Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Vũ Trọng Phụng, Lục Xì: Prostitution and Venereal Diseases in Colonial Hanoi

Honolulu, University of Hawaiʻi Press, 2011
Isabelle Tracol-Huynh
Référence(s) :

Vũ Trọng Phụng, Lục Xì: Prostitution and Venereal Diseases in Colonial Hanoi, Translated by Shaun Kinglsey Malarney, Honolulu, University of Hawaiʻi Press, 2011

Texte intégral

1Vũ Trọng Phụng (1912-1939) est l’un des auteurs vietnamiens les plus connus du xxe siècle et certainement l’un des plus prolifiques puisque, s’il meurt à l’âge de 27 ans, il laisse derrière lui neuf romans, neuf reportages, sept pièces de théâtre et une trentaine de nouvelles. Publié en 11 épisodes dans le journal hanoien Tương Lai [L’avenir] en 1937 puis en livre, Lục Xì est un reportage sur la prostitution et le dispensaire (nhà lục xì) municipal de la ville de Hanoi qui interroge le « “progrès” de [la] société » vietnamienne pendant la colonisation (p. 45). Ce reportage se base sur la visite qu’il fait du dispensaire en février 1937, sur des textes médicaux de médecins français qu’il traduit en vietnamien et qu’il cite longuement (chapitre 10), ainsi que sur des entretiens avec des médecins, des infirmières et des prostituées. Son point de départ est le constat angoissant qu’un habitant sur 35 se livre à la prostitution (p. 45), ce qui pour lui est un « problème social » et « moral » qui montre, puisque la colonisation est censée faire progresser les sociétés colonisées, que les Vietnamiens ont « en effet “progressé” très rapidement » (p. 46). Comme dans d’autres œuvres de Vũ Trọng Phụng, l’ironie et la critique sont constamment sous-jacentes.

2La prostitution est réglementée à Hanoi depuis 1888 quand la ville devient municipalité française. La réglementation est policière et médicale car les prostituées doivent s’inscrire sur le registre de la police des mœurs en échange d’une carte qu’elles présentent lors de la visite médicale hebdomadaire au dispensaire. Vũ Trọng Phụng apprend dès le début du reportage que la réglementation est un échec car la majorité des prostituées la refusent : Hanoi compte 5 000 clandestines contre 185 filles inscrites (p. 63). De plus, les effectifs de la police des mœurs sont largement insuffisants : un inspecteur français et cinq ou six policiers doivent « identifier et vérifier 16 bordels, 15 maisons […] et 377 chambres de garnis ! en une nuit ! » (p. 63). Vũ Trọng Phụng s’interroge alors sur la nécessité de maintenir la réglementation et, au début du reportage, il reprend les arguments du débat entre abolitionnistes et réglementaristes sans trancher (p. 60).

3L’objet central de ce reportage est le dispensaire municipal. Vũ Trọng Phụng participe à la visite officielle du dispensaire avec d’autres journalistes, le maire, l’inspecteur du service des mœurs, le directeur du service municipal d’hygiène. Ils visitent la salle d’examen, le dortoir séparé en deux par une grille pour éviter les bagarres entre prostituées clandestines et prostituées inscrites, l’ouvroir où elles apprennent à lire, à écrire mais aussi à coudre, l’école de prophylaxie sexuelle où on leur apprend à être « de bonnes prostituées » (p. 96), la cour avec un jardin et une petite pagode (chapitre 5). Le dispensaire est perçu avant tout comme une « terrible prison » (p. 65) par les prostituées et le reste de la population, ce qui s’explique par le fait que les prostituées doivent y être enfermées jusqu’à complète guérison, or on ne guérit pas des maladies vénériennes avant les années 1940. Dans les années 1930, la question des maladies vénériennes inquiète l’opinion vietnamienne et des articles de presse sont publiés sur cette question concernant « notre société et notre race » (p. 47). La visite de Vũ Trọng Phụng répond à une double volonté : celle des Vietnamiens de savoir « comment le gouvernement gère la question des maladies vénériennes » (p .49) ; celle des autorités coloniales de montrer les améliorations qui ont été faites (p. 65). Vũ Trọng Phụng reconnaît que des efforts ont été faits et que le dispensaire n’est plus la prison qu’il était mais ces efforts restent largement insuffisants pour apaiser la terreur des prostituées clandestines à l’idée de se faire examiner (p. 74). Le récit qu’il fait de la visite médicale dans le chapitre 8 montre que certaines prostituées n’hésitent pas à maquiller leurs lésions pour éviter leur confinement au dispensaire.

4Le chapitre 8 est l’un des plus intéressants pour les détails qu’il donne sur la visite en elle-même et sur les prostituées dont on ne sait généralement rien. Ici, on apprend leur nom, on découvre leur coiffure, leurs vêtements ou encore leurs bijoux (p. 90). Un des grands apports de Lục Xì est de donner une dimension sociale à un phénomène qui reste bien souvent médical et policier. Vũ Trọng Phụng le dit lui-même : il « entre au dispensaire avec le désir de décrire de façon réaliste la vie des prostituées » (p. 81), il veut « apprendre les impressions des courtisanes quand elles ont commencé leur carrière » (p. 123). Pourtant, au début de son reportage, il est extrêmement critique envers celles qu’il accuse de se prostituer par goût (p. 46). La description qu’il en donne avant de les rencontrer est extrêmement dure. Quand il visite la salle d’examen, il oppose la propreté des locaux aux « corps fétides » de celles qui vendent leur santé pour presque rien, aux « fantômes laids et sales dont la chair empeste le parfum bon marché » et dont le corps porte les marques de la maladie (p. 72). L’intérêt du reportage est de voir l’évolution dans la démarche de l’auteur. S’il a en effet des a priori, les entretiens qu’il effectue l’amènent à changer son discours. Ainsi, sa discussion avec Mme Limongi, infirmière en chef, lui apprend que ce n’est pas la corruption morale qui est la principale cause de la prostitution, mais bien la misère (pp. 84-85). On arrive ainsi progressivement à une analyse plus complexe des causes de la prostitution : émancipation féminine, libéralisation des mœurs, européanisation incontrôlée de la société vietnamienne – thème récurrent dans l’œuvre de Vũ Trọng Phụng –, migration amenant des jeunes filles inexpérimentées en ville, misère, fausses promesses des hommes (chapitre 7). De moralement coupables, les prostituées deviennent un « groupe inspirant la pitié » (p. 150). Il désigne d’ailleurs le « registre des mœurs », à savoir le registre sur lequel doivent s’inscrire les prostituées, par l’expression sổ đoạn trường (sổ : registre ; đoạn trường : douleur morale), ce que le traducteur, Shaun Malarney, a élégamment traduit par « book of sorrow » (chapitre 7). Le regard sur les prostituées change aussi quand Vũ Trọng Phụng réalise qu’il y a des différences de classe parmi les prostituées et que les femmes inscrites sont les plus pauvres alors « qu’au même moment un nombre innombrable d’autres prostituées sont connues comme […] des dames respectables » et ne sont pas soumises à la réglementation, ni au dispensaire (p. 86).

5Vũ Trọng Phụng reprend à son compte certains arguments des autorités en charge de la prostitution. Le chapitre 10, intitulé « le point de vue des autorités », utilise ainsi la catégorisation officielle et rigide des prostituées par race (Asiatique, Européennes) et par type (inscrites, clandestines, chanteuses, taxi-girls et concubines). Cependant, il entend réaliser un reportage complet sur la prostitution et le dispensaire ; les différentes visites qu’il effectue lui permettent d’aller au-delà de ce qu’a pu montrer la rapide visite officielle. Dans le chapitre 9, autre chapitre central, Vũ Trọng Phụng souhaite « voir de ses propres yeux » comment se déroule une leçon dans l’école de prophylaxie (p. 103) où les prostituées apprennent l’hygiène. Cette visite lui permet d’appréhender et de critiquer « la déraisonnable timidité » de la société annamite qui n’ose jamais parler de « ça » (p. 97), ce qui pose ensuite de graves problèmes sanitaires. Il ne se contente pas d’interroger le personnel du dispensaire, mais désire faire parler les prostituées elles-mêmes et il demande à un « boy » de lui trouver deux prostituées pour comprendre les raisons qui poussent une prostituée à s’inscrire sur le registre des mœurs (chapitre 11). Il pousse jusqu’au bout son analyse en cherchant à savoir comment une prostituée peut obtenir sa radiation du registre (chapitre 12). Ce chapitre est certainement le plus savoureux par les anecdotes racontées de façon extrêmement vivante et dans lesquelles on retrouve la verve habituelle de Vũ Trọng Phụng, mais c’est aussi le chapitre le plus pessimiste. Il apparaît en effet extrêmement difficile pour une prostituée d’obtenir sa radiation puisque le processus est volontairement compliqué pour éviter les fausses radiations (p. 142). Le reportage se clôt sur une interrogation concernant le projet de loi Sellier en discussion en France et visant à supprimer la réglementation, et sur la possibilité de l’appliquer au Viêt-Nam (p. 149).

6S’il se range souvent à l’avis des autorités, Vũ Trọng Phụng reste tout de même critique, notamment quand il traite de la police des mœurs et de ses abus (chapitre 6) ou quand il affirme qu’en matière de réglementation de la prostitution « nous vivons dans un système où personne ne prend ses responsabilités » pour de basses raisons financières (p. 64). La critique est enfin politique lorsqu’il affirme qu’il faudra demander l’application de la loi Sellier « avec le même zèle qu’on a pour demander la Liberté car si on ne fait rien, le gouvernement prétextera, comme il le fait toujours, que les Vietnamiens n’en sont pas encore capables » (p. 150).

  • 1  Pour d’autres articles voir notamment le reportage d’un autre journaliste vietnamien qui a visité (...)
  • 2  Voir notamment les travaux de Frédéric Roustan sur les prostituées japonaises au Tonkin (2012) ou (...)

7Lục Xì est une porte d’entrée sur la prostitution à Hanoi dans les années 30. C’est un document d’autant plus intéressant qu’il n’y a pas beaucoup de sources écrites par des Vietnamiens sur cette question de façon aussi détaillée1. Par la richesse des détails et par sa dimension parfois quasi-sociologique, ce reportage peut être rapproché de l’enquête faite en 1949 par les docteurs Mathieu et Maury (2003) à Bousbir (Casablanca). C’est donc une source incontournable pour les historiens du Viêt-Nam colonial ou de la sexualité mais pas uniquement car il s’agit avant tout d’une étude plus large de la société vietnamienne en changement pendant la colonisation. Lục Xì apporte également des informations relatives à la médecine, à l’histoire urbaine de Hanoi et même à la presse. Enfin, le style inimitable de Vũ Trọng Phụng en rend la lecture extrêmement agréable et pas uniquement aux historiens. L’introduction de Shaun Malarney permet de replacer l’ouvrage et le thème dans leur contexte en s’appuyant sur des documents d’archives et sur des sources publiées, même si on peut regretter que certains travaux sur la prostitution à Hanoi et au Tonkin n’aient pas été mobilisés2. La lecture peut d’ailleurs être complétée par le dernier numéro du Journal of Vietnamese Studies (vol.7, n° 1, 2012) dont deux articles portent sur la prostitution dans le nord du Viêt-Nam à l’époque coloniale.

Haut de page

Bibliographie

MATHIEU Jean, MAURY P.-H., Bousbir. La prostitution dans le Maroc colonial. Ethnographie d’un quartier réservé, édité et présenté par Abdelmajid Arrif, Paris, Editions Paris-Méditerranée, 2003.

ROUSTAN Frédéric, « Mousmés and French Colonial Culture : Making Japanese Women’s Bodies Available in Indochina », Journal of Vietnamese Studies, 7, 1, 2012, pp. 52-105.

TRACOL-HUYNH Isabelle, « The Shadow Theater of Prostitution in French Colonial Tonkin : Faceless Prostitutes under the Colonial Gaze », Journal of Vietnamese Studies, 7, 1, 2012, pp. 10-51.

Haut de page

Notes

1  Pour d’autres articles voir notamment le reportage d’un autre journaliste vietnamien qui a visité le dispensaire en même temps que Vũ Trọng Phụng : Thao Thao, « Gái Lục-Sì » [les filles du dispensaire] puis « Gái Trụy-Lạc » [les débauchées], Việt Báo, février-mars 1937.

2  Voir notamment les travaux de Frédéric Roustan sur les prostituées japonaises au Tonkin (2012) ou d’Isabelle Tracol-Huynh sur la prostitution au Tonkin (2012).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Tracol-Huynh, « Vũ Trọng Phụng, Lục Xì: Prostitution and Venereal Diseases in Colonial Hanoi », Genre, sexualité & société [En ligne], 7 | Printemps 2012, mis en ligne le 01 juin 2012, consulté le 18 août 2017. URL : http://gss.revues.org/2287

Haut de page

Auteur

Isabelle Tracol-Huynh

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org