Navigation – Plan du site
Dossier

Le « marché aux putains » : économies sexuelles et dynamiques spatiales du Palais-Royal dans le Paris révolutionnaire

The “whores marketplace”: Palais-Royal’s sexual economies and spatial dynamics in Revolutionary Paris
Clyde Plumauzille

Résumés

Le Palais-Royal constitue le symbole de toute une mythologie urbaine du Paris galant, capitale du plaisir et du libertinage pour les élites européennes au XVIIIe siècle. Enclave économique et sexuelle, cet espace exemplaire d’une nouvelle géographie du divertissement sexuel dans les grandes métropoles européennes permet d’interroger la redéfinition des liens entre commerce et sexualité au tournant du siècle. À l’époque révolutionnaire, le déclin des grands bordels d’Ancien Régime, l’augmentation du nombre des prostituées parisiennes et la dépénalisation de la prostitution en 1791 dans le cadre de la refonte des codes criminel et correctionnel par les révolutionnaires contribuent à l’imposition du Palais sur le devant de la scène prostitutionnelle : ce dernier, selon l’observateur Louis-Sébastien Mercier, concentre alors « dans un point » l’ensemble du scandale de la prostitution de la capitale. Cet article se propose ainsi de questionner in situ le caractère exceptionnel de cet espace de prostitution consacré, à la fin du siècle, premier marché du sexe de la capitale.

Haut de page

Texte intégral

1Le Palais-Royal constitue le symbole de toute une mythologie urbaine du Paris galant, capitale du plaisir et du libertinage pour les élites européennes au XVIIIe siècle (Monzani, 1984). « Nouvelle Babylone » (Monbron, 1760), Paris réunit alors « tout ce qui peut révolter l’homme sensé et raisonnable, et tous les appas propres à corrompre la jeunesse et l’innocence » (Doppet, 1788, 36) avec « ces femmes lubriques qui s’accrochent le soir aux passants dans les rues, soit qu’elles sont maquerelles ou même du métier » (Nemeitz, 1727, 121). Dans la ville moderne de la fin du XVIIIe siècle, la prostitution publique est de fait particulièrement visible, intégrée au tissu urbain, elle ne forme pas d’isolats. Aussi la marginalité sociale et sexuelle de la prostitution ne renvoie-t-elle pas alors à une marginalité spatiale. À Paris, mais également à Amsterdam, à Londres ou encore à Berlin, la prostitution constitue « un commerce très visible » (Benabou, 1987, 195-209 ; Walkowitz, 2002, 442-443 ; Henderson, 1999, 52-76 ; Van de Pol, 2011, 18-39), comptant généralement une dizaine de milliers de femmes dans ses rangs. Dans la capitale française, la géographie des lieux prostitutionnels se calque sur la répartition de la population et des activités selon un dégradé allant d’une forte concentration dans les quartiers centraux d’habitat et de travail, situés de part et d’autre de la Seine, à une diminution progressive lorsque l’on s’approche des faubourgs où le maillage urbain se relâche. Si les espaces traditionnels de la prostitution situés dans les quartiers populaires en bordure de Seine demeurent actifs, le nouvel urbanisme des loisirs publics, qui se développe dans le courant du XVIIe siècle, institue de nouveaux espaces de structuration et d’expérience de la sexualité marchande. Les promenades des Tuileries ou du Palais-Royal, le boulevard du Temple et les Champs Élysées, avec leur offre ludique variée, offrent ainsi des lieux de déambulation et de rencontre particulièrement propices à l’interaction prostitutionnelle. Parmi ces derniers, le Palais-Royal s’impose, tant dans l’imaginaire spatial des contemporains que dans l’historiographie, comme le véritable « point chaud » de la capitale où se tient « le grand marché de la chair » (Goncourt, 1889, 181). Son dispositif urbanistique consacre une sexualité marchande résolument récréative et commerciale, dotée de méthodes de vente et de modes de consommation intensifs et diversifiés.

  • 1 Les Soirées du Palais-Royal. Recueil d’aventures galantes et délicates, publié par un invalide du P (...)

2Enclave économique et sexuelle, le Palais-Royal constitue un espace exemplaire de cette nouvelle géographie du divertissement sexuel pour interroger la redéfinition des liens entre commerce et sexualité au tournant du XVIIIe siècle. Qui plus est, l’espace prostitutionnel du Palais est alors perçu et ressenti comme exceptionnel, un « sérail » à ciel ouvert où « jouir est tout » rapporte un de ses anciens habitués1. Ce caractère exceptionnel relève autant de dispositions historiques que de certaines pratiques qui expliquent sa consécration comme le premier « marché aux putains » de la capitale (Crébillon fils, 1959 [1763 ?], 166). Apanage du Duc d’Orléans, le Palais-Royal est, à ce titre, fermé à la police royale jusqu’en 1789 favorisant l’implantation durable d’activités illicites dont le jeu et la prostitution constituent les symboles les plus éclatants. Le déclin des grands bordels d’Ancien Régime à partir de 1770, l’augmentation du nombre des prostituées parisiennes (Benabou, 1987, 265 ; 328-329) et la dépénalisation de la prostitution en 1791 dans le cadre de la refonte des codes criminel et correctionnel, par les révolutionnaires, contribuent à l’imposition du Palais-Royal comme élément fondamental sur la scène prostitutionnelle. Ce dernier devient alors le réceptacle d’une multitude renouvelée de prostituées indépendantes et occasionnelles qui bénéficient, en creux, de cette tolérance favorisée par le silence des lois révolutionnaires et par un contrôle policier a minima, cantonné au maintien de l’ordre public. Ainsi, pour l’inspecteur Charmont chargé de recueillir, en 1793, « l’esprit public » des Parisiens :

  • 2 Archives nationales (AN), F3688 3, Rapport du 4 nivôse an II (24 décembre 1793) de l’inspecteur C (...)

« Il est un vice bien plus grand dans le Palais : ce sont les filles publiques, déguisées sous mille formes différentes, pour y faire toujours le même métier que les bonnes mœurs proscrivent au milieu de nous »2.

3Dans son Nouveau Paris, Mercier, soucieux de dresser le tableau panoramique de Paris à l’épreuve de la Révolution, constate également que ce Palais « ci-devant Royal » est devenu un « cloaque infect placé au milieu de la grande cité » concentrant « dans un point » l’ensemble du scandale de la prostitution de la capitale (Mercier, 1800, 103).

4Pour apprécier historiquement ces témoignages, il convient de saisir la complexité et le caractère novateur de ce marché prostitutionnel au-delà des catégories morales qui viennent généralement le décrire. On pourra alors tenter de dégager les indices d’une évolution de la sexualité marchande manifestement plus ostentatoire. Sortie des bordels autoritaires de l’Ancien Régime, cette dernière se libéralise, s’autonomise et se commercialise à l’époque révolutionnaire. En proposant d’interroger le Palais à partir de sources de terrain, de confronter le témoignage des contemporains aux rapports de surveillance de l’administration policière de Paris et aux procès-verbaux des commissaires de la section de la Butte des moulins (circonscription administrative où se situe le Palais-Royal), il s’agira donc de questionner in situ et in itinere le caractère exceptionnel de cet espace de prostitution consacré, premier marché du sexe de la capitale, à la fin du siècle.

Le Palais des « nourritures offertes » : un lieu de cristallisation des plaisirs de la capitale

5L’hyper-sexualisation du Palais-Royal se fonde sur sa position et son inscription dans l’armature urbaine, la diversité de l’offre ludique et commerciale qu’il abrite, et la forte médiatisation dont il fait l’objet à la fin du XVIIIe siècle. Centrale et ostentatoire, la prostitution du Palais-Royal sous la Révolution participe déjà de cette « ville des nourritures offertes » du XIXe siècle où l’exposition et l’extraversion des comportements individuels s’emparent de l’espace urbain et s’imposent à la vue de tous (Gaillard, 1997, 246 ; Corbin, 2010).

Un palais enclos au cœur de la ville : le « centre des plaisirs » de la capitale

6Situé au cœur de Paris à proximité du Louvre, le Palais-Royal est organisé autour d’un jardin occupé par un parc des sculptures et couvre un terrain plat de 405 par 123 mètres, entre la grande artère commerciale de la rue Saint-Honoré, la place du Palais-Royal et celle du Théâtre-Français, la rue de Montpensier, la rue de Beaujolais et la rue de Valois. « Fragment de ville, entouré de rues étroites » (Alkenzawi, 2008), le Palais-Royal forme une sorte d’enclos protégé du regard de la rue et ne peut se révéler aux passants que de l’intérieur. Organisé autour d’un axe de communication Nord-Sud, il s’inscrit dans la zone commerciale la plus dense de la capitale à laquelle il est connecté par ses entrées agencées selon les quatre directions cardinales. Les galeries qui entourent le jardin, avec leur éclairage artificiel particulièrement développé, permettent de déjouer les intempéries et la tombée de la nuit afin d’assurer une animation dense et constante. Par les débouchés de ses galeries permettant de relier le Louvre et la Seine et l’orientation de son jardin favorisant la traversée de la capitale, le Palais-Royal est un lieu de passage idéal pour capter et organiser le trafic urbain du centre de Paris. Il a en outre l’avantage d’occuper une position nodale entre les différents espaces de loisirs de la capitale. Situé à proximité des boulevards, promenades bordées de jardins accueillant spectacles de rue et petits théâtres au nord de la ville, il est également à quelques centaines de mètres du jardin des Tuileries (250 mètres) et à un kilomètre du jardin des Champs-Élysées. Il s’inscrit ainsi au cœur de la zone ludique et hédoniste de la capitale où se combinent circulation, consommation, divertissement et ostentation.

Document 1 : Au centre des plaisirs de la capitale

Document 1 : Au centre des plaisirs de la capitale

Clyde Plumauzille, 2013.

7Ces dispositions sont renforcées par la concentration de ces attributs en un périmètre rectangulaire délimité qui en fait non seulement un espace de circulation, mais également un point de rassemblement, agencé par un ensemble de rituels d’exposition « dans un dispositif tout entier voué au plaisir du voir et de l’être-vu dans la déambulation et la rencontre » (Dautresme, 2001, 102). Si les centres de prostitution des métropoles européennes sont alors généralement organisés en un réseau de ruelles étroites et situés dans les quartiers populaires comme le « quartier rouge » de Wallen à Amsterdam (Van de Pol, 2011, 64-66), les dispositions matérielles et spatiales de l’enclos du Palais-Royal rappellent l’évolution du quartier londonien de Covent Garden, localisé au cœur de la ville, avec son marché couvert composés de tavernes, théâtres et cafés où circulent les prostituées appelées « covent garden ladies » (Henderson, 1999, 68-74). Dans l’enclos du Palais-Royal, comme dans d’autres espaces du même type tel celui de Londres, l’évitement est presque impossible. Aussi ce dernier constitue-t-il un cadre éminemment favorable aux interactions sexuelles vénales facilitant la mise en relation de la demande et de l’offre prostitutionnelle. Le témoignage du savant, et alors professeur d’histoire naturelle à l’École centrale de Paris, Alexandre Brongniart (1770-1847) permet de confirmer cette accessibilité de l’offre prostitutionnelle au sein du Palais-Royal. En décembre 1796, dans son journal intime, ce dernier, encore célibataire et maladivement timide, se désespère :

  • 3 7 décembre 1796, Alexandre BRONGNIART, « Journaux de voyage et journaux intimes », journal sous for (...)

« Je n’ai plus aucun espoir. Depuis deux ans je n’ai pu faire connaissance avec une seule femme »3.

8Il décide alors d’aller voir une prostituée nommée Mademoiselle Voitelle :

  • 4 Ibid.

« Me voilà donc cependant décidé à aller voir une fille, j’ai même déjà remarqué plusieurs fois celle que je choisirai et j’entre dans le p.r. (Palais-Royal) avec la ferme résolution de lui parler si elle se rencontre, la première personne que je vois cette (sic) elle »4.

  • 5 Décembre 1796 - Décembre 1797, Alexandre BRONGNIART, « Journaux de voyage et journaux intimes », jo (...)
  • 6 Archives de la Préfecture de Police de Paris (APP), AA 92, Section de la Butte des moulins, 2 prair (...)

9De ces propos se dégage l’importance stratégique du Palais-Royal comme lieu « naturel » de la rencontre sexuelle, qui s’impose à un individu désireux de s’engager dans une première expérience prostitutionnelle, si timide soit-il.. Brongniart se rendra par la suite exclusivement dans cette enceinte pour y rencontrer des prostituées5. À chacun de ses passages, il croisera presque inévitablement Mademoiselle Voitelle qui, de même, fait du Palais le périmètre exclusif de son activité prostitutionnelle. On peut corroborer ce témoignage grâce aux propos des prostituées arrêtées au Palais-Royal par le commissaire de la section. Le 2 prairial an II (21 mai 1794), Catherine Gairal dite Debrosses assure « se promener tous les soirs maison Égalité » (en 1792, afin d’accorder la toponymie parisienne à l’entreprise révolutionnaire, le Palais-Royal est renommé Palais-Égalité puis maison Égalité) à l’instar de Mademoiselle Voitelle. Elle explique alors son choix par le potentiel du lieu, lié à la concentration de l’offre et de la demande prostitutionnelles, qui lui permet de multiplier les rencontres et, ainsi, d’avoir la liberté de choisir et de « n’accepter que les bras d’un citoyen qui lui convient pour lui rendre service »6.

  • 7 Il y a neuf librairies à la veille de la Révolution, et leur nombre est multiplié par trois à la fa (...)

10La centralité du Palais-Royal dans la capitale et la logique de spéculation immobilière qui l’organise contribuent à faire de ce dernier une galerie marchande vouée aux divertissements (Gresset et Boulet, 1984, 32-40). L’histoire de ce complexe palatial et commercial apparaît comme « un incessant chantier qui se reconstruit sur lui-même » (Alkenzawi, 2008). Propriété des Orléans, branche cadette du royaume de France à partir de février 1692, il connaît d’importantes évolutions architecturales tout au long du XVIIIe siècle, la plus importante étant la dernière phase des travaux menée à partir de 1781. Philippe d’Orléans, qui prendra en 1792 le nom de Philippe Égalité, y entreprend un grand projet de spéculation immobilière consistant à lotir le pourtour du jardin du Palais-Royal par un ensemble de maisons, larges de trois ou quatre arcades, sur sept niveaux. Marchandes de modes, perruquiers, cafés-limonadiers, marchands d’estampes, cabinets de lecture, libraires et autres commerçants se partagent dès lors les quatre-vingt-huit boutiques du pourtour du jardin et les étals bon marché des galeries de bois aménagées rapidement en 1784 afin de tirer profit maximum de l’espace disponible. À l’espace marchand des boutiques s’adjoint celui, non moins rentable, des divertissements, des salles de spectacles, des restaurants et des cafés également situés sous les galeries. En 1791, le Palais-Royal comprend ainsi quatre salles de spectacle réparties sous ses galeries et dans son jardin : le théâtre Français (ou Variétés amusantes), le théâtre Montansier, le théâtre du Cirque, le théâtre des Ombres-Chinoises. À proximité du Palais-Royal se trouvent également le spectacle du Vaudeville et le spectacle du Lycée. Des restaurants, des plus luxueux aux plus modestes, ainsi qu’une dizaine de cafés, occupent également cet espace densément récréatif (Mercier, 1781, 265-260 ; Goncourt, 1889, 154-155). Les maisons de jeux et loteries clandestines prolifèrent sous les arcades et dans les maisons particulières. Cette offre, à la fois diversifiée et regroupée dans un espace délimité, permet de maximiser les possibilités de consommations et leurs articulations : un individu peut ainsi venir se promener dans le jardin, acheter un livre dans une des multiples librairies du Palais7 ––, se rendre à l’un des spectacles qui débutent généralement vers dix-neuf heures puis finir par un souper éventuellement accompagné d’une prostituée rencontrée incidemment sur son parcours. Le commerce prostitutionnel du Palais-Royal est donc fonction de la variété de ces ressources commerciales et récréatives qui articulent la sexualité vénale à un dispositif global dédié à la consommation.

Un territoire de consommation sexuelle

  • 8 Le Moniteur universel, n° 18, 4 octobre 1793, p. 42.

11Le Palais-Royal constitue par ailleurs un territoire de consommation sexuelle où la prostitution côtoie le commerce d’ouvrages pornographiques et les spectacles érotiques : cette concentration et cette spécialisation, uniques dans la capitale, en font une zone de tolérance du commerce du sexe, qui semble profiter des bouleversements politiques et sociaux de la décennie. De fait, la moralisation de l’espace public souhaitée par les révolutionnaires et concrétisée par un arrêté de la Commune de Paris le 4 octobre 1793 contre le raccrochage des « femmes de mauvaise vie » dans les lieux publics et la vente d’ouvrages obscènes a échoué à impulser la reprise d’une politique prohibitionniste en matière de prostitution et à mettre un terme à l’économie sexuelle du Palais-Royal8. Dans son tableau du Paris révolutionnaire, Mercier constate ainsi la permanence et l’effet d’attraction et d’entraînement que génèrent ces différents commerces obscènes les uns par rapport aux autres :

« Les tableaux sortis des cabinets curieux, les gravures libertines, les romans érotiques, servent d’enseignes à une foule de prostituées logées aux mansardes » (Mercier, 1800, 94).

12La vente d’ouvrages pornographiques, qui se pratique aussi bien dans les librairies établies du Palais qu’à la sauvette dans ses allées, est particulièrement décriée :

« On ne lisait pas à Sodome et à Gomorrhe les livres que l’on imprime et que l’on vend publiquement au Palais-Égalité » (ibid., 105).

  • 9 APP, AA 83, Section de la Butte des moulins, 11 avril 1791.

13Ce constat, envisagé sous son angle purement pratique, se trouve confirmé par la lecture des procès-verbaux de police de l’époque révolutionnaire dont la mise en série montre que près des deux tiers des saisies d’ouvrages à caractère pornographique de la capitale se déroulent sous les galeries du Palais-Royal (Plumauzille, 2005, 47-53). Plus exceptionnels dans les archives, les spectacles érotiques, qui se déroulent généralement à l’entresol des maisons du Palais-Royal, attestent également de la gamme variée des services sexuels proposés. Ainsi, le 11 avril 1791, vers sept heures du soir, heure à laquelle débutent alors les spectacles, le commissaire de la Butte des moulins et son secrétaire-greffier se rendent galerie de bois, dans la boutique située au n° 2659. Prévenus qu’un « spectacle scandaleux » s’y tient régulièrement, ils entrent dans cette dernière et y trouvent

  • 10 Louis-Sébastien Mercier évoque également un spectacle de « prétendus sauvages » qui s’accouplaient (...)

« Deux sauvages de l’un et l’autre sexe dont la femelle était couverte à la partie supérieure du corps d’un filet, et la partie inférieure entièrement nue, c’est-à-dire à compter des reins, et le mâle couvert entièrement d’un filet »10.

14Il s’agit de deux acteurs : un dénommé Constant, mari de la tenancière de la boutique, et une jeune fille de 16 ans, Louise Maurice, débauchée par la dernière. Aux dires de Louise Maurice, leur performance se développe en plusieurs étapes : les spectateurs sont d’abord invités à observer l’homme sauvage « manger des cailloux », puis à voir celui-ci et la femme sauvage nus, enfin pour 6 livres supplémentaires ils peuvent « les voir jouir ensemble comme sauvages qui ne connaissent pas les mœurs de l’Europe » et commettre à cette occasion « des vilénies ». Louise Maurice est en outre régulièrement sollicitée sexuellement par le mari de la femme Constant, qui consent à cette relation et offre, en échange, à la jeune fille 3 livres par jour ainsi que la nourriture et le logis. Entre spectacle de foire et dispositif voyeuriste pornographique, cette « parade de sauvages » est significative de la multiplicité et du caractère spectaculaire des sexualités monnayées qui se jouent et se donnent à voir au sein du Palais-Royal.

15On ne saurait donc véritablement dégager des lignes de partage entre les différentes activités commerciales du Palais-Royal, que ces dernières soient sexuelles ou non. Les interactions prostitutionnelles se déroulent de manière plus ou moins explicite au sein des nombreux espaces récréatifs qui le caractérisent : cafés, boutiques, théâtres, restaurants, promenades sont autant de lieux où se fait et s’affiche la prostitution. Les prostituées profitent notamment de l’affluence devant les salles de spectacle pour raccrocher les clients. Un observateur de police rapporte ainsi qu’au théâtre de La Montansier,

  • 11 Rapport général des mœurs et esprit public du 14 floréal an VII, AULARD, PSD, I, p. 497. PSD = AULA (...)

« Les femmes publiques remplissent un tiers de la salle, en occupent les places les plus distinguées […] et concluent sans retenue des marchés honteux qui font frémir l’oreille chaste qui les entend »11.

16L’illustration ci-dessous, qui date de la même période, représente de façon explicite le marché sexuel qui se déroule ce théâtre. Décrivant diverses opérations de séduction – de l’observation insistante des femmes au foyer, aux tentatives d’approche des hommes au parterre –, cette illustration est structurée, en son centre, par l’action de deux prostituées vêtues de blanc, arrêtant les hommes qu’elles retiennent par le bras, dans le but d’engager la conversation qu’elles espèrent par la suite lucrative. Sous l’action de la prostitution, la salle du théâtre est ainsi transfigurée en un vaste champ de bataille érotique où viennent se négocier les plaisirs.

Document 2 : Le foyer Montansier

Document 2 : Le foyer Montansier

Louis Binet, Foyer Montansier, 1798-1799 (BNF, département Estampes et photographies)

  • 12 Rapport général des mœurs et esprit public du 25 messidor an IV (13 juillet 1796), AULARD, PSD, III (...)
  • 13 Rapport général des mœurs et esprit public du 4e jour complémentaire an IV (20 septembre 1796), Ibi (...)
  • 14 APP, AA 86, Section de la Butte des moulins, 26 décembre 1791.

17Cette confusion des espaces ludique et érotique du Palais-Royal est également manifeste dans ses cafés, restaurants et cabarets et les observateurs de police rapportent à plusieurs reprises que « les soldats et les filles de débauche remplissent les cabarets et les lieux publics »12 du pourtour du Jardin-Égalité, que ces dernières « courent les rues et les cabarets » à la recherche du prochain client13. Les clients en retour amènent les filles dans les cafés et chez les restaurateurs à proximité pour partager un souper comme Michel-Hyacinthe Gellé et François-Joseph Thénail, deux militaires arrêtés par le commissaire de police alors qu’ils refusent de payer l’addition de leur souper et qui racontent avoir « fait marché pour coucher avec deux femmes du monde, moyennant 25 livres » avant d’aller avec elles souper chez Lamy, restaurateur au Salon des Arts au Palais-Royal14.

  • 15 Liste complète, des plus belles femmes publiques et des plus saines du palais de Paris..., Paris, c (...)

18La visibilité du commerce prostitutionnel du Palais-Royal est en outre renforcée par l’importante médiatisation de ce lieu. Iconographie, littérature pornographique, tableaux parisiens d’observateurs contemporains – comme Rétif ou Mercier pour ne citer que les plus connus – et littérature du voyage font de celui-ci le cœur du Paris galant. Parmi la multitude de ces sources, les listes et adresses de prostituées, véritables « entremetteurs de papier » qui apparaissent à la fin du XVIe siècle dans les grandes capitales européennes de la prostitution (Matthews-Grieco, 2005, 202-213), forment un corpus original d’une trentaine de titres (Fleischmann, 1911) contribuant à édifier la place privilégiée du Palais-Royal dans la hiérarchie urbaine du Paris révolutionnaire. Ces annuaires portatifs de la prostitution, dont les publications explosent à la faveur de la dynamique révolutionnaire et de la libéralisation de la presse, sont édités à plusieurs milliers d’exemplaires et ne coûtent que quelques sous. Leur tirage comme leur prix de vente sont les indices d’une consommation de masse révélant la banalisation de ce type de publications dans le paysage de la capitale à la fin du XVIIIe siècle. Leurs descriptions relèvent autant du registre des guides de voyage que de celui des almanachs de commerce. Empruntant à la pornographie son dispositif exhibitionniste et voyeuriste, ces listes entendent constituer un média à l’usage des consommateurs et des curieux. Elles ne sont pourtant pas uniquement le produit d’une fantaisie littéraire recyclant les grands noms de la prostitution, passée ou fantasmée, et constituent également de véritables « dépliants commerciaux ». Aussi, Mademoiselle Voitelle, la prostituée du Palais-Royal que choisit Alexandre Brongniart, en 1796, est-elle mentionnée dans la Liste complète des plus belles femmes publiques (1793). On peut y lire que que ses « attaques de nerf » lui confèrent un « air de langueur et de malaise qui lui allait fort bien »15. Par ailleurs, la dizaine de livres que lui remet Brongniart, à l’issue de leur rapport sexuel, correspond exactement au prix fixé par cette liste rédigée à la première personne et qui se veut le résultat des expériences de l’auteur.

  • 16 Almanach des adresses des demoiselles de Paris, de tout genre et de toutes classes, ou Calendrier d (...)
  • 17 Les Fastes scandaleux, ou la Galerie des plus aimables coquines de Paris, A Paphos et aux... galeri (...)
  • 18 Tarif des filles du Palais-Royal, lieux circonvoisins et autres quartiers de Paris, avec leurs noms (...)
  • 19 Liste complète des plus belles femmes publiques et des plus saines du Palais de Paris, Paris, Chez (...)

19Distribuées dans tout le Palais, ces annuaires de prostituées opèrent un décloisonnement de l’espace prostitutionnel de la capitale et médiatisent à outrance l’enclos prostitutionnel du Palais-Royal. Dans les quelque 527 rues identifiées de L’Almanach des adresses des Demoiselles de Paris (1791) qui constitue l’annuaire le plus volumineux sur le sujet de la période, un quart d’entre elles sont situées dans la section de la Butte des Moulins et le Palais-Royal est mentionné plus de quatre-vingts fois16. En 1796, la cinquantaine d’adresses des Fastes scandaleux ou galerie des plus aimables coquines de Paris se trouvent pour plus de la moitié dans le quartier du Palais-Royal (56 % des adresses sont comprises dans la section de la Butte des Moulins), le reste s’établissant dans les sections voisines17. Le Palais-Royal s’inscrit donc au cœur de cette cartographie en même temps vécue et fantasmée du Paris prostitutionnel. Parodiant la rhétorique révolutionnaire, plusieurs de ces listes insistent sur la notion de service public à l’origine de leur entreprise de publication. Le Tarif des filles du Palais-Royal, qui paraît à l’occasion de la fête de la Fédération le 14 juillet 1790 et sera suivi de cinq numéros au cours de la même année, assure ainsi « donner un acte de patriotisme »en précisant le nom et la demeure de ces dernières, tout en « mettant, sous les yeux du public abusé, un tarif exact du prix que les prêtres de Vénus mettent ordinairement à leurs charmes »18. Ces annuaires de prostituées s’appuient ainsi sur la subversion de l’émergence d’un idéal de communauté politique qui fait de l’espace public démocratique un espace tant matériel que symbolique fondé sur la transparence et la publicité (Chartier, 1990, Habermas, 1993, Baker, 1993). Ils jouent de l’ambivalence de la notion de publicité, qui renvoie non seulement à la transparence de la vie publique, mais également au « publicisme » des femmes (soit leur prostitution) ainsi qu’à l’opération publicitaire de ces listes. De la sorte, ces annuaires font des ressources sexuelles de la capitale, présentées comme un bien public accessible à tous, leur fonds de commerce. Les auteurs désignent notamment « les plus belles femmes publiques et [l]es plus saines du Palais de Paris » et font de la recension de « leurs goûts et caprices, [d]es prix de leurs charmes », ou encore des lieux précis où elles exercent des informations monnayables19. De ce fait, ces listes révèlent autant qu’elles alimentent le fantasme prostitutionnel du Palais-Royal. Les centaines des noms qu’elles égrènent, la gamme des prix – d’une douzaine de sous à plusieurs centaines de livres – et la multitude des services qu’elles énumèrent – du souper au coucher en passant par l’entretien, le spectacle ou la simple « passade » (passe) –, attisent les fantasmes, mais révèlent également la diversité de l’offre prostitutionnelle du Palais-Royal.

20Ainsi publicisés à l’époque révolutionnaire, les prostituées et les lieux de prostitution du Palais sont mis à la disposition de tous. Le Palais-Royal constitue ainsi une sorte de panoptique de la rencontre sexuelle, qui se joue et circule dans ses différents espaces de loisirs et de déambulations. Dans cet espace, la prostitution est une activité résolument récréative dont le commerce, intensément médiatisé, s’articule avec d’autres formes de divertissements plus légitimes qui contribuent à l’ostentation comme à la banalisation de cette pratique sexuelle dans le paysage urbain de la capitale.

Anatomie d’un marché du sexe : les arts de faire économiques et sexuels des prostituées dans le Palais

  • 20 Rapport général des mœurs et esprit public du 4 frimaire an IV, AULARD, PSD, II, p. 422.

21Cette surexposition de la prostitution dans l’espace du Palais-Royal à l’époque révolutionnaire s’explique également par les transformations plus globales du marché du vice parisien. Le déclin des grands bordels parisiens, mais aussi et surtout le renforcement d’une forme de prostitution autonome, pratiquée par une population croissante de jeunes femmes « semi-professionnelles ou non » opérant en priorité à partir de la voie publique (Benabou, 1987, 265-266 ; 326-329 ; Plumauzille, 2013, 129-336), expliquent probablement cet ancrage territorial perçu comme exceptionnel de la prostitution dans le Palais-Royal. En outre, la dépénalisation de la prostitution par sa non-mention dans la liste des délits du Code pénal et du Code de police correctionnelle en 1791 favorise un climat de relative tolérance policière qui surveille et régule le scandale sur la voie publique (Plumauzille, 2013, 517-545). Dans les sources policières de l’époque, les prostituées décrites, présentes jour et nuit dans le Palais-Royal, arpentent les promenades, « courent » les cafés, les spectacles et les alentours du cirque, occupent les arcades des galeries et les boutiques, interpellent les passants depuis les maisons du lotissement. Le caractère exceptionnel de cette implantation de la prostitution se traduit par la réaction outrée des autorités à l’encontre dede ce « palais-marché du sexe » parisien. Ainsi, « le jardin et les bâtiments du Palais-Égalité sont regardés avec horreur »20 par l’administration centrale de police qui se plaint encore : 

  • 21 Rapport général des mœurs et esprit public du 20 m ; Plessidor an IV, AULARD, PSD, III..., op. cit. (...)

« Le libertinage le plus effronté et le plus scandaleux se montre au Palais-Égalité, les filles prostituées ne gardent plus de mesure ; leurs propos, leurs actions font rougir la pudeur la moins farouche. C’est en plein jour qu’on les voit se livrer à tous les excès de leur impudence »21.

  • 22 Rapport général des mœurs et esprit public du 24 frimaire an VIII, François-Alphonse AULARD, Paris (...)
  • 23 Rapport général des mœurs et esprit public du 6 prairial an III (25 mai 1795), AULARD, PSD, I..., o (...)

22Dans cet enclos, « elles font plus que jamais publiquement commerce de leurs charmes », interpelant les passants dans le jardin ou de leurs appartements à l’entresol des maisons22. Les prostituées, révélées par les sources, ne sont pas des femmes qui se donnent, ce sont des femmes qui « attaquent » les hommes avec « audace » et la « licence la plus effrénée »23. Si la prostitution est alors décriée comme une « attaque », c’est bien évidemment qu’elle transgresse les attendus moraux de la société à l’égard des femmes, mais plus encore, que « du raccroc à la passade » (du racolage à la passe) la prostituée et son corps ne constituent aucunement des marchandises passives. Loin d’attendre uniquement des clients prédisposés, ces femmes parviennent également, par un ensemble de techniques suggestives et de stratégies pratiques, à transformer de simples passants en clients : de la sorte, l’offre crée également la demande.

23Actrices à part entière du jeu économique de cet enclos commercial, les prostituées, par leur emprise et leurs stratégies territoriales, organisent l’espace du Palais-Royal en un vaste territoire de séduction. Alors que les spectacles érotiques et le commerce pornographique se cantonnent à quelques lieux spécifiques (salles de théâtre et librairies principalement), la prostitution mobilise quant à elle l’intégralité du bâti du Palais-Royal, converti en un véritable marché du sexe sous l’effet particulier de cette activité.

Document 3 : Zonage sexuel du Palais-Royal

Document 3 : Zonage sexuel du Palais-Royal

Zonage sexuel du Palais-Royal

Clyde Plumauzille, 2013

La zone de chasse : la promenade et les galeries

Document 4 : Galerie et jardins du Palais

Document 4 : Galerie et jardins du Palais

Anonyme, Galerie et jardins du Palais-Royal, sans date

(BNF, département Estampes et photographies)

24L’économie sexuelle du Palais-Royal est concentrée dans le Palais lui-même et les rues alentour, et répartie à l’intérieur selon un gradient de visibilité, de la partie la plus exposée de la promenade, zone stratégique du raccrochage, à l’espace plus intime des boutiques et des appartements des lotissements, terrains de la passe, plus ou moins à l’abri des regards.

  • 24 Rapport général des mœurs et esprit public du 19 nivôse an IV, AULARD, PSD, II..., op. cit., p. 633
  • 25 Rapport général des mœurs et esprit public du 6 germinal an VII, AULARD, PSD, V, p. 434.
  • 26 APP, AA 94, Section de la Butte des moulins, 9 floréal an II (28 avril 1794).
  • 27 APP, AA 94, Section de la Butte des moulins, 20 messidor an II (8 juillet 1794).
  • 28 APP, AA 92-95 ; AA 99-101 ; AA 102-105.
  • 29 APP, AA 105, Section de la Butte des moulins, 15 messidor an VI (3 juillet 1798).
  • 30 AN, AF IV 1489, Rapport du Bureau central du 12 frimaire an VIII (3 décembre 1799).
  • 31 APP, Registre des procès-verbaux des commissaires des 48 sections de Paris, 21 décembre 1790-27 déc (...)

25Les rapports sur les mœurs du lieu et les procès-verbaux d’arrestation font du jardin et des galeries du Palais-Royal le cœur stratégique du commerce galant de Paris et le lieu privilégié du raccrochage public des filles : les observateurs soulignent ainsi que « la quantité innombrable des filles prostituées » fait « aujourd’hui une halle du Jardin-Égalité »24, et « dans les galeries du Palais-Égalité […] elles se promènent avec indécence »25. La promenade permet en effet d’accéder aux spectacles, restaurants et cafés du pourtour du jardin et draine ainsi l’essentiel des flâneurs et usagers du Palais. Ainsi, interrogées sur leurs pratiques habituelles de la prostitution, plusieurs femmes arrêtées témoignent comme Antoinette Faure, du fait qu’elles « raccroch[ent] habituellement au jardin égalité »26 ou à l’instar de Jeannette Adnot et Élisabeth Gilbert « dans le jardin et sous les galeries »27. Pour les années témoins choisies, on constate qu’en l’an II (septembre 1793-septembre 1794), sur 233 lieux d’arrestation recensés dans la section de la Butte des moulins, 75 concernent le jardin et 33 les galeries, en l’an IV (septembre 1795-septembre 1796), sur 116 lieux d’arrestation, 32 se déroulent au jardin et 50 sous les galeries et enfin en l’an VI (septembre 1797-septembre 1798), sur 137 lieux d’arrestation, 18 concernent le jardin et 17 les galeries28. Cette baisse significative s’explique par les reconfigurations du territoire prostitutionnel du Palais-Royal sur lesquelles nous reviendrons ultérieurement. Néanmoins, les arrestations, si elles sont moins fréquentes, sont en revanche plus importantes (en l’an VI c’est un nombre moyen de près de 5 femmes interpelées par arrestation). Ainsi, le 15 messidor an VI (3 juillet 1798), 30 femmes sont arrêtées pour prostitution dans les galeries et le jardin du Palais-Royal29. Au sortir de la Révolution, dans la nuit du 11 au 12 frimaire an VIII (2 décembre 1799), ce sont 74 femmes qui sont arrêtées par la police du Bureau central dans les allées du Palais-Royal30. Cette rafle de prostituées est la plus importante du Paris révolutionnaire et consulaire (1789-1804). Par ailleurs, si des rafles peuvent avoir lieu dans d’autres quartiers parisiens, elles sont de moindre envergure. Seule la section du Muséum procède à l’arrestation d’une vingtaine de femmes publiques le 7 floréal an VI (26 avril 1798). Tentatives ponctuelles et ostentatoires de disciplines policières (48 rafles ont lieu dans la section de la Butte des moulins entre 1790 et 180431), ces rafles de police dans l’enceinte du Palais soulignent le phénomène massif et collectif que constitue le raccrochage dans le seul espace de la promenade où peuvent exercer simultanément plus de soixante-dix prostituées.

26Lieux animés et populeux, le jardin du Palais-Royal et ses galeries environnantes sont ainsi décrits par les contemporains comme le « territoire de chasse » des prostituées. C’est là que Rétif se rend, à la recherche des « belles du Palais-Royal » dont il veut dresser le portrait collectif : sous les galeries, dans le jardin, sous le passage du Cirque, dans les galeries de bois ou encore au pied du grand escalier du Palais (Rétif, 1790, 45). L’illustration de son ouvrage consacré au Palais-Royal et représentant les « 32 filles de l’Allée des soupirs » offre ainsi une illustration intéressante de la prostitution dans le lieu. Ne cherchant nullement à individualiser les différents protagonistes de l’œuvre de Rétif, elle dessine au contraire un ensemble compact et concentré d’une trentaine de prostituées envahissant les galeries du Palais-Royal. Ces femmes sont représentées attendant leurs clients assises ou debout aux aguets. Elles semblent posséder totalement l’espace qui les entoure et forment une armée de nymphes, parées d’étoffes légères, mais prêtes au combat des amours mercenaires.

27

Document 5 : Les Trente-deux filles dans l’Allée des soupirs

Document 5 : Les Trente-deux filles dans l’Allée des soupirs

Anonyme, Les Trente-deux filles, dans l’Allée des soupirs, 1785-1788

(BNF, département Estampes et photographies)

28Disséminées par petits groupes au fil de la promenade, les prostituées du Palais-Royal peuvent travailler seules ou en groupe ou encore s’affronter. Le dramaturge Kotzebue à la suite de son voyage à Paris en 1790, livre une description in situ de la promenade en début de soirée insistant particulièrement sur cette guerre du raccrochage que se livrent les filles :

« Comme le spectacle s’était terminé à huit heures et demie, et qu’il était trop tôt pour aller se coucher, nous allâmes, bras dessus, bras dessous, mon compagnon et moi, nous promener sous les arcades du Palais-Royal, qui étaient brillamment éclairées. […] Deux jeunes et jolies filles, qui se tenaient par le bras, nous poursuivirent constamment et nous proposèrent une partie carrée. Pour les éloigner, je dis à l’une d’elles que sa compagne n’était pas assez jolie : “Mais, dit-elle, elle est très bien composée”. Pendant cette conversation une troisième se glissa entre nous, et me murmura très vite à l’oreille : “Voulez-vous venir me voir”. Les deux premières, qui nous donnaient la chasse depuis longtemps, prirent très mal la chose : “Comment, Madame, dit l’une d’elles à la nouvelle venue, vous nous enlevez nos hommes ?” Pour éviter que la querelle ne s’envenimât, nous les laissâmes toutes les trois, et nous nous perdîmes dans la foule. Une quatrième nous avait probablement entendus parler allemand, car elle s’approcha en prononçant, avec l’accent le plus comique, le mot : deutsch, deutsch, qu’elle avait sans doute entendu quelque part. Enfin, une cinquième, que mon compagnon avait déjà rencontrée au théâtre, jolie fille d’à peine seize ans, nous invita d’une façon si aimable à souper avec elle (à nos frais, s’entend) que nous nous décidâmes à l’accompagner pour voir de nos propres yeux comment vivent ces femmes » (Kotzebue, 1894, 39).

29Par le récit de cette « chasse au client » - à laquelle l’auteur prétend ne pas participer –, le récit de Kotzebue décrit tout à la fois la folie sensuelle et la négociation galante se déroulant à ciel ouvert dans le jardin.

  • 32 Rapport général des mœurs et esprit public du 16 fructidor an IV, AULARD, PSD, III..., op. cit., p. (...)

30La rencontre prostitutionnelle ici décrite déjoue les normes de genre du flirt galant en faisant de la prostituée la prédatrice et l’initiatrice de la relation sexuelle. Ces femmes ne se donnent pas seulement à voir, elles obligent le public à les regarder et contrôlent l’espace par leur déambulation, ce qui explique les dénonciations répétés du Bureau central de police à l’encontre de « libertinage effronté au Palais-Égalité » où l’on voit même « des jeunes filles de dix à onze ans livrées à la corruption et attaquer les hommes, et surtout les militaires, avec la licence la plus effrénée »32. Résultent de cette présence prostitutionnelle dans le Palais-Royal des phénomènes d’attroupements visibles et sonores dont témoignent régulièrement les plaintes de riverains. Ainsi, en janvier 1797, les riverains des numéros 224 et 225 de la galerie vitrée du Palais se plaignent de ce que

  • 33 APP, AA 101, Section de la Butte des moulins, 3 pluviôse an V (22 janvier 1797).

« ladite galerie et l’escalier de ladite maison sont obstrués tant par les femmes de mauvaise vie que par ceux qu’elles raccrochent ; que la plupart du temps les querelles qui s’élèvent entre ces personnes occasionnent des rassemblements, qui en gênant la voie publique, empêchent eux déclarants de pouvoir faire leur état »33.

  • 34 Rapport général des mœurs et esprit public du 25 messidor an IV (13 juillet 1796), Aulard, PSD, III(...)
  • 35 APP, AA 92, Section de la Butte des moulins, 9 septembre 1793.

31En filigrane de ces propos, il apparaît que les interactions prostitutionnelles propres au raccrochage occupent le cœur du Palais-Royal et se déroulent au vu et au su de tous. Elles peuvent même aboutir à des relations sexuelles « en plein air » dont se plaignent les rapports de surveillance de police. Le jardin offre selon ces derniers « le spectacle du plus hideux libertinage », envahi en permanence par les soldats et les filles de débauche34 ; comme la jeune Isabelle Girault, les femmes y sont souvent arrêtées se livrant au libertinage dans le jardin dans une « position assez indécente »35. Les bancs installés le long des allées de ces jardins offrent en effet la possibilité d’effectuer des actes sexuels rapides et relativement discrets à la nuit tombée. Comme l’espace est constitué de zones facilement privatisables, il est possible pour les hommes qui le désirent de « se faire conduire dans des allées » dissimulées, selon le témoignage de Rétif (Rétif, 1790, 22).

  • 36 Rapport général des mœurs et esprit public du 17 nivôse an IV (7 janvier 1796), AULARD, PSD, V..., (...)
  • 37 AN, AF IV 1479, Rapport de surveillance générale, 28 frimaire an VI (18 décembre 1797.

32Ces subversions sexuée et sexuelle de la promenade révèlent ainsi le spectacle de la sexualité vénale au Palais-Royal. Il est certes possible d’observer ces pratiques prostitutionnelles dans les autres espaces verts parisiens à l’époque révolutionnaire tel le jardin des Tuileries qui devient, « à la nuit tombante, le théâtre du libertinage le plus scandaleux »36, ou encore celui des Champs-Élysées où prostituées et militaires viennent commettre dans les fossés ou sous les arbres « des choses contraires aux mœurs »37. Ce qui rend la prostitution du Palais-Royal exceptionnelle par rapport à ces derniers cependant, c’est l’étroite articulation qu’elle opère à la faveur de ces pratiques économico-sexuelles entre l’espace de promenade, l’espace de lotissement et l’espace marchand qui l’environnent.

La zone de passe : l’essaimage des petites maisons de prostitution

33De l’espace horizontal de raccrochage de la promenade, l’échange prostitutionnel se déplace le plus souvent à l’espace vertical des lotissements du Palais-Royal. Ces deux dispositifs urbains sont fortement connectés aux allées et venues des prostituées avec leurs clients. Dans la suite de son récit, Kotzebue souligne qu’une fois le marché conclu dans le jardin, il est d’usage pour les clients d’être conduits dans un des nombreux appartements du Palais loués à cet effet :

« Elle nous fit monter un escalier, dans une maison du Palais-Royal, où elle habitait un appartement composé de quelques pièces » (Kotzebue, 1894, 40).

34Les prostituées peuvent également raccrocher des fenêtres des maisons de prostitution disséminées à tous les étages du Palais. Le citoyen Gabriel Prevost, demeurant appartement Orléans, rapporte ainsi au commissaire de la section les agissements des prostituées qui effectuent leurs passes chez la nommée Gosot femme Petit « dite Lorye » :

« Cesdites femmes raccrochent nuit et jour par leurs fenêtres et qu’elles poussent même l’indécence jusqu’à venir raccrocher les citoyens qui viennent chez lui déclarant ».

  • 38 APP, AA 108, Section de la Butte des moulins, 12 vendémiaire an VIII (4 octobre 1799).

35Les riverains de l’hôtel de la Paix dénoncent, quant à eux, des femmes « se montrant presque nues aux fenêtres de ladite maison »38. Cette pratique du raccrochage aux fenêtres constitue selon Alexandre Parent-Duchâtelet, grand théoricien du système réglementaire et historien de la prostitution, une composante régulière de cette activité :

36« . À la fin de la révolution […] non seulement les filles restaient à leur fenêtre dans un état complet de nudité, mais elles ne prenaient pas la peine de les fermer pour se livrer dans l’intérieur à tous les actes de leur métier, et cela à la vue des passants et de tous les voisins dont les fenêtres se trouvaient en face » (Parent-Duchâtelet, 1857, 242-242).

37En se montrant à leur fenêtre, elles subvertissent les frontières entre l’espace public de la promenade et l’espace privé des lotissements du Palais. Interpellant par des gestes, des sons (le sifflement « Chit Chit ! » caractéristique des prostituées de l’époque) et des postures, les femmes peuvent ainsi capter la vue des passants et leur indiquer le lieu propice à leur commerce tout en échappant à l’action répressive de la police s’exerçant exclusivement sur les lieux publics du Palais-Royal (voir gravure ci-dessous).

Document 6 : Chit-chit !

Document 6 : Chit-chit !

Anonyme, Chit-chit ! Tiré du cabinet du citoyen Darlet, 1793

(BNF, département Estampes et photographies)

  • 39 APP, AA 86, Section de la Butte des moulins, 26 décembre 1791.

38La prostitution est à la fois diffuse et mouvante dans l’espace du lotissement. Elle est aussi fonction des reconfigurations du proxénétisme à la fin du XVIIIe siècle. Erica-Marie Benabou observe à partir de 1775 un déclin des grandes maisons ainsi qu’« un éparpillement en une multiplicité de petits foyers de prostitution » (Benabou, 1987, 265). À la tête de ces établissements interlopes, rarement inquiétés par la police en dehors des plaintes de riverains, on retrouve aussi bien des petits proxénètes que des commerçants établis, ce qui révèle l’encastrement de la prostitution dans le tissu commercial du Palais : les tenancières de maison de prostitution côtoient ainsi les restaurateurs, les limonadiers, les boutiquiers ou les logeurs. Combinant leur activité légale et le commerce de la prostitution, ces derniers bénéficient d’une partie du revenu de leurs locataires, ainsi que des clients que ces dernières peuvent amener dans leurs établissements. Si l’expression la plus commune pour qualifier leur activité est celle de « tenir des filles », elle recouvre néanmoins un ensemble de situations variées dont témoigne par exemple le cas d’un restaurateur du Palais-Royal nommé Lamy, dont l’établissement est mentionné comme lieu de prostitution dans La liste et complète des plus belles femmes publiques du Palais (1793). Ce dernier utilise des prostituées qu’ils hébergent pour rabattre des clients dans son établissement et les faire « contribuer »39. Nombreuses sont d’ailleurs les prostituées qui déclarent loger chez des hôteliers, des restaurateurs, des marchands de vin et des limonadiers du Palais-Royal. Suspectés par les forces de police de tenir des filles, ces derniers ne sont pourtant jamais inquiétés à l’occasion des descentes que celles-ci organisent dans leurs établissements. Ces partenariats économiques sont donc hautement profitables et, à l’époque révolutionnaire, manifestement peu risqués.

  • 40 APP, AA 99, Section de la Butte des moulins, 3 germinal an IV (23 mars 1796).
  • 41 APP, AA 99, Section de la Butte des moulins, 18 pluviôse an IV, (7 février 1796).
  • 42 APP, AA 103, Section de la Butte des moulins, 16 floréal an VI (5 mai 1798).

39Entre le petit bordel et la maison de rendez-vous, ces établissements de prostitution peuvent accueillir jusqu’à plusieurs dizaines de prostituées par jour, pour un temps souvent restreint : de la passe rapide au souper d’un soir. Dans les maisons de prostitution mentionnées ci-dessus, les arrestations effectuées par la police concernent en général plusieurs prostituées à la fois : neuf femmes au n 23, vingt-quatre le 13 octobre 1793 et cinq le 3 germinal an IV (23 mars 1796)40, sept chez la citoyenne Colin au n° 38 le 18 pluviôse an IV (7 février 1796)41, cinq à l’Hôtel de la paix tenu par la nommée Mezière le 16 floréal an VI (5 mai 1798)42. Parmi la multitude de ces adresses souvent éphémères, le n° 88 du Palais-Royal se distingue par sa mention régulière dans les différents corpus étudiés. L’Almanach des demoiselles de Paris, datant de 1791, recense cinq lieux de prostitution à ce numéro. On peut, selon les auteurs, y retrouver « Valemont et sa sœur, sa nièce et sa cousine », Caroline, Alfonsine et sa sœur, Thérèse et Eliacinte ». Lieu remarquable de la prostitution de maison du Palais, il semble faire également l’objet d’une attention particulière de l’administration policière. Constatant « qu’il existe au Palais Égalité plusieurs maisons de débauche où se rendent beaucoup de femmes prostituées » le ministre de la police générale désigne également cette habitation :

« On me rapporte que des femmes prostituées se rendent chaque jour chez la nommée Lafôrest tenant un lieu de débauche, au n° 88, du côté du Perron ».

  • 43 APP, AA 99, Section de la Butte des moulins, 26 pluviôse an IV(15 février 1796).

40Il précise en outre que se retrouvent « quelquefois chez elle 25 à 30 femmes par jour, dont elle ne connaît ni les noms, ni les demeures »43. Loin du bordel autoritaire de l’Ancien Régime, les prostituées ne sont pas « tenues » par la citoyenne Lafôrest et sont libres d’aller et venir contre rémunération au pro rata de leurs gains. Dans ce système entre autonomie pratique et contrainte financière, les prostituées sont ainsi plus libres de choisir les modalités d’exercice de leur commerce, le temps de leur passe, mais doivent le payer chèrement.

  • 44 La sous-location constitue une forme régulière de l’hébergement à Paris à cette époque.

41Ces femmes font généralement état d’une liberté de choix de leur lieu d’exercice de la prostitution, et il en va de même avec les multiples proxénètes occasionnels du Palais-Royal avec lesquels elles peuvent s’associer. L’interrogatoire des femmes arrêtées au n° 23 du Palais-Royal le 3 germinal an IV (23 mars 1796) illustre bien le fonctionnement contractuel et économique de ces petits bordels du commun. Tenancière de cette maison de prostitution, Louise Martin sous-loue cet appartement de trois pièces au citoyen Delaunay, locataire principal, pour y recevoir les passes des prostituées44. Marie Anne Berlet, jeune prostituée âgée de 16 ans, explique au commissaire que :

  • 45 APP, AA 99, Section de la Butte des moulins, 3 germinal an IV (23 mars 1796).

« C’est elle comparante qui est allée chez la susdite Martin, dite Rosine, laquelle lui a été indiquée par une fille de la maison Égalité qu’elle ne connaît pas, que ladite Martin lui dit qu’elle pourrait faire son commerce chez elle, qu’elle lui donnerait une femme qui la promènerait et l’offrirait aux hommes et que pour prix du local qu’elle lui fournirait et de la femme qui la promènerait, elle comparant lui donnerait la moitié de ce qu’elle gagnerait par sa prostitution »45.

  • 46 Ibid.

42La raccrocheuse de cet établissement, Catherine Bertaut, précise en outre « que ce métier, lui vaut ce que gagnent les filles qu’elle prostitue, lesquelles lui donnent le tiers de leur gain ». L’arrangement se conclut ainsi au pro rata des gains des prostituées ce qui est courant pour l’époque . Marie Anne Berlet précise ainsi avoir « fait le même commerce aux mêmes conditions pendant environ huit jours chez la nommée Caroline qui demeurait dans la même maison que la dite Martin »46. Par son témoignage, Marie Anne Berlet fait donc état d’ententes relativement souples, sans frais fixes, et qui laissent aux prostituées le choix des établissements dans lesquelles elles souhaitent amener leur client.

43De ce fonctionnement découle un système dépourvu des contraintes traditionnelles de l’endettement liant les prostituées aux maquerelles qui les hébergeaient, les habillaient et organisaient leurs rencontres. Ces modalités d’exercice offrent ainsi aux prostituées une certaine liberté dans la conduite de leur commerce reposant sur des associations ponctuelles et un large choix de modes opératoires dans des lieux de rendez-vous sexuels ouverts, aux antipodes des maisons closes du XIXe siècle.

Les boutiques-prétextes

Document 7 : Le sérail en boutique

Document 7 : Le sérail en boutique

Charles-Louis Desrais, Garde à vous N.o 1 ou le Sérail en Boutique, 1800

(BNF, département Estampes et photographies)

  • 47 APP, AA 99, Section de la Butte des moulins, 24 ventôse an IV (14 mars 1796).

44Cette porosité et cette labilité de l’espace de la prostitution et des prostituées dans le Palais-Royal se retrouvent au fil des quatre-vingt-huit boutiques des trois galeries construites, dites « galeries de pierre », et de celles, provisoires, appelées « galeries de bois » situées sur le dernier côté du quadrilatère du Palais. Parmi ces dernières, le commissaire de police constate que plusieurs sont de véritables « antres de débauche »47. Pierre de la Mésangère dans son Voyageur à Paris publié en 1797 les décrits omniprésents à l’entresol des boutiques du Palais-Royal :

« Au rez-de-chaussée, cent quatre-vingts portiques, ouverts sur le jardin, éclairent trois galeries couvertes, dont le fond est occupé par des boutiques, et l’entresol par des filles » (Mésangère, 1797, 140).

45Il apparaît cependant, par rapport à ce témoignage, que les « filles » sont montées d’un demi-étage et occupent également les boutiques des galeries. Mercier souligne ainsi, dans son Nouveau Paris, la banalisation de cette formule marchande de la prostitution :

« Reportez vos pas sous les galeries qui conduisent au théâtre de la république vous apercevez à la suite l’une de l’autre, des boutiques de filles qui tiennent des déjeuners et des soupers froids : là on entre, là on sort sans dire mot ; on est servi en montrant l’assignat » (Mercier, 1800, 89).

46Avec les petites maisons de prostitution, ces magasins prétextes sont, à partir de la fin de l’année 1794, au centre de l’attention de l’administration de police confrontée à la redistribution des prostituées dans des espaces intermédiaires qui lui échappent. L’arrêté de la Commune d’octobre 1793 ayant entraîné pour l’an II (septembre 1793-septembre 1794) une répression accrue de la prostitution dans les lieux publics, a favorisé cette implantation en boutique, c’est –à-dire dans des lieux privés ayant pignon sur rue. Au lendemain de la chute de Robespierre, les policiers dénoncent alors régulièrement cette façade commerciale des boutiques du Palais offrant un lieu d’exercice banalisé à la prostitution. Le rapport général de la surveillance de Paris du 4 fructidor an II (21 août 1794), établit que

  • 48 Rapport général de la surveillance de police du 4 fructidor an II (21 août 1794), AULARD, PSD, I... (...)

« Les femmes publiques se multiplient à la Maison-Égalité ; elles font plus que jamais publiquement commerce de leurs charmes en invitant les passants à venir acheter leurs marchandises. Elles paraissent se fonder sur ce qu’elles sont marchandes et domiciliées »48.

  • 49 APP, AA 95, Section de la Butte des moulins, lettre du commissaire aux administrateurs du départeme (...)

47Cette occupation des boutiques du Palais-Royal constitue, selon l’expression des policiers de la période révolutionnaire, une « nouvelle manière de raccrocher »49.

  • 50 Rapport général des mœurs et esprit public du 18 ventôse an IV (8 mars 1796), AULARD, PSD, III..., (...)
  • 51 Rapport général des mœurs et esprit public du 18 ventôse an IV (8 mars 1796), Ibid.
  • 52 Compte décadaire du 1 brumaire an VII (22 octobre 1798), AULARD, PSD, V..., op. cit., p. 162.
  • 53 APP, AA 99, Section de la Butte des moulins, 24 ventôse an IV (14 mars 1796).
  • 54 Compte décadaire du 20 frimaire an VII (10 décembre 1798), AULARD, PSD, V..., op. cit., p. 249.
  • 55 APP, AA 104, Section de la Butte des moulins, 14-16 thermidor an VI (1-3 août 1798).
  • 56 APP, AA 104, Section de la Butte des moulins, 14-16 thermidor an VI (1-3 août 1798).

48C’est d’ailleurs « principalement sous les galeries noires, du côté du théâtre de la République »50 que les femmes publiques « tiennent boutique »51indiquent plusieurs de ces rapports sous le Directoire52. Galeries temporaires faites de hangars de planches, ces dernières abritent trois rangées de boutiques modestes aux activités suspectes lui ayant conféré le surnom de « camp des Tartares » (Mercier, 1788, 233). Le 24 ventôse an IV (14 mars 1796), le ministère de la police générale dresse un bilan des « boutiques, cafés, cabarets et tabagies » considérés comme les « retranchements de tous les vices » et y recense dix boutiques où se pratique le commerce prostitutionnel53. L’espace boutiquier de la prostitution transgresse cependant également les frontières du commerce respectable du Palais-Royal. D’autres rapports de police mentionnent ainsi l’existence de boutiques situées sous les galeries de pierre côtoyant les étals respectables et luxueux, et ce jusqu’à l’extrême fin de la période révolutionnaire54. En août 1798, une enquête est ainsi diligentée par le Bureau central afin de s’assurer que les boutiques et appartements de la galerie neuve du Palais-Royal numérotés 11, 12, 14, 15, 16, 31, 33, 34, 35, et un appartement au n°36 ne sont pas occupés par des femmes publiques55. Ces dernières selon une voisine et marchande de comestibles interrogée sont « occupées depuis longtemps par des femmes de mauvaise vie qui raccrochent publiquement les passants et occasionnent des scènes scandaleuses nuit et jour », information confirmée par divers riverains domiciliés dans la galerie neuve56. Donnant directement sur la voie des galeries, comme la galerie neuve citée ci-dessus, les boutiques constituent donc un point d’ancrage important et visible de la sexualité prostitutionnelle du Palais durant la décennie révolutionnaire.

  • 57 AN, AF IV 1478, Rapport de la surveillance générale des 16 et 17 brumaire an VI (6 et 7 novembre 17 (...)

49Les vastes fenêtres donnant sur les galeries dont elles disposent permettent à la prostitution de se mettre en vitrine et d’offrir un nouveau mode exploratoire aux clients potentiels qui, de la galerie, peuvent juger et évaluer les prostituées rassemblées. Ainsi, la boutique de « la nommée Marechal qui tient des femmes » galerie de Pierre provoque quotidiennement « un rassemblement de mauvais sujets »57 venant scruter ce qui se passe de l’autre côté de la vitrine. Deux estampes réalisées sous le Directoire par Claude-Louis Desrais et intitulées « Le Sérail en boutique » rendent compte de ce dispositif voyeuriste et consumériste de la prostitution. On voit notamment dans la première partie de ce diptyque un client sur le seuil de la boutique contemplant les scènes à caractère sexuel, renforcée par une forte lumière artificielle, se déroulant devant les deux grandes fenêtres de la boutique. Un autre homme, à l’intérieur, est attiré par une femme, tandis qu’une autre lui dérobe son mouchoir Sur les neuf femmes présentes la plupart ont la gorge totalement nue et exposée au regard de tous. Le tout souligne la conversion de ces boutiques en de véritables « officines de prostitution » (Corbin, 2010, 213).

50Ce mouvement initié au Palais-Royal marque ainsi le début des « magasins-prétextes » qui se multiplieront pas la suite dans la capitale tout au long du XIXe siècle et dont l’étude d’Alain Corbin atteste l’important développement (ibid.). Il souligne le caractère novateur des formes du commerce prostitutionnel du Palais où les corps des prostituées, exposés à l’instar des marchandises des galeries, sont ainsi institués en « commodités urbaines », objets de consommation normalisés et usuels rendus directement accessibles, comparables et monnayables au public.

Conclusion

51Le triomphe d’une forme de prostitution récréative et commerciale dans le quartier du Palais-Royal, où les femmes publiques vont jusqu’à s’exposer en boutiques, constitue les prémices exceptionnelles de la commercialisation de la prostitution qui caractérise le XIXe siècle.

52La dépénalisation de la prostitution et les débuts hésitants de sa réglementation policière durant la période révolutionnaire, ont permis cette concentration et cette structuration d’un commerce sexuel où l’anatomie n’est pas qu’un gagne-pain, mais se constitue aussi en un objet de consommation banalisé et mis à profit par les prostituées ainsi que les différents acteurs économiques du Palais-Royal. Cette emprise du commerce prostitutionnel ne sera véritablement remise en question que sous le règne de Louis-Philippe qui fait interdire prostituées puis maisons de jeux dans l’enceinte du Palais entre 1830 et 1832, contribuant ainsi au redéploiement de cette activité sur les artères des grands boulevards (Harsin, 1991, 42-45).

  • 58 Je tiens à remercier Fanny Gallot, Eve Meuret-Campfort ainsi que les relecteurs et relectrices de l (...)

53Il apparaît que l’exceptionnalité du microcosme prostitutionnel du Palais-Royal réside dans son extraversion et son consumérisme revendiqué, en synergie avec l’ensemble des activités de ce centre commercial et ludique de la capitale. Par ses dispositions urbaines, cet enclos a permis la constitution d’un vaste territoire sexuel récréatif spécialisé dans la capitale, qui constitue, à l’heure de la Révolution, un véritable quartier réservé à l’économie des plaisirs sexuels. La prostitution du Palais-Royal est alors partie prenante d’un ensemble de dispositifs plus vastes lié à la « révolution de la consommation qui touche l’ensemble de la société » (Roche, 1997 ; Coquery, 2011) : développement de techniques publicitaires avec les annuaires de prostituées, diversification de l’offre permettant de toucher un public élargi, vitrines ostentatoires et « commodification » de la sexualité prostitutionnelle. Elle témoigne en outre d’une forme de libéralisation du commerce sexuel qui, dépénalisé, s’émancipe en partie des formes traditionnelles du proxénétisme et de ses bordels fermés. S’offre ainsi une certaine liberté d’exercice aux prostituées : occasionnelles ou professionnelles, elles opèrent le plus souvent à leur compte et sont libres d’aller et venir dans les différents lieux d’accueil du Palais qu’elles investissent avec un sens aigu du placement. Décriées par les « honnêtes citoyens » de la Cité – riverains établis et policiers –, ces femmes participent activement à l’économie des loisirs et des plaisirs parisiens dont elles forment une composante dynamique. Du jardin à la chambre, de la boutique aux galeries, le trafic prostitutionnel s’institutionnalise en un lieu et la fille publique se marchandise. Premier marché du sexe de la capitale, le Palais-Royal a ainsi facilité la constitution d’une forme de prostitution résolument consumériste, entre émancipation sexuelle et économique et commercialisation du corps des femmes58.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Almanach des adresses des demoiselles de Paris, de tout genre et de toutes classes, ou Calendrier du plaisir contenant leurs noms, demeures, âges... et le prix de leurs charmes, enrichi de notes curieuses et anecdotes intéressantes, A Paphos, De l’Imprimerie de l’Amour, 1791.

Les Fastes scandaleux, ou la Galerie des plus aimables coquines de Paris, A Paphos et aux... galeries du Palais-Egalité, 200apr. J.-C.

Liste complète, des plus belles femmes publiques et des plus saines du palais de Paris..., Paris, chez tous les marchands de nouveautés, 1793.

Les Soirées du Palais-Royal. Recueil d’aventures galantes et délicates, publié par un invalide du Palais-Royal..., Paris, Plancher, 1815.

Tarif des filles du Palais-Royal, lieux circonvoisins et autres quartiers de Paris, avec leurs noms et demeures, s.l.[Paris], [1790], 5 numéros, in-8.

AULARD François-Alphonse (dir.), Paris pendant la réaction thermidorienne et sous le Directoire : recueil de documents pour l’histoire de l’esprit public à Paris, Paris, L. Cerf ; Quantin, 1898-1902, 5 volumes.

AULARD François-Alphonse (dir.), Paris sous le Consulat, Paris, L. Cerf, 1903, vol. I.

BRONGNIART Alexandre, « Journaux de voyage et journaux intimes », journal sous forme de cahiers, Bibliothèque du Muséum national d’histoire naturelle, Ms 3357-3358, 1795-1802.

JOLYOT DE CREBILLON, Claude-Prosper, Tableaux des mœurs du temps dans les différents âges de la vie, Paris, Cercle du livre précieux, 1959 [1763?].

DOPPET Amédée, Les Numéros parisiens, ouvrage utile et nécessaire aux voyageurs à Paris, Paris, De l’Imprimerie de la Vérité, 1788.

GONCOURT Edmond et Jules de, Histoire de la société française pendant la Révolution, Paris, Éditions du Boucher, 1889.

VON KOTZEBUE August, Paris en 1790 : souvenirs de voyage, Paris, Nouvelle revue rétrospective, 1894.

MERCIER Louis-Sébastien, Tableau de Paris, Amsterdam, 1782-1789, 8 volumes.

MERCIER Louis-Sébastien, Le Nouveau Paris, Brunswick, 1800, 6 volumes.

DE LA MÉSANGÈRE Pierre, Le Voyageur à Paris : tableau pittoresque et moral de cette capitale. Tome premier, Paris, Chez Chaignieau, Devaux, 1797, vol. 1.

FOUGERET DE MONBRON Louis Charles, La Capitale des Gaules, ou la nouvelle Babilonne, France, Chez Va-de-bon-Coeur, Chantre des Armées du Roy, 1760.

NEMEITZ Joachim-Christophe, Séjour de Paris, c’est à dire, instructions fidèles pour les voiageurs de condition, comment ils se doivent conduire, s’ils veulent faire un bon usage de leur tems et argent, durant leur séjour à Paris, Leide, Jean Van Abcoude, 1727.

RETIF DE LA BRETONNE Nicolas-Edme, Le Palais Royal. 1re partie, Les filles de l’allée des Soupirs, Paris, Chez Guillot, 1790.

Travaux académiques

ALKENZAWI Adil, « Palais-Royal (1624-1986) », Appareil, 2008, http://revues.mshparisnord.org/appareil/index.php?id=473

ANDRESS David, « The Micro-physics of Offentlichkeit? Habermas, Foucault, and the Administration of Democratic Space in the Palais-Royal, 1789-1790 », Cultural and Social History, 3-2, 2006, p. 145‑166.

BAKER Keith M., Au tribunal de l’opinion : essais sur l’imaginaire politique au xviiie siècle, Paris, Payot, 1993.

BENABOU Érica-Marie, La prostitution et la police des mœurs au xviiie siècle, Paris, Perrin, 1987.

CHARTIER Roger, Les origines culturelles de la Révolution française, Paris, Seuil, 1990.

COQUERY Natacha, « La diffusion des biens à l’époque moderne », Histoire urbaine, n° 30-1, 15 juillet 2011, pp. 5‑20.

CORBIN Alain, Les filles de noce : misère sexuelle et prostitution (xixe siècle), Paris, Flammarion, 2010 (1978).

DAUTRESME Olivier, « La promenade, un loisir urbain universel ? L’exemple du Palais-Royal à Paris à la fin du xviiie siècle », Histoire urbaine, 3-1, 2001, p. 83‑102.

FLEISCHMANN Hector, Les Demoiselles d’amour du Palais-Royal : Avec la réimpression intégrale de dix pamphlets libres sur les filles publiques du Palais-Egalité et la bibliographie des libelles galants qui leur sont consacrés..., Paris, Bibliothèque des curieux, 1911.

FLEISCHMANN Hector, Les Filles Publiques sous la Terreur, Paris, A. Méricant, 1908.

GAILLARD Jeanne, Paris, la ville : (1852-1870), Paris, l’Harmattan, 1997.

GRESSET Philippe, Jacques BOULET, Le Palais-Royal : un fragment de ville, Paris, Secrétariat de la Recherche architecturale, 1984.

HABERMAS Jürgen, L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 1993.

HARSIN Jill, Policing prostitution in nineteenth-century Paris, Princeton, Princeton university press, 1985.

HENDERSON Tony, Disorderly women in eighteenth-century London: prostitution and control in the metropolis, 1730-1830, London, Longman, 1999.

HENSINGER Éliane, « La prostitution et la police des mœurs au XVIIIe siècle à Paris », Mappemonde, 88-2, 1989, p. 40‑44.

JURATIC Sabine, « Librairie et presse, 1788-an VII », dans DUCOUDRAY Émile, Raymonde MONNIER et Daniel ROCHE (éd.), Atlas de la Révolution française. 11, Paris, Paris, Éd. de l’École des hautes études en sciences sociales, 2000, pp. 80‑81.

LANGLOIS Gilles-Antoine, « “Les charmes de l’égalité”, éléments pour une urbanistique des loisirs publics à Paris de Louis XV à Louis-Philippe », Histoire urbaine, 2000, vol. 1, no 1, p. 7‑24.

MATTHEWS-GRIECO Sarah F., « Corps et sexualité dans l’Europe d’Ancien Régime », dans CORBIN Alain, COURTINE Jean-Jacques, VIGARELLO Georges (dir.), Histoire du corps I. De la Renaissance aux Lumières, p. 167-234.

MONZANI Pierre, « Guides et plaisirs parisiens au XVIIIe siècle », Urbi, 1984.

MUSÉE CARNAVALET, Le Palais Royal, Paris, Paris-Musées, 1988.

PLUMAUZILLE Clyde, Les Libelles saisis pour raison de moralité. Inscription sociale et culturelle de la pornographie sous le Directoire, mémoire de maîtrise d’histoire, sous la direction de Jean-Clément Martin, Paris I, 2005.

PLUMAUZILLE Clyde, Tolérer et Réprimer : prostituées, prostitution et droit de cité dans le Paris révolutionnaire (1789-1799), thèse d’histoire, sous la direction de Pierre Serna, Paris I, 7 décembre 2013.

ROCHE Daniel, Histoire des choses banales. Naissance de la consommation xviie- xixe siècle, Paris, Fayard, 1997.

WALKOWITZ Judith R., « Sexualités dangereuses », dans DUBY Georges, PERROT Michelle et FRAISSE Geneviève (dir.), Histoire des femmes en Occident IV. Le xixe siècle, Paris, Plon, 2002 (1991), p. 439‑478.

Haut de page

Notes

1 Les Soirées du Palais-Royal. Recueil d’aventures galantes et délicates, publié par un invalide du Palais-Royal..., Paris, Plancher, 1815.

2 Archives nationales (AN), F3688 3, Rapport du 4 nivôse an II (24 décembre 1793) de l’inspecteur Charmont.

3 7 décembre 1796, Alexandre BRONGNIART, « Journaux de voyage et journaux intimes », journal sous forme de cahiers, Bibliothèque du Muséum national d’histoire naturelle, 1795-1802.

4 Ibid.

5 Décembre 1796 - Décembre 1797, Alexandre BRONGNIART, « Journaux de voyage et journaux intimes », journal sous forme de cahiers, Bibliothèque du Muséum national d’histoire naturelle, 1795-1802.

6 Archives de la Préfecture de Police de Paris (APP), AA 92, Section de la Butte des moulins, 2 prairial an II (21 mai 1794).

7 Il y a neuf librairies à la veille de la Révolution, et leur nombre est multiplié par trois à la faveur de la libéralisation du régime de la librairie.

8 Le Moniteur universel, n° 18, 4 octobre 1793, p. 42.

9 APP, AA 83, Section de la Butte des moulins, 11 avril 1791.

10 Louis-Sébastien Mercier évoque également un spectacle de « prétendus sauvages » qui s’accouplaient pour 24 sols à la veille de la Révolution, Louis-Sébastien Mercier, « Chap. XCI “Palais-Égalité, ci-devant Palais-Royal” », dans Le nouveau Paris, Brunswick, 1800, vol. 3, p. 97.

11 Rapport général des mœurs et esprit public du 14 floréal an VII, AULARD, PSD, I, p. 497. PSD = AULARD François-Alphonse (dir.), Paris pendant la réaction thermidorienne et sous le Directoire : recueil de documents pour l’histoire de l’esprit public à Paris, Paris, L. Cerf ; Quantin, 1898-1902, 5 volumes (chaque volume est indiqué en chiffre romain, exemple : volume I = PSD I). Pour les rapports d’esprit public du Bureau central que nous citons, les renvois sont donc indiqués comme tels : Rapport du 6 nivôse an IV (27 décembre 1795), PSD II, p. 572

12 Rapport général des mœurs et esprit public du 25 messidor an IV (13 juillet 1796), AULARD, PSD, III, p. 313.

13 Rapport général des mœurs et esprit public du 4e jour complémentaire an IV (20 septembre 1796), Ibid., p. 461.

14 APP, AA 86, Section de la Butte des moulins, 26 décembre 1791.

15 Liste complète, des plus belles femmes publiques et des plus saines du palais de Paris..., Paris, chez tous les marchands de nouveautés, 1793, p. 9.

16 Almanach des adresses des demoiselles de Paris, de tout genre et de toutes classes, ou Calendrier du plaisir contenant leurs noms, demeures, âges... et le prix de leurs charmes, enrichi de notes curieuses et anecdotes intéressantes, A Paphos, De l’Imprimerie de l’Amour, 1791.

17 Les Fastes scandaleux, ou la Galerie des plus aimables coquines de Paris, A Paphos et aux... galeries du Palais-Egalité, 200apr. J.-C.

18 Tarif des filles du Palais-Royal, lieux circonvoisins et autres quartiers de Paris, avec leurs noms et demeures, s.l., 1790, p. 1.

19 Liste complète des plus belles femmes publiques et des plus saines du Palais de Paris, Paris, Chez tous les Marchands de Nouveautés, 1793, p. 3.

20 Rapport général des mœurs et esprit public du 4 frimaire an IV, AULARD, PSD, II, p. 422.

21 Rapport général des mœurs et esprit public du 20 m ; Plessidor an IV, AULARD, PSD, III..., op. cit., p. 304.

22 Rapport général des mœurs et esprit public du 24 frimaire an VIII, François-Alphonse AULARD, Paris sous le Consulat, Paris, L. Cerf, 1903, vol. I, p. 53 ; Mercier parle de ces « soupiraux » par lesquels on aperçoit cette prostitution souterraine du Palais, ainsi que de ces « trous de boutiques où des filles attirent par des œillades les passants » L.-S. Mercier, « Chap. XCI “Palais-Égalité, ci-devant Palais-Royal” »..., op. cit., p. 99.

23 Rapport général des mœurs et esprit public du 6 prairial an III (25 mai 1795), AULARD, PSD, I..., op. cit., p. 747 ; AULARD, PSD, III..., op. cit., p. Rapport général des mœurs et esprit public du 16 fructidor an IV (2 septembre 1796), .

24 Rapport général des mœurs et esprit public du 19 nivôse an IV, AULARD, PSD, II..., op. cit., p. 633.

25 Rapport général des mœurs et esprit public du 6 germinal an VII, AULARD, PSD, V, p. 434.

26 APP, AA 94, Section de la Butte des moulins, 9 floréal an II (28 avril 1794).

27 APP, AA 94, Section de la Butte des moulins, 20 messidor an II (8 juillet 1794).

28 APP, AA 92-95 ; AA 99-101 ; AA 102-105.

29 APP, AA 105, Section de la Butte des moulins, 15 messidor an VI (3 juillet 1798).

30 AN, AF IV 1489, Rapport du Bureau central du 12 frimaire an VIII (3 décembre 1799).

31 APP, Registre des procès-verbaux des commissaires des 48 sections de Paris, 21 décembre 1790-27 décembre 1805.

32 Rapport général des mœurs et esprit public du 16 fructidor an IV, AULARD, PSD, III..., op. cit., p. 426.

33 APP, AA 101, Section de la Butte des moulins, 3 pluviôse an V (22 janvier 1797).

34 Rapport général des mœurs et esprit public du 25 messidor an IV (13 juillet 1796), Aulard, PSD, III..., op. cit., p. 313.

35 APP, AA 92, Section de la Butte des moulins, 9 septembre 1793.

36 Rapport général des mœurs et esprit public du 17 nivôse an IV (7 janvier 1796), AULARD, PSD, V..., op. cit., p. 628.

37 AN, AF IV 1479, Rapport de surveillance générale, 28 frimaire an VI (18 décembre 1797.

38 APP, AA 108, Section de la Butte des moulins, 12 vendémiaire an VIII (4 octobre 1799).

39 APP, AA 86, Section de la Butte des moulins, 26 décembre 1791.

40 APP, AA 99, Section de la Butte des moulins, 3 germinal an IV (23 mars 1796).

41 APP, AA 99, Section de la Butte des moulins, 18 pluviôse an IV, (7 février 1796).

42 APP, AA 103, Section de la Butte des moulins, 16 floréal an VI (5 mai 1798).

43 APP, AA 99, Section de la Butte des moulins, 26 pluviôse an IV(15 février 1796).

44 La sous-location constitue une forme régulière de l’hébergement à Paris à cette époque.

45 APP, AA 99, Section de la Butte des moulins, 3 germinal an IV (23 mars 1796).

46 Ibid.

47 APP, AA 99, Section de la Butte des moulins, 24 ventôse an IV (14 mars 1796).

48 Rapport général de la surveillance de police du 4 fructidor an II (21 août 1794), AULARD, PSD, I..., op. cit., p. 53.

49 APP, AA 95, Section de la Butte des moulins, lettre du commissaire aux administrateurs du département de police, 18 vendémiaire an III (9 octobre 1794).

50 Rapport général des mœurs et esprit public du 18 ventôse an IV (8 mars 1796), AULARD, PSD, III..., op. cit., p. 29.

51 Rapport général des mœurs et esprit public du 18 ventôse an IV (8 mars 1796), Ibid.

52 Compte décadaire du 1 brumaire an VII (22 octobre 1798), AULARD, PSD, V..., op. cit., p. 162.

53 APP, AA 99, Section de la Butte des moulins, 24 ventôse an IV (14 mars 1796).

54 Compte décadaire du 20 frimaire an VII (10 décembre 1798), AULARD, PSD, V..., op. cit., p. 249.

55 APP, AA 104, Section de la Butte des moulins, 14-16 thermidor an VI (1-3 août 1798).

56 APP, AA 104, Section de la Butte des moulins, 14-16 thermidor an VI (1-3 août 1798).

57 AN, AF IV 1478, Rapport de la surveillance générale des 16 et 17 brumaire an VI (6 et 7 novembre 1797).

58 Je tiens à remercier Fanny Gallot, Eve Meuret-Campfort ainsi que les relecteurs et relectrices de la revue Genre, sexualité & société pour leurs commentaires précieux sur les versions successives de ce texte.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document 1 : Au centre des plaisirs de la capitale
Crédits Clyde Plumauzille, 2013.
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/2943/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Document 2 : Le foyer Montansier
Crédits Louis Binet, Foyer Montansier, 1798-1799 (BNF, département Estampes et photographies)
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/2943/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Document 3 : Zonage sexuel du Palais-Royal
Légende Zonage sexuel du Palais-Royal
Crédits Clyde Plumauzille, 2013
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/2943/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1000k
Titre Document 4 : Galerie et jardins du Palais
Légende Anonyme, Galerie et jardins du Palais-Royal, sans date
Crédits (BNF, département Estampes et photographies)
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/2943/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Document 5 : Les Trente-deux filles dans l’Allée des soupirs
Légende Anonyme, Les Trente-deux filles, dans l’Allée des soupirs, 1785-1788
Crédits (BNF, département Estampes et photographies)
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/2943/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Document 6 : Chit-chit !
Légende Anonyme, Chit-chit ! Tiré du cabinet du citoyen Darlet, 1793
Crédits (BNF, département Estampes et photographies)
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/2943/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Document 7 : Le sérail en boutique
Légende Charles-Louis Desrais, Garde à vous N.o 1 ou le Sérail en Boutique, 1800
Crédits (BNF, département Estampes et photographies)
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/2943/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clyde Plumauzille, « Le « marché aux putains » : économies sexuelles et dynamiques spatiales du Palais-Royal dans le Paris révolutionnaire », Genre, sexualité & société [En ligne], 10 | Automne 2013, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 22 mai 2017. URL : http://gss.revues.org/2943 ; DOI : 10.4000/gss.2943

Haut de page

Auteur

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire et chercheuse associée
Institut d'histoire de la Révolution française CNRS, Université Paris 1

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org