Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Pfefferkorn Roland, Genre et rapports sociaux de sexe

Lausanne, Page 2, 2012
Prisca Kergoat
Référence(s) :

Pfefferkorn Roland, Genre et rapports sociaux de sexe, Lausanne, Page 2, 2012

Texte intégral

1Dans Genre et rapports sociaux de sexe, Roland Pfefferkorn signe un ouvrage dont l’objectif est indiscutablement atteint : « Rendre compte de la diversité, de la richesse et des limites des analyses produites par les différents courants et auteures féministes » (p. 6). Édité par « Page 2 » dans la collection Empreinte, le grand mérite de ce petit livre – petit de par son format – est de proposer une synthèse claire et documentée d’un corpus de recherche. L’auteur y présente un panorama très exhaustif des analyses théoriques qui traversent différentes disciplines des sciences sociales (sociologie, anthropologie, philosophie, histoire, économie, psychologie), différents continents et périodes historiques en les replaçant au sein des débats et des controverses qui traversent le mouvement des femmes tout en discutant leurs caractères heuristiques.

2Dans une première partie l’auteur montre combien les analyses théoriques qui se sont développées dans le sillage du mouvement des femmes ont permis de rompre avec les approches naturalistes. Différents concepts, tels ceux d’oppression, d’exploitation, de patriarcat, sont ainsi discutés et resitués dans les débats qui traversaient le féminisme matérialiste des années 1970. L’auteur souligne l’intérêt des analyses en termes de production/reproduction qui ont permis de penser l’articulation entre la domination patriarcale et la domination capitaliste d’une part et l’enchevêtrement de la sphère familiale et de la sphère professionnelle d’autre part.

3Les deuxième et troisième parties sont consacrées au concept de genre. Son principal mérite est, nous dit-il, d’avoir réussi à fédérer le champ des études féministes mais aussi d’avoir parachevé la dénaturalisation des rapports entre les sexes en mettant l’accent sur les productions culturelles de significations qui viennent s’ajouter et donner sens aux différences biologiques. À partir de la production scientifique et des débats occasionnés par ce concept, Roland Pfefferkorn questionne la différence entre sexe et genre, les continuités et ruptures engagées par ceux de sexe social, de sexage, de classe de sexe ou encore par la théorie queer.

4Après avoir montré son caractère heuristique, l’auteur souligne ses limites en insistant sur son flou et sa polysémie. La banalisation du concept de genre, pouvant être utilisé « comme un label »(p. 72)apparaît, dans certaines occasions, bien plus académique que scientifique, telle par exemple la substitution de termes opérée entre feminist studies et gender studies. De même que, selon l’auteur, le concept de genre tend à occulter l’histoire du sexe et de ses interdépendances avec le contexte social, notamment pour tout ce qui concerne la fécondité et la sexualité. Bien que, précise-t-il, le concept de genre puisse parfois se subsumer à celui de rapports sociaux de sexe, il tend à gommer la dimension conflictuelle et inégalitaire entre hommes et femmes, la hiérarchie des catégories et des formes de pouvoir. Ainsi le genre – dans certaines acceptions – « gomme le conflit, oublie et dissimule la classe »(p. 79). C’est ainsi que l’auteur constate : « On peut faire le constat global, aussi bien dans les sciences sociales qu’en histoire, que nous sommes passés au cours des deux dernières décennies du xxe siècle d’une période durant laquelle les sciences sociales prenaient en compte les classes sociales tout en occultant les rapports de sexe (c’était le cas en France et en Grande-Bretagne au moins jusqu’au début des années 1970) à une période nouvelle qui voit l’émergence d’analyses prenant en compte le genre, ou du moins les femmes, mais oubliant ou masquant cette fois les classes. » (pp. 85-86)

5Or et c’est l’objet du quatrième et dernier chapitre, le concept de rapports sociaux de sexe et sa connexion avec celui de division sexuelle du travail permet d’articuler explicitement rapports sociaux de sexe et rapports de classe tout en insistant sur la dimension conflictuelle et antagonique entre femmes et hommes comme sur la centralité du travail.

6Le lecteur pourrait s’étonner du choix éditorial de placer les parties sur le genre avant celle consacrée aux rapports sociaux de sexe et à la division sexuelle du travail. Ce choix est certes discutable à la lumière de la chronologie des études féministes et de la dynamique des débats et théories ; dès lors, il peut brouiller la compréhension des lecteurs les moins avertis. Reste que ce choix peut être conforté par deux raisons principales : déjà parce que le concept de rapports sociaux de sexe et de division sexuelle du travail se sont inscrits durablement dans la pensée féministe mais aussi parce que ces deux concepts permettent d’ouvrir sur une thèse reprise et défendue par l’auteur : la nécessité d’articuler les rapports sociaux (de sexe, de classe, de racisation) pour penser tant la permanence que le changement social.

7C’est ainsi que s’appuyant principalement, comme le précise l’auteur, sur les travaux de Danièle Kergoat (2012), il montre qu’une sociologie des rapports sociaux (de sexe) permet non seulement de comprendre la production des catégories sexuées mais aussi – ce qui le distingue du concept d’intersectionalité – d’articuler de manière « extensive » et « consubstantielle » les rapports de sexe, les rapports de classe et les rapports de racisation. Cette dernière question aurait cependant gagné à être développée davantage : quels sont les différents mécanismes qui ont conduit le concept de genre à occulter celui de classe ? Comment expliciter la simultanéité des deux phénomènes, largement étudiés par l’auteurpar ailleurs, que sont l’ « éclipse des classes et l’émergence du genre » (Pfefferkorn, 2007, chap.1) ? S’agit-il d’une simultanéité fortuite ? Est-on là au contraire devant une construction sociale liée au fait que les rapports sociaux s’interpénètrent, et que ce faisant leurs poids respectifs varient historiquement au fil des conjonctures ? Compte tenu de ses travaux, il est certain que l’auteur aurait des réponses tout à fait intéressantes à apporter à ces questions. Mais sans doute cet ouvrage n’était-il pas le cadre adéquat pour développer ces analyses.

8On peut donc regretter que le format de la collection n’ait pas permis à Roland Pfefferkorn d’aborder d’autres plans d’analyse. Ainsi, l’auteur aurait pu – au regard de ses compétences – proposer une réflexion méthodologique permettant de passer d’une analyse des inégalités sexuées à une analyse genrée intégrant tant la dimension conflictuelle et antagonique entre les classes de sexe, que la centralité du travail. Si cette question est bien l’objet de son introduction, elle n’est que peut traitée au fil des pages et s’avèrerait pourtant fort utile à un public d’étudiants ou de chercheurs non avertis.

9Par ailleurs, si l’auteur est très persuasif dans sa présentation de la centralité du travail dans la construction des rapports sociaux et pour l’analyse de ces derniers, il reste toutefois qu’une présentation des conceptualisations féministes les plus récentes : post-modernisme, théorie queer, place de plus en plus importante des travaux sur la sexualité et des réflexions sur l’hétéronormativité… aurait été bien utile pour aller au fond du sujet : genre et rapports sociaux de sexe. Ces conceptualisations sont-elles concurrentes et exclusives avec celles présentées ici, ou au contraire peuvent-elles s’articuler ? En quoi leurs assises théoriques diffèrent-elles ? La mise en regard de leurs capacités heuristiques respectives aurait sans doute permis de renforcer – en tout cas c’est une hypothèse – le positionnement théorique de l’auteur. Tout cela pourra sans doute faire l’objet de nouvelles publications.

10Reste que cet ouvrage est une réussite. La fluidité de l’écriture le rend tout particulièrement agréable à lire, tandis que sa pédagogie, la pertinence des citations, l’abondance des références bibliographiques (dont de nombreuses renvoyant à des travaux étrangers) en font un ouvrage indispensable à nos bibliothèques. Celui-ci est un outil fort précieux pour les étudiants qui s’intéressent aux études féministes et pour les chercheurs – confirmés ou débutants – qui souhaitent revisiter ou s’initier à une sociologie féministe.

Haut de page

Bibliographie

Kergoat Danièle, Se battre, disent-elles…, Paris, La Dispute, 2012.

PFEFFERKORN Roland, Inégalités et rapports sociaux. Rapports de classes, rapports de sexes, Paris, La Dispute, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Prisca Kergoat, « Pfefferkorn Roland, Genre et rapports sociaux de sexe », Genre, sexualité & société [En ligne], 8 | Automne 2012, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://gss.revues.org/2432

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org