Navigation – Plan du site
Cadrage médiatique et production journalistique du genre

« Mâle ou normal ? ». Incarnation et masculinité(s) du couple Hollande-Sarkozy dans la campagne présidentielle de 2012

« Male or normal ? ». Incarnation and Masculinity in the French Presidential Campaign of 2012
Marlène Coulomb-Gully

Résumés

Après la parenthèse de 2007 et la présence d’une femme au second tour de l’élection, la présidentielle de 2012 marque un retour à la « normale », la compétition s’étant jouée entre deux hommes. La question du genre a néanmoins été au cœur de la campagne : François Hollande et Nicolas Sarkozy incarnent deux types de masculinité différents, les médias jouant leur partition dans la construction de leur identité stratégique. Cet article a pour objectif de mettre au jour les principales composantes de cette dimension genrée. La première partie intitulée « Incarner la France », s’efforce de saisir le phénomène dans sa dimension la plus sensible (la silhouette, le poil et la voix ) ; la seconde partie intitulée « Les plumes du chef » développe les aspects plus symboliques de l’incarnation, la virilité du candidat de l’UMP se construisant en contre point de la féminisation du candidat socialiste. La troisième partie examine le rôle des femmes, en particulier des compagnes des candidats, dans la formation de ces identités.

Haut de page

Texte intégral

L’élection présidentielle n’est pas une élection politique.
C’est une élection éthologique.
Il s’agit de désigner un chef de meute, un mâle dominant (…)
C’est un combat de coqs.
Le Nouvel Observateur, 8/12/2011

La politique n’a jamais tant senti la testostérone
que lors de la campagne achevée dimanche.
L’Express, 9/05/2012

  • 1  L’expression « identité stratégique » se réfère aux travaux de la politiste Annie Collovald et ren (...)

1Après la parenthèse de 2007, qui a pour la première et la seule fois en France vu une femme se présenter au nom d’un des deux principaux partis de gouvernement, l’élection présidentielle de 2012 marque un retour à la « normale », où la norme est le mâle et le mâle est la norme. La compétition s’est en effet jouée entre deux hommes . La question du genre a néanmoins été au cœur de la campagne, tant il est vrai que les deux principaux protagonistes incarnent deux types de masculinité différents, explicitement ou implicitement instrumentalisés comme autant d’arguments dans la mise en scène de leur identité stratégique1. Les médias ont joué leur partition dans cette construction, en relayant de façon plus ou moins critique et distanciée les propos des uns et des autres.

2Ils sont en effet au cœur de ce travail de publicisation, et ne sont pas le réceptacle passif des stratégies de communication des politiques. En effet – c’est un truisme de le rappeler –, les médias sont moins le reflet d’une réalité extérieure dont ils se chargeraient de simplement rendre compte, qu’ils ne procèdent à la construction de leur propre réalité. Le Figaro et Libération n’ont pas la même ligne éditoriale, mais les effets d’intertextualité et de circularité sont prégnants dans le monde médiatique : ainsi par exemple de l’expression « capitaine de pédalo » initiée par Jean-Luc Mélenchon pour désigner François Hollande ; tous les médias s’en sont emparés, seules la contextualisation du propos ou sa modalisation différant d’un support à l’autre. Des formulations circulent donc dans l’espace médiatique et imposent un cadre d’interprétation : c’est en ce sens que l’on peut parler « des » médias et c’est ce travail de construction des identités des deux principaux candidats que l’on s’efforcera de cerner au cours du long récit médiatique de cette campagne présidentielle, le genre étant au cœur de ce processus de construction.

  • 2  Le corpus, vaste et diversifié, est composé de médias radiophoniques (la matinale de France Inter, (...)

3Le corps étant le premier opérateur du genre, on s’intéressera en un premier temps à la dimension physique de l’incarnation comme support d’identité ; la prégnance des écrans et de l’image dans les processus de communication contemporains donne en outre à cette dimension physique une très forte visibilité. Le second temps de notre réflexion portera sur des éléments plus symboliques de cette incarnation, avec en particulier la notion de « chef », dont la dimension genrée ne saurait nous échapper ; le troisième temps portera sur la place des femmes dans la construction de l’identité des candidats2.

Incarner la France

  • 3  Je renvoie aux pages lumineuses que Colette Guillaumin a consacrées à cette question (Guillaumin, (...)

4 « Vous incarnez la France » : c’est par ces mots que le Président du Conseil constitutionnel Jean-Louis Debré, a accueilli le 15 mai 2012, le nouveau Président de la République François Hollande lors de la cérémonie d’intronisation. Si, conformément à une forme d’idéal républicain, toute élection devrait s’effectuer sur la base des seuls programmes politiques, force est de constater la prégnance de la dimension personnelle, l’importance de qui incarne les options des partis en présence. Or le corps reste le premier indicateur du sexe3. Sans revenir sur la définition de la notion d’incarnation (Coulomb 1999 et 2009), nous nous arrêterons sur trois éléments prégnants de la médiatisation des individus que sont la silhouette, le visage et la voix.

La silhouette : question de « prestance »

5La petite taille de Nicolas Sarkozy avait suscité de nombreuses gloses lors de la campagne de 2007, le vis-à-vis avec l’altier Dominique de Villepin durant le dernier gouvernement de Jacques Chirac ayant alors contribué à focaliser l’attention sur ce point. Rien de tel dans les médias en 2012 : cinq ans ont suffi pour familiariser les Français avec la petite taille de leur représentant … hormis la formule récurrente des satiristes des Guignols de l’Info : « En 2012, on change tout, sauf les shoes ! »

  • 4  Rappelons que François Lenglet pose les questions économiques et Fabien Nahmias les questions poli (...)

6Si le physique de Nicolas Sarkozy est épargné, il n’en va pas de même pour son principal challenger, François Hollande, dont la perte pondérale fait l’objet de multiples commentaires, signe que « la tyrannie de l’apparence » n’est plus l’apanage des seules femmes. Tous les médias du corpus se font l’écho de cette mue physique, des plus « people » et divertissants aux médias réputés les plus sérieux. Ainsi des surnoms de « gros lard » ou d’« ex-obèse » dont l’affligent les marionnettes de Nadine Morano et de Lionel Jospin dans les Guignols de l’Info. Dans la grande émission politique de France 2, « Des paroles et des actes » (26/01/2012), la journaliste Nathalie St Criq, préposée aux questions « sur l’homme privé », dans une invraisemblable répartition genrée des thèmes d’interrogation4, revient ainsi longuement sur le régime suivi par le candidat, confrontant deux clichés d’un François Hollande « avant » et « après », dans la grande tradition des publicités vantant l’efficacité des régimes amaigrissants.

7Le Monde de son côté fait de cette métamorphose un des titres du portrait consacré à François Hollande au lendemain de la primaire socialiste : « Il a maigri, il s’est teint les cheveux, a changé de lunettes » (Le Monde, 18/10/2011). « Je me suis préparé » répond invariablement le candidat, faisant des kilos perdus un argument destiné à prouver la force de son engagement. Si elle ne désamorce pas toutes les critiques (« Il ne suffit pas de faire un régime pour être Président de la République » dira de lui Nadine Morano in Le Monde du 11/04/12), la réponse est habile. Le risque était en effet que son réajustement aux normes d’«  honorabilité physique » ne l’identifie à des pratiques considérées comme féminines et qu’il apparaisse soumis à des contraintes d’apparence, donc futiles. Déplaçant la question du plan esthétique au plan éthique, le candidat en fait la preuve de son engagement et du travail de préparation requis par la candidature à une fonction d’exception.

8Le pari n’est pas gagné pour autant et jusqu’au bout de la campagne, les médias se feront l’écho du manque présumé de stature physique du candidat socialiste. La déclaration de Bernadette Chirac à Tulle, le 23 mars 2012, selon laquelle François Hollande n’aurait pas « le gabarit pour être président » est reprise par tous les médias. L’absence supposée de carrure du candidat (le terme étant à prendre au sens intellectuel comme physique) étant théorisée par la députée-maire UMP d’Aix en Provence, Maryse Joissins-Massini :

« Je ne le crois pas compétent ou capable ; en tous les cas physiquement, il ne donnera pas l’image d’un Président de la République. Vous savez, quand on présente Marianne, on aime bien qu’elle soit représentée par une très belle fille (…) J’aurais aimé d’un Président qu’il ait plus de prestance et pas qu’il agite ses petits bras comme il le fait dans tous ses meetings parce que ça me paraît extrêmement ridicule ».

9Les propos mis en ligne le 7/05/2012 par la chaîne d’information locale Aix City local News ont « fait le buzz ». « En 2017, votez Miss France ! » conclut, fataliste, Le Canard enchaîné (9/05/2012).

« Du côté du poil est la toute-puissance »5

  • 5  On me pardonnera la fausseté du vers, le propos d’Arnolphe dans L’Ecole des femmes étant le suivan (...)

10Le poil des deux candidats concentre l’attention des médias. « Un homme se doit de laisser pousser sa barbe, une femme sa chevelure, un eunuque est imberbe » souligne Georges Sidéris à propos de Byzance (in Fend –dir- 2011).Un constat qui malgré la mode actuelle des crânes rasés conserve toute sa pertinence.

11Les fils argentés qui ont fait leur apparition dans la chevelure abondante, drue et sombre du Président candidat et que met subtilement en valeur son affiche de campagne de 2012, sont largement commentés. Loin de retrancher à sa virilité, ils semblent la renforcer, soulignant le poids de l’expérience qui vient conforter l’image de sage que tente de mettre en avant le candidat à travers le thème du « capitaine dans la tempête ».

  • 6  On se rappelle l’impitoyable description du Charlus de La Recherche du Temps perdu, dont le contra (...)

12Le déficit du candidat Hollande est sur ce plan patent. Il a le cheveu rare et fin. La gourmandise avec laquelle les médias ont souligné les teintures auxquelles il aurait eu recours pour masquer ses cheveux gris(voir l’extrait du Monde cité plus haut) révèle deux choses : d’une part, que le cheveu gris renforce la virilité lorsqu’il apparaît dans un contexte d’abondance (c’est le syndrome « tempes grisonnantes », considéré comme un atout charme dans certaines représentations collectives), mais que son effet est inverse quand il est associé à un poil clairsemé. D’autre part, que la teinture capillaire reste perçue comme un apanage féminin et que l’homme qui recourt à cet artifice court le risque de la féminisation6.

13De même que pour la silhouette des deux candidats, leur visage est ici décrit dans des termes qui renvoient l’un au masculin et l’autre au féminin.

Perdre sa voix pour en gagner ?

14Rien ne renvoie plus à la réalité d’un corps que la voix, qui participe de l’incarnation au même titre que l’image d’un corps, qu’elle contribue à concrétiser. Qui n’a fait l’expérience d’une profonde déception quand, familiarisé avec la voix de quelqu’un qu’on n’a jamais vu, on est soudain confronté à la réalité de la personne ? L’imaginaire est allé bon train qui, à partir d’un timbre, d’une diction, d’une intonation, a bâti un corps, un visage, une présence, construction imaginaire avec laquelle la réalité de l’incarnation soutient rarement la comparaison..

15Cinq années de présidence sarkozienne ont familiarisé le pays avec une voix qui, au-delà de la syntaxe et du vocabulaire employés (Mayaffre 2012), avait suscité bien des commentaires sur son caractère populaire et viril, voire d’une virilité populaire dont le célèbre « Casse-toi, pov’con » est resté emblématique. Les bredouillements du candidat-Président interrogé par France 2 (20h, 21/02/2012) sur sa nuit au Fouquet’s le soir de sa victoire, surprennent d’autant plus et viennent contredire cette mâle assurance. « Si c’était à refaire, je ne reviendrais plus dans ce restaurant … C’était un feuilleton » bégaie-t-il, cette énonciation empêchée étant révélatrice de la difficulté du mea culpa. Interviewée à ce propos, Marine Le Pen évoquera un « gloupigoulpa » (in Des Paroles et des Actes, 23/02/2012).

16« Le muet du sérail prend la parole » écrit Le Nouvel Observateur pour caractériser la décision de François Hollande de se présenter à la présidentielle (Le Nouvel Observateur, 5/01/12). L’image qui renvoie à l’eunuque n’est probablement pas innocente, pas plus que le silence, pointé ici comme la marque du personnage. Rappelons que le silence apparaît traditionnellement comme une marque des femmes dans l’espace public où la seule parole autorisée a longtemps été celle des hommes : durant la campagne de 2007, les silences de Ségolène Royal avaient été interprétés comme autant de signes de son incompétence (Coulomb-Gully 2009). Femme ou eunuque, la référence renvoie au manque de virilité, d’autant que le candidat socialiste se trouve rapidement en difficulté sur le plan vocal. Plus la campagne avance, plus sa voix s’affaiblit et s’éraille, les journaux détaillant les remèdes qui lui seraient administrés pour qu’il conserve son organe : un long article de L’Express (28/03/12), titré « Le coup de mou de François Hollande », évoque les « difficultés vocales » du candidat, tandis que Libération (2/04/12) parle de « l’allergie aux pollens qui menace ses cordes vocales » et des traitements suivis par le candidat. « François Hollande, c’est l’histoire d’une gauche sans voix », ironise encore L’Express quelques semaines plus tard (4/04/12).

17Le discours des médias construit ainsi un double paradigme qui fait s’opposer presque terme à terme les caractéristiques de l’incarnation des deux candidats : quand l’un semble décliner toutes les valeurs de la masculinité, voire de la virilité, l’autre est inlassablement renvoyé au féminin. Si la perception par les citoyens de ces identités contrastées est difficile à apprécier, la part de responsabilité des candidats, entre revendication et acceptation contrainte, est ambiguë, comme nous allons le voir à travers les éléments plus symboliques de cette incarnation genrée.

Les plumes du chef   

  • 7  Seul François Mitterrand a su, au sein de la gauche, surmonter le handicap lié à l’incarnation du (...)

18On sait la gauche culturellement rétive au culte du chef, auquel la droite serait plus accueillante, et sans doute n’est-ce pas sans rapport avec les difficultés des socialistes à faire élire un-e des leurs à la fonction présidentielle7. À droite en revanche, l’incarnation virile du candidat de l’UMP n’est pas dissociable de cette culture du chef bien établie de ce côté de l’échiquier politique. Et si le vis-à-vis avec Ségolène Royal en 2007 avait convaincu Nicolas Sarkozy de ne pas mettre en avant la dimension virile de son identité (Achin et Dorlin 2007), la situation cinq ans plus tard est tout autre. François Hollande devait, dans la stratégie de son adversaire, apparaître impropre à la fonction par défaut, en même temps que les partisans du Président-candidat tentaient d’imposer un Nicolas Sarkozy paré de toutes les plumes du chef. Le défi étant, pour le candidat socialiste, d’opérer un retournement du stigmate et de faire un atout de ce qui était présenté comme rédhibitoire, en imposant le candidat « normal » face au promoteur de « La France forte ».

19On peut, schématiquement, distinguer trois temps dans l’élaboration de ces identités : le premier débute avec les primaires socialistes d’octobre 2011 où François Hollande est dévirilisé et dévalorisé, les médias relayant avec délectation les propos de ses opposants. Le mois de janvier 2012, avec le meeting du Bourget pour le candidat socialiste et l’entrée en campagne progressive de Nicolas Sarkozy marque le début d’une seconde période, le 3ème temps correspondant à un retournement complet du stigmate à l’approche d’une victoire socialiste qui semble inéluctable.

François Hollande : « On le dit-femme »

20D’abord présenté comme le « supplétif » de Dominique Strauss Kahn (« candidat de substitut » selon Nadine Morano in Le Monde du 11/04/12), François Hollande apparaît comme le « weak candidate », selon l’expression des communicants, sa supposée faiblesse étant largement instrumentalisée par ses opposants de droite comme de gauche.

  • 8  Ils soulignent la même silhouette trapue, le même refus de mettre en avant sa vie privée, la même (...)

21L’affrontement entre François Hollande et Martine Aubry durant les primaires socialistes de l’automne 2011 a fortement contribué imposer cette image de faiblesse et de « loser ». Martine Aubry, qualifiée de « Merkel de gauche » par les médias8, revendique l’incarnation d’une « gauche dure », son adversaire étant renvoyé du côté de la « gauche molle », l’accusation de « flou » portée à l’encontre de François Hollande par la maire de Lille étant largement reprise. Le vis-à-vis des deux candidats socialistes repose en effet sur une inversion des polarités masculin/féminin dont est révélateur ce commentaire de Brice Couturier, à propos de la rencontre des deux leaders socialistes au lendemain de la victoire de François Hollande : « On y vit le chef à peine élu, de la gauche molle (…) abandonner imprudemment sa menotte à la poigne virile de la Dame de fer » (France culture, 18/10/2011).

22C’est aussi l’occasion pour les médias de rappeler les nombreux surnoms dont le candidat a été affublé, dont le site du Post dresse une liste agrémentée d’illustrations : fraise des bois, Marshmallow, Guimauve le Conquérant, Babar, le grand méchant mou, » Mr Caramel-pudding » pour la presse américaine, « Karamelpudding », pour les Allemands, traduction libre du Flamby national, etc. Le surnom réduit l’individu à un trait saillant considéré comme caractéristique et qui devient métonymique du personnage : la partie pour le tout. L’inconsistance, la mollesse, le sucré voire le ridicule sont les traits partagés par l’ensemble des sobriquets caractérisant François Hollande, que les médias contribuent à imposer. Les stéréotypes féminins (la mollesse et le sucré) sont au cœur de ces constructions.

23Certains surnoms circulent dans les médias sans que leur auteur-e présumé soit identifié-e : on est là dans un régime d’intertextualité dont la force d’assignation est d’autant plus grande qu’ils semblent émaner d’une forme de vox populi en même temps qu’ils s’imposent à celle-ci, dans une sorte d’évidence difficile à contredire. D’autres en revanche sont le fait d’individus d’autant plus clairement identifiés qu’ils revendiquent cette invention du sobriquet comme un fait d’arme, destiné autant à dévaloriser l’adversaire qu’à faire allégeance au chef de son propre camp. Ainsi de Luc Chatel qualifiant François Hollande de « Babar » en même temps qu’il identifiait Nicolas Sarkozy au bouillant Astérix(Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro, 13/11/2011).

24« Rançon de la gloire » (Treps 2012), le surnom est d’abord impératif. Alain Coïaniz parle à ce propos de « L’ukase du nom » (in Martin, 2012 - Préface, p. 12-). En effet si l’adjectif caractérise de façon secondaire - ad-jointe -, le nom touche à l’ontologie. « Est-il si mou ? » titre Le Point en Une (20/10/2011) tandis que la Une de L’Express renchérit : « Est-il un vrai chef ? » (23-29/11/2011) Henri Gaino le compare à Guy Mollet (gageons que c’est moins l’action du secrétaire de la SFIO devenu Président du Conseil que le nom même du personnage, où l’on entend la mollesse en sourdine, qui plaît au conseiller de Nicolas Sarkozy). Le Monde parle des « interrogations qui demeurent sur sa capacité à endosser le costume présidentiel » (Le Monde 22-23/01/12) : la question est donc bien de savoir, puisque costume à endosser il y a, s’il est un homme, un vrai. L’expression « capitaine de pédalo » lancée à son propos par Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche (JDD du 13/11/2011), est ravageuse et le succès de la formule témoigne de sa pertinence aux yeux du plus grand nombre.

Nicolas Sarkozy : capitaine dans la tempête et père de la nation 

  • 9  Selon les confidences de Jean-Michel Goudard, conseiller en stratégie du candidat de l’UMP, in Le (...)

25Face au « candidat supplétif », les partisans du Président-candidat tentent d’imposer un Nicolas Sarkozy qui serait par opposition « combatif », « offensif », « courageux », en un mot, un homme : le capitaine du bateau France, tenant bon le cap dans la tempête de la crise, face au capitaine de pédalo. Le slogan de campagne de Nicolas Sarkozy vise en creux son adversaire socialiste jugé faible9.

  • 10  Rappelons que la pondération (la « phronesis ») compte parmi les ethè définis par Aristote, qualif (...)
  • 11  Corroborant cette identité paternelle, ce dialogue humoristique intitulé « L’annonce faite à Sarko (...)
  • 12  Avant de préciser que celui-ci « a cédé la place au régatier calculateur », évoquant son rapproche (...)

26Si la campagne de 2007 multipliait les images du candidat en train de faire du jogging et avait haussé les larges taches de sueur qui maculaient ses aisselles au rang d’argument politique, rien de tel en 2012 où les efforts de « représidentialisation » conduisent à promouvoir un candidat dont la pondération serait un acquis des cinq années d’expérience passées10. L’image du « père de la nation », confortée par la paternité toute neuve de Nicolas Sarkozy11, a renforcé la posture protectrice du personnage : « France forte, Français protégés » affirme le candidat lors de sa déclaration de candidature sur TF1 (15/02/12), où il met en avant les valeurs de « travail, responsabilité, autorité ». « J’ai essayé de protéger la France » déclare-t-il par ailleurs, faisant le bilan de son action dans la crise (Paroles de candidats, TF1, 27/04/12). Laurent Joffrin parle à son propos de « capitaine courageux dans la tempête »12 (Le Nouvel Observateur 29/03/12).

27Les vertus régaliennes sont au cœur de cette incarnation. « Nicolas Sarkozy poursuit son offensive régalienne » titre Le Figaro du 2/02/2012. Sur le plan international, le G 20, ses déplacements dans toutes les capitales européennes et au-delà, font la une des médias durant la majeure partie de la campagne et l’affront essuyé par le candidat Hollande que les principaux dirigeants européens ont refusé de recevoir n’en est que plus visible. « François Fillon et François Barouin moquent l’autorité de François Hollande suite au front du refus en Europe » note ainsi le journaliste Thomas Legrand (France Inter, 5/03/12).

  • 13  Rappelons les faits : le 19 mars 2012, un homme en moto pénètre dans une école juive de Toulouse e (...)
  • 14  La symétrie était au cœur de la stratégie de François Hollande, à la fois pour ne pas laisser le t (...)

28L’«  affaire Mehra »13 et la présence du Président sur le terrain durant toutes les opérations de police contribuent à cette incarnation à la fois virile et protectrice, et il n’est pas sûr que le marquage à la culotte opéré par le candidat socialiste et souligné par les médias, ait eu les effets escomptés14.

29Les dernières semaines ont conduit à une radicalisation de la campagne. « Depuis ce début de semaine, Sarkozy est dans un état d'esprit visiblement très martial note Le Figaro du 2/02/2012 - « on va mettre le treillis ! », a-t-il glissé récemment à des amis. Le président est en effet sur le sentier de la guerre (…) » On va faire du gros rouge qui tache », a souvent lancé Sarkozy, qui remet donc cet adage de 2007 au goût du jour. » La formule est reprise dans L’Express (5/02/2012), où Frédéric Martel écrit : « "On va mettre le treillis !" La formule de Nicolas Sarkozy rapportée en fin de semaine par le bon soldat Charles Jaigu dans Le Figaro, annonce la couleur. Après le président "beauf" et après la "représidentialisation", voici venue l'heure du combat. ». Gala titre sur « le soldat Sarkozy », et la métaphore guerrière envahit les formulations des journalistes.

30Le courage censé caractériser le personnage de Nicolas Sarkozy se construit également à travers le portrait en creux qui identifie François Hollande à la lâcheté, la pusillanimité, la couardise, leur récurrence révélant les « éléments de langage » pensés par les communicants. Dans l’émission de FR2 « Des paroles et des actes » (26/01/12), Alain Juppé évoquant la loi dite Hadopi, déclare : « Il y a deux façons de faire de la politique : en faisant plaisir et en faisant preuve de courage », le Président-candidat renchérissant : « Il ne sait pas dire « non » ; il a tendance à dire « oui » à tout le monde. C’est flou » (Des paroles et des actes 6/03/2012).

31Ces accusations culminent durant l’entre-deux tours, avec le refus de François Hollande de céder à l’injonction de Nicolas Sarkozy d’organiser plusieurs débats au lieu du seul « grand débat » traditionnel. Après avoir évoqué à son propos « hésitation », « incompétence » et « manque de carrure », Rama Yade poursuit « Aura-t-il le courage … n’aura-t-il pas peur d’accepter ces débats ? » (soirée électorale du 1er tour, France 2), tandis que sur le même plateau, Nathalie Kosciusko-Moriset renchérit : « François Hollande esquive (…) François Hollande a peur ».

32Le jeu des surnoms confirme cette opposition et face à l’asthénie qui caractérisait le candidat socialiste, le courage, la combativité, voire l’agressivité sont au cœur des désignations de son homologue de l’UMP : « Zorro », « Astérix », « Napoléon », « Sarkoléon ». « Les boules de Noël, elles sont pas dans le sapin, elles sont dans son slip. Et ça, on va en avoir besoin » déclare la marionnette Nadine Morano dans Les Guignols de l’info (2/01/2012), résumant d’une formule la philosophie de la campagne.

Le retournement du stigmate : François Hollande « candidat normal » ou « la force des gentils »

  • 15  La force des gentils est le titre de l’ouvrage de la journaliste Marie-Ève Malouines (2012). Elle (...)

33La victoire du candidat socialiste signe la revanche des « gentils »15 et permet une redéfinition des paradigmes. « Le vrai dur, c’est lui » écrit ainsi L’hebdo de Lausanne (cité par Courrier international 26/04/12), avant de poursuivre : « Il est amène, souriant, ne roule pas les mécaniques (…) Il a toujours eu horreur de la castagne de préau (…) Il n’a pas un tempérament de boxeur, mais il pratique bien l’esquive, il a le souffle long : le vrai dur, c’est lui ». Dans Le Canard enchaîné (13/06/12), un dessin de Delambre le montrera, au lendemain des législatives, sifflotant sur son pédalo baptisé « Le normal » tandis que Jean-Luc Mélenchon boit la tasse.

  • 16  … Avant d’entreprendre une attaque en règle du candidat !

34Le changement du discours des médias à son égard a débuté avec le meeting du Bourget, en janvier 2012. « Les socialistes espéraient une transsubstanciation de la fraise des bois, que le capitaine de pédalo se transforme en commandant de bord » déclare Bruno Duvic dans sa revue de presse matinale (France Inter, 23/01/12) avant de poursuivre, citant Rue 89 : « Ne l’appelez plus gauche molle (…) Il est loin des eaux tièdes du socialisme ». « Il endosse son costume de présidentiable » décrète Claire Servajean, (France Inter 13h, 23/01), et même Jacques Séguéla, soutien de Nicolas Sarkozy interviewé dans la même émission, concède : « Il a endossé l’habit présidentiel qui lui manquait »16.

35À partir de cette date s’opère un retournement du stigmate, la non-virilité du candidat Hollande n’étant plus seulement considérée comme un handicap mais commençant d’être vue comme un atout possible. « Il en impôse » titre Libération (27/01/2012) lors de sa proposition de créer une tranche d’imposition à 75 %, qui fut reçue comme l’acte d’autorité qu’elle devait être. Parallèlement, ses propos commencent d’être audibles, en particulier ses déclarations sur sa prétention à incarner un candidat « normal ».

36L’expression aurait eu le double objectif de distinguer François Hollande de Dominique Strauss-Kahn et de Nicolas Sarkozy. Débouté en raison de l’affaire Nafissatou Diallo, Dominique Strauss-Kahn s’est vu « remplacé » par Martine Aubry qui prend en quelque sorte … sa suite. Opposé à Martine Aubry, le candidat « normal » est donc d’abord un homme. Mais affronté à Nicolas Sarkozy, comme il aurait pu l’être à Dominique Strauss-Kahn, le candidat normal propose un modèle de virilité différent de celui de ses deux adversaires.

  • 17  Le candidat socialiste était en visite dans une librairie pour manifester son soutien aux libraire (...)
  • 18  Voici (28/04/12) publie des photos « volées » de François Hollande faisant ses courses à la supére (...)

37Interpellé sur sa proposition d’offrir à Nicolas Sarkozy le Tome 3 de L’Histoire de la virilité17, François Hollande répond : « La politique n’est pas forcément une épreuve de force au sens où il faudrait être dans un affrontement viril. Je ne suis pas dans une joute (…) On n’a pas besoin de la jouer dur » (« Grand Journal », Canal Plus, 9/01/12). « François Hollande ne fonctionne pas sur le registre de la testostérone », affirme l’un de ses proches, tandis que Michel Sapin renchérit : « Ce n’est pas quelqu’un qui joue des muscles et qui dit "C’est moi le chef" » (soirée électorale du 6 mai, France 2)18.

  • 19  Usant fréquemment de la métaphore conjugale pour évoquer la relation entre le peuple français et s (...)

38« Un Président "normal" ! Vous avez déjà entendu beaucoup de femmes vous dire Je suis follement amoureuse d’un type "normal" ? » ironise le candidat de l’UMP (Le Monde 4-5/12/11)19 ; « Je ne vous demande pas de m’épouser » semble lui répondre comme en écho le candidat socialiste (Libération, 13/04/12), récusant la séduction censée présider au choix des citoyens pour élire leur Président et renvoyant du même coup aux vieilles lunes la matrice du couple servant depuis des siècles à représenter les relations entre le pays et son représentant (Kantorovics 1989).

39« Lorsque sont épuisés tous les avatars des supermen et des superhéros, la figure du « boy next door », le voisin ordinaire apparaît bien souvent plus excitante » observe le psychanalyste Serge Hefez qui qualifie François Hollande de « normopathe » (Nouvel Observateur 29/03/12). Héraut de l’anti-héros, le candidat « normal » a donc remporté l’élection présidentielle de 2012 et se propose d’être un « hypo-Président » caractérisé par la déflation du moi, par opposition à l’hyper-président incarné par Nicolas Sarkozy. Le modèle n’est pas nouveau et Roger-Gérard Schwartzenberg soulignait déjà, dans L’État spectacle publié en 1977, le succès du modèle de Monsieur-tout-le-monde : « Il est là, simple, tranquille, à hauteur d’homme. Il est là, mesuré, modéré, modeste. A échelle humaine. Superstar de la normalité, anti-héros, antithèse de l’autorité héroïque, (…) c’est l’homme commun qui incarne les vertus communes. » Et de citer Antoine Pinay ou Georges Pompidou comme des archétypes de cette normalité revendiquée (Schwartzenberg, 1977, p. 57). Nul doute que François Hollande n’eut intégré la galerie de portraits.

Être mâle et en avoir : les femmes en campagne

40Cette réflexion sur les usages de la masculinité durant la campagne et la construction des identités stratégiques des deux principaux candidats par les médias ne serait pas complète si elle ne prenait pas en compte le rôle joué par les femmes.

Candidates et porte-parole

41En 2007, un tiers des douze candidats était des candidates, parmi lesquelles la finaliste Ségolène Royal. La campagne 2012 marque une régression sur le plan de la représentation des femmes : elle se décline principalement sous le signe du masculin. On n’y compte en effet que trois candidates sur dix, dont deux marginales au regard des résultats obtenus - Nathalie Arthaud pour Lutte ouvrière et Eva Joly pour Europe-Ecologie-Les Verts-, tandis que Marine Le Pen, dans une incarnation paradoxale sur le plan du genre (elle incarne la « masculine-feminine girl » évoquée par Edgar Morin –Morin, 1962-), porte avec succès les valeurs de l’extrême-droite.

  • 20  Voir, dans cette même publication, Paoletti (2013).
  • 21  Lucide sur les raisons de sa désignation comme porte-parole du PSU, celle-ci poursuivait : « Ils m (...)

42Revenant aux deux principaux candidats, notons que leur entourage est très masculin20. En effet hormis Emmanuelle Mignon, l’équipe de Nicolas Sarkozy est composée uniquement d’hommes, de même que celle de François Hollande et ce en dépit de l’incarnation non virile par lui promue. Sous peine d’apparaître totalement décalés par rapport aux attentes en matière d’égalité, les deux candidats doivent donc se doter de porte-parole femmes – au premier plan desquelles Nathalie Kosciusco-Morizet pour le premier et Najat Vallaud-Belkacem pour le second -, dans une répartition des rôles qu’avait à son époque fort bien résumée Huguette Bouchardeau : « Nous on pense, toi tu causes »21. Classique partition « genrée » des rôles entre le cérébral et le vocal, la pensée et le corps, la réflexion et l’incarnation. Si cette fonction est aussi très politique, les nombreux commentaires sur la beauté contrastée des deux femmes rappelle que le choix de ces porte-parole renvoie à une fonction ancestrale du féminin : son caractère décoratif.

43Mais afficher « sa », voire « ses » femmes reste encore le meilleur moyen pour un homme de conforter sa masculinité.

« Femmes de » : potiche et femme de tête

44Depuis les premières campagnes présidentielles de la 5ème République, les épouses des candidats - et, plus récemment, leur compagne -, sont instrumentalisées comme faire-valoir des présidentiables, et du même coup réduites à n’être que des « femmes de », quels que soient par ailleurs leur formation ou leur métier. Leur présence dans les campagnes présidentielles entérine en outre la normativité du modèle du couple hétérosexuel. Dans l’étude fondatrice qu’elle a consacrée aux femmes des présidentiables, Christiane Restier-Melleray (1999) observe que si en 1965, la mise en scène de l’épouse est limitée au candidat Lecanuet, la campagne de 1974 acte la généralisation de cette pratique qui ne s’est pas démentie depuis, accentuée par la pression due au développement des médias « people » (Le Bras-Choppard 2009).

45Paris Match, Elle, mais aussi L’Express et Le Nouvel Observateur multiplient les unes à leur sujet et consacrent de nombreux articles à Carla Bruni-Sarkozy et Valérie Trierweiler. Portraits contrastés, en forme de diptyques, sur le mode de ce qui prévaut concernant les deux principaux challengers.

  • 22  Rappelons que l’hebdomadaire appartient au groupe Lagardère, Arnaud Lagardère étant un proche de N (...)

46Carla Bruni-Sarkozy, ex-mannequin et chanteuse, connue pour être une femme libre et autonome (en témoigne, au moment de sa rencontre avec celui qui venait d’être élu Président, l’importante publicisation des hommes qui ont partagé sa vie), vante la maternité et les joies de la famille. Une photo « volée » en Une de Paris Match22 du 16/03/2012, la montre serrant contre elle la fille du couple présidentiel, Giulia, âgée de quelques semaines et enveloppée dans une vague couverture, l’ex-mannequin étant quant à elle vêtue d’une tenue informe.

  • 23  Confidences de la « première dame » durant l’émission : « Là, je les sens les dix kilos en trop »  (...)
  • 24  Supplément télé joint à l’édition week-end de plus de 40 quotidiens régionaux et nationaux et dont (...)

47Nicolas Sarkozy détaille devant micros et caméras les avantages de l’allaitement maternel lors d’une visite dans une CAF de Gironde (15/11/2011) tandis que Carla Bruni-Sarkozy déplore les kilos accumulés durant sa grossesse (« C’est à vous », 8/03/2012, FR5, émission d’Alessandra Sublet23), s’efforçant de faire oublier le sex-symbole et l’artiste fortunée, et d’imposer l’image de la ménagère de moins de 50 ans. « Nous sommes des gens modestes » déclare-t-elle ainsi dans les coulisses de l’émission « Des paroles et des actes » (propos rapportés in Le Monde, 7/03/2012) tandis que dans une interview accordée au très populaire TV Magazine, elle affirme son goût pour les soirées en famille devant « Plus belle la vie » et « Thalassa », les deux émissions les plus regardées du PAF (TV-Mag du 19/02/1224).

  • 25  Voir « Le journal de Carla B. », journal intime fictif de l’hebdomadaire satirique. Celui-ci a été (...)

48Le gimmick du Canard enchaîné25, « Mon Mari », moquant l’identité promue par la chanteuse depuis son mariage, n’a jamais été autant d’actualité lorsqu’elle fait la promotion de « son homme » : la formule, surprenante dans la bouche de la « première dame », relève d’un registre familier voire populaire, qui rappelle une terminologie en usage chez les Edith Piaf, Mistinguett et autre Arletty ; ou quand elle s’extasie devant l’être exceptionnel qu’est Nicolas Sarkozy (doté d’« un moteur hallucinant » Libération, 25/01/2012) ou organise des réunions chez l’habitant pour en faire la promotion.

  • 26  Ces dénégations de Carla-Bruni Sarkozy sont à mettre en regard avec la rumeur selon laquelle celle (...)

49Interrogée à propos du meeting de Marseille auquel elle a assisté au premier rang, elle déclare : « C’était très émouvant, merveilleux », avant de conclure, parlant de son époux : « Je le plains, il est tombé sur l’animal le plus a-politique qui soit » (Le Nouvel Observateur, 5/04/2012). Sans être dupe de l’identité ainsi construite, le magazine l’accuse de jouer les « ravissantes idiotes » pour les besoins de la campagne – la même ironie caractérisant l’ensemble des médias « de gauche ». L’hebdomadaire n’en reprend pas moins ses propos, plus habiles qu’il y paraît : en effet, Carla Bruni-Sarkozy s’exempte ainsi du soupçon d’influence toujours mal perçu des Français, tout en confortant l’autonomie et la virilité du Président-candidat26. Elle se démarque dans le même temps de la compagne du candidat socialiste, Valérie Trierweiler.

  • 27  On se rappelle en particulier l’émission « Envoyé spécial » (sur France 2, le19/12/2002) consacrée (...)
  • 28  Plusieurs livres parus sur Valérie Trierweiler, Ségolène Royal et François Hollande, ont depuis éc (...)

50Celle-ci est en effet journaliste politique à Paris-Match et réputée conseiller François Hollande, aux côtés duquel elle est présente tout au long de la campagne, une présence largement commentée dans les médias. Elle revendique de poursuivre son métier de journaliste, son « reclassement » comme journaliste culturelle (un temps sur la chaîne de télévision Direct 8, et à Paris-Match) étant supposé éviter tout conflit d’intérêt. Le parallèle est souvent fait avec Cécilia ex-Sarkozy dont le rôle politique auprès de son époux était assumé27, l’affaire du tweet renforçant le rapprochement et suscitant l’interrogation sur son pouvoir d’influence sur candidat du PS. Les médias ont alors opéré une relecture de l’ensemble de la campagne de François Hollande, pointant divers épisodes dont l’interprétation avait jusqu’alors été sujette à caution : ainsi des divers baisers publics « sur la bouche » qu’elle aurait exigés du plus « pudique des hommes politiques français » pour affirmer sa place face à Ségolène Royal (en particulier lors de l’investiture du candidat socialiste, à la Halle Freyssinet le 22 octobre 2011 ou lors du meeting de la Place de la Bastille, le soir du 6 mai 2012) ; ou l’absence de Ségolène Royal, dans le film sur le PS diffusé lors du grand meeting du 22 janvier 2012 au Bourget ; ou encore l’étrange pas de deux de Ségolène Royal et François Hollande lors du meeting de Rennes du 4 avril 201228. Or, comme le souligne Armelle Le Bras-Choppard (op.cit.), le soupçon d’influence de ces compagnes ravive un stéréotype fortement ancré dans l’imaginaire collectif : celui de la femme mauvaise conseillère, dont le mythe d’Adam et Eve reste emblématique, de même que les intrigues des reines et des maîtresses du roi sous l’Ancien Régime (Krakovitch, Sellier (dir), 2001).

  • 29  Celle-ci apparaît d’autant plus ironique que le numéro paraît le 8 mars, journée internationale de (...)

51Loin de s’en émouvoir, la compagne de François Hollande aurait donc sans doute dû se réjouir de la Une de Paris-Match titrant « Valérie : l’atout charme de François Hollande » (8/03/2012), en dépit du caractère rétrograde de la formulation29. L’exemple illustre bien les tensions dans la co-construction des identités stratégiques des personnages publics.

52Soulignons enfin la symétrie dans la construction de ces portraits de femmes avec celle des deux candidats : la « potiche » venant alimenter la représentation de l’homme viril, et la femme de tête celle du promoteur d’une masculinité renouvelée. Mais si la proposition des deux femmes est différente et leur positionnement stratégique apparemment opposé, elles n’en restent pas moins réduites l’une comme l’autre à conforter la masculinité de leur compagnon. Ces deux belles femmes au regard des critères occidentaux - grandes, élancées, aux cheveux lisses et longs, aux traits fins, maquillées et habillées avec élégance (exception faite de la phase « modeste » de Carla Bruni-Sarkozy)-, contribuent à alimenter le stéréotype de l’homme-puissant-et-de-la-jolie-femme.

Des « ex » au « Twittweilergate » 

53Signalons brièvement le retour médiatisé de Cécilia Attias, ex-Sarkozy, à travers les déclarations de Richard Attias contestant l’interprétation du candidat-Président concernant son rôle durant la campagne de 2007 : celui-ci lui fait en effet endosser la responsabilité des épisodes symboliquement lourds et fortement décriés qui ont marqué son entrée en fonction, du dîner au Fouquet’s aux vacances sur le yacht de Bolloré (20h de FR2, 21/02/2012). Ce faisant, le candidat réactive à son tour le stéréotype de la femme d’influence, en l’occurrence mauvaise conseillère, voire celui de la femme volage puisque Nicolas Sarkozy déclare que s’il avait eu un foyer où rentrer, rien de tout cela ne se serait passé (« Des paroles et des actes », FR2, 6/03/2012), faisant implicitement référence à la liaison de son épouse avec Richard Attias.

54Il est difficile d’établir un parallèle avec le rôle de Ségolène Royal dans la campagne, car si celle-ci est bien l’ex-compagne du candidat Hollande, elle est aussi une femme politique à part entière. Ségolène Royal joue de son double statut : elle revendique son identité d’ex-compagne quand elle déclare par exemple, suite à la primaire socialiste, qu’un couple qui a fourni deux présidentiables à la France est une réussite ; mais elle récuse cette confusion quand au meeting de Rennes du 4 avril 2012, Valérie Trierweiler la surprend en venant lui serrer la main sans qu’elle ait été avertie : « C’est la première et la dernière fois que tu fais ça » écrit-elle dans un SMS adressé à Manuel Valls et rendu public, ajoutant : « Je ne suis pas une people, mais une personnalité politique de premier plan. C’était dégradant » (L’Express, 12/04/2012). Dans le dossier « Duel de dames » que le Nouvel Observateur (5/04/2012) consacre aux compagnes des deux candidats, figure un long article sur … Ségolène Royal, confirmant son rôle d’ex-compagne au détriment de celui de femme politique, aux côtés de Cécilia Attias, Valérie Trierweiler, Carla Bruni-Sarkozy et « Babeth », l’épouse de François Bayrou, de même qu’il conforte la primauté du cadrage par la vie privée.

55L’omniprésence de Valérie Trierweiler suscite des commentaires de plus en plus nombreux dans les médias et le parallèle est établi avec le rôle de Cécilia Sarkozy lors de la campagne de 2007. Après l’épisode de Rennes et le baiser « sur la bouche » réclamé à François Hollande le soir de la victoire, elle apparaît comme celle « qui porte la culotte », féminisant du même coup son compagnon et le renvoyant du côté des dominés. Dans les Guignols de l’Info, qui constituent un bon baromètre des stéréotypes suscités par l’incarnation des individus, quand ils ne contribuent pas à les forger, la compagne de François Hollande est dès le mois de mai présentée comme « celle qui en a ». En témoigne cet épisode du 18 mai 2012, censé rendre compte de la rencontre des couples Obama et Hollande-Trierweiler lors du premier voyage du Président français aux Etats-Unis :

56La marionnette d’Obama au présentateur « PPD » :

« J’ai parlé qu’avec sa femme, parce que c’est elle qui commande, mec. Hollande je ne l’ai pas entendu de la soirée. Félicitations mec, vous venez d’élire la première femme présidente de la République française.

Dans le couple, c’est bien Valérie Trieweiller qui porte la culotte !

TOP 5 des preuves que Valérie Trierweiler porte la culotte

N° 5 Quand ils sont arrivés à la Maison blanche, c’est elle qui conduisait la bagnole
N° 4 Quand ils sont sortis de la voiture, elle m’a serré la main et lui m’a fait la bise
N° 3 Maintenant le G8 s’appelle G9 parce qu’elle s’assoit avec nous
N° 2 A la fin du dîner officiel, Hollande s’est levé pour faire la vaisselle
N° 1 Quand on est allé aux toilettes, elle a pissé à côté de moi. »

57Quelques semaines plus tard, le « Twittweilergate » viendra confirmer cette inversion des polarités masculin/féminin dans la construction des identités stratégiques des deux personnalités, renvoyant François Hollande vers un féminin dominé et dévalorisé qui signe, peut-être, l’échec du modèle de masculinité non virile incarné par le personnage. Parallèlement, le discours des médias recycle à cette occasion les stéréotypes de genre les plus éculés, retombant dans le sexisme « spontané » qui est le plus souvent sa marque (Coulomb-Gully dir, 2012).

58 La polyphonie constitutive du discours médiatique (qui mêle des discours aux origines variées : discours des candidats, de leurs opposants, des experts, éditoriaux, etc.) ne permet pas toujours de distinguer entre ce qui relève d’une stratégie volontaire des candidats, ou contrainte et imposée par leurs adversaires. Le slogan de Nicolas Sarkozy, « La France forte », censé renvoyer son adversaire à sa « faiblesse » voire à son manque de virilité et la « normalité » revendiquée par François Hollande à la fois contre les excès -virils et autres- de Dominique Strauss Kahn et de Nicolas Sarkozy, apportent néanmoins des éléments de réponse. Ces choix révèlent en effet une claire conscience des enjeux liés à l’instrumentalisation du genre dans les stratégies de communication des politiques, et leur volonté de maximiser les profits liés à leur positionnement.

  • 30  Il faudrait aussi dire un mot du gouvernement « paritaire » de Jean-Marc Ayrault comporte lui auss (...)

59Mais les médias ne sont pas le réceptacle passif des stratégies de communication des candidats. Les médias sont « une technologie de genre » écrit avec justesse Teresa de Lauretis (Lauretis, 2007), reprenant et dépassant la notion de technologie de pouvoir avancée par Foucault. Si la victoire de François Hollande a provisoirement assuré la promotion d’une masculinité moins raide, moins étanche au féminin, que la virilité agressive de Nicolas Sarkozy, il n’est pas sûr que l’«  affaire du tweet de Valérie Trierweiler » n’ait pas en partie ruiné ces avancées. Nous citions, au début de cette étude, la une de L’Express au lendemain des primaires socialistes opposant François Hollande et Martine Aubry : « Est-il un vrai chef ? » titrait l’hebdomadaire (L’Express 23-29/11 2011). Le procès en féminité intenté par les opposants du candidat socialiste durant la campagne a abouti, par un habile retournement du stigmate, à dévaloriser la posture viriliste de son principal adversaire. A tel point que le même quotidien, pourtant peu suspect de sympathie à l’égard de la gauche, notait, à propos de la campagne de Nicolas Sarkozy : « On eût aimé une campagne plus ancrée, moins virile » (éditorial de Christophe Barbier, L’Express du 4/04/2012). De même Benoîst Apparu, membre de l’UMP, déclarait, au lendemain des législatives de juin 2012 : « Il faut sortir de la culture du chef » (Matinale de France Inter, 9/7/12). Au-delà de la dimension stratégique de la déclaration (Benoît Apparu est proche d’Alain Juppé, présenté comme une alternative au binôme Fillon-Coppé pour l’investiture à la tête de l’UMP), on pouvait alors lire dans ces propos le signe de l’aspiration à un modèle genré moins contraignant, plus ouvert à des définitions plus souples du masculin et du féminin30.

60« Qui est le chef ? » titrait le même quotidien au lendemain de l’affaire dite du tweet de Valérie Trierweiler (L’Express, 20/06/2012), dont la silhouette en Une apparaissait derrière un portrait en cap de François Hollande. Comme si ne pouvaient jamais que s’inverser les termes de la domination, dans l’attente toujours réitérée du dépassement de la binarité et des oppositions duelles.

Haut de page

Bibliographie

ACHIN Catherine, DORLIN Elsa, « "J’ai changé, toi non plus". La fabrique d’un-e Présidentiable : Sarkozy/Royal au prisme du genre », mis en ligne le 5 avril 2007. Consulté le 20 mars 2013. URL : http://www.mouvements.info/J-ai-change-toi-non-plus.html

BOUCHARDEAU Huguette, « Entretien », Travail, genre et société, 2, 1999, pp. 7-20.

CABANA Anne et ROSENCHER Anne, Entre deux feux, Paris, Grasset, 2012.

COLLOVALD Annie, 1988, « Identité(s) stratégique(s) », Actes de la recherche en sciences sociales, 73, 1988, pp. 29-40.

CORNETTE Joël et AUZEPY Marie-France (dir.), Histoire du poil, Paris, Belin, 2011.

COULOMB-GULLY Marlène, « Rhétorique télévisuelle et incarnation politique – Éléments de réflexion », Réseaux, 17, 94, 1999, pp. 194-213.

COULOMB-GULLY Marlène, « Le corps présidentiel. Représentation politique et incarnation dans la campagne présidentielle française de 2007 », MOTS. Les langages du politique, 89, 2009, pp. 25-38.

COULOMB-GULLY Marlène, Présidente : le grand défi, Paris, Payot, 2012.

COURAGE Sylvain, La guerre des dames, Paris, Éditions du moment, 2012.

FEND Mechtild, Les limites de la masculinité, Paris, La Découverte, 2011.

GREILSAMER Laurent, La favorite, Paris, Fayard, 2012.

GUILLAUMIN Colette, « Le corps construit », in Sexe, race et pratique du pouvoir, Paris, La Découverte, 1992, pp. 117-142.

KANTOROVICS Ernst, Les deux corps du roi, Paris, Gallimard, 1989 [1957].

KRAKOVITCH Odile, SELLIER Geneviève (dir.), L’exclusion des femmes Masculinité et politique dans la culture au XXème siècle, Editions Complexe, Bruxelles, 2001.

LAURETIS (de) Teresa, Théories queer et cultures populaires. De Foucault à Cronenberg, Paris, La dispute, 2007.

LE BRAS-CHOPPARD Armelle, Première dame, second rôle, Paris, Seuil, 2009.

LE GALL Jean-Marie, Un idéal masculin. Barbes et moustaches, 15ème-18ème siècles, Paris, Payot, 2011.

LITS Marc, Récits, médias et société, Louvain La Neuve, Pédasup, 1996.

MALOUINES Marie-Ève, La force des gentils, Paris, Lattès, 2012.

MARTIN Marcienne, Se nommer pour exister. L’exemple du pseudonyme sur Internet, Paris, L’Harmattan, 2012.

MAYAFFRE Damon, Nicolas Sarkozy. Mesure et démesure du discours, Presses de sciences po, Paris, 2012.

MORIN Edgar, L’esprit du temps. Névrose, Paris, Grasset, 1962.

PAOLETTI Marion, « Porte-parole dans la campagne présidentielle : incarner son genre avec classe », Genre, sexualité & société [En ligne], Hors-série n° 2 | 2013, mis en ligne le 10 avril 2013, Consulté le 28 mars 2013. URL : http://gss.revues.org/index2664.html

RESTIER-MELLERAY Christiane, « La femme du présidentiable, une figure engagée », in Poirmeur et Mazet (dir), Le métier politique en représentation, L’Harmattan, Paris, 1999, pp. 89-159.

SCHWARTZENBERG Roger-Gérard, L’État-spectacle, Paris, Flammarion, 1977.

TREPS Marie, La rançon de la gloire, Paris, Seuil, 2012.

VALDIGUIE Laurent et LASKE Karl, Le vrai Canard, Paris, Seuil, 2008.

Haut de page

Notes

1  L’expression « identité stratégique » se réfère aux travaux de la politiste Annie Collovald et renvoie à la définition, en fonction d’objectifs ciblés, de l’identité publique de nos représentants (Collovald, 1988).

2  Le corpus, vaste et diversifié, est composé de médias radiophoniques (la matinale de France Inter, la plus suivie des radios du matin), d’hebdomadaires (Le Nouvel Observateur et son supplément TV,  L’Express, Le Canard enchaîné et Courrier international), du quotidien Le Monde, et des grandes émissions politiques télévisées (« Des paroles et des actes », diffusée sur France 2 et « Paroles de candidats », diffusée sur TF1), Paris-Match, Elle, ainsi que du Grand Journal de Canal Plus avec Les Guignols de l’info, toujours utiles pour le regard décalé qu’ils portent sur l’actualité politique. La période retenue débute avec la primaire socialiste, en octobre 2011 et s’achève en juin 2012, avec la séquence du tweet de Valérie Trierweiler.

3  Je renvoie aux pages lumineuses que Colette Guillaumin a consacrées à cette question (Guillaumin, 1992).

4  Rappelons que François Lenglet pose les questions économiques et Fabien Nahmias les questions politiques.

5  On me pardonnera la fausseté du vers, le propos d’Arnolphe dans L’Ecole des femmes étant le suivant: « Du côté de la barbe est la toute-puissance… »

6  On se rappelle l’impitoyable description du Charlus de La Recherche du Temps perdu, dont le contraste entre la moustache noire et les cheveux grisonnants révèle l’artificialité d’un procédé qui souligne sinon son appartenance au monde des femmes, du moins sa non-appartenance à celui des hommes.

7  Seul François Mitterrand a su, au sein de la gauche, surmonter le handicap lié à l’incarnation du chef. Louis Mermaz interrogé dans Le Monde, rappelle que ses proches du PS l’appelaient déjà « Président » alors même qu’il n’était que secrétaire général du PS (Le Monde, 4/05/2012, p.6).  

8  Ils soulignent la même silhouette trapue, le même refus de mettre en avant sa vie privée, la même image de fermeté, les mêmes choix vestimentaires (tailleur veste-pantalon-blouse, bijoux et maquillage discrets : le « working suit » par excellence, déclinaison au féminin du costume masculin).

9  Selon les confidences de Jean-Michel Goudard, conseiller en stratégie du candidat de l’UMP, in Le Nouvel Observateur, 26/04/12.

10  Rappelons que la pondération (la « phronesis ») compte parmi les ethè définis par Aristote, qualifiant l’efficacité politique.

11  Corroborant cette identité paternelle, ce dialogue humoristique intitulé « L’annonce faite à Sarkozy » et jouant sur la coïncidence entre le résultat des primaires socialistes désignant François Hollande et l’imminence de l’accouchement de Carla Bruni-Sarkozy (cité dans la revue de presse de Bruno Duvic sur France Inter, le 17/10/12) :

«  - Monsieur le Président, ça y est !

- C’est une fille ? Un garçon ?

- C’est un garçon ! »

12  Avant de préciser que celui-ci « a cédé la place au régatier calculateur », évoquant son rapprochement avec les thèses de l’extrême-droite.

13  Rappelons les faits : le 19 mars 2012, un homme en moto pénètre dans une école juive de Toulouse et assassine de sang-froid plusieurs enfants et un adulte. Le lien est alors fait avec les deux assassinats de militaires commis à Montauban la semaine précédente. Mohammed Mehra, tué par les soldats du RAID durant le siège de son appartement, revendiquait son appartenance à Al-Qaeda.

14  La symétrie était au cœur de la stratégie de François Hollande, à la fois pour ne pas laisser le terrain au Président-candidat et pour affirmer sa présidentialité au même titre que celle du candidat de l’UMP. « Je ne suis pas un contre-Président : je suis le prochain » avait-il ainsi affirmé. La présence de sa compagne, Valérie Trierweiler, à ses côtés durant les cérémonies qui ont suivi le drame et l’étonnement qu’elle a suscité, ont révélé cette recherche de symétrie : pensant que Carla Bruni-Sarkozi serait aux côtés du Président, il s’agissait de ne pas être en reste. Mais l’équipe de Nicolas Sarkozy avait choisi de privilégier la dimension régalienne de l’événement sur son traitement compassionnel.

15  La force des gentils est le titre de l’ouvrage de la journaliste Marie-Ève Malouines (2012). Elle y salue cette force non virile incarnée par François Hollande, qu’elle oppose à l’esprit « macho » et au côté « coq gaulois » qui domine la vie politique française.

16  … Avant d’entreprendre une attaque en règle du candidat !

17  Le candidat socialiste était en visite dans une librairie pour manifester son soutien aux libraires suite à la hausse de la TVA.

18  Voici (28/04/12) publie des photos « volées » de François Hollande faisant ses courses à la supérette de son quartier : la normalité que le cliché est censé illustrer s’apparente ici au fait d’effectuer des tâches réputées féminines. Il est par ailleurs difficile d’imaginer Nicolas Sarkozy dans la même mise en scène.

19  Usant fréquemment de la métaphore conjugale pour évoquer la relation entre le peuple français et son Président, Nicolas Sarkozy déclarera quelques semaines plus tard : « Au premier mandat, on est séduit par un amant. Au second, on épouse un mari » (Paris Match, 15-21/03/12).

20  Voir, dans cette même publication, Paoletti (2013).

21  Lucide sur les raisons de sa désignation comme porte-parole du PSU, celle-ci poursuivait : « Ils m’avaient mise là parce que c’était bien qu’un parti qui se disait féministe, écolo, etc., ait une femme à sa tête, mais ils se disaient quand même que j’étais là comme simple porte-parole. D’ailleurs, un membre du bureau national me l’a déclaré un jour : "Rocard pensait la théorie du PSU et puis il en parlait, maintenant on peut très bien avoir une porte-parole" », in Travail, genre et société n°2, novembre 1999, p.15.

22  Rappelons que l’hebdomadaire appartient au groupe Lagardère, Arnaud Lagardère étant un proche de Nicolas Sarkozy. L’« affaire Génestar » (le rédacteur en chef de Paris-Match a été renvoyé suite à la publication, en 2007, de la photo de Cécilia Sarkozy et de son amant Richard Attias) n’incite sans doute pas l’équipe du magazine à l’impertinence.

23  Confidences de la « première dame » durant l’émission : « Là, je les sens les dix kilos en trop » ; ou encore :« Je cuisine pour mon fils, pour mon homme ».

24  Supplément télé joint à l’édition week-end de plus de 40 quotidiens régionaux et nationaux et dont la diffusion est considérable.

25  Voir « Le journal de Carla B. », journal intime fictif de l’hebdomadaire satirique. Celui-ci a été remplacé depuis l’arrivée de François Hollande à l’Elysée et l’affaire du « tweet » de sa compagne Valérie Trierweiler par une rubrique similaire intitulée « La Valérie T. si je mens ». Sur les interrogations autour de l’auteur réel du pseudo-journal, voir Valdiguié et Laske (2008).

26  Ces dénégations de Carla-Bruni Sarkozy sont à mettre en regard avec la rumeur selon laquelle celle-ci, à peine mariée, aurait obtenu le renvoi de David Martinon … qui avait été imposé par Cécilia ex-Sarkozy ! (Armelle Le Bras-Choppard, 2009, 64).

27  On se rappelle en particulier l’émission « Envoyé spécial » (sur France 2, le19/12/2002) consacrée à celle qui était alors l’épouse du Ministre de l’Intérieur.

28  Plusieurs livres parus sur Valérie Trierweiler, Ségolène Royal et François Hollande, ont depuis éclairé l’étrange scénographie du meeting de Rennes : voir Greilsamer 2012, Cabana et Rosencher 2012 et Courage 2012. Ecrits par des journalistes, ils marquent en même temps un infléchissement de la pratique, les journalistes français s’étant longtemps gardés d’écrire sur la vie privée des politiques. « L’affaire est évidemment idéale. Le mélange du people et du politique, et des sentiments les plus répandus de l'espèce humaine que sont la jalousie, la vengeance, le désir, la haine, a de quoi allécher », observe Rue 89.

29  Celle-ci apparaît d’autant plus ironique que le numéro paraît le 8 mars, journée internationale des femmes …

30  Il faudrait aussi dire un mot du gouvernement « paritaire » de Jean-Marc Ayrault comporte lui aussi des ambiguïtés : car s’il faut en saluer la parité numérique, la partition genrée qui affecte majoritairement aux femmes les ministères liés au care et aux hommes les grands ministères régaliens (à l’exception de la justice) renvoie à une traditionnelle répartition des tâches.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marlène Coulomb-Gully, « « Mâle ou normal ? ». Incarnation et masculinité(s) du couple Hollande-Sarkozy dans la campagne présidentielle de 2012 », Genre, sexualité & société [En ligne], Hors-série n° 2 | 2013, mis en ligne le 10 avril 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://gss.revues.org/2619 ; DOI : 10.4000/gss.2619

Haut de page

Auteur

Marlène Coulomb-Gully

Professeure
Université de Toulouse 2 – Mirail
LERASS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org