Navigation – Plan du site
Les questions de genre et de sexualité comme enjeux politiques

Les questions de sexualité et de genre comme enjeux politiques dans l’élection présidentielle française de 2012

Gender and Sexuality as Polical Issues in the 2012 Presidential Election
Julie Gervais

Texte intégral

  • 1  Celle-ci est au cœur du programme de recherche du collectif SPEL (Sociologie Politique des Electio (...)

1Il en est des campagnes électorales comme des moments réformateurs ou des crises (Bourdieu, 1984, 235 et sq). Lieux de prises de position, d’engagements, voire de décisions, les moments de campagne présentent en effet des vertus heuristiques. Objets privilégiés pour l’analyse, ils servent de catalyseur : ils assignent une place, révèlent des affinités et des complicités ou réveillent d’anciens antagonismes. Pour de multiples acteurs et actrices, c’est une injonction à prendre parti. Il faut se dévoiler, annoncer son jeu, afficher clairement son camp. Mais les campagnes électorales les invitent également à composer, à négocier et à ajuster leurs prises de position respectives. Il faut ainsi prendre garde à l’effet de miroir grossissant de ces moments singuliers − ou de « trompe l’œil », comme l’indique avec lucidité l’un des enquêtés de Massimo Prearo − et ne pas accorder une importance démesurée aux emballements éphémères, aux oppositions prétendument irréductibles et à l’effervescence temporaire qu’ils suscitent. Il n’en demeure pas moins que la question des moments de campagne en appelle d’autres, également liées à celle de la temporalité1. Il en va ainsi des interrogations portant sur les bornes temporelles des campagnes électorales, leurs rythmes différenciés, les effets de contexte, et la carrière suivie par les enjeux politiques.

2Où commence et quand se termine « la campagne » ? Doit-on considérer qu’elle s’ouvre à la déclaration de candidature et qu’elle se clôt avec l’annonce des résultats finaux de l’élection ? Si l’on peut en douter pour ce qui concerne les candidat-e-s et leurs équipes, c’est probablement encore moins avéré pour les fractions agissantes et intervenantes de la population citoyenne. Partant de l’analyse de l’élection municipale de 1995 à Bordeaux, Christiane Restier-Melleray oppose ainsi la « représentation conventionnelle de la campagne » à la « dilution des repères temporels » révélée par « l’observation des pratiques » (Restier-Melleray, 2002, 45 et sq., 70 et sq.). Les différents publics se référant chacun à leur propre séquence temporelle, il n’est, de fait, pas envisageable d’embrasser « l’idée d’une campagne (…) au singulier » (ibid., 110). De même Massimo Prearo date-t-il le début de la campagne des associations qui composent l’archipel militant lesbien, gai, bi et trans (LGBT) au printemps 2011, soit plusieurs mois avant que la plupart des groupes d’intérêt et des thinks tanks ne se mettent véritablement en ordre de bataille (Courty et Gervais, 2012) et près d’un an avant la déclaration de candidature de Nicolas Sarkozy, Président de la République sortant. Variables selon le contexte, le type d’élection ou les groupes d’acteurs concernés, les campagnes sont singulières et leur durée s’apprécie au cas par cas des échéances électorales.

3À l’indétermination des limites temporelles des campagnes électorales s’ajoute la question de leurs rythmes. Animée par des évènements inattendus (de la « tuerie de Nanterre » en mars 2002, suivie par « l’affaire Paul Voise » trois jours avant le scrutin du premier tour de l’élection présidentielle, aux assassinats perpétrés par Mohammed Merah en 2012), ponctuée par des rituels politiques savamment orchestrés (le débat de l’entre-deux-tours, les meetings des candidat-e-s), la dynamique des campagnes électorales est également scandée par les mobilisations citoyennes qui participent au premier chef à l’effervescence politique, elle-même mise en scène, diffusée et réactivée par l'intermédiaire des médias (Pourcher, 1990). Si les campagnes se cristallisent autour d’enjeux spécifiques, qu’ils soient promus par les candidat-e-s, revendiqués par les citoyen-ne-s ou construits par les médias, certains jouissent d’une plus grande visibilité médiatique que d’autres, au point de devenir incontournables pour les candidat-e-s, dès lors sommé-e-s de prendre position. Selon Léa Morabito et Massimo Préaro, ce fut effectivement le cas des questions de sexualité et de genre lors de la campagne pour l’élection présidentielle de 2012, qui se serait ainsi fortement distinguée des précédentes. D’une part, les principales revendications d’égalité des droits pour les couples de même sexe, portées par les différentes associations du mouvement LGBT, semblent avoir été entendues. D’autre part, cette campagne électorale a été l’occasion d’une structuration d’organisations, féministes et LGBT, qui se sont fédérées pour défendre des revendications communes liées au genre et à la sexualité. Enfin, les auteur-e-s la voient comme un moment important d’institutionnalisation et de professionnalisation des associations portant ces causes.

4Cela nous amène à une troisième dimension de la temporalité des campagnes électorales, à savoir les effets de contexte. Se pose en effet la question des conditions de félicité des revendications portées par certains groupes. Qu’est-ce qui détermine, à un moment donné, le succès d’une cause et sa constitution en enjeu structurant de la campagne ? Quelles sont les propriétés objectivables de ces moments de cristallisation autour d’un enjeu qui « prend » ? Plus généralement, qu’appelle-t-on « un enjeu » et à partir de quand, ou de quoi, peut-on considérer qu’une revendication ou une thématique devient un enjeu de la campagne ? Se pose également la question de la part qui revient aux fractions mobilisées du public, ainsi qu’aux formes de leur mobilisation, dans l’élaboration des enjeux de la campagne. Comme l’indique Massimo Prearo, l’histoire du militantisme LGBT regorge de tentatives de fédérations des associations qui le composent, en vue de promouvoir la défense de certains droits. Léa Morabito et Massimo Prearo montrent, chacun-e à sa façon, combien l’organisation d’évènements unitaires et médiatiquement visibles, comme la soirée organisée à la Cigale par les associations féministes le 7 mars 2012, ou encore le « Meeting LGBT pour l’égalité » aux Folies bergères le 31 mars, compte dans la mise en enjeu des causes défendues par ces associations.

5Par-delà les modalités de structuration des enjeux, se pose enfin la question de leur appropriation, cette interrogation renvoyant à celle, toujours temporelle, de la carrière des enjeux. Comment un enjeu se pérennise-t-il en se maintenant à l’agenda de la campagne ? Comment tombe-t-il au contraire en désuétude à la faveur d’un détournement de l’attention médiatique ou d’un changement de priorité politique ?

6Se pencher sur la carrière d’un enjeu implique de s’intéresser à ce que la campagne électorale fait aux enjeux qui ont émergé. Dans quelle mesure se voient-ils réinterprétés à la faveur des positionnements différenciés des candidat-e-s dans la compétition qui les oppose ? La campagne contribue-t-elle à les charger d’émotions, à les cliver, à les banaliser, voire à les évacuer, et avec quels effets sur les revendications qu’ils véhiculent ?

7Léa Morabito et Massimo Prearo ont choisi d’analyser une autre dimension relative à la carrière des enjeux de sexualité et de genre, à savoir ce que leur succès a fait aux mouvements et aux groupes qui les ont portés. Les auteur-e-s insistent ainsi sur le phénomène de professionnalisation des associations, qu’ils ont observé lors de la campagne pour l’élection présidentielle de 2012. À l’image des groupes d’intérêt rompus à ce type de pratiques, les associations féministes et LGBT ont, par exemple, enjoint les candidat-e-s à se positionner sur différents sujets, comme l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe. Par la publicisation des positions électorales via l’Internet, les associations se sont donné un rôle de gatekeepers (Norris, 1997), en dénonçant publiquement les positions des opposant-e-s et en officialisant les promesses des candidat-e-s favorables afin que leurs engagements soient connus de tou-te-s et honorés. Remarquons qu’avec la banalisation de ce type de pratiques, il existe des publicisations qui ne rencontrent pas de public et deviennent dès lors « sans enjeu », puisque tout, désormais, peut se retrouver sur Internet. L’essentiel se situe toutefois dans la démarche empruntée par ces associations qui entendent mettre en œuvre une véritable « délibération compétitive », pour reprendre l’expression utilisée par Léa Morabito. Elles portent effectivement à la connaissance des électeurs-trices les positions relatives des candidat-e-s, parmi lesquelles les citoyen-ne-s sont censé-e-s « choisir en connaissance de cause ». En recourant, de façon travaillée et maîtrisée, à ces stratégies d’outing des candidat-e-s, ces associations participent à la mise en scène de la figure d’un-e électeur-trice rationnel-le censé-e établir des comparatifs informés entre des candidat-e-s en concurrence pure et parfaite (Courty et Gervais, 2012).

8Etudier la carrière des enjeux dans une campagne électorale, c’est également prendre au sérieux ce que leur succès fait aux candidat-e-s, aux structures partisanes, voire au champ politique dans son ensemble. Léa Morabito a ainsi observé un phénomène de « polarisation » du champ politique sur les questions de sexualité et de genre, à l’occasion de la campagne pour l’élection présidentielle. Elle montre le creusement des écarts entre les prises de position des candidat-e-s les plus éloigné-e-s sur ces questions, qui ont marqué un « accroissement du clivage gauche-droite ». Pour le dire avec Massimo Prearo, ces enjeux ont joué un rôle d’« opérateur de clivages politiques » avec, d’un côté, les « partis de gauche », dont les positions relatives à la lutte contre les discriminations et à la promotion de l’égalité des droits sont proches de celles des associations et, de l’autre, les partis situés à droite de l’échiquier politique, qui s’en éloignent davantage, et de plus en plus. Les deux auteur-e-s s’accordent en effet sur le déplacement de l’UMP, depuis l’élection présidentielle de 2007, vers les positions de l’extrême-droite, Massimo Prearo évoquant un phénomène de « droitisation de la droite ». Tous deux montrent combien, en retour, les positions identifiées comme étant « de droite » sur les questions de sexualité et de genre ont constitué une figure repoussoir qui a permis de souder les rangs et de dépasser les oppositions politiques parmi les associations. Aux côtés de ce phénomène de polarisation, l’étude de la carrière des enjeux de sexualité et de genre durant la campagne permet à Léa Morabito de montrer les phénomènes de circulation qui s’opèrent entre partis politiques : circulation des idées, qui se diffusent d’une organisation, d’un discours ou d’un-e candidat-e à l’autre, mais également circulation des personnes-ressources qui passent d’une équipe de campagne à une autre entre les échéances électorales. L’enquête révèle ainsi que les porte-parole travaillant au service des candidat-e-s en concurrence partagent en réalité des parcours identiques, des valeurs communes ou des affinités associatives.

9L’étude de la carrière des enjeux peut également mettre au jour les rapports qu’entretiennent leurs porte-paroles au sein du champ politique et les personnes qui les représentent dans le monde associatif. L’analyse de la carrière des enjeux de sexualité et de genre révèle ici les rapports de continuité et d’interdépendance entre certains partis politiques et équipes de campagne d’une part, et les associations féministes et LGBT d’autre part. Si Massimo Prearo signale que les associations entendent ne pas « se laisser annexer par une prise de position partisane », Léa Morabito révèle combien elles sont prises dans une relation dialectique de « collaboration et [de] confrontation » avec les protagonistes politiques et donne à voir les proximités, les échanges, les affinités, les enrôlements, voire les combats partagés, entre les « mouvements féministes ou LGBT et [la] politique institutionnelle ».

10In fine, les deux contributions démontrent les mécanismes et les dynamiques par lesquels les associations porteuses d’enjeux de sexualité et de genre sont parvenues à en faire des éléments structurants de la campagne pour l’élection présidentielle de 2012. Reste à déterminer le rôle que ces associations jouent dans le processus d’appropriation de ces thématiques par le public d’une part, et dans quelle mesure leur mise en enjeux électoraux est suivie d’effets lors de la définition et la mise en œuvre des politiques publiques par les gouvernants issus des élections.

Haut de page

Bibliographie

BOURDIEU Pierre, Homo Academicus, Paris, Éditions de Minuit, 1984.

COURTY Guillaume, GERVAIS Julie, « Lobbies on the Campaign Trail : what happens and how », Communication présentée au colloque de l’IPSA, Madrid, 10 juillet 2012.

NORRIS Pippa (dir.), Passages to Power. Legislative Recruitments in Advanced Democracies, Cambridge, Cambridge University Press, 1997.

POURCHER Yves, « "Un homme une rose à la main". Meetings en Languedoc de 1985 à 1989 », Terrain, 15, 1990, p. 77-90.

RESTIER-MELLERAY Christiane, Que sont devenues nos campagnes électorales ? L’éclairage par la succession de J. Chaban-Delmas en 1995, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2002.

Haut de page

Notes

1  Celle-ci est au cœur du programme de recherche du collectif SPEL (Sociologie Politique des Elections), initié par Daniel Gaxie, qui se décline en différents axes autour des temps du politique (« SPEL : temps forts, temps faibles de l’effervescence démocratique »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Gervais, « Les questions de sexualité et de genre comme enjeux politiques dans l’élection présidentielle française de 2012 », Genre, sexualité & société [En ligne], Hors-série n° 2 | 2013, mis en ligne le 10 avril 2013, consulté le 27 mai 2017. URL : http://gss.revues.org/2694 ; DOI : 10.4000/gss.2694

Haut de page

Auteur

Julie Gervais

Maître de conférences en science politique
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Laboratoire CESSP-CRPS (CNRS-UMR 8209)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org