Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Almeling Rene, Sex Cells: The medical market for eggs and sperm

Berkeley, University of California Press, 2011
Philippe Steiner
Référence(s) :

Almeling Rene, Sex Cells: The medical market for eggs and sperm, Berkeley, University of California Press, 2011

Texte intégral

1Professeure de sociologie à l’université de Yale, Rene Almeling vient de faire paraître un ouvrage issu de l’enquête qu’elle a conduite à propos de la commercialisation des ovules et du sperme dans ce qu’elle qualifie de « marché médical » de la reproduction, marché légal aux États-Unis. L’enquête se situe à la croisée de deux domaines : la sociologie de l’économie et la sociologie du genre. La première est présente au travers du thème de la qualification de la marchandise et des rapports sociaux qui relient les participants de cette activité marchande entre eux ; la seconde est bien servie par le fait que la construction sociale de la transaction marchande est notablement différente selon que l’on y fait le commerce des ovules ou du sperme.

2L’ouvrage présente les résultats selon une séquence simple : la première partie explique d’abord comment le marché a été organisé en comparant systématiquement la construction de l’échange marchand selon la nature de ce qui y est vendu et acheté. La deuxième partie prolonge l’étude de la dimension organisationnelle du marché par une série d’entretiens avec les vendeurs de sperme et les vendeuses d’ovules de manière à caractériser le rapport au marché et les effets que la participation à celui-ci exerce sur les uns et les autres.

3La construction du marché est examinée en considérant la manière dont les organisations en charge de la collecte et de la vente des gamètes présentent l’affaire, tant aux hommes et aux femmes qui vendent qu’à ceux qui achètent. Il ressort de l’étude que cette construction diffère nettement selon le genre : les femmes comme les hommes sont payés pour leur contribution, et les femmes plus que les hommes – 5 000 $ en moyenne pour un cycle, quel que soit le résultat en termes des ovules récoltés, contre 75 $ pour le sperme si la qualité de ce dernier est attestée. Mais alors que les vendeuses sont recrutées selon un protocole qui attend d’elles un mélange d’intérêt pécuniaire et d’altruisme, car la vente des ovules est aussi présentée comme un don de vie, rien de tel n’est attendu des hommes vendeurs de leur sperme. Ces résultats sont remarquables. La différence dans les rémunérations ne saurait s’expliquer par « l’offre et la demande », car les femmes sont bien plus nombreuses que les hommes à se présenter à la porte de ce marché, qui restera fermée pour 80 à 90 % de celles et de ceux qui veulent y entrer. L’explication est donc donnée en termes de la reconduction par les agences et leurs personnels des stéréotypes ayant cours dans le domaine de la reproduction sexuée. Almeling retrouve ainsi le résultat de Kieran Healy (2006) sur la transplantation et la transfusion et reprend l’idée d’une construction sociale du système d’échanges par l’intermédiaire des organisations en charge de fournir au système médical les ressources biologiques dont ce dernier a besoin pour mettre l’accent sur la dimension de genre qui n’était pas centrale dans l’étude de Healy. La démarche est parfaitement justifiée, mais on aurait aimé trouver plus d’informations sur la documentation présente sur les sites internet de ces organisations, sur les brochures et les annonces publicitaires diffusées de manière à sortir du seul registre déclaratif émanant des membres de l’organisation ou de leurs clients. On aurait également aimé avoir de plus amples éclairages sur l’histoire de la mise en place de ces marchés, et des débats moraux que cela a déclenchés. En effet, le paiement des fournisseurs de sperme date du début du xxe siècle, et le marché en la matière était bien établi dès la fin de la deuxième guerre mondiale alors que la création du marché des ovules ne date que des années 1970, période dans laquelle le rapport du monde médical aux patients et à la monétarisation a fortement changé. Enfin, Almeling dit peu de chose des clients et de l’effet que le genre peut exercer depuis la fin de cette chaîne relationnelle. Pourtant, lorsqu’elle fait état des changements dans la manière dont les agences présentent les fournisseurs de sperme, ses informateurs indiquent combien la procédure a été alourdie – les documents à remplir pouvant atteindre plus de 50 pages – à la suite de l’arrivée de femmes seules ou de couples de lesbiennes « faisant leur marché » et désireuses d’obtenir beaucoup plus d’informations de la part des agences commerciales que ne le proposaient les services hospitaliers.

4C’est l’autre dimension de la chaîne relationnelle qu’Almeling scrute en se demandant comment cette organisation influence sur les représentations que les vendeurs et les vendeuses de gamètes se font de leur acte. Telle est la question centrale qui organise la deuxième partie de l’ouvrage. La principale conclusion, répétée de trop nombreuses fois sans doute, est que les hommes perçoivent leur contribution comme un travail, tandis que les femmes se la représentent comme un don fait à un couple infertile, alors même que les uns et les autres sont payés pour cela et l’admettent sans détour. La deuxième conclusion tient au fait que les hommes sont plus nombreux à se demander s’ils sont « pères », s’ils ont des « enfants » issus de leurs pratiques marchandes, que ne le font les femmes vendeuses de leurs ovules. Almeling a donc isolé des effets sociaux très nets en conséquence de la construction genrée du marché des gamètes aux Etats-Unis. Le résultat majeur semble solide, même si quelques réserves peuvent être formulées. Premièrement, les bases empiriques sont limitées puisque Almeling n’a interrogé qu’un petit nombre de personnes (19 femmes et 20 hommes) et les pourcentages qu’elle n’a pas su résister à calculer sur cette base étroite ne sont pas toujours très probants. Deuxièmement, l’ouvrage n’est pas très explicite sur la manière dont les hommes interrogés font intervenir la notion de « travail » pour définir leur prestation : est-ce spontané ? Est-ce au contraire en réponse à une question ? La lecture de l’ouvrage ne permet pas de le savoir. Enfin, on aurait aimé savoir si, à ses yeux, cette construction genrée du marché médical amplifie la dimension de genre de la procréation.

5L’ouvrage aborde sans conteste une question importante qui traverse le domaine de la bioéthique et des technologies médicales modernes qui font appel au corps humain comme ressource thérapeutique pour autrui. À titre d’illustration, les données collectées sur le genre tant en matière de prélèvement d’organes – post mortem ou sur vif – qu’en matière de greffe attendent d’être examinées en détail. L’ouvrage fournit une réponse claire et convaincante quant aux différences dans la qualification de l’acte, comme dans les représentations qu’en retirent les vendeurs et les vendeuses : les hommes considèrent plus souvent la production et la vente du sperme comme un travail, comme une tâche à accomplir présentée selon des termes que l’on utilise habituellement pour le salariat, tandis que les femmes reprennent la présentation qui leur est suggérée d’une vente de leurs ovules sous le registre du don, du présent de vie fait à des couples infertiles. Et si ces femmes ne se sentent pas « mères » de l’enfant né, les vendeurs de spermes apparaissent bien plus sensibles à l’idée d’être « pères » par l’intermédiaire du sperme vendu. La construction du marché médical des gamètes a donc des effets sur les personnes et leurs représentations. À ce point, quelques questions doivent être avancées. La première concerne la portée exacte de ces conclusions : pouvait-t-on s’attendre à un autre résultat que celui-là ? Et si oui, lequel ? En d’autres termes, qui aurait pu penser que sur le marché des gamètes la construction des rôles féminins et masculins serait identique ? La construction sociale de ce marché pouvait-elle se faire autrement qu’en reconduisant les stéréotypes attachés aux hommes et aux femmes dans la reproduction ? Y a-t-il eu des tentatives en ce sens ? Et sous quelle forme ? Ce serait certainement un complément utile pour mieux percevoir la portée exacte des conclusions auxquelles aboutit Almeling en ce qui concerne la construction sociale du marché. L’interrogation sur la portée des résultats de l’enquête se prolonge également dès lors que l’on prend en compte le fait que dans d’autres pays, le marché des gamètes n’a pas vu le jour et demeure illégal, de façon à favoriser une autre forme de mise à dispositions des parties du corps nécessaires aux techniques biomédicales. Il s’agirait alors de savoir comment le don y est construit selon le genre, puis de savoir ce que sont les réactions des donneurs de sperme et des donneuses d’ovules sous le régime du don de façon à préciser ce qui tient à la reproduction des stéréotypes de genre dans le secteur biomédical et à l’effet propre de la construction du marché d’un côté, du don de l’autre. La limite de ce travail, sans doute la plus considérable, concerne la manière dont est mise à l’écart la question de la matérialité de ces transactions. On ne saurait reprocher à Almeling de ne pas avoir compris l’importance de cette dimension matérielle, puisque les deux premiers chapitres de l’ouvrage évoquent le sujet, et qu’il en est parfois question dans les conclusions partielles, notamment à la fin du chapitre II. Mais, finalement, les dimensions matérielles sont écartées au profit de la rhétorique avec laquelle les ventes sont qualifiées par les organisations. Que cette construction sociale soit importante, cela ne fait aucun doute ; mais qu’elle soit si centrale que l’on puisse écarter les processus concrets grâce auxquels les gamètes sont produites et vendues, c’est moins sûr. Les différences dans les processus concrets de production, de collecte et de vente sont importantes : le sperme est produit par masturbation – une pratique généralement moralement condamnée – et si les contraintes sont fortes sur le donneur en termes de sa vie sexuelle, la production immédiate est associée à un plaisir sexuel. Pour les vendeuses, il en va tout autrement, puisque c’est une prise d’hormone par injection qui sert à stimuler la production d’ovules lesquels sont récoltés suite à une hospitalisation. Le sperme n’est payé que si sa qualité est attestée par la banque, alors que le cycle est payé indépendamment du nombre d’ovules recueillis. La production passe aussi par des relations sociales spécifiques, outre les rencontres avec les membres des organisations : comme le sperme est cryogénisé et stocké dans les banques pour vérifier l’état sérologique du donneur, il existe un délai entre la production, la vente et l’usage du sperme qui n’est pas produit pour une personne en particulier. Tel n’est pas le cas des ovules qui sont destinés à un couple en particulier pour usage immédiat, ce qui fait que la rencontre entre la vendeuse et la personne qui reçoit est directe à la différence de la vente du sperme. Bref, il y a une chaîne relationnelle courte et une mise en relation dans le cas des ovules, une chaîne longue sans mise en relation dans le cas du sperme. Ces différences sont conformes à ce qui a déjà été observé dans la transplantation d’organes : les chaînes longues passant par des banques de conservation de tissus sont plus propices à une logique de commercialisation marchande que les chaînes courtes (Steiner, 2010). Comme la commercialisation a lieu dans les deux cas, c’est au niveau de la rhétorique et des expériences ressenties que la différence s’exprime ici. En outre, il faut aussi tenir compte du fait que si les ovules sont vendues à des couples de sexes différents, la vente du sperme ne l’est pas forcément puisque les banques de sperme acceptent parmi leurs clients des femmes seules ou des couples de lesbiennes. Le vendeur de sperme se trouve donc dans une situation différente de la vendeuse d’ovules en termes de l’usage qui peut être fait de ses gamètes ; et si l’on rajoute le fait, bien plus fréquent pour les hommes que pour les femmes, de la recherche en paternité, il n’est sans doute pas surprenant que les vendeurs se sentent plus souvent « pères » que les vendeuses « mères ». Les différences dans la chaîne relationnelle sont donc importantes, mais Almeling les écartent pour avancer à sa conclusion : c’est la construction genrée produite par les agences qui seule explique les différences ressenties et exprimées par les vendeurs et les vendeuses, et la matérialité du processus relationnel n’y entre pour rien. Sans mettre en doute l’influence de cette construction sociale genrée, on peut douter que cela soit aussi simple et regretter que les dimensions matérielles de ces transactions soient écartées de l’explication.

Haut de page

Bibliographie

Healy Kieran, Last Best Gift. Altruism and the Market for Human Blood and Organs, Chicago, Chicago University Press, 2006.

Steiner Philippe, La transplantation d’organes : un commerce nouveau entre les êtres humains, Paris, Gallimard, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Steiner, « Almeling Rene, Sex Cells: The medical market for eggs and sperm », Genre, sexualité & société [En ligne], 7 | Printemps 2012, mis en ligne le 01 juin 2012, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://gss.revues.org/2376

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org