Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Brown Tamara Mose, Raising Brooklyn: Nannies, childcare, and Caribbeans Creating Community

New York, New York University Press, 2011
Anne-Sophie Vozari
Référence(s) :

Brown Tamara Mose, Raising Brooklyn: Nannies, childcare, and Caribbeans Creating Community, New York, New York University Press, 2011

Texte intégral

1La scène se déroule à New-York : dans un square, des femmes noires discutent sur un banc public pendant que les enfants blancs dont elles ont la charge jouent. Tableau ordinaire de la vie des grandes métropoles du Nord, Tamara Mose Brown y voit bien plus et nous propose, avec Raising Brooklyn, une véritable plongée dans l’univers des « nounous » afro-caribéennes qui peuplent, en semaine, les lieux publics des quartiers gentrifiés de Brooklyn. Restituant avec finesse un matériau ethnographique d’une richesse remarquable, cet ouvrage éclaire nombre d’angles morts des travaux sur l’internationalisation du travail de care ayant fait, du moins en langue française, jusqu’ici peu de cas des sociabilités et solidarités tissées en situation de travail entre des travailleuses domestiques acculées à ne connaître que l’isolement au sein du foyer des employeurs. Participant pendant trois ans au quotidien insoupçonné d’une communauté de nourrices [comunity of sitters], la sociologue met au jour les sentiments d’appartenance et pratiques d’identité collective que développent les enquêtées une fois quitté le domicile des parents employeurs. Les sept chapitres de Raising Brooklyn examinent, chacun à leur manière, comment les travailleuses subalternes rencontrées, dominées mais pas nécessairement moins capables de résistance, composent jour après jour avec la position sociale qui leur est assignée.

2Resituant l’activité de ces travailleuses migrantes dans le circuit global de la chaîne du care [global care chain] (Hochschild, 2004), le premier chapitre revient sur les conditions historiques et les rapports sociaux de pouvoir structurant la division sociale, raciale et internationale du travail de care à Brooklyn. Dans ce bassin d’emploi ethniquement segmenté, les afro-caribéennes ne sont pas que les objets passifs de la domination et parviennent localement à retourner les stigmates de leur condition. En s’appropriant et revendiquant une identité pan-ethnique adossée à des marques et traits culturels communs, elles opposent ainsi à la classique division raciale du travail, une autre hiérarchisation – cette fois entre minorisées (philippines, afro-américaines, latinas...) – leur permettant de se concevoir comme celles les plus à même d’élever les enfants de Brooklyn. C’est dans les espaces publics, où elles se retrouvent quotidiennement, que s’exprime une caribéanité [West Indianness] les distinguant non seulement d’autres potentielles travailleuses migrantes mais également propice à les fédérer en une communauté, rempart à leur atomisation dans les foyers brooklynois. À la manière des cultural studies, la sociologue montre combien les pratiques culturelles relatives notamment à la nourriture (chapitre 4) ou à l’argent (chapitre 6) contribuent à construire un entre soi dans lequel les nourrices afro-caribéennes trouvent refuge. Ainsi, participer au « susu », forme d’épargne collective informelle, leur garantit une certaine indépendance économique mais contribue surtout à créer des liens de confiance et des obligations réciproques entre celles participant à la cagnotte. D’une même façon, les pratiques culinaires qu’elles développent entretiennent les relations entre initiées et leur permettent de compenser le déficit de prestige de leur activité. En effet, l’importance symbolique accordée à l’acte de nourrir autrui, et particulièrement les enfants (les leurs comme ceux dont elles ont la charge de façon rémunérée), suspend pour un temps leur condition de domestique au profit de celle de « vraies mères » [real mothers] et dépossède à leurs yeux leurs employeuses de cette qualité. En définitive, à l’instar des nounous ivoiriennes à Paris fréquentées par Caroline Ibos, les nannies de Brooklyn font preuve de créativité lorsqu’il s’agit de « conserver leur fierté dans l’exil et dans toutes les situations de domination qu’elles découvrent et affrontent » (Ibos, 2012 : 224-225). Néanmoins, l’action collective ne leur apparaît pas une solution efficace, contrairement à ce que souhaiteraient pourtant les bénévoles de la Domestic Workers Union, auprès desquel.le.s Tamara Mose Brown enquête également (chapitre 7). Sceptiques envers leur capacité à transformer les rapports de pouvoir en présence, les nourrices en appellent plutôt à la mobilisation de leurs employeuses pour faire évoluer leur condition. Effrayées de perdre l’emploi desquelles elles dépendent, de risquer (en s’engageant de la sorte) une expulsion du territoire américain, ou devant tout bonnement rentrer chez elles pour s’occuper de leur propre foyer, les nourrices afro-caribéennes demeurent sourdes aux incitations des entrepreneurs de la cause des travailleurs domestiques. Peut-être n’en ressentent-elles pas le besoin du fait même de cette communauté qu’elles parviennent à créer. C’est du moins ce qu’avance la sociologue en révélant les réticences de ces femmes « à sortir de ce cercle de confiance » (p. 149). À rebours des travaux sur le travail domestique rémunéré, les constats de Tamara Mose Brown nous invitent en définitive à déplacer le regard de manière plus systématique de l’espace privé vers l’espace public pour appréhender dans toute sa complexité cette activité.

3Bien que circonscrite au contexte socio-local étudié, l’analyse de la sociologue contribue à renouveler les catégories classiques d’appréhension du travail reproductif payé et ouvre des perspectives intéressantes pour qui souhaite penser l’espace urbain et ses mobilités à l’aune du travail de care. C’est là toute l’originalité de l’ouvrage. Dans les anciens quartiers populaires enquêtés, aujourd’hui en cours de gentrification, l’espace public est un acteur de premier ordre dans le quotidien des travailleuses domestiques de Brooklyn. Dans les familles des classes moyennes supérieures [upper middle class] où elles exercent, il n’est en effet pas rare que le domicile soit investi comme espace professionnel par les employeurs, contraignant par la même – de manière plus ou moins explicite – les nourrices à quitter les lieux avec les enfants qu’elles gardent. Perpétuellement à l’extérieur, c’est donc dans les parcs (chapitre 2), ludothèques et autres lieux dédiés à la petite enfance (chapitre 3) qu’elles effectuent leur service domestique. Occupant les lieux publics dont elles parviennent à territorialiser certains espaces (les bancs par exemple), elles n’échappent pas pour autant à l’emprise des employeurs qui, par l’entremise de la technologie (internet, téléphone portable) ou du voisinage, les surveillent à distance. Visibles, notamment du fait de leur racialisation, leur détournement des lieux publics en un espace social propre est donc tout relatif. Cette tension qui traverse les pratiques spatiales des nourrices, entre contrôle et autonomie, est particulièrement discutée dans le chapitre 5 où la sociologue examine l’usage que font du téléphone portable les employées et leurs employeurs. Créant « un espace privé à l’intérieur de l’espace public » (p. 109), la téléphonie mobile permet ainsi aux nourrices de maintenir leur réseau social local ou transnational, mais également d’orchestrer à distance leurs propres tâches domestiques, tout en arpentant les rues des quartiers de Brooklyn. Mais puisqu’elles ne sont pas les seules à gérer de manière concomitantes tâches familiales et professionnelles, elles restent, de la sorte, constamment joignables par leurs employeuses. S’il ne convient pas, comme le montre Evelyn Nakano Glenn à propos de l’histoire de la division raciale du travail reproductif rémunéré et gratuit aux Etats-Unis (Glenn, 2009), d’homogénéiser l’expérience (féminine) du travail domestique, cet exemple montre combien la division internationale de ce dernier n’en a pas ébranlée le caractère sexué.

4Enfin, si le regard que porte Tamara Mose Brown sur les nourrices afro-caribéennes me paraît exemplaire, c’est surtout du fait de la conscience aiguisée, dont l’ensemble de l’ouvrage témoigne, de sa propre position dans l’enquête. Son récit ethnographique bénéficie en effet grandement de ses introspections sur la place sociale singulière qu’elle occupe par rapport aux femmes enquêtées. Nous révélant beaucoup d’elle-même, en tant que femme noire d’origine afro-caribéenne, mère de jeunes enfants qui participent d’ailleurs pleinement à l’enquête et universitaire résidente des quartiers étudiés, elle énonce clairement d’où elle parle et réalise ainsi un exercice qui, loin d’être simplement incantatoire, est bel et bien heuristique et stimulant. Ayant à cœur de penser sa propre position et s’interrogeant des effets de cette dernière sur la production de connaissances, la sociologue met en définitive en pratique les théories du pont de vue situé. Au détour d’une référence à Dorothy Smith, figure majeure de la standpoint theory, elle confirme en toute fin d’ouvrage ce que la lectrice devinait jusqu’alors entre les lignes. Ce n’est en effet que dans un chapitre en annexe, et l’on regrette d’ailleurs ce choix, qu’elle revient de manière extensive sur cette entreprise qui dépasse la seule objectivisation du sujet connaissant. À lire la manière dont elle discute de sa position d’insider/outsider aux marges de la communauté des nounous, il est difficile de ne pas penser cette fois à la figure de l’ « outsider within » théorisée par Patricia Hill Collins à propos des universitaires afro-américaines possédant le privilège épistémique de traverser les frontières de groupes aux pouvoirs inégaux (Collins, 2004). En somme, avec Raising Brooklyn, Tamara Mose Brown nous livre une véritable ethnographie féministe et l’on ne peut que l’en féliciter.

Haut de page

Bibliographie

GLENN Evelyn Nakano, « De la servitude au travail de service : les continuités historiques de la division raciale du travail reproductif payé », in DORLIN Elsa (dir.), Sexe, Race, Classe, pour une épistémologie de la domination, Paris, Presses universitaires de France, 2009, pp. 22-70

HILL COLLINS Patricia, « Learning from the Outsider Within: The Sociological Significance of Black Feminist Thought » in HARDING Sandra (dir.), The Feminist Standpoint Theory Reader: Intellectual & PoliticalControversies, New York, Routledge, 2004, pp. 103-126.

HOCHSCHILD Arlie, « Le nouvel or du monde », Nouvelles questions féministes, 23, 3, 2004, pp. 59-74.

IBOS Caroline, Qui gardera nos enfants ?, Paris, Flammarion, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Sophie Vozari, « Brown Tamara Mose, Raising Brooklyn: Nannies, childcare, and Caribbeans Creating Community », Genre, sexualité & société [En ligne], 8 | Automne 2012, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://gss.revues.org/2463

Haut de page

Auteur

Anne-Sophie Vozari

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org