout au souci paternel de pourvoir au confort matériel de sa fille, n’a pas idée » (p. 248). Ces trois exemples sont significatifs du travail d’Anne Verjus et de Denise Davidson, puisque, écrivent-elles, « s’il faut parler de contrainte conjugale, on peut dire que c’en est une, bien qu’elle ne ressemble pas à la triste idée qu’on se fait des obligations conjugales de l’époque » (p. 67).

Haut de page

Bibliographie

ARIÈS Philippe, DUBY Georges (dir.), Histoire de la vie privée, 5 tomes, Paris, Seuil, 1985-1987.

Haut de page

Notes

1 Ce que soulignent Anne Verjus et Denise Davidson au sujet de Magdeleine Guilloud, épouse d'Antoine Morand de Jouffrey : « C'est donc à travers le regard qu'Antoine pose sur elle qu'on la découvrira, d'une manière forcément partielle. » (p. 27)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sidonie Verhaeghe, « Verjus Anne, Davidson Denise, Le roman conjugal. Chroniques de la vie familiale à l’époque de la Révolution et de l’Empire », Genre, sexualité & société [En ligne], 7 | Printemps 2012, mis en ligne le 01 juin 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://gss.revues.org/2269

Haut de page

Auteur

Sidonie Verhaeghe

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org