Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Chetcuti Natacha, Greco Luca, (dir.), La face cachée du genre : Langage et pouvoir des normes

Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 2012.
Juliette Raynaud
Référence(s) :

Chetcuti Natacha, Greco Luca, (dir.), La face cachée du genre : Langage et pouvoir des normes, Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 2012.

Texte intégral

1L’ouvrage collectif La face cachée du genre : Langage et pouvoir des normes témoigne du développement des recherches sur le genre en France dans les domaines de la pragmatique et des sciences du langage. Les questions soulevées sont issues d’une journée d’étude organisée par ses deux coordinateurs Natacha Chetcuti (sociologue) et Luca Greco (sociolinguiste) à l’université Sorbonne nouvelle - Paris III le 13 novembre 2009.

2Malgré la diffusion des études de genre en France dans le champ des sciences humaines et sociales, les auteurs de La face cachée du genre observent une lacune dans la pensée du genre de la langue. Il s’agit pour eux de mettre au jour cet aspect de la construction des identités et des normes genrées et de questionner de nouvelles articulations possibles entre pouvoir, genre et langage. Ne serait-ce pas d’ailleurs pour souligner cette lacune que le titre de l’ouvrage se propose d’explorer « la face cachée » du genre ? Il n’en est pas fait mention plus avant mais cette locution se réfère à ce qui reste encore à dévoiler voire à découvrir dans les domaines des sciences du langage et de la pragmatique. La discussion ouverte s’inscrit dans les courants d’un féminisme matérialiste et du mouvement queer d’inspiration (très) butlerienne.

3Cet objectif de dévoilement ferait écho au principe même des études de genre qui considèrent que l’analyse critique du genre consiste à décrypter et « dénaturaliser » les identités sexuelles et les entités binaires homme/femme souvent considérées comme « naturelles » et « allant de soi ». Le travail d’interprétation (du sociologue, du linguiste, du sémiologue du genre…) serait alors une entreprise d’élucidation, de dévoilement d’un sens qui serait « caché ». Olivier Aïm, chercheur en sciences de l’information et de la communication, écrit à ce propos : « Le décryptage renvoie davantage à une pratique qu’à des savoirs clairement formalisés, davantage à des diffusions qu’à des territoires disciplinaires parfaitement clôturés » (Aïm, 2006).Cette conception du travail du chercheur se retrouve également dans la perspective pluridisciplinaire de l’ouvrage qui, en s’inscrivant dans la recherche en sciences humaines et sociales, mêle sociologie, sociolinguistique, linguistique, études culturelles, études de genre, philosophie, épistémologie…

4Les six contributions à l’ouvrage s’organisent en trois sections : « Langue et sexisme », « Corps et genre », « Sexualités et normes ».

5L’introduction part du constat d’un double obstacle épistémologique à considérer la langue comme neutre et transparente et la différence des sexes comme le modèle immuable pour la compréhension du monde. Il ne suffit pas de penser le changement des représentations sociales de genre comme découlant uniquement d’une transformation des structures et formes linguistiques. La conception d’une co-relation aussi directe entre structures langagières et représentations sociales prend le risque d’être simpliste : dans l’introduction, la langue est définie comme « un outil de médiation non neutre entre représentations, formes linguistiques et société » (p. 11), elle n’est pas réductible au lexique ou aux marques morphologiques de genre. Natacha Chetcuti et Luca Gréco proposent de questionner l’articulation genre et langage sous l’angle de la co-construction.

6En France, les débats sur la féminisation des noms de métiers (1988-2001) et les recherches qui y ont trait s’appuient avant tout sur les mots et remettent rarement en cause la conception binaire des sexes et des genres : il y a des hommes et des femmes. Or, Monique Wittig ou encore Nicole-Claude Mathieu, dans leurs travaux, se sont attachées à appréhender la dimension idéologique des catégories de sexe et de genre jusqu’alors cachée par le « cul-de-sac épistémologique » que représente la question de la féminisation. Il s’agit ici de prendre en compte la dimension performative, interactionnelle et multimodale du langage et d’interroger la vision réifiée et statique des sexes.

7La question des pratiques du genre est posée dans ses relations avec les catégories de sexe et de genre et les pratiques langagières. Quels sont la place, le rôle, l’espace des individus dans les actes de langage ? La notion de catégorisation est centrale puisqu’il s’agit d’interroger « l’agentivité » et les relations entre normes et pratiques. L’objectif est de mettre au jour la dimension idéologique intrinsèque à la vision binaire du genre par l’analyse des pratiques langagières et discursives, des modalités de présentation de soi ou encore de la réception des théories queer dans le champ universitaire français.

8L’hétérogénéité théorique et méthodologique et la variété des objets et des terrains de recherche font l’intérêt du livre dans la mesure où cela permet de proposer un large prisme des possibilités de recherche sur le genre. Les analyses linguistiques et épistémologiques théoriques répondent aux enquêtes plus ethnologiques de terrain et font de cet ouvrage une belle initiation aux recherches sur le genre, et aux champs des possibles ouverts par cet outil conceptuel. La face cachée du genre paraît d’ores et déjà un ouvrage de référence dont la lecture est rendue fluide grâce à l’harmonie de la polyphonie ; les articles se font écho, se complètent, s’équilibrent, et par la pluralité des objets, des méthodes, des terrains. Il pose les bonnes questions et tâche d’y répondre, sans les épuiser, et en en posant de nouvelles.

9Le premier article « Rapport de sexage, effet idéologique et notion de sexe en français » (pp. 23-38) s’inscrit bien dans cette perspective féministe matérialiste puisque Claire Michard y met au jour les dissymétries lexicales et syntaxiques entre les notions de femme et d’homme dans les constructions discursives : « Ce n’est que par contraste avec le genre appelé féminin que le genre animé (général) a été désigné comme genre masculin » (p. 35).

10Prenant appui sur les formes discursives dans des textes d’anthropologues, elle analyse d’abord les relations dans le domaine de la division socio-sexuée du travail. Si lexicalement, « femme » et « homme » ont les mêmes propriétés potentielles (animé humain), elles ne sont actualisées, construites, que dans certains énoncés par certains choix linguistiques : voix active/voix passive, procès principal/procès subordonnés et coordonnés, modalisations de prise en charge des procès. Claire Michard examine ensuite les désignations privilégiées des notions de femme et d’homme : noms d’agent (« chasseur », « guerrier »)/noms relationnels (« épouse », « mère ») et désignation par le sexe (« femme »).

11Elle interroge le traitement sémantique du genre en linguistique et s’intéresse à l’ordre canonique des paires qui font la part belle au masculin (Tristan et Yseult, Roméo et Juliette, Orphée et Eurydice, etc.) : ces ordinations privilégiées dans les « manières courantes de dire » expriment les hiérarchies sociales « au moyen du degré d’identification des notions au sujet parlant » (p. 28).

12À la suite de Simone de Beauvoir, Claire Michard démontre comment la femme est construite par le langage comme un « être humain relatif » en référence à « l’être humain absolu », l’homme. La notion d’ « homme » est pleinement déterminée en tant qu’humain, tandis que celle de « femme » est pleinement déterminée en tant que sexe (p. 30). Elle interprète le sens de ces manières de dire comme l’expression directe de la pensée des sexes dans le rapport d’appropriation par les êtres mâles des êtres femelles : « La référenciation au groupe de sexe femelle est toujours indirecte : ce groupe est posé comme représentant l’ensemble désigné relativement, et seulement relativement, au groupe de sexe mâle. Par contre, la référenciation au groupe de sexe mâle est toujours directe : ce groupe est posé comme représentant absolu de l’ensemble désigné » (p. 29).

13Son classement des notions selon les propriétés animé humain, animé non-humain, non-animé met en lumière le statut problématique d’humain non-humain du groupe femme. Cela renvoie aux travaux de Judith Butler sur la négation du statut d’humain aux êtres qui dérogent aux normes de genre et de sexualité (Butler, 2004). Contrairement au point de vue courant sur le sexisme langagier, les énoncés analysés ne comportent pas ou peu de connotations péjoratives mais d’un point de vue linguistique, le choix du lexique et les constructions grammaticales sont déterminants dans les jugements théoriques et révèlent l’idéologie qui sous-tend les constructions discursives aussi bien scientifiques que médiatiques ou sociales. Ce rapport d’appropriation apparaît clairement dans la formulation courante « femelle du » (par exemple « la chouette est la femelle du hibou »). Elle crée ainsi une rupture avec point de vue naturaliste de la linguistique et remet radicalement en cause le présupposé de la neutralité de la langue en mettant au jour la conceptualisation idéologique des référents (vs. les connotations).

14Dans le second article, « La ou les pétroleuses ? Du politique au sexuel, et retour » (pp. 39-60), Dominique Lagorgette propose une rétrospective du parcours sémantique et pragmatique du terme « pétroleuse » à partir d’un corpus diachronique (xixe et xxe siècles) de presse et des textes littéraires, de dessins et de données Internet. La circulation sociale de ce terme datant de la Commune, entraîne son « altération », sa transformation, il se charge de valeurs (Jeanneret, 2008) et devient révélateur de certaines logiques dans l’articulation genre/pouvoir. L’article démontre par l’exemple les mécanismes interactionnels, sociaux, politiques et symboliques à l’œuvre dans la langue, vivante, en mouvement, en contexte, hors contexte. Selon l’auteur, le « genrage » (équivalent dans l’article de « féminisation ») viendrait injecter des champs sémantiques spécifiques (ici, la sexualité, la débauche), là où le masculin resterait fonctionnel dans le domaine initial (p. 39). Précisons ici que si dans l’article le genrage est considéré comme équivalent à la féminisation, dans l’absolu il désigne l’action de genrer, d’assigner un genre à quelqu’un ou à quelque chose. Cette précision vise à lever le voile sur une mécompréhension courante qui tend à assimiler les études de genre aux études sur les femmes. Or, le genre est un concept qui permet de penser la relation de pouvoir et la dimension construite des rapports sociaux de sexe et des entités homme/femme.

15L’analyse du terme « pétroleuse » vient finalement révéler comment la politisation de la femme est considérée comme une menace qu’il s’agit de contenir : « Quel homme, suscité de Dieu, prendra en main la verge qui châtie et rendra à notre malheureuse patrie troublée et humiliée la paix et la prospérité en la délivrant de cette race de vipère rouge ? » (J. de la Brenne, La femme politique, 1875, cité p. 49). Pour délégitimer la femme politisée, on en diffuse une représentation sexualisée : la motivation pour la question politique ne peut être que sexuelle et l’action politique devient synonyme de débauche (pp. 45-47) ; voire déshumanisée : la « femme » n’est plus que « femelle » ne gardant de son genre que les organes reproductifs puisqu’elle échappe au contrôle de la société (pp. 49-50). L’équation « femme dégenrée = femme dégénérée » (Butler, 2004, 2006) est ici opérationnelle, comme l’est la King Kong Théorie de Virginie Despentes (Despentes, 2006) : les femmes subiraient les mêmes déboires, violences, injustices, humiliations que les hommes mais en plus quelques-uns spécifiques à leur sexe – dégradations corporelles « sexualisées » (p. 46).

16L’article de Luca Gréco, « Un soi pluriel : la présentation de soi dans les ateliers Drag King. Enjeux interactionnels, catégoriels et politiques » (pp. 63-83), propose une critique de la règle par l’exception (une des -). À partir d’une ethnographie basée sur l’observation participante et l’enregistrement vidéo, il analyse la construction discursive et effective – finalement « performative » (Butler, 2006) – de personnages Drag Kings, les interactions au sein des ateliers et les modalités de présentation de soi, et met ainsi au jour le caractère artificiel de la construction binaire du genre. Ce type de travail a été initié par Judith Butler lorsqu’elle part de ces « parodies » pour conceptualiser la « performativité du genre » (Butler, 2006). En mobilisant une pluralité catégorielle et linguistique, et en créant des dissonances dans l’ordre (langagier) établi, les Drag Kings de Bruxelles tentent de créer un espace de résistance à la binarité et de rendre aux genres leur fluidité (p. 74).

17L’article de Nelly Quemener, « Les contradictions corps/langage comme moteur du rire. Parodies et incarnations de genre chez les humoristes femmes en France » (pp. 85-102), propose une analyse originale sur les modalités de représentations du genre de deux comiques françaises, Florence Foresti et Julie Ferrier. À travers l’analyse de la performance de féminités alternatives au modèle binaire, Nelly Quemener interroge les stéréotypes de genre et les résistances locales aux représentations hégémoniques du genre (De Lauretis, 1987 : 18). Toutefois, s’attachant dans ses analyses à la construction comiques femmes/publics masculins, Nelly Quemener participe finalement de la perpétuation des représentations binaires. Lorsqu’elle mentionne « des attentes et des constructions normatives du féminin par le masculin » (p. 96), le lecteur s’interroge sur ce masculin aux super-pouvoirs de normation. Si la question des rapports entre fantasmes et stéréotypes peut s’avérer heuristique, son traitement dans la dualité fantasmes masculins/stéréotypes féminins l’est moins. On apprécie finalement l’attachement à des matériaux vernaculaires, qui pourraient manquer de noblesse ou sembler insignifiants, mais qui font d’autant plus sens qu’ils s’inscrivent dans l’infra-ordinaire (Pérec, 1989) et éclairent les représentations sociales dominantes et les rapports entre les gens et les genres.

18Dans son article « La nomination de soi, entre catégorisation et intelligibilité : penser le genre » (pp. 105-121), Natacha Chetcuti s’intéresse à la façon dont ses interlocutrices ont pensé leur lesbianisme lors de leur première « confrontation identitaire ». Elle examine dans un deuxième temps le rapport au système de genre et la place occupée en tant que femme et lesbienne dans un système qu’elle appelle « hétérosexiste », c’est-à-dire qui construit et maintient l’hégémonie de l’hétérosexualité au profit de la domination masculine.

19Natacha Chetcuti retrace de façon diachronique les deux conceptions majeures de la théorisation de la déconstruction de la norme hétérosexuelle que sont le lesbianisme (et les rôles butch/fem) et les théories queer (pp. 114-115). Sa définition et conceptualisation du queer est synthétique sans être simpliste et tout à fait éclairante. Au-delà de la question de la nomination de soi, son article pose les fondements de toute réflexion sur les identités sexuelles alternatives. Le lesbianisme viendrait redéfinir la catégorie « femme » jusqu’alors pensée relativement à la catégorie « homme ». La question posée est celle de la constitution de soi en tant que sujet. Comment se vivre en tant que sujet sans la médiation des hommes, corollaire de la contrainte à l’hétérosexualité ? Comme les pratiques Drag King, le lesbianisme invite à repenser – à un niveau individuel (« repensé individuel »), micro-politique et politique – les représentations sociales de la féminité (ou « féminité sociale ») et les représentations genrées dominantes de manière générale.

20Natacha Chetcuti à la suite d’Eve Sedgwick (Sedgwick, 2008 : 86) : « chaque nouvelle rencontre, chaque contexte social, érige de nouveaux placards dont les lois optiques et physiques spécifiques exigent des personnes gaies de nouvelles estimations, de nouveaux calculs, de nouvelles stratégies et la nécessité de nouveaux secrets ou de nouvelles révélations » (p. 118). Après analyse des données recueillies, la question posée par l’auteur est des plus intéressantes : entre dire et laisser voir, quelles sont les marges de manœuvre d’un groupe minoritaire ?

21L’article de Bruno Perreau, « La réception de la geste queer en France. Performativité, subjectivation et “devenir minoritaire” » (pp. 123-142), pose la question des rapports entre le chercheur et son objet de recherche, notamment dans le cas des études de genre, des études « gays et lesbiennes » et des queer studies, lieux de réflexion sur les problématiques identitaires. Il y fait un « état de l’art » de la recherche dans ces domainesen France et interroge la réception universitaire du « geste queer » et ses rapports avec la pensée straight (Wittig, 1992). Son analyse du double rapport à la norme dans l’interpellation sous l’angle du majoritaire/minoritaire éclaire les rapports entre l’acte et la représentation. C’est un travail épistémologique de qualité qui poursuit la réflexion initiée dans l’article qui le précède de Natacha Chetcuti et pose les bases d’une réflexion sur les processus d’objectivation des savoirs universitaires dominants et cette paradoxale « reconnaissance » du minoritaire.

22Largement citée et mise à contribution dans le livre, c’est Judith Butler elle-même qui y prend la parole dans la postface (pp. 145-149). Elle reprend de manière synthétique quelques-unes des questions qui ont motivé l’ouvrage et met l’accent sur les processus d’assignation de genre, de reproduction et de contestation. Comme tout l’ouvrage, les normes sont ici traitées en lien avec l’« agentivité », et elle clôt son propos en ouvrant les espaces d’action et de résistance possibles des « humains-sujets » contre la « police du genre ».

Haut de page

Bibliographie

AIM Olivier, « Les médias saisis par le “décryptage”. Diffusion ou diffusionnisme des SIC ? », Actes du Congrès de la SFSIC, Bordeaux, mai 2006.

BUTLER Judith, Trouble dans le genre, Le féminisme et la subversion de l’identité. Paris, La Découverte, 2006.

BUTLER Judith, Humain, inhumain. Le travail critique des normes. Entretiens, Paris, Ed. Amsterdam, 2004.

DESPENTES Virgine, King Kong Théorie, Paris, Grasset, 2006.

JEANNERET Yves, Penser la trivialité, Volume 1 : la vie triviale des êtres culturels, Paris, Hermès-Lavoisier, 2008.

PEREC Georges, L’infra-ordinaire, Paris, Le Seuil, 1989.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Raynaud, « Chetcuti Natacha, Greco Luca, (dir.), La face cachée du genre : Langage et pouvoir des normes », Genre, sexualité & société [En ligne], 8 | Automne 2012, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 18 août 2017. URL : http://gss.revues.org/2471

Haut de page

Auteur

Juliette Raynaud

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org