Navigation – Plan du site
Les questions de genre et de sexualité comme enjeux politiques

L’espace du militantisme LGBT à l’épreuve des présidentielles

The Space of LGBT Activism in the Presidential Election
Massimo Prearo

Résumés

La campagne présidentielle de 2012 a été l’occasion d’une professionnalisation et d’une structuration inédites de la mobilisation lesbienne, gaie, bi et trans (LGBT), et d’une très forte visibilité du « mouvement LGBT ». L’usage stratégique de quelques référentiels militants, que résume emblématiquement l’appel à un mouvement inter-associatif LGBT, à la fois uni et pluriel, s’est traduit en un discours que les candidat-e-s ont eu à reformuler, à adopter et à assumer publiquement lors de leurs interventions au grand Meeting pour l’égalité, organisé par les associations. Cet article analyse les dynamiques en jeu à l’intérieur de l’espace du militantisme LGBT et, plus largement, les clivages structurant le champ politique, révélés par la présidentielle de 2012. Il s’agit d’observer en pratique les logiques d’institutionnalisation d’un mouvement LGBT et, en même temps, les logiques de hiérarchisation de l’agenda militant et donc de concurrence politique et inter-associative.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1À l’issue de l’élection présidentielle de 2012, et en attendant l’adoption d’une loi concrétisant les promesses électorales de la majorité entrante, les principales revendications d’égalité des droits pour les couples de même sexe, portées par les mouvements lesbiens, gais, bi et trans (LGBT), semblent avoir obtenu (partiellement) gain de cause. Sans doute, la campagne menée par les associations qui composent l’archipel militant LGBT a-t-elle été l’occasion d’une convergence inter-associative particulièrement efficace et incisive, d’une structuration inédite de la mobilisation et d’une très forte professionnalisation de l’action collective LGBT. Cette dynamique a contribué à rendre visible ce que les militant-e-s, les candidat-e-s et les formations politiques ont identifié comme un « mouvement LGBT », porteur de revendications unitaires et largement partagées.

  • 1 Par « trans », on entend à la fois transsexuel-le, transgenre, travesti-e, etc.

2Deux responsables d’associations trans1, dont l’intégration dans la dynamique inter-associative reste aujourd’hui un combat, soulignent le caractère extraordinaire de la campagne présidentielle de 2012 :

« Pour la première fois dans l’histoire du mouvement LGBT français, les trois Fédérations nationales existantes (Inter-LGBT, Coordination Inter-pride de France, Fédération LGBT) sont parvenues à un accord unitaire satisfaisant, incluant une plate-forme revendicative commune, une campagne commune, un site commun (Égalité LGBT 2012), et un meeting commun. De plus, l’accord a été respecté par toutes les parties, et aucun thème n’a été omis : les revendications transgenres par exemple, largement passées sous la table en 2007, ont été cette fois mises en avant de façon significative, y compris lors de la prise de parole d’une responsable de l’A.N.T. au grand Meeting LGBT des Folies Bergères. » (Stéphanie Nicot, Présidente de l’Association Nationale Transgenre) Questionnaire, 4 septembre 2012

« Chaque élection est l’occasion de solliciter les candidats afin de les amener à exposer publiquement leurs points de vue sur les questions LGBT. Les élections de 2012 n’ont pas fait exception à la règle. Elles ont cependant été marquées par une organisation bien plus poussée qu’à l’accoutumée des structures associatives dans leur mobilisation commune. On citera “Egalité LGBT 2012”, plateforme de revendications LGBT, qui a rassemblé les trois principales fédérations LGBT, et “Transidentités 2012”, portant plus spécifiquement des revendications pour les personnes trans, soutenue par 19 associations. »
(Sophie Berthier, secrétaire de l’association Chrysalide) Questionnaire, 4 septembre 2012

  • 2 Communiqué de presse Inter-LGBT, Fédération LGBT, Coordination InterPride France du 20 avril 2012. (...)

3Le 31 mars 2012, le grand Meeting LGBT pour l’égalité a constitué le point d’orgue de cette mobilisation inter-associative. En effet, quelques semaines à peine avant la date du premier tour des élections, le Meeting LGBT, organisé à Paris par trois fédérations d’associations regroupant « pour la première fois, près de 200 associations de lutte pour les droits des LGBT et pour les droits humains, soit près de 90% du mouvement LGBT dans toute la France »2, réussit à faire de la pluralité des expériences militantes, des groupes et des collectifs implantés dans tout le territoire français, un mouvement d’ampleur nationale. C’est le point d’aboutissement d’une campagne commencée un an plus tôt, au cours de laquelle la dynamique inter-associative a rendu visible un espace du militantisme LGBT – certes traversé par des tensions et des clivages internes.

Une mobilisation inter-associative

Une mobilisation inter-associative

De gauche à droite : Denis Lefevre, Président de la Fédération LGBT, Nicolas Gougain, porte-parole de l’Inter-LGBT et Stéphane Corbin, Président de la Coordination InterPride France introduisent le Meeting LGBT pour l’égalité.

Tous droits réservés © Géraldine Aresteanu / www.salez-poivrez.com

  • 3 Pour une approche historico-politique en termes de « moments », voir Massimo Prearo (2010). Pour un (...)

4Cet article entend apporter un éclairage sur les logiques d’action et les stratégies mises en place au sein de l’espace du militantisme LGBT pour construire une campagne électorale « présidentiable » au cours de laquelle l’objectif des associations et des groupes, mais avant tout des militant-e-s, a été en même temps de porter des revendications et de construire un mouvement LGBT unitaire, solidaire et fédéré, représentatif de l’archipel militant. Il ne s’agit pas de retracer a posteriori une cohérence nécessairement biaisée par le résultat de l’élection présidentielle, mais plutôt de mettre en évidence les moments3 révélateurs des rapports de force, des positionnements et des stratégies adoptés par les parties en jeu, et de comprendre comment la mobilisation inter-associative est parvenue à faire du « mouvement LGBT » une ressource politique.

  • 4 Dans la mesure où toutes les personnes interrogées se sont exprimées en qualité de représentantes d (...)

5Cette recherche s’appuie sur un travail de suivi et d’observation de la campagne électorale, accompagné par douze questionnaires portant sur « Mouvements LGBT et élections présidentielles », soumis entre avril et septembre 2012 à des responsables d’associations LGBT variées (président-e-s, membres du conseil d’administration ou salariés permanents) , qu’elles soient généralistes (Centres LGBT) ou spécifiques (droits des trans, personnes sourdes). Ces questionnaires ont été complétés par des entretiens afin d’approfondir certains points particuliers4.

  • 5 Cette approche n’ignore pas l’apport de l’analyse des trajectoires militantes, mais vise plutôt l’é (...)

6Comment, et dans quelles conditions, émerge cette forme d’action que les acteurs en situation appellent le « mouvement LGBT » ? Le lancement de la campagne en 2011, marqué par un fort clivage politique autour des revendications LGBT d’égalité des droits, a favorisé l’engagement des responsables associatifs dans une action de fédération inter-associative. Je me focaliserai ici plus particulièrement sur les moments clés qui ont constitué des séquences au cours desquelles les associations et les groupes LGBT ont formulé certaines stratégies ou réorienté leur action et leurs objectifs. L’analyse des étapes ayant conduit au choix d’organiser un Meeting LGBT permettra de mettre en relief moins une chronologie de la campagne présidentielle LGBT de 2012 que le devenir mouvement du militantisme LGBT5 à l’épreuve des présidentielles.

L’espace du militantisme LGBT 

7Selon Christophe Broqua, l’émergence d’un militantisme spécifiquement homosexuel à partir des années 1970 a produit une configuration particulière du « mouvement homosexuel ». En effet, « l’organisation du mouvement homosexuel des années 1970 se construit sur la base d’une polarisation entre “militantisme revendicatif” (“logique politique”) et “militantisme social” (“logique de service communautaire”), qui structure également la mobilisation associative de lutte contre le sida des années 1980 et 1990 » (Broqua, 2006, 25).

8C’est donc un « champ de l’homosexualité » (Ibid. ; Broqua, 2004) qui apparaît comme cet espace structuré et structurant à l’intérieur duquel des rapports, des interactions ou des assignations catégoriques sont produits. Le rassemblement des associations, des groupes et des collectifs LGBT autour d’une revendication commune – l’égalité des droits – durant la campagne présidentielle de 2012 a produit un réagencement des rapports inter-associatifs structurant le champ de l’homosexualité et donc une restructuration du champ lui-même. Mais cette recomposition n’est pas seulement un effet de champ produit par la focalisation sur une cause largement partagée des individus et des groupes. La convergence inter-associative recherchée, l’organisation d’une campagne LGBT pour l’égalité et la mise en commun des ressources militantes ont eu pour objectif précisément la construction d’un espace du militantisme LGBT.

9Cet espace renvoie moins à un champ objectivement déterminé constitué de la somme des associations et des groupes qu’au résultat historiquement construit d’une longue séquence d’institutionnalisation du militantisme LGBT dont on peut clairement situer l’émergence en France au début des années 2000, avec la naissance de l’association Inter-LGBT. C’est le résultat d’un travail militant de reformulation, de resignification et de reconfiguration de formes anciennes d’action collective. Autrement dit, l’espace du militantisme LGBT n’est pas simplement un surgissement spontané provoqué par l’élection présidentielle. C’est bien davantage une réactualisation de l’espace militant homosexuel qui se définissait, en d’autres temps et en d’autres contextes, homophile (dans les années 1950 et 1960), homosexuel (dans les années 1970), gai et lesbien (dans les années 1980 et 1990), et qui confine aujourd’hui ou déborde sur d’autres espaces militants queer ou transpédésgouines, selon les orientations théorico-politiques particulières.

10Ainsi, l’espace du militantisme LGBT définit moins un périmètre aux contours nets que la pluralité des formes de mobilisations qui le traversent et le constituent ; cet espace est marqué par des divisions et des dynamiques identitaires, politiques, géographiques, historiques, etc., donnant lieu à des pratiques militantes et des modalités d’inscription dans un mouvement plus large, spécifiques et fortement hétérogènes. Dès lors, penser l’action collective LGBT en ces termes permet de s’interroger sur les techniques et les stratégies mobilisées par un ou plusieurs groupes à partir et à l’intérieur du réseau d’interdépendance militant LGBT visant à atteindre des objectifs politiques, mais aussi à construire un espace symbolique d’action.

11En sociologie des mouvements sociaux, la notion d’« espace » a été introduite pour penser les réseaux serrés d’interdépendance à l’intérieur desquels l’action collective émerge, se structure et se politise autour d’une cause et en interaction avec d’autres causes, d’autres groupes et d’autres mouvements. Pour Lilian Mathieu, l’« espace des mouvements sociaux » définit globalement « un univers, doté de logiques, de modes de fonctionnement, d’enjeux et de références propres », au sein duquel « les différentes causes, et les organisations et les agents qui les portent, sont unis par des relations d’intensité et de nature variables » (Mathieu, 2012, 9). Pour Laure Bereni (2007), la notion d’« espace de la cause des femmes » invite à « penser l’architecture des luttes pour la cause des femmes » et à « restituer la grande pluralité de ces mobilisations, leur dispersion et leur encastrement dans des visions du monde variées et des univers multiples » (Bereni, 2012, 27). Plus large que la catégorie de « mouvement des femmes », cette notion « s’appuie en effet sur une définition de la contestation féministe qui rompt avec l’opposition traditionnellement tracée (par les actrices de ces mobilisations comme par ses analystes) entre "mouvements" et "institutions". Il inclut des sites de défense de la cause des femmes inscrits dans une pluralité de champs sociaux, dont des institutions (administration, partis, institutions religieuses, universités…) » (Ibid., 28).

12Il s’agit donc de saisir les logiques d’appropriation et de circulation des compétences et des savoirs militants partagés au sein de l’espace du militantisme LGBT et, plus largement, de l’espace des mouvements sociaux. Et partant, comment, à partir des positions occupées dans ces espaces et des tensions qui le traversent, les militant-e-s fabriquent une mobilisation qui, en même temps qu’elle vise à prendre part à la construction politique de la « démocratie sexuelle » (Fassin, 2009), produit un espace du militantisme LGBT et lui donne la forme unifiée d’un mouvement. En effet, c’est dans et par la mobilisation qu’un mouvement prend forme et parvient (ou pas) à faire sens pour les militant-e-s, leurs alliés et leurs adversaires.

  • 6 On reprend ici, en la reformulant, la notion de « référentiel », désormais entrée dans le vocabulai (...)

13Dès lors, on peut entendre la catégorie même de « mouvement » comme un outil analytique permettant de saisir la densité et l’intensité des interactions associatives et militantes. Le « mouvement LGBT » n’est pas une entité abstraite et transhistorique, mais bien davantage le résultat d’un travail militant qui s’inscrit dans un contexte politique spécifique et s’organise comme réponse collective visant à la promotion et la réalisation d’une cause et d’actions commune. Dans la mesure où il fait l’objet d’une construction militante, comme « formation discursive » (Foucault, 1969) produite et mise en circulation pour l’organisation d’une action collective, le « mouvement LGBT » agit comme un référentiel militant6. Le « mouvement LGBT » constitue à la fois un discours de mobilisation pratiqué par les militant-e-s et l’objet même de la mobilisation au sein de l’espace du militantisme LGBT.

14La campagne présidentielle de 2012 a produit des dynamiques à l’intérieur de l’espace du militantisme LGBT et révèle, plus largement, les liens noués entre l’espace social et l’espace de la politique. À ce titre, elle constitue un site où s’observent en pratique des logiques de structuration et d’institutionnalisation d’un mouvement et, en même temps, des logiques de hiérarchisation de l’agenda militant et donc de concurrence inter-associative.

2012 : année politique

15La campagne électorale LGBT s’ouvre dès le printemps 2011, lorsque les associations affirment vouloir jouer un rôle central dans l’année électorale à venir :

« Cette année sera une année d’interpellation. Des partis politiques et des candidats. Pour que l’égalité des droits tienne une bonne place dans les programmes et les débats politiques qui prépareront les élections de 2012. La Marche des Fiertés LGBT est un “point de départ” pour cette séquence d’interpellation du politique. C’est en ce sens que nous avons choisi pour mot d’ordre : “Pour l’égalité : en 2011 je marche, en 2012 je vote”. »7

  • 8 Alexis Puzyrev, « Préparez-vous à marcher ! Toutes les dates des gay prides 2011 », mardi 29 mars 2 (...)

16C’est, en effet, un slogan unitaire et unique que la Coordination InterPride France (CIF) propose au niveau national pour les 17 Marches des Fiertés LGBT ayant lieu en 2011, que « chacun est libre de reprendre, ou non »8.

Le mot d’ordre de la Marche des Fiertés LGBT 2011 : « Pour l’égalité : en 2011 je marche, en 2012 je vote »

Le mot d’ordre de la Marche des Fiertés LGBT 2011 : « Pour l’égalité : en 2011 je marche, en 2012 je vote »

Tous droits réservés © Bertrand Chambarlac / http://www.flickr.com/​photos/​bertrandchambarlhac

  • 9 Rédaction, « Mariage des homos: la «plaisanterie» homophobe d'une députée », mercredi 25 mai 2011. (...)

17Un premier épisode homophobe ouvre la campagne sur le terrain politique. À l’occasion de la discussion d’une proposition de loi visant à autoriser les couples de même sexe à se marier, présenté par le Parti Socialiste à la Commission Loi de l’Assemblée Nationale le 25 mai 2011, la députée UMP Brigitte Barèges s’exclame sur un ton qu’elle définira elle-même plus tard de plaisanterie : « Et pourquoi pas des unions avec des animaux ? Ou la polygamie ? »9. Les représentants de la majorité présidentielle condamnent le propos, mais l’opposition ferme à la revendication centrale des associations LGBT apparaît comme une réponse à la pression exercée par le Parti Socialiste, dont le texte de loi n’avait alors aucune chance de passer. L’opération est néanmoins réussie. Le mariage des couples de même sexe est réactivé comme ligne de clivage opposant les formations politiques de droite et d’extrême droite aux partis de gauche (le centre demeurant alors encore dans un entre-deux mal défini). Or, c’est bien cette ligne de clivage que les militant-e-s LGBT vont cultiver, en exposant médiatiquement et publiquement les pro et les anti « mariage ».

  • 10 « Christian Vanneste (UMP) évoque la "légende de la déportation des homosexuels" » Le Monde.fr, 15 (...)
  • 11 « Le Front National condamne les propos de Christian Vanneste », Le Monde.fr, 15 février 2012. URL  (...)
  • 12 La notion de pinkwashing renvoie aux stratégies d’instrumentalisation et de détournement mises en œ (...)
  • 13 « Homophobie : deux députés de la Droite populaire dénoncent un "lynchage médiatique" », Le Monde.f (...)

18De septembre 2011 à décembre 2011, le débat sur les revendications LGBT reste en suspens, hormis les déclarations des candidats. En janvier 2012, le débat médiatique sur les questions LGBT est relancé à l’occasion d’une déclaration de Christian Vanneste, déjà connu pour son hostilité à l’égard des revendications homosexuelles, et d’un soi-disant « lobby gay ». Lors d’une interview particulièrement virulente, il déclare : « Il n’y a pas eu de déportation homosexuelle en France »10. Les propos sont très vite condamnés par les instances dirigeantes du parti auquel Vanneste appartient, par GayLib, l’association LGBT proche de l’UMP, mais aussi par le Front National11 qui profite ainsi de l’occasion pour une opération éclair de pinkwashing12. Lionnel Luca, membre actif de la Droite populaire – courant prônant une droite extrême à l’intérieur de l’UMP – défend, quant à lui, « le droit de s’exprimer » et insiste : « J’espère que notre mouvement ne va pas tomber dans le panneau que lui tend GayLib. Ce lobby opère une véritable chasse aux sorcières au sein de l’UMP... »13. Le « panneau » posé par GayLib est en réalité l’effet de cette « inversion de la question homosexuelle » que met en évidence Eric Fassin (2008 [2005]) qui discrédite le discours homophobe plus que l’affirmation de l’homosexualité.

19Au cours d’une campagne électorale marquée par un positionnement particulièrement ferme du candidat sortant, Nicolas Sarkozy, qui cherche à « droitiser » le débat public, se joue un véritable chassé-croisé de récupérations successives. La droite tente de séduire les homophobes d’extrême droite et l’extrême-droite essaie de récupérer l’électorat de la droite modérée en condamnant les propos homophobes de la droite « dure ». Tout l’enjeu est de donner à voir l’homophobie de l’autre camp – même quand on l’est soi-même – ou la sympathie « homophile » de son camp – même si c’est bien loin d’être le cas. Il ne s’agit pas là d’une droitisation des minorités sexuelles, que les études montrent toujours « ancrées à gauche » (Kraus, 2012), mais bien d’une droitisation de la droite, qui a favorisé une polarisation « à gauche » des associations LGBT.

  • 14 Il a été ancien président de l’association Couleurs gaies, membre fondateur et ancien administrateu (...)

20D’après Stéphane Aurousseau, militant de longue date14, les positions de la droite ont permis d’identifier un contre-point permettant de mieux définir en retour les objectifs et les alliances potentielles. Ce processus

« n’a rien d’inéluctable car il est davantage issu des relations interpersonnelles entre un petit noyau de personnes que d’une dynamique dont la nécessité serait globalement ressentie. Il a récemment bénéficié d’un contexte politique dans lequel les positions tranchées de la Droite ont réduit provisoirement en intensité les clivages politiques traditionnels. » Questionnaire, 12 août 2012

21De même, Laura Leprince, Présidente l’ID-Trans, également déléguée chargée des questions d’identité de genre au sein d’Homosexualité & Socialisme, considère que le mouvement LGBT

« est dans une phase de rassemblement sur la base des revendications, probablement grâce à la position de campagne du candidat président refusant toutes avancées supplémentaires des droits LGBT. Du coup, toutes les composantes militantes se sont retrouvées pour soutenir les engagements des principaux candidats de gauche, les forces militantes LGBT de droite déclarant même ne pas voter pour le président. » Questionnaire, 26 avril 2012

22Dans un article sur la mobilisation pour le droit au logement, Cécile Péchu souligne le rôle crucial que joue, dans la structuration de l’action collective, la désignation des adversaires et l’identification des « ennemis » substantiels, d’un côté, et la nomination de porte-paroles ou de représentant-e-s qui « permettent la constitution d’une communauté́ de référence » de l’autre (Péchu, 1996, 126). Interagir avec les parties engagées dans des rapports de force dans un espace donné implique en effet de connaître qui parle pour qui, à qui l’on s’adresse, contre qui l’on se bat et sur qui on peut compter.

  • 15 Cf. par exemple Martine Gross (2005).
  • 16 Après les élections Gilles Bon-Maury a laissé la fonction, occupée actuellement par Denis Quinqueto (...)

23De fait, en poussant les candidat-e-s et leurs formations à se positionner pour ou contre le mariage, les militant-e-s LGBT cherchent à montrer à quel point l’argumentaire des opposants relève d’un conservatisme en décalage avec la réalité sociale et les transformations en cours de la famille15. C’est la stratégie que reconnaît, après-coup, le Président d’Homosexualité & Socialisme (HES), Gilles Bon-Maury16 :

« Le mouvement LGBT n’a eu qu’à mettre en évidence les programmes de chaque candidat, autant pour dénoncer les lacunes des candidats hostiles à l’égalité des droits que pour insister sur les engagements des candidats les plus favorables à ses combats, de telle sorte que ceux-ci soient tenus. » Questionnaire, 8 avril 2012

24Pour le PS, principal contradicteur de la majorité sortante, l’enjeu est de se distinguer du parti au pouvoir en faisant rejaillir dans l’espace médiatique les facteurs de clivage et de différenciation qui exposent la majorité de droite à une contradiction profonde. Il s’agit de se positionner comme réformateurs politiques et refondateurs de la société – image détenue en 2007 par Nicolas Sarkozy – tout en s’opposant à des revendications incarnant, au niveau européen et international, le progrès vers une société égalitaire.

  • 17 David Auerbach Chiffrin est l’ancien secrétaire du Centre LGBT de Paris et de l’ancienne Fédération (...)

25Comme le souligne David Auerbach Chiffrin17, Président de la Fédération Total Respect / Tjenbé Rèd,

« la droite sarkozyste s’est piégée dans une position où elle représente le “mal” (le blocage) et laisse à la gauche le monopole du “bien” (du progrès), à l’encontre de la règle informelle énoncée par Giscard en 1974 avec sa célèbre invective sur le “monopole du cœur” (qu’il contestait alors à Mitterrand et à la gauche). » Questionnaire, 8 juin 2012

26D’un point de vue militant, il faut réussir l’entrée des acteurs associatifs sur le terrain du politique en se singularisant, sans se laisser annexer par une prise de position partisane ni s’enfermer dans les tensions internes au mouvement.

  • 18 Paul Parant, « Marche des fiertés 2011: qui veut la peau du coq de l’affiche », mercredi 13 avril 2 (...)
  • 19 Voir à ce propos, un exemple des discussions que provoque la réflexion sur l’homonationalisme dans (...)

27Ces divisions ont d’ailleurs été exacerbées par un épisode récent. En 2011, l’affiche choisie pour la marche parisienne par l’Inter-LGBT figure, en symbole de l’électorat LGBT, un coq en plumes de cabaret chantant le mot d’ordre retenu ; cette image provoque une très forte polémique et une vive réaction. Le groupe des Lesbiennes of Color (LOC), entre autres, qualifie l’affiche de « raciste et lepéniste »18 ; elle renverrait à une iconographie nationaliste évoquant la souche blanche de tradition hexagonale, en l’associant au stéréotype « cage-à-folliste », certes d’inspiration camp et auto-ironique, mais non moins stigmatisant d’un point de vue hétérocentré. La polémique, dont font part à l’époque la plupart des quotidiens nationaux, est désamorcée par la décision de l’Inter-LGBT de retirer l’affiche tout en maintenant le mot d’ordre : « En 2011, je marche. En 2012, je vote ». Ces oppositions sont néanmoins révélatrices d’un débat plus large, à résonance internationale, sur l’« homonationalisme »19 qui clive l’espace du militantisme LGBT, et dont il serait trompeur d’ignorer, comme le souligne David Auerbach Chiffrin, qu’il est traversé par « de multiples fractures dont les plus évidentes sont liées aux différentes initiales du sigle qu’il forme mais qui sont également raciales, sociales, géographiques, organisationnelles ou politiques » Questionnaire, 8 juin 2012.

28Quelques mois plus tard, une nouvelle polémique explose, en pleine campagne – le timing étant à l’évidence bien choisi –, à l’occasion de la parution du livre de Didier Lestrade, Pourquoi les gays sont passés à droite ? (2012). Soulignant la rhétorique nationaliste adoptée par certaines personnalités gaies, l’auteur intervient dans la campagne en occupant le terrain médiatique et en se positionnant comme le porte-parole de la voix communautaire. Il vise à éveiller les consciences, tout en bousculant le confort lié au « mariage » qui laisserait de côté certaines problématiques moins visibles, tant sur le plan médiatique que politique. Ce point de vue est également partagé par certain-e-s représentant-e-s d’associations qui parviennent difficilement à défendre des revendications spécifiques (c’est le cas des trans) ou des questions considérées comme annexes (le racisme intra-communautaire par exemple) lors de réunions inter-associatives.

29Ainsi, les associations les plus exposées au niveau national, sollicitées et ciblées par les acteurs de la vie politique (médias ou opposants d’un côté, associations locales et/ou spécifiques de l’autre), ont cherché à réunir l’exigence d’une seule voix unifiée et la nécessité de représenter l’ampleur de la partition militante LGBT, face à des adversaires particulièrement aguerris.

À la recherche d’un mouvement

30Lors d’une rencontre organisée le 5 avril 2012 à l’Institut d’Études Politiques de Paris, animée par des journalistes, Marine Le Pen répond à une question d’un étudiant sur sa position à l’égard de l’homosexualité. Après avoir rappelé qu’elle est pour le « droit à l’indifférence », le politique n’ayant pas à intervenir « dans la vie personnelle des gens », suit un échange avec la journaliste :

  • 20 Débat « Présidentielles 2012 : Marine Le Pen », organisé par Elle et l’Institut d’Etudes Politiques (...)

« Journaliste : Les homosexuels eux revendiquent un droit au mariage par exemple…
MLP : Non attendez, les homosexuels…non non !
Journaliste : Ben si, il y a des associations qui revendiquent...
MLP: Quelques associations homosexuelles, oui bon d’accord, quelques associations revendiquent, mais ils ont combien d’adhérents par rapport à l’ensemble des homosexuels, 0,1 %. Voyez, moi je remarque une chose, que le PACS a été réclamé par des associations homosexuelles, bon ils ont obtenu, moyennant quoi, 5 % des gens qui passent un pacs sont homo, donc en réalité ça a profité à 95 % à des gens qui n’étaient pas homosexuels […] Moi, je pense que la revendication de mariage homo est ultra-minoritaire y compris parmi les homosexuels, écoutez j’en ai quand même un certains nombre autour de moi, j’en ai pas un qui est pour le mariage homosexuel, soit j’ai pas de chance, soit je sais pas […]. Je suis contre le mariage homosexuel et je suis contre l’adoption par les homosexuels. »20

31L’argument que mobilise Marine Le Pen laisse penser qu’il y aurait, d’un côté, un mouvement associatif portant des revendications minoritaires et, de l’autre, une population homosexuelle totalement déconnectée de ce dernier, majoritairement dépolitisée, voire même « privatisée ». Peu surprenante de la part de la candidate d’extrême-droite, cette idée circule en réalité sous des habits tour à tour différents. Preuve en est, cet argumentaire de Jean Hauser (2012), professeur émérite à l’Université Montesquieu – Bordeaux IV qui, dans La semaine juridique, après avoir précisé que cette question « dont le droit ne devrait pas tenir compte, a maintenant suscité une abondante littérature, nourrie par des partisans représentatifs de groupes de pression dans tous les sens », affirme à propos du « mariage » :

« On peut toujours dire que les mots n’ont que le sens qu’on veut bien leur donner mais le mot “mariage” n’est tout de même pas n’importe quoi historiquement et, en si bon chemin, on peut liquider toute la langue française et toute la terminologie juridique. Si demain les meubles en ont assez d’entendre sur leur passage res mobilis, res vilis, ils pourront revendiquer de s’appeler “immeubles” et si les animaux obtiennent un statut ils pourront revendiquer de s’appeler personnes ! » (Ibid., 467)

  • 21 Le 15 mars 2013, 170 professeurs de droit ont signé une lettre ouverte à l’attention des sénatrices (...)

32Il persiste un peu plus loin en indiquant « ce qu’il ne faudrait pas faire » : « Légiférer sans mesurer toutes les conséquences collatérales sur d’autres points de principe du droit familial : sera-t-il encore logique de refuser d’accueillir les mariages polygamiques alors qu’on aura accueilli les mariages homosexuels ? » (Ibid., 469). En pleine campagne électorale, cet argument21 reprend et réactive l’idée que le mouvement associatif et militant serait un nid à bureaucrates spécialistes du lobbying à outrance, capables de mettre au point des stratégies machiavéliques et d’infiltrer les plus hautes instances du pouvoir politique et médiatique.

33L’observation des dynamiques militantes en campagne présidentielle invalide cet argument. La convergence inter-associative de mise en mouvement des acteurs, individuels et collectifs, de et dans l’espace du militantisme LGBT – hétérogène, différencié et divisé – n’est en rien la concrétisation d’un discours communautariste promouvant les intérêts particuliers d’un groupe de pression, mais plutôt une construction militante qui opère la mise en partage de ressources et d’une histoire commune. L’objectif premier n’est pas tant en effet de faire du lobbying, que de se mobiliser.

34Comme le souligne, Stéphane Aurousseau :

« Il n’existe pas de mouvement LGBT à l’échelle du territoire français. Les fédérations, malgré leur travail, agissent en trompe l’œil. La capacité d’initiative repose sur de trop rares personnes. Le tissu associatif LGBT est faible, instable et divisé. Il n’arrive pas à dégager les énergies nécessaires au fonctionnement d’une vie fédérale dynamique. Les réussites en termes de lobbying sont le fruit d’un miracle : celui qui fait que, même sans coordination, les différents acteurs concernés (personnes morales ou physiques) travaillent à peu près tous dans le même sens, et parfois avec acharnement. » Questionnaire, 12 août 2012

35Aussi, le « mouvement LGBT » n’est-il pas une entité empirique qui préexiste à la mobilisation dont les revendications constitueraient la quintessence. C’est plutôt le résultat d’un travail militant qui s’inscrit dans un contexte politique spécifique. Le « mouvement LGBT » est une production militante qui a pour fonction première de permettre la convergence inter-associative et donc de mobiliser, à l’échelle nationale, les acteurs de l’espace du militantisme LGBT.

36En effet, l’organisation d’une campagne électorale comporte d’abord une opération de mobilisation interne qui permet de faire travailler ensemble les « têtes de liste » du militantisme LGBT et l’action de terrain. Par exemple, selon Fabien Leroy, Président du Girofard (Centre LGBT Bordeaux-Aquitaine), s’« il y a une dynamique dite “parisienne” qui peut impulser un élan vers les régions […] la force de la vie associative se concentre dans les départements et les régions : Paris est un repère, une force d’appui, un soutien, les régions marquent leurs actions par le terrain » Questionnaire, 25 juillet 2012.

Le Meeting LGBT pour l’égalité : les associations prennent la parole

Le Meeting LGBT pour l’égalité : les associations prennent la parole

Tous droits réservés © Bertrand Chambarlac / http://www.flickr.com/​photos/​bertrandchambarlhac

  • 22 Pour une étude qui met en relief la constitution d’un espace du militantisme homosexuel et l’instit (...)

37Or, loin d’être nouvelles, les tentatives de convergence inter-associative font partie de l’histoire du militantisme LGBT. À la fin des années 1970, la perspective de l’arrivée de la gauche au pouvoir avait enclenché une dynamique similaire de mise en forme unitaire du discours militant, porté jusqu’alors par un mouvement à résonance certes nationale, mais fortement morcelée : les Groupes de Libération Homosexuels (GLH). Lors des Universités d’Eté Homosexuelles en 1979 fut ainsi créé le Comité d’Urgence Anti-répression Homosexuelle (CUARH) qui avait pour objectif de centraliser les revendications exprimées par les différents groupes (Girard, 1981 ; Idier, 2013). La grande Marche Nationale pour les droits des homosexuels et des lesbiennes du 4 avril 1981, soit un mois avant l’élection présidentielle, vient clore deux années d’intense activisme politique. La dépénalisation de l’homosexualité tant attendue, ainsi que l’arrivée des subventions publiques, ouvrent ensuite une nouvelle séquence de bouillonnement fédératif22 qui aboutit, en 1982, à la naissance de la Fédération des lieux associatifs gais (FLAG). Mais les initiatives se succèdent sans parvenir à formuler un discours représentatif, et entraînent une véritable crise politique interne, tout en mettant en évidence l’impossible participation au jeu des partis sans l’appui d’un discours d’unité. À l’approche des élections de 1988, l’apparition du VIH/sida et les ravages qu’il produit viennent boucler une décennie de controverses militantes, notamment centrées autour de l’« homosexualisation » de la maladie (Pinell, 2002), tout en pointant l’urgence d’une mobilisation unitaire qu’a pour partie résolue la naissance d’Act Up-Paris (Broqua, 2006).

38Bien plus tard, au début des années 2000, l’émergence de la formule « LGBT » et la création de l’Inter-associative LGBT (Inter-LGBT) inaugure une décennie de reconstruction des réseaux, des groupes et des collectifs. En même temps que la « Gay Pride » devient la Marche des Fiertés LGBT, la quasi-totalité des associations adoptent le label LGBT et s’inscrivent de fait dans une convergence militante. Parallèlement, au niveau national, se déploie une dynamique inter-associative, autour d’une redynamisation de l’Alliance des Centres Gais et Lesbiens (devenue ensuite Inter Centres LGBT puis Fédération des Associations & Centres LGBT depuis les rencontres de Saintes de 2010).

39Suite à l’échec des élections de 2007, aux débuts de quinquennat de Nicolas Sarkozy et à l’approche des présidentielles de 2012, les associations LGBT se trouvent dispersées et peu mobilisées. Les revendications sur la base du principe d’égalité des droits sont bien là, le réseau d’associations prêt à l’action, mais le mouvement comme référentiel militant reste en berne.

« Je m’appelle Harvey Milk et je suis là pour vous mobiliser »

40Un événement cinématographique vient en quelque sorte réveiller les esprits militants, alors que l’éclatement du mouvement et la difficulté de recentrer les ressources en vue d’objectifs communs recouvrent le paysage du militantisme LGBT d’une sorte de chape dépressive : la sortie en salles, en mars 2009, du film de Gus Van Sant Harvey Milk. Le film fait non seulement un grand nombre d’entrées, mais il est projeté dans quasiment tous les Centres LGBT de France et dans des salles de cinéma où des débats sont organisés en partenariat avec les associations. Les militant-e-s semblent répondre à l’appel lancé par le protagoniste du film dans son fameux « Hope Speech ». Denis Lefevre, Président de la Fédération LGBT, se souvient d’une « ambiance incroyable » à la sortie de la projection au Centre LGBT d’Orléans. Il raconte avoir ressenti une force inouïe, un sentiment d’urgence, une volonté pressante de passer à l’acte, de se mobiliser. C’est d’ailleurs cette même vibration militante qui, dit-il, l’anime dans son projet de refonte de la Fédération LGBT : ouverture aux associations autres que les Centres, renouvellement des méthodes de travail, mise en place de modules de formation militante sur des thématiques spécifiques (sida, don du sang, vulnérabilité des personnes LGBT et modalités de prise en charge, questions trans, etc.).

Les militant-e-s se mobilisent

Les militant-e-s se mobilisent

Tous droits réservés © Bertrand Chambarlac / http://www.flickr.com/​photos/​bertrandchambarlhac

41Dès l’automne 2011, promouvant activement un projet de rassemblement et de rapprochement entre les plus grandes fédérations nationales, la Fédération LGBT se donne pour objectif de réussir la « synthèse » d’une mobilisation alliant la pluralité communautaire et la convergence militante. Se rapprocher, se rassembler : ces éléments de discours politique signifient d’abord, selon Denis Lefevre, se former au travail collectif, apprendre à se connaître et ressentir le plaisir d’une action partagée :

« Nous avons tous compris qu’il y avait nécessité à se rassembler pour être entendu. Ainsi, le fait de se voir, de réfléchir ensemble noue des liens entre les structures et nous permet de débattre en direct et non par presse interposée. C’est cet élément de connaissance des uns et des autres qui opère aussi un rapprochement. On comprend ainsi mieux les différences d’appréciation quand il y en a. De même, comme dans tout groupe humain, le fait de partager ces séances de travail déclenche des affects qui ne sont pas pour rien dans ce rapprochement. On apprécie ceux avec qui on travaille et/ou on réussit, et on réussit avec ceux que l’on apprécie. » Questionnaire, 19 avril 2012

42C’est aussi ce que souligne Stéphanie Nicot, Présidente de l’A.N.T :

« Je crois, sans faire d’angélisme, que travailler ensemble, rédiger ensemble, parler ensemble et militer ensemble autour d’une plateforme commune a favorisé le dialogue et a sans doute fait tomber quelques idées reçues à notre encontre [les trans] ». Et de souligner également : « C’est cette vision – large autonomie de terrain des associations ou des centres et efficacité d’une impulsion nationale – qui nous fait avancer. C’est la liberté des équipes locales, combinée à une mutualisation des compétences. » Questionnaire, 4 septembre 2012

43Le rapprochement ne s’est pourtant pas fait sans mal. Au départ, poursuit Stéphanie Nicot :

« L’A.N.T. a été associée aux réunions préparatoires à cet accord unitaire, en particulier à la rencontre entre le Conseil d’Administration de la Fédération et la direction de l’Inter-LGBT, qui s’est tenue au printemps 2011. À ce moment-là, nous avons eu – comme l’on dit diplomatiquement – un échange franc et direct. L’Inter-LGBT, sur le moment, n’avait pas donné suite à la proposition de la Fédération ; les discussions avaient achoppé sur le principe “à quoi bon une plate-forme unitaire ? Chacun fera la sienne…” et sur les questions transgenres, la Fédération et l’A.N.T. étant certes prêtes à des compromis, mais à condition que nos valeurs essentielles soient préservées, en particulier sur le droit au changement d’état civil libre et gratuit. Heureusement, la discussion s’est menée dans un esprit constructif, et les choses ont assez rapidement évolué vers l’accord tripartite que nous connaissons. » Questionnaire, 4 septembre 2012

  • 23 La résolution reconnaît que « les personnes transgenres se trouvent confrontées à un cycle de discr (...)

44L’accord sur les questions trans a été central pour marquer le rassemblement autour d’un mouvement unitaire. D’une part, l’intégration de la résolution 1728 de 2010 du Conseil de l’Europe sur la « Discrimination sur la base de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre »23 a permis de trouver un accord sans avoir à le formuler soi-même, à partir d’une position souvent dominée dans l’espace du militantisme LGBT, mais en reprenant, tel un cahier des charges, une charte déclinant des droits politiquement conformes aux valeurs promues par la « citoyenneté » européenne :

« Les revendications trans ont été un point de discussion important jusqu’à ce que chacun se rallie autour d’un texte extérieur à nos organisations (la résolution 1728), c’est peut-être pour ça que nous avons pu avancer d’ailleurs... le fait de se référer à un texte extérieur, ainsi aucune asso ne tirait vers elle le texte unitaire. C’est parfois le problème dans le mouvement LGBT. »
(Denis Lefevre, Président de la Fédération LGBT) Questionnaire, 19 avril 2012

45D’autre part, la décision d’organiser un grand événement dont les contours se sont précisés au fur et à mesure des réunions, a constitué, fin 2011, le couronnement de l’action collective LGBT lors de cette dernière campagne. Enfin, le type de manifestation choisie constitue indéniablement le facteur clé de sa réussite. Le mouvement LGBT décide ainsi d’organiser un grand « Meeting LGBT » pour l’égalité pour trouver une convergence d’intentions et de ressources en empruntant au répertoire d’action collective des partis politiques et en faisant appel à un référentiel extérieur.

Le Meeting LGBT pour l’égalité : répertoires d’action et partitions militantes

46Des délégations d’un nombre massif d’associations LGBT participent à cette rencontre, faisant du meeting un moment que tou-te-s définissent comme « historique ». Il répond à la fois à l’exigence de présenter un mouvement LGBT fort, uni et déterminé, mais aussi de contester par la preuve les attaques des adversaires politiques. Selon Catherine Tripon, Présidente de L’Autre Cercle, interviewée par les vidéastes de la manifestation quelques minutes avant le début du Meeting, « [cette rencontre] est une épreuve de force pour montrer effectivement qu’il y a unité de la part de tous les homosexuels, les lesbiennes et les gays quelles que soient leurs opinions politiques … c’est une démonstration de force ».

47Ce meeting reprend la forme du grand meeting de campagne des candidat-e-s à l’élection présidentielle, mais le réinterprète en y intégrant des intermèdes musicaux de cabaret, des interventions associatives présentant des revendications spécifiques et des témoignages historiques poignant d’ainé-e-s LGBT. En même temps, les candidat-e-s ou leurs représentant-e-s sont invité-e-s à prendre la parole pendant 15 minutes, interrogé-e-s par Marie Labory, présentée comme la « seule journaliste ouvertement lesbienne du PAF », et Nicolas Gougain, porte-parole de l’Inter-LGBT.

48Marine Le Pen est désignée persona non grata, le parti qu’elle représente étant considéré comme en contradiction avec le principe républicain d’égalité. Eva Joly, Jean-Luc Mélenchon sont présent-e-s personnellement, tandis que les candidat-e-s des « grands » partis, au regard du résultat du premier tour de l’élection présidentielle de 2007, sont représenté-e-s par leurs porte-parole : Najat Vallaud-Belkacem, pour François Hollande, Fadila Mehal, pour François Bayrou et Geoffroy Didier, pour Nicolas Sarkozy.

49À l’évidence, le « mouvement LGBT » est en position de force. Les candidat-e-s ou leurs représentant-e-s tentent, avec plus ou moins de succès, de se montrer à l’écoute tout en essayant de prouver leur maîtrise de la situation et des revendications LGBT. Le positionnement des formations politiques devient visible au cours même du meeting et renforce encore davantage les clivages. Dans leur ensemble, les candidat-e-s ou les représentant-e-s de gauche sont applaudi-e-s et salué-e-s pour leur engagement en faveur des revendications LGBT, alors que la représentante de François Bayrou, sous couvert d’un discours ambigu qui ne se prononce ni ouvertement contre les revendications LGBT ni ouvertement pour, recueil une tiède approbation et un certain mécontentement. Seul le représentant de Nicolas Sarkozy est amplement hué et contesté, au point qu’il parvient difficilement à se faire entendre et à terminer son discours, la salle finissant par crier et scander le mot « égalité » pendant plusieurs minutes, avant que la journaliste parvienne à redonner la parole à Geoffroy Didier.

Geoffroy Didier, représentant de Nicolas Sarkozy au Meeting, hué par la salle

Geoffroy Didier, représentant de Nicolas Sarkozy au Meeting, hué par la salle

Tous droits réservés © Géraldine Aresteanu / www.salez-poivrez.com

50Mais leurs performances sont uniques et irréductibles à un hypothétique « oui » de gauche et « non » de centre et de droite. Parmi les représentant-e-s de la gauche, notamment, de notables différences apparaissent. Eva Joly, tout en adoptant une attitude franchement friendly et en se permettant par moments de se détacher de son texte et de se lever pour recueillir les applaudissements de la salle, se focalise néanmoins davantage sur l’énonciation de principes généraux que sur l’exposé de mesures concrètes. Jean-Luc Mélenchon, quant à lui, tout en se montrant favorable aux revendications LGBT, débute son discours par une introduction par laquelle il tente de reformuler le discours militants – introduction qui prend la forme progressivement d’un cours de morale républicaine :

  • 24 « Meeting LGBT pour l’égalité ». L’intégralité des vidéos est disponible sur internet. URL: http:// (...)

« Au fond pour l’universaliste que je suis, l’angle le plus intéressant d’entrée dans la réflexion c’est par le transgenre … parce que c’est à ce moment que cesse l’assignation à une identité … son assignation sexuelle, son assignation genrée, même ça, ce n’est pas l’humain, ce qu’est l’humain c’est son identité universelle, quelque chose qui est encore plus loin ». C’est pour lui, une « exigence d’une absolue égalité », mais qui est fondée « philosophiquement, elle ne résulte pas simplement d’une protestation, qui aurait sa légitimité, ou d’une négociation avec un groupe une communauté ou je ne sais quoi qui serait la négation d’un républicanisme qui m’anime. »24

51Il introduit finalement ce qu’il appelle un « renversement des questionnements » portés par les groupes LGBT pour se demander « quelle est la contribution du mouvement LGBT à l’émancipation collective de la société et donc à savoir si oui ou non la plateforme revendicative est compatible avec la politique d’austérité ». Jean-Luc Mélenchon recadre ainsi les revendications exprimées par les représentant-e-s du mouvement LGBT pour les reformuler dans les termes de sa philosophie politique, avant qu’il ne termine son discours par un appel à l’« extension à tous les couples des droits qui sont aujourd’hui attachés aux couples homosexuels ». Le lapsus n’échappe pas aux présent-e-s qui le lui signalent. Jean-Luc Mélenchon se reprend alors et ironise : « Ah c’est incroyable, c’est pire qu’une église ici, si on se trompe d’un mot on est mort ! », provoquant un certain malaise dans la salle.

  • 25 Sur le « corps présidentiable » voir Catherine Achin, Elsa Dorlin, Juliette Rennes (2008).

52Tou-te-s les autres candidat-e-s ou représentant-e-s prennent la parole en répondant aux questions, sur le mode de l’interview politique, ce qu’impose le dispositif scénographique. Le podium est en effet constitué d’un pupitre à trois places où la journaliste, le porte-parole de l’Inter-LGBT et le candidat-e se tiennent en dialoguant, après un premier discours de 15 minutes. Or, seule Najat Vallaud-Belkacem se positionne au-delà de sa fonction de porte-parole de François Hollande. Elle fait un véritable meeting de campagne, en réalisant la performance d’un-e candidat-e à la rencontre de son électorat, comme lors des grands meetings politiques. Elle ne s’adresse pas à la salle en désignant un « vous » les homosexuel-le-s, « vous » le mouvement LGBT. Son entrée en scène, la manière dont elle s’installe sur le podium, son attitude corporelle25 – sa voix, ses gestes, ses habits – disent qu’elle veut montrer qu’elle parle de « l’intérieur » de l’espace du militantisme LGBT, faisant preuve d’une connaissance complice. Elle introduit d’ailleurs son intervention en saluant l’exploit militant :

« Je voudrais commencer par féliciter tout particulièrement les trois fédérations d’avoir réussi à prendre cette initiative et d’avoir réalisé cet événement parce que je sais que ça n’a pas été simple qu’il a fallu du temps, de l’énergie et de la passion même pour le monter, et je trouve que c’est une formidable initiative et occasion de mettre le focus sur ces questions… et j’espère qu’il en ressortira quelque chose. »

La complicité affichée de Najat Vallaud-Belckacem au Meeting

La complicité affichée de Najat Vallaud-Belckacem au Meeting

Tous droits réservés © Bertrand Chambarlac / http://www.flickr.com/​photos/​bertrandchambarlhac

53Elle rejoint en le soulignant et en l’amplifiant le discours introductif du Président de la Fédération LGBT, Denis Lefevre, incontestablement l’un des artisans les plus engagés dans cette démarche fédératrice, et qui fait appel, de surcroît, à une référence communautaire :

« C’est une première dans le mouvement LGBT en France, que les trois grandes fédérations s’unissent à ce point-là pour avoir une démarche unitaire et monter un événement de cette ampleur-là … C’est un événement assez extraordinaire et qui va relancer je crois, comment dire, quelque chose d’un esprit communautaire, l’idée qu’on soit là vraiment tous ensemble uni-e-s pour demander l’égalité des droits simplement. Je trouve que c’est un élément extrêmement fort pour la communauté. » Questionnaire, 19 avril 2012

54En 2012, et plus particulièrement à l’occasion de cet événement marquant, les groupes et les associations qui forment l’espace du militantisme LGBT ont réussi à réaliser la triple performance de l’unité politique, de la convergence inter-associative et de l’épreuve de force. L’élection présidentielle a révélé l’espace du militantisme LGBT comme un ensemble hétérogène mais relié par des références communautaires porteuse de sens pour la mobilisation et par sa capacité à se définir, ne serait-ce que pour une durée limitée, comme un « mouvement LGBT » permettant une action collective concertée et coordonnée.

  • 26 On réfère, bien évidemment, à la notion introduite par Charles Tilly (1984). Pour une relecture réc (...)

55Le mouvement LGBT a donc représenté un outil utile et efficace pour instaurer un dialogue avec des formations politiques et des candidat-e-s et, surtout, pour mettre en œuvre des « démonstrations de force ». En empruntant au répertoire d’action collective26 des campagnes électorales, les militant-e-s LGBT sont parvenu-e-s à s’insérer dans les dynamiques de campagne et à rendre lisible leur action comme politiquement « présidentiable ». Cette première bataille politique gagnée, l’après-présidentielle a introduit un nouveau contexte de lutte qui bénéficie de la mobilisation nationale et du resserrage du réseau communautaire enraciné au niveau local, renforcés durant la campagne.

56Ainsi, la synthèse militante qu’a réussi la mobilisation présidentielle du mouvement LGBT tant sur un plan organisationnel qu’idéologique, ne signifie pas l’avènement d’un mouvement qui transcenderait de manière permanente et stable les spécificités des groupes, des collectifs et des associations LGBT. Le « mouvement LGBT », en empruntant au répertoire d’action collective « imposé » par le contexte de l’élection présidentielle, a représenté davantage la réalisation contextuelle d’une partition militante inédite qu’une entité à part entière s’imposant une fois pour toute dans l’espace du militantisme LGBT. Autrement dit, à côté des Marches des Fiertés LGBT, considérées pendant longtemps comme la seule forme d’action collective disponible dans le répertoire militant LGBT, d’autres partitions militantes LGBT existent et peuvent exister.

57L’ensemble des discours et les pratiques qui circulent dans l’espace du militantisme LGBT, bien loin d’être fondateurs d’un mouvement ou d’une communauté monolithiques, constituent ainsi un répertoire militant d’action politique composé de partitions militantes chacune adaptée et adaptable en fonction des contextes politiques dans lesquels s’inscrivent les mobilisations LGBT.

Conclusion

58« Pourquoi se mobilise-t-on ? », se demande Daniel Cefaï (2007). Analyser les mobilisations uniquement à partir des revendications qu’elles portent peut laisser penser que la mobilisation n’est que le résultat d’un calcul rationnel des parties concernées pour atteindre un ou plusieurs objectifs, en fonction d’une lecture avisée de la conjoncture politique. En réalité, il serait réducteur de limiter l’élan de la mobilisation à sa visée revendicatrice ou contestataire. L’action collective LGBT dans le contexte de l’élection présidentielle de 2012 s’inscrit dans une histoire politique. Et c’est à partir de la lecture que les militant-e-s produisent de cette histoire et de la configuration de l’espace du militantisme LGBT, que peuvent se comprendre les stratégies mises en œuvre. Pendant la clôture du Meeting, Denis Lefevre revient sur cette histoire, et insiste sur l’ancrage historique de la mobilisation :

« Dans les années 1960-1970, il y a eu un grand mouvement militant à cette époque-là et puis malheureusement l’arrivée du VIH a coupé tout cet élan … et là, aujourd’hui, là ce soir on peut dire qu’on a relevé le flambeau qui avait été abandonné malheureusement … aujourd’hui tous ensemble on a relevé le flambeau. » Questionnaire, 19 avril 2012

59Aussi, pourrait-on avancer ici à titre de conclusion, la formulation d’un discours politique en termes d’égalité des droits et l’identification d’ennemis ou d’alliés réels ou potentiels se fonde sur des références à une communauté et fait donc appel à une communauté de référence qui a soutenu et rendu possible la mobilisation dans la séquence électorale des présidentielles de 2012. En filigrane des discours exposés médiatiquement, des revendications portées et des stratégies adoptées pour réussir à obtenir l’accès à des droits, se joue ainsi le devenir du mouvement à l’intérieur de l’espace du militantisme LGBT.

  • 27 La notion de « performance » recouvre ici une tout autre acception que celle proposée par Judith Bu (...)

60Cette campagne a ainsi vu apparaître une forme d’action collective que l’on pourrait définir comme une performance militante27 : la référence communautaire réalise de façon performante et performative, le temps d’une campagne, l’organisation de l’espace du militantisme LGBT en vue de la concrétisation d’un mouvement LGBT que les parties en jeu ont identifié comme tel. Performante et performative, la politique LGBT durant la campagne présidentielle a contribué à mettre en relief l’existence d’un espace du militantisme que la formule LGBT synthétise mais ne résume pas. Pour Stéphane Aurousseau, d’ailleurs :

« La formule LGBT est comme la devise républicaine : elle ne représente pas la réalité mais elle a une valeur performative. Le plus important n’est pas la formule que l’on choisit mais la manière dont on la fait vivre au quotidien dans les associations. » Questionnaire, 12 août 2012

61L’usage stratégique de quelques référentiels militants, dont l’appel à un mouvement inter-associatif, à la fois uni et pluriel, s’est traduit en dernier instance en un discours que les candidat-e-s ont eu à reformuler, à adopter et à assumer publiquement lors de leurs interventions au Meeting pour l’égalité. L’espace du militantisme LGBT est devenu un espace de référence incontournable pour les formations politiques. S’il est une réussite du mouvement LGBT lors de cette dernière campagne, c’est bien d’avoir contraint les formations politiques à se positionner autour d’un discours égalitaire moulé dans la sémantique du modèle républicain, qui plus est doublé d’un appel à des valeurs et des droits européens. Autrement dit, d’avoir réussi à faire de quelques références communautaires un référentiel politique.

Haut de page

Bibliographie

ACHIN Catherine, DORLIN Elsa, RENNES Juliette (dir.), Dossier « Le corps présidentiable », Raisons politiques, 31, 2008.

BENSA Alban, FASSIN Eric, « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, 38, 2002, pp. 5-20.

BERENI Laure, « Du MLF au Mouvement pour la parité », Politix, 78, 2007, pp. 107-132.

BERENI Laure « Penser la transversalité des mobilisations féministes : l’espace de la cause des femmes », in Bard Christine (dir.), Les féministes de la deuxième vague, Rennes, PUR, 2012, pp. 27-41.

BROQUA Christophe, « À propos de l’homosexualité masculine et du sida », Mouvements, n. 35, 5/2004, pp. 166-171.

BROQUA Christophe, Agir pour ne pas mourir ! Les homosexuels et le sida, Paris, Presses de Sciences Po, 2006.

BUTLER Judith, Trouble dans le genre. Le féminisme et la subversion de l’identité, Préface d’Éric Fassin, traduit de l’anglais (USA) par Cynthia Kraus, Paris, La Découverte, 2006 [1990].

CEFAÏ Daniel, Pourquoi se mobilise-t-on?Les théories de l’action collective, Paris, La Découverte/Mauss, 2007.

FASSIN Éric, L’Inversion de la question homosexuelle, Paris, Amsterdam, 2008 [2005].

FASSIN Éric, Le Sexe politique, Paris, EHESS, 2009.

FILLIEULE Olivier, MAYER Nonna, « Devenirs militants », Revue française de science politique, 51, 1, 2001, pp. 19-25.

GIRARD Jacques, Le Mouvement homosexuel en France 1945-1980, Paris, Syros, 1981.

GROSS Martine (dir.), Homoparentalités, état des lieux, Paris, Erès, 2005.

HAUSER Jean, « Présidentielle: être sexué ou ne pas être sexué, voilà la question ? », La semaine juridique, 10, 5 mars 2012p. 466-469.

IDIER Antoine, Les Alinéas au placard. L’abrogation du délit d'homosexualité (1977-1982), Paris, Cartouche, 2013.

JAUNAIT Alexandre, « Retours sur les nationalismes sexuels », Genre, sexualité & société [En ligne], 5 | Printemps 2011, mis en ligne le 01 juin 2011, Consulté le 10 septembre 2012. URL : http://gss.revues.org/index1957.html

KRAUS François, Gays, bis et lesbiennes : des minorités sexuelles ancrées à gauche, CEVIPOF, 8, janvier 2012. Consulté le 15 septembre 2012. URL : http://www.cevipof.com/rtefiles/File/AtlasEl3/NoteKRAUS.pdf

LESTRADE Didier, Pourquoi les gays sont passés à droite ?, Paris, Seuil, 2012.

MATHIEU Lilian, L’Espace des mouvements sociaux, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, 2012

MULLER Pierre, « L’analyse cognitive des politiques publiques : vers une sociologie politique de l’action publique », Revue française de science politique, 50, 2, 2000, pp. 189-208.

MULLER Pierre, Les Politiques publiques, Paris, Presses universitaires de France, 2009.

MULLER Pierre, « Référentiel », in BOUSSAGUET Laurie et al., Dictionnaire des politiques publiques, Paris, Presses de Sciences Po, 2010, pp. 555-562.

OFFERLÉ Michel, « Retour critique sur les répertoires de l'action collective (XVIIIe - XXIe siècles) »,
Politix, 81, 2008, pp. 181-202.

PECHU Cécile, « Quand les "exclus" passent à l’action. La mobilisation des mal-logés », Politix, 9, 34, deuxième trimestre 1996, pp. 114-133.

PINELL Patrice (dir.), Une Épidémie politique. La lutte contre le sida en France (1981-1996), Presses Universitaires de France, Paris, 2002.

PREARO Massimo, « Le moment 70 de la sexualité : de la dissidence identitaire en milieu militant », Genre, sexualité & société [En ligne], 3, printemps 2010, mis en ligne le 18 mai 2010. Consulté le 20 janvier 2013. URL : http://gss.revues.org/index1438.html.

PREARO Massimo, La genèse des mouvements d’affirmation identitaire : homosexualité et identité à l’âge de l’autonomie, thèse en Études politiques, présentée le 31 mars 2011, EHESS (Paris).

PUAR Jasbir, Terrorist Assemblages: Homonationalism in Queer Times, Duke University Press Books, 2007 ; partiellement traduit en français par Maxime Cervulle, sous le titre Homonationalisme : Politiques queer après le 11 Septembre, Paris, Amsterdam, 2012.

PUAR Jasbir, « Citation and Censorship: The Politics of Talking About the Sexual Politics of Israel », Feminist Legal Studies, 19, 2, 2011, pp. 133-142.

TILLY Charles, « Les origines du répertoire d'action collective contemporaine en France et en Grande-Bretagne », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 4, octobre 1984, pp. 89-108.

YOUNG Iris Marion, Justice and the Politics of Difference, Princeton, Princeton University Press, 1990.

Haut de page

Notes

1 Par « trans », on entend à la fois transsexuel-le, transgenre, travesti-e, etc.

2 Communiqué de presse Inter-LGBT, Fédération LGBT, Coordination InterPride France du 20 avril 2012. URL : http://www.egalitelgbt2012.fr/meeting/communique-de-presse.html

3 Pour une approche historico-politique en termes de « moments », voir Massimo Prearo (2010). Pour une épistémologie historique du présent, dont cet article s’inspire également, voir Alban Bensa et Eric Fassin (2002).

4 Dans la mesure où toutes les personnes interrogées se sont exprimées en qualité de représentantes d’association, leurs propos n’ont pas été anonymisés, sauf pour protéger certains informations données à titre confidentiel. Je tiens à remercier chaleureusement tou-te-s les répondant-e-s pour le temps précieux qu’ils et elles m’ont consacré, leur disponibilité, leur générosité et leur confiance.

5 Cette approche n’ignore pas l’apport de l’analyse des trajectoires militantes, mais vise plutôt l’étude de la trajectoire des mouvements eux-mêmes. Sur les « devenirs militants », voir Olivier Fillieule et Nonna Mayer (2001).

6 On reprend ici, en la reformulant, la notion de « référentiel », désormais entrée dans le vocabulaire de la science politique, qui renvoie très précisément aux valeurs, aux croyances, aux cadres d’interprétation et aux cadres cognitifs qui informent l’action publique (Boussaguet, 2010 ; Muller, 2009 et 2000).

7 Inter-LGBT, Marche des Fiertés 2011. Dossier de presse, p. 10. URL : http://marche.inter-lgbt.org/IMG/pdf/dossier_presse_marche_2011.pdf

8 Alexis Puzyrev, « Préparez-vous à marcher ! Toutes les dates des gay prides 2011 », mardi 29 mars 2011. URL : http://www.tetu.com/actualites/france/preparez-vous-a-marcher-toutes-les-dates-des-gay-prides-2011-19123

9 Rédaction, « Mariage des homos: la «plaisanterie» homophobe d'une députée », mercredi 25 mai 2011. URL: http://www.tetu.com/actualites/france/mariage-des-homos-la-plaisanterie-homophobe-dune-deputee-19493

10 « Christian Vanneste (UMP) évoque la "légende de la déportation des homosexuels" » Le Monde.fr, 15 février 2012. URL : http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/02/15/christian-vanneste-ump-evoque-la-legende-de-la-deportation-des-homosexuels_1643436_1471069.html

11 « Le Front National condamne les propos de Christian Vanneste », Le Monde.fr, 15 février 2012. URL : http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/02/15/le-front-national-condamne-les-propos-de-christian-vanneste_1643659_1471069.html

12 La notion de pinkwashing renvoie aux stratégies d’instrumentalisation et de détournement mises en œuvre par les gouvernements israéliens qui, pour détourner l’attention de la communauté internationale des exactions et des abus commis dans les territoires palestiniens, promeuvent et publicisent la gayfriendliness de l’État d’Israël. Voir notamment Jasbir Puar (2011).

13 « Homophobie : deux députés de la Droite populaire dénoncent un "lynchage médiatique" », Le Monde.fr, 15 février 2012. URL :http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/02/15/homophobie-cope-promet-des-sanctions-contre-vanneste_1643471_1471069.html

14 Il a été ancien président de l’association Couleurs gaies, membre fondateur et ancien administrateur de la Fédération LGBT, ex Fédération des Centres LGBT.

15 Cf. par exemple Martine Gross (2005).

16 Après les élections Gilles Bon-Maury a laissé la fonction, occupée actuellement par Denis Quinqueton, déjà président du « Collectif Pacs », pour rejoindre le cabinet de Najat Valaud-Belckacem, Ministre des droits des femmes.

17 David Auerbach Chiffrin est l’ancien secrétaire du Centre LGBT de Paris et de l’ancienne Fédération des Centres LGBT de France (aujourd’hui Fédération LGBT), il s’exprime ici de façon liminaire en réponse au questionnaire soumis.

18 Paul Parant, « Marche des fiertés 2011: qui veut la peau du coq de l’affiche », mercredi 13 avril 2011. URL: http://www.tetu.com/actualites/france/affiche-qui-veut-la-peau-du-coq-de-la-marche-des-fiertes-19225

19 Voir à ce propos, un exemple des discussions que provoque la réflexion sur l’homonationalisme dans le compte rendu qu’Alexandre Jaunait a consacré au colloque international « Sexual Nationalisms. Gender, Sexuality, and the Politics of Belonging in the New Europe », organisé à Amsterdam les 27 et 28 janvier 2011. Voir également le livre de Jasbir Puar (2012 [2007]).

20 Débat « Présidentielles 2012 : Marine Le Pen », organisé par Elle et l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, le 5 avril 2012. Je souligne. URL : http://videos.elle.fr/video.php?video=30b5fc74441s

21 Le 15 mars 2013, 170 professeurs de droit ont signé une lettre ouverte à l’attention des sénatrices et des sénateurs français-e-s pour manifester leur opposition au projet de loi en faveur du « mariage pour tous ». Cf. http://www.cadureso.com/actualite/actualite-sante/3331-170-professeurs-de-droit-rentrent-en-resistance-face-au-projet-de-loi-taubira

22 Pour une étude qui met en relief la constitution d’un espace du militantisme homosexuel et l’institution d’un mouvement unitaire, voir Prearo (2011).

23 La résolution reconnaît que « les personnes transgenres se trouvent confrontées à un cycle de discrimination et de privation de leurs droits dans bon nombre d’États membres du Conseil de l’Europe en raison des attitudes discriminatoires et des obstacles qu’elles rencontrent pour obtenir un traitement de conversion sexuelle et une reconnaissance juridique de leur nouveau sexe. De ce fait, les taux de suicide sont relativement élevés parmi les personnes transgenres ». Elle reconnaît également le droit « à des documents officiels reflétant l’identité de genre choisie, sans obligation préalable de subir une stérilisation ou d’autres procédures médicales comme une opération de conversion sexuelle ou une thérapie hormonale ». Pour voir l’intégralité du texte : http://assembly.coe.int/mainf.asp?Link=/documents/adoptedtext/ta10/fres1728.htm

24 « Meeting LGBT pour l’égalité ». L’intégralité des vidéos est disponible sur internet. URL: http://www.egalitelgbt2012.fr/meeting/videos/lintegrale.html

25 Sur le « corps présidentiable » voir Catherine Achin, Elsa Dorlin, Juliette Rennes (2008).

26 On réfère, bien évidemment, à la notion introduite par Charles Tilly (1984). Pour une relecture récente voir Michel Offerlé (2008).

27 La notion de « performance » recouvre ici une tout autre acception que celle proposée par Judith Butler (2006 [1990]). Elle pourrait se rapprocher davantage de l’analyse des rapports entre espace public et mouvements sociaux que propose Iris Marion Young (2009).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Une mobilisation inter-associative
Légende De gauche à droite : Denis Lefevre, Président de la Fédération LGBT, Nicolas Gougain, porte-parole de l’Inter-LGBT et Stéphane Corbin, Président de la Coordination InterPride France introduisent le Meeting LGBT pour l’égalité.
Crédits Tous droits réservés © Géraldine Aresteanu / www.salez-poivrez.com
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/2701/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Le mot d’ordre de la Marche des Fiertés LGBT 2011 : « Pour l’égalité : en 2011 je marche, en 2012 je vote »
Crédits Tous droits réservés © Bertrand Chambarlac / http://www.flickr.com/​photos/​bertrandchambarlhac
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/2701/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Le Meeting LGBT pour l’égalité : les associations prennent la parole
Crédits Tous droits réservés © Bertrand Chambarlac / http://www.flickr.com/​photos/​bertrandchambarlhac
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/2701/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Les militant-e-s se mobilisent
Crédits Tous droits réservés © Bertrand Chambarlac / http://www.flickr.com/​photos/​bertrandchambarlhac
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/2701/img-4.png
Fichier image/png, 460k
Titre Geoffroy Didier, représentant de Nicolas Sarkozy au Meeting, hué par la salle
Crédits Tous droits réservés © Géraldine Aresteanu / www.salez-poivrez.com
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/2701/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre La complicité affichée de Najat Vallaud-Belckacem au Meeting
Crédits Tous droits réservés © Bertrand Chambarlac / http://www.flickr.com/​photos/​bertrandchambarlhac
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/2701/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Massimo Prearo, « L’espace du militantisme LGBT à l’épreuve des présidentielles », Genre, sexualité & société [En ligne], Hors-série n° 2 | 2013, mis en ligne le 10 avril 2013, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://gss.revues.org/2701 ; DOI : 10.4000/gss.2701

Haut de page

Auteur

Massimo Prearo

Docteur en Études politiques (EHESS)
ATER en science politique
Université de La Rochelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org