Navigation – Plan du site
Dossier
Articles

La politisation d’une épidémie : les mécanismes de construction d’une cause

The Politicization of an Epidemic : the Construction of the Mobilization
Michael Voegtli

Résumés

Ce texte est un commentaire de l’article « Sida : la politisation d’une épidémie » de Dennis Altman. Publié en 1984, l’article pointe la dimension politique de l’épidémie et son impact sur l’homosexualité, et montre les transformations du mouvement homosexuel et de l’identité gaie qu’elle provoque. Il rappelle le dilemme de l’engagement homosexuel dans la lutte et ses effets sur la construction de la cause publique. Par ailleurs, on insiste ici sur le fait qu’Altman offre un modèle d’analyse permettant de saisir le va-et-vient constant entre transformation des collectifs, recomposition de l’espace anti-sida et mutation des causes dans un contexte spécifique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ouvrage suivi par Coming Out in the Seventies (1979) et The Homosexualization of America: the Ameri (...)

1On connaît de Dennis Altman l’étendue de ses recherches sur l’homosexualité depuis son ouvrage séminal Homosexual : Oppression and Liberation paru en 19711. On connaît également ses textes montrant une préoccupation constante pour l’étude des influences normalisantes sur « l’identité gaie », que ce soit à travers l’analyse des modes d’action politique, des modes de vie culturels étatsuniens ou, plus dernièrement, de l’impact de la globalisation sur la configuration du genre et des sexualités avec Global Sex (2001). Pour qui s’intéresse à la problématique du VIH/sida, Dennis Altman est là encore un auteur incontournable, qu’il s’agisse de son ouvrage retentissant paru en 1986 AIDS in the Mind of America, de son livre Power and Community : Organizational and Cultural Responses to AIDS (1994) ou encore des nombreux chapitres et articles qu’il a rédigés. Dans ses travaux, Dennis Altman a toujours laissé entrevoir à quel point ses préoccupations militantes pouvaient rejoindre et donner forme à sa production scientifique.

2On connaît pourtant moins cet article proposé finalement aujourd’hui en français. Toutefois, à la lecture de ce texte publié, dans sa version originale, à la fin de l’année 1984, on ne peut qu’être frappé par la lucidité d’une analyse effectuée au moment où le sida est en passe de devenir le problème de santé publique majeur du dernier quart du XXe siècle. Posant d’emblée la dimension politique de l’épidémie et son impact sur l’homosexualité, il montre les transformations du mouvement homosexuel et de l’identité gaie qu’elle implique. Dans un même temps, cette analyse souligne le dilemme de l’engagement homosexuel dans la lutte et ses effets sur la construction de la cause publique.

La construction d’une cause : l’homosexualisation du sida

3En insistant sur l’homosexualisation du sida dans les champs médical, médiatique et politique, Altman s’intéresse à la construction de la cause et aux premières réponses politiques qui y sont apportées.

4Dans le champ médical, l’amalgame entre homosexualité et sida participe à la constitution de l’image publique de cette maladie qui, comme le souligne l’auteur, se fait connaître initialement sous l’acronyme de GRID (Gay-related immune deficiency – déficience immunitaire liée aux gays) avant que cette dénomination ne disparaisse à la fin de l’année 1982 (Leibowitch, 1984, 27-30). Aussi bien les études nord-américaines que les recherches européennes montrent à l’époque l’écrasante prédominance des homosexuels masculins parmi les personnes atteintes, et l’auteur insiste sur le fait que ce nombre important est également lié à la focale de recherche des études médicales. En effet, et d’autres le souligneront également, lorsque commence officiellement l’histoire du sida « ‘[l]e mystère homosexuel’ en domine l’ouverture. Un conducteur qui entravera l’esprit de ceux qui s’y attacheront » (Leibowitch, 1984, 16). À tel point que, comme le mentionne aussi Mirko Grmek (1989, 46) dans son Histoire du sida, on en arrive à « une sorte d’auto-confirmation, de cercle vicieux, car au départ l’homosexualité [est] elle-même un critère essentiel du diagnostic ». Si de nombreuses incertitudes subsistent jusqu’à ce que le savoir sur la maladie commence à être communément partagé dans le champ médical, c’est-à-dire entre le milieu et la fin de l’année 1983, l’image du sida évolue surtout à partir du milieu de l’année 1984, lorsqu’est découvert l’agent viral du sida, identifié par l’équipe française de l’Institut Pasteur réunie autour de Luc Montagnier (qui le dénomme LAV), puis par l’équipe de chercheurs nord-américains placés sous la direction de Robert Gallo au National Cancer Institute de Bethesda (HTLV-III) (Epstein, 2001 ; Thiaudière, 2002). Pourtant, la dimension homosexuelle n’en disparaît jamais totalement.

  • 2 Toujours dans le cas de la France, Herzlich et Pierret (1988, 1114) montrent bien que certains disc (...)

5Cette phase d’incertitude n’est pas sans effet non plus sur le cadrage opéré dans le champ médiatique, où la crainte d’être en présence d’une épidémie dont l’ampleur serait extrêmement importante se combine avec la désignation de catégories bien précises de population. En particulier, ce cadrage médiatique contient en germe un redoublement du stigmate portant sur des groupes dominés, à commencer par les homosexuels, mais aussi les Haïtien-ne-s, les usagers et usagères de drogues par voie intraveineuse ou les travailleuses et travailleurs du sexe. On peut lire très clairement la dénonciation de ce mécanisme dans le texte d’Altman. D’autres études, en France et dans d’autres pays (par exemple Frankenberg et Hanebeck (2000) sur l’Allemagne de l’Ouest, Bänziger (2005) sur la Suisse, Treichler (1987, traduit dans ce numéro) ou encore Nelkin (1991) sur les États-Unis) ont depuis pointé une logique similaire. Dans le cas français, comme l’ont remarqué Claudine Herzlich et Janine Pierret (1988, 1110), le « phénomène social sida » se manifeste par une polarisation des rapports sociaux dans un échange constant entre productions scientifique et médiatique, posant de fait la question de savoir si l’on avait déjà pu expérimenter « lors du surgissement d’un phénomène nouveau, […] de telles interférences et […] des rétroactions si évidentes entre la connaissance scientifique et la connaissance commune »2. Et, dès lors que le sida est lié à certains groupes sociaux construits comme minorités, c’est sur leurs modes de vie que va se porter l’attention pour en expliquer la survenue et la diffusion.

Quand l’étiologie du sida rencontre les modes de vie homosexuels

6Si l’on suit Dennis Altman, le premier effet de la construction de l’image publique du sida, influencé par les découvertes médicales, est d’en proposer une explication basée sur les comportements des gays, ces derniers étant perçus – héritage des luttes politiques menées dans les années 1970 – comme un groupe distinct. « Étant donné que la définition de l’homosexualité a évolué d’une forme de comportement sexuel – comme par exemple dans les rapports Kinsey – aux caractéristiques et modes de vie d’une minorité, il est plus facile de concevoir l’homosexualité comme ayant ses maladies spécifiques ». Ce passage de la catégorie au groupe (ou des pratiques aux comportements et modes de vie) a pour conséquence de constituer le discours sur la maladie en discours moral (Epstein, 2001, 14-20) où certaines – mais surtout certains – sont étiquetés à l’époque comme appartenant à des « groupes à risque ». Les relations homosexuelles et la prise de drogue par voie intraveineuse sont autant d’agissements qui vont faire l’objet de condamnations, puisqu’ils semblent faire courir le risque de propager auprès d’une population « saine » une maladie paraissant jusque-là circonscrite, touchant uniquement – comme une sorte de châtiment divin – les personnes considérées comme déviantes.

7La force du discours mettant l’accent sur le(s) « mode(s) de vie » homosexuel(s) est qu’il contribue à renforcer l’ordre hétérosexiste, dans la mesure où, comme le souligne Treichler dans ce volume, « penser le sida comme une maladie gay est également attractif parce que les pratiques hétérosexuelles en sont protégées et leur supériorité morale s’en trouve réaffirmée ». Dorothy Nelkin (1991, 299) arrive à des conclusions relativement similaires lorsqu’elle analyse les articles du New York Times et du San Francisco Chronicle consacrés au sida, en indiquant en outre qu’en la désignant comme « maladie sexuellement transmissible », et non pas comme « maladie virale », on en vient à blâmer l’immoralité, la promiscuité homosexuelle, les contacts et comportements dans les lieux de drague et en particulier dans les saunas, ou encore la prise de certains produits.

8L’une des conséquences de ce « modèle étiologique social et psychologique », en insistant sur l’action de « cofacteurs », est qu’il complique la gestion du risque, provoquant pour beaucoup d’homosexuels « le sentiment qu’ils [sont] dénoncés moins pour ce qu’ils [font] que pour ce qu’ils [sont] » (Pollak, 1988, 12). Et c’est là tout l’intérêt du travail d’Altman : en liant la survenue du sida avec les problématiques identitaires de ceux qui en sont à la fois les victimes et les propagateurs désignés, on voit à quel point ceux qui construisent la cause sont, en retour, façonnés par celle-ci. Loin de se limiter à une explication monocausale purement extérieure au monde associatif homosexuel, Altman souligne que les gays sont aussi associés au sida parce qu’ils s’associent à la lutte, et que l’une des conditions permettant la mobilisation associative passe paradoxalement dans un premier temps par le renforcement de l’homosexualisation de l’épidémie.

Les luttes pour la transformation de l’image publique du sida

9L’homosexualisation du sida ou, en d’autres termes, le lien public entre homosexualité (masculine) et sida pose directement la question des conditions de possibilité de la mobilisation. Altman indique que « la détermination des groupes gays, qui peuvent compter sur plus de compétences et de ressources que les autres, n’a pu que renforcer l’image du sida comme maladie gay. D’autre part, la nécessité de mobiliser leur communauté a conduit les leaders gays à renforcer cette association entre la communauté gay et l’épidémie ». Deux éléments méritent ici d’être soulignés.

10D’une part, l’inégale capacité des catégories de personnes désignées et stigmatisées comme responsables de l’épidémie à se mobiliser contre le fléau. En ce domaine, il est bien connu que les gays occupent une place centrale dans la lutte dans la plupart des premières mobilisations aux États-Unis, en Australie ou dans la majorité des pays d’Europe de l’Ouest. À l’inverse, si des intervenant-e-s en toxicomanie participent activement et précocement à la lutte, les conditions de possibilité de s’engager contre la maladie pour une population fréquemment insérée dans un processus de « désaffiliation sociale » (Castel, 1995, 36) et sans mouvement social organisé est plus difficilement réalisable. C’est ce que souligne par exemple dans le cas de la Suisse Céline Mavrot (2009, 57) qui, en montrant que la mobilisation antisida dans le domaine de la toxicodépendance est avant tout le fait d’entrepreneurs de cause, nuance le propos de Michael Pollak (1990, 84) lorsqu’il écrit que « les consommateurs de drogue par voie intraveineuse […] cherchent des services plutôt qu’un engagement personnel ». L’auteure préfère parler en ce sens « d’obstacle à l’engagement : une certaine frange de la population toxicomane est exposée à un cumul de facteurs de précarisation, au premier rang desquels est à mentionner l’illégalité des produits psychotropes. Les effets en termes d’exclusion sociale, économique et symbolique, entraînent un cycle de reproduction d’une identité déviante et débouchent sur l’attribution d’un stigmate difficilement endossable ». Au contraire des usagers et usagères de drogues, la mobilisation des homosexuels masculins qui s’identifient comme tels au sein d’un mouvement de lutte était déjà bien amorcée au moment où l’on a commencé à parler du sida, et de nombreux facteurs ont pu favoriser leur mobilisation dans la lutte antisida.

11Cet élément a été abondamment souligné au niveau international, en mentionnant que les homosexuels étaient/sont fréquemment caractérisés par « la disposition d’un capital culturel, l’appartenance aux classes moyennes supérieures et la possibilité d’y mobiliser des alliés, la préexistence de réseaux de sociabilité volontaires, de liens électifs entre des individus, constitués ou renforcés par la conscience d’être socialement menacés » (Barbot, 1999, 158-159). Il n’est dès lors pas étonnant que le sida soit très tôt un enjeu de discussion puis de mobilisation à l’intérieur des associations gays. Pour le dire avec Daniel Cefaï (1996, 49), « [l]es acteurs collectifs ne préexistent pas tels quels aux configurations dramatiques et narratives de l’activité collective, mais sont configurés par ce qu’ils configurent ». La manière dont ces diverses associations se réapproprient le problème sida contribue en retour à faire évoluer à l’interne la configuration même de ces associations.

12D’autre part, la forme que prend la mobilisation renvoie directement à l’état de la structuration de l’espace associatif homosexuel. Cette dimension est très clairement mise en lumière dans l’ouvrage de Patrice Pinell et al. (2002, 47-48), lorsque les auteurs expliquent l’échec de Vaincre le Sida à représenter une cause commune contre le sida en France en liant les difficultés de l’association aux luttes qui se déroulent alors dans le champ homosexuel entre le pôle politique et le pôle communautaire. Et également ce qui explique le succès d’Aides, « qui, en mettant les malades au centre de ses préoccupations, ne lie pas sur le plan organisationnel la lutte contre le sida à la communauté gay, mais se construit comme un espace d’alliance entre les malades et tous ceux qui se sentent concernés par l’épidémie ». Dès le départ, c’est de fait autour du malade que s’effectue la mobilisation anti-sida. En Allemagne, la Deutsche Aids-Hilfe se donne également pour objectif d’offrir un soutien aux malades (Rosenbrock et Wright, 2000). En France, le choix de mettre le malade au centre de la mobilisation produit rapidement un double mouvement de déshomosexualisation, consistant à « couper publiquement le lien entre homosexualité et sida » (Barbot, 2002, 48), puis d’hétérosexualisation (accroissement des bénévoles femmes puis hommes hétérosexuel-le-s) au sein de l’espace associatif de lutte contre le sida, processus que l’on retrouve moins précocement aux États-Unis.

  • 3 Je me permets ici de renvoyer sur cet aspect à Delessert et Voegtli (2012).

13Ainsi, l’intérêt porté à la constitution de la cause sida selon l’état de l’espace associatif homosexuel dans les différents pays renseigne aussi sur la forme que prend tendanciellement la mobilisation dans les premières phases de la lutte : accent sur la prévention, lorsque l’image publique associe fortement homosexualité et sida (en Suisse par exemple3) ; soutien et accompagnement, lorsque la figure du malade est placée au centre de la mobilisation. L’impact de l’espace associatif homosexuel sur la manière dont se construit la cause et la forme qu’elle acquiert est donc extrêmement important. En retour, l’impact du sida sur cet espace homosexuel est, comme le montre là encore Altman, également central.

Les conséquences du sida sur l’espace associatif homosexuel

  • 4 Mécanisme très visible, dans un autre contexte, dans l’étude de Christophe Broqua (2005).

14Le dernier point essentiel du texte d’Altman concerne l’impact du sida sur l’espace associatif homosexuel. « Le sida a amplifié les revendications du mouvement gay et a politisé des milliers de personnes, principalement des hommes, en faisant du lobby gay, pour la première fois, un acteur du débat sur l’allocation des ressources de l’État ». En déplaçant, au moins dans une certaine mesure, les possibilités d’identification à la lutte en dehors des lignes de partage idéologiques et stratégiques qui avaient opposé centralement les mouvements homophiles et de libération homosexuelle, en permettant aussi un engagement en lien avec l’homosexualité sans passer nécessairement par l’engagement dans une association homosexuelle4, la lutte contre le sida a pour effet d’accroître et d’élargir l’engagement des gays et lesbiennes. Plus encore, l’auteur émet l’hypothèse d’une transformation importante de l’orientation du mouvement gay passant d’une logique des droits à une logique d’allocation des ressources, c’est-à-dire plus axée sur le travail d’alliance et de lobbying politique. On peut sans doute convenir d’un rapprochement – parfois conflictuel – avec les pouvoirs publics dans la gestion de l’épidémie, et du processus que Dennis Altman désignera (1988, 313) sous les termes de « legitimation through disaster », indiquant que « le sida a amené des enjeux d’une importance centrale pour le mouvement gay à l’intérieur de l’agenda politique dominant : à un prix énorme, le mouvement gay est devenu un acteur politique reconnu dans l’élaboration des politiques publiques de santé ». Cet impact est également nécessaire pour comprendre comment s’élaborent ensuite les questions liées à l’égalité et aux discriminations dans les luttes politiques (Pinell et al., 2002, 382 sqq. ; Roca i Escoda 2010 ; Paternotte, 2011).

Une analyse et un modèle d’analyse

15En écrivant son article en 1984, Altman plaide pour une déshomosexualisation du sida, insistant en particulier, au-delà du redoublement de la stigmatisation des groupes dominés, sur ses effets négatifs en termes de remédicalisation de l’homosexualité et de contrôle de la sexualité gaie. La déshomosexualisation, en ce sens, viserait à éclairer les limites de la prise en charge médicale des malades et de l’accès aux traitements. Elle devrait permettre le passage d’une posture « communautaire » à une approche « généraliste ». Dans les faits, elle apparaîtra plus fortement avec le test de dépistage qui, en contribuant à modifier l’image publique de l’épidémie (pouvant potentiellement désormais concerner tout le monde), transformera également les formes de la lutte et d’alliances. Cette lente hétérosexualisation de la cause, repérée dans de nombreux pays occidentaux (sur la France, cf. Fillieule et Broqua, 2000 ; Buton, 2005), se poursuivra lors des phases de professionnalisation et de « normalisation » du sida (Rosenbrock, 2000 ; Setbon, 2000 ; Dodier, 2003, 270 sq.).

16Le texte d’Altman, dans son étude centrée sur les États-Unis et l’Europe occidentale, rappelle combien, dans ce processus de politisation du sida, la construction de la cause dépend de la force des mouvements politiques homosexuels et des transformations de l’image publique de l’épidémie. En d’autres termes, l’auteur saisit et rend compte avec acuité des luttes pour construire une représentation partagée de l’espace sida lors de cette première phase des mobilisations, processus qui a pour effet de construire les groupes mobilisés et d’influencer les mécanismes de constitution de l’identité gay. Ainsi, au-delà d’une description fine de la constitution de la cause sida, Altman pose les jalons d’un modèle d’analyse permettant de saisir le va-et-vient constant entre transformation des collectifs, recomposition de l’espace anti-sida et mutation des causes dans un contexte qui en limite la portée.

Haut de page

Bibliographie

ALTMAN Dennis, Coming Out in the Seventies, Sydney, Wild & Woolley, 1979.

ALTMAN Dennis, The Homosexualization of America: the Americanization of the Homosexual, Boston, Beacon Press, 1983.

ALTMAN Dennis, « AIDS: The Politicizisation of an Epidemic », Socialist Review, n° 78, 1984, pp. 93-109.

ALTMAN Dennis, AIDS in the Mind of America, Garden City, Anchor, 1986.

ALTMAN Dennis, « Legitimation through Disaster: AIDS and the Gay Movement », in FEE Elisabeth, FOX Daniel. M. (dir.), AIDS: The Burdens of History, Berkeley, University of California Press, 1988, pp. 301-315.

ALTMAN Dennis, Power and community. Organizational and cultural responses to AIDS, London, Taylor & Francis, 1994.

ALTMAN Dennis, Global Sex, Chicago, University of Chicago Press, 2001.

BÄNZIGER Peter-Paul, « Sida : le début d’une nouvelle épidémie. Articles sur le VIH et le sida dans les médias suisses de 1983 à 2005 », in OFSP, ASS, Ohne Dings kein Bums, Baden, Hier+Jetzt, 2005, pp. 138-146.

BARBOT Janine, « L’engagement dans l’arène médiatique. Les associations de lutte contre le sida », Réseaux, n° 95, 1999, pp. 155-196.

BARBOT Janine, Les malades en mouvements. La médecine et la science à l’épreuve du sida, Paris, Balland, 2002.

BROQUA, Christophe, Agir pour ne pas mourir. Act Up, les homosexuels et le sida, Paris, Presses de Sciences Po, 2005.

BUTON François, « Sida et politique : saisir les formes de la lutte », Revue française de science politique, vol. 55, n° 5-6, 2005, pp. 787-810.

CASTEL Robert, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995.

CEFAÏ Daniel, « La construction des problèmes publics. Définitions des situations dans des arènes publiques », Réseaux, n° 75, 1996, pp. 43-66.

DELESSERT Thierry, VOEGTLI Michael, Homosexualités masculines en Suisse. De l’invisibilité aux mobilisations, Lausanne, PPUR, 2012.

DODIER Nicolas, Leçons politiques de l’épidémie de sida, Paris, éditions de l’EHESS, 2003.

EPSTEIN Steven, Le virus est-il bien la cause du sida ? Histoire du sida 1, Paris, Les empêcheurs de penser en rond, 2001 [1996].

FILLIEULE Olivier, BROQUA Christophe, Les associations de lutte contre le sida. Approche des logiques de l’engagement à AIDES et à Act Up, Paris, Rapport à la MIRE, 2000.

FRANKENBERG Gunter, HANEBECK Alexander, « From hysteria to banality. An overview of the political response to AIDS in Germany », in ROSENBROCK Rolf, WRIGHT Michael T. (dir.), Partnership and Pragmatism. Germany’s Response to AIDS Prevention and Care, London, Routledge/Taylor & Francis, 2000, pp. 35-47.

GRMEK Mirko D., Histoire du sida, Paris, Payot, 1989.

HERZLICH Claudine, PIERRET Janine, « Une maladie dans l’espace public. Le SIDA dans six quotidiens français », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 43, n° 5, 1988, pp. 1109-1134.

LEIBOWITCH Jacques, Un virus étrange venu d’ailleurs, Paris, Grasset, 1984.

MAVROT Céline, Les politiques de réduction des risques dans le canton de Vaud 1970-2003. L’institutionnalisation d’un secteur thérapeutique au prisme des luttes politiques et professionnelles, Mémoire de licence en science politique, sous la direction de Dominique Joye, Lausanne, Université de Lausanne, 2009.

NELKIN Dorothy, « AIDS and the News Media », The Miliband Quarterly, vol. 69, n° 2, 1991, pp. 293-307.

Paternotte David, Revendiquer le mariage gay. Belgique, France, Espagne, Bruxelles, Presses universitaires de Bruxelles, 2011.

PINELL Patrice et al., Une épidémie politique. La lutte contre le sida en France (1981-1996), Paris, PUF, 2002.

POLLAK Michael, Les homosexuels et le sida : sociologie d’une épidémie, Paris, Métailié, 1988.

POLLAK Michael, « Constitution, diversification et échec de la généralisation d’une grande cause : le cas de la lutte contre le sida », Politix, n° 16, 1990, pp. 80-90.

ROCA I ESCODA Marta, La reconnaissance en chemin. L’institutionnalisation des couples homosexuels à Genève, Zurich et Genève, Seismo, 2010.

ROSENBROCK Rolf et al., « The normalization of AIDS in Western European countries », Social Science and Medicine, vol. 50, n° 11), 2000, pp. 1607-1629.

THIAUDIERE Claude, Sociologie du sida, Paris, La découverte, 2002.

TREICHLER Paula A., « AIDS, Homophobia, and Biomedical Discourse: An Epidemic of Signification », October, 43, 1987, pp. 31-70.

Haut de page

Notes

1 Ouvrage suivi par Coming Out in the Seventies (1979) et The Homosexualization of America: the Americanization of the Homosexual (1983).

2 Toujours dans le cas de la France, Herzlich et Pierret (1988, 1114) montrent bien que certains discours médiatiques précisent peu à peu que les homosexuels ne sont pas les seuls concernés. Toutefois, « [m]algré les efforts vers l’objectivité dont ces mises au point témoignent, l’association immédiatement prégnante sur le plan symbolique et sur le plan social l’emporte ».

3 Je me permets ici de renvoyer sur cet aspect à Delessert et Voegtli (2012).

4 Mécanisme très visible, dans un autre contexte, dans l’étude de Christophe Broqua (2005).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michael Voegtli, « La politisation d’une épidémie : les mécanismes de construction d’une cause », Genre, sexualité & société [En ligne], 9 | Printemps 2013, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 24 avril 2017. URL : http://gss.revues.org/2873 ; DOI : 10.4000/gss.2873

Haut de page

Auteur

Michael Voegtli

Professeur invité
Département de sociologie, UAM-Azcapotzalco, Mexico

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org