Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Lestrade Didier, Pourquoi les gays sont passés à droite

Paris, Seuil, 2012
David Paternotte
Référence(s) :

Lestrade Didier, Pourquoi les gays sont passés à droite, Paris, Seuil, 2012

Texte intégral

  • 1  Didier Lestrade a aussi récemment publié un livre avec Gilles Pialoux (2012).
  • 2  Par exemple Gilles Bon-Maury, Nicolas Gougain, Frédéric Martel ou Christophe Martet et Yannick Bar (...)

1Depuis sa sortie en février 2012, Pourquoi les gays sont passés à droite1 a fait beaucoup de bruit. Cet ouvrage a bénéficié d’une abondante couverture médiatique et, comme en témoignent de nombreux blogs2, il a été largement discuté dans les milieux militants. Son auteur, Didier Lestrade, est incontestablement une des figures tutélaires du mouvement gay français et le titre, délibérément provocateur, suscite la curiosité. Ce livre réunissait donc tous les ingrédients pour séduire un large public et les résultats du premier tour de l’élection présidentielle, marqués par un score historique du Front national, renforcent encore son attrait.

2Toutefois, quelques mois après sa parution, il convient de revenir, loin des réactions passionnées qu’il a pu provoquer, sur les raisons de ce succès. D’emblée, il faut préciser que ce court ouvrage (142 pages) ne répond pas vraiment à la question posée implicitement dans le titre et que celles et ceux qui espéraient un opus de sociologie politique seront nécessairement déçus (voir Kraus 2012 pour une étude du comportement électoral). L’essai de Didier Lestrade relève plutôt d’une prise de parole. Il s’agit avant tout d’une critique des formes adoptées par une part des militants LGBT, ainsi que des « nouvelles » orientations politiques supposément adoptées par la « communauté » homosexuelle. Comme il l’indique, face à ces changements, l’auteur s’est senti obligé de sortir de sa retraite. Pour Didier Lestrade, « la communauté gay est aujourd’hui mieux intégrée dans la société française, elle est même devenue une minorité privilégiée par rapport aux autres minorités, toujours rejetées. Alors le rôle politique des gays consiste à aider ceux qui sont en bas de l’échelle. Dans ce combat, les femmes ont ouvert la voie depuis quarante ans, ensuite ce furent les homos qui en ont profité. Nous avons la responsabilité de tenir la porte pour les autres » (p. 142). On le sent, Didier Lestrade souhaite aussi rappeler au mouvement gay les leçons de son histoire et dénoncer la manière dont, à ses yeux, il s’en détournerait aujourd’hui.

  • 3  Lestrade égratigne au passage François-Marie Banier, Frédéric Mitterrand, Pascal Sevran, Joseph Ma (...)
  • 4  Ainsi, à l’inverse de ce qui est énoncé page 23, le leader populiste néerlandais Geert Wilders ne (...)

3Pourquoi les gays sont passés à droite se compose de sept chapitres et d’un épilogue, qui revient en des termes plus intimes sur la retraite de Didier Lestrade et sur les raisons qui l’ont amené à briser son silence. Il traite de sujets tels que l’attrait croissant de l’extrême droite pour les gays en Europe (s’appuyant surtout sur les cas autrichien et néerlandais), les tentatives du FN de draguer cet électorat, la politique homosexuelle d’Israël, l’homonationalisme (qui deviendrait de plus en plus prégnant en France) ou l’embourgeoisement et/ou le virage à droite de certaines personnalités de la communauté homosexuelle en France3. Au-delà des exemples et des anecdotes, parfois imprécis voire erronés4, ce livre a le mérite de poser certaines questions cruciales. Il révèle moins de secrets qu’il n’éclaire certaines transformations.

4Ce livre interroge tant les formes que les fondements du militantisme homosexuel contemporain, particulièrement sous deux aspects. D’une part, Didier Lestrade critique le militantisme gay d’aujourd’hui. Tout au long de l’ouvrage, on sent en effet un malaise face aux formes et aux choix qui guident la plupart des associations LGBT. Si l’auteur partage certaines revendications, il émet des réserves quant aux stratégies et au répertoire d’action. La manière selon laquelle il envisage l’action politique, incarnée par les premières années d’Act Up Paris (Broqua, 2006), reposait sur une politique de la rue, des actions spectaculaires et des stratégies d’accusation directe et de dénonciation. D’aucuns se rappellent les affiches choc placardées de manière sauvage, les prises de parole intempestives ou les die-in. Il est clair qu’une telle vision de l’action politique tranche, au moins dans les apparences, avec les formes d’action empruntées par la plupart des associations françaises d’aujourd’hui, qui sont plus réformistes et plus discrètes. À ce titre, ces pratiques étaient logiquement susceptibles de provoquer le rejet de Didier Lestrade. Toutefois, on peut regretter que ce dernier n’envisage jamais l’idée d’une complémentarité entre de telles formes de mobilisation. On peut en effet imaginer que les associations plus réformistes ont besoin d’acteurs plus radicaux pour promouvoir leur agenda, comme l’ont parfois démontré les relations entre Aides et Act Up. À l’instar de Jeffrey Weeks (1998), on pourrait aussi défendre – même si cette idée est contestable – la thèse d’une transition historique selon laquelle le mouvement homosexuel serait logiquement (voire nécessairement) passé d’un « moment de transgression » à un « moment de citoyenneté ».

5D’autre part, les fondements normatifs de l’engagement de Didier Lestrade – qui sont loin d’être neufs – interpellent tant les conceptions dominantes des militants LGBT que les cadres de référence du système politique et social français. Inspiré par l’expérience américaine, qui l’avait amené à fonder Act Up Paris, Didier Lestrade revendique la défense de la communauté homosexuelle comme base de son engagement. Selon lui, la société devrait se structurer à partir des communautés car « les minorités se développent, s’épanouissent et s’affirment au sein de la société à travers la notion de groupe » (p. 47). « L’idée communautaire est avant tout une condition de survie et d’intégration à moyen et à long terme » (p. 48), une position qu’il défend aussi pour les personnes issues de l’immigration. De tels propos rompent évidemment avec la posture républicaine et anti-identitaire tellement prégnante dans la culture politique française. Ce faisant, elle a le mérite de montrer la diversité des possibles (attestée par les expériences étrangères) et de forcer les autres acteurs à expliciter et à interroger les fondements normatifs de leur action. Par ailleurs, Didier Lestrade souligne avec raison les apories de la « notion » de communautarisme, qui ne correspond pas à la position qu’il tente d’articuler (qui serait plutôt, dans le jargon philosophique, de type communautarien). Enfin, cette posture ne conduit pas Didier Lestrade à prôner un repli communautaire, du moins pour les gays. En paraphrasant Daniel Defert, il attribue un rôle de « réformateur social » aux groupes minoritaires et rappelle l’expérience de la lutte contre le sida. Il conclut : « en termes politiques, chaque minorité a quelque chose d’inestimable à offrir et, si elle refuse de le faire, c’est toute la société qui recule » (p. 122-123).

6Par contre, cette position parait problématique dans la mesure où elle réifie le groupe constitué par les gays. Elle écarte tout d’abord, sans justifier les raisons de ce choix, les lesbiennes, les bisexuel-le-s et les trans, de cette communauté. Surtout, elle occulte toute diversité interne (surtout au niveau politique), d’ailleurs présentée comme une forme de trahison. Or, ce choix empêche peut-être Didier Lestrade de comprendre certains des phénomènes qu’il dénonce. En effet, contre l’idée selon lesquels les gays sont ou devraient être à gauche de l’échiquier politique pour être véritablement eux-mêmes, on peut aussi penser que l’acception croissante de l’homosexualité et l’amélioration de son statut juridique et social a poussé un certain nombre d’homosexuels plutôt discrets à s’affirmer et à revendiquer leur morceau d’arc-en-ciel. Dans ce cadre, les progrès engrangés au cours des dernières décennies ont nécessairement entrainé une diversification – voire un éclatement – de l’unité politique supposée de la communauté. En prenant le contre-pied de Didier Lestrade, on pourrait même décrire ce mouvement comme une démocratisation du mouvement gay, dans la mesure où il inclut désormais plus de personnes et, surtout, des personnes plus diverses. Une telle lecture offre un autre regard sur le vote de droite au sein de la communauté gaie, qui pourrait aussi être lu non tant comme un transfert de voix de la gauche vers la droite que comme le résultat de l’affirmation en tant que gays de personnes qui seraient autrefois restées plus discrètes.

  • 5  Lire par exemple sur l’Espagne : Oscar Guasch, La sociedad rosa, Barcelone, Anagrama, 1991.
  • 6  Voir, entre autres, cet ouvrage très controversé : Joseph Massad, Desiring Arabs, Chicago, Chicago (...)

7La position de Didier Lestrade soulève un autre problème : celui du coming out érigé en unique mode d’accès à la communauté et en devoir moral ou, pour reprendre ses termes, en « moteur du changement et de la pensée gays » (p. 123). À ce titre, l’auteur critique une certaine élite gaie qui, tout en pratiquant une vie homosexuelle très active et en bénéficiant de manière peu démocratique de réseaux d’initiés, est plutôt discrète sur ses préférences. Selon lui, « plus ils montent dans la hiérarchie, moins ils en disent sur leur identité sexuelle » (p. 97), un phénomène qui serait plus prégnant en France suite à l’importance historique d’un système élitiste et à une distinction plus rigide entre vie publique et vie privée. Dans le même esprit, Didier Lestrade revient aussi sur les menaces d’outing avortées qui avaient pesé sur l’ancien ministre UMP Renaud Donnedieu de Vabres à l’époque du PACS et regrette qu’Act Up n’ait pas mis ses plans à exécution. Or, si on peut regretter le silence de certaines personnes médiatiques, on peut douter de la spécificité française de ce phénomène. Surtout, la sortie du placard témoigne d’une conception singulière de penser les rapports sexuels entre hommes. Le coming out fait aujourd’hui l’objet de nombreux débats, tant parmi celles et ceux qui se revendiquent de la théorie queer qu’au sein des chercheurs étudiant d’autres réalités historiques ou géographiques. Au-delà du débat salutaire sur ses fondements normatifs, il apparaît de plus en plus comme une manière spécifique de vivre et penser l’homosexualité. En outre, lorsqu’il est transformé en injonction implicite ou explicite, il peut se transformer en une forme potentielle de violence et une source d’exclusion. Ce serait par exemple le cas pour les cultures méditerranéennes5 et/ou musulmanes6, qui reposent historiquement sur d’autres manières de gérer les rapports homosexuels. Aussi, si l’identité gaie est aujourd’hui en voie de mondialisation, on peut s’interroger sur l’articulation de cette position avec la défense des Musulmans issus de l’immigration et de leur culture qui fonde une partie du propos de Didier Lestrade.

8Enfin, on peut regretter que Didier Lestrade ne discute pas de manière plus substantielle les enjeux liés au néolibéralisme et au capitalisme. S’il critique le racisme pratiqué dans certains lieux de sortie et les limites d’une commercialisation à outrance de la vie gaie, il semble en effet subordonner ce débat à la nécessité de construire une communauté, comme en témoigne la discussion de sa relation avec Pierre Bergé et de la fondation de Têtu (p. 49-50). Or, pour beaucoup, il est logique de postuler l’existence entre une commercialisation et une marchandisation d’une partie du monde homosexuel et le virage à droite de celui-ci (le néolibéralisme en étant un des principaux vecteurs). Il s’agit d’ailleurs d’un des axes de débat de la littérature, notamment anglo-saxonne, qui interroge le virage à droite ou encore la culturalisation des luttes sexuelles.

Haut de page

Bibliographie

Broqua Christophe, Agir pour ne pas mourir ! Act Up, les homosexuels et le sida, Paris, Presses de Sciences Po, 2006.

Guasch Oscar, La sociedad rosa, Barcelone, Anagrama, 1991.

Kraus François, Les électorats sociologiques : Gays, bis et lesbiennes : Des minorités sexuelles ancrées à gauche, Paris, CEVIPOF, 2012.

Lestrade Didier, Pialoux Gilles, SIDA 2.0. Regards croisés sur 30 ans d’une pandémie, Paris, Fleuve Noir, 2012.

Massad Joseph, Desiring Arabs, Chicago, Chicago University Press, 2007.

Weeks Jeffrey, « The Sexual Citizen », Theory, Culture and Society, 15(3), 1998, pp. 35-52.

Haut de page

Notes

1  Didier Lestrade a aussi récemment publié un livre avec Gilles Pialoux (2012).

2  Par exemple Gilles Bon-Maury, Nicolas Gougain, Frédéric Martel ou Christophe Martet et Yannick Barbe.

3  Lestrade égratigne au passage François-Marie Banier, Frédéric Mitterrand, Pascal Sevran, Joseph Macé-Scaron et Caroline Fourest, qui reçoit l’honneur d’un chapitre entier.

4  Ainsi, à l’inverse de ce qui est énoncé page 23, le leader populiste néerlandais Geert Wilders ne serait pas « clairement gay », ce qui le différencie de feu Pim Fortuyn. De même, la narration des événements survenus récemment dans l’East End londonien oublie la complexité des faits (p. 26).

5  Lire par exemple sur l’Espagne : Oscar Guasch, La sociedad rosa, Barcelone, Anagrama, 1991.

6  Voir, entre autres, cet ouvrage très controversé : Joseph Massad, Desiring Arabs, Chicago, Chicago University Press, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Paternotte, « Lestrade Didier, Pourquoi les gays sont passés à droite », Genre, sexualité & société [En ligne], 7 | Printemps 2012, mis en ligne le 01 juin 2012, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://gss.revues.org/2411

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org