Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Benjamin Jessica, Imaginaire et sexe, Essais sur la reconnaissance et la différence sexuelle

Paris, Payot, 2012 (1996)
Vincent Bourseul
Référence(s) :

Benjamin Jessica, Imaginaire et sexe, Essais sur la reconnaissance et la différence sexuelle, Paris, Payot, 2012 (1996)

Texte intégral

1Ce livre est une occasion assez rare de lire en France les actualités des théories psychanalytiques anglo-saxonnes, qui restent peu connues dans leur développement récent. Les courants de la « psychanalyse américaine » accueillent actuellement des travaux critiques des théories psychanalytiques historiques, poursuivant ainsi dans la voie que la psychanalyse a ouverte avec Freud sur la sexualité humaine. L’expérience clinique actuelle accueille des nouvelles figures sexuelles, ce livre témoigne des créations cliniques et théoriques qu’elles suscitent.

  • 1  L’ouvrage est paru initialement sous le titre : Like Subjects, Love Objects : Essays on Recognitio (...)

2L’intersubjectivisme est un mouvement psychanalytique qui interroge et récuse l’importance de la pulsion telle que définie dans l’édifice freudien, en même temps qu’il soutient l’importance de la relation, de la personne à son environnement et avec son thérapeute, contre la conception intra-psychique historique de la psychosexualité depuis Freud. Certains s’interrogeront : est-ce encore de la psychanalyse ? Jessica Benjamin se nourrit de la pensée « post-moderne », la French Theory et en particulier Michel Foucault, notamment lorsqu’elle récuse se lier à telle ou telle théorie. Elle préfère maintenir les interactions et les tensions, ce qui confère à son travail une méthodologie et une rhétorique qui font évidement penser à Judith Butler et d’autres, dans l’art de cheminer sous les traits de la déconstruction en matière de « genre ». Le titre anglais de son livre souligne cette qualité par ce jeu de nuance Like Subjects, Love Objects1. La vie relationnelle, depuis les premiers temps du développement est faite de tensions dans le rapport à l’autre, nécessaire à ce que prennent forme les capacités relationnelles du sujet en devenir. Enfin, Jessica Benjamin est une des rares psychanalystes à progresser dans le paysage du « genre », qui n’est pas un concept psychanalytique et qui reste difficilement maniable sur le plan théorique et clinique encore aujourd’hui.

3« Attribuer une différence à l’autre comme objet sexuel, et même adorer ou idéaliser cette différence, n’est pas du tout la même chose que de respecter l’autre comme sujet égal » (p. 32). Voilà qui illustre très bien la « perspective relationnelle » de Jessica Benjamin quand elle s’attache à repenser les propositions de Freud pour dégager de nouvelles perspectives de développement affectif et sexuel. La distinction de « l’objet » notamment, s’estompe très vite pour laisser la place à la possibilité de « l’amour identificatoire » qui émerge en particulier dans le chapitre Mêmeté et différence. Plutôt que de poursuivre les oppositions classiques qui font préférer un « objet » à un autre, Jessica Benjamin ouvre la voie de la « surinclusivité » pour tenter de mettre en évidence sa viabilité et son originalité quand celle-ci paraît en mesure de supporter les paradoxes, les antithèses, les intersections. C’est une nouvelle voie qui s’ouvre pour penser les conditions d’émergence du sujet aux temps premiers de la sexualité dans une perspective « relationnelle » plus qu’« objectale ». Les constructions psychiques sont dès lors plus raffinées, plus complexes aussi, mais semblent en mesure de donner toute la place utile aux considérations sur le genre, l’identité de genre et l’identité sexuelle qu’elles accueillent bien autrement que les modèles critiqués par Jessica Benjamin (suprématie de l’objet sur le sujet et l’inter-sujet, phallocentrisme, hétérosexualité prédéfinie, etc.). Les frontières sont arasées et offrent plus de circulation aux différents mouvements identificatoires qui, d’être moins contraints, sont pensés comme pouvant mieux servir la subjectivité libérée de l’être. Ceci s’entend à condition d’admettre que l’amour d’objet et l’identification sont exclusifs l’un de l’autre comme conséquence de l’Oedipe, ce que Jessica Benjamin postule pour penser les relations inconscientes du désir dans d’autres schémas. Les interprétations « classiques » du complexe d’Oedipe sont renouvelées, la sexualité pré-génitale est repensée. Pour l’auteure, chaque lecteur de Freud peut postuler spécialement l’inverse et lire dans l’Oedipe une proposition encore différente.

4Dans La mère toute-puissante, Jessica Benjamin renouvelle l’approche psychanalytique de la place de la mère et de la relation mère-enfant. Le père, seul responsable du processus de séparation de l’enfant d’avec la mère pour exister au monde dans la plupart des interprétations théoriques psychanalytiques, est reconsidéré. La mère elle aussi gagne sous la plume de Jessica Benjamin un rôle et une fonction différente dans le cadre de l’intersubjectivité. Elle y développe une « répudiation féministe du père » (p. 126), dans l’enceinte du couple mère-enfant. Dans ce chapitre, Jessica Benjamin visite l’influence des pensées féministes pour y relever chez Susan Suleiman ou Jane Lazare les arguments et les traces de ce qui mérite d’être abordé par-delà la « toute-puissance maternelle », rendant grâce aux inévitables et impérieux mouvements de destruction et de reconnaissance (voir chapitre « Reconnaissance et destruction ») des premiers temps de la vie, du développement psychique. C’est une mère modernisée ou post-modernisée qui émerge dans ces pages, le père changeant lui aussi de place et de fonction.

5Le genre n’a pas de définition admise dans le champ de la psychanalyse. Jessica Benjamin prend donc, dans la suite logique de ses ancrages théoriques, le parti de traduire le « développement du genre comme un processus relationnel » (p. 131). C’est l’occasion pour elle de reprendre les critiques historiques des psychanalystes femmes des premiers temps de la psychanalyse, qui demeurent peu connues en France et qui pourtant méritent d’être étudiées de près. Dans le même mouvement que Jessica Benjamin, on pourra se référer aux réflexions de Karen Horney, entre autres, qui dès les années 1920, entreprend une critique de « l’envie du pénis » que Freud attribue à la petite fille autour du complexe d’Oedipe. D’autres depuis ont poursuivi le travail, pour proposer que le pouvoir du père tire sa signification de la séparation d’avec la mère, séparation vitale à la petite fille comme au petit garçon, et bien moins d’une supériorité pré-établie et phallicisante. Il faut alors lire et relire Mélanie Klein, Joyce Mc Dougall, Janine Chasseguet-Smirgel, mais aussi Hélène Deutsch (en notant que « père » et « mère » valent ici pour « fonction maternelle » ou « fonction paternelle », non pour les personnes réelles qui les occupent). Dans ce mouvement, c’est aussi la place du père dans la phase pré-oedipienne qui est renouvelée, tant il est resté à l’écart des perspectives théoriques empreintes des représentations sociales ambiantes lui conférant un rôle de tiers séparateur surplombant.

6Dans le chapitre consacré au transfert, à l’érotique de transfert, Jessica Benjamin explore ce que le genre, par son effet, éclaire de la relation transférentielle patient-clinicien : « Le clivage de genre est ancrée dans un fantasme collectif, il fait nécessairement retour [...] dans nos formulations théoriques » (p. 174). Ainsi, Jessica Benjamin propose que le genre puisse être appréhendé comme espace transitionnel (Winnicott) de sorte qu’un espace intersubjectif puisse s’ouvrir, et que nous soyons à même de nous y mouvoir, en laissant s’assouplir les clivages normatifs et culturels, bien plus présents dans des espaces transférentiels pensés différemment. Cette proposition va dans le sens de ce que promeut l’intersubjectivisme, à savoir que le clinicien n’y soit pas comme « semblant » (selon l’expression de Lacan), mais en mesure de parler de lui, comme sujet à part entière tout comme le patient – dans une approche très différente de l’approche freudienne ou lacanienne.

7Si cette critique est sans doute stimulante, on pourrait regretter que Jessica Benjamin ne convoque pas ici la logique du signifiant, qui permet aussi de déjouer en quelque sorte la dictature des genres. Ce par quoi une personne se désigne, par un signifiant, peut être entendu comme ce qui la représente au discours (Lacan), et pas seulement comme l’expression d’une soumission à une catégorie sexuelle ou normative. Ainsi, déjouant la performativité du discours, une autre voie que celle du recours à la transitionnalité de Winnicott, permet de prendre le genre avec sérieux sans que la relation transférentielle en soit piégée pour autant dans les normes de la vie collective ou de la culture, pour se rapprocher de l’effort individuel thérapeutique et des conditions d’existence du sujet.

8Si d’autres peuvent soutenir des lectures et des pratiques similaires, toutes aussi capables d’accueillir avec autant de bienveillance et de créativité l’actualité des sexualités, en lisant Freud encore différemment, au plus près de l’expérience clinique pourvoyeuse de théories et moins d’une théorie pouvant en engendrer une autre, l’ouvrage de Jessica Benjamin est un objet créatif. Au-delà des contenus manifestes des textes présentés dans ce livre, cet ouvrage est une occasion de lire en filigrane le rapport Europe-USA, dont il faut préciser que le mouvement de circulation de la French Theory ne s’est pas produit dans le champ de la psychanalyse comme il s’est produit en philosophie ou sociologie, les américains ayant préféré depuis fort longtemps (avant même la seconde guerre mondiale), aménager la psychanalyse naissante qui arrivait jusqu’à eux en provenance de l’Europe. Dès lors, cette lecture est une occasion de saisir la différence fondamentale de rapport entre les féministes et la psychanalyse, selon qu’on soit féministe ou psychanalyste, aux USA ou en Europe.

Haut de page

Bibliographie

Jessica Benjamin est née en 1946 et se définit comme une psychanalyste féministe intersubjectiviste. Elle enseigne à l’université de New York (The postdoctoral Program in Psychotherapy and Psychoanalysis). Imaginaire et sexe est son second ouvrage à paraître en France, Les liens de l’amour a été publié ici en 1992, un troisième ouvrage non traduit pour l’heure est paru en 1997 aux Etats-Unis. Jessica Benjamin se situe à la croisée de plusieurs courants de la psychanalyse qui ont donné lieu à l’établissement en cohérence du courant dit « intersubjectiviste ». Ce dernier rassemble, plus ou moins, les influences des courants dits de « la relation d’objet », de « l’Ego-psychology » et de « la psychanalyse relationnelle ».

BENJAMIN Jessica, Shadow of the Other: Intersubjectivity and Gender in Psychoanalysis, New York, Routeledge, 1997.

BENJAMIN Jessica, Les liens de l’amour, Paris, Métailié, 1992 (1988).

HORNEY Karen, « La fuite devant la féminité » in La psychologie de la femme, Paris, Payot, 1969 (1926).

HORNEY Karen, New ways in psychoanalysis, New York, Norton & Company, 1966 (1939).

Haut de page

Notes

1  L’ouvrage est paru initialement sous le titre : Like Subjects, Love Objects : Essays on Recognition and Sexual Difference, New Haven, Yale University Press, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Bourseul, « Benjamin Jessica, Imaginaire et sexe, Essais sur la reconnaissance et la différence sexuelle », Genre, sexualité & société [En ligne], 8 | Automne 2012, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://gss.revues.org/2467

Haut de page

Auteur

Vincent Bourseul

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org