Navigation – Plan du site
Dossier

Perverses promiscuités ? Bains publics et cafés-concerts parisiens au second XIXe siècle

Erotic places? Bath houses and music-halls in the late 19th-Century Paris
Lise Manin

Résumés

Dans le Paris du second XIXe siècle, les établissements de bains publics et les salles de cafés-concerts sont signalés comme des aires privilégiées de débauche, de prostitution et d’outrage public à la pudeur. S’ils sont des cadres avérés de rencontres homosexuelles et de racolage, ces territoires font l’objet de représentations très diverses chez les observateurs du temps. Indépendamment même de la rencontre et du commerce des sexes qu’ils favorisent, ces espaces où le dévoilement de nudités, plus ou moins avancées, invite à l’exhibitionnisme et au voyeurisme contribuent à plus d’un titre à l’édification de la réputation de Paris comme « capitale des plaisirs ». Cet article vise donc à appréhender les pratiques qui avaient cours dans ces établissements et à confronter les différentes représentations qu’ils ont suscitées, afin de saisir leur dynamique d’ « érotisation » ainsi que les ressorts de l’imaginaire du lieu érotique et la gamme des motifs qui fondent les discours sur l’éros parisien à la fin du XIXe siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 MONIN (Dr), « Propos du docteur. La prostitution », Gil Blas, 16 octobre 1888, n° 3255, p. 2.

1En 1888, dans l’article qu’il consacre à l’étude de la prostitution et de ses causes, le docteur Monin met en avant « l’infernal mirage de Paris » qui conduit tant de jeunes filles sur le trottoir. Passant en revue les principaux foyers de prostitution, dans la ville même, comme dans les autres capitales européennes, il relève « les établissements de bains, les boutiques de gantières, de parfumerie, de bijouterie, […] les cafés-concerts et les arrière-boutiques […], nids à débauche et à syphilis », où sévit l’ « industrie interlope de la prostitution clandestine »1. Ce propos signale ainsi que les maisons de bains et les cafés-concerts apparaissent aux yeux des contemporains comme des aires privilégiées de la débauche et du péril vénérien. Effectivement, ces deux institutions figurent généralement en bonne position dans les réflexions des médecins hygiénistes, observateurs sociaux et chroniqueurs, qui, sous l’effet du renforcement de la prostitution (Corbin, 2010), de l’évolution des pratiques amoureuses et sexuelles (Sohn, 1996), mais aussi de l’essor d’une industrie de loisirs de masse (Kalifa, 2001) largement fondée sur la spectacularisation des corps et de la nudité féminine, concourent à façonner les différents discours sur l’éros parisien. Ces établissements participent ainsi au mouvement de cristallisation de l’imaginaire d’un Paris fin-de-siècle (Weber, 1998), cité babylonienne au climat d’immoralité, « capitale des plaisirs » favorisant la rencontre des sexes et le commerce du sexe.

  • 2 Le terme apparaît sur les affiches en 1893, mais correspond à une réalité plus ancienne née sur les (...)
  • 3 Nous excluons donc de l’étude les établissements de bains-douches à bon marché destinés aux classes (...)
  • 4 Voir la contribution d’Emmanuelle Retaillaud-Bajac.

2Mais les rapprochements susceptibles d’être opérés entre cafés-concerts et maisons de bains ne se bornent pas aux pratiques de prostitution qu’ils sont réputés abriter. En effet, ces établissements, qui apparaissent et se développent au début des années 1850 pour connaître leur chant du cygne à la veille de la Première Guerre mondiale (Condemi, 1992 ; Csergo, 1988), ont pour point commun de s’imposer conjointement au regard des contemporains comme des espaces publics nouveaux, signes de modernité urbaine. Honnêtes en apparence, jouissant d’une forte visibilité du fait de campagnes de réclame et d’une couverture médiatique importantes, ils en viennent néanmoins à susciter progressivement la méfiance des commentateurs et d’une partie du public, en imposant en sous-main un nouveau régime de visibilité et de représentation des corps qui entraîne des pratiques « scandaleuses ». Ainsi, bien que fondé initialement sur le tour de chant, le café-concert – café dont « la fonction sociale est de distraire un public par un ‘spectacle vocal et musical et des spectacles de curiosités’ »  (Condemi, 1992, 28) – propose dès le départ des programmes de « variétés » mêlant vaudevilles et attractions. Certaines salles, préfigurant les spectacles et revues du music-hall2, ne tardent pas, à la suite des Folies-Bergère, à inclure, dès 1869 dans leurs programmes, des numéros de cirque et des ballets dévoilant toujours plus l’anatomie des artistes. Le caf’conc’ fait d’ailleurs, jusqu’en 1906 tout du moins, l’objet d’une surveillance administrative et policière tatillonne. Selon d’autres modalités, les établissements de bains, froids ou chauds, attirent l’attention de la Préfecture de police de Paris. Celle-ci est alertée par les pratiques suspectes qu’encouragent non seulement l’état de dénudement des baigneurs rassemblés dans des bassins ou salles d’étuve collectives, mais aussi, et surtout, la compagnie autorisée, dans les cabinets de bains, par des tenanciers permissifs. Espaces d’exhibition plus ou moins avancée des nudités3, où la promiscuité des corps invite à la rencontre charnelle, à l’exhibitionnisme et au voyeurisme, ces lieux sont également apparentés par l’étroite surveillance qu’exerce sur eux une police des mœurs œuvrant à la répression de tout spectacle susceptible d’offenser la pudeur publique (Berlière, 1992 ; Bologne, 1997 ; Iacub, 2008). De plus, si les cafés-concerts et maisons de bain comptent parmi les territoires incontournables des voluptés parisiennes, ils semblent également constituer des institutions majeures de l’imaginaire érotique de la capitale. En témoignent bon nombre d’affiches et de caricatures qui, en dévoilant les nudités de femmes au bain ou les savants déshabillés des artistes de café-concert, concourent à l’érotisation de la « Parisienne »4 et à la constitution d’un imaginaire de plaisir(s) attaché(s) à ces lieux, lesquels diffèrent pourtant singulièrement par leur fonction. En effet, seuls les cafés-concerts, constituant majeur du mythe du « Gai Paris », ont pour vocation première de divertir les Parisiens, tandis que les établissements de bain, s’ils peuvent accessoirement contribuer au plaisir du corps, assument prioritairement une double fonction hygiénique et thérapeutique largement promue par les médecins hygiénistes.

3Dès lors, comparer les représentations diverses qu’ont suscitées ces deux types d’établissements paraît nécessaire pour saisir, à la lumière des différences et convergences observables, les logiques conduisant à l’ « érotisation » d’un espace particulier, pour cerner les ressorts de l’imaginaire érotique collectif et identifier certains des motifs – notamment la représentation des corps et de la sexualité – qui déterminent les contours mouvants des discours sur l’éros parisien à la fin du XIXe siècle.

  • 5 L’étude qui suit repose sur un sondage de la presse de l’époque réalisé grâce aux fonctionnalités d (...)
  • 6 Les archives conservées, consultables aux Archives de la Préfecture de police de Paris, sont postér (...)

4Cette étude s’appuie donc sur les principaux discours qui ont contribué à l’édification de la visibilité et de la réputation de ces établissements : les « guides de Paris », d’une part, à savoir la vaste gamme de brochures destinées aux touristes en visite dans la capitale, gamme qui inclut notamment un sous-genre d’écrits visant plus spécifiquement les hommes en quête de « plaisirs » ; la presse, d’autre part. Dix titres ont été retenus5 afin de couvrir le plus large spectre éditorial possible, allant des journaux mondains (La Vie parisienne) aux publications satiriques (La Caricature, Le Journal amusant) en passant par les grands quotidiens aux sensibilités politiques différentes (Le Figaro, La Presse, Le Journal des Débats) et les quotidiens populaires accessibles à un large public (Le Matin, Le Petit Journal, Le Petit Parisien), sans oublier les journaux grivois et échotiers (Gil Blas, Le Courrier français). Ces deux types de documents permettent de saisir le faisceau de considérations d’ordre moral, éthique, esthétique ou juridique déterminant les jugements que portent sur ces lieux ceux qui façonnent très largement l’opinion publique. Les représentations véhiculées doivent aussi être appréciées à la lumière des archives de la Préfecture de police de Paris, lesquelles permettent, grâce aux procès verbaux, rapports de surveillance et lettres de dénonciation conservés par le service des mœurs6, d’appréhender les pratiques ordinaires telles qu’elles étaient enregistrées et caractérisées par une partie de la clientèle et par les représentants de l’ordre public. Enfin, les prospectus publicitaires de la série « Actualités » de la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris, ainsi que les affiches disponibles sur Gallica, se révèlent indispensables pour affiner l’étude des ressorts essentiels de l’imaginaire érotique fin-de-siècle.

La place de l’éros dans les représentations contradictoires de ces établissements

  • 7 VIRMAITRE Charles, Trottoirs et Lupanars. Paris Documentaire, Paris, Charles, 1897 (1893) ; COMMENG (...)

5Alors que les études relatives à la prostitution7 ne manquent jamais de s’arrêter sur les maisons de bains et les cafés-concerts, force est de constater que ces établissements publics ne sont pas systématiquement corrélés à l’imaginaire du sexe ou du plaisir et qu’ils sont inscrits dans des systèmes de représentation singulièrement différents.

  • 8 GABILLAUD Louis, Guide de l’étranger à l’Exposition universelle, Paris, Gabillaud, 1889, p. 3.
  • 9 JOANNE Adolphe, Paris illustré en 1870, guide de l’étranger et du Parisien, Paris, Hachette, 1870 ; (...)
  • 10 TULOU François (pseudonyme F. de DONVILLE), Guide complet de l’étranger dans Paris, Paris, Garnier (...)

6En témoigne leur relative absence dans les guides qui recensent les attractions parisiennes, que ces derniers visent à inciter le lecteur à les fréquenter ou à les en dissuader. Ce constat s’impose en particulier pour les établissements de bain, qui ne figurent dans aucun des ouvrages destinés « à satisfaire à la curiosité des célibataires »8, exception faite du Guide des plaisirs à Paris de 1908. Ils trouvent seulement place dans certains guides de Paris9 à destination des provinciaux ou des étrangers, s’insérant dans des parties consacrées à la recension des différentes commodités, comme l’indique l’intitulé suivant : « Choix d’un quartier. Hôtels. Restaurants. Cafés, bains, etc. »10. Sans plus de commentaire, Paris exposition 1900 se borne également à fournir les adresses des principaux établissements, une dizaine tout au plus, en donnant des indications très générales sur les tarifs en vigueur. Cette logique de présentation relativement laconique, qui semble cantonner les bains à des espaces fonctionnels ou peu dignes d’intérêt, n’est pas sans concerner les cafés-concerts. Un grand nombre de brochures ne les incluent pas dans leurs rubriques « Plaisirs de Paris » ou réduisent l’espace publicitaire consacré au « café-chantant – concert » à une simple liste nominative, parfois accompagnée de remarques sur l’architecture ou le répertoire des salles. Généralement, l’usage consiste d’ailleurs à ne relever que les lieux les plus élégants et célèbres (l’Eldorado, le Café-Concert des Ambassadeurs, la Scala, les Folies-Bergère) qui se trouvent pour la plupart sur les Champs-Elysées, sans donner plus de détails sur les différents attraits de l’établissement et sans mentionner les autres catégories d’établissements, plus « vulgaires et bassement populaires » (Condemi, 1989, 184).

Document 1 : Localisation des principaux établissements de bains et de café-concert

Document 1 : Localisation des principaux établissements de bains et de café-concert

Localisation des principaux établissements de bains et de café-concert

Auteure : Lise Manin, 2013

  • 11 DESCHAUMES Edmond, Pour bien voir Paris, guide parisien pittoresque et pratique, Paris, Freyfous, 1 (...)
  • 12 FREBAULT Élie, La Vie de Paris, Guide pittoresque et pratique du visiteur, Paris, Dentu, 1878, p. 2 (...)
  • 13 DARZENS Rodolphe, Nuits à Paris : notes sur une ville, Paris, Dentu, 1889, p. 147.
  • 14 LANNOY A.-P. de, Les Plaisirs de la vie de Paris (guide du flâneur), Paris, Borel, 1900, p. 76.

7Toutefois, à la différence des guides touristiques précités, les guides de plaisirs lèvent largement le voile pour faire plus ou moins longuement allusion aux femmes qui ornent ces lieux, qu’elles errent dans le promenoir ou parmi le public, « le visage plâtré, les yeux agrandis, les lèvres démesurément rougies, y tourn[ant] sans cesse, cherchant aventure, jouant de l’éventail et de la prunelle »11, telles « les petites dames les plus connues du quartier Breda », célèbre pour ses lorettes12, ou bien qu’il s’agisse d’employées, de « filles, souvent jolies, provocantes et décolletées, […] qui achalandent de leur personne [le bar des Folies-Bergère] »13. Cependant, même si ces mentions ne laissent au lecteur aucun doute sur la prostitution qui a cours en ces lieux, rares sont les auteurs qui énoncent brutalement la dimension tarifée des rencontres avec « d’aimables cicerones » auxquelles « l’étranger » devra laisser un « pourboire »14. Par l’approche différenciée qu’ils réservent aux deux types d’établissements, les guides de plaisirs parisiens reflètent les deux systèmes de représentations antagonistes que focalisent ces institutions. En effet, exception faite des journaux satiriques qui tendent à généraliser le principe d’une saisie grivoise du corps et de la société, la presse généraliste ne concourt à aucune érotisation des lieux de l’hygiène publique – si ce n’est à la marge et indirectement –, alors qu’elle contribue massivement, en empruntant d’ailleurs un certain nombre de descriptions aux guides de plaisirs, à édifier une image ambiguë du café-concert, lieu de perdition non dénué de séductions et suscitant des jugements très contrastés.

8En effet, les chroniques consacrées à l’espace du bain public au second XIXe siècle ne convoquent assurément aucun imaginaire érotique, qu’il s’agisse des bains de Seine ou des bains chauds. Au contraire, elles relaient largement le discours des hygiénistes qui œuvrent à la généralisation de la pratique du bain, envisagé certes comme le soin d’une propreté nécessaire à la force morale et physique de la Nation, mais plus encore comme un traitement thérapeutique. En témoigne la pléthore de rubriques publicitaires qui, grâce à un argumentaire des plus stéréotypé, souvent simple décalque des dépliants émis directement par les établissements, vantent les bienfaits d’une large gamme de bains : bains russes, bains chinois, bains turco-romains, bains de siège, bains de barège… Voici le message reproduit par la plupart des quotidiens, lesquels portent aux nues les bains turco-romains de la rue Neuve-des-Mathurins :

  • 15 « Mémento de Gil Blas. Renseignements Arak-Taïeb », Gil Blas, n° 1801, 23 octobre 1884, p. 3.

« Le bain turco-romain, en étuve sèche avec massage, frictions, lavage et douches, est incomparablement le meilleur et le plus efficace de tous les bains. Il combat victorieusement les douleurs rhumatismales, articulaires, lombagos, et ses effets salutaires sont également remarquables dans le traitement d’une foule d’affections qui ont leur origine dans l’irrégularité des fonctions de la peau »15.

  • 16 DU CLAUX (Dr. V)., La Chronique de l’hygiène en 1883, Paris, Baillière, 1884, p. 141.
  • 17 Grands Bains Bréda, Bains du bac et Bain Berthe, BHVP, Série Actualités, BM7-35.
  • 18 Un Ravitaillé, « Une nouvelle mode parisienne. Le Hammam », Le Figaro, n° 175, 24 juin 1878, p. 2.
  • 19 Situé au 30 rue de Penthièvre, l’établissement, suspecté d’abriter des rencontres homosexuelles, ét (...)

9Si l’historiographie a mis en exergue les efforts déployés par les hygiénistes pour lutter contre « les pudeurs qui, sur l’ensemble du XIXe siècle, jouent comme autant de résistances insidieuses » (Vigarello, 1985, 188) à l’encontre des bains, on peut remarquer qu’une proportion non négligeable de remarques n’intéressent pas la question du corps, du dénudement et des attouchements qu’exigent les ablutions de propreté, mais procèdent au contraire de réflexions techniques. Les « chroniques scientifiques » sont ainsi nombreuses à retracer l’histoire des bains à Paris, à constater le manque d’équipements par rapport aux autres capitales européennes et à appeler de leurs vœux la création de nouvelles installations. Souvent, les chroniqueurs relèvent les défaillances des établissements, à l’instar des médecins qui constatent que le manque d’hygiène, de confort et de sécurité « éloignent le public du bain chaud »16. Une véritable campagne de presse se déploie d’ailleurs en 1885 pour réclamer que les baigneurs ne soient plus enfermés de l’extérieur dans les cabines et, au début du XXe siècle, l’impératif hygiénique semble plus que jamais d’actualité : les prospectus diffusés par les établissements de bain mettent ainsi l’accent sur le fait que « la maison se recommande par sa propreté », soulignent le « nettoyage antiseptique de toute baignoire après chaque bain » et la « promiscuité évitée », non pas pour sauvegarder la morale, mais pour prémunir « les dangers de contagion »17. Les discours sur le caractère immoral des bains, longtemps présentés comme « l’aire privilégiée de la débauche » (Csergo, 1988, 201) dans la tradition des étuves médiévales, dont les « frotteuses » jouaient un rôle majeur dans la prostitution de l’époque (Rossiaud, 1988 et 2010), cèdent alors la place à une réinterprétation morale. En effet, alors qu’une majorité de chroniqueurs semblent vouloir participer au progrès sanitaire du pays, est désormais promu un idéal de la netteté corporelle impliquant des soins qui vous « purifie[nt] le corps, rafraîchi[ssent] votre sang, assoupli[ssent] vos muscles […] »18. D’ailleurs, lorsque des affaires de mœurs ayant pour cadre les bains suscitent une « campagne de presse ordurière et racoleuse » (Revenin, 2005, 62), notamment lors de l’affaire des bains de Penthièvre19 (Revenin, 2007, 35), la dénonciation des mœurs des inculpés, soutenue par un réquisitoire nationaliste et largement xénophobe, ne s’accompagne d’aucune condamnation morale ou incrimination des bains publics en eux-mêmes.

  • 20 « Chronique scientifique. Les établissements de bains froids à Paris », Le XIXe siècle, n° 2147, 31 (...)
  • 21 Ibid.
  • 22 Prospectus des Bains de Diane, 5 rue Volney, BHVP, Série Actualités, BM7-36.
  • 23 « Une nouvelle mode du Hammam », Le Figaro, op. cit.
  • 24 GRIMM Thomas, « Madame la Seine », Le Petit Journal, n° 2353, 11 juin 1869, p. 1.

10Éros semble banni du tableau des bains publics que livrent les journaux, d’autant plus que les seuls corps de baigneurs à s’offrir aux regards des chroniqueurs sont ceux de leurs congénères masculins. La presse rend d’ailleurs largement compte des efforts déployés par les établissements de bains publics, tous types confondus, pour séparer rigoureusement les sexes et ne pas offenser la décence publique. Ainsi, en 1877, sur 35 établissements de bains froids implantés sur la Seine, le XIXe siècle en recense « 19 réservés aux hommes, 6 réservés exclusivement aux femmes, 10 situés loin du centre de Paris […] communs aux deux sexes, qui vont s’y baigner, à tour de rôle, suivant les heures du jour et le jour de la semaine »20. La Préfecture de police de Paris veille à ce que des toiles cirées « intercepte[nt] les regards du public dans l’intérieur de ces établissements »21, alors même que les bains chauds réservent souvent un étage aux dames, voire une entrée particulière. Un grand respect de la pudeur féminine apparaît d’ailleurs dans les journaux comme dans l’organisation des établissements, puisque, contrairement à ce qui se passe dans le quartier des hommes, les bains de vapeur des femmes ne sont pas pris collectivement, mais dans des « étuves particulières »22. La presse sérieuse, en la personne du chroniqueur du Figaro, se targue d’ailleurs d’imiter « la discrétion »23 des employées du Hammam dans ses articles, et limite au strict nécessaire la présentation de la partie de l’établissement réservée aux dames. Conséquence de ce cloisonnement, l’évocation des nudités masculines s’adonnant aux plaisirs de l’eau proscrit toute forme d’érotisme. Bien au contraire, c’est « l’envers du décor » (Csergo, 1988, 198) que les journaux se plaisent à dépeindre. Le chroniqueur du Petit Journal24 note ainsi :

« Un étrange coup d’œil que celui de Paris dans ce déshabillé ! Apollon du Belvédère, que nous sommes loin de te ressembler […] Celui-ci, monté en graisse comme une asperge, cause avec celui-là, dont la rotondité éveille le souvenir du roi des potirons ! ».

  • 25 « Nouvelles et échos », Gil Blas, n° 4203, 22 mai 1891, p. 1.
  • 26 LE DIABLE BOITEUX, « Nouvelles à la main », Gil Blas, n° 592, 2 juillet 1881, p. 1.
  • 27 MOSCA, « Pourquoi Elles prennent des douches », La Caricature, n° 840, 1er février 1896, p. 38.
  • 28 « Naïades parisiennes », La Vie parisienne, 1891.

11Toutefois, certains entrefilets des rubriques « Faits divers » et « Nouvelles à la main » de la presse sérieuse et, plus encore, les caricatures de la presse satiriste, ne sont pas sans relayer le topos d’un désir masculin catalysé par les bains de dames. A l’instar du Gil Blas qui relate l’échec de la tentative d’un « fumiste de clubman » travesti en femme pour pénétrer par « l’entrée spéciale pour dames » dans un « grand établissement de bains »25 (sans doute le Hammam de la rue-Neuve-des-Mathurins), la presse humoristique semble s’amuser particulièrement de ces tentations voyeuristes et des différentes entorses infligées au principe de séparation des sexes : elle multiplie ainsi les billets priant les hommes de ne pas rentrer dans les bassins des dames. L’imaginaire du sexe attaché aux bains transparaît d’ailleurs dans des traits d’humour grivois qui font des bains soit l’espace, soit l’alibi de l’adultère féminin : « Un ménage à trois prend souvent des bains maures ; à l’établissement, on a surnommé ce trio : ‘le mari, la femme et l’hammam’ »26. Parmi les facteurs qui attirent les femmes aux bains publics, Mosca, chroniqueur pour La Caricature, propose de possibles rencontres adultérines : « Parce qu’elle grille d’avoir un bébé [....] et qu’elle tâche de tout y mettre de son côté…. Son mari en met si peu !... »27. Aussi observe-t-on, à la marge, la persistance d’un imaginaire érotique, attaché non seulement à l’espace de l’hygiène, mais aussi et surtout au corps féminin, qui n’est pas sans lien avec les représentations du café-concert. D’ailleurs, La Vie parisienne, journal mondain qui croque avec humour les mœurs contemporaines, montre avec « La naïade d’une piscine parisienne »28 que la dynamique d’érotisation moderne de la « Parisienne » peut être d’autant plus efficace qu’elle allie le topos de l’impudeur de l’artiste de caf’conc’ au motif pictural de l’Odalisque revisité pour l’occasion (Taraud, 2009). « Vautrée sur un divan », dans le plus simple appareil, la chanteuse-baigneuse passe plus de temps « à fumer des cigarettes » qu’à être dans l’eau.

  • 29 TALMEYR Maurice, « Les cafés-concerts », Le Figaro, n° 175, 23 juin 1896, p. 1.
  • 30 ALEXANDRE Arsène, « L’âge ingrat de la chanson », Le Figaro, n° 312, 8 novembre 1897, p. 1.
  • 31 DE LANNOY, op. cit., p. 75.
  • 32 IGNOTUS, « La Muse Laide », Le Figaro, n° 175, 24 juin 1885, p. 1.
  • 33 CHADOURNE, op. cit., p. 214.
  • 34 ROSTAND Eugène, « Le mouvement social », Le Journal des Débats, n° 222, 11 août 1908, p. 1.

12Si les journaux contribuent ainsi de façon très marginale à l’érotisation des bains publics, la dimension érotique du spectacle de café-concert apparaît, quant à elle, comme le constituant essentiel des représentations contrastées – oscillant entre érotisation et condamnation morale – attachées à ces lieux de divertissement. Les chroniqueurs focalisent leur critique sur les spécificités du spectacle, à savoir son répertoire et ses exhibitions. À l’évidence, plus que la rencontre des sexes que le café-concert autorise, ce sont bien les chansons circulant dans l’ensemble des établissements parisiens puis en province (Condemi, 1992, 49) qui suscitent une grande partie des remarques, lesquelles se répartissent en considérations d’ordre esthétique et moral. L’ensemble des observateurs s’accordent à déplorer « [l]es niaiseries, [les] bêtises d’une stupidité à se voiler la face »29, « les énormes progrès de la scatologie »30 et d’une « verve […] indécente »31, le règne de cette « muse laide »32 qui ne « s’alimente généralement que de platitude et de honte »33. Si certains se préoccupent uniquement de cette expansion du mauvais goût dans le domaine de la chanson, beaucoup s’inquiètent en revanche des effets corrupteurs auprès de la jeunesse, en particulier sur les jeunes filles, d’un répertoire essentiellement léger et grivois, interprété par des artistes qui, pour contourner la censure, s’illustrent dans « l’art de dire une chanson » et rétablissent par l’allusion – via le jeu scénique, le geste équivoque ou le cri – les mots amendés. Le Journal des Débats décrit ainsi une « jeunesse populaire [qui] s’intoxique de vice »34, formulant sur un mode tragique le constat établi sur un ton badin dans Paris, sa vie et ses plaisirs :

  • 35 Paris, sa vie et ses plaisirs, 1889, pp. 119-120.

« Vint une étoile, son refrain était Je r’trousse, je r’trousse, je r’trousse. Et elle retroussait afin ‘de plaire à Gaston’. Dans la salle on remarquait nombre de familles avec des jeunes filles de quinze à vingt ans. Étaient-elles venues là pour prendre des leçons de r’troussage ? […] Enfin, chacun entend l’éducation des filles à sa façon ! »35.

  • 36 TALMEYR Maurice, « Les cafés-concerts », op. cit.
  • 37 FLAM Alexandre, « L’Eldorado », Le Journal amusant, n° 153, 4 décembre 1858, p. 6.

13L’aspect décadent tient donc aussi aux diverses exhibitions qui occupent la scène, spectacles où le manque de dignité dans la gestuelle est à la hauteur de l’indécence des costumes féminins. Maurice Talmeyr regrette ainsi cette revue de « pantins grimaçants ou aphasiques et […] chanteuses court vêtues […] divette à moitié nue […], comique et […] danseuse qui se tortillent ou se déhanchent sous la lumière électrique »36. Toutefois, ces costumes ne choquent pas tous les observateurs, bien au contraire. Si le critique du Journal amusant signale le ridicule qu’il y aurait à se « scandaliser parce que de jolies filles montrent leurs gorges ou leurs mollets »37, la prose de plus d’un chroniqueur laisse affleurer le plaisir voyeuriste autorisé par ces tenues audacieuses. Concetta Condemi a restitué la « fascination significative » que le corps des artistes exerce sur des rédacteurs qui occultent le contenu du spectacle au profit de l’apparence et « oublient toute retenue, laissant libre cours à un érotisme épais, évoquant avec une monotone insistance la fermeté d’une hanche ou d’un sein, le contour de lèvres pulpeuses, l’envoûtement de regards langoureux, les lignes d’un corps plantureux ou la transparence d’une peau […] » (Condemi, 1992, 138).

  • 38 VICTOR-MEUNIER Lucien, « Chronique. Music-Hall », Le XIXe siècle, n° 12523, 24 juin 1904, p. 1.
  • 39 « Courrier des théâtres », Le Journal des Débats, 4 décembre 1894, p. 4.
  • 40 VEUILLOT Louis, Les odeurs de Paris, Paris, Palmé, 1867, p. 142.
  • 41 FRÉBAULT, op. cit., p. 257.

14Effectivement, les comptes-rendus critiques et les annonces de spectacles ne hasardent jamais un commentaire poussé sur le talent des étoiles, qualité pourtant parfois évoquée comme complément, sinon synonyme, du charme des appâts féminins célébrés à l’envi par certains chroniqueurs, lesquels, se proclamant « adorateur[s] des belles formes féminines »38, s’extasient devant des costumes « capiteux » et promettent une agréable distraction à « ceux qui aiment les jolies femmes »39. Le très catholique et conservateur Louis Veuillot reproche d’ailleurs aux journaux d’œuvrer malicieusement au succès du café-concert en annonçant que les « dames sont hardies » ou en indiquant « qu’il y a trop de jambes et qu’on en voit trop long »40. L’évocation de l’essaim de femmes offertes aux regards, si ce n’est offertes tout court, joue ainsi un rôle essentiel dans la dynamique d’érotisation de ces salles de spectacles, Elie Frébault concluant par exemple que les « Folies-Bergère [sont] le véritable turff de la galanterie parisienne »41.

15S’ils sont appréhendés par les contemporains selon des logiques peu comparables, bains publics et cafés-concerts suscitent néanmoins des discours qui, dans des proportions et des modalités différentes, mettent au jour la charge érotique attachée à ces lieux. Ces représentations ambiguës témoignent ainsi du surgissement d’un discours critique fondé sur le repérage de pratiques « scandaleuses ».

Entre pratiques et classifications : tableaux des bains publics et cafés-concerts parisiens

16Alors que les bains ne bénéficient jamais directement du statut de lieux de plaisir que se voient beaucoup plus généralement attribué les cafés-concerts, les éléments relevés dans les discours qui configurent l’image de ces établissements font pourtant apparaître des convergences certaines, tant au niveau des pratiques qu’ils accueillent que des réputations sulfureuses qu’ils suscitent. Se construit ainsi un faisceau de représentations porteuses d’une condamnation morale plus ou moins explicite de ces espaces, ces représentations reposant sur la mise en évidence de logiques de fonctionnement communes, propres aux territoires du commerce du sexe. En dépit de spécificités notables, bains chauds et cafés-concerts sont en effet indubitablement perçus en sous-main comme des lieux où se coudoient clients, prostitué.e.s et souteneurs.

  • 42 Situés au 3 rue du Faubourg Poissonnière, ils font l’objet de la première descente de police dans u (...)
  • 43 Bains de Penthièvre, 30 rue de Penthièvre, Archives de la Préfecture de Police de Paris, BM2-65.
  • 44 Bains Hammam, 63 rue de Cardinal Lemoine, BM2-36.
  • 45 Bains situés 160 rue Oberkampf, BM2-57.
  • 46 Bains d’Angoulême, 4 bis rue de la Pierre-Levée, BM2-35, lettre anonyme.
  • 47 Bains Sainte-Anne, 63 rue Sainte-Anne, BM2-5, lettre anonyme.
  • 48 C’est du moins ce que met en avant la campagne de presse suscitée par l’affaire des bains de Penthi (...)
  • 49 Bains de Penthièvre, 30 rue de Penthièvre, BM2-65, lettre anonyme.
  • 50 Bains d’Angoulême, BM2-35, rapport du 7 décembre 1916.
  • 51 Bains de Penthièvre, BM2-65, rapport du 1er août 1900.
  • 52 Bains d’Angoulême, BM2-35, lettre anonyme du 28 novembre 1906.
  • 53 LE ROY Edmond, « Amours défendues – chez M. Macé », Gil Blas, 12 avril 1891, p. 2.
  • 54 MACÉ Gustave, Mes lundis en prison, Paris, Charpentier, 1889.

17Les rubriques « Faits divers » et « Gazette des tribunaux », dans leur enregistrement des grandes affaires de mœurs ayant pour théâtre les bains publics, sont les seules qui, dans l’espace du journal, introduisent des discours discordants au sujet des maisons de bains. Elles relatent les affaires qui concernent des homosexuels faisant l’objet d’« arrestations pour outrage public à la pudeur ou pour excitation de mineurs à la débauche […affaires] relativement peu fréquentes, [mais] très sévèrement réprimées par la justice » (Revenin, 2007, 31). Ces campagnes de presse, qui couvrent bruyamment ce type de procès – affaires des bains du Gymnase (1876)42, scandale des bains de Penthièvre (avril 1891) – semblent néanmoins relativement rares au regard de l’ampleur des sociabilités homosexuelles qui élisent domicile dans les établissements de bain. Régis Revenin a pourtant pu identifier douze d’entre eux comme spécifiquement homosexuels (2005, 60), tandis que les dossiers de la police des mœurs, qui surveille de façon quasi constante certaines enseignes, comme l’établissement de la rue de Penthièvre43, ne manquent pas de systématiser le lien entre débauche homosexuelle et bains chauds. C’est donc de façon tout à fait marginale que les chroniqueurs rendent compte de l’imaginaire sulfureux attaché aux bains publics : ils relaient peu les discours policiers et placent sous l’éteignoir les mauvaises réputations. Les agents rapportent pourtant qu’« il est probable qu’il se passe des actes de pédérastie dans les bains de vapeur de la rue du Cardinal Lemoine comme dans tous les autres d’ailleurs »44. Ceux qui fréquentent les bains tiennent également le même type de discours, puisque les lettres de dénonciation adressées au service des mœurs signalent l’attitude complaisante des patrons et surtout des garçons de bains, souvent présentés comme complices des homosexuels, et plus encore, comme souteneurs faisant le guet45. Ceux-ci paraissent défendre avec vigueur leur commerce et recruter en particulier de jeunes garçons, les clients indignés mentionnant systématiquement la présence de jeunes éphèbes visiblement très recherchés : « dans cet établissement, les jeunes gens offre [sic] leur corps, c’est du propre »46, « Le garçon principal italien et pédéraste prostitue ses employés mineurs. Allez prendre un massage dit spécial et vous verrez […] »47. Les délateurs, comme les agents de mœurs, relèvent généralement que la clientèle homosexuelle se compose essentiellement d’habitués de tous âges, de toutes catégories sociales48, et notent les solides réputations qui se forgent autour des établissements incriminés : « les bains de vapeurs de la rue de Penthièvre était connu [sic] pour cela de tout le monde même la police »49 conclut ainsi un témoin révolté. Ces lieux de consommation sexuelle – espaces souvent décrits comme le lieu d’une « orgie » collective – sont aussi perçus comme un cadre privilégié de racolage et de drague homosexuelle (« ceux-ci paraissent se rendre dans cet établissement […] pour y choisir des sujets qu’ils emmènent au dehors »50). Les rapports font ainsi état de discussions à la cantine de l’établissement, du frôlement des corps excusé par l’obscurité de l’étuve, des attouchements et d’un exhibitionnisme plus ou moins poussé (« complètement nu, il se planta devant moi »51). Étant donné les rumeurs qui circulent sur les établissements concernés, certains délateurs semblent donc nécessairement faire partie du « bon nombre de curieux et voyeurs [que compte] la clientèle courante » (Csergo, 1988, 202). Certains établissements de bains adoptent d’ailleurs les procédés de voyeurisme mis en place dans les maisons closes – à savoir la location de cabinet aux cloisons habilement trouées donnant vue sur une salle de bains pour dames comportant deux baignoires – ou s’apparentent à des maisons de rendez-vous, à l’instar des « bains d’Angoulême [où] on demande une chambre à deux, homme et femme, on prend le couloir des dames et l’on vous donne une cabine où l’on s’amuse, chose qui est strictement défendue par la loi »52. En dépit de ces réputations visiblement partagées, peu nombreux sont les journaux qui, à l’instar du Gil Blas, saisissent l’occasion d’un procès pour souligner la fréquence de ces « Amours défendues »53 dans les bains de vapeur et pour diffuser les conclusions de Gustave Macé54 :

« On se plaint souvent d’actes contraires aux mœurs dans les bains de vapeur. […] Beaucoup de maisons de bains laissent à désirer et la séparation sévère des sexes n’empêche pas deux hommes ou deux femmes de se baigner dans le même cabinet. Lesbos et Sodome s’y donnent rendez-vous ».

18Notons qu’il s’agit de la seule allusion aux rencontres lesbiennes que nous ayons pu trouver dans les journaux : c’est là sans doute le reflet d’une méconnaissance, d’un désintérêt ou de l’indulgence des contemporains envers les pratiques saphiques, mais aussi et surtout la conséquence du dispositif de surveillance, puisque le personnel du service des mœurs, exclusivement masculin, ne peut pénétrer dans l’espace des bains réservés aux femmes. En rappelant que les prescriptions préfectorales imposent théoriquement une stricte séparation des sexes, proscrivant ainsi les rencontres hétérosexuelles, cette référence permet de comprendre les raisons pour lesquelles, dans une société qui pense l’homosexualité comme une déviance (Revenin, 2005 ; Tamagne, 2001) devant restée cachée, la presse couvre peu ce phénomène, et pourquoi les guides des « Plaisirs de Paris » ne font pas figurer ces établissements dans l’itinéraire du visiteur en mal de jouissances.

  • 55 FOUQUIER Henri, « La Vie de Paris », Le XIXe siècle, n° 9678, 8 sept 1896, p. 1.
  • 56 « Monsieur Alphonse – Les souteneurs persécutés », Le XIXe siècle, n° 7185, 17 sept 1891, p. 2.
  • 57 BATAILLE Albert, « Gazette des tribunaux », Le Figaro, n° 146, 26 mai 1898, p. 3.
  • 58 CHADOURNE André, Les Cafés-concerts, Paris, Dentu, 1889, p. 274.
  • 59 DESCHAUMES, op. cit., p. 217.
  • 60 CONSTANTIN Marc, Histoire des cafés-concerts et des cafés de Paris, Paris, Renaud, 1872, p. 100.
  • 61 MAXENCE Hippolyte, « Les cafés-concerts. Étude alcolo-lyrique », Le Journal amusant, n° 224, 14 avr (...)
  • 62 DARZENS, op. cit., pp. 148-149.
  • 63 MAXENCE Hipolyte, op. cit., p. 4.
  • 64 DARZENS, op. cit., p. 147.

19A contrario, un discours relativement stéréotypé et largement répandu consacre le café-concert comme arène privilégiée de la débauche et de la décadence fin-de-siècle. En effet, même si ce divertissement compte certains défenseurs, les observateurs déplorant voire condamnant le commerce du sexe qui s’y déroule, sont légion. Si plusieurs guides de plaisirs se contentent de suggérer la possibilité d’une rencontre charnelle au café-concert, nombreuses sont les chroniques de presse qui, dans des réflexions sur les questions morales du temps, lient intrinsèquement café-concert et prostitution. Ces dernières font d’ailleurs état « des promenoirs qu’on devrait plutôt appeler « raccrochoirs »55 ou du « souteneur du Faubourg-Montmartre » dont la « femme fait son quart dans les concerts, aux Folies-Bergère, au Moulin-Rouge […] »56. L’empire de la prostitution a beau sévir dans la plupart des cafés-concerts de la capitale, des établissements les plus chics aux enceintes les moins bien famées, il apparaît néanmoins que les modalités du racolage (sa visibilité) et le niveau de standing de l’établissement ou le profil de son public déterminent l’imaginaire diffusé par ceux qui tiennent le haut du pavé dans la production de discours sur l’éros parisien. Délaissant la plupart des salles de seconde catégorie, les guides des « Plaisirs de Paris » s’intéressent en effet prioritairement aux établissements de « bon goût », aux enseignes luxueuses des Champs-Élysées et aux quelques salles réputées des grands boulevards, où s’assemble une clientèle de bons bourgeois (les Ambassadeurs, le Pavillon de l’Horloge, le Jardin de Paris, la Scala, l’Eldorado, la Villa Japonaise, l’Eden Concert et les Folies Bergère). Ces salles ont pour trait commun « la présence certaine de femmes galantes, raffinées, discrètes, gaies, élégantes et de bon ton » (Condemi, 1992, 194), laquelle ne suscite aucune suspicion. Pourtant, Concetta Condemi a formulé l’hypothèse que des « salons d’accueil », « endroit[s] spécifique[s] aux plaisirs de la chair […] sont officieusement et très probablement présents dans toutes les catégories d’établissements » (1992, 237-238), et pas seulement dans les beuglants de dixième ordre, qui sont, sous le couvert de la chanson, des fonds de commerce abritant une activité de prostitution sauvage. Le reste de la masse des cafés-concerts parisiens, fréquentés par une clientèle de quartier, au profil connoté négativement, auprès de laquelle dames en toilettes et messieurs en habits ne tardent pas à venir s’encanailler dès les années 1870, héberge en revanche des femmes galantes beaucoup moins discrètes. Les chroniqueurs se concentrent sur ces établissements de deuxième catégorie, qui jouissent d’une « immense renommée, d’un public nombreux et d’une ambiance extrêmement chaleureuse » mais qui sont considérés « comme des lieux où les loisirs sont vulgaires et de mauvais goût » (1992, 224), à l’hygiène parfois douteuse. Ils mettent ainsi en exergue la liberté des mœurs qui règne sur la scène comme dans la salle et dépeignent des temples de l’exhibition du corps féminin, du voyeurisme et du racolage. Tous les auteurs de guides de plaisirs remarquent également que les clients recherchent un lieu « où l’on flirte »57, où « ils pourront à leur aise […] jouer de la prunelle avec les femmes, en un mot folichonner, polissonner »58, « jouir d’un spectacle sans paroles et lutiner de la chair à plaisir »59, voire débaucher des femmes mariées. La dimension luxurieuse du café-concert repose ainsi en très grande partie sur la présence de sollicitations constantes : les œillades et gestes provocateurs abondent, venant en particulier de la scène, des « chanteuses en robes légères [qui] attendent […] un parapluie protecteur pour revenir au foyer des artistes »60 et des jolies femmes de la corbeille, qui demeurent sur scène pendant toute la durée du spectacle et dont « l’emploi est de poser, dans une toilette aussi décolletée qu’éclatante, pour le consommateur »61. Corroborant les rapports des agents du service des mœurs, les observateurs sociaux, chroniqueurs et auteurs de guides de plaisirs soulignent tous la présence dans la salle, et plus encore sur les promenoirs, d’une « foule interlope » composée de « louches jeunes hommes […] avec des sourires aux lèvres et aux yeux », de « femmes […] diverses »62, demi-mondaines et cocottes en quête d’un amant susceptible de les entretenir – « biches qui cherchent un chasseur »63 –, de « petites dames » à la recherche de clients, qu’il s’agisse de filles soumises ou insoumises. La prostitution qui règne dans les salles est ainsi perçue comme le complément des exhibitions présentées sur scène. En témoigne Nuits à Paris, qui condense en une page la description des atouts féminins des Folies-Bergère : les séductions des femmes qui tiennent les bars et celle exercée par les femmes galantes ne sont pas éclipsées par le ballet de « femmes [presque nues] [dont] les ventres, sous les maillots roses, bombent voluptueusement »64.

20« Presque nues ». L’adverbe a ici son importance, car il marque un trait essentiel du processus d’érotisation des corps et, par métonymie, des lieux, signale une esthétique du déshabillé et du dévoilement intégral impossible, incarnant les fantasmes masculins de la fin du XIXe siècle.

Du voyeurisme : grammaire du discours érotique « Belle Époque »

21En dépit de leurs spécificités, les discours que suscitent bains publics et cafés-concerts parisiens possèdent donc un certain nombre de dénominateurs communs, relevant tant de la manière de décrire l’espace que de l’art de rendre compte des nudités féminines. Ils trahissent ainsi les ressorts de l’imaginaire conduisant à la sélection, l’édification d’un établissement comme lieu érotique, et révèlent les motifs essentiels qui façonnent les représentations de l’éros parisien à la Belle Époque.

  • 65 CROIXVET Henri, « Petites chroniques. Les distractions de Paris », Le XIXe siècle, n° 5149, 12 févr (...)
  • 66 CHADOURNE, op. cit., p. 15.

22Remarquons d’emblée que le thème de la rencontre et/ou du commerce des sexes n’est qu’un des éléments constitutifs de l’image des cafés-concerts, lesquels, à l’instar des maisons de bain – les établissements de premier ordre tout du moins –, tendent à apparaître plus généralement, et avant tout, comme des lieux offrant des plaisirs variés ou inédits. Les guides de plaisirs, chroniques et études sur le café-concert mettent ainsi tous en avant l’ambiance joyeuse et bonne enfant de ces salles de spectacles « où on est plus libre qu’au théâtre », où le consommateur peut tout à son aise fumer, boire, causer, « sortir sans même gêner personne »65, s’adonner « aux manifestations joyeuses »66. L’évocation récurrente des bocks vides et de l’atmosphère surchargée de nicotine fonde la réputation de ces nouveaux lieux de sociabilité, où le plaisir de l’œil parachève la satisfaction des plaisirs de la table, de la conversation ou du chahut. Les bains sont également présentés comme un nouveau cadre de sociabilité masculine, les affiches publicitaires ne manquant jamais, comme celle des Bains de la Bourse et de la Presse, de représenter le café de l’établissement où les baigneurs, après s’être délassés dans les étuves et avoir joui des bienfaits de l’hydrothérapie, pourront se sustenter, lire ou discuter. Les couleurs chatoyantes ou pastelles connotent l’opulence, le bon goût et le confort qui règnent dans ces établissements dont l’architecture et la décoration, souvent représentées sur les prospectus ou commentées par les observateurs, sont, avec l’ambiance décrite ou suggérée, des éléments essentiels jouant à plein dans l’élaboration des réputations de ces lieux de plaisirs.

Document 2 : Prospectus des Bains de la Bourse et de la Presse

Document 2 : Prospectus des Bains de la Bourse et de la Presse

Source : BHVP, « Actualités », BM7-35

  • 67 CONSTANTIN, op. cit., p. 91.
  • 68 « Faits divers », Le XIXe siècle, n° 1687, 23 juillet 1876, p. 3.

23En effet, les cafés-concerts et les maisons de bain de premier rang, ceux sur lesquels les observateurs s’attardent le plus, offrent souvent à leurs clients une « décoration toute mauresque », qualité remarquée de l’Alcazar67 et du Hammam de la rue Neuve-des-Mathurins68, lequel rappelle d’ailleurs au chroniqueur du XIXe siècle « les splendeurs de l’Alhambra ».

Document 3 : Affiche du Hammam (1876)

Document 3 : Affiche du Hammam (1876)

Source : Gallica (http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b9007862b)

  • 69 TENCE Alfred, « Le Hammam », Le Figaro, n° 74, 14 mars 1876, p. 2.
  • 70 TENCE, op. cit.
  • 71 Les Thermes parisiens, Paris, Plon, p. 23.

24L’attrait de ces établissements assimilés à des « palais des Mille et une nuits »69, dont la mise en scène exhibe les appétits de distinction de la clientèle élégante, repose donc en grande partie sur un cadre qui simule l’Orient et convoque une gamme de fantasmes largement réactualisés par la peinture et la littérature depuis la première moitié du XIXe siècle (Taraud, 2003). C’est précisément cet imaginaire de dépaysement et de sensualité que mobilisent dans leur publicité les Thermes Parisiens puis le Hammam, l’illustration ci-dessus venant à l’appui d’un texte qui loue le « goût exquis […] du style arabe le plus pur »70 et invite au voyage des sens en développant le triptyque baudelairien luxe, calme et volupté : « Mollement étendu sur de larges sofas, aux senteurs odorants du moka, on peut, dans un calme parfait suivre, la chibouque aux dents, les volutes capricieuses de la fumée du latakié ou goûter les douceurs d’un sommeil réparateur »71. Si la lancinante référence aux mythologies de l’Orient cherche visiblement à capter l’imaginaire, elle confère indéniablement une dimension sensuelle à un espace présenté comme étant peut-être moins dévolu à l’hygiène qu’aux plaisirs des sens et au loisir, contribuant ainsi à configurer une nouvelle idéologie d’un corps jouisseur.

  • 72 CHADOURNE, op. cit., p. 20.
  • 73 Ibid.
  • 74 VIRMAITRE, op. cit., p. 141.

25Cette mythologie affleure souvent dans la prose des chroniqueurs de journaux et dans celle des guides de plaisirs qui, dans leur description des salles de café-concert de bonne tenue, mêlent l’évocation de paysages orientaux à la célébration du confort moderne. Quel que soit le jugement porté sur le spectacle des corps et du décor, les discours construisant l’éros parisien à la fin du XIXe siècle paraissent en effet témoigner d’un art de l’observateur (Crary, 1994) et résulter d’une modernité urbaine qui, grâce aux progrès techniques dans le domaine de l’éclairage notamment, change les représentations de la nuit parisienne (Delattre, 2004) et multiplie les sollicitations visuelles (Schwartz, 1999). Ainsi, si l’aspect voluptueux des Ambassadeurs, de l’Horloge ou de l’Alcazar repose en partie sur le salon mauresque, le caractère « féerique » de l’endroit doit aussi beaucoup aux « guirlandes lumineuses formées de globes d’opale, [aux] grands arbres auxquels la clarté du gaz donne l’éclat précieux de l’émeraude »72. Les observateurs accordent d’ailleurs systématiquement une attention particulière à l’éclairage et, selon le standing de la salle et leur propre sensibilité, mentionnent les rampes à gaz, les « éblouissantes lumières » qui baignent « dans une atmosphère magique […] [l]es bras et [l]es épaules nus »73 ou signalent cette fausse lumière électrique qui exaspère les teintes criardes du décor, fatigue l’œil et sous laquelle « s’étale […] une prostitution éhontée »74. Si, dans certaines salles, les décors rouges, les tapis dans lesquels les pieds s’enfoncent mollement, l’atmosphère « canaille » résultant de la présence des femmes galantes et de l’humeur « souvent batailleuse et turbulente » des habitués, forgent indéniablement la charge érotique du lieu, cette lumière qui souligne trop crûment les formes féminines n’est certainement pas sans exciter les regards.

Document 4 : Affiche du Moulin rouge, Henri de Toulouse-Lautrec (1891)

Document 4 : Affiche du Moulin rouge, Henri de Toulouse-Lautrec (1891)

Source : http://www.metmuseum.org/​toah/​works-of-art/​32.88.12

26Cette question du regard est donc absolument cruciale car le voyeurisme envers les corps féminins, érigé par le Moulin Rouge en argument commercial, apparaît à la racine des processus d’érotisation respectifs des établissements de bains et des cafés-concerts. En effet, les guides de plaisirs, les chroniques des spectacles, les billets d’humour et les caricatures, tout comme les affiches publicitaires, reflètent un même désir voyeuriste envers un corps féminin largement masqué dans l’espace public (Perrot, 1991), que le spectacle dénude et que le bain invite à imaginer nu.

27Notons que l’intérêt érotique ne concerne que les nudités féminines : le dénudement de l’acrobate et du boxeur (Rauch, 2012) réalisant des prouesses physiques sur les scènes de music-hall, tout comme celui du baigneur en caleçon de bain, dont l’organisme est fortifié par la douche et les exercices gymniques, véhicule au contraire l’image, si ce n’est le modèle, d’un corps masculin sain, athlétique, viril et donc et puissant (Corbin, Courtine, Vigarello, 2012).

Document 5 : Affiche de L’Alcazar (1875)

Document 5 : Affiche de L’Alcazar (1875)

Source : Gallica (http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b9004440f)

28En témoignent les postures des corps proposées par l’affiche des bains d’Angoulême : aux femmes sont réservées des poses alanguies sur les lits de repos, positions conformes à l’image de l’Odalisque, tandis que les hommes sont en mouvement.

Document 6 : Affiche des bains d’Angoulême (1862)

Document 6 : Affiche des bains d’Angoulême (1862)

Source : Gallica (http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b90057201)

  • 75 SYLVA Jean, « Les grands moyens », La Caricature, n° 1170, 31 mai 1902, pp. 171-174.
  • 76 ARMORY, « Le Bain de Diane », La Caricature, n° 1050, 10 février 1900, p. 42.
  • 77 DE LANNOY, op. cit, p. 79.

29Ainsi, c’est bien la possibilité d’un regard masculin voyeur, jouissant d’une visibilité accrue du corps féminin, avec ou sans la complicité du sujet concerné, qui conditionne l’imaginaire érotique de la Belle Époque. L’érotisation de ces espaces procède en grand partie de configurations narratives mettant en scène l’effraction d’un regard qui pénètre sans autorisation le territoire de l’intimité féminine, ce qui n’est pas sans accroître l’excitation suscitée. C’est notamment le cas de la nouvelle fantaisiste « Les grands moyens », qui relate le stratagème mis en place par le protagoniste – pénétrer dans le secteur réservé au bain des dames en se faisant passer pour une masseuse – pour, enfin, pouvoir contempler et caresser le corps de la femme aimée75. Le potentiel érotique de ces situations transgressives est d’ailleurs généralement accru par une singulière éclipse du corps dans la conduite du récit, afin, sans doute, de stimuler l’imagination du lecteur. Le narrateur du « Bain de Diane » a beau indiquer que la « Jolie Mme [...] toute nue, s’agite avec grâce »76, il ne se lance dans aucune description corporelle réelle, mais évoque avec malice « les deux cygnes de Léda » qui ornent le mobilier et narguent le lecteur aveugle en chantant, « sur l’air de ‘Mam’zell Nitouche’, [...] on s’rince l’œil [...] ». De même, lorsque les publicistes passent sous silence la description de la partie du Hammam réservée aux dames sous prétexte de « discrétion », ils contribuent, en favorisant le mystère, à aiguiser la curiosité masculine. Celle-ci nourrit également un intérêt tout particulier pour les loges d’artistes, intérêt que ne manquent pas de souligner les guides de plaisirs en dévoilant les fantasmes que suscitent ces lieux mystérieux et la tentation courante de vouloir « risquer un œil indiscret vers l’entrée des coulisses »77.

  • 78 « Courrier des théâtres », Le XIXe siècle, 15 août 1886, p. 4.
  • 79 « Concerts & divertissements », Le Matin, 24 juillet 1896, p. 4.
  • 80 LUC, « Etudes sur le café-concert. 1. Considérations générales et aperçu historique », Le Journal a (...)
  • 81 LOURDEU, « Pourquoi ils vont au café-concert », Le Journal amusant, 20 juin 1896, p. 7.
  • 82 « Concerts d’été », Le Petit Parisien, 18 avril 1882, p. 3.
  • 83 CHADOURNE, op. cit., p. 21.
  • 84 VEUILLOT, op. cit., p. 142.
  • 85 « Courrier des théâtres - la soirée théâtrale. Réouverture de l’Olympia », Le Figaro, 16 octobre 18 (...)
  • 86 Illustration 6.

30La construction fantasmatique de l’éros du bain se produit aussi largement sur les scènes des cafés-concerts et des music-halls, qui, à partir des années 1890, utilisent ce motif pour opérer des « effeuillages » (Rauch, 1993) et déshabillages progressifs, également autorisés par les Coucher d’Yvette et autres Lever de Siphylida. Les chroniqueurs aguichent alors le spectateur potentiel de Pierrot au Hammam, en annonçant qu’ « on y verra le massage, la douche, la piscine, etc., et de nombreuses baigneuses »78 ou en promouvant le « suggestif ballet »79 des Bains de Dames. « Suggestif », c’est là sans doute un des maîtres-mots du répertoire des chroniqueurs, lesquels usent d’un lexique convenu brodant sur le thème du « décolleté » et du « court-vêtu » pour rendre compte des exhibitions féminines du café-concert et enflammer les imaginations. Les affiches publicitaires et les caricatures de la presse satirique ou mondaine contribuent à figer dans l’imaginaire des plaisirs parisiens ces silhouettes féminines. En rappelant que « tous les ans, vers décembre, les chanteuses de l’établissement d’ordinaire très décolletées par en haut, se décollètent par en bas… »80, Le Journal amusant résume la vision qu’ont les chroniqueurs des attentes du public masculin, venu là « pour penser à rien. Pour voir des mollets »81, qui se « déclare[ra] satisfait [en découvrant] de belles épaules hardiment décolletées »82. La récurrence de ces pluriels est à signaler, car elle participe à l’affolement de l’imagination en suscitant l’image fantasmatique d’une profusion de chairs et de femmes aguicheuses. L’imaginaire érotique du lieu de spectacle repose donc pour beaucoup sur la célébration du déshabillé, puisque les descriptions s’attachent à rendre compte de « l’entremêlement [des robes, des] corsages multicolores [qui] offrent à l’œil un affriolant tableau »83, à restituer l’envol des jupes pour mieux suggérer de savantes opérations de caché montré. Tout au long de la période, les jambes des artistes semblent tout particulièrement susciter le désir des spectateurs et focaliser l’attention des critiques moralisateurs, qui les considèrent comme le symbole même de la décadence et du règne de la prostitution sur scène : « des jambes, des jambes, des jambes ! Car l’idéal des jambes est très recherché – de l’or et des jambes, des jambes et de l’or, on en veut toujours » regrette ainsi Louis Veuillot84. Cependant, elles représentent pour certains chroniqueurs le principal attrait du spectacle (« les plus jolies jambes qui se puissent voir »85), la jambe levée haut et la jarretelle révélée par les quadrilles naturalistes inaugurés au Moulin Rouge finissant par devenir le symbole même des spectacles montmartrois86.

Document 7 : Affiche du Moulin Rouge (1900)

Document 7 : Affiche du Moulin Rouge (1900)

Source : Gallica (http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b90140388)

31La construction de l’imaginaire érotique de ces établissements parisiens paraît donc intrinsèquement liée à l’érotisation du corps féminin dénudé, premier avatar de la femme-objet qui devient un argument publicitaire essentiel au cours de la période. En témoigne l’évolution des motifs représentés sur les affiches commerciales. Omniprésentes dans l’espace urbain dès leur conquête des boulevards au milieu du XIXe siècle (Hazel-Hahn, 2009), ces dernières ont sans aucun doute joué un rôle essentiel dans la configuration, la diffusion et l’évolution des représentations des bains et du caf’conc’. Or, bien qu’il puisse être hasardeux de tenter une généralisation à partir de l’échantillon observé, il semblerait que l’esthétique de la réclame, pour ces deux types d’établissements, évolue d’une façon similaire au fil des années, la simplification croissante de l’image pour mieux mettre en avant une silhouette féminine unique accompagnant l’érotisation accrue du sujet représenté, toujours plus dénudé et aguicheur.

32En effet, alors que les maisons de bain, dans les années 1860 et 1870, mettent majoritairement en scène, à l’instar des Bains d’Angoulême, la variété des soins d’hydrothérapie qu’elles dispensent par une juxtaposition de vignettes où se distinguent les silhouettes de nombreux baigneurs, elles semblent davantage privilégier, à partir de la décennie 1900, un emblème féminin unique, occupant toute l’affiche. Les prospectus des Grands Bains St-Denis de 1905 et 1906 sont à ce titre exemplaires, puisqu’ils proposent l’image hautement suggestive d’une jeune femme blonde s’adonnant voluptueusement aux plaisirs de la douche.

Document 8 : Les Grands Bains St-Denis

Document 8 : Les Grands Bains St-Denis

33Jouant avec le motif de la feuille de vigne, les deux prospectus dissimulent habilement la poitrine et l’entrejambe du modèle. Toutefois, alors que ce sont les bras de la jeune femme et une arabesque graphique qui masquent assez amplement les parties sensibles de l’anatomie en 1905, l’académie de 1906 se fait plus audacieuse et suggestive : la chevelure seule fait désormais office de cache-sexe, laissant deviner la poitrine et dévoilant la rotondité du postérieur. L’affiche de café-concert des années 1900 obéit à cette même logique, en dénudant largement le corps féminin.

Document 9 : Affiche de La Scala, Lucien Métivet (1908)

Document 9 : Affiche de La Scala, Lucien Métivet (1908)

Source : Gallica (http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b90049316)

34L’évolution du style de Jules Chéret (Bargiel et Le Men, 2010), maître de l’affiche de café-concert pendant plus de trente ans, laisse apparaître un processus comparable : alors que les affiches des années 1860 et 1870 « grouillaient de personnages [clowns, danseuses, avaleurs de sabres, dresseurs de fauves] réalisant des performances réelles, ses affiches ultérieures simplifient les silhouettes et décrivent souvent des figures imaginées », avant un changement radical de style vers 1890. Le café-concert est alors incarné aux yeux des Parisiens par la « chérette », jeune femme joyeuse présentée en train de danser dans des robes courtes ou flottant dans les airs. Dans les deux cas, ces motifs iconographiques sont bien une transposition graphique des éléments topiques relevés plus haut qui jalonnent les figurations narratives des bains et des cafés-concerts.

Document 10 : Le café-concert vu par Jules Chéret

Document 10 : Le café-concert vu par Jules Chéret

35Assurément, bains publics et cafés-concerts parisiens possèdent donc des spécificités irréductibles relevant tant de leurs vocations respectives que des modalités particulières de rencontre des sexes qu’ils autorisent ou encore des représentations et prises de position qu’ils suscitent. Apparaissant aux yeux des chroniqueurs comme des lieux essentiels de moralisation et d’assainissement des corps, bien que parfois suspects, ou comme des lieux de plaisirs et de divertissements dignes de susciter autant de méfiance et de condamnations morales que de sympathie, ils motivent pourtant, du fait même des dénudements divers qu’ils exposent, des représentations largement comparables. Si les pratiques d’ordre sexuel qui se déroulent au sein de ces espaces contribuent indéniablement à faire de ces lieux des centres de la géographie fantasmatique du vice parisien et des points de focalisation de l’imaginaire érotique du temps, les représentations grivoises dévoilent des motifs communs attisant – et attisées par – des réflexes voyeuristes, qui sont à la racine des discours d’ « érotisation » du territoire urbain.

Haut de page

Bibliographie

ARIES Philippe, DUBY Georges (dir.), Histoire de la vie privée, t. IV : De la Révolution à la Grande Guerre, sous la direction de Michèle Perrot, Paris, Seuil, 1999.

BARGIEL Réjane, LE MEN Ségolène (dir.), La Belle Époque de Jules Chéret, de l’Affiche au décor, Catalogue d’exposition, Paris, Les Arts décoratifs, 2010.

BERLIERE Jean-Marc, La police des mœurs sous la IIIe République, Paris, Seuil, 1992. BOLOGNE Jean-Claude, Histoire de la pudeur, Paris, Hachette, 1997 (1986).

CARADEC François, WEILL Alain, Le café-concert, 1848-1914, Paris, Fayard, 2007 (1980).

CONDEMI Concetta, Le Café-Concert à Paris de 1849 à 1914 : essor et déclin d’un phénomène social, thèse / histoire et sciences politiques, sous la direction d’Alberto Tenenti, Paris/EHESS, 1989.

CONDEMI Concetta, Les cafés-concerts, histoire d’un divertissement (1849-1914), Paris, Editions Quai Voltaire Histoire, 1992.

CORBIN Alain, Les Filles de noce. Misère sexuelle et prostitution. XIXe-XXe siècles, Paris, Flammarion, 2010 (1978).

CORBIN Alain, COURTINE Jean-Jacques et VIGARELLO Georges (dir.), Histoire de la virilité, t. II : Le triomphe de la virilité : Le XIXe siècle, Paris, Le Seuil, 2012.

CRARY Jonathan, L’Art de l’observateur. Vision et modernité au XIXe siècle, Nîmes, Jacqueline Chambon, 1994.

CSERGO Julia, La Morale des corps : le soin de propreté corporelle à Paris, évolution des normes et des pratiques, 1850-1900, thèse / sociologie, sous la direction de Jean-Paul Aron, Paris / EHESS, 1986.

CSERGO Julia, Liberté, Egalité, Propreté. La morale de l’hygiène au XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1988.

DELATTRE Simone, Les Douze Heures noires : la nuit à Paris au XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 2004 (2000).

HAZEL-HAHN Haejeong, Scenes of Parisian Modernity, New York, Palgrave Macmillan, 2009.

IACUB Marcella, Par le trou de la serrure. Une histoire de la pudeur publique (XIXe-XXe siècle), Paris Fayard, 2008.

KALIFA Dominique, La culture de masse en France. 1860-1930, Paris, La Découverte, « Repères », n° 323, 2001.

PERROT Philippe, Le corps féminin, XVIIIe-XIXe siècle, Paris, Seuil, 1991 (1984).

RAUCH André, « Mises en scène du corps à la Belle Époque », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 40 (Octobre-Décembre), 1993, pp. 33-44.

RAUCH André, Le premier sexe. Mutations et crise de l’identité masculine, Paris, Hachette Littératures, 2012 (2000).

REVENIN Régis, « Paris gay. 1870-1918 », in REVENIN Régis, Hommes et masculinités de 1789 à nos jours, Autrement « Mémoires/Histoire », 2007, pp. 21-41.

REVENIN Régis, Homosexualité et prostitution masculines à Paris. 1870-1918, Paris, L’Harmattan, 2005.

RIOUX Jean-Paul, SIRINELLI Jean-François (dir.), La Culture de masse en France de la Belle Époque à aujourd’hui, Paris, Fayard, 2006 (2002).

ROSSIAUD Jacques, La Prostitution médiévale, Paris, Aubier, 1988.

ROSSIAUD Jacques, Amours vénales. La Prostitution en Occident, XIIe-XVIe siècle, Paris, Aubier, 2010.

SCHWARTZ Vanessa, Spectacular Realities? Early Mass Culture in Fin-de-Siècle France, Berkeley, University of California Press, 1999.

SOHN Anne-Marie, Du premier baiser à l’alcôve. La sexualité des Français au quotidien (1850-1950), Paris, Aubier, 1996.

TAMAGNE Florence, Mauvais genre. Une histoire des représentations de l’homosexualité, Paris, EDLM, 2001.

TARAUD Christelle, « Le rêve masculin de femmes dominées et soumises » in EL YAZAMI Driss, GASTAUT Yvan et YAHI Naïma (dir.), Générations. Un siècle d’histoire culturelle des Maghrébins en France, Paris, Gallimard/Génériques CNHI, 2009, pp.63-68.

TARAUD Christelle, La prostitution coloniale : Algérie, Tunisie, Maroc, 1830-1962, Paris, Payot, 2003, pp. 292-297.

VIGARELLO Georges, Le Propre et le sale, l’hygiène du corps depuis le Moyen Age, Paris, Le Seuil, 1985.

WEBER Eugen, Fin de siècle. La France à la fin du XIXe siècle, Paris, Fayard, 1998 (1986).

Haut de page

Notes

1 MONIN (Dr), « Propos du docteur. La prostitution », Gil Blas, 16 octobre 1888, n° 3255, p. 2.

2 Le terme apparaît sur les affiches en 1893, mais correspond à une réalité plus ancienne née sur les scènes de café-concert. Au cours de la décennie 1900, le music-hall prend, sans rupture, la relève du caf’conc’ dont il est un prolongement et un dérivé.

3 Nous excluons donc de l’étude les établissements de bains-douches à bon marché destinés aux classes populaires, dont l’organisation repose sur le modèle d’une cellule de déshabillement et de douche individuelle étroite au temps d’utilisation fort restreint, très strictement décompté et surveillé.

4 Voir la contribution d’Emmanuelle Retaillaud-Bajac.

5 L’étude qui suit repose sur un sondage de la presse de l’époque réalisé grâce aux fonctionnalités de reconnaissance graphique de Gallica. Ont ainsi été consultés tous les articles identifiés comme comportant une forme dérivée des termes « bain », « café-concert » ou « music-hall », ou le nom d’un établissement, dans les différents titres retenus.

6 Les archives conservées, consultables aux Archives de la Préfecture de police de Paris, sont postérieures à 1871, l’incendie de la Commune ayant détruit une partie importante des fonds.

7 VIRMAITRE Charles, Trottoirs et Lupanars. Paris Documentaire, Paris, Charles, 1897 (1893) ; COMMENGE (Dr O.), Hygiène sociale. La prostitution clandestine à Paris, Paris, Schleicher Frères, 1897.

8 GABILLAUD Louis, Guide de l’étranger à l’Exposition universelle, Paris, Gabillaud, 1889, p. 3.

9 JOANNE Adolphe, Paris illustré en 1870, guide de l’étranger et du Parisien, Paris, Hachette, 1870 ; Guide dans l’Exposition : Paris et ses environs, Paris, Delarue, 1889.

10 TULOU François (pseudonyme F. de DONVILLE), Guide complet de l’étranger dans Paris, Paris, Garnier Frères, 1882 (1878).

11 DESCHAUMES Edmond, Pour bien voir Paris, guide parisien pittoresque et pratique, Paris, Freyfous, 1891 (1889), pp. 216-217.

12 FREBAULT Élie, La Vie de Paris, Guide pittoresque et pratique du visiteur, Paris, Dentu, 1878, p. 257.

13 DARZENS Rodolphe, Nuits à Paris : notes sur une ville, Paris, Dentu, 1889, p. 147.

14 LANNOY A.-P. de, Les Plaisirs de la vie de Paris (guide du flâneur), Paris, Borel, 1900, p. 76.

15 « Mémento de Gil Blas. Renseignements Arak-Taïeb », Gil Blas, n° 1801, 23 octobre 1884, p. 3.

16 DU CLAUX (Dr. V)., La Chronique de l’hygiène en 1883, Paris, Baillière, 1884, p. 141.

17 Grands Bains Bréda, Bains du bac et Bain Berthe, BHVP, Série Actualités, BM7-35.

18 Un Ravitaillé, « Une nouvelle mode parisienne. Le Hammam », Le Figaro, n° 175, 24 juin 1878, p. 2.

19 Situé au 30 rue de Penthièvre, l’établissement, suspecté d’abriter des rencontres homosexuelles, était surveillé par la police des mœurs depuis 1889. Suite à la descente policière du 8 avril 1891, qui donna lieu à l’arrestation du tenancier, des deux garçons de bains et des clients présents, dont certains étaient étrangers, s’ouvrit, le 2 avril 1891, devant la onzième chambre du tribunal correctionnel de Paris, le procès pour outrage public à la pudeur des dix-huit inculpés.

20 « Chronique scientifique. Les établissements de bains froids à Paris », Le XIXe siècle, n° 2147, 31 octobre 1877, p. 2.

21 Ibid.

22 Prospectus des Bains de Diane, 5 rue Volney, BHVP, Série Actualités, BM7-36.

23 « Une nouvelle mode du Hammam », Le Figaro, op. cit.

24 GRIMM Thomas, « Madame la Seine », Le Petit Journal, n° 2353, 11 juin 1869, p. 1.

25 « Nouvelles et échos », Gil Blas, n° 4203, 22 mai 1891, p. 1.

26 LE DIABLE BOITEUX, « Nouvelles à la main », Gil Blas, n° 592, 2 juillet 1881, p. 1.

27 MOSCA, « Pourquoi Elles prennent des douches », La Caricature, n° 840, 1er février 1896, p. 38.

28 « Naïades parisiennes », La Vie parisienne, 1891.

29 TALMEYR Maurice, « Les cafés-concerts », Le Figaro, n° 175, 23 juin 1896, p. 1.

30 ALEXANDRE Arsène, « L’âge ingrat de la chanson », Le Figaro, n° 312, 8 novembre 1897, p. 1.

31 DE LANNOY, op. cit., p. 75.

32 IGNOTUS, « La Muse Laide », Le Figaro, n° 175, 24 juin 1885, p. 1.

33 CHADOURNE, op. cit., p. 214.

34 ROSTAND Eugène, « Le mouvement social », Le Journal des Débats, n° 222, 11 août 1908, p. 1.

35 Paris, sa vie et ses plaisirs, 1889, pp. 119-120.

36 TALMEYR Maurice, « Les cafés-concerts », op. cit.

37 FLAM Alexandre, « L’Eldorado », Le Journal amusant, n° 153, 4 décembre 1858, p. 6.

38 VICTOR-MEUNIER Lucien, « Chronique. Music-Hall », Le XIXe siècle, n° 12523, 24 juin 1904, p. 1.

39 « Courrier des théâtres », Le Journal des Débats, 4 décembre 1894, p. 4.

40 VEUILLOT Louis, Les odeurs de Paris, Paris, Palmé, 1867, p. 142.

41 FRÉBAULT, op. cit., p. 257.

42 Situés au 3 rue du Faubourg Poissonnière, ils font l’objet de la première descente de police dans un établissement de bains parisien. Le procès des homosexuels arrêtés a lieu en juin 1876 (REVENIN, 2005, 62).

43 Bains de Penthièvre, 30 rue de Penthièvre, Archives de la Préfecture de Police de Paris, BM2-65.

44 Bains Hammam, 63 rue de Cardinal Lemoine, BM2-36.

45 Bains situés 160 rue Oberkampf, BM2-57.

46 Bains d’Angoulême, 4 bis rue de la Pierre-Levée, BM2-35, lettre anonyme.

47 Bains Sainte-Anne, 63 rue Sainte-Anne, BM2-5, lettre anonyme.

48 C’est du moins ce que met en avant la campagne de presse suscitée par l’affaire des bains de Penthièvre.

49 Bains de Penthièvre, 30 rue de Penthièvre, BM2-65, lettre anonyme.

50 Bains d’Angoulême, BM2-35, rapport du 7 décembre 1916.

51 Bains de Penthièvre, BM2-65, rapport du 1er août 1900.

52 Bains d’Angoulême, BM2-35, lettre anonyme du 28 novembre 1906.

53 LE ROY Edmond, « Amours défendues – chez M. Macé », Gil Blas, 12 avril 1891, p. 2.

54 MACÉ Gustave, Mes lundis en prison, Paris, Charpentier, 1889.

55 FOUQUIER Henri, « La Vie de Paris », Le XIXe siècle, n° 9678, 8 sept 1896, p. 1.

56 « Monsieur Alphonse – Les souteneurs persécutés », Le XIXe siècle, n° 7185, 17 sept 1891, p. 2.

57 BATAILLE Albert, « Gazette des tribunaux », Le Figaro, n° 146, 26 mai 1898, p. 3.

58 CHADOURNE André, Les Cafés-concerts, Paris, Dentu, 1889, p. 274.

59 DESCHAUMES, op. cit., p. 217.

60 CONSTANTIN Marc, Histoire des cafés-concerts et des cafés de Paris, Paris, Renaud, 1872, p. 100.

61 MAXENCE Hippolyte, « Les cafés-concerts. Étude alcolo-lyrique », Le Journal amusant, n° 224, 14 avril 1860, p. 3.

62 DARZENS, op. cit., pp. 148-149.

63 MAXENCE Hipolyte, op. cit., p. 4.

64 DARZENS, op. cit., p. 147.

65 CROIXVET Henri, « Petites chroniques. Les distractions de Paris », Le XIXe siècle, n° 5149, 12 février 1886, p. 3.

66 CHADOURNE, op. cit., p. 15.

67 CONSTANTIN, op. cit., p. 91.

68 « Faits divers », Le XIXe siècle, n° 1687, 23 juillet 1876, p. 3.

69 TENCE Alfred, « Le Hammam », Le Figaro, n° 74, 14 mars 1876, p. 2.

70 TENCE, op. cit.

71 Les Thermes parisiens, Paris, Plon, p. 23.

72 CHADOURNE, op. cit., p. 20.

73 Ibid.

74 VIRMAITRE, op. cit., p. 141.

75 SYLVA Jean, « Les grands moyens », La Caricature, n° 1170, 31 mai 1902, pp. 171-174.

76 ARMORY, « Le Bain de Diane », La Caricature, n° 1050, 10 février 1900, p. 42.

77 DE LANNOY, op. cit, p. 79.

78 « Courrier des théâtres », Le XIXe siècle, 15 août 1886, p. 4.

79 « Concerts & divertissements », Le Matin, 24 juillet 1896, p. 4.

80 LUC, « Etudes sur le café-concert. 1. Considérations générales et aperçu historique », Le Journal amusant, n° 1994, 17 novembre 1894, p. 2.

81 LOURDEU, « Pourquoi ils vont au café-concert », Le Journal amusant, 20 juin 1896, p. 7.

82 « Concerts d’été », Le Petit Parisien, 18 avril 1882, p. 3.

83 CHADOURNE, op. cit., p. 21.

84 VEUILLOT, op. cit., p. 142.

85 « Courrier des théâtres - la soirée théâtrale. Réouverture de l’Olympia », Le Figaro, 16 octobre 1894, p. 3.

86 Illustration 6.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document 1 : Localisation des principaux établissements de bains et de café-concert
Légende Localisation des principaux établissements de bains et de café-concert
Crédits Auteure : Lise Manin, 2013
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/2955/img-1.png
Fichier image/png, 310k
Titre Document 2 : Prospectus des Bains de la Bourse et de la Presse
Crédits Source : BHVP, « Actualités », BM7-35
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/2955/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Document 3 : Affiche du Hammam (1876)
Crédits Source : Gallica (http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b9007862b)
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/2955/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Document 4 : Affiche du Moulin rouge, Henri de Toulouse-Lautrec (1891)
Crédits Source : http://www.metmuseum.org/​toah/​works-of-art/​32.88.12
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/2955/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Document 5 : Affiche de L’Alcazar (1875)
Crédits Source : Gallica (http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b9004440f)
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/2955/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Document 6 : Affiche des bains d’Angoulême (1862)
Crédits Source : Gallica (http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b90057201)
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/2955/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Document 7 : Affiche du Moulin Rouge (1900)
Crédits Source : Gallica (http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b90140388)
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/2955/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Document 8 : Les Grands Bains St-Denis
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/2955/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Document 9 : Affiche de La Scala, Lucien Métivet (1908)
Crédits Source : Gallica (http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b90049316)
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/2955/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Document 10 : Le café-concert vu par Jules Chéret
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/2955/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lise Manin, « Perverses promiscuités ? Bains publics et cafés-concerts parisiens au second XIXe siècle », Genre, sexualité & société [En ligne], 10 | Automne 2013, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 23 avril 2017. URL : http://gss.revues.org/2955 ; DOI : 10.4000/gss.2955

Haut de page

Auteur

Lise Manin

Doctorante
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre d’histoire du XIXe siècle

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org