Navigation – Plan du site
Varia

Les sites pornographiques par le menu : pornotypes linguistiques et procédés médiatiques

Pornographic sites by the menu: Linguistic pornotypes and media processes
François Perea

Résumés

Dans un corpus constitué de menus de navigation de sites web pornographiques hétérosexuels, nous analysons les catégories proposées, destinées à classer les extraits vidéographiques afin de mieux orienter l’internaute pornophile. L’analyse de ces catégories (ayant trait aux personnages, à leurs relations et activités sexuelles et aux procédés médiatiques) invite à proposer, à côté de la notion de stéréotype, celle de « pornotype » défini comme un trait réducteur résultant de l’atomisation de la scène sexuelle et de ses participants en un élément métonymique accrocheur et incitatif (pornotypes féminins, masculins, liés aux actes organiques et à leur sécrétion, liés à la relation mono-orientée). Nous observons par la suite que ces pornotypes s’associent dans les légendes des vignettes selon un schéma narratif minimal ne débouchant pas sur un développement du récit, figurant ainsi un « langage pornographique ». L’analyse des catégorisations pornographiques telles qu’elles sont proposées par ces sites nous invitent enfin à poursuivre une réflexion sur un procédé d’interpellation opérant sur le mode de la fiction ou, au contraire, sur celui de la mise en scène d’une pseudo-réalité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans une société où la nudité s’affiche sur les différents écrans et les pages imprimées travaillés pour capter nos regards, où les relations charnelles sont exposées dans la publicité, les articles « psycho » des magazines, les émissions de télévision... la pornographie, parce qu’elle met en images et en mots l’obscène (Perea, Morenon, 2006), procédant ainsi à un passage « on/scène » (Williams, 2004) ou « extime » (Sibilia, 2008), est objet de rejet et de dénigrement social et subjectif. Frappée d’anathème, elle n’est reste par moins fascinante comme en témoigne son succès sur la toile : 12 % des sites et 8 % des courriels lui sont consacrés, 35 % des téléchargements la concernent et elle occupe un quart des requêtes soumises aux moteurs de recherche (Family Safe Media, enquête 2007).

2L’étude des dynamiques médiatiques, de la réception ou encore des processus d’élaboration sémio-discursive sur la toile ne peut occulter un tel phénomène : Benjamin Edelman (2004) considère l’industrie pornographique comme un des principaux moteurs économique du développement des NTIC et Jacques Ibanez Bueno (2004) écrit que « Le « sexe » est souvent le « genre débutant » : dès la naissance (ou presque) de chaque nouveau média, l’érotisme et la pornographie participent au décollage du média ». Si les images pornographiques (photographies, vidéos) sont omniprésentes sur les sites du web, elles s’affichent cependant rarement nues : le matériau verbal qui les accompagnent semble leur être indispensable. C’est à ce matériau que se consacre cet article, et à sa participation à la captation médiatique par la mise en place d’opérations particulières de catégorisation et de légendage.

3Nous observons, dans un premier temps, les catégorisations linguistiques effectuées par les sites internet. Le statut de ces catégories est ensuite discuté : il se différencie de celui du stéréotype en n’offrant pas une image unifiée (fût-elle simpliste) car l’opération de réduction opérée conduit à une atomisation des personnages et scènes représentées. Nous proposons de nommer « pornotypes » les résultats de ces catégorisations pornographiques et d’observer que, s’ils ne sont pas incompatibles avec les stéréotypes, ils participent à l’élaboration d’objets médiatico-cognitifs spécifiques. Nous poursuivons par une approche des légendes des vidéos pornographiques qui utilisent les pornotypes dans des structures de récit ne réalisant pas le développement d’une histoire, en une forme concurrente de fragmentation. Enfin, nous interrogeons la mise en scène des procédés médiatiques, entre réduction narrative et pornotypes, qui se décline depuis un ancrage réaliste jusqu’à une mise en scène de la fiction.

Catégories et thèmes des menus pornographiques

4Les sites pornographiques présentent une grande diversité : sites payants (parmi lesquels ceux de producteurs de film), sites ultra-spécialisés (pour zoophiles par exemple), blogs d’amateurs partageant leurs ébats sur la toile... Notre corpus est extrait de sites généralistes et populaires proposant des liens vers des extraits de films pornographiques d’une durée variant de quelques secondes à quelques minutes. De ce point de vue, ils se présentent comme une radicalisation des logiques pornographiques qui consiste déjà en en une succession de scènes n’ayant pas obligatoirement de réel lien narratif entre elles, ce principe étant ici poussé à son paroxysme.

5Ce travail n’étant qu’une étape dans un projet plus général, démarche incontournable face à la diversité des productions et des produits :

Porn videos are remarkably diverse as well, ranging from the rarefied (S/M, bondage, amputee, geriatric, fact, ethnic, interracial, etc.) to the mainstream hetero product and the enduringly popular gay video (whose appeal and numbers far exceed category of a niche market […]). Along the way there is the smaller niche of lesbian porn […], the seat-of-the-pants, low-budget gonzo […] and the woman-friendly « erotica ». (Williams, 2004, 2)

6Alors, nous ne retenons ici que des sites orientés vers la pornographie hétérosexuelle où se mêlent les produits « classiques » et les niches plus spécialisées (telles que celles citées par Linda Willams). D’autres travaux suivront, pour compléter celui-ci et tisser les liens –étroits– avec d’autres sites pornographiques, notamment ceux désignés comme étant adressés au public gay.

Vignettes et étiquettes

7La page d’accueil standard retient l’attention par l’image. Elle est occupée en grande partie par un mur de vignettes (thumbnails) ordonnées selon leur date de publication et agglutinant en miniatures des camaïeux de corps, des assemblages d’organes. Ces vignettes, sur lesquelles l’internaute est invité à cliquer pour visualiser l’extrait vidéographique correspondant, semblent composer pour l’œil distrait une toile rendue homogène par la monotonie des teintes et la stéréotypie des sujets. Pourtant, chacune comporte des indices iconiques et, surtout pour ce qui nous intéresse ici, une légende qui décrit par mots-clés le contenu que l’initié saura décoder (par exemple : Milf first bang BBW). Ces étiquettes, en une sorte de nuage de tags pour chaque extrait, sont extrêmement récurrentes et les menus des sites que nous présentons en sont le recensement et la classification alphabétique. Ces derniers permettent ainsi eux amateurs d’accéder directement à des extraits correspondant à ses goûts, à ses désirs. Ils révèlent, de ce point de vue, un imaginaire pornographique, sorte de catalogue des fantasmes disponibles présentés comme autant de niches commerciales destinées à multiplier les (em)prises sur les désirs des sujets consommateurs.

Catégories X

8Nous avons relevées 761 occurrences dans les menus (d’ordinaire appelés « categories ») de 15 sites pornographiques anglophones et francophones (ces derniers étant souvent des calques des premiers) : youporn.com, pornhub.com, video-2-cul.com, goziga.com, mustvideos.com, pornstream.fr, qualisexe.com, porn365.com, 89.com, orgasm.com, freeporn.sex, xxdessert.com, xxxvogue.net, tube8.com, pornvanity.com. Un pointage réalisé en octobre 2011, un an après la constitution du premier corpus, auprès des cinq sites arrivant (à cette nouvelle période) en tête du classement du moteur de recherche Google montre la stabilité de ces menus et de la distribution des classes de base.

9Le menu le plus court comporte 14 classes, le plus fourni en affiche 117. Pour ce corpus, on observe une moyenne de 58 éléments de menu proposés. Soulignons que les chiffres sont donnés à titre indicatif : ils sont valables pour le présent corpus et ne visent qu’à esquisser les grandes tendances dans les proportions discursives. En aucun cas, ils ne visent à constituer des statistiques générales.

10Après regroupements, les occurrences couvrent 225 catégories différentes (ainsi, les occurrences variantes Godes / Toys, Joujoux, Dildo Jouets, Sex Toy : Gode et Vibro, Sex Toys, Dildos/Toys, Toys, Toys + Dildo, Dildos and Sex Toys et Sex Toys sont rassemblées dans une seule catégorie : « Sex Toys »). Toutes ces catégories ne se retrouvent pas sur l’ensemble des sites. Ainsi, la catégorie « Amputee » n’est présente que sur un seul site, de même pour « Romantic ». D’autres au contraire sont des « classiques » de la catégorisation X et l’internaute peut les rencontrer sur chacun des sites visités.

11Pour faciliter la présentation, nous avons choisi de regrouper les catégories (présentées sous forme de listes alphabétiquement ordonnées sur les sites) par champs thématiques. Ces derniers renvoient (i) aux caractéristiques exposées des personnages (ii) à leur relations et activités sexuelles (iii) aux procédés technologiques et genres du site. Les deux premiers thèmes sont au cœur du processus de monstration des corps et actes, alors que le troisième est lié aux contraintes et spécificités du médium.

12À l’intérieur de ces champs thématiques (désormais : Personnages, Relation et Activités sexuelles et Procédés médiatiques), nous avons également opéré par regroupements. La présentation intègre ainsi trois niveaux imbriqués : thèmes, sous-thèmes, catégories.

13Ces regroupements peuvent bien entendu être discutés. Ainsi, la sous-catégorie « préférences relationnelles » renferme certains items qui peuvent être considérés comme des caractéristiques (identitaires) des personnages, par exemple : Lesbian. Cependant, les extraits vidéographiques auxquels cette dernière catégorie renvoie ne mettent en scène qu’une dimension relationnelle. Le regroupement vise ainsi à présenter les items en collant à leurs destinations fonctionnelles (et restrictives) d’origine sur les sites.

Fig. 1 - Thèmes et catégories des sites web pornographiques.

14Ces thématiques et catégories ne constituent pas, bien entendu, des groupes étanches les uns aux autres. Ainsi, le sous-thème « Parties du corps » est en interaction avec « Actes sexuels » ou encore « Productions organiques ». De plus, certaines catégories pourraient trouver place dans plusieurs groupes : Anal, par exemple, renvoie à des extraits mettant en scène des actes de sodomie incluant la monstration d’une partie du corps par l’utilisation de très gros plans. Le croisement des liens hypertextes permet à l’internaute de pallier cet inconvénient. Il n’en reste pas moins que la navigation est organisée par ces catégories comme autant de points d’accroche spécifiques. Celles-ci constituent, dans le dispositif, l’interface entre la mise en signe médiatico-pornographique des rapports sexuels et le désir du sujet internaute.

15Les opérations de catégorisation aboutissent à des formes de représentation médiatique qui sont autant de points d’accroche et de reconnaissance récurrents, figés et réducteurs. Est-ce à dire qu’ils fonctionnement comme des stéréotypes ?

Des stéréotypes aux pornotypes

Stéréotypes

16Pour Henri Boyer (2008), les imaginaires collectifs en tension entre culture médiatique et objets sociaux accueillent des représentations partagées produites par catégorisation et/ou symbolisation. La catégorisation « relève de l’identification, du classement, de l’étiquetage » (ibid., 105) alors que la symbolisation relève de la distinction. Ces deux opérations conduisent aux stéréotypes pour ce qui concerne la catégorisation, aux emblèmes et mythes pour les produits figés de la symbolisation.

17Le stéréotype, toujours défini par cet auteur, est alors considéré comme « une sorte de représentation que la notoriété, la fréquence, la simplicité ont imposée comme évidence à l’ensemble d’une communauté (ou d’un groupe à l’intérieur de la communauté). Il s’agit donc d’une structure sociocognitive figée, dont la pertinence pratique en discours est tributaire de son fonctionnement réducteur et univoque et d’une stabilité de contenu rassurante pour les usagers » (ibid., 102).

18Les opérations de catégorisation utilisées dans les sites pornographiques permettent-ils de déterminer des stéréotypes de personnages et actes sexuels ?

19Pour délimiter le stéréotype du personnage féminin, par exemple, les critères proposés par Henri Boyer (la notoriété, la fréquence et la simplicité) doivent être appliqués au corpus. Cette démarche permettrait de déterminer un noyau invariant du stéréotype et les éléments périphériques optionnels mais néanmoins figés. Il apparait vite que le procédé n’est pas directement applicable ici car il conduit à un profil contradictoire où se côtoient pour un même personnage, par exemple, des origines ethniques diverses qui constituent de traits distinctifs dans les catégories (Black/Ebony, Asian...), des âges incompatibles (Teen et Mature par exemple), etc. On cherchera alors à placer au cœur du stéréotype les invariants non contradictoires et à la périphérie les éléments récurrents pouvant être incompatibles entre eux mais jamais avec les éléments du noyau. Ici aussi, le résultat est décevant : il se résume à un complexe champ de possibles incompatible avec le concept de stéréotype. Comment expliquer cela ?

20Il apparait clairement que le travail de catégorisation de ces sites ne consiste pas à produire des stéréotypes si ceux-ci désignent « les catégories descriptives simplifiées par lesquelles nous cherchons à situer autrui ou des groupes d’individus » (Gustave-Nicolas Fischer, 1987).

21C’est que le stéréotype de la femme désirable est défini par ailleurs et de manière plus large dans la société : il suffit d’ouvrir les magazines, de regarder la télévision... ou les sites de la toile pour croiser ses traits jeunes, minces et courbes... Réalisateurs et producteurs pornographiques ne font pas exception et recrutent une partie de ses actrices sur des critères semblables, souvent exagérés (par la chirurgie plastique).

22Mais l’industrie de la pornographie doit aussi marquer sa différence, par rapport à ces critères qui ne suffisent pas à différencier ses produits des œuvres érotiques ou publicitaires. Le procédé utilisé consiste en une atomisation catégorielle qui, plutôt que proposer une image globale et simplifiée du personnage, le réduit à un trait prégnant, rendu saillant et représentatif par une sorte de réduction métonymique (par exemple : Fat/BBW(Big big Woman), Drunk ou Redhead). Ces traits peuvent, dans un second temps, s’associer entre eux : c’est ce que proposent le plus souvent les légendes des vignettes : Blonde babe with a dildo. Mais la proposition initiale faite au visiteur repose sur ces traits saillants qui sont autant de niches commerciales.

23Le procédé pourrait s’apparenter à celui que Howard Becker (1985) a nommé « étiquetage », pour désigner la manière dont la société « labélise » le délinquant en un processus proche de celui de la « stigmatisation » décrit par Erving Goffman (1975). Chez les deux auteurs, le processus est interactionnel : l’étiquette ou le stigmate n’est pas une qualité intrinsèque de l’individu mais résulte du regard d’autrui, de certains groupes sociaux. Cependant, dans les cas qui nous occupent ici, le trait distinctif et réducteur n’inclut pas le rejet dans le milieu pornographique, et la plupart d’entre eux n’est pas plus stigmatisée sur la scène sociale (Blonde par exemple). De plus, alors que l’étiquetage conduit à une produire de la déviance, le procédé conduit ici à la production de figures désirables.

Pornotypes

24Par commodité, nous proposons d’appeler ces traits saillants tels que les révèlent les catégories récurrentes et consensuelles des sites X des « pornotypes ». Le pornotype peut se superposer au stéréotype en accentuant un de ses éléments, l’exagérant éventuellement (notamment en ce qui concerne les attributs sexuels) ou même s’en détacher jusqu’à s’y opposer (en soulignant un grand âge, un handicap...).

25Il parait donc essentiel, pour comprendre les opérations de mise en signes opérées par l’industrie X, de distinguer les stéréotypes (certes présents) des pornotypes caractérisés par (1) la remise en cause la simplicité globalisante (comme avec le stéréotype) de l’objet du désir affiché et (2) l’atomisation de la scène sexuelle et de ses participants X en traits captatoires.

26Les pornotypes sont ainsi des opérations discursives qui reposent sur un imaginaire et des représentations propres au X. Ils participent à l’élaboration d’objets médiatico-cognitifs spécifiques.

27De ce point de vue, le principal pornotype physique masculin consiste en une réduction drastique limitant le personnage à n’être qu’un (gros) membre (occurrences : Cock, Cock + Penis, Grosse Bite, Bigdick(s), Huge cock, Big Big Dick et Big Cock(s)). Les rares autres pornotypes trouvés dans notre corpus ont trait à l’âge (Old), la couleur de peau (Black – qui est souvent adjectif comme dans « black cock ») ou aux préférences relationnelles (qui peuvent être partagées avec les autres personnages, Voyeur par exemple). Le fait que la population spectatrice de ces extraits est pour une très large part masculine peut permettre d’expliquer cette réduction favorisant une projection voire une identification.

28Un traitement similaire est réservé aux personnages transgenres dont le pornotype est orientée sur le partage des attributs féminins (seins, apparence) et masculins (verge). On trouve comme occurrence : Shemale, Transexual, Tranny, Hermaphrodite et Transvestite. Notons que, si les personnages à l’apparence féminine dotés d’organes masculins sont récurrents, on ne trouve aucune trace de personnages masculins aux attributs génitaux féminins (bien qu’il existe une exception dans le milieu de la pornographie gaie : l’acteur Buck Angel).

29Nous pouvons considérer que les autres catégories référant au thème Personnages correspondent à des pornotypes féminins. Il faut encore distinguer parmi ceux-ci les occurrences marginales (peu récurrentes, telles que Freak) des pornotypes partagés unanimement (BigTits par exemple). Nous retrouvons alors, parmi les pornotypes partagés, des traits référant (1) à l’apparence physique (âge, corpulence, couleur de la peau, vêtements...) (2) aux organes et/ou corps morcelés (anus, sexe, vagin, seins, cheveux, poils...).

30Les pornotypes liés aux personnages sont liés aux pornotypes du thème Relations et Activités sexuelles, qui ont traits aux pénétrations organiques (fellation, sodomie, pénétration vaginale, double pénétration, avec objet(s)...) et sécrétions de/et sur ces organes d’une part (sperme, urine, menstruation, sécrétions vaginales) ; et aux préférences/modes de relation mono-orientées, « spécialisées » (domination, avec objet, en groupe, en public, etc.) de cette rencontre organique d’autre part. Précisons que l’éjaculation est un acte quasi-obsessionnel de la production pornographique. Autour de ce pornotype, la variation est importante : Squirt, Cum, Cum On Glasses, Cum On Tits, Cumshot, Cumswap, Creampie, Bukkake, Swallow. Il est intéressant de noter qu’après une série de trente-cinq entretiens avec des femmes consommatrices de films pornographiques, Judith Plante (2004) souligne qu’ « une seule image est revenue presque de manière unanime : l’éjaculation en plein visage, qu’elles trouvent d’autant plus dégradante lorsque l’actrice crie bêtement de jouissance ».

31Le recours à la notion de pornotype (qui désigne, rappelons-le, un trait catégoriel réducteur et métonymique dans l’espace pornographique), permet de dépasser, malgré les apparences, l’hétérogénéité et la multitude catégorielle et permet, au-delà des rapprochements thématiques, de délimiter une topographie sommaire de l’imaginaire pornographique.

Fig. 2 - Pornotypes dans les sites web pornographiques.

La possibilité d’un récit ?

32Dans l’espace ainsi délimité, les différents pôles se répondent et sont liés. Un langage pornographique se met ainsi en place dont les pornotypes constituent les éléments de choix paradigmatique, aux relations s’inscrivant dans la chaine syntagmatique, tout comme la phrase consiste en un choix de mots dans des classes lexicales et grammaticales (paradigmes) et s’organisent en une succession syntaxiquement organisée (syntagmatique).

33La structure profonde de la phrase-récit pornographique reste ainsi immuable sous la variation de surface :

(1) un corps/organe féminin (pornotypes féminins), (2) agit et/ ou est agit et jouit et/ou fait jouir (pornotypes actes organiques), (3) selon des préférences et des contextes relationnels (pornotypes liés à la relation), un ou plusieurs (4) homme-organe (pornotypes masculins).

34Bien sûr, toutes les composantes de la structure du récit X ne sont pas indispensables et chacune des classes peut accueillir un (ou plusieurs) pornotype(s) (sorte d’élément lexical de l’écriture pornographique) ou pas. Il semble néanmoins que :

- les pornotypes féminins (1) et pornotypes référant aux actes organiques (2) soient quasi-obligatoires ;
- les pornotypes masculins (4) soient largement optionnels : le fait qu’ils résument l’homme à l’organe et que ce dernier soit présupposé par les actes de pénétration ou la production de sperme rend l’élément du récit présupposé.
- les pornotypes liés aux préférences ou au contexte (3) soient également optionnels.

35Les légendes d’extraits vidéographiques (en anglais : youporn.com ; en français : pornotube.biz ; sites consultés le 10 novembre 2010) fonctionnement selon ce principe :

Young Pretty Slim Girl (1) Deepthroating (2) Big Dick (4)
Big natural breast babe(1) needs hot cum (2)
Pretty Brunette (1) Blowjob And Facial (2) At Gloryhole (3)
Ass Duct (1) Taped and Creampied (2) !
douche de sperme (2) pour Samira (1), amatrice de gangbang (3)
pieds sexy de femme (1) pour branlette (2)
Salope mature (1) se fait tringler (2) après une séance photo (3)
Branlette espagnole (2) dans le sauna (3) avec une mature aux gros seins (1)

36La figuration médiatique pornographique repose sur la fragmentation de la scène, orientée par l’idée que le spectateur est interpellé dans la scène représentée de manière sensible, organique...

37Cette opération de fragmentation et de juxtaposition des fragments n’est pas sans rappeler certains phénomènes observés dans le cadre d’échanges « économico-sexuels ». En effet, observant les cas d’échanges explicites, Paola Tabet (2004) remarque le morcellement de la relation sexuelle en pratiques distinctes au tarif adapté. Dans cette fragmentation de l’échange sexuel, l’auteur voit « un usage global du territoire corporel féminin dans l’indifférence aux exigences de chaque femme » (ibid., 103).

38On peut également comprendre ces mécanismes de fragmentation à la lumière de la théorie de Gagnon et Simon qui présente des scripts aux dimensions intrapsychique, interpersonnelle et culturelle. Pour les auteurs, certains scripts intrapsychiques échappent à la logique narrative qui est à l’œuvre avec les scripts interpersonnels et dans les scénarios culturels. Rappelons que les « processus mentaux qui organisent les désirs sexuels » (Gagnon, 1999, 74) existent dans un premier temps sous la forme de « » fragments » mentaux érotiques et / ou des « émotions » » qui sont lié(e)s à des sensations corporelles érotiques. Ces éléments sont par la suite organisés par les scripts. De ce point de vue, les scripts pornographiques, avec leurs particularités, constituent un des éléments du répertoire des scripts sexuels, à côté de scripts plus élaborés (scénarios culturels, scripts interpersonnels).

39Mais si les pornotypes permettent une structure d’un récit minimal pornographique et peuvent participer à des scripts, il ne faut pourtant pas en conclure que se développe là une histoire.

40Michela Marzano en fait le constat écrivant : « Là où l’érotisme est un récit – en images ou en mots - du désir qui pousse un être à la rencontre de l’autre, la pornographie [...] ne vise jamais à raconter une histoire et représente des individus qui ne se reconnaissent pas comme sujets de leur désir » (2003, p. 27). D’autres auteurs réfutent cette dichotomie, telle Linda Williams qui remet en cause la distinction entre (bonne) production érotique et (mauvaise) production pornographique, en soulignant que les frontières se mélangent. Ainsi, de certains films pornographiques qui se présentent comme des productions mixtes où des séquences narratives font le lien entre des scènes pornographiques.

41Dans tous les cas, les vidéos et légendes des sites que nous observons voient la disparition des séquences narratives au profit des scènes exclusivement pornographiques. Cette absence d’histoire est un élément primordial dans la stratégie de captation qu’il s’agit d’intégrer, sans jugement moral ou de valeur, puisqu’il semble efficient à saisir le sujet dans ses désirs ordinaires qui répondent, aussi, à ce mode d’interpellation. Que reste-t-il alors ?

42Nous parlons donc de constituants (les pornotypes) qui occupent des places dans une structure de récit. Cette structure est un squelette de récit qui fait passer au second plan, et rend accessoire, le développement narratif. Dès lors, ces productions peuvent-elles être considérées comme des récits à part entière ?

43William Labov (1981) a proposé un recensement des parties du récit.

- Le résumé : cette partie a pour objectif de provoquer la réaction du destinataire : elle permet donc au locuteur d’évaluer la qualité de l’écoute (liée ici à l’intérêt de l’autre) et de légitimer la prise de parole nécessaire à la narration.
- L’orientation (ou cadre) : ici, ce sont les propositions libres informant le destinataire sur les lieux, les personnages, la situation initiale, le moment etc. qui dominent. Au-delà de cette fonction informative, l’orientation permet (encore) au locuteur de « tester » la réaction du destinataire.
- La complication est la partie où apparaît la tension : le cours normal des événements est rompu par l’apparition d’un ou plusieurs élément(s) dramatique(s).
- L’évaluation justifie la prise de parole. Le narrateur accentue certains aspects de son récit afin de rendre celui-ci plus attrayant, plus accrocheur. Jacques Bres a raison de préciser que l’évaluation est une partie du récit, mais aussi une fonction générale qui « englobe [les autres parties] et qui est disséminée tout au long du récit » (1994, p. 81).
- La tension apparue à la complication disparaît à la résolution qui marque la fin du récit d’événements.
- Enfin, apparaît la coda, partie optionnelle qui embraye sur l’interaction « hors récit ».

44Il semble que les structures évoquées condensent toutes ces parties en étant résumé, orientation (présentation des personnages par le biais des pornotypes), complication (l’élément de tension est au cœur de l’énoncé), l’évaluation (ils sont une somme de ce que le « narrateur » juge digne de souligner), résolution (implicite de la jouissance de l’un ou de l’ensemble des personnages). Cela en quelques mots.

45Nous faisons le constat ici d’une structure narrative canonique qui ne développe pas le récit. Cette structure permet à l’internaute de saisir l’offre qui lui est faite par des modèles cognitifs canoniques et répétés (automatiquement décodés, donc, par les amateurs), notamment par la saisie de ces pornotypes de prédilection, à la fois spécifiques à ce type de production pornographique et ancrés dans les modèles de compréhension narrative généraux. Mais en même temps, le récit s’efface (derrière une accumulation de pornotypes), ou ne se déploie pas, conformément à la proposition canonique pornographique qui propose des mises en scènes successives de rapports sexuels sans ornements narratifs qui constituent, dans ce contexte, une perte de temps et d’énergie. S’il y a structure du récit, il y a, pour Michela Marzano, disparition du scénario :

Le scénario disparaît. L’écran est complètement envahi par le microrelief cutané du gland et des lèvres vaginales. C’est la recherche d’une exploration des espaces du dedans à travers des cadrages « obsédants » qui visent l’exacerbation paroxystique de la réalité, jusqu’à fouiller l’intérieur du vagin et de l’anus (ibid., 192).

46Dominique Maingueneau (2007) évoque, pour sa part des « pseudo-récits », puisque « l’économie du récit est minée par la primauté accordée aux scènes » (ibid., 51).

47En conséquence, la structure narrative d’arrière-plan suffit pour ce qu’il y a à montrer : des pénétrations et frottement d’organes à fin d’éjaculer. Nous observons alors la substitution de la mise en avant des variations paradigmatiques des pornotypes à l’intérêt du déploiement du récit. C’est cette variation qui retient l’attention du spectateur.

48Alors s’explique le foisonnement de catégories qui peut sembler surréaliste mais qui correspond à un mode d’achoppement du désir.

49Dan Ariely et Georges Loewenstein (2006) en ont exploré un aspect en demandant à des étudiants de Berkeley de répondre à des questions (telles que : Are women’s shoes erotic ?, Can you imagine being attracted to a 12-year-old girl ? Can you imagine having sex with a man? Would you nd it exciting to have anal sex? Do you prefer to have sex with the light on?... ) sur un ordinateur, grâce à un dispositif « using only the non-dominant hand », en se masturbant pour certains d’entre eux. Le groupe d’étudiants auto-excités était plus enclins (que les enquêtés ne s’étant pas masturbés en répondant) à avoir des relations sexuelles avec des jeunes filles de 12 ans, des femmes de 60 ans, des hommes, des personnes extrêmement grosses... Aram Kavciyan, Elisabeth Rossé et Irène Codina (2008) expliquent pour leur part que les patients dépendants au cybersex « redoutent de se sentir obligés de regarder des scènes de plus en plus hard, pour parvenir à un niveau d’excitation aussi intense que celui éprouvé au début de leur pratique ».

Procédés médiatiques

50La réduction narrative annihile l’histoire et réduit les personnages : homme-phallus, femme résumée à un ou quelques traits saillants qui ne sont là que pour entourer (à la fois pour fixer le désir de chacun en traits fétichistes mais aussi pour varier la monotonie) la somme d’orifices et d’organes à laquelle le personnage féminin est réduit. De là, une dé-subjectivation des personnages.

51Cette focalisation sur le trait saillant s’accompagne d’une mutation des procédés de réalisation.

52Ces procédés tiennent en partie aux mécanismes de focalisation rapprochée. La remarque est valable et développée par de nombreux auteurs. Ces mécanismes sont présents au niveau :

- des pornotypes que nous venons d’exposer, qui consistent pour la plupart d’entre eux en une opération discursive de focalisation / très gros plan sur une partie du corps, avec une récurrence qui tient lieu de principe pour les pornotypes ;
- des catégories relatives au thème Procédés médiatiques.

53Le thème Procédés médiatiques recouvre un sous-thème que nous avons intitulé « Enregistrements vidéographiques ». A l’intérieur de celui-ci, les occurrences de Gonzo/POV sont les plus fréquentes (on les retrouve sur la moitié des sites).

54Gonzo fait référence au journalisme gonzo, qui revendique et accentue une démarche subjective, originellement attachée à décrire des beuveries ou prise de drogue. Dans le milieu pornographique, il désigne un procédé de réalisation visant à faire entrer le spectateur dans « le feu de l’action », par des prises de vue subjectives et/ou rapprochées, sans recul ni mise en perspective. L’acronyme POV (de Point Of View) est parfois utilisé pour désigner les mêmes procédés. L’objectif est d’inclure le spectateur dans la scène, de singer sa présence (ainsi, des plans suggèrent que le spectateur tient la caméra et la dirige vers son sexe sur lequel une actrice pratique une fellation). Michela Marzano propose le rapprochement entre les genres Gonzo et Amateur (dont la catégorie apparaît sur 12 des 14 sites qui constituent notre corpus, et qui réfère à des films pseudo-amateurs), soulignant que dans les deux cas, l’accent est porté sur une (fausse) réalité de l’acte poussée dans ses derniers retranchements :

Le marché est envahi par des vidéos « simili-amateurs » les gonzos […] . « L’amateur » devient un genre parmi les autres, qui permet à l’industrie pornographique de quitter le terrain de l’hyperréalisme et de se focaliser sur des détails « gynécologiques ». (2003, p. 190)

55La « réalité » est également mise en scène dans les catégories Webcams, qui sont présentées comme des enregistrements d’internautes, mais sont en fait pour la plupart d’entre elles des productions professionnelles tournée avec des acteurs.

  • 1 Hentai (変態), en japonais, signifie « transformation », « métamorphose », « perversion ». Une estamp (...)

56À côté de la mise en scène de cette « réalité » et de sa forme extrême (réalisme gynécologique) que constitue le Gonzo, les catégories relatives aux Procédés médiatiques se déploient sur le registre opposé : Anime (film d’animation), Manga, Hentai1(mangas pornographiques, mettant parfois en scène des monstres tentaculaires) utilisent les mêmes pornotypes dans des dessins animés et Pornstars renvoie au travail d’acteur (d’actrices essentiellement) et de fait à la dimension fictionnelle de la production.

57Les principales catégories se situent donc sur un continuum s’étendant de la mise en scène réaliste (pseudo-amatrice) à la fiction assumée :

58Cet axe figure un trait moderne du fonctionnement médiatique et de ses modes d’interpellation du spectateur poussé ici à l’extrême.

59L’ancrage dans le réel favorise en effet les phénomènes de projection. La modernité de la démarche est renforcée par le principe du web dit « 2.0 » qui permet à l’internaute de s’exposer sur la toile et de mettre en ligne ses propres vidéographies. Le principe est ici simulé sous la forme d’un porno 2.0 (pseudo-webcam) et de la mise en scène d’une relation non professionnelle prise sur le vif. Mais pour que cette « réalité » soit excitante (sinon pourquoi aller la chercher dans le monde virtuel ?) il faut qu’elle propose autre chose. Ici intervient alors, en lien étroit, la dé-subjectivisation des personnages rassurante puisqu’elle annule toute rencontre intersubjective au profit d’une jouissance organique, mécanique.

60Pour les spectateurs de fictions, le porno propose alors la figure de l’actrice ou de l’acteur, voire celle du dessin-animé.

61Entre ancrage dans le réel dé-re-formé et fiction, tout le champ des possibles s’étend avec les pornotypes permettant, d’un seul facteur, de jouer sur l’ordinaire ou l’exotisme d’une couleur de peau par exemple.

Conclusion

62Les catégories des sites web pornographiques conduisent à penser, à côté des stéréotypes des partenaires séduisants (affichés par ailleurs sur le net, dans les autres médias et la vie sociale), la présence de pornotypes qui en accentuent ou s’écartent des éléments constituants. Ces pornotypes opèrent une réduction drastique des personnages, des actes organiques et sécrétions ou encore des préférences sexuelles mono-orientées. Ils n’en retiennent qu’un trait destiné à capter le désir sur le mode fétichiste, sans barrière au sein de ce que les sexologues nomme les « paraphilies » autres que celles imposées par le cadre légal (actes pédophiles, films mis en ligne sans consentement...). La captation réalisée, les pornotypes peuvent alors se conjuguer selon un schéma narratif de base qui ne conduit cependant pas à un développement du récit. Cette réduction (qui réduit essentiellement le personnage féminin à un objet de fixation) et l’absence de développement narratif (qui raconterait ne serait qu’une partie de l’histoire de la rencontre des sujets) plaide en faveur de la thèse d’un refus de la subjectivité des personnages, réduisant l’acte sexuel à un acte organique, la rencontre des corps à la résolution éjaculatoire de la tension.

63Un premier pan de la mise en scène pornographique, le pan fétichiste et « sans sujet », apparait alors, peut-être pour laisser un espace de projection sans surprise et sans risque (de la rencontre).

64Un autre aspect apparaît à travers les manipulations catégorielles des procédés médiatiques, qui montrent d’une part le souci d’une (pseudo-)proximité avec le spectateur par la mise en scène réaliste et d’autre part l’irréductible part de fiction (mangas, stars...), laissant au visiteur le choix de naviguer entre ce qui se présente comme un ordinaire de la sexualité et son exaltation professionnelle et/ou artistique. Entre les deux, le « média participatif » fait le lien idéologique. 

65L’industrie pornographique propose ainsi un programme de mise en signe du désir et de l’acte sexuel qui, répété d’un site à l’autre à l’identique, permet d’en assurer la pérennité et contraint le spectateur pornophile à se fondre dans son moule sémiotique et ses pratiques médiatiques, peu à peu mais inexorablement, jusqu’à en explorer les recoins les plus inattendus, toujours plus loin, sans fin, de clic en clic.

Haut de page

Bibliographie

ARIELY Dan, LOEWENSTEIN George, « The heat of the Moment: The Effect of Sexual Arousal on Sexual Decision Making », Journal of Behavourial Decision Making, 19, 2006, pp. 87-98.

BAUDRY Patrick, La pornographie et ses images, Armand Colin, 1997.

BECKER Howard, Outsiders. Etudes de sociologie de la déviance, Métailié, 1985 [1963].

BOYER Henri, « Stéréotype, emblème, mythe. Sémiotisation médiatique et figement représentationnel », Mots. Les langages du politique, 88, 2008, pp. 99-113.

BRES Jacques, La narrativité, Louvain-La-Neuve, Duculot, 1994.

EDELMAN Benjamin, « Markets: Red Light States: Who Buys Online Adult Entertainment? », Journal of Economic Perspectives, 23(1), 2009, pp. 209-20,.

FISCHER Gustave.-Nicolas, Les concepts fondamentaux de la psychologie sociale, Dunod, 1987.

GAGNON John, « Les usages explicites et implicites de la perspectives des scripts dans les recherches sur la sexualité » [1990], trad. de l’anglais (USA) par Michel Bozon et Christian Cler, Actes de la recherche en sciences sociales, 128, 1999, pp. 73-79.

GOFFMAN Erving, Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Minuit, 1975 [1963].

IBANEZ BUENO Jacques, « Ouvertures phénoménologiques sur la télécommunication sexuelle électronique », Sexe et communication, MEI, 20, L’Harmattan, 2004, pp. 93-106.

KAVCIYAN Aram, ROSSE Elisabeth et CODINA Irène., Compte-rendu de l’atelier « Addictions sans drogues », Journée de l’ANIT, Nîmes, 12 et 13 juin 2008. Consulté le 31 octobre 2010. URL : http://www.hopital-marmottan.fr/spip/spip.php ?article91

LABOV William, « Speech actions and reactions in personal narrative », in TANNEN Deborah (ed.), Analyzing Discourse: Text and Talk, Washington, Georgetown University Press, pp. 12-24.

MAINGUENEAU Dominique, La littérature pornographique, Armand Colin, 2007.

MARZANO Michela, La pornographie ou l’épuisement du désir, Paris, Hachette littératures, 2003.

PEREA François et MORENON Jean, « Les manifestations vocales et verbales pendant l’acte sexuel », Synapse, 223, mars 2006, pp. 31-37.

PLANTE Judith, « Le public féminin, victime des médias ? », Sexe et communication, MEI, 20, L’Harmattan, 2004, pp. 117-126.

SIBILIA Paola, La Intimidad Como Espectculo, Buenos Aires, Fondo De Cultura Economica, 2008

SIMON William, GAGNON John H., « Sexual scripts: permanence and change », Archives of Sexual Behaviour, 15, 1986, pp. 97-120.

TABET Paola, La grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, L’Harmattan, 2004.

WILLIAMS Linda, Hard Core: Power, pleasure and the Frenzy of the visible, California, University of California Press, 1989.

WILLIAMS Linda (dir.), Porn Studies, Durkam, Duke University Press, 2004.

Haut de page

Notes

1 Hentai (変態), en japonais, signifie « transformation », « métamorphose », « perversion ». Une estampe d’Hokusai Katsushika (célèbre pour La Grande Vague de Kanagawa), intitulée Le rêve de la femme du pêcheur, datée de 1820, met en scène une femme nue serrant entre ses cuisses la tête d’un poulpe géant pendant qu’un autre, plus modeste, enfonce un bout de tentacule dans sa bouche.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Thèmes et catégories des sites web pornographiques.
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/2395/img-1.png
Fichier image/png, 58k
Légende Fig. 2 - Pornotypes dans les sites web pornographiques.
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/2395/img-2.png
Fichier image/png, 18k
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/2395/img-3.png
Fichier image/png, 11k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Perea, « Les sites pornographiques par le menu : pornotypes linguistiques et procédés médiatiques  », Genre, sexualité & société [En ligne], 7 | Printemps 2012, mis en ligne le 01 juin 2012, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://gss.revues.org/2395 ; DOI : 10.4000/gss.2395

Haut de page

Auteur

François Perea

MCF en sciences du langage
Praxiling UMR 5267 CNRS - Université Paul Valéry - Montpellier III.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org