Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Scott Joan W., De l’utilité du genre

Paris, Fayard, 2012
Laurie Laufer
Référence(s) :

SCOTT Joan W., De l’utilité du genre, (traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Claude Servan-Schreiber), Paris, Fayard, 2012

Texte intégral

1Ce recueil d’articles illustre le parcours épistémologique d’une chercheuse et d’une penseuse qui n’a de cesse de rendre opérant l’outil méthodologique du genre pour analyser et appréhender les événements historiques et certains faits sociaux. « La rédaction de ces essais s’étend sur une période de plus de vingt-cinq ans. Ces textes montrent l’intérêt persistant que j’ai porté au concept de genre – dont j’affirme qu’il continue d’être une catégorie utile » (p. 7). Il trace aussi les contours intellectuels d’une rencontre entre psychanalyse et analyse historique, et les infléchissements qu’elle permet. Cette rencontre épistémologique, Joan W. Scott la rend possible par l’utilisation de la notion de genre. De l’utilité du genre est à la fois le récit de cette rencontre et le récit du parcours intellectuel d’une pensée sans cesse en mouvement : « L’infléchissement le plus important de ma pensée est venu de la prise en compte, dans mes travaux, de la psychanalyse, non pas en tant qu’étude des comportements humains, avec ses diagnostics explicatifs, mais comme une façon de mettre au jour les ruptures et les contradictions, d’explorer les significations ambiguës qui finissent pas se loger dans les problèmes insolubles et les interrogations sans réponses » (p. 7).

2Cinq articles écrits entre 1986 et 2012 ainsi qu’une conclusion (2004), et un avant-propos (2012) composent ce recueil : ils témoignent de l’extraordinaire mouvement de pensée de la chercheuse historienne. Depuis son célèbre article de 1986 « Le genre : une catégorie utile d’analyse historique » jusqu’à « La séduction, une théorie française » écrit en 2012, Joan W. Scott met en œuvre un discours de la méthode du genre. Analysant en historienne des écrits historiques comme La formation de la classe ouvrière anglaise deE.P. Thomson, des moments sociaux comme les débats sur la laïcité et la question du voile et également des pratiques comme celle de la séduction, elle s’emploie à analyser les identifications et les fantasmes inconscients à l’œuvre, les stratégies narratives qui créent les catégories permettant la domination sociale des femmes, les stratégies de pouvoir, l’oppression des corps.

3La rencontre que Joan W. Scott opère entre histoire et psychanalyse est rendue possible par l’outil du genre. Face à une psychanalyse normative, explicative, causaliste, elle utilise le genre pour historiciser les discours et les concepts, mais face à une histoire figée, positiviste et érigeant des régimes de vérité, elle utilise la psychanalyse – notamment l’invention freudienne du fantasme et le concept d’identification. « La théorie psychanalytique formule autrement nombre de questions à propos du genre » (p. 14). Sortir des évidences qui figent les discours et les identités, et qui produisent oppression et contrôle, telle est l’utilité de l’outil et de la méthode du genre. L’identité n’est pas une notion psychanalytique, elle procède davantage d’une normalisation des discours et d’une naturalisation des catégories sexuelles et sociales. Dans le champ freudien, l’identité est davantage une constellation d’identifications aux mouvements subjectifs complexes et mouvants. C’est un rapport sans cesse à interroger, ni fixe, ni figé : « Le genre est, par voie de conséquence, l’étude des relations entre le normatif et le psychique, des dispositifs historiques spécifiques et tout compte fait incontrôlables » (p. 13). Elle ajoute : « Ainsi nous faut-il nous demander dans quelles conditions et par quels fantasmes les identités des "homme" et des "femmes" – que tant d’historiens considèrent comme relevant de l’évidence – sont articulées et reconnues. Ces catégories ne précèdent pas l’analyse, elles s’en dégagent » (p. 14).

4Il s’agit donc pour Joan W. Scott de repérer dans le langage, dans les faits de discours, et dans les fantasmes liés à une époque la façon dont les catégories se construisent – des catégories qui, prises dans leur évidence, naturalisent des identités. Pour Joan W. Scott, ce sont les fantasmes et les désirs inconscients, pris aussi dans une histoire, qui solidifient les définitions de la différence des sexes à des fins de stratégies de pouvoir. « Le caractère insaisissable de la différence des sexes rend celle-ci à la fois impossible à préciser définitivement et, pour cette raison, historique » (p.15).

5À l’instar d’un certains nombres de penseuses féministes, dès son célèbre article de 1986, Joan W. Scott a commencé par critiquer et rejeter la psychanalyse pour ce qu’elle estimait être son « travers » : universalisation des catégories « homme » et « femme », obsession étiologique psychosexuelle, anhistoricisation des concepts utilisés et artifice des antagonismes entre sexes. Ce qu’elle critique également, c’est la psychiatrisation de la psychanalyse, qui devient le bras armé d’une médicalisation et d’une normalisation des rapports de sexe.

6Joan W. Scott, dans l’avant-propos de son livre, présente les principaux aspects méthodologiques de sa démarche. Elle utilise la psychanalyse comme « théorie pour faire progresser notre compréhension du dilemme insoluble que la différence sexuelle continue d’engendrer » (p. 8). Elle redonne là à la psychanalyse sa force méthodologique et la sort du carcan médicalisant et normatif dans lequel elle s’est elle-même enfermée depuis des années. Selon l’auteure, la psychanalyse comme exercice de la langue et comme méthode permet une critique des catégories imposées par le langage. Reconnaissant sa dette intellectuelle à Lacan, à De Certeau et à Foucault, Joan W. Scott utilise la psychanalyse comme une méthode utile d’analyse de l’écriture historique. Le genre et la psychanalyse se rencontrent à l’endroit d’une position « inquiète » de critique des discours. En ce sens, Joan W. Scott s’inscrit dans la lignée de Gayle Rubin qui dans ses travaux a mis en perspective la variabilité des identifications et pour qui « la psychanalyse est une théorie du genre ». « N’étant jamais tout à fait satisfaite des formulations que j’ai moi-même proposées, et profondément navrée de voir les façons dont le "genre" est si souvent vidé de ses implications les plus radicales, j’ai cherché de meilleurs manières d’insister sur sa mutabilité. Ironiquement, c’est la psychanalyse qui permet cette historicisation. Non pas la psychanalyse productrice de prescriptions normatives, mais la théorie qui postule que la différence sexuelle représente un dilemme insoluble » (p. 10). Ironie certes, car depuis que les études sur le genre prennent consistance, elles ont souvent négligé voire méprisé et critiqué tout apport de la psychanalyse, la rejetant du côté de sa normalisation. L’ironie que soulève Joan W. Scott procède de ce retournement : « J’avance que la psychanalyse, comprise ainsi, vivifie pour les historiens le concept de genre » (p. 11).

7Pour Joan W. Scott, la psychanalyse pose problème seulement si celle-ci évoque la différence sexuelle comme un invariant, inaltérable et anhistorique, sans en analyser ses effets politiques et sociaux. La psychanalyse que convoque Joan W. Scott est celle qui prend en compte la polysexualité freudienne et l’absence de corrélation entre « corps physiques » et « identifications psychiques ». En effet, l’une des ruptures épistémologiques introduites par la théorie freudienne consiste en la dépathologisation du fait sexuel humain dans toutes ses dimensions. Lacan, dans son retour à Freud, prolonge cette idée en disant : « Dans le psychisme, il n’y a rien par quoi le sujet puisse se situer comme être de mâle ni être de femelle » (Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse). Partant de cette orientation, Freud montre que le développement libidinal n’est pas stable, qu’il n’y a pas de stade, que la génitalité est un mythe, et que le graal développemental de la « maturité sexuelle » est une illusion. La question freudienne n’est pas celle d’une identité sexuelle, mais davantage celle des constellations identificatoires de la vie psychique : « Mon argumentation, écrit Joan W. Scott,  se fonde sur le postulat que la différence sexuelle constitue un dilemme insoluble, et qu’elle est donc ouverte à toutes sortes de variations dans la façon dont elle est vécue. Le fait que ces variations sont à la fois infinies (c’est ce que permettent les fantasmes) et contraintes (par la régulation normative) nous permet de procéder, dans nos analyses, à l’historicisation des sujets et des groupes en tenant compte de leurs contextes et de leurs limites temporelles » (p. 10).

8Dans le premier article de l’ouvrage, le célèbre « Le genre : une catégorie utile d’analyse historique » (1986), Joan W. Scott démontre en quoi « le genre est une façon première de signifier les rapports de pouvoir », « le genre est le champ premier à l’intérieur ou au moyen duquel le pouvoir se déploie » (p. 41). Cette méthode est nécessaire pour étudier la classe, la race, l’ethnicité ou tout autre processus social, et bien sûr les rapports entre sexes. Joan W. Scott historicise l’intérêt pour le genre et montre que, depuis les temps anciens jusqu'au temps contemporains, la connexion explicite entre genre et pouvoir construit des structures hiérarchiques s’étayant sur des conceptions « prétendument naturelles » d’une inégalité entre homme et femme. Elle fait de cette méthode le fondement même de l’histoire de la pensée féministe : « L’histoire de la pensée féministe est une histoire de la récusation de la construction hiérarchique du rapport homme/femme dans des contextes spécifiques, et une tentative visant à en inverser ou en déplacer les opérations » (p. 38).

9Dans le second article « La femme dans La formation de la classe ouvrière anglaise » (1988), Joan W. Scott met en application la méthode d’analyse du genre en déconstruisant le « récit » historique de E.P. Thomson dans son ouvrage La formation de la classe ouvrière anglaise (1963) considéré, selon ses termes, comme « un classique de l’histoire sociale » (p. 55). Avant de déconstruire les implicites du livre, Joan W. Scott rend hommage à sa sortie qui, écrit-elle, a été « un modèle à suivre pour écrire une histoire socialement pertinente » (p. 56). Mais son article montre comment, dans ce texte,  « la classe était une construction sexuée » (p. 72). La question régulière de Joan W. Scott est : comment écrire l’histoire ? Il revient, selon elle, aux historiennes féministes d’avoir pointé cette façon d’écrire l’histoire sans déconstruire ce qui reste dans l’invisibilité – les femmes. Leurs analyses du discours et de l’idéologie sexuée permettent de comprendre comment la formation de l’identité politique et la représentation de la différence des sexes sont entremêlées. Cette déconstruction fait en sorte que « l’histoire féministe modifie la narration de Thomson » (p. 85).

10Il n’y a pas de façon objective d’écrire l’histoire : le récit historique est pris dans les signifiants d’une certaine représentation des sexes, des classes et des races. « C’est à cette tâche de "déconstruction" que quelques féministes se sont attelées pour résoudre l’énigme de l’invisibilité des femmes, de leur marginalisation ou de leur subordination dans les histoires de la classe ouvrière » (p. 87). Joan W. Scott donne alors ce qui est un véritable discours de la méthode historique concernant les femmes : « Pouvons-nous travailler sur n’importe quelles femmes sans nous demander comment leur culture les représentait, et comment elles se définissaient elles-mêmes ? » (p. 88).

11Plus de 10 ans après cette réflexion sur l’écriture de l’histoire, Joan W. Scott écrit « Quelques autres réflexions sur le genre et la politique » (1999). Selon le cheminement intellectuel et la méthode de déconstruction de ses propres textes auxquels elle habitue son lecteur, l’auteure revient sur quelques-unes de ses définitions et sur la notion de genre dans son articulation au politique. Elle développe à nouveau la différence conceptuelle qui existe entre sexe et genre, critiquant la tendance à amalgamer sexe et genre, et genre et femme. « Quand on emploie l’opposition "naturel vs. construit", on perpétue l’idée qu’il existe une "nature" transparente. Quand l’opposition sexe/genre oublie de prendre en considération le rôle que joue le langage dans la construction de la nature, elle contribue à renforcer le statut naturel (prélinguistique, anhistorique) du statut du sexe - exactement ce que l’introduction de la notion de genre entendait mettre en question » (p. 91). Emboitant le pas de Gayle Rubin qui considère que la psychanalyse est le domaine de la théorisation de la sexualité humaine, Joan W. Scott met en perspective les apports de Freud et de Lacan sur la question du masculin et du féminin. Le processus d’identification de chaque individu comme homme ou femme est complexe : « homme » et « femme » sont des signifiants de positions symboliques assumées par les sujets humains.

12Dans cet article, et différemment de celui de 1986, Joan W. Scott s’emploie à utiliser la psychanalyse comme méthode d’analyse des discours sur le sexe et le genre dans son articulation au politique. Elle se penche notamment sur la notion de fantasme à travers ce que Freud a développé concernant les identifications collectives. Le fantasme vient défaire l’idée d’une « souveraineté de la conscience » et il permet qu’on « se débarrasse de l’idée qu’il y a quelque chose de fixe, de connu d’avance concernant les "hommes" et les "femmes" et les rapports entre eux, et que ces termes correspondent à des idéaux destinés à réglementer et à canaliser les comportements » (p. 99). La psychanalyse et l’histoire marchent ainsi ensemble pour articuler les analyses politique, économique et sexuelle. Le genre devient une méthode et une théorisation de l’interdépendance de l’économique, du politique et du sexuel. Et c’est dans cette perspective que l’on peut penser la « différence sexuelle comme l’effet et non comme la cause de l’exclusion des femmes » (p. 104).

13Dans l’article « Sécularité et sexularité ? La laïcité et l’égalité des sexes » (2010), Joan W. Scott s’emploie à appliquer cette interdépendance à la question du sujet du droit, à la question du discours des droits universels, à la notion d’égalité et aussi à la question de la laïcité. Elle critique l’utopie selon laquelle la laïcité aurait réglé le problème de la différence des sexes. L’auteure prend l’exemple des débats sur le voile et son interdiction dans l’espace public. La laïcité selon laquelle l’état séculier a pour dessein de combattre tous les symboles religieux et notamment « le symbole visible de la soumission des femmes que représente le foulard » est analysée par l’historienne. Selon sa méthode, Joan W. Scott reprend les discours historiques sur l’émancipation et l’égalité, et y analyse la ligne de démarcation entre espace privé et espace public « si essentielle à la séparation du séculier et du religieux » (p. 129). Elle montre comment les laïques ont remplacé « Dieu » par « la nature » et souligne que ce geste a engendré d’autres questions concernant la différence des sexes. La question de la subordination et de l’émancipation des femmes est relancée dans cet article. L’auteure critique certains discours féministes émancipateurs et laïcs sur l’autonomie individuelle. Un sujet est à la fois subordonné et capable d’action, et ceci introduit un trouble « dans les explications que l’on présuppose être pleinement rationnelles et nous permet de nous distancier par rapport au récit émancipateur que la laïcité a appris à dérouler à propos d’elle-même »  (p. 155).

14Au cœur des débats sur l’identité nationale, Joan W. Scott se penche sur « La séduction, une théorie française » (2011). « "L’attirance naturelle" entre les femmes et les hommes, qu’illustre la séduction, a ainsi été offerte comme modèle pour les rapports entre les sexes, une façon pour ceux-ci de vivre leur différence avec bonheur en niant la réalité des rapports de pouvoir entre les hommes et les femmes » (p. 157). Fidèle à sa méthode de déconstruction et d’analyse des discours fantasmatiques et historiques, Joan W. Scott s’emploie à mettre au jour les mythes sexistes et inégalitaires dans plusieurs textes : celui de Philippe Raynaud qui voit dans la séduction « une forme particulière d’égalité » et ceux de deux historiennes Mona Ozouf et Claude Habib qui s’emploient à répondre à la question « Séduire est-il un art français ? ». En déplaçant ainsi la question sur l’appartenance à une culture « toute française » de l’aristocratie ou de la noblesse, la question de l’inégalité est effacée. Joan W. Scott défait la mythologie de l’articulation entre séduction et culture française, articulation qui permet d’une part une naturalisation de l’identité nationale et d’autre part la légitimation de la violence et de l’inégalité des rapports de sexes. Mais ce « véritable plaisir, "mi-sérieux, mi-ironique" », selon les termes de Raynaud, cette « théorie française de la séduction » qui devrait être affaire privée (affaire de mœurs sexuelles), est en fait proposée comme « un modèle d’organisation sociale ». Mais, dans cette théorie de la séduction, écrit Joan W. Scott, « dans les jeux de l’amour, on sait parfaitement qui détient le pouvoir (…). Or c’est là dessus que se trompent les auteurs : dans leur lecture erronée du passé, ils font du pouvoir du roi et du pouvoir du mâle en général une seule et même chose. Peut-être est-ce pour cela que l’histoire qu’ils racontent est un mythe » (p. 178). Ces auteurs sont les « intellectuels conservateurs » dont la cible sont les féministes et les militant-e-s homosexuel-le-s, parfois considéré-e-s comme les mêmes ! Par une méthode de lecture articulant psychanalyse, pragmatique des discours et analyse historique, Joan W. Scott propose de sortir de cette confusion.

15Dans l’article qui sert de conclusion au recueil et qui date de 2004, Joan W. Scott s’interroge sur « Le lourd passé du féminisme ». Cet article est un appel aux études féministes. Il s’agit, pour l’auteure, de ne pas se laisser endormir par les sirènes du pouvoir institutionnel et académique. Les femmes sont devenues un « objet légitime de la recherche historique et les historiennes ont pu conquérir une place légitime en tant que telles ». « Devons-nous nous satisfaire de sauvegarder et de reproduire ce que nous avons obtenu ? » s’interroge-t-elle. « Ou bien devons-nous relever de nouveaux défis qui risquent d’ébranler nos positions acquises ? L’histoire des femmes a-t-elle un avenir ou est-elle achevée ? Appartient-elle au passé ? Et comment imaginons-nous le futur ? Ces questions se posent aussi bien pour la recherche sur les femmes que pour le féminisme lui-même » (p. 194).

16Pour ne pas se laisser assoupir et endormir par les attributs d’un pouvoir imaginaire, afin de ne pas être les « gardiennes strictes de la discipline » (p. 196), Joan W. Scott lance son appel : rester sans cesse dans ce qu’elle appelle « le défi critique » ; être capable de penser l’avenir implique que l’on accepte de se séparer de « l’objet perdu ». Telle est la façon dont Joan W. Scott s’emploie à déjouer les pièges de la mélancolisation de la pensée féministe : s’ouvrir à d’autres champs de recherche qui articulent d’autres voix. Craindre de perdre ce que l’on a acquis rend mélancolique, et les féministes sont dans cette impasse aujourd’hui. Il s’agit de continuer de penser selon la voie subversive que l’histoire féministe a ouverte, « contre les normes admises concernant le genre et contre les conventions et les règles de l’écriture de l’histoire » (p. 205). Pour l’historienne, le féminisme relève d’une faculté critique et c’est par « l’interdisciplinarité (qui) a été l’un des moyens que nous avons appris à utiliser pour bâtir de nouvelles constructions narratives. C’est la raison pour laquelle elle a été l’une des marques de fabrique de la recherche féministe » (p. 215).

17Faire tomber les barrières disciplinaires pour donner un élan à « la capacité d’agir féministe » tel est le véritable plaisir que procure la lecture de ces textes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurie Laufer, « Scott Joan W., De l’utilité du genre », Genre, sexualité & société [En ligne], 8 | Automne 2012, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://gss.revues.org/2593

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org