Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Johnston Lynda, Longhurst Robyn, Space, Place and Sex: Geographies of Sexualities

Plymouth, Rowman & Littlefield Publishers, 2010
Karine Duplan
Référence(s) :

Johnston Lynda, Longhurst Robyn, Space, Place and Sex: Geographies of Sexualities, Plymouth, Rowman & Littlefield Publishers, 2010

Texte intégral

1Le développement de l’intérêt pour le corps en géographie sert de point de départ au travail original que Lynda Johnston et Robyn Longhurst nous livrent avec Space, Place and Sex : Geographies of Sexualities. Les auteures y portent leur attention sur les relations entre corps sexués et espaces et la façon dont les lieux et les sexualités se produisent mutuellement. Le choix d’une analyse par niveau d’échelle, reflétée par la segmentation de l’ouvrage, leur permet d’affirmer une approche résolument qualitative et empirique, selon une orientation qu’elles définissent comme relevant d’un « féminisme fait de chair », ou fleshy feminism (p. 22). Elles partent du corps « en tant qu’espace » et « dans l’espace » (p. 21) et le posent comme premier niveau d’analyse, en soulignant que c’est un espace qui a jusqu’ici été faiblement exploré par les géographes. Elles circulent du micro au macro : de l’espace domestique à l’espace planétaire, en passant par l’échelle de la communauté, de la ville et conjointement des espaces ruraux, enfin, de celle de la nation. Les différents niveaux d’échelle sont envisagés comme fluides et contingents, s’interpénétrant et se chevauchant en permanence, ouvrant à une déconstruction de la hiérarchisation implicite découlant de la notion d’échelle telle qu’on a l’habitude de la manier en géographie. Clair et accessible, cet ouvrage intéressera l’ensemble des disciplines des sciences humaines. Il apportera également de nombreux éléments de réflexion à tout néophyte s’interrogeant sur la manière dont espaces, normes et sexualités se façonnent et s’entremêlent conjointement.

2En s’appuyant de façon manifeste sur la théorie queer, Lynda Johnston et Robyn Longhurst déroulent une riche réflexion quant au dépassement des catégorisations binaires et à leur queerisation, véritable fil conducteur tout au long de l’ouvrage. Elles s’intéressent à ce qui fait norme et aux moyens de contourner ou de subvertir cette norme. Elles s’attachent ainsi à mettre au jour la prégnance de l’hégémonique hétérosexualité et sa naturalisation aux différents niveaux d’échelle retenus. Le corps, premier niveau d’analyse, est envisagé de façon incarnée : il est sexué et sexualisé et sa normativité doit être réinscrite et réaffirmée continuellement. Les auteures se penchent sur la dictature de la catégorisation sexuelle binaire et sur ses implications spatiales pour les corps y résistant. Construits en tant que « corps laids » — ugly bodies — ils se trouvent relégués socialement et spatialement et provoquent dégoût et abjection (p. 27). L’exemple des hommes atteints de gynécomastie et dont le corps bouscule « la subjectivité masculine par leur corps féminisé » (p. 29) permet de mettre l’accent sur les subjectivités corporelles du quotidien. Il en va de même de la femme enceinte en tant que sujet divisé — split subject — (p. 29) paradigme de dépassement de l’opposition soi/autre — self/other.

3La remise en cause de la construction sociale de catégories de pensée réifiées s’étend du corps à l’espace domestique. Les deux géographes s’intéressent au rôle joué par les espaces domestiques dans la construction des masculinités gays pour revisiter le modèle de catégorisation binaire et son analogisme liant le domestique au privé et à la femme. Ces espaces construits comme naturellement hétérosexuels par association au modèle de la famille nucléaire classique sont réappropriés en fonction d’usages non conventionnels — unhomely — développés par les gays. L’exemple des soirées occasionnelles de sexualités collectives permet une compréhension subversive de ces espaces, qui restent tout à la fois un havre de protection — safe place — abritant des agressions du monde extérieur (p. 47).

4L’ouvrage s’intéresse ensuite à la notion de communauté, définie comme une collectivité d’appartenance marquée par un partage d’intérêts et de subjectivités plus que par une proximité géographique, comme en témoignent les illustrations portant sur les communautés virtuelles liées à l’essor des nouvelles technologies de communication. Les deux géographes mettent à mal le concept de quartier et s’attèlent à réfuter l’opposition dedans-dehors. Elles montrent que le jeu d’interrelations et d’imbrications dépasse la seule définition d’une communauté basée sur « un idéal d’unité plutôt que de différence » (p. 63). Ces nouvelles configurations déstabilisent les conceptions communautaires traditionnellement admises et invitent à penser différemment la multiplicité de conjonctions entre « séduction, désir et intimité » (p. 75).

5Ce travail de questionnement des catégorisations géographiques se poursuit en traitant du classique antagonisme entre espaces urbains et ruraux. Si la ville est érigée en symbole de liberté sexuelle, les politiques publiques participent, elles, à la fabrique de la norme et à sa réitération, par le biais d’une « gouvernance de la sexualité » (p. 85). Les auteures prennent l’exemple de New York au tournant du millénaire pour souligner la contribution des politiques publiques d’aménagement au façonnement de nouveaux centres hétéronormés. Elles s’attachent ensuite à démonter cette mythologisation de la ville comme havre de liberté sexuelle en mettant l’accent sur la perméabilité entre espaces urbains et ruraux. Face aux « constructions idylliques de la ruralité » (p. 98) fondées sur une conjonction entre identité de genre, hétérosexualité et valeurs agricoles, elles présentent différentes illustrations de situations centrées sur le sexe et la sexualité qui offrent la possibilité de dépasser cette opposition urbain-rural. Elles vont, dans cette perspective, jusqu’à s’avancer sur le terrain périlleux des relations entre sexualités animales et humaines en but de « nous aider à reconsidérer la binarité des relations entre rural et urbain » (p. 111).

6L’exploration des différents niveaux d’échelle interroge également l’échelle de la nation. Les deux géographes mettent en évidence l’institutionnalisation de la norme de l’hétérosexualité et de sa transcription dans les espaces publics comme stratégie permettant de « marginaliser ceux qui menacent les valeurs morales de l’état » (p. 93) par le biais de différentes régulations gouvernementales. Les auteures s’intéressent aux moyens de queeriser ces espaces hégémoniques. Elles proposent de rapprocher la queerisation de l’espace urbain de l’ethnicisation en ce qu’elle érige la diversité comme une forme de sophistication et de « capital culturel pour les habitants de la ville supposément cosmopolites » (p. 87). Cette définition d’une nouvelle classe cosmopolite, qui s’octroie le droit de définition et d’exclusion de l’Autre, tend à dessiner de nouvelles normativités. Les auteures soulignent les nouvelles hiérarchisations sexuelles à l’œuvre dans le cas de l’exclusion citoyenne des transgenres. Elles réaffirment que les discriminations doivent être pensées ensemble avec les autres facteurs d’identité comme l’âge, l’ethnicité, la classe et le genre, comme l’illustre le parcours de Georgina Beyer, important personnage du paysage politique néo-zélandais, transsexuelle et maorie. De même, la citoyenneté sexuelle globale, vue comme une forme d’appartenance sociale venant supposément dépasser les cadres des appartenances nationales, contribue à une normalisation et une assimilation des identités aux valeurs du capitalisme, à même de générer de nouvelles exclusions, sociales et idéologiques.

7Dans leur projet de déconstruction des antagonismes et des polarisations, Lynda Johnston et Robyn Longhurst s’attachent à montrer comment échelles locale et globale s’interpénètrent « au travers des distances et des fuseaux horaires » (p. 77). Elles mobilisent une analyse fine de l’imbrication des différents systèmes d’oppression quant à l’émergence des intimités transnationales et proposent une redéfinition contingente des subjectivités. Au travers des exemples des migrations maritales Nord-Sud et du tourisme ethnosexuel, les auteures invitent à sortir des généralisations et simplifications que s’octroie l’homme blanc de son point de vue dominant, au-delà d’une seule vision binaire opposant hommes-capitalistes-Nord-dominant à femmes-Sud-opprimées-objets.

8Ce travail de dépassement de la norme trouve toutefois ses limites. La déconstruction de la norme sexuelle se fonde en effet sur une essentialisation d’un corps premier : élément d’ancrage de l’étude dans son intégralité, le corps est présenté comme « interface entre nature et culture » (p. 25) supposant une naturalité de ces deux catégories qui contribue au renforcement de leur polarisation. De même, la remise en cause de la structure familiale nucléaire repose sur une nouvelle normalisation que les deux universitaires passent sous silence : celle de l’amour comme condition première de la relation sexuelle durable. Enfin, bien que travaillant à la mise au jour des imbrications des différents systèmes de catégorisation et de hiérarchisation, Lynda Johnston et Robyn Longhurst ignorent le fait que ces nouvelles identités se légitiment dans un rapport Nord-Sud et paraissent oublier d’analyser ce clivage persistant qui tend à essentialiser le Sud selon un imaginaire exotique qui reste, ainsi, l’Autre géographique du Nord.

9Au-delà de son propos s’attachant à la reformulation des catégorisations de pensée et à la déconstruction de la norme hégémonique, ce livre s’inscrit brillamment dans un effort de queerisation de la géographie en tant que discipline (Binnie, 1997). Ce travail de recherche réfute l’idée de présenter un discours complet et cohérent sur le sexe et la sexualité. Il défend une série d’instantanés, du micro au macro, permettant de penser à la multiplicité de moyens d’expression des subjectivités sexuelles dans différents lieux et espaces. L’affirmation d’un point de vue down under, par la multiplication des références et surtout des illustrations australasiennes, se pose comme une invitation inédite au décentrement et au repositionnement. L’exploitation de matériaux hétéroclites privilégiant largement les sources non académiques, le choix de thèmes, souvent boudés par les géographes et qui participent à repousser les limites du champ de recherche au-delà du champ académique et au-delà des champs admis en bousculant les idées reçues, les moralités et les tabous, tout cela concourt à semer nombre d’idées innovantes. Par ailleurs, en interrogeant l’opposition entre sexualité dissidente et hétérosexualité, cet ouvrage contribue, dans la lignée du récent recueil de Browne, Brow et Lim (2007), à la définition d’une géographie des sexualités dans sa multiplicité, au-delà des seules questions homosexuelles qui ont jusqu’ici été largement investies. L’interrogation est poussée, dans cette matrice de relations entre sexe et espace, à l’absence d’espace propre — au travers des sexualités des sans domicile —, ou à l’absence de sexualité — avec l’asexualité —. L’esquisse d’un lien à approfondir entre sexe et désir, rejoignant la voie ouverte par les réflexions émergentes de la géographie quant aux émotions (Browne et Nash, 2010) est également à souligner. On peut toutefois regretter que la richesse de l’armature théorique qui sous-tend l’ouvrage ne transparaisse pas toujours dans son agencement général et souhaiter que les auteures mentionnent plus explicitement leur position par rapport aux études qui font référence. Enfin, l’absence de valorisation d’approches auto-ethnographiques, personnelles ou non, est à noter dans une perspective défendue comme féministe postructuraliste mettant l’accent sur la matérialité du corps et que l’on suppose comme implicitement queer sur le plan de la méthodologie.

10En se positionnant au-delà des (anciennes) querelles entre études gays et lesbiennes, féministes et queer, ce livre cherche à élargir l’espace du géographe pour aller de l’avant dans la réflexion et la création de nouveaux horizons géographiques. Space, Place and Sex bouscule les idées reçues en invitant à penser autrement les questions de géographies des sexualités. Il ouvre, à sa façon, une petite brèche queer dans notre façon hégémonique d’aborder les relations entre subjectivités sexuelles et espaces. Et l’on pourrait bien qualifier cet ouvrage, en dépit d’une certaine consensualité de façade, de discrètement subversif.

Haut de page

Bibliographie

Binnie Jon, « Coming out of geography: towards a queer epistemology », Environment and Planning D, 15, 1997, pp. 223-37.

Browne Kath, BrowN Gavin, LIM (dir.) Jason, Geographies of Sexualities. Theory, Practices and Politics, London, Ashgate, 2007.

BROWNE Kath, NASH Catherine (dir.), Queer Methods and Methodologies, London, Ashgate, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine Duplan, « Johnston Lynda, Longhurst Robyn, Space, Place and Sex: Geographies of Sexualities », Genre, sexualité & société [En ligne], 7 | Printemps 2012, mis en ligne le 01 juin 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://gss.revues.org/2290

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org