Navigation – Plan du site
Jeux de genre en campagne

Les jeux sur le genre: retour à la normâlité

The Gender Games: Back to Nor-male-ity
Françoise de Barros

Texte intégral

1Le retour à la « normâle » en 2012 s’inscrit dans la chronologie et les caractéristiques des dernières élections présidentielles françaises. En 2007, la présence d’une femme au second tour des élections présidentielles avait conduit les acteurs-trices intéressé-e-s par la compétition politique comme les chercheur-e-s à s’interroger sur le genre dans l’institution présidentielle, et à envisager explicitement le genre comme un attribut social déterminant des prétendant-e-s. En 2012, le retour à un monopole des hommes invite non pas à abandonner l’identité genrée de l’institution présidentielle ou la compréhension du rôle des identités sociales de sexe dans les compétitions politiques, mais au contraire à examiner si et comment l’explicitation du genre en 2007 a eu des effets durables sur les performances de genre (Butler, 2005) des personnels politiques. La non-mixité des candidats susceptibles de s’affronter au second tour conduit simplement à resserrer la focale sur les performances de genre des hommes. De ce fait, les analyses des élections présidentielles s’inscrivent dans un récent mouvement des études de genre qui voient se multiplier depuis quelques années les travaux en français sur la pluralité de ces performances. Analyser le genre des hommes politiques ne doit donc pas être compris uniquement comme une adaptation conjoncturelle à l’objet mais aussi comme une manifestation particulière d’une évolution en cours des problématiques de genre en France. Cette inscription peut prendre deux formes qu’on se contente ici d’esquisser, faute de s’appuyer sur une revue exhaustive de cette récente littérature. Il s’agit de suggérer comment d’un côté, l’analyse des pratiques des acteurs politiques peut s’appuyer sur des outils et acquis des travaux menés dans d’autres espaces sociaux ; et comment de l’autre, les premières analyses de cette dernière élection présidentielle, ici publiées, contribuent également à la compréhension de la construction sociale des identités de genre associées aux hommes.

2Le besoin d’outils spécifiques se fait sentir lorsque, travaillant sur des milieux homogènes du point de vue du sexe de ses membres, l’identification d’une pluralité de performances de genre ne peut s’appuyer sur une pluralité de sexes. Sur quoi l’analyse se fonde-t-elle, dès lors, pour conclure au fait que différentes performances de genre s’affrontent, se concurrencent et/ou se combinent ? La solution est toute trouvée lorsque les acteurs-trices sociaux eux-mêmes explicitent ces jeux de genre, comme c’est par exemple le cas du candidat François Bayrou et des journalistes, analysé ici par Clément Arambourou (http://gss.revues.org/​index2686.html). Cependant, l’analyse de ces situations où des acteurs sociaux sont explicitement interpellés par d’autres sur leur façon « d’être un homme », s’appuie, explicitement ou non, sur des modèles théoriques différenciant les sexes. De la même façon, l’analyse en termes de classes sociales s’appuie sur un modèle de la classe (ouvrière, bourgeoise, éventuellement « moyenne »), construit théoriquement, et non uniquement sur la base des revendications ou explicitations des acteurs sociaux. Si la classe des hommes est déjà fort bien identifiée théoriquement par le féminisme matérialiste, comment peut-on analyser les performances de genre à l’intérieur même de cette classe de sexe dominante ? Des travaux déjà anciens ont procédé en reconduisant les outils du féminisme matérialiste : parmi les hommes, il y a des hommes à l’identité masculine, qui en dominent d’autres, explicitement identifiés à des femmes. C’était par exemple le cas dans l’armée française lorsque celle-ci était une armée de conscription. Certains appelés, notamment les « bleus », y étaient de fait assignés à une position féminine en étant astreints, pour une grande partie de leur temps, à des tâches qualifiées de « féminines » car effectuées majoritairement par des femmes dans la vie civile : ménage des locaux et nettoyage des armes (Devreux, 1992, 2001). Des différenciations similaires s’observent dans d’autres espaces sociaux tout aussi peu mixtes tels que ceux de la compétition sportive. Ces milieux monopolisés ou presque par des hommes sont également des espaces qui promeuvent une identité sociale de sexe où prévalent l’opposition explicite aux femmes et aux attributs qui leur sont socialement attachés. Inversement, y est valorisé un rapport spécifique au corps (endurance, dureté voire violence physique) et explicitées de fortes hiérarchisations entre les individus (fondées sur des grades dans l’armée, sur des performances physiques dans le sport), qui encouragent des formes tout aussi explicites de compétition (monter « en grade » ou en « performance »). Compte tenu de la relative fermeture de l’armée, en pratique, aux investigations sociologiques, il n’est guère étonnant que le sport soit parmi les pratiques et espaces sociaux où les performances du genre par les hommes fassent l’objet des investigations et des réflexions méthodologiques les plus explicites (Terret, 2004).

3Aux périodes où armée de conscrits et sports se sont constitués, c’est-à-dire pour l’essentiel au XIXème siècle, ils concernaient très largement la bourgeoisie et la noblesse. Tandis qu’autrefois ils équivalaient à une forme d’euphémisation et de codification de violences physiques qui pouvaient être beaucoup plus explicites dans les groupes sociaux moins favorisés, ils apparaissent aujourd’hui comme des espaces où l’usage de la violence et la valorisation de la force physique sont au contraire plus importants qu’ailleurs dans la société. Ils sont corrélativement davantage associés aux classes populaires qu’aux bourgeoisies. Encore faudrait-il affiner, bien sûr : certaines armes et certains sports sont à la fois plus populaires, et affichent une plus grande valorisation que d’autres de l’identité sociale de sexe précédemment décrite. Celle-ci semble donc être associée aux appartenances sociales les plus populaires. Si le concept d’intersectionnalité (Crenshaw, 1989) a été forgé d’abord pour penser les différenciations au sein de la classe des femmes et pour montrer comment, en fonction de leur appartenance de classe ou de race, et l’on pourrait ajouter d’âge, les femmes ne sont pas également dominées, (certaines femmes, notamment, en dominant d’autres), il est ainsi tout aussi indispensable pour penser les rapports de domination entre hommes du point de vue du genre. La notion d’intersectionnalité permet de partir de l’hypothèse qu’à des types distincts d’identités de sexes attribuées à des hommes correspondent différentes appartenances (ou identifications) de classe, de race et d’âge (Chauvin, Jaunait, 2012). Les performances de genre des hommes politiques méritent ainsi d’être distinguées au moins sous l’angle de leurs âges et de leurs appartenances et/ou origines sociales, une homogénéité de race étant encore de mise en France pour les principaux hommes politiques.

4Dès lors qu’on y intègre la notion d’intersectionnalité, le genre est fort utile pour analyser tous les phénomènes de domination, y compris ceux de contestation des dominations au sein des fractions composant la classe de sexe dominante que sont les hommes, même en l’absence de stratégies de féminisation de certains d’entre eux. Mais sur ce plan, les travaux empiriques récents illustrent et analysent largement les performances de genre des groupes sociaux les plus populaires au détriment des zones les plus favorisées de l’espace social, pour lesquels les jeux de genres restent bien moins connus pour les périodes contemporaines (Rasera et Renahy, 2013). Dans ce contexte, les articles présentés ici peuvent se lire comme autant de contributions à la compréhension du genre des groupes sociaux dominants, et de ses éventuelles évolutions contemporaines, notamment en lien avec la concurrence que se livrent, au sein de ces groupes, des hommes et des femmes de plus en plus nombreuses, même si toujours minoritaires. Ces contributions viennent alors s’ajouter, et gagneraient à s’articuler, aux récentes enquêtes sur les professions autrefois exclusivement masculines et qui connaissent une forme de féminisation, même marginale (Kergoat, Guichard-Claudic, Vilbrot, 2008) ou sur les « masculinités sans mâles » (Bourcier et Molinier, 2008).

5Les analyses des performances de genre des candidats aux élections présidentielles pourraient également apporter une contribution plus conceptuelle. Le vocabulaire disponible pour décrire et analyser les performances de genre des hommes est à la fois varié et confus, même si un début de clarification caractérise les dernières publications. Cette confusion se note par exemple au fait que « masculin » et « viril » sont tantôt employés comme des synonymes (apparemment car les définitions explicites sont rares), tantôt semblent distingués, une performance de genre spécifique étant associée au terme de « viril » ou « virilité » (Guyon, 2007).

6La récente somme sur la « virilité » (Corbin, Courtine, Vigarello, 2011) revendique une définition conceptuelle claire de la virilité : celle-ci désigne un modèle d’identité masculine, dont il s’agit de décrire les évolutions factuelles depuis l’Antiquité, par opposition à la « masculinité » qui désigne un état de fait où domine la présence de personnes de sexe masculin. Le « masculin » et la « masculinité » renvoient donc au sexe des individus tandis que la « virilité » renvoie à l’identité socialement construite du sexe. Mais la clarté tend parfois à disparaître dans les analyses concrètes, notamment lorsqu’elles s’attèlent à décrire des « virilités » différentes, synchroniquement ou diachroniquement. Les travaux sur les périodes les plus anciennes (Antiquité, Moyen-Âge, période Moderne) mettent en évidence une virilité « traditionnelle » qui valorise la force et le courage physique, toutes les manifestations de la domination physique, et en particulier en termes sexuels : à la fois sur le sexe féminin d’une façon générale et en matière de pratiques sexuelles. Mais cette clarté diminue au fur et à mesure que l’analyse porte sur des périodes plus contemporaines. La « virilité » voit alors ses contenus à la fois se modifier sous l’effet des transformations sociales profondes et se diversifier, notamment parce que les sources des historiens et des anthropologues se diversifient également. Dès lors, la désignation des différentes « virilités » tend à se faire en réservant le terme de virilité à ses expressions les plus « traditionnelles », c’est-à-dire celles qui valorisent le plus les attributs physiques de la domination (des corps puissants et des pratiques violentes) et celui de « masculinité » à ses expressions qui euphémiseraient voire condamneraient ces mêmes attributs physiques de la domination. Cette évolution du vocabulaire se note en particulier dans l’usage de termes tels que « virilisme » pour désigner ce qui auparavant était simplement « viril » ou « dévirilisation » pour désigner la dévalorisation des attributs physiques dans la virilité. Le même déplacement de sens semble s’opérer lorsque que « viril » ou « virilité » sont encadrés de guillemets : il ne s’agit plus alors de désigner le modèle de masculinité en général, mais un type bien spécifique de ce modèle de masculinité.

7Une autre forme de clarification avait été faite dès les années 1990 par les travaux de Connell, de plus en plus utilisés par les sociologues, historiens et politistes français (Guionnet, 2012 ; Terret, 2004). Ils ont en effet d’emblée introduit l’idée d’une pluralité de modèles d’identités masculines (masculinities) et proposé la notion de « masculinité hégémonique » pour désigner, pour chaque période donnée et potentiellement, chaque situation sociale observée, « le » modèle d’identité sociale masculine dominante. Il est désormais courant de trouver en français le terme de « masculinités » pour désigner les modèles sociaux d’identité des hommes. Mais alors que Connell (1995) propose également d’analyser comment l’hégémonie d’une forme de masculinité est soutenue par des masculinités « subordonnées », « complices », « marginalisées » ou au contraire « autorisées », les travaux empiriques continuent de s’attacher à identifier les manifestations sociales de la seule « masculinité hégémonique ». Il est par ailleurs frappant, qu’alors même que Connell souligne le fait que l’une des particularités de la « masculinité hégémonique » est de voir son hégémonie contestée, les autres masculinités qu’elle formalise sont systématiquement infériorisées et non simplement désignées comme « concurrentes ».

8Les analyses du genre des « hommes » politiques contribueront à coup sûr à ce chantier conceptuel. En effet, ce groupe professionnel permet de rendre particulièrement compte de la diversité des situations sociales où les identités de genre sont engagées, et des contradictions qui peuvent en découler. La campagne électorale présidentielle, parce qu’elle est nécessairement nationale, se déroule sur une multitude de « scènes », certaines médiatiques nationales, d’autres plus locales : des meetings, des visites électorales dans des lieux (usines, écoles, maisons de retraites, etc…). Il semble, comme le montre l’exemple de la campagne menée par François Bayrou, que sont alors en concurrence plusieurs modèles, chacun revendiquant une position si ce n’est « hégémonique », du moins légitime. Mais chacun est différemment valorisé, selon les acteurs et peut-être également selon les temporalités des activités sociales dans lesquelles elles sont engagées. L’anecdote de « la gifle » donnée par François Bayrou témoigne ainsi des différentes masculinités (au sens de Connell) que ce candidat doit gérer face aux journalistes. Devant eux, c’est-à-dire devant un auditoire national, il travaille à faire qualifier la gifle comme découlant d’un rôle paternel, considéré aujourd’hui comme exempt de violence physique, alors que les journalistes cherchent à la présenter comme un geste « viril » au sens où elle découlerait d’une « nature » violente physiquement. Mais cette partie journalistique de l’anecdote n’aurait pas existé si la gifle elle-même n’avait pas pris place dans le cadre d’un déplacement de campagne de François Bayrou. Or rien n’interdit de penser que dans ce seul cadre, la gifle revêtait bien légitimement le caractère violent dénoncé par la suite lorsqu’elle fut diffusée et commentée à la télévision. On peut faire l’hypothèse que, au moment où il donne cette gifle, François Bayrou se trouve dans un environnement social où une forme de violence physique n’est pas totalement illégitime. Les débats entre François Bayrou et les journalistes de télévisions nationales peuvent ainsi provenir du fait que, selon les scènes, selon les publics, les candidats électoraux vont performer différemment leur genre. De ce fait, les enquêtes sur les campagnes électorales apporteraient des contributions d’autant plus décisives à l’analyse du genre dans les groupes sociaux favorisés qu’elles s’attacheraient à différencier les différents lieux et les différentes activités dont sont faites les campagnes électorales.

9Il est vrai que les activités auprès des médias nationaux sont particulièrement centrales aux yeux mêmes des candidats, ce qui se traduit par le fait que, désormais, ils ne se réduisent pas à leur simple personne, mais sont littéralement incarnés par plusieurs personnes : les porte-paroles, étudiés ici par Marion Paoletti (http://gss.revues.org/​index2664.html). Ces « duplications » des candidats augmentent encore l’intérêt de travailler sur les élections présidentielles pour analyser le genre dans les groupes sociaux favorisés que sont les personnels politiques et les journalistes, puisque ces porte-paroles sont peut-être davantage destinés aux journalistes censés relayer leurs déclarations qu’aux électeurs. On peut en effet faire l’hypothèse que cette démultiplication des candidats au moyen des porte-paroles met particulièrement en évidence la multiplicité des identités de sexe que les candidats se sentent dans l’obligation d’incarner afin de se donner le maximum de chances d’être élus, et comment se combinent sexe et genre avec des porte-paroles femmes d’un candidat homme.

Haut de page

Bibliographie

BOURCIER Marie-Hélène et MOLINIER Pascale (dir.), « Les fleurs du Mâle. Masculinités sans hommes ? », Cahiers du Genre, 45, 2008.

Butler Judith, Trouble dans le genre : pour un féminisme de la subversion, Paris, La Découverte, 2005.

Chauvin Sébastien, Jaunait Alexandre, « Représenter l’intersection. Les théories de l’intersectionnalité à l’épreuve des sciences sociales », Revue française de science politique, vol. 62, n° 1, 2012, pp. 5-20.

CONNELL Robert W., Masculinities, Sydney, Allen and University Press, 1995.

Corbin Alain, Courtine Jean-Jacques, Vigarello Georges, (dir.), Histoire de la Virilité, 3 tomes, Seuil, Paris, 2011.

CRENSAHW Kimberlé W., « Demarginalizing the Intersection of Race and Sex: A Black Feminist Critique of Antidiscrimination Doctrine, Feminist Theory and Antiracist Politics », dans University of Chicago Legal Forum, 1989, p. 139-167.

DEVREUX Anne-Marie, « Du balai au fusil, l’apprentissage de la domination masculine à l’armée », in BESSIN Marc (dir.) Autopsie du service militaire 1965-2001, Paris, Editions Autrement, 2001, pp. 117-123.

DEVREUX Anne-Marie, « Etre du bon côté », CREA (Centre de recherches et d’études anthropologiques), CEFUP (Centre d’études féminines de l’Université de Provence), Des hommes et du masculin, Lyon, PUL, 1992, pp. 147-164.

GUIONNET Christine, « Pourquoi réfléchir aux coûts de la domination masculine », in DULONG Delphine, GUIONNET Christine, NEVEU Eric (dir.), « Boys’ Don’t Cry », Rennes, PUR, 2012, pp. 7-38.

GUYON Stéphanie, « supporterisme et masculinité : l’exemple des Ultra à Auxerre », Sociétés et représentations, n° 24, 2007, pp. 81-95.

KERGOAT Danièle, GUICHARD-CLAUDIC Yvonne, VILBROT Alain (dir.), L’inversion du genre. Quand les métiers masculins se conjuguent au féminin… et réciproquement, Rennes, PUR, 2008.

RASERA Frédéric, RENAHY Nicolas, « Virilités : au-delà du populaire », TGS, n° 29, 2013, pp. 169-173.

TERRET Thierry, « Sport et masculinité : une revue de question », STAPS, 2004, n° 66, pp. 209-225.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise de Barros, « Les jeux sur le genre: retour à la normâlité », Genre, sexualité & société [En ligne], Hors-série n° 2 | 2013, mis en ligne le 10 avril 2013, consulté le 23 avril 2017. URL : http://gss.revues.org/2685 ; DOI : 10.4000/gss.2685

Haut de page

Auteur

Françoise de Barros

Maîtresse de conférences, sociologue
Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis
Centre de recherches sociologique et politique de Paris (CRESPPA), équipe cultures et sociétés urbaines (CSU)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org