Navigation – Plan du site
Cadrage médiatique et production journalistique du genre

Paradoxes du stigmate : les représentations médiatiques de Marine Le Pen

The Paradoxs of the Stigma: The Media Representations of Marine Le Pen
Frédérique Matonti

Résumés

Les représentations médiatiques des professionnelles de la politique diffèrent de celles de leurs homologues masculins. Par exemple, elles les désavantagent régulièrement en les assignant aux rôles genrés de fille, mère et épouse, bien éloignées des compétences politiques attendues. Mais ces représentations médiatiques avantagent au contraire Marine Le Pen, par comparaison avec son père, Jean-Marie Le Pen, l’ancien leader du FN. Cet article tente d’expliquer pourquoi.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  « Itinéraire d’une ennemie redoutable », Marianne, 12-18 mars 2011,  p. 40.

1« Même âge, même blue-jean que moi. Poignée de main franche. Sourire poli sans connivence. Cigarette à portée de main. Voix rauque taillée pour un monde d’hommes. Patronyme fièrement porté où se sont brûlés deux mariages. Trois enfants punaisés sur la porte. Bureau sans oriflammes »1, c’est ainsi que commence le long portrait de huit pages que Marianne consacre en mars 2011 à Marine Le Pen. L’attaque de cet article est à plus d’un titre révélatrice : d’abord de la part croissante de la « mise en scène de la rencontre entre le journaliste et le biographé » (Legavre, 2002, 350) dans les portraits politiques, ensuite de l’effet de cette mise en scène (la place donnée aux corps), et enfin des caractéristiques inévitablement mentionnées (vêtements, allure, vie matrimoniale, enfants) lorsque le portrait est celui d’une femme. Reste, et il suffit de comparer avec les portraits de Jean-Marie Le Pen, que ce qui peut être un stigmate pour d’autres femmes politiques, pourrait bien ici constituer un avantage.

2Cet article est partie prenante d’une recherche qui s’achève sur les représentations genrées des professionnels de la politique. Après en avoir rappelé rapidement les sources et la méthode reprises ici, on étudiera les représentations données par la presse et les humoristes de Marine Le Pen. On verra en quoi elles s’inscrivent (globalement mais pas totalement) dans la logique de celles usuellement données des femmes politiques, par opposition à celles données des hommes politiques, mais aussi en quoi, à la différence de ce qui se passe pour les concurrentes de Marine Le Pen, ces représentations la servent bien plus qu’elles ne la desservent. En cela, le traitement genré de la présidente du FN constitue un véritable paradoxe.

  • 2  Sur la pluralité des sens de représentations, voir Chartier (1989, 2009) ; Ginzburg (1991) ; Marin (...)
  • 3  Chartier (1989, 1514-1515).

3S’intéresser aux représentations genrées, c’est pour nous prendre les représentations aux deux sens qui se sont historiquement constitués de « substitution », et de « théâtralisation »2 : « d’un côté, la représentation donne à voir une absence, ce qui suppose une distinction nette entre ce qui représente et ce qui est représenté ; de l’autre, la représentation est l’exhibition d’une présence, la présentation publique d’une chose ou d’une personne ». Dans le premier cas, la représentation apporte une « connaissance médiate », grâce à une « image » ou un « signe visible » du « référent signifié ». Dans le second, la représentation peut « faire que la chose n’ait d’existence que dans l’image qui s’exhibe », et pour en donner un exemple, Roger Chartier rappelle la célèbre « pensée » de Pascal sur les robes et les hermines des magistrats. Or, ce qu’il décrit comme typique des « formes de théâtralisation de la vie sociale dans la société d’Ancien Régime »3, nous paraît, nous allons y revenir, pouvoir aussi s’appliquer à certaines représentations contemporaines des professionnels de la politique.

  • 4  Marine Le Pen (2006). Philippe Grancher est également l’éditeur de son ouvrage programme pour la c (...)
  • 5  Toutes proportions gardées, la méthode est comparable à celle de Roger Chartier (1999) qui à trave (...)
  • 6  Comme l’a montré à diverses reprises Roger Chartier, il est néanmoins particulièrement euristique (...)

4Pour accéder aux représentations contemporaines genrées et ainsi définies des professionnels de la politique, nous avons choisi tout d’abord d’utiliser la presse d’information, mais aussi la presse féminine et la presse people, ainsi que les ouvrages consacrés aux politiques (ici en l’occurrence quelques-unes des biographies de Marine Le Pen) et ce que l’on appelle désormais les quick books. Nous nous intéressons également aux discours des professionnel-le-s de la politique eux-mêmes, dans les interviews, prises de parole publiques, émissions, mais avant tout dans leurs autobiographies (en l’occurrence, ici, À contre flots que Marine Le Pen a publié en 20064). Ces discours, souvent travaillés par les communicants, sont en effet à destination des journalistes, des militants et des électeurs et permettent de saisir la représentation (au sens de « théâtralisation » peut-être même) que les professionnels de la politique souhaitent imposer d’eux-mêmes. Pour rendre compte de la gamme des récits (à l’exception des discours savants) sur la politique professionnelle auxquels un citoyen ordinaire est exposé, nous avons choisi d’ajouter les interventions des humoristes et des imitateurs. En effet, en utilisant comme sources les titres de la presse bien au-delà des quotidiens et magazines d’information, ainsi que les sketchs des humoristes et imitateurs, nous avons en réalité été guidée par la réception des récits sur le politique5. Ainsi le choix d’intégrer les humoristes et les imitateurs dans notre corpus tient à ce qu’ils sont de plus en plus présents dans les programmes télévision ou radios, et de ce fait font parties prenantes des discours reçus sur le politique par les citoyens. De plus, leurs prestations prennent place, dans ou autour, des grilles d’information (avant ou après le journal télévisé pour Les Guignols de l’Info sur Canal + ou pour Nicolas Canteloup sur TF1, pendant les matinales des radios de RTL, France Inter, Europe 1, pour les radios périphériques). Cette place accentue de fait la perception de leurs interventions comme éléments des récits politiques. Bien entendu, l’exposition à ces divers récits sur le politique est plus ou moins grande, tandis que la composition des informations reçues varie, et ce, essentiellement, selon la position sociale et les ressources culturelles du récepteur6. Il s’est agi en mobilisant l’ensemble de la presse aussi de tenir compte de la pratique des communicants des professionnels de la politique, puisque ceux-ci s’adressent aussi bien à la presse people qu’au Monde ou à Elle. Nous partons, en effet, de l’hypothèse d’Érik Neveu (1997) selon laquelle tout « papier » (écrit, image ou audio) est le produit d’une « configuration à trois pôles » : journalistes, professionnels du politique – communicants compris, précisons-nous – et opinion publique – celle-ci, ajoutons-nous, pour une part instrumentalisée et matérialisée sous la forme de l’acheteur ou du point d’audimat.

5Comment traiter des représentations genrées recueillies dans ces différents récits du politique ? Nous les prenons, premièrement, à la façon dont Erving Goffman (1977) traitait des publicités. Après en avoir prélevé au hasard un certain nombre dans des magazines à gros tirage, il en avait montré les récurrences systématiques : globalement, les femmes des publicités sont au plus « soumises » (plus basses que les hommes, couchées, penchées, souriantes) et au moins « dociles » (les hommes les guident). Pour Goffman ce qui importe est ce que les publicités disent de nos modèles sociaux dominants et non pas ce qu’ils leur font. Loin de prescrire un comportement (consommation du produit exceptée, bien sûr), elles ne feraient que « styliser », « hyper-ritualiser », nos propres situations sociales. La première manière de saisir les récits du politique en matière de genre est donc, dans la lignée de Goffman, de les prendre comme un révélateur des stéréotypes les plus socialement partagés à propos des professionnels de la politique. Étudier les cadrages, les registres et leurs évolutions, c’est donc, si l’on considère que le genre est « une façon première de signifier des rapports de pouvoir » (Scott, 1986, 1067), éclairer l’état des rapports de domination au sein de l’espace politique, et plus largement de l’espace social. En effet, précise Joan Scott après avoir énoncé cette formule devenu célèbre, le genre est un « moyen persistant et récurrent de rendre efficace la signification du pouvoir ». Que disent ces stéréotypes de la légitimité d’un parti ou d’un-e professionnel-le de la politique à conquérir et à occuper une fonction politique et, notamment, en France, la Présidence de la République ?

6Or, ces récits sur le politique et les représentations genrées qu’ils comportent sont produits par des intermédiaires(voire par les professionnels de la politique eux-mêmes) entre les citoyens ordinaires et les professionnels de la politique, intermédiaires homologues aux « grands amateurs » étudiés par Olivier Roueff (2013) à propos de la construction des catégories d’appréciation du jazz. En ce sens, ils participent à l’élaboration des catégories dominantes d’appréciation du politique. Ensuite, ces récits sont souvent répétés et répétitifs et on peut, par conséquent, s’interroger sur leurs éventuels effets performatifs. Dès lors, le genre ne serait plus seulement une manière de signifier les rapports de pouvoir, ce serait aussi une manière, à force de les signifier et de façon répétée, de les faire.

Marine Le Pen vue par les médias

  • 7  On s’est notamment appuyée sur le site du Front National qui met en ligne les interventions radios (...)
  • 8  Cf. http://www.liberation.fr
  • 9  Cf. Rosso (2011), Fourest et Venner (2012).

7Si l’on considère, tout d’abord d’un seul point de vue quantitatif, la manière dont Marine Le Pen apparaît dans les médias, sa présence semble dans la norme des chefs de parti et ou des candidats à la présidentielle (en un an du 16 septembre 2011 au 16 septembre 2012, on a dénombré 176 passages radio ou télévision, chiffre sans doute inférieur à la réalité7). Dans ce même laps de temps, Christophe Forcari, le principal journaliste de Libération qui couvre l’extrême droite, a consacré plus de 500 articles au FN depuis 1994, parmi lesquels 110 mentionnent Marine Le Pen – elle apparaît pour la première fois sous sa plume (sauf erreur), le 23 avril 20028. Elle est également présente dans la quasi totalité des supports (presse féminine dont Elle, presse people, émissions de divertissement comme On n’est pas couché sur France 2 ou Le Petit journal sur Canal+ ; Vivement Dimanche sur France 2 faisant exception9). Le rythme de cette présence régulière dans les médias qui se marque par des interviews écrites ou en plateau – ce qui n’était pas toujours le cas, ni au même degré pour Jean-Marie Le Pen – a été de plus accéléré par la sortie en 2006 de son livre autobiographique, À contre flots.

  • 10  Matonti (2007a), Matonti (2007b).
  • 11  Matonti (2009).
  • 12  L’Express, 16 janvier 2013, p. 36.
  • 13  Un portrait récent de l’économiste Esther Duflo mentionne à la fois le nom de son compagnon et qu’ (...)

8La banalisation de sa présence, en termes quantitatifs, va de pair avec une banalisation (relative) du contenu au regard des représentations genrées. Comme une étude menée avec Delphine Dulong (Dulong, Matonti, 2005), dès les élections municipales de 2001, premier moment de l’application de la loi sur la parité, l’avait montré et comme on a pu le vérifier ensuite en étudiant notamment la couverture médiatique de Ségolène Royal (dès la présidentielle de 2007)10 et de Martine Aubry (dès la campagne pour le poste de Premier secrétaire en 2008)11, le traitement médiatique des femmes politiques est tendanciellement différent de celui de leurs homologues masculins. Premièrement, elles sont bien plus souvent que les hommes appelées uniquement par leur prénom : c’est le cas de « Ségolène » Royal, de « Martine » Aubry, mais aussi d’« Arlette » Laguillier. Deuxièmement, leur statut de fille, de mère, d’épouse ou de compagne est souvent rappelé, l’équivalent pour les hommes (fils, père, époux) est en revanche, rarement mentionné. Troisièmement, même si cette caractéristique ne concerne plus exclusivement les femmes politiques, comme le montrent les nombreuses mentions faites au régime de François Hollande puis à sa cravate de travers, l’attention portée au corps, à sa conformation, à son hexis, et aux manières de le vêtir et de le parer (maquillage, coiffure, etc.) est très fréquente. Le traitement journalistique et humoristique de François Hollande est d’ailleurs révélateur de la manière dont, jusqu’à la décision d’entrée en guerre au Mali, prérogative très majoritairement perçue comme masculine, il a été souvent (au moins inconsciemment) privé de virilité : reprise systématique de ses surnoms les moins flatteurs (« Flamby ») ou des caractéristiques, pleines de sous-entendus sexuels, accolées par ses concurrents (« gauche molle »), insistance sur son incapacité à tenir « ses » femmes dès le tweet envoyé par sa compagne, Valérie Trierweiler, entre les deux tours de la législative de La Rochelle, pour soutenir l’adversaire socialiste de Ségolène Royal. À l’inverse, exemple parmi d’autres des éditorialistes, Christophe Barbier dans L’Express qui suit l’intervention française au Mali écrit : « Déjà la détermination perce sous la tergiversation : verbe sobre, ton grave et mots justes, la cravate droite dans les bottes »12. Quatrièmement, les articles rapportent les activités privées de ces femmes, ce qui est l’effet de la mise en scène obligée des « intimités publiques », pour reprendre la formule d’Érik Neveu et Brigitte Le Grignou (1983), revenant notamment sur la rupture introduite par Questions à domicile, ces mises en scène de l’intimité participant à la « dilution » et à la « psychologisation »(Neveu, 1995) des représentations journalistiques de la politique. Mais, fort logiquement à propos de ces professionnelles de la politique, les loisirs mentionnés sont « féminins » — c’est-à-dire majoritairement pratiqués par les femmes et supposés accordés à leurs goûts — et les activités mentionnées (hors politique) relèvent de l’économie symbolique, traditionnellement dévolue aux femmes. Ces quatre traits valent aussi pour les femmes chef d’entreprise ou les intellectuelles13. Ils sont particulièrement accusés quand les articles (ou les reportages) sont longs, relèvent du genre journalistique du portrait, et a fortiori dans les quick books. Bien évidemment, et c’est ce que supposait déjà la notion « d’intimité publique », elle-même écho de celle d’« identité stratégique » (Collovald, 1988), la répétition de ces stéréotypes est aussi l’effet des stratégies de communication des professionnel-le-s de la politique, selon la logique évoquée plus haut comme produit d’une configuration à trois pôles. Par exemple, ce sont les communicants de Martine Aubry qui, souhaitant adoucir son image après la loi sur les 35h, lui suggèrent de parler de sa vie quotidienne ou de « l’homme qu’elle aime » à Lille (Dulong, Matonti, 2005).

  • 14  Cf. Sociétés & Représentations (2000).
  • 15  Ils prennent la suite de « Spitting Image », émission anglaise, et du « Bébête show » de TF1. Sur (...)
  • 16  Sur le traitement médiatique de Dominique Strauss-Kahn voir Matonti (2012).

9Les humoristes et les imitateurs, quant à eux, donnent une place centrale au corps. En effet, le corps, ses travers et ses manifestations, constituent leur cible et leur matière, selon une tradition qui remonte au genre du grotesque14. La nouveauté (au regard de cette longue tradition) est que les imitateurs empruntant la voix, ou dans le cas des « Guignols de l’Info » sur Canal +15, proposant même à travers la marionnette une sorte de double de la personne, inventent un usage du corps (comme cible et comme matière) inédit. La répétition d’un jour à l’autre mais aussi d’un humoriste à l’autre des mêmes traits (le physique déclaré ingrat de Martine Aubry, la petite taille de Nicolas Sarkozy…) finit d’ailleurs par créer ce que l’on pourrait décrire comme une sorte d’« avatar » — comme dans les jeux vidéos — concentrant ces traits caricaturaux physiques et moraux (le mauvais caractère de Martine Aubry, la folie douce de Ségolène Royal, la mollesse de François Hollande, l’obsession sexuelle de Dominique Strauss-Kahn dès la première affaire au FMI16…). Par exemple, Laurent Gerra, imitateur de la matinale de RTL, évoque dans Les Stars du Rire, show récurrent de France 2, le 20 juin 2009, « la Aubry. Elle nous fait chier pendant trente-cinq heures. Plus elle vieillit, plus elle ressemble à Mauroy. On l’appelle Tartine de Brie » puis Ségolène Royal, « mentalement, elle est pas au top. Elle a soutenu qu’elle était apparue à la Sainte Vierge ». Ici, la « théâtralisation » est telle, pour reprendre la distinction rappelée plus haut, que l’avatar finit par faire disparaître la personne.

  • 17  30 août 2002.
  • 18  7 septembre 2002.
  • 19  13 décembre 2002.
  • 20  10 novembre 2003.
  • 21  3 octobre 2008, allusion à la présence de Robert Ottaviani, ex chanteur d’Ultime Assaut, groupe de (...)
  • 22  6 juin 2002, « Marine Le Pen, la tentation dynastique ».
  • 23  « Télé, si ce n’est Le Pen, c’est donc sa fille », 26 décembre 2002.
  • 24  29 avril 2012.

10Toutes ces règles (ou presque) valent pour le traitement médiatique de Marine Le Pen. Ainsi dans l’avant-propos de La Face Cachée de Marine Le Pen, Romain Rosso la qualifie successivement de « fille du chef », « benjamine des filles Le Pen », « cheftaine », « candidate du FN » et « benjamine ». Seule la désignation de « candidate » est neutre. Son premier portrait par Christophe Forcari dans Libération, le 24 avril 2002, est intitulé « Marine, la cadette. Clone policier ». D’ailleurs, de manière révélatrice de la force avec laquelle s’impose ce shortcut journalistique dès l’on traite des femmes, C. Forcari mentionne, en dépit de sa méconnaissance d’alors, un lien de famille qui s’avère erroné (c’est la deuxièmefille, Yann Le Pen, qu’il place en position de dernière née). Au fil des années, dans le même quotidien, et en s’en tenant aux titres, on trouve « Le Pen place sa fille en orbite »17 ; « Marine, la star montante qui inquiète au FN »18 ; « La nouvelle égérie du Front »19 ; « Marine, premier meeting sans papa »20 ; « Marine sur un air de nazi rock »21, etc. Usage du prénom, insistance sur le statut filial, réduction d’une fonction politique à une fonction d’inspiratrice réservée aux femmes (« égérie »), la description est donc conforme à celle des autres femmes politiques. Les premiers portraits toujours dans Libération évoquent son physique (« voix cassée par les cigarettes blondes »22) et son statut matrimonial : « divorcée, mère de trois enfants, en passe de se remarier en décembre avec son compagnon, Eric Iorio, et lectrice de Harry Potter, son lepénisme à visage féminin incarne les modernes du parti »23. Il en va de même au Parisien dix ans plus tard : « c’est avec une poignée de main franche, mais la mine un peu crispée » qu’elle s’est présentée à l’occasion d’une rencontre avec les lecteurs. En « tailleur pantalon noir (…), elle s’est empressée de se remaquiller »24.

11Ainsi, au fil des articles, Marine Le Pen apparaît avant tout comme une fille mais aussi comme une mère et une compagne (d’Eric Iorio d’abord, de Louis Aliot, ensuite, également membre de la direction du FN) dont on scrute les évolutions physiques (coupe de cheveux, amaigrissement). Par exemple, pendant la campagne présidentielle de 2012 L’Express styles, supplément de L’Express, lui consacre un portrait en ligne en 24 photos, « Marine Le Pen, l’ambivalente Madame-tout-le-monde »25. On y lit par exemple, à côté d’une photo où elle porte un haut rose, « en 2007, nommée directrice stratégique de la campagne présidentielle de son père, elle délaisse sa trop lourde crinière, pour un carré plus pimpant et se laisse même aller à porter de la couleur ». Ou encore « En 2008, candidate aux élections municipales d’Hénin-Beaumont, sur la liste de Steeve Briois, elle raccourcit son carré ». Là aussi, son statut de mère — « Mère de trois enfants, […] elle semble souvent transporter tout un attirail dans sa besace masculine » – comme son statut matrimonial – « compagne de Louis Aliot » –est mentionné.

  • 26  http://news.aufeminin.com/marine-le-pen-c-est-mon-mari-qui-fait-la-actu2588.html
  • 27  Paris-Match, n° 3275, 25 février 2012.
  • 28  Si dans le titre Louis Aliot n’est désigné que par son prénom, en revanche dans le corps de l’arti (...)

12On trouve encore dans Aufeminin.com, une interview par Anita Hausser, ancienne journaliste politique de RTL, de TF1 et de LCI, aujourd’hui éditorialiste à Atlantico, où Marine Le Pen raconte : « c’est mon mari qui fait la cuisine »26. Lorsque Virginie Le Guay lui consacre un portrait dans Paris-Match27, l’angle choisi est celui du couple en campagne, comme l’illustre le titre « Marine Le Pen : front commun avec Louis »28. Dans l’attaque du papier, Marine Le Pen arrivée à Strasbourg, essaie en vain de « ramener » Louis Aliot, le soir. La dimension politique du rendez-vous, puisqu’il est le directeur de campagne de la candidate à la présidentielle, est gommée au profit de la dimension sentimentale : « Louis Aliot atterrit à Orly, elle à Roissy. Comment faire ? Marine est déçue. On sent qu’elle a besoin de son homme ». La photo en double page d’un petit déjeuner où son compagnon prend dans sa main le menton de Marine Le Pen qui, pour sa part, s’abandonne les yeux quasi clos, accentue cette dimension, comme l’appellation (« les deux tourtereaux ») donnée au couple par la journaliste, Virginie Le Guay, ancienne du Journal du Dimanche.

  • 29  Sur le FN récent, voir Dézé (2012).

13Comme pour les autres professionnels de la politique, cette présentation de Marine Le Pen est en partie une identité mise en place par elle-même et par son entourage. Par exemple, l’usage du prénom est constant au sein du groupe qui l’entoure dans sa conquête du parti, puis dans le FN une fois conquis. Cet usage est institutionnalisé dans les noms donnés aux groupes, magazines, affiches et slogans (« Énergie bleu marine », « vague bleu marine », « génération bleue marine », « rassemblement bleu marine ») lors des campagnes électorales et internes. De même, parle-t-on au FN, couramment de « marinistes » pour désigner sa fraction. S’il s’agit pour partie d’un usage partisan ancien (les militants disaient fréquemment « Jean-Marie » mais aussi « le Président »), on en voit aisément la fonction — on va y revenir. Il en va de même de son auto-présentation comme mère, qui plus est deux fois divorcée, dans un parti dont une des bases électorales, voire l’une des composantes est catholique traditionnaliste29. Ainsi dans son autobiographie, elle raconte longuement ses grossesses ultra rapprochées (elle parle parfois de 3 enfants en un an, puisqu’elle a eu des jumeaux, 10 mois et demi après son premier enfant) et les problèmes de couple et de vie quotidienne qu’elles ont entrainés :

« mon couple va mal » (Le Pen, 2006, 181) ; « mon mariage va de plus en plus mal » (Ibid., 185) ; « je vivrai ainsi 18 mois, jonglant en permanence entre le boulot, les courses, les enfants et ce fichu sentiment de culpabilité planté dans le cœur de toute mère » (Ibid., 187) ; « ceux qui n’ont jamais donné d’interview en direct à France Inter enfermé dans les toilettes parce que Jehanne hurle "Maman, Louis a arraché la tête de ma Barbie !" ne savent pas ce que signifie être une dirigeante politique avec trois enfants en bas âge » (Ibid., 264).

14Il en va de même, sans doute, dans son auto-présentation comme compagne. La photo du petit déjeuner des « tourtereaux » est en effet une « séance photo exclusive pour Paris-Match », comme le magazine le rappelle, à un moment, de plus, où elle baisse dans les sondages.

  • 30  Voir notamment, Guillemette Faure, « Portrait de Marine Le Pen en fille de sa mère », http://www.l (...)
  • 31 Ibid., p. 125.

15Mais Marine Le Pen se présente d’abord comme une fille. Son autobiographie est avant tout une réhabilitation du père, notamment après le départ de sa mère Pierrette Le Pen (et de ses photos en soubrette très déshabillée dans Playboy, après que son ex-mari a refusé de lui verser une pension alimentaire et dit qu’elle pouvait toujours faire des ménages)30. Un seul passage peut l’illustrer, toujours dans l’autobiographie : « Force est de constater que dans cette tempête comme dans d’autres, le capitaine est resté à la barre sans vaciller. Sûrement très meurtri, bien qu’il ne se soit jamais plaint, il a fait face à la destruction publique de ses vingt-cinq ans de mariage exactement comme il avait tenu bon face aux campagnes de dénigrement les plus dures qui l’avaient précédée. Il fut un roc sur lequel les petites berniques que nous étions restaient accrochées contre vents et marées pour se protéger du mauvais temps »31.

Paradoxes du stigmate

16Les éléments de la présentation de soi, comme mère, compagne et fille, sont sans doute d’autant plus contrôlés que Marine Le Pen, comme Jean-Marie Le Pen en son temps, n’hésite jamais à faire des procès à la presse et aux auteurs de biographies. C’est le cas, par exemple, de VSD, condamné pour son numéro du 23 décembre 2010 dans lequel le magazine avait publié une photo de ses trois enfants dont le visage était flouté ainsi que pour avoir repris des propos de sa mère datant de 1988 sur la vie sexuelle de sa fille32. Et, en effet, l’usage du prénom qui « minorise » (au sens de rendre mineure) les femmes politiques, ici humanise (au sens de rendre humaine par opposition à son père). Il en va de même pour l’ensemble des rôles féminins mobilisés par de nombreux commentateurs et par elle-même à son propos. Dans une configuration politique où la « parenthèse enchantée » (Achin, Bargel et al., 2007) de la parité s’est pourtant refermée, les stéréotypes genrés de la couverture journalistique et l’identité stratégique mise en scène par la communication de Marine le Pen s’allient pour retourner le stigmate. Retournement du stigmate qui est congruent avec la stratégie déployée, dite de « dédiabolisation », énoncée par la fraction du parti qui entoure Marine Le Pen. C’est particulièrement le cas, dans le domaine des mœurs, par l’évocation de ses deux divorces, par l’édiction d’un programme qui n’interdit pas l’avortement, par la défense de la « cause des femmes » (Le Pen, 2006, 200) et, récemment, par son absence à la manifestation de la droite contre l’ouverture du mariage aux couples de même sexe. En réalité, rappelons que pendant la campagne, elle a considéré le remboursement de l’avortement comme moins prioritaire que celui des médicaments des personnes âgées et que Louis Aliot, directeur de la campagne de 2012, a parlé à diverses reprises d’« avortements de confort ». De même, la défense de la cause des femmes est avant tout l’occasion pour Marine Le Pen d’expliquer que la gauche l’a « trahi[e] […] en se faisant la complice d’une immigration qui a importé, aussi, l’islamisme avec elle, et les renvoie à une condition de soumission inconnue jusque-là en Occident » (Ibidem).

  • 33  « Elle n’a rien d’une blonde », Libération, Le Mag., 15 janvier 2011, IV-VII.
  • 34  « Itinéraire d’une ennemie redoutable », Marianne, 12-18 mars 2011.
  • 35  Ibid., p. 47.

17Cette double présentation accordée à la stratégie du clan de Marine Le Pen au sein du FN donne corps au sens propre à la vision dominante parmi les commentateurs journalistiques, mais aussi savants, que le FN a changé — point que l’on pourrait d’ailleurs discuter mais qui excède cet article. Même s’il ne constitue pas l’unique modèle d’articles (par exemple, au même moment Pascale Nivelle dans Libération insiste bien plus nettement sur cette concordance entre la stratégie de « dédiabolisation » et l’identité stratégique mobilisée par Marine Le Pen33), le portrait de huit pages dont nous avons cité l’attaque en introduction que lui consacre Judith Perrignon34en constitue un bon exemple. Il s’insère dans un dossier qui entend montrer que gauche et droite servent la montée de Marine Le Pen, pour la première fois en pole position dans les sondages et qui prône l’alliance de la gauche avec le centre pour la battre. La journaliste, ancienne de Libération, et co-auteure en 2007 de La Nuit du Fouquet’s avec sa consœur du Monde, Ariane Chemin, use de l’ensemble des shortcuts mobilisés dans les portraits de femmes. Le récit, sous le titre « Itinéraire d’une ennemie redoutable », commence le 21 avril 2002 où « la seule qui accepta l’épreuve et rentra dans la lumière à ce moment culminant du rejet, ce fut elle. Surprise, même télégénie, même présence que son père ». Les premières pages racontent celle qui a « l’air d’une fille qui aime son père », et reprennent notamment le chapitre d’ouverture d’À contre flots, consacré à l’attentat manqué contre son père, puis les passages qui évoquent le départ de la mère. La deuxième partie mentionne plus rapidement ses amours et ses maternités. L’une des photos la montre, en 1984, dansant un rock avec son père, tandis que sur l’autre, en 2002, prise près du lac d’Annecy, elle est accroupie dans une longue robe noire, un châle sur les épaules, les longs cheveux déployés, et paraît ôter une tache au bas du pantalon de son père. Cette dernière photo illustre parfaitement la thèse principale de l’article : en fille dévouée, et malgré les différences apparentes avec l’ancien dirigeant du FN, c’est le père qu’elle s’est employée à « dédiaboliser », tandis que ses « thèmes […] sont incrustés dans la conscience, l’inconscience, et le vocabulaire de la fille »35. Le recours à la psychologisation de l’information politique — ici tout s’explique somme toute par un complexe d’Œdipe mal résolu —, comme celui, croissant, à la romance que l’on pourrait qualifier de « cadrage Harlequin » – les « tourtereaux » et la candidate qui attend son « homme » –, susceptibles de fragiliser les autres professionnelles de la politique, par comparaison avec leurs concurrents masculins, ici, à nouveau, comme l’usage du prénom, humanisent par comparaison avec celui dont elle est prend la succession politique.

  • 36  Libération, 17 mars 2011.

18Le retournement du stigmate est encore sensible à l’occasion de la petite polémique provoquée par le portrait en dernière page de Libération, « La Fille du bédouin », signé de l’écrivain Régis Jauffret qui commence par « jeans, bottes à talons, plus sexy que son père. Si je n’étais pas féministe et partisan de la parité au Parlement, je me serais dit que ce serait exactement le genre de fille qu’on a envie de sauter entre deux portes en espérant qu’elle vous demande de lui donner des baffes avant de jouir pour pouvoir se mettre dans la peau d’un sans-papiers macho et irascible »36. C’est donc, fort logiquement, en dépit de la clause de style introduite par le « si », que le portrait provoque quelques protestations pour sa misogynie notamment sur les blogs des quotidiens et les sites comme Atlantico.fr ou le Post.fr. Le portrait est l’équivalent fonctionnel des articles qui, sur Jean-Marie Le Pen, décryptaient son programme en rappelant son passé en Algérie ou qu’il fut l’éditeur de chants nazis, mais ici, le rappel de la dimension xénophobe du discours du FN passe par l’invocation d’un « sans-papiers macho » (et non par le passé Algérien), tandis que la dénonciation de la position extrémiste semble autoriser le fantasme d’une domination sexuelle brutale. (Au passage, on remarquera que le « sans-papiers macho » ressemble finalement assez bien au portrait que trace Marine Le Pen elle-même des immigrés qu’elle critique désormais au nom du féminisme). Or, la dimension machiste du portrait en conduisant une partie des lecteurs à se solidariser au moins minimalement avec la victime du propos rend dès lors pour une part inefficace la critique politique.

  • 37  Elle, 4 mars 2011.
  • 38  Entretien du 21 septembre 2012.

19L’effet du retournement du stigmate est tel qu’il peut paradoxalement se retourner contre le journaliste qui peut, pourtant, essayer de ne pas s’y laisser prendre. C’est le cas du magazine Elle, au cœur d’une polémique, pour son portrait de Marine Le Pen, par Caroline Laurent-Simon et Elvire Emptaz. L’article, « Qui est vraiment Marine Le Pen ? »37, s’ouvre sur les séances de tir que la nouvelle présidente du FN pratique chaque semaine. Il est entièrement construit sur un décryptage de la stratégie de communication basée sur la mise en scène de la « féminité » et des stéréotypes qui l’accompagnent, décryptage souligné notamment par la répétition de l’adverbe « ostensiblement » et le maniement des guillemets : « en entretien avec les journalistes (qui plus est de la presse féminine), la nouvelle chef du parti d’extrême droite français n’omet de raconter aucune anecdote "personnelle", chère aux communicants » ; « elle affiche ostensiblement un style à l’inverse de celui du bateleur viril » ; « elle l’a joué ostensiblement glamour lors du congrès de son parti réputé machiste » ; « madame la Présidente s’affiche ostensiblement décontractée » ; « au passage, elle a glissé "l’info" : Marine Le Pen, fille de Jean-Marie, a une "amie" juive ». Le décryptage passe également par le recours à une experte (en l’occurrence, la philosophe Cynthia Fleury), la lecture du programme quand, par exemple sur l’avortement, il vient contredire les paroles lénifiantes de Marine Le Pen, ou l’assistance aux meetings où les propos diffèrent de ceux tenus dans les médias. Pourtant, l’article provoque la polémique auprès des professionnels de la politique de droite (Copé) et de gauche (Désir), et d’autres journalistes qui considèrent qu’il banalise et consacre Marine Le Pen. Revenant en entretien sur l’épisode38, Caroline Laurent-Simon, grand reporter à Elle après avoir été formée à VSD, qui couvre régulièrement les faits divers et les affaires judiciaires dont les grands procès en ex-Yougoslavie, au Congo et au Rwanda, plusieurs fois lauréate du prix Bayeux, encore agacée d’avoir été mise en cause à la différence d’autres papiers plus complaisants à ses yeux, l’explique par la misogynie qui organise la vision habituelle du journal : aux yeux des critiques, « les journalistes ne sont pas assez intelligentes et les lectrices ne sont pas assez intelligentes ». Ici, le retournement est, pourrait-on dire, à plein rendement : parce que les journaux féminins s’en tiendraient à recueillir les recettes de cuisine des candidates (ce que sous-entend un politique de premier plan à une journaliste de la rédaction à l’occasion d’une autre interview), ils ne pourraient que les favoriser.

  • 39  Voir notamment le 2 mai 2012, « Laurent Gerra imite J.-M. Le Pen et sa fille avec le Maréchal Péta (...)
  • 40  29 février 2012.
  • 41  24 avril 2012.
  • 42  18 juin 2012. Dans cette même émission, elle évoque de la même manière Marion Maréchal « Marion Ma (...)

20Ce retournement du stigmate n’est néanmoins pas complet. Notamment, une partie de la représentation médiatique de Marine Le Pen insiste certes sur le fait qu’elle est la fille de son père, mais sans pour autant la féminiser. C’est le cas de sa première incarnation dans Les Guignols où elle est figurée par la marionnette de son père avec une perruque blonde. Laurent Gerra, sur RTL, dans sa première imitation d’elle, en janvier 2012 (c’est-à-dire, très tard), lui redonne le tic vocal identifiant de son père « n’est-ce pas ? » et par la suite lui laisse une voix masculine ­— il est vrai que la voix de son modèle est grave — qui répète fréquemment « oui, mon papa »39. Autrement dit, la fille est représentée sous les traits du père, manière de signifier la continuité. On retrouve le même traitement chez l’humoriste Anne Roumanoff sur Europe 1. Commençant par le décryptage de son look « Vous avez l’air sympathique, charmante, avenante. Je ne sais pas si c’est ce balayage blond, ce chemisier bleu marine, avec ce sourire un peu narquois », elle conclut finalement : « et moi sur vos idées, je ne vais pas changer d’avis »40. Au fil des émissions, elle la traite successivement de « hyène affamée »41, de « Terminator blond […] aux dents carnassières »42. Si ces traits ne sont pas si accusés dans la presse d’opinion, ils n’en sont pas moins présents. Marine Le Pen est ainsi parfois qualifiée de « virile », tandis que les journalistes insistent sur sa ressemblance physique avec son père (manière de rire, traits du visage). C’est, de même, en exhibant des loisirs masculins (le tir) que Elle dévoile la réalité derrière l’apparence. Faut-il alors supposer que parce que le genre sert à dire les rapports de pouvoir, présenter une femme sous des traits masculins, revient à la présenter comme une candidate dangereuse et par conséquent sérieuse ?

Haut de page

Bibliographie

ACHIN Catherine, BARGEL Lucie, DULONG Delphine, FASSIN Éric (dir.), Sexes, genre et politique, Paris, Economica, 2007.

CHARTIER Roger, « Le Monde comme représentation », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 44, 6, 1989, pp. 1505-1520. 

CHARTIER Roger ,« Georges Dandin, ou le social en représentations », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 49, 2, 1999, pp. 277-309.

CHARTIER Roger, « Pouvoirs et limites de la représentation. Marin, le discours et l’image » in Au bord de la falaise. L’histoire entre certitudes et inquiétudes, Paris, Albin Michel, 2009

COLLOVALD Annie, « Identités stratégiques », Actes de la Recherche en sciences sociales, 73, 1988, pp. 29-40.

COLLOVALD Annie, « Le Bébête Show, idéologie journalistique et illusion critique », Politix, 5, 19, 1992, pp. 67-86.

DÉZÉ Alexandre, Le Front national : à la conquête du pouvoir ?, Paris, Armand Colin, 2012.

DULONG Delphine, MATONTI Frédérique, « L’indépassable "féminité". La mise en récit des femmes en campagne », in LAGROYE Jacques, LEHINGUE Patrick, SAWICKI Frédéric (dir.), Mobilisations électorales. Le cas des élections municipales de 2001, Paris, PUF, pp. 281-303.

FOUREST Caroline et VENNER Fiammeta, Marine Le Pen démasquée, Paris, Le Livre de Poche, éd. mise à jour, 2012.

GINZBURG Carlo, « Représentation : le mot, l’idée, la chose », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 46, 6, 1991, p. 1219-1234.

GOFFMAN Erving, « La ritualisation de la féminité », Actes de la Recherche en sciences sociales, 14, 1977, p. 34-50.

LE GRIGNOU Brigitte, NEVEU Érik, « Intimités publiques. Les dynamiques de la politique à la télévision », Revue française de science politique, 43, 6, 1983, pp. 940-969.

LE PEN Marine, À contre flots, Paris, Grancher, 2006.

LEGRAVRE Jean-Baptiste, « "La queue du paon" ou les logiques de la production du portrait politique dans Libération », Sociétés et Représentations, 13, 2002, pp. 333-361.

MARIN Louis, Le portrait du roi, Paris, Éditions de Minuit, 1981 et

MARIN Louis, Des pouvoirs de l’image. Gloses, Paris, Seuil, 1993.

MATONTI Frédérique, « La représentation médiatique de Ségolène Royal en campagne », Journée d’Étude organisée par le Comité d’Histoire politique et parlementaire, 29 mars 2007a.

MATONTI Frédérique, « Les logiques journalistiques du cadrage médiatique de la campagne de Ségolène Royal », Congrès de l’Association française de science politique, 7 septembre 2007b.

MATONTI Frédérique, « L’impossible endossement du rôle de Premier secrétaire, le “chemin des dames” du PS », Congrès de l’Association française de science politique, 7 septembre 2009.

MATONTI Frédérique, « Les mots pour (ne pas) le dire. Viol, consentement, harcèlement, les médias face aux affaires Strauss-Kahn », Raisons Politiques, 46, 2, 2012, pp. 13-45

NEVEU Érik, « Les émissions politiques à la télévision. Les années quatre-vingt ou les impasses du spectacle politique », Hermès, 17-18, 1995, pp. 175-162.

NEVEU Érik, « Des questions "jamais entendues". Crise et renouvellements du journalisme politique à la télévision », Politix, 10, 37, 1997, pp. 25-56.

ROSSO Romain, La Face cachée de Marine Le Pen, Paris, Flammarion, coll. « Enquête », 2011.

ROUEFF Olivier, Jazz, les échelles du plaisir. Intermédiaires du jazz et culture lettrée en France au vingtième siècle, Paris, La Dispute, 2013.

Sociétés & Représentations, « Le Rire au corps. Grotesque et Caricature », 10, 2, 2000.

SCOTT Joan W., « Gender: A Useful Category of Historical Analysis », The American Historical Review, 91, 5, 1986, pp. 1053-1075.

Haut de page

Notes

1  « Itinéraire d’une ennemie redoutable », Marianne, 12-18 mars 2011,  p. 40.

2  Sur la pluralité des sens de représentations, voir Chartier (1989, 2009) ; Ginzburg (1991) ; Marin (1981, 1993).  

3  Chartier (1989, 1514-1515).

4  Marine Le Pen (2006). Philippe Grancher est également l’éditeur de son ouvrage programme pour la campagne électorale, Pour que vive la France, paru en janvier 2012. L’éditeur annonce 18.000 exemplaires vendus pour l’autobiographie. À la différence de beaucoup d’éditeurs qui majorent les chiffres publics, il s’agit au contraire d’insister sur les difficultés de diffusion liées à l’appartenance politique de Marine Le Pen. http://www.lexpress.fr/actualite/indiscrets/l-essai-de-marine-le-pen-va-bientot-paraitre_1070451.html.

5  Toutes proportions gardées, la méthode est comparable à celle de Roger Chartier (1999) qui à travers les comptes-rendus et les critiques reconstitue la manière dont la Cour, Paris, et les lecteurs ont « vu » un Georges Dandin différent.  

6  Comme l’a montré à diverses reprises Roger Chartier, il est néanmoins particulièrement euristique de ne pas qualifier les pratiques de réception en partant des divisions sociales. Loin d’être passive, la réception, en effet, est une « opération de construction de sens effectuée dans la lecture (ou l’écoute) » (Chartier, 1989, 1509).

7  On s’est notamment appuyée sur le site du Front National qui met en ligne les interventions radios et télévisions des dirigeants du FN et notamment de Marine Le Pen : http://www.frontnational.com/. Il faut souligner que Marine Le Pen est l’une des rares membres de son parti régulièrement invitée, à la différence des des autres partis politiques qui ont plusieurs leaders régulièrement invités. Marion Maréchal-Le Pen, élue députée aux législatives de juin 2012, apparaît dorénavant sur le site. Elle a par ailleurs un site officiel http://www.marionlepen.fr/ et un blog dédié depuis novembre 2012 http://www.marionlepen.org/ ainsi présenté : « Ce site a pour objectif de reprendre tous les articles du web qui “mentionnent” notre douce Marion Maréchal-Le Pen. Ceci permettra de prendre connaissance de tout ce qui se dit sur elle, afin de soutenir son combat courageux et salutaire ».  

8  Cf. http://www.liberation.fr

9  Cf. Rosso (2011), Fourest et Venner (2012).

10  Matonti (2007a), Matonti (2007b).

11  Matonti (2009).

12  L’Express, 16 janvier 2013, p. 36.

13  Un portrait récent de l’économiste Esther Duflo mentionne à la fois le nom de son compagnon et qu’elle vient d’avoir un bébé. Voir Sophie Fay et Arnaud Gonzague, « L’appelée de la West Wing », Le Nouvel Observateur, 17 janvier 2013.

14  Cf. Sociétés & Représentations (2000).

15  Ils prennent la suite de « Spitting Image », émission anglaise, et du « Bébête show » de TF1. Sur le Bébête Show, voir Collovald (1992).  

16  Sur le traitement médiatique de Dominique Strauss-Kahn voir Matonti (2012).

17  30 août 2002.

18  7 septembre 2002.

19  13 décembre 2002.

20  10 novembre 2003.

21  3 octobre 2008, allusion à la présence de Robert Ottaviani, ex chanteur d’Ultime Assaut, groupe de rock français identitaire, à la tête d’« Énergie Bleu Marine », structure destinée à promouvoir Marine Le Pen.

22  6 juin 2002, « Marine Le Pen, la tentation dynastique ».

23  « Télé, si ce n’est Le Pen, c’est donc sa fille », 26 décembre 2002.

24  29 avril 2012.

25  Mathilde Laurelli, http://www.lexpress.fr/styles/diapo-photo/styles/mode/marine-le-pen-l-ambivalente-madame-tout-le-monde_1090042.html On trouve dans la même série ou dans des séries équivalentes, Margaret Thatcher, Elisabeth II, Nathalie Kosciusko-Morizet (« Une amazone en stilettos »).   

26  http://news.aufeminin.com/marine-le-pen-c-est-mon-mari-qui-fait-la-actu2588.html

27  Paris-Match, n° 3275, 25 février 2012.

28  Si dans le titre Louis Aliot n’est désigné que par son prénom, en revanche dans le corps de l’article, c’est le cas de Marine Le Pen.

29  Sur le FN récent, voir Dézé (2012).

30  Voir notamment, Guillemette Faure, « Portrait de Marine Le Pen en fille de sa mère », http://www.lesinrocks.com/2011/06/05/actualite/portrait-de-marine-le-pen-en-fille-de-sa-mere-1114390/2/. Le portrait en ligne comporte un certain nombre de liens avec les passages télévision de Pierrette Le Pen au moment du divorce.

31 Ibid., p. 125.

32 http://www.huffingtonpost.fr/2012/03/13/enfants-marine-le-pen_n_1341459.html

33  « Elle n’a rien d’une blonde », Libération, Le Mag., 15 janvier 2011, IV-VII.

34  « Itinéraire d’une ennemie redoutable », Marianne, 12-18 mars 2011.

35  Ibid., p. 47.

36  Libération, 17 mars 2011.

37  Elle, 4 mars 2011.

38  Entretien du 21 septembre 2012.

39  Voir notamment le 2 mai 2012, « Laurent Gerra imite J.-M. Le Pen et sa fille avec le Maréchal Pétain sur RTL » : http://www.youtube.com/watch?v=OwTTBb16NIk. Dans cette imitation, le Maréchal Pétain devient le Maréchal Moustache, accueilli par un J.-M. Le Pen ravi, au son du générique de « Bonne nuit les Petits ».

40  29 février 2012.

41  24 avril 2012.

42  18 juin 2012. Dans cette même émission, elle évoque de la même manière Marion Maréchal « Marion Maréchal nous voilà, pardon, Le Pen est une petite blonde choupinette comme tout mais Front National. […] Cette blonde candidate est d’autant plus dangereuse qu’elle a l’air inoffensive ». Elle conclut : « elle a les idées moisies de son papy ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Matonti, « Paradoxes du stigmate : les représentations médiatiques de Marine Le Pen  », Genre, sexualité & société [En ligne], Hors-série n° 2 | 2013, mis en ligne le 10 avril 2013, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://gss.revues.org/2626 ; DOI : 10.4000/gss.2626

Haut de page

Auteur

Frédérique Matonti

Professeure en science politique
Université Paris I-Panthéon-Sorbonne
UMR CESSP (Paris I/EHESS/CNRS)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org