Navigation – Plan du site
Cadrage médiatique et production journalistique du genre

Cadrage médiatique et production journalistique du genre

Media Framing and the Journalistic Production of Gender
Sandrine Lévêque

Texte intégral

1Les médias sont bien souvent pour les chercheur-e-s et en particulier pour les chercheur-e-s en science politique une source importante de données. Erik Neveu (1993) déplore ainsi que « les articles que les chercheurs trouvent dans leur quotidien se voient assignés au statut de réservoir de données factuelles ou d’outils pour objectiver la réussite d’une stratégie de visibilité médiatique » sans qu’on s’intéresse ni à leur contenu ni même aux conditions de leur production. Ce manque de précaution que critique Erik Neveu trouve sans aucun doute son origine dans la croyance partagée des chercheurs et des journalistes eux-mêmes que la publication d’une information est forcément « vraie » car ayant fait l’objet de toutes les vérifications nécessaires pour être conforme aux normes d’excellence en vigueur dans la profession journalistique.

2À l’inverse, dans d’autres parties du monde intellectuel, c’est une méfiance infinie que suscite la production médiatique. Dans ce qu’il est coutume de désigner comme la théorie critique, qu’incarnent par exemple certains chercheurs de l’École de Francfort, notamment Horkheimer et Adorno, les contenus des médias de masse donnent une vision déformée du monde social, vision souvent hégémonique conforme à celle que les puissants cherchent à imposer. Les médias sont alors le reflet de l’idéologie dominante autant que le bras armé de la bourgeoisie pour imposer des visions du monde conformes à ses intérêts. Cette idée, si simpliste soit-elle selon Éric Maigret (2003), est d’autant plus puissante qu’elle présuppose que les contenus médiatiques ont des effets puissants en particulier sur les individus les « plus faibles », ceux des classes populaires auxquels sont destinés ces produits. Si les études sur la réception et l’audience, et en particulier les cultural studies (Neveu, Mattelart, 2003) ont largement remis en cause ce modèle, il n’en reste pas moins que ces approches collent assez bien avec les représentations ordinaires et communes de ce que sont les médias et de ce qu’ils font « subir » à la réalité sociale. Et si, de nombreux chercheurs parmi les plus grands, ont pointé les limites d’une approche en terme de mass-médias, il n’en reste pas moins qu’ils ont et comme le montre Cyril Lemieux (1999) à propos de Bourdieu par exemple, considéré que les médias sont « le lieu de la dénaturation des outils et de la pensée scientifique », [… celui] de l’illusion démocratique … et de la fermeture sociale ». Hors du champ académique, cette défiance à l’égard des médias est aussi un sentiment partagé par bon nombre d’individus ce que les sondages réguliers sur la confiance que les français ont envers les médias confirme d’année en année.

3Sur le terrain particulier des études féministes cette dénonciation des médias de masse est particulièrement développée y compris lorsqu’il s’agit d’étudier les campagnes électorales (Iyengar et al., 1997 ; Herrnson et al., 2003). Les journaux – mais aussi plus largement les films, les bande dessinées, et plus généralement les produits culturels de grande consommation seraient le lieu de production des stéréotypes sexistes les plus violents. Cette dénonciation a d’ailleurs trouvé des prolongements dans des mobilisations féministes récentes comme celles des Chiennes de Garde ou de l’Association des Femmes Journalistes qui ont fait de la lutte contre le sexisme médiatique l’un de leur combat privilégié. Les pouvoirs publics eux-mêmes se sont emparés de la question en publiant des rapports réguliers sur le sexisme dans les médias1. Plus récemment, les arguments déployés durant l’affaire DSK ont aussi concerné le caractère sexiste des médias et la connivence entre élites journalistique et politique, masculine et blanche. Au-delà de la controverse sur l’affaire sexuelle proprement dite, s’est jouée une affaire dans l’affaire sur ce que les journalistes étaient ou non tenus de dire des hommes et des femmes politiques (Matonti, 2012). Dans cette perspective si les femmes sont si mal traitées par les médias, c’est d’abord et avant tout en raison d’un dessein conscient ou du moins d’un mécanisme fonctionnel inconscient visant à maintenir la domination masculine.

4Si les agacements quotidiens des chercheur-e-s citoyen-n-es et certains travaux tendent à renforcer cette intuition d’autres, comme ceux d’Erving Goffman (1977), ont nuancé cette approche en évitant d’analyser les représentations médiatiques des femmes (en l’occurrence dans la publicité) comme une stratégie consciente de domination orchestrée volontairement par des hommes souhaitant renforcer leur domination, mais plutôt comme une forme de « reflet » des stéréotypes sociaux existant dans la société à un moment donné que les médias « se contenteraient » de donner à voir.

5Il ne s’agit bien évidemment pas ici de dire que les médias ne produisent pas de stéréotypes et n’entretiennent pas un certain ordre social genré mais plutôt de revenir plus en détail sur les conditions de production et de reproduction de cet ordre social et parfois même d’un rappel à l’ordre voire d’une remise en ordre lorsqu’il s’agit d’analyser la manière dont les médias ont traité (ou non) des femmes durant cette campagne. La campagne électorale et en particulier la campagne présidentielle produit sur les journalistes et leur production des effets contradictoires. D’un côté, la campagne est un événement routinier, déjà connu et fortement ritualisé sur lequel pèsent les coups précédemment joués ; de l’autre c’est un moment d’effervescence professionnelle ou les conditions de travail concrètes conduisent à se rapprocher de ses sources et de ses collègues et qui est donc susceptible de créer des tensions entre l’engagement et la distanciation (Lemieux, 2000). Du même coup, la couverture médiatique de la campagne peut permettre d’observer à la fois les opérations ordinaires de catégorisation de la réalité par les journalistes mais aussi les moments critiques et de tensions conduisant parfois à la faute.

6Les articles que nous proposons ici sont plutôt centrés sur la question des candidatures d’hommes et de femmes et de leur traitement différentiel par les journaux et la télévision. Ils n’abordent pas directement la question du traitement médiatique des enjeux liés à la cause des femmes ou plus largement des questions centrées sur la sexualité (comme le mariage gay, la PMA par exemple). Ce parti pris n’interdit nullement de comprendre les logiques de prise en charge médiatique des rapports sociaux de sexe ; mieux encore, en se centrant sur les candidatures, celles des hommes et des femmes, les articles mettent l’accent sur des objets médiatiques difficilement appréciables par ailleurs : ceux des corps politiques incarnés et sexualisés. Sur ces objets limites ils révèlent ainsi les mécanismes implacables de l’information pris dans son sens étymologique, celui de « donner une forme » et/ou de mettre en forme la réalité sociale mais aussi de la catégoriser et de la hiérarchiser.

7Les trois contributions qui suivent se proposent de prendre ainsi les processus de construction médiatique au sérieux en s’interrogeant non seulement sur le contenu de ces productions mais aussi sur les conditions de production de ces contenus durant la campagne électorale. Elles forment chacune à leur manière un continuum entre le début du processus de fabrication de l’information (la salle de rédaction) et le produit fini (l’article, le journal ou l’émission de télé) et permet de mesurer ce qui se joue à chacune des étapes du processus de fabrication des nouvelles.

8Rompant avec les analyses qui consistent à faire de l’absence ou de la présence de femmes journalistes dans les rédactions les conditions de félicité du traitement médiatique des femmes politiques, Amélie Le Renard et Séverine Chauvel ont plongé au cœur d’une rédaction pour observer en quoi l’exercice concret du métier de journaliste favorisait ou non la prise en compte du genre dans le traitement de l’information. Elles montrent ainsi que les routines journalistiques, les contraintes de format et de rapidité du travail journalistique, tout comme la concurrence « commerciale » entre médias, renforce le caractère gender blind des pratiques journalistiques, alors que par ailleurs la rédaction au sens large du terme est une organisation sociale genrée. Du même coup, les logiques de construction des stéréotypes de genre lorsqu’ils existent renvoient davantage à celles que les sources, en l’occurrence le champ politique, leur impose et c’est finalement les hiérarchies implicites du champ politique (et notamment celles qu’imposent les sondages) qui transparaissent dans les manières de faire journalistique.

9Frédérique Matonti prend elle aussi le travail journalistique au sérieux et s’interroge sur les conditions de production de l’image de Marine Le Pen comme travail de co-construction qu’engagent dans l’interaction journalistes et professionnel-le-s de la politique, au premier rang desquels on trouve bien sûr la candidate et son entourage. Seule femme candidate « digne d’intérêt pour les journalistes » car susceptible selon les sondages de créer la surprise au second tour, Marine Le Pen n’échappe guère aux routines du traitement journalistique des femmes en campagne et à sa « féminisation ». Néanmoins loin d’être stigmatisante, cette féminisation se révèle au contraire un atout dans la stratégie de la candidate frontiste notamment lorsqu’il s’agit d’appuyer sa stratégie de dédiabolisation du FN et de marquer la rupture avec Jean-Marie Le Pen. Du même coup, la mise au jour de ses stratégies médiatiques par certain-e-s journalistes conduit parfois à un bouleversement des hiérarchies journalistiques et à une revanche des « faibles », notamment des journaux féminins habituellement stigmatisés.

10Marlène Coulomb Gully cherche à montrer dans les figures narratives utilisées pour décrire les candidats les mécanismes d’une construction relationnelle des masculinités. À partir du cas des deux candidats finalistes de l’élection, elle montre le jeu subtil autour des identités genrées des deux candidats telles qu’elles sont construites par les médias et comment par contraste, elle évolue au cours de la campagne (féminité vs virilité, puis jeu autour de différents types de masculinité). Elle montre ainsi, comme Frédérique Matonti le fait pour Marine Le Pen que ces constructions a priori stigmatisantes peuvent se révéler gagnantes dans la compétition électorale.

11Ces trois contributions démontrent ainsi qu’au-delà du constat simpliste des stéréotypes sexistes des médias, c’est dans l’étude des processus fins de fabrique de l’information et notamment dans un processus relationnel et contextualisé d’analyse des productions et du travail journalistique qu’il convient de rendre compte des mécanismes de fabrication et de reproduction de l’ordre social genré.

Haut de page

Bibliographie

GOFFMAN Erving, « La ritualisation de la féminité », Actes de la recherche en sciences sociales, 14, 1977, pp. 34-50.

HERRNSON Paul S., LAY J. Celeste, STOKES Atiya Kai , « Women Running "as Women": Candidate Gender, Campaign Issues, and Voter-Targeting Strategies", The Journal of Politics, 65, 1, 2003, pp. 244-255.

IYENGAR Shanto, VALENTINO Nicholas A., ANSOLABEHERE Stephen, SIMON Adam F. (1997), « Running as Woman: gender Stereotyping in Political Campaigns », in NORRIS Pippa (dir.), Women, Media, and Politics, New York, Oxford University Press, 1997, pp. 77-98.

LEMIEUX Cyril , « Une critique sans raison ? L’approche bourdieusienne des médias et ses limites », in LAHIRE Bernard (dir.), Le travail sociologique de Pierre Bourdieu. Dettes et critiques, Paris, La Découverte, 1999, pp. 205-229.

MAIGRET Éric (2003), Sociologie de la communication et des médias, Paris, Armand Colin, 2003.

MATONTI Frédérique, « Les mots pour (ne pas) le dire. Viol, consentement, harcèlement : les médias face aux affaires Strauss-Kahn », Raisons Politiques, 46, 2, 2012, pp. 13-45.

MATTELART Armand, NEVEU Erik, Introduction aux cultural studies, Paris, La Découverte, coll. Repères, 2003.

NEVEU Erik, « Pages "Politique" », Mots, 37, 1993, pp. 6-28.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Lévêque, « Cadrage médiatique et production journalistique du genre  », Genre, sexualité & société [En ligne], Hors-série n° 2 | 2013, mis en ligne le 10 avril 2013, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://gss.revues.org/2624 ; DOI : 10.4000/gss.2624

Haut de page

Auteur

Sandrine Lévêque

Université Paris 1
CESSP-CRPS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org