Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Branche Raphaëlle, Virgili Fabrice (dir.), Viols en temps de guerre

Paris, Payot, 2011
Mickaël Bertrand
Référence(s) :

Branche Raphaëlle, Virgili Fabrice (dir.), Viols en temps de guerre, Paris, Payot, 2011

Texte intégral

1« Dans des périodes d’affrontement, où les différentes expressions de la communauté nationale sont fortement investies, le viol devient une métaphore de l’invasion puis de l’occupation » (p 17). Souvent passés sous silence au moment du bilan des exactions, alors même qu’ils font généralement l’objet d’une vaste propagande durant les conflits, les viols en temps de guerre constituent un objet de recherche novateur.

2Les quatorze contributions rassemblées dans cet ouvrage évoquent des contextes historiques et géographiques très différents mais permettent aussi de saisir les points communs de ce qui peut être considéré comme une véritable « arme de guerre spécifique » (p. 9). Ainsi, le viol ne vise pas seulement la jouissance sexuelle immédiate d’un agresseur, il consiste également à prendre possession du corps des victimes qui porteront dès lors les stigmates d’une brutalité dont les effets s’étendent sur le temps long. En s’en prenant aux femmes civiles, les soldats signifient en effet au camp ennemi qu’ils ont non seulement conquis un territoire géographique, mais aussi un territoire symbolique pour lequel les dommages pourront difficilement être réparés.

3En Europe comme en Afrique, à l’époque contemporaine comme pour les périodes plus anciennes, les historiens qui se sont intéressés à ce sujet sensible ont été confrontés à des difficultés méthodologiques récurrentes. Les obstacles sont d’abord d’ordre archivistique. Le viol est en effet un acte souvent furtif et clandestin qui laisse peu de traces, à l’exception des stigmates psychologiques qui s’imposent aux mémoires des victimes. Quand bien même ces dernières décident de témoigner (que ce soit devant un journaliste, un scientifique ou la justice), elles utilisent souvent des termes divers et flous qui peuvent recouvrir des réalités bien différentes et parfois difficilement exploitables par les chercheurs en sciences sociales. Dès lors, l’étendue de la pratique du viol dans un conflit est souvent très difficile – voire impossible – à évaluer. Il faudrait pour cela être en mesure de prendre en considération les nombreux silences qui se sont imposés aux victimes dans l’immédiat après-guerre et qui apparaissent généralement en totale contradiction avec les opérations de propagande mise en place durant l’affrontement et visant à discréditer l’adversaire.

4L’une des forces de cet ouvrage, qui regroupe des contributions d’une grande diversité, est de constater que la pratique du viol en temps de guerre n’est pas immuable, bien que des constantes puissent être identifiées. Il convient tout d’abord de préciser à la lumière des travaux de Marianna G. Muravyeva (p. 25) que les regards des sociétés, des autorités militaires et des instances judiciaires ont beaucoup évolué au cours des décennies récentes. Ainsi, les tribunaux militaires russes ont-ils souvent hésité entre une vision purement disciplinaire considérant le viol comme un dérapage dans la mission des soldats, et un regard plus stratégique visant à protéger la réputation de l’armée nationale. Regina Mülhauser affirme en revanche dans son étude sur la violence sexuelle des soldats allemands pendant la guerre d’anéantissement en Union soviétique que la Wehrmacht peut avoir donné l’impression d’encourager la violence sexuelle dans la mesure où elle ne faisait que rarement appliquer les mesures disciplinaires prévues (p. 43). François Godicheau est encore plus catégorique lorsqu’il parle d’une « permission donnée » aux troupes maures durant la guerre d’Espagne : l’aménagement de temps libre permettait aux soldats de pratiquer le viol « comme une compensation à l’effort de guerre fourni » (p. 115). Néanmoins, dans ce cas comme dans le précédent, les auteurs précisent que les sources ne sont pas assez explicites pour faire de cette suspicion une certitude.

5Un autre apport essentiel de cet ouvrage consiste en une véritable réflexion filée par les auteurs sur les temporalités complexes du viol. Au-delà de l’instantanéité d’une agression brutale, la violence peut en effet se poursuivre durant des années, voire des décennies. Quand elles ne sont pas tuées avant, pendant, ou immédiatement après le viol, les victimes subissent souvent une véritable mort sociale ou psychologique conduisant soit au suicide, soit à l’exclusion. À propos des affrontements entre milices privées et guérilla maoïste dans l’État de Bihar (Inde), Alexandre Soucaille explique qu’il est régulièrement reproché à la femme violée de ne pas s’être donné la mort afin d’éviter que l’infamie ne retombe sur son mari et sa famille (p. 119). D’où l’importance, soulignée par Nadine Puechguirbal dans son étude sur les conséquences du viol en Erythrée, en République démocratique du Congo, au Rwanda et en Somalie, d’un accompagnement psychologique visant à favoriser la reconstruction individuelle des victimes (p. 145).

6La guerre des corps peut également se transformer en véritable guerre des mémoires qui se prolonge durant des décennies. Ainsi, Norman M. Naimark explique que les entreprises de glorification de l’armée soviétique en Russie sont régulièrement contrariées par l’émergence d’une mémoire victimaire allemande longtemps étouffée (p. 207). La contribution de Nayanika Mookherjee (p. 71) propose en revanche un contrepoint à cette logique. Les femmes victimes de violences sexuelles durant la guerre de Libération du Bangladesh ne sont pas vouées au silence et à l’invisibilité. Elles sont au contraire régulièrement évoquées et présentées comme de véritables « héroïnes de guerre » (p. 74), tandis que les hommes musulmans bengalis ayant subi les mêmes sévices sont condamnés à l’oubli. Par cette comparaison audacieuse, l’auteur montre que la mémoire du viol ne doit pas seulement être considérée comme une affaire psychologique individuelle. Elle est aussi le résultat d’une construction nationale où les dimensions ethniques, religieuses et morales tiennent un rôle important.

7Bien que les coordinateurs de cet ouvrage appellent de leurs vœux une « analyse précise de l’identité des violeurs, de leur marge d’autonomie et des gestes accomplis » (p. 16), on peut regretter que les contributions développent finalement assez peu cet aspect essentiel de la question. Les témoignages sont certes encore plus rares que pour les violé-e-s, mais ils font aussi l’objet d’une moindre attention. Ainsi, les propos d’un vétéran soviétique n’ont qu’une valeur d’illustration à la fin de l’article de Marianna G. Muravyeva dont l’analyse constitue presque une négation du témoignage individuel de l’agresseur : « Quelles que soient les explications, il convient d’insister sur la responsabilité de toutes les armées impliquées dans le conflit » (p. 42). L’étude proposée par Regina Mülhauser est sur ce point beaucoup plus convaincante car elle mobilise des réflexions sociologiques sur la « délinquance collective » ou encore la conscience d’une « responsabilité partagée » (p. 48) qui renforcerait l’ordre hiérarchique des troupes. Cette fois-ci néanmoins, ce sont les témoignages qui manquent pour appuyer un tel propos. À défaut d’informations détaillées et authentiques sur les identités et les motivations des violeurs, l’ouvrage permet en revanche de se faire une idée assez précise de l’image du violeur véhiculée par la propagande : souvent décrits en groupe plutôt qu’individuellement, les agresseurs constituent un stéréotype de l’altérité face à leurs victimes. L’image du Maure évoquée par Maud Joly à propos de la guerre d’Espagne met au jour cette « fabrique » de l’ennemi brutal : aussi violent que ses victimes sont innocentes, aussi belliqueux que ses victimes sont sans défense (p. 108).

8On s’étonne également de la dimension largement hétéro-centrée de l’analyse développée dans ces multiples études de cas. Ainsi, la potentialité d’un viol d’hommes à l’encontre d’autres hommes est souvent absente, voire niée dans l’introduction lorsque les auteurs affirment que le viol est devenu « une arme de guerre spécifique destinée à viser les femmes » (p. 9). L’excellente contribution de Nayanika Mookherjee adopte pourtant une démarche comparative fort intéressante qui la conduit à distinguer la place des femmes violées au sein de la société bengalie par rapport à celle des hommes ayant subi le même sort. De même, Regina Mülhauser évoque à deux reprises l’homosexualité latente dans les violences sexuelles commises par les soldats allemands en URSS durant la Seconde Guerre mondiale (pp. 46 et 52). Néanmoins, ces mentions sont toujours indiquées entre parenthèses et ne font jamais l’objet d’un article, ni même d’un développement distinct alors que les exemples de viols homosexuels existent dans les archives, comme par exemple lors de l’occupation française de la Ruhr (Archives de la Haute-Commission interalliée des territoires rhénans), puis de l’occupation nazie de la France quelques années plus tard (AD Rhône).

9L’organisation de l’ouvrage pâtit de l’absence d’organisation synthétique. Les contributions s’enchaînent sur des thèmes aussi riches que variés, parfaitement introduits par un texte aussi court qu’efficace… mais hélas sans aucune logique immédiatement apparente. On passe ainsi du xvie au xxie siècle, de l’URSS à l’Inde, de l’article de fond à des « réponses publiques à un texte académique » (p. 159) sans qu’aucune transition ne soit aménagée. Cette absence de structure conduit parfois à des répétitions et des redondances inhérentes à ce genre d’ouvrage collectif, mais néanmoins lassantes. Il n’en demeure pas moins que cette étude collective des viols en temps de guerre remplit parfaitement l’objectif initial fixé par ses coordinateurs, à savoir : « contribuer à la constitution d’un objet de réflexion pour les sciences sociales et (…) défricher un champ » (p. 24). Nul doute que la lecture de ces différentes contributions saura susciter l’intérêt pour de nouveaux terrains de recherche, mais aussi pour de nouvelles problématiques liées au genre et aux sexualités en temps de guerre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mickaël Bertrand, « Branche Raphaëlle, Virgili Fabrice (dir.), Viols en temps de guerre », Genre, sexualité & société [En ligne], 8 | Automne 2012, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://gss.revues.org/2444

Haut de page

Auteur

Mickaël Bertrand

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org