Navigation – Plan du site
Conclusion

« Montrez ce genre que je ne saurais voir ». Genre, sexualité et institutions dans la présidentielle de 2012

« Show this Gender that I Would not See ». Gender, Sexuality, and Institutions in the Presidential Election of 2012
Catherine Achin et Lucie Bargel

Résumés

Cet article propose des pistes d’analyse transversales sur ce que la campagne présidentielle de 2012 nous apprend de l’actualité politique des questions de genre et de sexualité en France. S’appuyant sur les contributions rassemblées dans ce numéro, il souligne dans un premier temps la centralité du genre et de la sexualité comme langage politique, au cœur de la mise en scène de la nation et des identités stratégiques des candidat-e-s. Paradoxalement, cette visibilité conduit à dépolitiser certains enjeux. L’article insiste dans un second temps sur le pouvoir des institutions présidentielles, hétérosexuelle conjugale et partisane dans la (re)production des normes de genre et de sexualité au sein et au-delà du champ politique.

Haut de page

Texte intégral

1La campagne présidentielle de 2012 témoigne d’une banalisation des questions de genre et de sexualité, qui en autorise différents usages stratégiques. Mais cette banalisation ne rend pas les normes sexuées et sexuelles moins contraignantes : une série d’institutions sociales et politiques continue de « cadrer » leurs évolutions.

2Ce sont là les hypothèses que nous voudrions formuler pour clore ce numéro. Le parti-pris du dossier « Présidentielle 2012 » consiste en effet à étudier la campagne électorale pour elle-même, et non pour ses seuls effets présumés sur les résultats électoraux. Il s’agit de saisir le moment de la campagne dans une double dimension : d’une part, comme évènement singulier, porteur d’incertitude, et d’autre part, comme « révélateur des logiques et des pratiques politiques (et sociales) ordinaires » (Agrikoliansky, Heurtaux et Le Grignou, 2011).

3Si la campagne présidentielle est un moment singulier, c’est notamment qu’elle constitue un temps privilégié de politisation. En effet, en France tout particulièrement, le « déséquilibre » du pouvoir au profit du Président, qui marque la Vème République, entraîne et structure toute la vie politique (François, 2011). L’ensemble des acteurs intéressés par la compétition politique – professionnels et partis politiques, groupes sociaux visant à inscrire leurs causes sur l’agenda, médias – contribuent, par leurs croyances et leurs pratiques, à faire de la campagne présidentielle le point cardinal de la vie politique. Cette élection constitue ainsi un horizon partagé par les membres dirigeants des partis politiques et des mouvements sociaux (Sawicki, 2011), ce dont témoigne la mobilisation « exceptionnelle » des mouvements féministes et LGBT en 20121.

  • 2  Le plus souvent par leurs contempteurs, pour les opposer à la nécessaire « question sociale ».
  • 3  Gauche : quelle majorité électorale pour 2012 ?Essai par Bruno Jeanbart, Olivier Ferrand et Romain (...)

4Et en effet, si les campagnes électorales sont des espaces de politisation, l’histoire des campagnes présidentielles de la Vème République suggère que ces dernières sont en particulier des espaces de politisation des questions de genre et de sexualité ; que l’on songe à la question de l’avortement et du divorce par consentement mutuel dans la campagne de 1974, au programme « féministe » du PS en 1981, à l’enjeu paritaire en 1995, etc. Peut-être est-ce en vertu de cette histoire, ou encore pour masquer leur impuissance à se démarquer nettement dans leurs programmes économiques et sociaux, que les partis construisent des attentes électorales fortes autour de ces questions parfois qualifiées de « sociétales »2. En témoigne par exemple, en mai 2011, le rapport du think tank Terranova incitant le Parti socialiste à développer une stratégie électorale centrée sur un électorat « progressiste sur le plan culturel » et composé de jeunes, de femmes, de diplômés, de « minorités » - et non plus sur une classe ouvrière dès lors construite comme réactionnaire (et dépourvue de jeunes, de femmes ou de « minorités » !)3. Quels que soient les débats normatifs sur la place que devraient tenir ces questions de genre et de sexualité dans les programmes politiques, il n’en reste pas moins qu’elles imprègnent l’ensemble du débat public.

5L’ambition de cet article consiste donc à s’interroger sur les caractéristiques et les spécificités de la campagne de 2012 du point de vue de la politisation des questions sexuées et sexuelles. S’appuyant sur les contributions rassemblées dans ce numéro, il propose des lignes d’analyse transversales, visant d’une part à examiner l’appropriation de ces questions par le champ politique comme un révélateur de ses inerties comme de ses évolutions, et d’autre part, à analyser la contribution de la compétition politique au processus de (re)production des normes de genre et de sexualité au-delà du champ politique.

Le genre comme langage politique

6Le genre peut être défini comme un « système de bicatégorisation hiérarchisée entre les sexes et entre les valeurs et représentations qui leur sont associées » (Bereni et al., 2012, 10), mais aussi, indissociablement, comme « une façon première de signifier les rapports de pouvoir » (Scott, 1986). Le genre, en tant que principe d’ordre et langage de hiérarchie, signifie le pouvoir, c’est-à-dire que le pouvoir se dit aussi dans le langage du genre (Varikas, 2006). Cette centralité du genre pour les luttes politiques discursives et pratiques est particulièrement repérable lors des campagnes pour l’accès à la magistrature suprême d’un État, lorsque « l’identité nationale » est mise en scène dans des stratégies concurrentielles.

Genre et sexualité comme langages de l’identité nationale

7Depuis l’élection au suffrage universel direct des Présidents, les campagnes présidentielles sont construites comme la rencontre privilégiée entre « un homme et la France ». Il s’agit de mettre en scène un lien particulier entre une personne et la nation qu’elle prétend incarner. Or, depuis la politisation des questions de genre et de sexualité dans les années 1990 en France (Fabre et Fassin, 2003) et dans un contexte international de « genre globalisé » (Lacombe et al., 2011), la revendication d’une identité nationale singulière s’appuie très souvent sur des discours qui prescrivent des manières de se comporter en tant qu’homme ou en tant que femme, qui définissent le « nous » et le « eux » à l’aune de la conformation à des normes sexuées et sexuelles. Nicolas Sarkozy, lors de la campagne de 2007, avait particulièrement utilisé les normes de genre pour définir une « essence française », pour tracer une ligne entre « l’homme africain qui n’est pas assez entré dans l’histoire » (Discours de Dakar, juillet 2007) et la France républicaine basée sur l’égalité entre les sexes, terre d’accueil d’un « islam de France » et « des femmes martyrisées dans le monde » (Achin et Dorlin, 2008). commepourdonner des gages deceféminismenational, Nicolas Sarkozy avait été le premier à s’entourer de femmes issues de l’immigration (telle sa porte-parole Rachida Dati), puis à promouvoir leur entrée au gouvernement. En 2012, les deux candidats principaux ont également choisi des femmes porte-parole particulièrement médiatiques (Nathalie Kosciusko-Morizet pour l’UMP et Najat Vallaud-Belkacem pour le PS), manière d’intégrer des femmes à l’équipe (et, dans le second cas, d’une femme représentant la « diversité »), tout en les tenant à distance4.

  • 5  Voir l’article de Massimo Prearo.
  • 6   Marine Le Pen déclare à l’AFP le 10 décembre 2010 à propos des « prières de rue » de musulmans : (...)

8Mais la nouveauté de la campagne présidentielle de 2012 tient à l’importance des questions de sexualité pour définir l’identité nationale française. La place qui leur est accordée ne dépend en effet pas seulement du contexte national, mais aussi de circulations, d’injonctions et d’expériences internationales. Les controverses autour de « l’homonationalisme » (Puar, 2012) ont ainsi été importées dans la campagne française, que l’on pense aux secousses provoquées dans le mouvement LGBT par l’affiche « du coq en plumes » choisie par l’Inter-LGBT pour la Gay Pride en 20115, ou aux déclarations de la candidate Marine Le Pen s’inquiétant de la sécurité des homosexuels (parmi d’autres) dans certains quartiers6. Dans la lutte contre l’ennemi principal que représente désormais pour le Front national « la religion musulmane », d’anciennes catégories stigmatisées par ce même parti (les femmes, les homosexuels, les juifs…) se trouvent réhabilitées et instrumentalisées. On perçoit ici à quel point ces normes de genre (défendre l’égalité des sexes) et de sexualité (« protéger » les homosexuels) sont convoquées pour servir de base à une identité nationale singulière. Les visées de cette stratégie sont triples : accréditer l’idée que la différence entre la France et d’autres « cultures » passe avant tout par des normes de genre et de sexualité, stigmatiser les minorités racisées qui ne respecteraient pas ces normes, et enfin laisser supposer qu’il n’y a ni sexisme ni homophobie dans l’hexagone.

9Par conséquent, l’usage nationaliste des questions de genre et de sexualité lors de la campagne ne signifie pas que ces questions soient construites en enjeux politiques. Au contraire, cette instrumentalisation nationaliste peut conduire à forclore leur politisation. Plus encore, un autre phénomène contribue, paradoxalement, à la dépolitisation du genre et de la sexualité : la visibilité croissante du caractère genré des acteurs et des compétences politiques.

Genrer les politiques

10L’analyse de la campagne de 2012 permet d’insister sur ce décrochage possible entre les usages du genre et de la sexualité dans l’identité stratégique des présidentiables d’une part, la construction de ces questions en enjeux politiques d’autre part. Plus largement, elle souligne la disjonction entre les présentations de soi des présidentiables et leurs thèmes de campagne.

11Si, par comparaison avec la campagne de 2007, en 2012 moins de femmes sont candidates, et aucune n’est présidentiable, cela n’empêche pas que le genre continue de travailler et d’être travaillé par la compétition politique : comme en 2007, les usages concurrentiels du genre sont aisément repérables. De ce point de vue, la campagne de 2012 témoigne des effets durables du contexte paritaire (Achin et alii, 2007) : le traitement initialement réservé aux femmes politiques, caractérisé par une attention particulière à leurs corps et par une mise en scène de leur vie privée, finit par s’étendre également aux hommes, affectant in fine les modes d’incarnation des rôles politiques.

12Dans ce processus, la masculinité doit davantage se justifier et devient plus explicite. C’est ainsi que l’on peut entendre François Hollande témoigner de son travail sur son corps : « Je me suis préparé ». Plus encore, la masculinité est travaillée par la compétition politique : d’évidente, elle devient concurrentielle et plurielle. On assiste à une compétition pour la définition et l’incarnation de différents types de masculinité gouvernante (Bargel, Fassin et Latté, 2007). L’opposition entre Nicolas Sarkozy et François Hollande conduit par exemple le président sortant à modifier à nouveau son incarnation de la masculinité, en réaffirmant une virilité cette fois davantage paternaliste qu’elle ne l’était avant 2007 (Achin et Dorlin, 2008). La rivalité au sein de la droite passe également par un registre genré, François Bayrou cherchant à valoriser et à incarner une masculinité moins agressive, plus retenue que Nicolas Sarkozy, tout en tentant d’éviter le stigmate du « centriste mou »7.

  • 8  Voir l’article de Frédérique Matonti.

13La féminité est elle aussi travaillée par la compétition politique, autant qu’elle la travaille. D’un côté, le rôle donné aux « femmes des » finalistes témoigne d’une reproduction classique des hiérarchies de genre. Mais la féminité traditionnelle en politique, faite de douceur et d’attention aux autres, loin d’être toujours imposée, peut constituer une ressource pour des candidates stigmatisées pour leur agressivité, à l’image de celle de leurs idées. La stratégie présidentielle de la candidate du Front national (Dézé, 2012) tente clairement de mobiliser ces attributs construits comme féminins à son profit, avec un succès relatif8.

14Au-delà des seul-e-s candidat-e-s, le cas des porte-parole des candidat-e-s, témoigne à la fois d’une classique division sexuée du travail, et d’une nouvelle compatibilité de la féminité avec la compétence en politique. Certes, comme le souligne Marion Paoletti, les porte-parole ne sont pas n’importe quelles femmes politiques : elles bénéficient d’un parcours politique personnel conséquent, qui marque, là aussi, les effets de long terme de la loi sur la parité, et, en l’occurrence, la constitution d’un vivier de femmes militantes et élues locales. Mais plus largement, leur présence à ces postes laisse entrevoir une progressive intégration des qualités « féminines » aux qualités réputées nécessaires pour réussir en politique. La capacité à mixer les attributs genrés forme alors une voie vers le succès en politique. C’est ainsi que Christine Bard (2012) analyse les trajectoires de Michèle Alliot-Marie et de Roselyne Bachelot : tandis que la première est du côté d’une hexis masculine (sobriété corporelle, uniforme militaire…) mais se montre en photo avec son compagnon, la seconde est plutôt du côté du féminin dans sa mise en scène corporelle mais sait faire preuve de sa camaraderie virile ou de son humour potache. De même, Delphine Dulong (2013) analyse le rôle de Premier ministre comme un rôle ambigu du point de vue du genre : pour le tenir, il faut des attributs des deux sexes. La campagne présidentielle de 2012, en adjoignant aux présidentiables de jeunes femmes (parfois « arabe ») comme porte-parole, témoigne également de cette nécessité de cumuler les qualités, si ce n’est en personne, au moins en équipe.

15Les logiques genrées sont donc loin d’être absentes de la dynamique concurrentielle à l’œuvre durant la campagne présidentielle de 2012. En revanche, on n’assiste pas, comme c’était le cas en 2007 avec Ségolène Royal qui insistait sur ses engagements féministes en même temps que sur son rôle de femme en politique, à une indexation aussi nette des modes de présentation de soi et des questions défendues comme enjeux de la campagne.

Dépolitiser (avec) le genre

16Si, on l’a dit, les campagnes présidentielles ont été depuis le début de la Vème République des moments privilégiés pour politiser les questions de genre et de sexualité, la campagne de 2012 témoigne d’une certaine banalisation de ces questions, qui en autorise de nouveaux usages.

17En 2012, en effet, le genre sert aussi à ne pas parler de politique (Fassin, 2012) : il peut faire l’objet d’usages stratégiques dépolitisants. Ainsi, la mise en scène personnelle de François Hollande, qui insiste sur ses différences avec Nicolas Sarkozy (plus « normal », moins violent, moins clivant), masque aussi les continuités entre les deux hommes au sujet des politiques d’immigration et d’expulsion, des politiques économiques de rigueur, tout comme la reprise quasi à l’identique par le Parti socialiste de son programme de 2007 pour les questions de genre et de sexualité. De même, la présentation « féminine » de Marine Le Pen peut constituer une ressource pour incarner un renouveau du FN qui masque, là encore, une forte continuité idéologique et programmatique.

18Genrer sa présentation de soi durant la campagne présidentielle ne veut donc pas dire que l’on produit par ailleurs une vision genrée du monde, des réformes politiques à entreprendre, etc. La visibilité croissante du genre des candidats peut au contraire contribuer à reproduire l’opposition public/privé, ou relever d’une simple « people-isation des politiques » – on aurait alors simplement de plus en plus d’informations sur leur vie privée.

  • 9   Voir les articles de Marlène Coulomb-Gully (http://gss.revues.org/index2619.html) et de Séverine (...)
  • 10  Voir l’article de Frédérique Matonti.
  • 11  Voir les articles de Léa Morabito et Massimo Prearo.

19Cette ambiguïté est particulièrement visible lorsque l’on s’intéresse au traitement médiatique de la campagne : force est de souligner le hiatus dans la co-production du genre et de la sexualité par les candidats et les médias (Neveu, 1997). D’un côté, le traitement journalistique des candidats est clairement (hétéro-)sexué9. Il existe une abondance de commentaires sur les identités personnelles des candidats, femmes et hommes, et notamment sur leurs positionnements, par rapport aux normes de genre. Le cas de Marine Le Pen permet de souligner la force des effets de « routines » journalistiques construites en période paritaire, qui font que les attributs « féminins » (usage du prénom, attention au physique, etc.) fonctionnent quelle que soit la femme10. De l’autre côté, les questions de genre et de sexualité n’apparaissent quasiment pas en tant qu’enjeux politiques. La confrontation des articles réunis dans ce numéro suggère alors que la politisation, lorsqu’elle existe, est à chercher du côté des mobilisations collectives11. La possibilité de peser sur la campagne et de faire des questions sexuées et sexuelles des enjeux politiques repose donc essentiellement sur les mouvements sociaux et leur degré d’osmose avec les partis politiques, processus qui se déroule pour l’essentiel dans l’angle mort de la visée médiatique.

La centralité des institutions et de leur pouvoir normalisant

20La manière dont le genre s’exprime dans la campagne n’est pas seulement le fait des stratégies des candidats d’un côté et du traitement journalistique de l’autre, mais est toujours cadrée par un certain nombre d’institutions.En ce sens, la campagne présidentielle comme moment singulier et incertain révèle aussi l’importance paradoxale d’une série d’institutions qui œuvrent à (re)produire des normes de genre et de sexualité, au sein et au-delà du champ politique.

L’emprise de l’institution présidentielle 

  • 12  Une femme ne peut pour l’instant prétendre incarner une candidate « normale » ou une Présidente «  (...)

21Tout se passe comme si l’on ne pouvait échapper au poids de l’institution présidentielle. Lors de la campagne, les candidat-e-s rivalisent et se distinguent pourtant par différentes propositions d’incarnation du rôle présidentiel. Mais une fois élu, le vainqueur parait transformé par le pouvoir de l’institution qui semble gommer, aplanir, polir et ajuster les figures les plus décalées et/ou récalcitrantes au moule présidentiel. Delphine Dulong (2012) raconte comment en janvier 1879, lorsque Léon Gambetta accéda à la présidence de la Chambre des députés, le révolutionnaire changea brutalement ses comportements et habitudes, adoptant le chapeau et la jaquette et engageant des dépenses somptuaires pour l’institution et la publicité des séances. Il ne s’agit pas de dire que les institutions disposent d’un « pouvoir magique » de métamorphose, mais de souligner à quel point les pratiques du Président comme de ceux qui l’entourent, les attentes qui pèsent sur le rôle, lui confèrent une majesté symbolique, une « imputation charismatique » (François, 1992) sur laquelle le détenteur de rôle peut stratégiquement s’adosser (Lagroye, 1997). Cette « solennisation » du personnage, autrement dit la fabrique de la grandeur par l’institution, a été particulièrement remarquable dans le cas de Nicolas Sarkozy : après avoir construit l’essentiel de sa campagne de 2007 sur le thème de la « rupture » (notamment avec ses prédécesseurs), après avoir incarné un Président « bling-bling » décomplexé et provocateur s’appuyant en particulier sur la mise en scène d’une virilité exacerbée (Achin et Dorlin, 2008), c’est un Président grave, pondéré et « responsable » qui se présente à l’élection de 2012, une incarnation de fait très classique du « père de la nation ». Face à lui, François Hollande joue le rôle de l’outsider, du candidat « normal » visant à devenir un président « normal », éloigné des excès du sortant et proche des citoyen-ne-s. Peu de commentateurs soulignent alors que cette stratégie de présentation de soi n’est possible que parce que le candidat du parti socialiste est un homme12, et que l’affrontement politique au sommet se joue autour de la concurrence sur la « bonne » masculinité gouvernante. Ce jeu sur les masculinités semble toutefois réservé au temps de la campagne électorale : une fois élu, François Hollande lui aussi renonce, en direct sur TF1 le 9 septembre 2012, au « Président normal », pour revendiquer la posture de « Président de combat », en guerre contre la crise et bientôt au Mali, s’ajustant alors parfaitement au rôle présidentiel sous la Vème République, inauguré par le Général de Gaulle. Le pouvoir présidentiel n’est toutefois pas seulement genré, il est indissociablement sexuel.

L’indépassable institution conjugale (hétéro)sexuelle

  • 13  Voir l’article de Marlène Coulomb-Gully.
  • 14  Convoquant des journalistes pour montrer son corps suant lors d’un footing, livrant des confidence (...)
  • 15  Voir l’article de Massimo Prearo.

22La campagne de 2012 marque en effet un double retour à la « normâle » : l’affrontement classique entre deux hommes favoris et finalistes s’accompagne de l’omniprésence sur le devant de la scène de « leur femme » et de la mise en valeur du « couple » en campagne13. Il faut se souvenir du trouble induit dans la présidentielle de 2007, lorsque les deux candidats finalistes (Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy) se donnaient à voir comme en couple hétérosexuel et adultère. L’adultère, rendu public, était certes celui du et de la conjoint-e (celui de François et de Cécilia), mais ses effets restaient bien genrés : il signifiait la faiblesse de Ségolène Royal (humiliée) et la force de Nicolas Sarkozy (dans sa tentative de reconquête) (Fassin, 2007). En 2012, la définition de la « bonne » masculinité gouvernante passe, comme c’est le cas depuis 1974, par la mise en scène de l’épouse comme faire-valoir du candidat (Restier-Melleray, 1999), par la matrice hétérosexuelle. De fait, les deux processus sont liés : substantiver le genre permet de renforcer l’institution d’une hétérosexualité obligatoire et naturalisée (Butler, 2005). À la suite du déplacement de la frontière public/privé accéléré par Nicolas Sarkozy14, la spécificité de 2012 tient peut-être dans une forme « d’hétérospectacularisation » de la politique » (Allison, 2001). Le pouvoir n’est pas seulement sexué, codé au masculin, il est aussi (hétéro)sexuel. C’est le sens également de « l’affaire DSK » inaugurant la campagne présidentielle en mai 2011 : le soutien apporté à Dominique Strauss Kahn, accusé de viol, par la plupart des autres professionnel-le-s de la politique révèle à quel point le champ politique peut fonctionner comme un espace de production et de reproduction de conduites et de normes oppressives. La sédimentation des pratiques dans un entre-soi masculin bourgeois, le caractère informel et la faible codification des logiques de promotion politique produisent des normes de genre et de sexualité qui peuvent même s’affranchir des interdits légaux. Dans ce cadre, la construction du mariage homosexuel en enjeu politique lors de la campagne a supposé, d’une part, la formulation de la cause dans un langage spécifique (défendre la conjugalité légale, fût-elle homosexuelle) et, d’autre part, la forte mobilisation des mouvements LGBT15 conduisant à en faire un objet de concurrence entre droite et gauche, et entre entreprises partisanes.

Institution partisane : une concurrence structurante

23L’évolution croisée d’Europe écologie Les Verts (EELV) et du Front de Gauche sur les questions de genre et de sexualité suggère en effet que des liens privilégiés avec ces associations, et avec eux les thèmes qu’elles portent, ont constitué un enjeu de la concurrence interne à la gauche. En l’occurrence, « l’avantage » concurrentiel pris par le Parti de gauche (PG) sur EELV sur ces questions en 2012 par rapport à 2007 coïncide très simplement avec le passage du chargé des thématiques LGBT d’EELV au PG, comme l’analyse Léa Morabito. Cet exemple suggère une ré-évaluation possible, au sein des partis, des postes de chargé-e des questions de genre et de sexualité ; il incite également à se pencher sur la circulation des militant-e-s entre partis et mouvements sociaux.

24La résistance particulièrement forte des partis politiques français majoritaires à la féminisation de leurs instances et de leurs candidats peut en effet s’éclairer par la comparaison internationale : elle indique la faible perméabilité entre partis et mouvements féministes en France, par rapport à d’autres contextes (dans les pays nordiques ou en Allemagne) où la porosité entre ordre politique et ordre social a permis une présence plus forte des femmes dans les partis et dans les assemblées élues. De ce point de vue, la campagne présidentielle de 2012 pourrait marquer un renouveau des passerelles entre les partis de gauche et les mouvements féministes et LGBT. Le cas d’Osez le Féminisme (OSF) est frappant à cet égard : l’initiative de sa création en 2010 provient des organisations de jeunesse proches du PS avec tout ce que cela suppose de savoir-faire organisationnel et militant (Bargel, 2009). OSF a ensuite lancé plusieurs campagnes de mobilisations avant et durant la campagne présidentielle, et sa première présidente figure désormais dans le cabinet de la ministre des droits des femmes.

25Il faut en effet rappeler que les partis politiques sont les premiers visés par les conséquences à moyen terme de la loi sur la parité et participent directement aux recompositions du genre et de la sexualité en politique. Mariette Sineau (2011) souligne des effets toujours plus paradoxaux de la parité. Les évolutions de la féminisation du gouvernement et du Parlement présentent ainsi un fort contraste (au bénéfice du premier) et reconduisent un « invariant » de la vie politique française : il est plus facile pour les femmes de gouverner que de représenter (Fraisse, 1994). Ce constat renvoie au point crucial des modes de désignation des candidat-e-s aux élections. Au fond, Mariette Sineau avance l’idée que le « fait du Prince » pour nommer les ministres d’un côté, ou l’opinion publique saisie par les sondages (telle qu’elle a fonctionné en faveur de Ségolène Royal en 2007) pour choisir les présidentiables de l’autre, sont de toute façon moins défavorables aux femmes que la désignation partisane. La question de la féminisation des candidatures renvoie ainsi au fait que la désignation des candidat-e-s à la présidentielle échappe de plus en plus aux partis politiques (Lefebvre, 2011). Il faut néanmoins souligner que les primaires n’ont jusqu’à présent eu à départager que des ténors partisans. Plus que le passage des mains du parti aux mains des adhérent-e-s, ou des sympathisant-e-s, c’est sans doute à un entremêlement des logiques qu’il faut conclure, doublé, pour la désignation des présidentiables, d’une porosité de plus en plus forte à l’opinion publique telle qu’elle est censée être représentée par les sondages. On peut également ajouter que, bien que le soutien de l’opinion publique ait joué en faveur de Ségolène Royal dans sa désignation comme candidate socialiste pour 2007, le manque de soutien au sein du Parti socialiste l’a en revanche desservie au cours de la campagne.

26La campagne présidentielle de 2012 confirme bien que les jeux de genre restent aussi soumis à la concurrence intra-partisane. Ainsi, les femmes porte-parole de François Hollande sont-elles celles qui représentent l’équilibre des courants (et qui viennent du pôle « féminin » du PS, le ségolénisme) tandis que les hommes sont ses plus proches animateurs de courant (Bachelot, 2008).

De l’air dans le bocal : l’historicité du genre et de la sexualité

27La campagne présidentielle de 2012 témoigne ainsi de la force normative des institutions, qui continuent d’encadrer les usages socialement acceptables des normes de genre et de sexualité. Elle souligne aussi, plus spécifiquement, le pouvoir structurant des institutions politiques de la Vème République et des partis qui reproduisent une définition hétéro-normative des rôles politiques.

28Il ne s’agit pas pour autant de conclure à une absence de changement. La campagne de 2012 poursuit et accentue un mouvement de banalisation des questions sexuées et sexuelles dans la compétition politique. Désormais, les candidats des deux sexes usent de manière explicite et réflexive du genre et de la sexualité dans la construction de leurs identités stratégiques, à tel point que les hommes doivent ré-affirmer leur « normalité », que la masculinité perd son caractère d’évidence, à tel point également que les qualités associées au sexe féminin peuvent constituer un point central de la stratégie de « dé-diabolisation » du FN. L’attention au genre et à la sexualité se concrétise également dans une logique d’instrumentalisation nationaliste des revendications féministes et LGBT qui s’est diffusée depuis le début des années 2000 de la gauche « laïque » jusqu’à la droite et l’extrême droite (Tissot, 2010). Ces usages relativement nouveaux (nationalistes) ou renforcés (la mise en scène des « personnalités » des candidat-e-s), contribuent lors de la campagne de 2012 à dépolitiser les questions sexuées et sexuelles et à leur faire perdre leur « tranchant critique » (Scott, 1999). In fine, la campagne présidentielle de 2012 pourrait bien montrer que seule la construction des enjeux de genre et de sexualité en enjeux politiques, par les mouvements sociaux notamment, rend possible des évolutions en matière d’égalité entre les sexes et les sexualités.

Haut de page

Bibliographie

ACHIN Catherine, BARGEL Lucie, DULONG Delphine, et al., Sexes, genre et politique, Paris, Economica, 2007.

ACHIN Catherine, DORLIN Elsa, « Nicolas Sarkozy ou la masculinité mascarade du Président », Raisons politiques, 31,2008, pp. 19-45.

ALLISON Maggie, « Une nouvelle donne ? Les femmes politiques vues par la presse française et britannique en 1997 », in Krakovitch Odile, Sellier Geneviève, Viennot Éliane (dir.), Femmes de pouvoir, mythes et fantasmes, Paris, L’Harmattan, 2001, pp. 219-234.

BARD Christine, « Performances de genre : images croisées de Michèle Alliot-Marie et de Roselyne Bachelot », Histoire@Politique. Politique, culture, société,17, 2012, pp. 69-86.

BARGEL Lucie, FASSIN Éric, LATTE Stéphane, « Usages sociologiques et usages sociaux du genre. Le travail des interprétations », Sociétés et représentations, 24, 2009, pp. 59-77.

BACHELOT Carole, « Groupons-nous et demain… », Sociologie des dirigeants du Parti socialiste depuis 1993, Thèse de science politique sous la direction de LAZAR Marc, Paris, IEP, 2008.

BERENI Laure, CHAUVIN Sébastien, JAUNAIT Alexandre, REVILLARD Anne, Introduction aux études sur le genre, Bruxelles, de Boeck, 2012.

BUTLER Judith, Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion, Paris, La Découverte, 2005 (1990).

DEZE Alexandre, Le Front national à la conquête du pouvoir ?, Paris, Armand Colin, 2012.

DULONG Delphine, Sociologie des institutions politiques, Paris, La Découverte, 2012.

DULONG Delphine, « Drôles de genres et genre de rôle. Édith Cresson à Matignon ou le (mauvais) genre en politique », in Gateau Mathieu, Navarre Maud, Schepens Florent (dir.), Les identités de genre en politique, Dijon, Presses Universitaires de Dijon, 2013 (à paraître).

FABRE Clarisse, FASSIN Éric, Liberté, égalité, sexualités. Actualité politique des questions sexuelles, Paris, Belfond, 2003.

FASSIN Éric, « Poignées d’amour. Entretien », Vacarme, 41, 2007, pp. 30-33.

FASSIN Éric, « Une xénophobie normale », Libération, 30 août 2012.

FRAISSE Geneviève, « Quand gouverner n’est pas représenter ? », Esprit, 3-4, 1994, pp. 103-114.

FRANCOIS Bastien, « Le Président pontife constitutionnel. Charisme d’institution et construction juridique du politique », in Lagroye Jacques, Lacroix Bernard (dir.), Le Président de la République, Paris, Presses de la FNSP, 1992, pp 303-332.

FRANCOIS Bastien, Le régime politique de la Ve République, Paris, La Découverte, 2011 (1998).

LACOMBE Delphine et al. (dir.), « Le genre globalisé », Cultures & Conflits, 2011.

LAGROYE Jacques, « On ne subit pas son rôle », Politix, 38, 1997, pp. 7-17.

LEFEBVRE Rémi, Les primaires socialistes : la fin du parti militant, Paris, Raisons d’agir, 2011.

NEVEU Érik, « Des questions ‘jamais entendues’. Crise et renouvellements du journalisme politique à la télévision », Politix, 37, 1997, pp. 25-56.

PUAR Jasbir, Homonationalisme : Politiques queer après le 11 Septembre, Paris, Amsterdam, 2012 (2007).

RESTIER-MELLERAY Christiane, « La femme du présidentiable, une figure engagée », in Poirmeur Yves, Mazet Pierre (dir.), Le métier politique en représentation, Paris, L’Harmattan, 1999, pp. 89-159.

REY Henri, « Sans les classes populaires, des chrysanthèmes pour la gauche en 2012 », Mouvements, 69, 2012, pp. 14-18.

SCOTT Joan W., « Gender: a useful category of historical analysis », American Historical Review, 91, 5, 1986, pp. 1053-75.

SCOTT Joan W., Gender and the Politics of History, New York, Columbia University Press, 1999 (1988).

SAWICKI Frédéric, « Partis politiques et mouvements sociaux : des interdépendances aux interactions et retour », in Luck Simon, Dechezelles Stéphanie (dir.), Voix de la rue ou voix des urnes ? Mouvements sociaux et partis politiques, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011,pp. 31-46.

SINEAU Mariette, Femmes et pouvoir sous la Vème République, Paris, Presses de Sciences Po, 2011.

TISSOT Sylvie, « Bilan d’un féminisme d’État. De Ni Putes ni Soumises aux lois anti-voile », 2010. URL : http://lmsi.net/Bilan-d-un-feminisme-d-Etat

VARIKAS Eleni, Penser le sexe et le genre, Paris, PUF, 2006.

Haut de page

Notes

1  Voir les articles de Léa Morabito (http://gss.revues.org/index2642.html) et Massimo Prearo (http://gss.revues.org/index2701.html).

2  Le plus souvent par leurs contempteurs, pour les opposer à la nécessaire « question sociale ».

3  Gauche : quelle majorité électorale pour 2012 ?Essai par Bruno Jeanbart, Olivier Ferrand et Romain Prudent. www.tnova.fr. Pour une critique de ce rapport, voir Rey, 2012.

4  Voir l’article de Marion Paoletti (http://gss.revues.org/index2664.html).

5  Voir l’article de Massimo Prearo.

6   Marine Le Pen déclare à l’AFP le 10 décembre 2010 à propos des « prières de rue » de musulmans : « Je réitère qu’un certain nombre de territoires, de plus en plus nombreux, sont soumis à des lois religieuses qui se substituent aux lois de la République. Oui il y a occupation et il y a occupation illégale (…). J’entends de plus en plus de témoignages sur le fait que dans certains quartiers, il ne fait pas bon être femme, ni homosexuel, ni juif, ni même français ou blanc ». Voir les articles de Massimo Prearo, Léa Morabito et Frédérique Matonti (http://gss.revues.org/index2626.html).

7  Voir l’article de Clément Arambourou (http://gss.revues.org/index2686.html).

8  Voir l’article de Frédérique Matonti.

9   Voir les articles de Marlène Coulomb-Gully (http://gss.revues.org/index2619.html) et de Séverine Chauvel et Amélie Le Renard (http://gss.revues.org/index2598.html)

10  Voir l’article de Frédérique Matonti.

11  Voir les articles de Léa Morabito et Massimo Prearo.

12  Une femme ne peut pour l’instant prétendre incarner une candidate « normale » ou une Présidente « normale », le caractère encore exceptionnel de sa présence à ce niveau empêchant toute stratégie de « banalisation ».

13  Voir l’article de Marlène Coulomb-Gully.

14  Convoquant des journalistes pour montrer son corps suant lors d’un footing, livrant des confidences sur son bonheur « avec Carla » tout en attribuant à son désarroi d’homme délaissé par son ex-femme la responsabilité de ses premiers errements en tant que Président, discutant des bienfaits de l’allaitement maternel pour sa petite dernière durant la campagne, etc.

15  Voir l’article de Massimo Prearo.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Achin et Lucie Bargel, « « Montrez ce genre que je ne saurais voir ». Genre, sexualité et institutions dans la présidentielle de 2012 », Genre, sexualité & société [En ligne], Hors-série n° 2 | 2013, mis en ligne le 10 avril 2013, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://gss.revues.org/2633 ; DOI : 10.4000/gss.2633

Haut de page

Auteurs

Catherine Achin

Université Paris Est Créteil
Largotec et Cresppa-CSU

Articles du même auteur

Lucie Bargel

Université de Nice
ERMES et Crps-CESSP

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org