Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Twine France Winddance, Outsourcing the Womb: Race, Class, and Gestational Surrogacy in a Global Market

Londres, Routledge, 2011
Peggy Sastre
Référence(s) :

Twine France Winddance, Outsourcing the Womb: Race, Class, and Gestational Surrogacy in a Global Market, Londres, Routledge, 2011

Texte intégral

1L’ouvrage de France Winddance Winddance Twine s’insère dans une collection d’essais intitulée Framing 21st Century Social Issues et qui entend proposer un aperçu des grandes problématiques contemporaines. Pour cela, il s’agit de retourner aux fondamentaux des sciences sociales et d’analyser les problèmes actuels en les diagnostiquant tout d’abord de manière critique, puis en réfléchissant à quelques solutions. La collection réaffirme donc le caractère « progressiste » de la sociologie (hérité des luttes pour les droits civiques aux États-Unis dans les années 1960, via la compréhension des inégalités et des préjugés raciaux), tout en offrant un cadre d’analyse axé sur l’accessibilité et affirmant sa dimension profondément pédagogique – chaque chapitre se terminant par une série de questions du type « pour aller plus loin », permettant la discussion avec d’éventuels élèves.

2Ici, Winddance Twine s’empare des questions de fertilité, de stérilité, de famille et de mondialisation, en anglant son travail sur la notion de « tourisme reproductif » et en suivant, pour ce faire, trois objectifs :

  • 1/ analyser de manière « intersectionnelle » les façons dont le racisme, les inégalités de classe, l’héritage colonial, les croyances religieuses et l’organisation du capitalisme mondialisé structurent le recours aux technologies de procréation assistée et à la gestation pour autrui (GPA) ;

  • 2/ voir quels débats spécifiquement éthiques, législatifs, si ce n’est politiques entourent cette question du travail reproductif ;

  • 3/ offrir une analyse comparée de différentes expériences des mères porteuses employées aux quatre coins de ce marché mondial.

3La problématique de l’ouvrage de Winddance Twine, qui se termine par une discussion d’ordre plus général sur la « justice reproductive » et les formes de sa manifestation éventuelle sur un marché mondialisé, pourrait donc se formuler comme suit : comment des formes multiples d’inégalités sociales et de rapports de forces se trouvent-ils institutionnalisés dans ce marché, en restreignant l’accès de certaines familles et de certains individus, tout en en privilégiant d’autres ?

4« Une révolution silencieuse s’est mise en place durant ces trois dernières décennies », écrit Winddance Twine en préambule, avant de poursuivre :

« L’arrivée des enfants dans les familles a radicalement changé, surtout chez les classes moyennes et supérieures souffrant de problèmes de stérilité aux États-Unis. La “reproduction assistée” asexuelle, mettant en œuvre des technologies médicales comme la fécondation in vitro ou le transfert embryonnaire, a remplacé la reproduction sexuelle (et l’adoption) pour les couples hétérosexuels stériles et les couples de même sexe ayant besoin d’aide pour créer une famille. Au détriment de l’adoption, les foyers les plus riches s’orientent de plus en plus vers la gestation pour autrui, une méthode qui leur permet d’avoir des enfants avec lesquels ils partagent un lien génétique ».

5En analysant ce marché relativement nouveau de la GPA, Winddance Twine suit le prisme de l’exploitation des femmes pauvres qui « louent » leur utérus au profit de femmes et de familles plus aisées. Des mères porteuses « réceptacles » qui n’ont quasiment aucune protection et dont la situation s’aggrave d’autant plus qu’elles habitent dans des pays en voie de développement, où les entreprises d’aide à la procréation privées « délocalisent » leurs activités de GPA pour trouver une main d’œuvre reproductive au meilleur prix. C’est donc sur l’exploitation économique sous-jacente à cette manière « inhabituelle », selon ses termes, de créer une famille, que porte principalement la charge critique de Winddance Twine.

6Pour Winddance Twine, le secteur de la GPA et des mères porteuses est en effet un élément central de l’industrialisation de la reproduction et correspond à l’ouverture des « supermarchés reproductifs », pour reprendre une expression de Genea Corea qu’elle cite. Dès lors, l’argumentaire de Winddance Twine suit un examen critique des technologies de reproduction assistée et des mères porteuses, intégrées dans un marché mondialisé, et remonte aux années 1980 quand, selon elle, la stérilité et l’infertilité ont été vues pour la première fois comme des problèmes d’ordre médical. À partir de cette époque, l’apparition de technologies remettant en question la « naturalité » de la reproduction et la signification de la parentalité ont rapidement permis un « baby boom de substitution » où de plus en plus de couples, désireux d’avoir des enfants partageant leur patrimoine génétique (à la différence de ceux obtenus par adoption) se sont tournés vers les mères porteuses et la GPA pour créer leurs familles – le tout dans une logique extrêmement inégalitaire vu que, si l’OMS estime que l’infertilité touche un couple sur 10, l’accès de ces thérapies reste réservé aux foyers les plus fortunés.

7Néanmoins, il faut noter que cette explosion des naissances « technologiques » via GPA se limite aux pays les plus industrialisés et les plus riches et, au sein de ces pays du « Nord », à ceux qui autorisent la pratique – soit une toute petite partie, vu qu’à l’exception du Brésil, d’Israël et du Royaume-Uni qui la permettent dans un cadre législatif très strict, et de certains états des États-Unis (avec la Californie comme première destination), le reste du monde l’interdit, ou manque d’infrastructures adéquates. Winddance Twine oriente ainsi sa démonstration vers l’analyse comparée de l’usage des technologies de procréation assistée (et des valeurs qui les encadrent) en Égypte, en Inde, en Israël et aux États-Unis, en voulant voir quels rôles jouent la race, la religion, les inégalités de classe, le capitalisme mondial et les législations religieuses dans ce marché. De cette comparaison, Winddance Twine montre comment le travail reproductif des femmes les plus pauvres se voit « délocalisé » (comme dans l’industrie classique), tout en constituant un part de plus en plus importante du tourisme médical et comment, enfin, ce marché mondial des thérapies de l’infertilité est structuré par des inégalités de race, de classe et de revenus.

8La notion de « délocalisation » reproductive est empruntée par Winddance Twine à un article de janvier 2008, publié dans blog de Judith Warner, hébergé par le New York Times. Warner y écrivait sur les « utérus délocalisés », en soulevant de nombreuses questions éthiques sur les complexités de la substitution maternelle transnationale – un domaine représentant une partie de plus en plus importante du « tourisme reproductif ». En effet, selon Warner, de plus en plus de femmes et de couples américains et européens se rendent en Inde pour embaucher des femmes qui porteront leurs enfants à des prix bien moindres que ceux pratiqués dans leurs pays. Comme pour la délocalisation industrielle, il s’agit de sortir de son pays d’origine pour trouver une source de travail moins chère. Une notion que l’on retrouve aussi chez Aldous Huxley (Le meilleur des mondes) et Margaret Atwood (La servante écarlate), qui dérivent tous deux des univers fictionnels où la reproduction est devenue une procédure industrielle et, de fait, délocalisable. Cette notion a par ailleurs été utilisée par de nombreuses féministes pour signifier un type de travail reproductif où des femmes enceintes louent leurs utérus à des femmes qu’elles ne rencontreront pas forcément, pour mettre au monde des bébés avec lesquels elles n’ont aucun lien génétique. Winddance Twine fait aussi remarquer que la GPA n’est pas intégrée aux statistiques économiques sur la délocalisation, même si elle correspond à un secteur de plus en plus important du tourisme reproductif.

9En avril 2008, la une de Newsweek intitulée « utérus à louer : le monde complexe des mères porteuses », décrivait par exemple comment les femmes de militaires sont ciblées par les agences de maternité de substitution, via des prospectus déposés dans les boîtes aux lettres de leurs résidences, comme dans la banlieue de San Diego, ainsi que dans d’autres publications spécialisées. Pour Winddance Twine, si la maternité de substitution suscite la controverse, elle la suscite moins que l’avortement, la contraception et le mariage entre personnes du même sexe, souvent utilisés comme arguments politiques extrêmement clivants pendant les campagnes électorales.

10Mais selon Winddance Twine, la GPA permet de soulever plusieurs questions d’importance, par exemple : quel rôle devrait jouer l’État pour permettre aux individus et aux familles d’accéder aux technologies de procréation assistée ? Sur quels critères déterminer qui a le droit d’y avoir accès ? Quel rôle devrait jouer le secteur privé ? Les femmes célibataires doivent-elles avoir le droit d’accéder aux FIV, aux technologies d’assistance à la procréation ou à l’achat de sperme ? Quelles restrictions doit-on poser sur les technologies d’assistance à la procréation ? Quel rôle jouent les croyances religieuses dans l’accès à ces technologies ? Pourquoi la majorité des pays du monde les interdisent ? Ou encore : comment les inégalités de race, de classe, de sexe et autre sont-elles renforcées, réinscrites et reproduites par ces technologies ?

11Le problème, c’est que Winddance Twine n’y répond pas vraiment, et que son ouvrage, bien qu’assez court, fait l’effet d’un gigantesque effet d’annonce. Ainsi, même si elle souligne à plusieurs reprises que les modes de fonctionnement de la GPA miment les logiques esclavagistes où les femmes esclaves n’avaient aucun droit sur leurs enfants, considérés comme des propriétés du maître et comme des marchandises échangeables et commercialisables, on a du mal à comprendre en quoi la GPA, démarche contractuelle et consciente s’il en est, déposséderait les mères porteuses de quoi que ce soit. Par ailleurs, le choix de Winddance Twine de privilégier globalement des sources externes et très souvent théoriques (malgré, là encore, ce que son introduction pouvait laisser croire sur un éventuel travail d’enquête de terrain), fait que, comme très souvent sur le sujet de la procréation assistée, la parole des femmes peine à se faire entendre, que ce soit celle de « l’offre », les mères porteuses, ou de la « demande », celles qui ont recours à ces technologies pour fonder la famille qu’elle ne peuvent pas obtenir « naturellement ».

12Par ailleurs, si les médias ont régulièrement mis en avant la délocalisation reproductive avec, par exemple, le cas des couples occidentaux ayant recours à une GPA en Inde, ces technologies sont encore extrêmement rares dans ce pays qui ne bénéficie pas d’une législation précise sur la question, ni de pratiques unifiées. Ainsi, les cliniques indiennes n’ont en réalité aucune obligation de faire vérifier de manière indépendante le consentement libre et éclairé des mères porteuses, elles peuvent euthanasier les embryons, voire en implanter d’autres, sans aucun lien génétique avec le couple demandeur qui, lui, aussi, ne bénéficie d’aucune « protection ». Quelques couples canadiens et américains, en découvrant que leurs enfants ne partageaient pas leur patrimoine génétique et que cette condition étant pourtant requise pour prouver la nationalité américaine ou canadienne d’un enfant né en dehors du pays de ses parents, ont été bloqués pendant de nombreuses années en Inde, quand d’autres ont dû tout bonnement abandonner leurs enfants si « chers payés » dans des orphelinats. Et c’est la raison pour laquelle la grande majorité des GPA se fait aujourd’hui sur le sol américain, avec, en effet, la Californie comme première destination de ces touristes reproductifs venus des quatre coins du globe, mais dans des conditions qui sont loin de correspondre à une quelconque « sauvagerie », fût-elle capitaliste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Peggy Sastre, « Twine France Winddance, Outsourcing the Womb: Race, Class, and Gestational Surrogacy in a Global Market », Genre, sexualité & société [En ligne], 8 | Automne 2012, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 27 juin 2017. URL : http://gss.revues.org/2453

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org