Navigation – Plan du site
Cadrage médiatique et production journalistique du genre

Comment le travail journalistique amplifie la hiérarchie de genre. Une rédaction pendant la campagne présidentielle de 2012

How Journalistic Work Amplifies Gender Hierarchy. A Newsroom during the 2012 Presidential Campaign
Séverine Chauvel et Amélie Le Renard

Résumés

L’observation ethnographique de la rédaction d’un quotidien national pendant la campagne présidentielle de 2012 révèle que les conditions de production de l’information amplifient la hiérarchie de genre entre candidat-e-s, et ce malgré les remarques anti-sexistes exprimées par plusieurs journalistes au cours de leur travail quotidien ainsi que d’entretiens réalisés ultérieurement. Notre hypothèse est celle d’une conjugaison entre des normes professionnelles qui laissent place à une assez faible réflexivité sur le genre dans la production de l’information et les contraintes du travail journalistique tel qu’il est pratiqué en 2012, c’est-à-dire dans une temporalité du quasi-immédiat, avec une forte concurrence entre médias. Dans un premier temps, l’article analyse les hiérarchies et l’exercice de l’autorité dans l’espace de la rédaction, les modes de répartition du travail dans l’urgence et les expressions ordinaires d’une conscience anti-sexiste dans un milieu par ailleurs marqué par l’injonction à la « neutralité politique ». Cette contextualisation permet de mieux comprendre trois caractéristiques du traitement de la campagne : la relative invisibilisation des candidates ; le traitement différencié de la plupart des femmes politiques et la surreprésentation des hommes parmi les personnes visibles dans les journaux (en tant que militants ou électeurs).

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pour une approche pionnière en France, voir Neveu (2000).
  • 2  Pour une synthèse des travaux existants, voir Damian-Gaillard, Frisque et Saitta (2009, 2010).

1Le discours journalistique a fait l’objet de nombreuses analyses au prisme du genre : plusieurs travaux ont analysé la « mise en récit des femmes en campagne » (Dulong et Matonti, 2005 ; Coulomb-Gully, 2009) ou encore les stratégies de présentation de soi genrée des hommes et femmes politiques dans les médias (Achin et Dorlin, 2008). Aurélie Olivesi (2012) a analysé de manière approfondie le traitement journalistique « implicitement sexiste » de la candidature de Ségolène Royal en 2007, qui était portée par le Parti Socialiste. Ces études privilégient une approche du discours journalistique sans approfondir les conditions de sa production. En langue française et sur le cas français, peu de travaux traitent de la féminisation du métier de journaliste de l’intérieur des rédactions1, et peu ont interrogé l’influence de cette féminisation sur l’organisation même des rédactions comme cela a pu être le cas en Grande-Bretagne et en Suède2. Ces études convergent pour montrer l’absence de lien évident entre féminisation des journalistes et modes de traitement de l’information (Damian-Gaillard, Frisque et Saitta, 2010, 33).

  • 3  L’enquête collective, non focalisée sur les questions de genre, a impliqué 25 étudiant-e-s et une (...)

2Dans le cadre d’une enquête collective réalisée sur le traitement médiatique de la campagne présidentielle de 20123, nous avons observé, d’une part, que les rédactions étudiées étaient constituées de journalistes hommes et femmes dans des proportions à peu près équivalentes. D’autre part, nous avons constaté une relative invisibilisation, dans les dernières semaines avant l’élection, tant des candidates que des questions de genre et de sexualité dans les contenus des journaux sur lesquels nous enquêtions. Nous avons dès lors cherché à comprendre les processus qui conduisent les journalistes à produire des contenus que l’on pourrait qualifier d’« aveugles au genre » (gender blind).

3Notre hypothèse principale est que les pratiques quotidiennes des journalistes, les contraintes spécifiques dans lesquelles elles s’insèrent, ainsi que les normes professionnelles façonnant leur appréciation de ce qu’est un « bon » traitement de l’information, contribuent à amplifier la hiérarchie de genre qui marque le champ politique, telle qu’elle est actualisée par la campagne. Plus précisément, la conjugaison entre de fortes contraintes, notamment temporelles, et des normes professionnelles, en particulier en termes de « neutralité », limite considérablement les formes de réflexivité sur le genre dans la production de l’information.

4Nous fondons notre analyse sur des observations in situ du travail des journalistes de différentes rédactions entre janvier et mai 2012 : réunions, écriture d’articles, moments d’attente, négociations autour de la répartition du travail et pauses cigarette au sein des rédactions, couverture de meeting politiques des différent-es candidat-es en région parisienne et ailleurs, points-presse. Le « je » des extraits de notes ethnographiques citées ici désigne indifféremment l’une ou l’autre auteure de l’article. Dans le cadre de ce travail, nous avons fait le choix de nous centrer essentiellement sur la rédaction d’un quotidien, dont nous souhaitons préserver l’anonymat. Le parti pris méthodologique était, pour des raisons pédagogiques, de se limiter dans un premier temps à l’observation ethnographique. Si les observations constituent les matériaux principaux de l’article, des entretiens menés plusieurs mois après l’élection avec certains des journalistes observés pendant la campagne sur leurs parcours professionnels, leur expérience quotidienne du métier et les choix qu’ils font de traiter - ou ne pas traiter - tel ou tel sujet ont permis de préciser et d’étayer certaines de nos hypothèses. Les séquences observées n’ont pas été sélectionnées pour leur pertinence par rapport aux questions de genre qui sont de fait peu présentes. Si leur relative absence en fin de campagne mérite d’être éclairée, le champ est ouvert à bien d’autres études sur le travail journalistique et le traitement du champ politique au prisme du genre. Nous souhaitons souligner que les dynamiques mises en lumière ici dépassent le média sur lequel cet article est focalisé, comme nous avons pu le constater au regard du matériau recueilli dans les autres médias : il s’agit de processus structurels et non de caractéristiques du journal ou des personnes qui y travaillent.

5Après avoir présenté les hiérarchies explicites et implicites entre les emplois, l’exercice de l’autorité, les formes de la division du travail, les modalités d’interaction et les expressions de la sexualité qui perpétuent différents ordres d’inégalités au sein de la rédaction et en font un type particulier d’« organisation genrée » (Acker, 1990, 2009), nous montrerons plus spécifiquement à propos de la campagne comment les processus de production de l’information amplifient la hiérarchie de genre qui marque le champ politique.

Hiérarchie et division du travail au sein de la rédaction

6La ligne rédactionnelle du quotidien sur lequel se fonde notre analyse est qualifiée de « neutre politiquement » par la direction et les journalistes. Il dispose d’un double support, comme beaucoup d’autres médias aujourd’hui : le print et le web. Comme nous avons pu l’observer, le web a des contraintes spécifiques notamment un impératif de non-dépassement par la concurrence puisqu’il s’agit d’être le premier média à publier une information fiable et vérifiée (Lemieux, 2000). Le print et le web correspondent à deux équipes différentes entre lesquelles il existe une forme de hiérarchie implicite, et ce, malgré une répartition du travail qui peut à certains moments être fluide.

Espace, hiérarchie et autorité

  • 4  Pour plus de détails sur l’entrée dans la profession, voir Ruellan (2002).

7Au sein du quotidien, comme dans les cinq médias observés dans le cadre de l’enquête collective, si les équipes de journalistes sont relativement paritaires, la hiérarchie reste essentiellement constituée d’hommes. À la direction administrative et financière, tous les postes de direction sont occupés par des hommes, tandis que les femmes occupent des fonctions d’assistance ou d’exécution. À la rédaction, la quasi-totalité des directeurs de pôles thématiques (rubriques) sont des hommes. Cependant, deux femmes ont obtenu des postes d’encadrement assez récemment en tant que rédactrices en chef adjointes. Les journalistes sont relativement jeunes (moins de 35 ans) et, pour la plupart, diplômés des écoles de journalisme considérées comme les plus prestigieuses (Centre de Formation des Journalistes de Paris, Ecole Supérieure de Journalisme de Lille) après lesquelles ils ont tous traversé des périodes de précarité4. Ils sont issus de milieux sociaux assez différents (leurs parents sont cadres, ouvriers, employés ou exercent des professions libérales), souvent non parisiens. Il n’y a aucune personne minoritaire du point de vue des rapports de race et d’ethnicité parmi eux. Celles et ceux qui ont évoqué leur vie personnelle vivaient en couple avec leur compagnon ou compagne de sexe opposé.

8La « cellule de campagne » est constituée de quatre journalistes (deux hommes et deux femmes), répartis entre les candidat-e-s de gauche et celles et ceux de droite. Ils sont installés au sein de l’open space (environ soixante-dix postes de travail, disposés sur de grandes tables rectangulaires, dans une vaste salle lumineuse entourée de baies vitrées) et y occupent des postes proches. Il s’agit d’un espace relativement bruyant, dans lequel des télévisions sont allumées et où les journalistes mettent parfois un casque antibruit pour se concentrer. La proximité physique et l’absence de véritable temps de pause favorise des échanges informels et souvent elliptiques entre collègues. Le niveau de langage des dialogues est souvent relâché, voire ponctué de mots relevant d’un registre habituellement considéré comme familier voire vulgaire, pour les femmes comme pour les hommes. Les membres de la rédaction mangent généralement rapidement, de la nourriture commandée ou achetée à l’extérieur, devant leurs ordinateurs ou sur la table de réunion, qui se trouve dans un coin de l’open space. Entre l’open space et les toilettes, il y a un espace équipé d’une machine à café et d’un baby-foot, mais il n’est que rarement fréquenté par les journalistes. Les pauses cigarette en bas du bâtiment, pour celles et ceux qui fument, sont au quotidien les seuls moments de sociabilité informelle complètement détachés des écrans d’ordinateur et de télévision – et échappant à la surveillance de la hiérarchie. Celle-ci est constituée, au plus haut niveau, de deux hommes, ce qui confirme les analyses en termes de plafond de verre des rédactions (Devillardet al., 2001).

9Le premier, le rédacteur en chef, un peu plus âgé que les journalistes, occupe un poste situé dans l’open space, ce qui lui permet d’être aux prises avec l’activité de ceux-ci. Il préside les réunions et, le reste du temps, passe entre les bureaux en regardant les écrans des ordinateurs des uns et des autres. En fin de journée, il peut apporter des modifications aux articles rédigés par les journalistes. Il adresse parfois à ses subordonnés des remarques relevant d’un type de management qu’on pourrait qualifier de paternaliste, comme cette scène, observée parmi d’autres, le révèle :

Un journaliste, debout, est en train de demander à l’éditeur, assis à son poste, s’il a bien reçu l’article qu’il vient de lui transmettre. Le rédacteur en chef s’approche, et voyant que les deux parlent ensemble, dit au journaliste : « qu’est-ce que tu fais ? Laisse-le, il a du travail ».
L’éditeur au journaliste : « mais non, y a rien encore » (autrement dit, les papiers ne sont pas encore arrivés, la remarque apparaît donc déplacée).
Le rédacteur en chef fait comme s’il n’avait rien entendu, regarde l’écran de l’éditeur et change de sujet. (Jour du premier tour)

10Il lui arrive également d’émettre des commentaires sur les absences pour congé maladie de l’un ou de l’autre, ou encore sur la fréquence des pauses cigarettes.

11Le second représentant de la hiérarchie est le directeur de la rédaction. Il s’habille quant à lui en costume-cravate, alors que les journalistes (hommes et femmes) sont pour la plupart habillés dans un style plus décontracté (jeans, T-shirt, chemise). Il occupe un bureau séparé, assiste rarement aux réunions et interagit surtout avec le rédacteur en chef, notamment pour choisir la une. Ses décisions semblent non négociables. Ainsi, le soir du premier tour, alors que les journalistes souhaitent faire la une sur le score jugé élevé -par rapport aux sondages-de Marine Le Pen, candidate du Front National, parti d'extrême droite, le directeur de rédaction souhaite la centrer sur le deuxième tour, en y faisant figurer des photographies des deux candidats concurrents. La discussion sur la une a impliqué uniquement le directeur de la rédaction et le rédacteur en chef : les échanges ont lieu d’abord dans le bureau du directeur de la rédaction, puis près du poste du rédacteur en chef au sein de l’open space – trop loin des postes occupés par les journalistes pour qu’ils puissent les entendre et a fortiori y participer. Leur avis n’est pas sollicité.

12Ces deux figures à la tête de la hiérarchie incarnent et exercent une autorité que plusieurs journalistes décrivent lors des entretiens comme « à l’ancienne ». Elles pointent alors le fossé générationnel qui les séparerait de ces hommes, notamment concernant leur vision des rapports hommes/femmes : celle-ci correspondrait à l’opposition entre hommes pourvoyeurs de revenus et femmes chargées du soin d’autrui, tandis que la génération des journalistes « jeunes » serait résolument égalitariste. Une enquêtée évoque en ces termes la vision d’un de ses responsables hiérarchiques : « être une femme et être journaliste, ça ne va pas ensemble ». Plusieurs signalent que les membres de la direction sont prompts à dénoncer les absences de certain-e-s journalistes, hommes et femmes, en raison de leurs contraintes familiales dans la mesure où, comme le dit une autre enquêtée, « ça désorganise le journal » : « Beaucoup de journalistes commencent à avoir des enfants et donc des contraintes. Ça fait râler la direction. C’est un journal staffé très serré. Dès que quelqu’un est en congé car son enfant est malade, on a des soucis ».

13Soulignons enfin que toutes les personnes n’occupent pas l’espace de la rédaction de la même manière. Si la cellule de campagne est paritaire (deux femmes/deux hommes), ce n’est pas le cas de l’ensemble de la rédaction : suivant le principe de ségrégation horizontale des rédactions observé ailleurs (Damian, Saitta, 2010), le service sports, très important numériquement, est constitué presque uniquement d’hommes (douze sur treize journalistes). Or, à certains moments (par exemple l’après-midi du premier tour), l’espace sonore de l’open space est en grande partie occupé par les matchs de foot suivis et commentés à voix haute par ces journalistes hommes.

La répartition du travail dans l’urgence

  • 5  Un aspect à creuser serait celui de la prise en compte - ou non - des années de précarité (Contrat (...)

14La répartition du travail pendant la campagne présidentielle est relativement fluide, conséquence du nombre réduit de journalistes qui les oblige à être très polyvalents et à travailler intensément et souvent bien au-delà de leurs horaires déjà contraignants (parfois tôt le matin ou tard le soir, ainsi que le dimanche). Cette polyvalence pourrait atténuer les effets de ségrégation horizontale : les journalistes sont spécialisés mais peuvent être amenés à écrire pour d’autres rubriques. Par exemple, les journalistes du web, support plutôt considéré dans la profession comme moins prestigieux que le print, peuvent contribuer occasionnellement aux rubriques considérées comme les plus sérieuses du print (politique, étranger) et partent parfois en reportage, y compris à l’étranger, alors que cette activité, historiquement dans le secteur de la presse, a été réservée aux « grands reporters », majoritairement des hommes (Damian-Gaillard, Frisque et Saitta, 2010, 15). Cela dit, ce large éventail d’activités possibles ne change rien à l’inégalité des statuts et des salaires qui les accompagnent. D’après les entretiens, les journalistes du web reçoivent en moyenne des salaires inférieurs à celles et ceux du print. Cela est généralement justifié par les journalistes eux-mêmes du fait de leur moindre expérience au moment de l’embauche5. Concernant la campagne présidentielle, les journalistes de la cellule ad hoc étaient issus des services politiques du print (pour les deux hommes) et du web (pour les deux femmes). L’idée n’est pas ici de préjuger du recouvrement entre genre et hiérarchie des emplois : nous ne disposons pas des données pour étayer cette hypothèse. Cependant, c’était le cas parmi les journalistes que nous avons suivis et cela ne nous semble pas anodin.

15Pendant la période de la campagne, les journalistes web et print de la cellule ad hoc effectuent le même travail, dans une collaboration quotidienne décrite comme égalitaire. En pratique, cette répartition se fait souvent dans l’urgence, ce qui correspond à la temporalité du travail journalistique, comme le révèle la séquence suivante observée au sein de la rédaction : l’interview d’une cadre de parti a été faite la veille (lors d’un déjeuner un dimanche) par deux journalistes (Stéphanie et Jérôme) et ils consacrent, à deux, moins de deux heures à l’écriture du papier (pour reprendre le terme utilisé dans la profession).

  • 6  Chaîne de télévision française d'information nationale en continu.

La télé est allumée sur BFM6 en silencieux.
Stéphanie et Jérôme face à face travaillent à leur poste sur le papier.
Stéphanie (l’air fier et avec le sourire) : Putain, je me rends compte, la première question qu’on a posée, c’est la première question du JDD (Journal du dimanche) !
Jérôme : Ah oui ?

Stéphanie reçoit un coup de fil (au téléphone) : On va essayer de le faire pour 11h, ok ?
Jérôme : Dis-lui : les correc en rouge !
Stéphanie (au téléphone) : « C’est sur Ipad, c’est compliqué, ok ». Elle raccroche.
Stéphanie : Putain, Le Parisien, c’est bien, ils ont fait tous les meetings hier…
Jérôme : Bah, tous les journaux ont fait ça [...]
Stéphanie : Et Mélenchon (candidat du front de Gauche) ? Je l’enlève…?
Jérôme : Je préfère qu’on laisse ça, on voit qu’elle ne répond pas vraiment sur Mélenchon […] J’ai enlevé la première question sur Mélenchon en changeant l’intitulé.
Stéphanie : T’as pas laissé rock star ?
Jérôme répond à peine, concentré sur l’écran.
Jérôme : 3700 [signes] : On envoie ça à Dupont [attaché de presse] ?
Stéphanie : En fait, il se barre après 11h, sinon il corrige avec son Ipad, donc il ne peut pas mettre en rouge.
Jérôme : Téléphone à Dupont !
Stéphanie appelle l’attaché de presse : « C’était pour te prévenir qu’on te l’envoyait à l’instant [...] Merci Laurent à plus tard »
Jérôme est sur twitter en attendant la réponse de Laurent Dupont : C’est pas mal, 11 heures moins le quart, on a envoyé à Dupont.
Il se félicite d’avoir travaillé aussi vite, et d’avoir respecté le délai. (J-6 avant le premier tour)

16Cet extrait révèle qu’une répartition apparemment aléatoire des tâches peut en fait se conformer à une division sexuée du travail assez classique. Stéphanie s’occupe des relations avec l’attaché de presse ettape le verbatim, tandis que Jérôme décide des coupes, acte décisif pour la ligne que va adopter l’article. Les échanges entre les deux journalistes sont elliptiques, il y a peu de délibérations concernant les choix auxquels ils procèdent. Dans cet échange, Jérôme s’adresse à Stéphanie en utilisant des phrases impératives. L’activité de Stéphanie est en outre ici davantage polyvalente que celle de Jérôme, qui se comporte comme s’il était en position de supériorité hiérarchique, ce qui peut être lié aussi à son ancienneté plus importante dans le poste et à son statut plus prestigieux en tant que journaliste du print. Ainsi, le genre est imbriqué avec d’autres hiérarchies qui paraissent, de manière assez subtile, influencer la répartition des tâches entre des personnes entretenant des relations de complicité et pensant adopter un mode de coopération égalitariste.

Conscience anti-sexiste et (non)-politisation

17La « neutralité » politique - ou le fait de ne pas prendre position pour un candidat ou un parti - est une valeur affirmée comme centrale au cours de plusieurs entretiens. Elle est décrite non seulement comme une règle à respecter rigoureusement dans le traitement de l’information mais aussi comme une ligne de conduite dans les échanges au sein de la rédaction. Plusieurs journalistes expliquent que leurs collègues ne laissent pas paraître leurs affinités politiques et considèrent cela comme un gage de sérieux et de professionnalisme. À cet égard, la campagne présidentielle est décrite comme un moment un peu à part, où il devient plus difficile de retenir l’expression d’opinions politiques, notamment lors des journées de scrutin, où des commentaires implicitement favorables ou défavorables à tel candidat sont exprimés de manière elliptique au sein de la rédaction, et sous forme d’échanges à l’extérieur, au cours de pauses cigarettes.

18L’anti-sexisme n’entre manifestement pas dans le champ des opinions politiques dont l’expression est à éviter. De fait, les remarques de ce type sont assez fréquentes au sein de la rédaction ; plus précisément, les journalistes femmes – bien plus souvent que les hommes - tiennent des propos qui témoignent de leur réflexion sur le sexisme ou sur les inégalités hommes-femmes. Par exemple, une journaliste dit un jour en réunion de rédaction à propos de Valérie Trierweiler, la compagne de François Hollande, candidat du Parti Socialiste en 2012, qui doit abandonner son activité de journaliste : « C’est la femme qui perd à chaque fois… Un jour ce sera une femme présidente et un homme qui arrête ». Une autre commente une déclaration télévisée le soir du premier tour comme quoi Marine Le Pen est « la troisième homme » : « la troisième homme, c’est pas du tout sexiste ça ». Lors des entretiens, cela a été confirmé par les développements spontanés de certaines enquêtées sur les difficultés à être journaliste « en tant que femme », ce par quoi elles visaient d’une part la persistance de certains stéréotypes et d’autre part, pour celles qui avaient des enfants, le manque de compréhension de la hiérarchie à l’égard des obligations des jeunes parents. Au-delà de leur propre expérience professionnelle, plusieurs journalistes expriment lors des entretiens des jugements tels que « le milieu politique est machiste » ou encore « dans la campagne précédente, Ségolène Royal, candidate du parti socialiste en 2007, elle a été traitée de manière misogyne ».

  • 7  Cela rejoint en partie, dans un autre contexte, l’analyse de North (2009, 211).

19Cette conscience anti-sexiste de certaines, manifestée par ces remarques, n’influence pourtant pas la production de l’information7. Les entretiens ont permis de constater que si les journalistes femmes témoignaient d’une certaine réflexivité en termes de genre pour penser leur expérience professionnelle, le traitement de l’information par le journal n’était pas jugé à ce prisme, mais plutôt à celui de la « neutralité politique », ce qui correspond à une vision dominante dans la profession, inculquée notamment en école de journalisme. Le quotidien de la rédaction est par ailleurs marqué, comme c’est le cas pour nombre de lieux de travail, par le sexisme et l’homophobie ordinaires des brefs commentaires lancés par - lors des séquences observées - des hommes dont certains en position hiérarchique (par exemple, l’usage routinier, à l’encontre d’hommes, de l’insulte « enculé » ou encore les remarques systématiques concernant les caractéristiques corporelles et vestimentaires de femmes observées dans les médias).

20La dénonciation par les journalistes de la « misogynie » ayant cours dans le « milieu politique » ne les empêche pas de reconduire, voire d’amplifier la hiérarchie de genre, lorsqu’il s’agit de traiter l’information, comme on va le voir.

Les processus de production de l’information au prisme du genre

21L’organisation genrée de la rédaction, la hiérarchie et la division sexuée du travail, ainsi que le rapport des journalistes à la « neutralité », permettent de mieux comprendre trois des caractéristiques majeures du traitement de la campagne du point de vue du genre : la relative invisibilisation des candidates ; le traitement différencié de la plupart des femmes politiques et la surreprésentation des hommes parmi les personnes visibles dans les journaux (en tant que militants ou électeurs).

L’amplification de la hiérarchisation des candidat-es

22« Les usages du genre sont largement tributaires du contexte électoral et de la nature des enjeux politiques » comme l’ont montré Achin et alii (2007, 70). En 2012, l’invisibilité des candidates est évidemment liée, en premier lieu, au fait qu’aucune d’entre elles n’était pressentie pour arriver au deuxième tour. Pourtant, le fait que les journalistes de presse couvrent plus ou moins les candidat-e-s en fonction de leurs résultats pressentis ne semble pas inéluctable et il nous semble nécessaire de l’éclairer. Nous montrons ici que la hiérarchisation des candidat-e-s est amplifiée dans le champ journalistique par la proximité des journalistes vis-à-vis du champ politique, l’usage des sondages et la différence de moyens déployés pour couvrir les candidat-e-s selon leurs « scores » attendus.

23Pour celles et ceux qui la couvrent, la campagne accélère un rythme de travail habituellement déjà soutenu : « T’es le nez dans le guidon. Tu bosses 18 heures par jour » (extrait d’entretien réalisé plusieurs mois plus tard). Selon cette personne, s’exprimant ici de manière hyperbolique, les journalistes sont quasiment pris en charge par les partis : « t’es dans une caravane », « ils viennent te chercher, te mettent dans le train, parfois ils te donnent à manger… ». La proximité spatiale entre journalistes et équipes de campagne est renforcée par la proximité sociale qu’ils entretiennent : même âge, même type de tenue vestimentaire et souvent cursus scolaires similaires. Lors du meeting de François Hollande à Vincennes, nous avons observé comment le dispositif de la salle de presse renforce cette proximité entre journalistes et militants. En outre, il s’agit d’un milieu d’interconnaissance :

  • 8  Fils du candidat du Parti Socialiste.

Jérôme serre la main à Antoine, un homme d’une trentaine d’années qui se joint à nous pour fumer une cigarette. Antoine me fait la bise. Ils connaissent réciproquement leurs prénoms et, au début, j’ai l’impression qu’ils se connaissent bien à la manière dont ils se disent bonjour, mais peut-être pas si bien. Ils se demandent « pour qui ils sont là ». Jérôme dit qu’il est là pour le quotidien enquêté. Antoine dit qu’il est dans l’équipe web de la campagne. Jérôme lui demande comment est l’ambiance. Antoine dit que c’est nouveau pour lui, qu’il n’est pas toujours au courant des enjeux personnels. Jérôme lui demande comment sont leurs relations avec François Hollande, s’ils le voient souvent. Antoine dit que la présence de Thomas Hollande8 facilite les choses, que du coup il n’y a pas de distance. (J-7)

24Cet échange est d’autant plus intéressant qu’à d’autres moments, Jérôme nous a longuement parlé de la relation « personnelle » que les journalistes de la rédaction avaient tenté de construire avec François Hollande, avant même qu’il ne soit favori au sein du PS. Cette qualité des contacts est un élément sur lequel plusieurs journalistes insistent au cours des entretiens. De fait, ce sont bien souvent les femmes et les hommes politiques qui proposent les interviews aux journalistes qu’ils connaissent (d’où l’intérêt de nouer des relations personnelles), en fixent la date et exigent de les relire. Lors des entretiens, c’est un élément qui a pu faire l’objet de réflexivité : sur le coup, il est difficile de travailler autrement étant donné la contrainte de production de contenus print et web ; longtemps après, certain-e-s se rendent compte qu’il aurait peut-être été possible de moins « coller » à l’agenda des politiques, de prendre plus souvent leurs propres initiatives et de parler davantage des « vrais gens » (on reviendra sur cette notion).

25Cela dit, les journalistes ne « collent » pas de la même manière à tous les agendas. Les rédactions amplifient la hiérarchisation des candidats telle qu’elle est établie par les sondages en couvrant principalement les candidats que les sondages donnent favoris. Ainsi, pour le rédacteur en chef, n’aller qu’aux meetings des deux favoris semble relever de l’évidence :

Le rédacteur en chef vient chercher un café quelques minutes plus tard. Nous lui demandons s’il y aura réunion présidentielle le lendemain à 9h. Et si les journalistes vont se rendre aux meetings de cette semaine. Il n’a pas l’air bien au courant des meetings programmés (d’ailleurs dans l’ascenseur il nous a dit que la campagne était « ennuyeuse » et « ennuyante » pour tout le monde). Je lui parle des meetings des candidat-e-s Philippe Poutou (Nouveau Parti Anticapitaliste), Nathalie Artaud (Lutte ouvrière), Nicolas Sarkozy (Union pour un Mouvement Populaire) et François Hollande (Parti Socialiste), et il ne répond que sur Sarkozy et Hollande : les journalistes couvriront leurs deux meetings du week-end prochain, et sans doute aussi les interventions télévisées des deux candidats dans la semaine. (J-16)

26Ce lien entre le travail journalistique et la production de sondages mérite qu’on s’y arrête. Comme nous l’avons observé, les candidats sont traités par les médias en fonction de leur place dans les sondages (Lehingue, 2007). L’observation du travail in situ montre qu’ils rythment la vie du journal. Ainsi, tout au long des quatre mois d’observation dans le quotidien, le directeur de la rédaction et le rédacteur en chef nous incitent particulièrement à être présents au moment de la réception et du traitement des sondages hebdomadaires. Cela apparaît d’ailleurs clairement le jour du premier tour, lors d’une réunion destinée à boucler la partie du journal qui n’est pas consacrée à l’élection. Vers 16h30, le directeur de la rédaction arrive et interrompt la réunion pour annoncer le premier les « chiffres » :

Le directeur de la rédaction : ça y est, on a les premières estimations du ministère de l’intérieur : 27-26-16-13-10. Joly [candidate d'Europe Ecologie les Verts] est en dessous de 3, avec les marges d’erreur, ils ne peuvent pas dire. Les Français de l’étranger votent en masse Sarko.
Le rédacteur en chef : c’est pas 16h30 les premiers résultats ?
[...]
L’éditeur : donc, on va vers un face à face. La seule nouveauté, c’est que Mélenchon [candidat du Front de Gauche] n’est pas à 17.
Le rédacteur en chef : dans les grandes villes, les bobos vont voter Mélenchon.
Le directeur de la rédaction : qu’est-ce qu’on titre alors ?
Le rédacteur en chef : non, on attend là, on va être un peu sérieux.
Un journaliste : sinon, on met « ne faites pas de connerie » [...] ?
Les journalistes énumèrent ce qu’il va y avoir dans les pages qui ne sont pas consacrées à la campagne présidentielle.
Le rédacteur en chef : donc, on ne sait pas grand-chose alors. On va attendre.
La responsable de la mise en page : donc, pour l’instant qu’est-ce que je fais ? Je ne fais rien.
Le rédacteur en chef : pour l’instant les résultats sont un peu décevants car ils sont proches de ce qu’on attendait. Sauf que Mélenchon est plus bas. Sarkozy-Hollande c’est plus serré. Notre dernier sondage, il donnait quoi ?
Y a pas d’énorme surprise en tout cas.
[...]
Le rédacteur en chef : si je peux me permettre on est le sondage qui a donné le plus d’écart Sarko-Hollande. [...]
Donc attendons un peu, on verra à 20h. (Jour du premier tour)

27Le directeur de la rédaction, comme le rédacteur en chef, considèrent les sondages comme une preuve de la qualité du journal. Un peu plus tard, au cours d’une discussion avec l’enquêtrice, une journaliste qui est là en renfort de l’équipe couvrant la campagne exprime son désaccord sur cette stratégie :

La journaliste me demande ce que je fais, moi, comme QG (elle me prend pour une journaliste pigiste, je suppose, ou du web). Je lui explique que je fais partie d’une enquête collective et mentionne les médias sur lesquels porte l’enquête. Elle réagit sur l’un d’entre eux en disant qu’elle trouve ça très bien leur position de refuser de faire des sondages. Ici (le quotidien enquêté) il y en a mais « c’est parce qu’ils sont en quête de légitimité, ça coûte hyper cher, les sondages ». (Jour du premier tour)

28Il n’y a donc pas nécessairement d’unanimité à propos des sondages parmi les journalistes. En revanche, le fait de réserver aux candidats une place proportionnée à leur pourcentage d’intentions de votes leur paraît juste, voire évident, comme en témoignent ces remarques formulées lors des entretiens : « on a assez vite vu, Eva Joly, dans les sondages, que ça prenait pas, elle est un peu sortie du spectre » ; « Quand il y a eu la vague Mélenchon, on l’a plus traité » ; « Ça me semble compliqué d’accorder la même place à Eva Joly et à Hollande ». Selon leur raisonnement, si les sondages montent, c’est que « la campagne prend » et cela justifie alors de déployer une plus grande couverture médiatique du candidat concerné. De fait, lors de ces évocations du traitement des candidats a posteriori lors de l’entretien, les journalistes décrivent la plupart du temps leur travail comme s’ils ne faisaient que couvrir un phénomène qui existait en soi, leur était extérieur et s’imposait à eux.

29Du fait de ce principe de hiérarchisation par les rédactions des candidats en fonction de leurs résultats aux sondages, ce sont les journalistes les moins expérimentés qui suivent les « petits » candidats, voire, les jours de scrutin, ceux qui travaillent d’ordinaire dans un autre service comme Philippe. Le soir du premier tour, c’est la première fois que ce journaliste web « couvre » une soirée électorale. Il se rend au QG de campagne de Mélenchon place de Stalingrad. Comme l’observe l’enquêtrice, il ne connaît pas les deux hommes politiques du Front de Gauche qu’il interviewe et demande leur nom à ses confrères/consœurs ou à l’interviewé lui-même. Aucun des membres de la direction du Front de Gauche dont les contacts ont été récupérés par l’intermédiaire d’un collègue ne répondent au rendez-vous d’interview (ce qui est lié aux résultats de ce parti, inférieurs aux attentes). Il produit durant la soirée deux papiers « ambiance » et une interview, confiant à l’enquêtrice « j’espère qu’il (le secrétaire de rédaction) ne va pas me demander un papier d’analyse ». Si son choix s’est porté vers le Front de Gauche plutôt que le Front National, c’est parce qu’« il y aura plus d’ambiance » (les contenus des deux papiers traitent en effet de l’atmosphère, décrite en termes de fébrilité, puis de stupeur). L’inexpérience du journaliste contribue ici à une préférence pour produire un papier « ambiance » plutôt qu’un papier « d’analyse ». Le même jour, à la rédaction, le journaliste, pas non plus spécialisé, qui a été chargé de se rendre au QG d’Eva Joly ne s’encombre pas du principe de « neutralité » pour exprimer son opinion sur la candidate : « Si je vais chez les verts, moi je vais vomir » dit-il à l’un de ses collègues. Après s’être plaint à plusieurs reprises au cours de l’après-midi que cette tâche lui ait été attribuée, il réussit finalement à la déléguer à un autre journaliste.

30En résumé, l’invisibilisation des candidates en 2012 est en premier lieu due à l’amplification par les médias de la hiérarchisation des candidat-es du fait du principe de l’élection au suffrage universel à deux tours, cela au profit des deux favoris, et à leur proximité vis-à-vis du champ politique.

Faire du « buzz », une contrainte de la production journalistique

31Pendant la campagne, les journalistes doivent alimenter deux supports, non seulement la version imprimée mais aussi le site internet notamment en faisant du « live ». Ce style de production de l’information vient du journalisme sportif. En quelque sorte, les journalistes tentent de commenter ce qui est en train de se passer de la même manière qu’ils commenteraient un match de foot, comme nous l’explique un journaliste en entretien. Cela leur sert ensuite de base pour écrire l’article de synthèse qui sera publié dans la version imprimée. Dans cette logique de production de l’information où s’imposent des formats courts (particulièrement sur twitter), il s’agit de fournir certes des informations inédites mais aussi des bons mots et de l’humour.

32Le « live » du meeting de François Hollande à Vincennes que réalise Jérôme, l’un des journalistes que nous suivons, est révélateur de ces contraintes. En pratique, Jérôme est assis à son ordinateur dans la « salle de presse », au milieu des autres journalistes, et regarde avec eux l’écran télé retransmettant ce qui se passe sur la scène, éloignée de quelques centaines de mètres. Il poste de temps à autre quelques phrases surmontées d’un titre et d’une indication concernant l’heure sur le « live » du site (ces « posts » ne sont pas édités et comportent des coquilles). En même temps, il tweete sur son compte personnel, comme beaucoup de journalistes autour de lui. Avant le discours de François Hollande, la scène est occupée d’abord par Najat Belkacem (porte-parole du PS) et Aurélie Filipetti (députée du PS) qui ne prononcent pas de discours puis par Bertrand Delanoë (membre du PS, maire de Paris) qui prononce un discours.

15h15 - Fin du concert. Arrivée sur scène de Najat Belkacem et Aurélie Filipetti.

15h21 - Jérôme tweete sur son compte personnel : « La voix de Belkacem me scie déjà les oreilles ». Il poste ensuite la remarque suivante sur le live du site :

« 15h21 : Aurélie Filipetti et Nadjat Vallaud-Belkacem font patienter le public. En lançant une Ola pour bien faire sentir à Sarkozy la "vague" socialiste. "Qu'est-ce qu'elle est belle", lance Filipetti. Il est temps que cela commence. »

15h30 - Najat Belkacem et Aurélie Filipetti introduisent Bertrand Delanoë avec moult éloges, puis lui laissent la place.

15h32 - Jérôme poste sur le site :

« 15h32: Bertrand est le premier des orateurs
"L'infirmière sera mieux considérée que l'actionnaire", lance le maire de Paris. Malgré le vent qui souffle dans le parc, les militants sont présents en nombre. "Avec François Hollande, nous allons ouvrir de nouveaux espaces de liberté", poursuit Bertrand Delanoë qui évoque le droit des votes des étrangers, la fin du cumul des mandats. »

15h35 - Jérôme va sur le site du PS, puis met un lien sur le live en direct du site la vidéo en direct du meeting.

« Il faut convaincre les indécis » dit Bertrand Delanoë. La phrase est retranscrite par Jérôme qui commence un nouveau post du live. Il rajoute ensuite en amont en gras « Le thème de la mobilisation est au cœur de tous les discours de l’après-midi ».

  • 9  Observation réalisée avec Jean-Marc Nguyen.

15h40 - Fin du discours de Bertrand Delanoë. (J-7)9

33La scénographie orchestrée par le PS, suivant laquelle des femmes politiques « font patienter » avant que des hommes politiques prononcent des discours, actualise la hiérarchie de genre au sein du champ politique. Cette hiérarchie est amplifiée par des remarques censées faire le buzz par leur caractère prétendument décalé et drôle. Le journaliste utilise ici une expression « scier les oreilles » qui participe typiquement de la décrédibilisation d’une femme politique pour sa voix jugée trop aiguë et donc « féminine ». Ce jugement, qui s’inscrit dans la continuité de remarques sexistes ordinaires faites par des membres de la rédaction lorsqu’ils regardent la télévision le soir du premier tour à la rédaction (« elle a acheté sa robe chez Tati ! » à propos d’une candidate), est ici publié sur le compte twitter de l’un d’entre eux, même s’il ne considère pas que cette « information » mérite d’être postée sur le site. Son collègue, qui couvre au même moment le meeting de Nicolas Sarkozy (séquence observée par Hugo Bouvard), poste sur le site du quotidien le commentaire suivant :

  • 10  Nathalie Kosciusko-Morizet, porte-parole de l'UMP.

14h07 : NKM10 souhaite la victoire

NKM souhaite "la victoire" (avec la voix cassée). "On va gagner", reprend la foule dans laquelle de mystérieuses danseuses tahitiennes, vêtues chichement, se sont glissées. (J-7)

34Le format du live incite à avoir un ton « léger » comme le dit le journaliste à l’enquêteur qui observe cette scène ; pour se distinguer de la concurrence, il s’agit de faire preuve d’impertinence et d’originalité dans les contenus produits. Toutefois, ce ton semble plus « léger » encore lorsqu’il s’agit de décrire les femmes politiques. L’information produite consiste alors, bien plus souvent que pour les hommes, à mentionner des caractéristiques corporelles ou vestimentaires, ce qui participe structurellement d’un traitement différencié des femmes politiques par les journalistes (hommes et femmes), comme l’ont montré les recherches en analyse de discours (Freedman, 2000 ; Dulong et Matonti, 2005).

L’« insolite » et les papiers « ambiance »

35L’un des impératifs au sein de la rédaction du quotidien est d’« alléger » l’actualité politique jugée trop ardue pour le lectorat en publiant des articles « insolite » et « ambiance » en particulier pour rendre compte des meetings. Dans ces occasions, nous avons constaté que les journalistes contribuent à produire le masculin neutre non seulement concernant les professionnels de la politique, mais aussi concernant l’électeur ou le militant lambda, les « vrais gens », les « Français ».

36Les « papiers militants » reposent sur les interviews d’individus ou de groupes qui assistent aux meetings politiques.

Après le discours, Jérôme lève la tête de son écran. Sur l’écran de télé, on voit François Hollande qui salue le public en allant faire coucou au public d’un côté et de l’autre de la scène sur une musique de campagne. Jérôme regarde, peut-être pour réfléchir ou pour se reposer un peu après cette séance de live. Puis, il regarde ses mails. Consulte à nouveau twitter. Jean-Marc (enquêteur) lui demande ce qu’il va faire comme papier. Jérôme dit qu’il va faire un compte-rendu du meeting, en choisissant l’angle de la mobilisation des électeurs au premier tour. [...] Et puis, il fera peut-être un papier de « portraits de militants ». Il n’est pas encore sûr, ça dépend si c’est intéressant. Juste après notre conversation, je vois qu’il envoie un mail de deux lignes à quelqu’un de la rédaction pour dire « je vous envoie un compte-rendu et peut-être un papier (de) militants mais je n’ai pas eu beaucoup de temps… » [...]
À 17h, j’accompagne Jérôme pour aller interviewer les « militants ». On s’arrête devant l’entrée de l’espace presse pour fumer une cigarette. [...] À la fin de la pause cigarette, Jérôme et moi avançons le long des barrières, en direction de la scène. On est encore du côté des barrières où le public ne peut pas entrer. Étant donné le vent froid, le lieu se vide rapidement. Jérôme s’avance vers un homme d’une cinquantaine d’années (il déclare son premier vote en 1974) qui a les bras posés sur la barrière, mais se trouve de l’autre côté. Il a un grand cahier dans lequel il prend des notes. Il lui demande s’il a vu le discours, s’il sait déjà pour qui il va voter, s’il pense que François Hollande « a la stature » pour gagner, s’il y a des thèmes qui l’ont intéressé dans le discours et s’il est tenté par le vote Mélenchon. Il lui demande enfin son prénom, puis nous prenons congé. Le lieu du meeting est de plus en plus vide, le vent glacial soulève les tracts abandonnés. Nous enjambons la barrière pour trouver d’autres militants. Jérôme s’avance vers un homme d’une quarantaine d’années avec son fils qui doit avoir six ou sept ans et lui pose quatre questions similaires aux précédentes, puis prend congé. Il se dirige ensuite vers un homme d’une cinquantaine d’années accompagné d’un garçon de douze ans environ. Il lui pose plusieurs questions, comme le garçon répond aussi, Jérôme s’adresse aux deux en même temps. Ensuite, nous marchons encore un peu sur la pelouse en cherchant d’autres interlocuteurs sachant que la majorité est déjà partie. Il y a un attroupement devant la scène : c’est François Hollande qui est sorti, il serre des mains à des gens que je ne vois pas, il y a un énorme attroupement de journalistes et de badauds autour. Jérôme s’avance jusqu’à François Hollande, je le suis. Arrivé proche, il se retourne, me fait un signe de tête signifiant qu’il n’y a rien d’intéressant à voir et qu’on fait demi-tour. On recommence à marcher au milieu du terrain à moitié vide battu par le vent en cherchant des « militants ».
On se dirige vers un homme d’une cinquantaine d’années, assis sur une chaise contre une barrière avec un panneau « Je suis SDF… j’aime la culture » ou quelque chose comme ça. Jérôme demande ce que ça signifie et engage la conversation. L’homme commence à raconter son histoire, avec moult anecdotes. Il explique toutes les étapes, Jérôme le relance et lui pose de nombreuses questions. Finalement, il dit qu’il aurait aimé parler plus longtemps avec lui mais doit partir. Nous retournons vers la tente de presse. Jérôme me dit, « ce type a beaucoup de choses à dire, il mériterait plus de temps ». Je demande à Jérôme s’il pense faire un papier avec les interviews. Il me répond : « je ne sais pas encore si je mets quelques militants dans le compte-rendu du meeting ou si je fais un papier sur les militants ». Je lui demande s’il repasse à la rédaction. Il me dit qu’il ne sait pas encore, il va commencer à écrire ses papiers là. (J-7)

  • 11  Selon des statistiques publiées en 2010, en France, 26% des « sujets » de nouvelles, reportages et (...)

37Toutes les personnes interviewées par le journaliste sont des hommes. Pas un instant, il ne s’est posé la question d’interroger des « militantes ». Nous formulons l’hypothèse que cela n’est pas nécessairement lié au fait que le journaliste soit un homme, mais plutôt à la manière dont le genre n’est pas une dimension prise en compte dans le travail journalistique. En effet, lors des entretiens, les journalistes, y compris celles qui sont par ailleurs réflexives sur leur expérience « en tant que femme » dans la profession, ne mentionnent jamais le genre lorsqu’elles évoquent la nécessité de couvrir différents groupes et points de vue pour une certaine représentativité du journal : elles mentionnent de manière privilégiée les clivages riche/pauvre, ville/campagne ou encore jeunes/retraités. C’est sûrement l’une des pistes permettant d’expliquer plus largement la reproduction du « masculin neutre » par les médias, par ailleurs avérée statistiquement : dans les sujets traités, les femmes sont d’autant plus minoritaires qu’il s’agit de politique (et de presse écrite)11.

Conclusion

38L’observation du travail des journalistes en acte, notamment l’usage des sondages et l’écriture des papiers « ambiance », a permis de mieux comprendre comment la relative invisibilité des candidates et des questions de genre dans les dernières semaines de la campagne, au sein du quotidien que nous avons observé, a été produite. Cette invisibilité peut être reliée à un certain nombre de caractéristiques contraignant fortement l’activité journalistique en 2012. Il s’agit, d’une part, de la temporalité de l’urgence et de la course à la production dans un monde professionnel fortement hiérarchisé. La nécessité de produire des contenus à la fois pour le print et pour le web, sur lequel les informations doivent être publiées de manière quasi-immédiate notamment dans le but de « faire du buzz », ne favorise pas la réflexion des journalistes sur les questions de genre, sur la manière dont ils produisent et reproduisent le genre en produisant de l’information. Les débats de fond, que ce soit sur le genre ou sur d’autres sujets, sont rares au sein des rédactions que nous avons observées : les journalistes travaillent dans une sorte d’urgence gérée au quotidien et les échanges, même lors des réunions, sont très rapides et elliptiques. En outre, c’est le plus souvent la hiérarchie, dominée par des hommes visiblement peu sensibles aux questions de genre, qui impose les choix. Les négociations portent généralement sur la longueur des articles plutôt que sur le contenu. D’autre part, l’activité journalistique est caractérisée par la dépendance aux sources (l’agenda médiatique est dicté par les sources, les membres du champ politique) et aux autres médias (notamment les chaînes d’information en continu). Les sondages renforcent cette double dépendance par la reprise des autres médias et le traitement différencié entre les « favoris », avec lesquels il faut établir une relation privilégiée, personnelle, et les « petits » candidats – pour reprendre le vocabulaire de la compétition sportive souvent utilisé dans les médias à propos de la campagne. Le principe selon lequel la place accordée à chaque candidat-e diffère selon le « score » obtenu dans les sondages est considéré comme une évidence. Ces caractéristiques du travail journalistique, mais aussi les normes de la profession, formulées notamment en termes de « neutralité politique », ont offert peu de marge de manœuvre aux journalistes pour contester les rapports de genre tels qu’ils ont été actualisés dans le champ politique au cours de la campagne 2012.

  • 12  Les observations recueillies à ce sujet, notamment concernant la publication d’un article sur le « (...)

39Cela dit, ni les contraintes du travail journalistique ni le contexte électoral n’expliquent pourquoi la tenue vestimentaire ou les caractéristiques corporelles des femmes politiques sont transformées en informations contrairement à celles des hommes politiques ; ou encore pourquoi, lorsqu’il s’agit de traiter de l’électorat, les articles renforcent souvent de fait le caractère « masculin neutre » de l’électeur ou du militant lambda. Si les jeunes journalistes que nous avons interviewés se veulent égalitaristes, ce qui constitue aussi un mode de distinction générationnelle, ils ne sont pas, plus que d’autres professionnels qualifiés en France, formés aux questions de genre et de sexualité. La conscience anti-sexiste ne se ressent que rarement dans leurs articles. La grille de lecture du sexisme et des inégalités hommes-femmes, exprimée sous la forme de remarques au sein de la rédaction par des journalistes femmes et parfois mobilisée au cours des entretiens pour éclairer leur propre vie professionnelle, était bien plus rarement sollicitée lorsqu’il s’agissait d’aborder les contenus produits, la sexualité (ou l’hétérosexisme) étant quant à elle une grille de lecture quasi inexistante12. Le genre ne semble pas à ce jour considéré comme une « catégorie utile » - pour reprendre la formule de Joan Scott- pour les journalistes dans leur travail quotidien de production d’information et ce en dépit de la conscience anti-sexiste qu’elles (et plus rarement ils) manifestent.

  • 13  Nous remercions Sandrine Lévêque et Sophie Pochic de leurs conseils avisés, ainsi que les membres (...)

40Du fait de ces caractéristiques du travail journalistique et de ces normes professionnelles, les rapports de genre se trouvent amplifiés par ce type de média, caisse de résonance des hiérarchies marquant le champ politique13.

Haut de page

Bibliographie

ACHIN Catherine et al., Sexe, genre et politique, Paris, Economica, 2007.

ACHIN Catherine et DORLIN Elsa, 2008, « Nicolas Sarkozy ou la masculinité mascarade du Président », Raisons politiques, 31, 2008, pp. 19-45.

ACKER Joan, « Hierarchies, Jobs, Bodies: A Theory of Gendered Organizations », Gender and Society, 4 (2), 1990, pp. 139-158.

ACKER Joan, « From glass ceiling to inequality regimes », Sociologie du travail, 51, 2009, pp. 199–217.

COULOMB-GULLY Marlène (dir.), « Présidentielle 2007. Scènes de genre » (numéro spécial), Mots, Les langages du politique, 90, 2009.

DAMIAN Béatrice, FRISQUE Cégolène et SAITTA Eugénie, « Introduction. Le journalisme « au féminin » : dynamiques de spécialisation, enjeux organisationnels et traitement de l’information », in Damian Béatrice, Frisque Cégolène et Saitta Eugénie (dir.), Le journalisme au féminin : assignations, inventions, stratégies, Rennes, Presses universitaires de Rennes, Coll. « Res Publica », 2010, pp. 11-43.

DAMIAN Béatrice, FRISQUE Cégolène et SAITTA Eugénie, « Le journalisme au prisme du genre : une problématique féconde », Questions de communication, 15, 2009, pp. 175-201.

DEVILLARD Valérie, LAFOSSE Marie-Françoise, LETEINTURIER Christine, RIEFFEL Rémy, Les journalistes français à l'aube de l'an 2000, Profils et parcours, Paris, éditions Panthéon-Assas, 2001.

DULONG Delphine et MATONTI Frédérique, « L'indépassable "féminité". La mise en récit des femmes en campagne », in LAGROYE Jacques, LEHINGUE Patrick, SAWICKI Frédéric (dir.), Mobilisations électorales. Le cas des élections municipales de 2001, Paris, PUF, 2005, pp. 281-303.

FREEDMAN Jane, Femmes politiques. Mythes et symboles, Paris, L’Harmattan, 2000.

LEHINGUE Patrick, Subunda. Coups de sonde dans l’océan des sondages, Bellecombe-en-Bauges, Éd. du Croquant, 2007.

LEMIEUX Cyril, Mauvaise presse. Une sociologie compréhensive du travail journalistique et de ses critiques, Paris, Métailié, 2000.

NEVEU Érik, « Le genre du journalisme. Des ambivalences de la féminisation d’une profession », Politix, 51, 2000, pp. 179-212.

NORTH Louise, The Gendered Newsroom : How Journalists Experience the Changing World of Media, Cresskill (NJ), Hampton Press, 2009.

OLIVESI Aurélie, Implicitement sexiste ? Genre, politique et discours journalistique, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2012.

RUELLAN Denis, « Socialisation des journalistes entrant dans la profession », Quaderni, 45, 2001, pp. 137-152.

Haut de page

Notes

1  Pour une approche pionnière en France, voir Neveu (2000).

2  Pour une synthèse des travaux existants, voir Damian-Gaillard, Frisque et Saitta (2009, 2010).

3  L’enquête collective, non focalisée sur les questions de genre, a impliqué 25 étudiant-e-s et une dizaine d’encadrant-e-s dans le cadre d’un stage de terrain proposé par le Master de sociologie de l’EHESS et organisé par Cyril Lemieux, Eric Lagneau et Séverine Chauvel. Si les observations citées ici, à l’exception de l’une d’entre elles mentionnée brièvement, ont été conduites par les auteures, parfois en équipe avec des étudiant-es, nos analyses sont plus largement fondées sur un matériau recueilli collectivement, par les auteures mais aussi par des étudiant-e-s, en particulier Hugo Bouvard et Jean-Marc Nguyen.

4  Pour plus de détails sur l’entrée dans la profession, voir Ruellan (2002).

5  Un aspect à creuser serait celui de la prise en compte - ou non - des années de précarité (Contrats à durée déterminée et piges) qui semblait varier fortement selon les cas.

6  Chaîne de télévision française d'information nationale en continu.

7  Cela rejoint en partie, dans un autre contexte, l’analyse de North (2009, 211).

8  Fils du candidat du Parti Socialiste.

9  Observation réalisée avec Jean-Marc Nguyen.

10  Nathalie Kosciusko-Morizet, porte-parole de l'UMP.

11  Selon des statistiques publiées en 2010, en France, 26% des « sujets » de nouvelles, reportages etc. sont des femmes ; 20% lorsqu’il s’agit d’informations politiques ; 20% pour la presse écrite (Rapport GMMP de septembre 2010 dans le Projet Mondial de monitorage des médias : http://whomakesthenews.org/images/stories/website/gmmp_reports/2010/global/gmmp_global_report_fr.pdf).

12  Les observations recueillies à ce sujet, notamment concernant la publication d’un article sur le « vote gay » (proposé par un pigiste, donc produit en-dehors de la rédaction), étaient cependant trop elliptiques pour pouvoir développer l’analyse. Cela reste une dimension à creuser.

13  Nous remercions Sandrine Lévêque et Sophie Pochic de leurs conseils avisés, ainsi que les membres de la rédaction enquêtée pour leur accueil et le temps qu’elles et ils nous ont consacré.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Séverine Chauvel et Amélie Le Renard, « Comment le travail journalistique amplifie la hiérarchie de genre. Une rédaction pendant la campagne présidentielle de 2012 », Genre, sexualité & société [En ligne], Hors-série n° 2 | 2013, mis en ligne le 10 avril 2013, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://gss.revues.org/2598 ; DOI : 10.4000/gss.2598

Haut de page

Auteurs

Séverine Chauvel

Sociologue
Centre Maurice Halbwachs, équipe Enquête Terrain Théorie (ENS-CNRS-EHESS)

Amélie Le Renard

Chargée de recherche
CNRS, Centre Maurice Halbwachs, équipe Professions Réseaux Organisations (ENS-CNRS-EHESS)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org