Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Rupp Leila J., Sapphistries: A Global History of Love Between Woman

New York, New York University Press,2009.
Florence Binard
Référence(s) :

Rupp Leila J., Sapphistries: A Global History of Love Between Woman, New York, New York University Press,2009.

Texte intégral

1Historienne de formation, Leila J. Rupp est professeure d’études féministes à l’Université de Californie, Santa Barbara. Depuis son entrée à l’université, au prestigieux collège féminin Bryn Mawr, en 1968, elle n’a eu de cesse d’étudier l’histoire des femmes, de la sexualité et des mouvements féministes. Chercheure prolifique, elle a publié de très nombreux articles et co-écrit plusieurs ouvrages avec sa compagne, Verta Taylor qui est sociologue, spécialiste d’études féministes à l’Université de Californie, Santa Barbara. Leila Rupp est également l’auteure de monographies (1978, 1997, 1999) traitant de thèmes aussi variés que la propagande germanique et américaine visant à inciter les femmes à s’engager dans l’armée durant la Seconde Guerre mondiale, l’histoire de l’émergence d’un mouvement féministe international ou encore l’histoire de l’amour homosexuel aux États-Unis.

2Sapphistries, qui de l’aveu même de l’auteure est une entreprise ambitieuse pour ne pas dire folle, relève effectivement de la gageure, mais une gageure réussie ! Comme le sous-titre l’indique, il s’agit d’une histoire mondiale de l’amour entre femmes, une histoire qui serait donc à la fois transhistorique et transculturelle. Il est toutefois évident pour Leila Rupp qu’il serait absurde de prétendre présenter une histoire universelle et essentialiste de « la lesbienne » tant la diversité des cultures et des conceptions du monde varient à travers le temps et l’espace. Sapphistries a pour objet de démontrer qu’établir des comparaisons transhistoriques et transculturelles est possible sans pour autant en tirer des conclusions essentialistes. L’argument principal de cet ouvrage est qu’au-delà de la diversité des cultures, transparaissent la persistance et la récurrence, à travers les siècles et les civilisations, de modèles de relations amoureuses entre femmes, en particulier pour ce qui concerne le rôle de la masculinité féminine et de l’érotisation des amitiés féminines. Elle montre que deux modèles prédominent, celui de l’attraction du masculin et du féminin dans lequel est érotisée la différence de genre et celui des amitiés féminines au sein desquelles c’est « le même » (sameness) qui donne forme au désir.

3Si Sapphistries est « une histoire de » (history of), c’est aussi, et peut-être plus important encore, « une histoire fiction de » (story of). L’approche théorique de Leila Rupp est transdisciplinaire, les sources qu’elle présente font appel à l’histoire, la sociologie mais également à la littérature. De plus, comme elle le montre, les récits historiques divergent quant à l’origine de l’homosexualité féminine. S’il a existé une longue tradition européenne l’associant à l’Asie, l’Afrique ou le Moyen-Orient où les femmes dotées de clitoris sur-dimensionnés se seraient livrées à des plaisirs honteux à l’abri de harems et foyers polygames, les récits contemporains de ces pays dénoncent le lesbianisme comme une perversion occidentale des « Blancs ».

4L’ouvrage se compose de dix chapitres comprenant une introduction et une conclusion. Les huit chapitres centraux présentent une histoire à la fois diachronique et thématique.

5Dans le premier chapitre, l’introduction, Leila Rupp explique sa démarche théorique et justifie son choix de titre. De son point de vue le concept de « lesbianisme » est restrictif car bien que le terme « lesbienne » soit transnational, il existe par le monde de très nombreuses femmes qui aiment les femmes sans pour autant se dire lesbiennes. Elle a donc opté pour « Sapphistries » qui fait référence au vécu de ces femmes plutôt qu’à leur identité.

6Dans le chapitre 2, intitulé : « Au commencement (40 000 à 1200 avant Jésus Christ) », Leila Rupp revisite les mythes anciens et modernes de la création du monde et de son évolution. Elle s’intéresse à la mythologie des peuples anciens, des indiens d’Amérique aux indiens d’Inde en passant entre autres par le Japon, la Chine, la Mongolie et bien sûr les amazones de la Grèce antique. Elle montre que le contenu de ces récits témoigne du fait qu’au sein des civilisations primitives la sexualité entre femmes n’était pas perçue de façon négative.

7Le chapitre 3, « Les civilisations antiques (3500 avant JC - 800 après JC) » pose la question de savoir pourquoi l’héritage de Sappho occupe une place aussi importante dans l’histoire. À travers un inventaire des sources existantes Leila Rupp montre que pour ce qui concerne les premières civilisations pour lesquelles des vestiges artistiques ou écrits nous sont parvenus, les preuves d’une sexualité entre femmes sont indéniables mais néanmoins très fragmentaires. Elle souligne le fait que toutes les sociétés anciennes, y compris celles qui valorisaient la sexualité telles Sparte, Lesbos ou encore l’Inde du Kamasutra, accordaient davantage de valeur aux hommes qu’aux femmes, qu’aucune d’elles ne considérait le désir sexuel entre femmes comme quelque chose de naturel ou de sain. Pour Leila Rupp, cela prouve que la diabolisation de la sexualité lesbienne précède la chrétienté. Elle souligne le silence des femmes sur le sujet et en déduit que la popularité de Sappho réside à la fois dans la force et dans l’unicité de son discours.

8Le chapitre 4, « Dans des lieux insolites (500 avant JC - 1600 après JC) » porte sur la période allant du déclin des grandes civilisations classiques à l’expansion des religions du monde jusqu’à l’essor/la montée de la domination mondiale de l’Europe. L’auteure note que bien que les témoignages de femmes ayant aimé des femmes soient quasi inexistants, il existe néanmoins des sources prouvant que de tels amours s’exprimaient dans des lieux insolites où régnait la séparation des sexes, dans les harems, les couvents, les foyers polygames, les sectes hérétiques etc. S’appuyant notamment sur les travaux de John Boswell (1980) et Bernadette Brooten (1996), elle conclut que durant cette période les positions doctrinales des principales religions concernant l’amour homosexuel différaient, la chrétienté étant apparemment la plus négative, mais que dans l’ensemble, elles étaient peu prolixes sur le sujet. Elle souligne que paradoxalement la séparation des sexes dans certains lieux a eu pour effet de favoriser l’épanouissement de relations sexuelles et amoureuses entre femmes.

9Le chapitre 5, « Au grand jour (1100 – 1900) » présente une diversité de cas de femmes qui affichaient publiquement leur masculinité ou vivaient avec d’autres femmes au vu et su de leurs communautés. Certaines d’entre elles étaient « invisibles » car hors la loi, comme par exemple ces « femmes-maris » qui se faisaient passer pour des hommes et épousaient « en toute légalité » des femmes. D’autres étaient visibles mais stigmatisées voire punies, d’autres encore portaient l’habit masculin et menaient une existence « masculine » mais étaient tolérées, parfois même acceptées surtout lorsqu’elles étaient perçues comme vierges. Enfin, dans de nombreux pays, notamment en Afrique mais aussi en Inde, dans certaines régions rurales des Balkans ou encore en Irak, les mariages entre femmes bénéficiaient d’une reconnaissance institutionnelle. Dans la majorité des cas, ces unions n’étaient pas sexuelles, elles permettaient de perpétuer la lignée familiale ou s’inscrivaient dans une nécessité économique. La « femme-mari » occupait alors la position sociale de l’homme.

10Le chapitre 6 : « Se trouver les unes les autres (1600 – 1900) » traite de la naissance des premières « communautés de lesbiennes » du dix-septième siècle au dix-neuvième siècle. Selon Leila Rupp, le développement économique et industriel qui entraîna une plus grande mobilité géographique et l’expansion des grandes villes permit à des femmes de différentes classes sociales de trouver des moyens de se reconnaître. Pour les femmes des basses classes, les sources (principalement juridiques) montrent qu’un lien était établi entre criminalité, prostitution et sexualité entre femmes et que cette perception traversait les cultures. À l’autre bout de l’échelle sociale, les femmes des classes supérieures sont elles aussi vilipendées. Pour discréditer l’aristocratie au pouvoir, des pamphlets où se mêlent pornographie et propagande politique relatent des histoires d’amour entre dames de cour. Par ailleurs, la séparation des sexes aux xviiie et xixe siècles fit apparaître comme naturelles les amitiés romantiques d’autant plus qu’elles n’empêchaient pas les femmes de se marier.

11Dans le chapitre 7, « Qui y a-t-il dans un nom ? (1890 – 1930) » Leila Rupp insiste sur ce qu’elle a démontré dans les chapitres précédents, à savoir que la manière dont la sexualité et l’amour entre femmes sont nommés varie considérablement d’une époque à une autre, d’une culture à une autre. Elle souligne également que dans de nombreuses instances, cet amour et cette sexualité ne sont pas nommés. Toutefois, la dissémination des travaux des sexologues va marquer un tournant décisif à la fin du dix-neuvième et au début du vingtième siècle. Si ce discours « scientifique » resta inconnu dans de nombreuses régions du monde, il eut un impact important en Occident mais également en Chine, au Japon et dans d’autres pays où il se répandit et fusionna avec les traditions culturelles locales tout en conférant ainsi au « lesbianisme » une origine occidentale. Par ailleurs, en donnant un nom à la « lesbienne » la sexologie ouvrit la voie de nouvelles perceptions de l’amour entre femmes. Elle contribua surtout à renforcer, voire à créer, une unité conceptuelle entre homosexualité féminine et masculine et favorisa par ailleurs le développement de communautés « lesbiennes ».

12Dans le chapitre 8, « En public (1920 – 1980) », Leila Rupp retrace les grandes lignes de la visibilisation progressive du « lesbianisme » essentiellement dans les pays occidentaux mais pas uniquement. En ce qui concerne l’entre-deux-guerres, elle mentionne les salons comme celui de Natalie Barney, les clubs et les bars de Paris, Berlin ou New York. Elle souligne l’importance de la couverture médiatique, en particulier dans la presse populaire, des passions amoureuses entre adolescentes dans les écoles de filles aux États Unis, en Europe, en Amérique latine mais également au Japon et en Chine à cette même époque. Elle présente succinctement les grandes étapes du développement de la presse et de la fiction « lesbienne » des années vingt aux années soixante-dix en Allemagne, aux États Unis et en Angleterre et évoque brièvement l’apparition de ce type de littérature en dehors des États Unis et de l’Angleterre, au Japon, au Brésil, en Afrique du Sud au Mexique dans les années quatre-vingt. Enfin, elle insiste sur l’importance du développement de lieux commerciaux visant une clientèle lesbienne. Pour Leila Rupp tous ces éléments participèrent de la visibilité du « lesbianisme » mais surtout, ils contribuèrent à rendre visible la possibilité pour les femmes d’échapper au contrôle des hommes et de mener une existence indépendante.

13Le chapitre 9, « Un monde de différence (1960 – présent) » porte sur les régions du monde où le « lesbianisme » est vécu ou perçu différemment par rapport à l’Occident. Leila Rupp démontre qu’il existe toujours une grande variété de manières de vivre et de conceptualiser l’amour entre femmes, preuve d’une continuité et discontinuité historiques en fonction des aires géographiques et des cultures. Se référant à des sources variées, littérature, presse, articles scientifiques etc., elle montre qu’aujourd’hui dans pays où le « lesbianisme » est fortement réprimé, on trouve néanmoins des écrits sur le sujet, au Maroc, en Arabie Saoudite, en Syrie, au Lesotho, au Kenya, en Chine etc. Dans d’autres pays où le mariage homosexuel est illégal, en Malaisie, Thaïlande ou par exemple en Inde, des unions légales entre femmes sont possibles dans certaines conditions. Dans d’autres pays encore, à Hong Kong, aux Philippines, en Indonésie, en Afrique du Sud, au Sri Lanka, le transgenderisme et la masculinité féminine sont parfois tolérés voire acceptés.

14En guise de conclusion, Leila Rupp rappelle que la possibilité de l’amour entre femmes est reconnue depuis l’aube des temps même si cet amour a souvent été ignoré ou nié. L’histoire montre que ce n’est pas la sexualité entre femmes qui dérange le plus mais plutôt la masculinité féminine et l’indépendance des femmes vis à vis des hommes. C’est le fait que ces femmes sont une menace à l’ordre social qui pose problème. Enfin, elle insiste sur le fait que la vision occidentale dominée par l’idée d’un progrès est relative, qu’elle ne présente qu’une image partielle du tableau car il existe à travers le monde de très nombreuses autres visions de ce qu’elle nomme « sapphistries ».

15De lecture très agréable et souvent captivante, Sapphistries offre une visionglobalede la complexité et de la diversité des amours entre femmes à travers les âges, les continents, les civilisations et les cultures. Agrémenté de nombreuses illustrations, extraits de poésies et de romans, il s’agit d’un ouvrage extrêmement bien documenté qui regorge d’informations passionnantes et parfois pétillantes pouvant intéresser aussi bien le/la chercheur-e que le lectorat profane. Les références bibliographiques sont très riches et essentiellement anglo-saxonnes mais comprennent également des articles traduits d’autres langues ainsi que des ouvrages en allemand et en français. Si Sapphistries est davantage descriptif qu’analytique, c’est un ouvrage stimulant qui soulève d’importantes questions et suscite la réflexion. On ne peut qu’espérer qu’il sera prochainement traduit en français.

Haut de page

Bibliographie

BOSWELL John, Christianity: Social Tolerance, and Homosexuality: Gay People in Western Europe Fron the Beginning of the Christian era to the Fourteenth Century, Chicago, Chicago University Press, 1980.

BROOTEN Bernadette, Love Between Women: Early Responses to Female Homoeroticism, Chicago, Chicago University Press, 1996.

Rupp Leila J., Mobilizing Women for War: German and American Propaganda, 1939-1945, Princeton, Princeton University Press, 1978.

RUPP Leila J.; A Desired Past: A Short History of Same-Sex Love in America, Chicago, University of Chicago Press, 1999.

RUPP Leila J.; Worlds of Women: The Making of an International Women's Movement, Princeton, Princeton University Press, 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Binard, « Rupp Leila J., Sapphistries: A Global History of Love Between Woman », Genre, sexualité & société [En ligne], 8 | Automne 2012, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://gss.revues.org/2436

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org