Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Mensah Maria Nengeh, Thiboutot Claire, Toupin Louise, Luttes XXX. Inspirations du mouvement des travailleuses du sexe

Montréal, Remue-Ménage, 2011
Tiphaine Besnard
Référence(s) :

Mensah Maria Nengeh, Thiboutot Claire, Toupin Louise, Luttes XXX. Inspirations du mouvement des travailleuses du sexe, Montréal, Remue-Ménage, 2011

Texte intégral

1L’ouvrage Luttes XXX. Inspirations du mouvement des travailleuses du sexe est né du Forum XXX : Célébrer une décennie d’action, façonner notre avenir, qui s’est tenu à l’UQAM (Université du Québec à Montréal) du 18 au 22 mai 2005 et a rassemblé près de 250 personnes, majoritairement travailleu-r-se-s du sexe, venu-e-s du monde entier. En gestation depuis plusieurs années, ce projet de publication d’une anthologie des Luttes XXX a finalement pu se concrétiser à partir de 2008. Edité sous la direction de Louise Toupin, Claire Thiboutot et Maria Nengeh Mensah, toutes trois militantes féministes pour les droits des travailleur-se-s du sexe au Québec, il vise à retracer l’histoire des engagements qui fondent l’inspiration du mouvement des travailleuses du sexe dans le monde, dont l’organisation politique, le féminisme, le VIH/sida, et la migration constituent les enjeux politiques les plus fédérateurs.

2Composé de 8 chapitres, son organisation thématique (S’organiser, Travailler, Bâtir des alliances, Se raconter, Décriminaliser, Agir face au Sida, Migrer et Se représenter) vise à faire le tour des questions politiques contemporaines auxquelles sont confrontées les travailleuses du sexe, aussi bien individuellement que collectivement. Il s’agit de textes, pour la plupart publiés pour la première fois en français, émergeant des associations de travail du sexe internationales. À ce sujet, les éditrices rappellent que « la publication de cette anthologie Luttes XXX est une première. Il n’existe pas, à ce jour, en français, de tel recueil » (p. 38). En cela il comble une lacune dans le domaine des sciences humaines en général et dans celui des études sur les migrations, la sexualité, l’action militante et le travail en particulier.

3Partant du constat que les travailleuses du sexe sont contraintes à un isolement, aussi bien social, qu’académique, politique ou encore linguistique, les critères de sélection des textes reposaient sur la promotion des droits des travailleuses du sexe et sur la mise à disposition des outils théoriques à des lecteu-r-rice-s francophones, parmi lesquel-le-s figuraient en première place les travailleuses du sexe elles-mêmes. Les éditrices rappellent cependant que leurs « critères de sélection n’ont cependant aucune prétention à l’impartialité, encore moins à l’exhaustivité » (p. 36).

4Le chapitre 2 est entièrement consacré au travail, une notion fondamentale qui est au cœur de l’ouvrage et des luttes des travailleuses du sexe de différentes parties du monde, dont le Nord des États-Unis, la France, la Thaïlande et l’Inde constituent les régions les plus représentées. Les articles de ce chapitre évoquent par exemple les « compétences et habiletés nécessaires à l’exercice du travail du sexe » (p. 118), ou encore les 7 heures et 55 minutes de travail du sexe, une installation réalisée en 2008 par le groupe thaïlandais Empower. Partant de la question : « si le sexe en tant que tel ne dure que cinq minutes dans une journée de travail, que se passe-t-il dans la vie d’une travailleuse du sexe le reste du temps ? », les travailleuses du sexe thaïes ont créé un jeu interactif pour déconstruire les préjugés du public sur leur activité. « Peut-être n’avez-vous jamais songé que la partie de notre travail qui submerge les universités et les centres de recherches de données, de statistiques et de théories n’est qu’une infime partie de notre travail, un petit cinq minutes de notre journée de travail », écrivent-elles avec humour (p. 145).

5Le chapitre 3, Bâtir des alliances, évoque les difficultés qui résultent des tentatives de construction d’alliances féministes entre les groupes néo-abolitionnistes et les groupes de travailleuses du sexe. Dans un texte de 1987, Laurie Bell évoque les douloureuses expériences de confrontation avec les groupes féministes, reposant sur une incompréhension réciproque et un malentendu initial. « Les travailleuses du sexe ont raison de dire que les féministes ont élaboré leurs analyses sur la pornographie et la prostitution en ignorant tout de la vie de celles qui travaillent dans ces industries. Nous ne nous connaissons pas mutuellement. Nous ne nous parlons jamais » conclut-elle tristement (p. 186).

6Vingt ans plus tard, les tensions et l’abîme entre les deux univers semblent subsister. Lors d’une rencontre organisée à Montréal en novembre 2011 par le Regroupement québécois des Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel, à l’occasion de laquelle Gunilla Ekberg, porte-parole canadienne de la Coalitation Against Trafficking in Women (CATW), avait été invitée à s’exprimer sur la récente loi suédoise (depuis 1999 la Suède pénalise l’achat de services sexuels). « Plusieurs travailleuses du sexe impliquées à Stella ou dans d’autres contextes associatifs ont assisté à cette rencontre. Elles ont rapporté avoir été profondément bouleversées par des propos méprisants proférés à leur égard » par les militantes féministes abolitionnistes (p. 208).

7Ce qui ressort de tous les articles de ces Luttes XXX, quels que soient le contexte et le pays, consiste en ce constat que « la criminalisation des activités liées à la prostitution contribue à marginaliser les travailleuses du sexe et à les tenir à l’écart de la société » (p. 331). Il semblerait que cette marginalisation ait des conséquences qui peuvent être extrêmement graves d’un point de vue sanitaire, légal, psychologique et social. Des conséquences qui contribueraient à une dégradation des conditions de travail. Toutes les auteures de l’ouvrage insistent sur l’importance cruciale du rôle des travailleuses du sexe dans l’organisation politique, communautaire et dans les pratiques de santé. Luttes XXX se propose de contribuer politiquement et théoriquement à cette entreprise de modification en profondeur des approches, de la vision et de la gestion du travail sexuel.

8L’ouvrage se singularise donc par une volonté assumée de donner la parole aux actrices du mouvement des travailleuses du sexe qui se retrouvent être, de façon tout à fait innovante, non pas objets d’étude mais sujettes et théoriciennes de leurs propres vécu et expérience. En effet, il se distingue fortement des perspectives habituelles, teintées d’abolitionnisme. Les éditrices le disent d’amblée : c’est un échantillon partiel et partial des initiatives, luttes, discours et manifestations artistiques qu’elles se proposent d’offrir. Loin des descriptions misérabilistes et des réflexions abstraites, Luttes XXX s’ancre dans l’action politique concrète sans renoncer à l’analyse théorique.

9Cette anthologie présente l’énorme avantage de rendre accessible à un large public, aussi bien universitaire que militant ou encore béotien, des écrits théoriques cantonnés jusque-là au militantisme et d’apporter un éclairage innovant sur le sujet. Par ailleurs, il souligne la perméabilité des milieux académiques et militants au Québec et les bénéfices intellectuels de celle-ci. Cependant, si l’ensemble de l’ouvrage offre une remarquable homogénéité, il faut toutefois noter que les articles ne proviennent pas de toutes les régions du monde. En l’occurrence, les continents nord-américain, européen de l’ouest, indien et asiatique du sud-est sont les principaux représentants, et l’on ne peut que déplorer la sous-représentation de l’Amérique du sud et l’absence totale du continent africain. De la même façon, concernant les pratiques, la prostitution (de rue, de bordel, etc.) et la danse nue dominent les analyses, au détriment de la pornographie, de la prostitution S/M ou encore du téléphone rose, etc.

10Pour conclure, on ne peut que saluer l’audace des organisatrices du Forum XXX et nous réjouir de l’introduction, dans le monde universitaire français, des expériences, des analyses et des échanges fructueux issus des milieux académique et militants québécois. Espérons que cette initiative contribuera au développement des recherches novatrices récemment entreprises en France et concourra à la sortie des analyses du travail sexuel des études sur la traite et sur l’exploitation sexuelle auxquelles elles ont trop longtemps été cantonnées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tiphaine Besnard, « Mensah Maria Nengeh, Thiboutot Claire, Toupin Louise, Luttes XXX. Inspirations du mouvement des travailleuses du sexe », Genre, sexualité & société [En ligne], 8 | Automne 2012, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 21 octobre 2014. URL : http://gss.revues.org/2448

Haut de page

Auteur

Tiphaine Besnard

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Revues.org