Navigation – Plan du site
2014

Scott Joan W., The Fantasy of Feminist History

Durham, Duke University Press, 2011
Vincent Bourseul
Référence(s) :

SCOTT Joan W., The Fantasy of Feminist History, Durham, Duke University Press, 2011

Texte intégral

1Dans cet ouvrage paru aux États-Unis en 2011, intitulé The Fantasy of Feminist History, Joan W. Scott ne traite pas « du » féminisme, ni même de « l’histoire féministe ». Il lui faut toute la subtilité de sa langue pour nous offrir une série d’articles traitant de l’Histoire Féministe. Joan W. Scott fait de l’histoire du féminisme ce qu’un psychanalyste fait du récit de l’histoire subjective : une œuvre d’écoute des contenus manifestes et des contenus latents, dans un effort de déchiffrage des évidences supposées à la faveur des savoirs en instance, qu’il faut débusquer. L’auteure emprunte, à l’instar de Freud, le chemin du savoir inconscient depuis le fait historique valant pour signe. Le mythe individuel du névrosé laisse ici la place aux productions mythiques de l’Histoire Féministe et, à travers elles, au Féminisme en histoires (Jeanne Deroin, Olympe de Gouges, Joan Rivière, Emeline Pethick Lawrence, Dorothy Ganfield Pargellis, Lilly Braun, etc.). Tout comme l’analysant se risque au surgissement de l’effet de savoir, que sa parole génère, l’histoire du féminisme s’ouvre ici à l’analyse de ses déterminants imaginaires et de ses impasses, dans le rapport de l’individu avec la société, par le prisme de l’actualité du monde globalisant, au risque de l’impératif féministe du devenir femme notamment.

2Le livre se compose de cinq articles publiés entre 2001 et 2011 (« Feminism’s History », « Fantasy Echo », « Feminist Reverberations », « Sexularism », « French Seduction Theory »). Le premier et le troisième article ont été publiés aux États-Unis entre 2001 et 2004 ; le second a été traduit et publié en France en 2009 dans le recueil intitulé Théorie critique de l’histoire. Les deux derniers sont parus traduits en France en 2012, dans le recueil intitulé De l’utilité du genre et ont, à ce titre, fait l’objet d’un compte rendu dans cette revue (Laufer, 2012).

3Dans le premier chapitre (« Feminism´s History ») Joan W. Scott expose une perspective historique féministe qui nous permet d’appliquer la critique féministe au féminisme lui-même, de la soutenir et parfois de l’engager là où elle peut se développer depuis une époque récente, en particulier dans les lieux où le féminisme s’est récemment institutionnalisé, à l’université notamment. Depuis les années 1970, le féminisme, devenu pluriel, a généré productions et contre-productions, ouvertures et impasses qu’il convient d’interroger pour subvertir ce qui paraît acquis dans la pérennité ou la précarité, parfois institutionnalisé jusqu’à la sclérose. Joan W. Scott met en lumière les conséquences du choix stratégique aujourd’hui réifié du maintien des « conquêtes » dans certains milieux intellectuels, au prix du renoncement de la poursuite de la politique critique du projet féministe historique (p. 29). Joan W. Scott interroge : les sources politiques historiques des féminismes sont-elles perdues au profit de l’académisme ? Les universitaires ont-elles joué aveuglément le jeu de l’institutionnalisation ? Les mouvements politiques militants ont-ils su maintenir leurs promesses d’autrefois ?

4Dans le second chapitre (« Fantasy Echo. History and the Construction of Identity »), Joan W. Scott déplie sa réflexion inspirée du fantasme (entendu comme notion psychanalytique). L’écoute des éclats d’histoires passées résonnant au présent vient soutenir, démonstration à l’appui, comment l’identité féministe et, par extension « l’identité femme », sont à percevoir comme les effets d’une stratégie politique et discursive trouvant ses sources à différents moments et lieux de l’Histoire, convergeant vers cette création fédérative que sont les identités (p. 47). L’identité est perçue comme une construction permanente imprégnée des couches historiques successives. Deux figures du fantasme féministe sont dégagées : l’oratrice et la procréatrice, chacune d’elles nourrissant ce qu’est devenu « l’identité femme » obligatoirement rendue féministe par l’Histoire Féministe. L’accès revendiqué à une parole féminine publique de pouvoir est examiné à la lumière de la revendication implicitement masculiniste inhérente à ce dessein, et c’est l’existence de la parole dite « de femme » qui s’en trouve épinglée (pp. 56-59). Le dépassement espéré par cet accès à la parole publique n’offre pas, pour Joan W. Scott les garanties de la transgression qu’il prétend promouvoir, dans un acte d’apparence subversif, mais nécessairement complaisant à l’endroit de l’instance où il se propose d’accéder. C’est que le discours de pouvoir est un champ de parole où rien de féminin ne peut venir ni amender ou styliser ce qui apparaît, au-delà des hommes et de leur masculinité, comme une pratique du langage avant tout autre chose (p. 56) : il n’y a pas de paroles qui puissent être légèrement qualifiées « de femmes ». En écho à la figure de l’ « oratrice » est ensuite retenue celle de la « mère » pour cerner l’impératif et l’assignation biologisante que cette « spécificité » matricielle vient attribuer aux femmes, réduites à son point extrême à une suprématie utérine que Joan W. Scott critique subtilement. Le fantasme de la maternité est peu à peu devenu le motif d’une garantie sociale de la vie attribuée aux femmes (qui seraient perçues, sans exception, comme des mères potentielles). « L’identité femme » devenue « l’identité mère » laisse alors la place à une récupération politique qui ne vise plus toujours les perspectives féministes initiales (pp. 59-65). Le point stratégique proposé par l’auteure repose alors sur la nécessité d’explorer l’histoire, en particulier là où semblent tenir des évidences identitaires, pour déceler les coordonnées de leurs édifications et les effets de leurs apparitions passées et présentes (p. 67).

5Car les faits historiques, quelques avancées qu’ils aient permises en leur temps, ne sont pas sans conséquences, ce que Joan W. Scott propose d’étudier à partir de la notion de réverbération. Différente de l’écho, la réverbération ouvre la réflexion à des trajectoires plus disparates et plus imprévisibles que le simple reflet sonore. Ainsi, les actes politiques féministes historiques, dans leur figuration en particulier, sont réfléchis dans ce troisième chapitre (« Feminist Reverberations ») comme générateurs de déplacements locaux aux effets globaux et comme producteurs de glissements longitudinaux et latéraux (Israël/Palestine, p. 74 ; 11 septembre/Afghanistan, p. 76 ; Jean-Marie Lepen/Présidentielles 2002 en France, p. 79). La reprise à travers le monde des manifestations des Women In Black, dont la technique d’action publique est copiée par différentes sortes de mobilisations à travers le monde, questionne la répétition d’une stratégie politique à des fins parfois contraires à l’initiative historique dont elles s’inspirent, malgré les apparences. L’auteure articule ensuite son analyse à la justification des actes de guerre en Afghanistan perpétués au nom de la lutte pour le droit des femmes afghanes, autre exemple de réverbération. L’argument féministe est ici dénoncé lorsqu’il se trouve justifier la protection d’une politique, d’un état, d’une idéologie ; les « forces du bien », au nom d’une protection des femmes, n’œuvrent pas toujours dans le sens féministe (p. 75). La réverbération constitue pour l’auteure un modèle pour penser les processus actuels d’influence à travers le monde (p. 79), car elle permet d’envisager autant la reprise que la déformation co-occurrente à la reprise, sans négliger le risque de déviations antagonistes ou tangentes ; ceci permettant d’analyser et d’apprécier les stratégies féministes dans le monde à la faveur d’un trouble orchestré susceptible de déjouer les bi-polarismes logiques que nous n’apercevons pas toujours dans l’éblouissement de nos actes politiques (p. 90). Cet éclairage sur les rapports d’inclusion-exclusion versus local-global permet de revenir sur la pensée de l’intersectionalité, qui selon Joan W. Scott, en réifiant implicitement la juxtaposition des déterminants ou des variables, a arasé la portée de son mouvement (p. 73).

Haut de page

Bibliographie

LAUFER Laurie, « Scott Joan W., De l’utilité du genre », Genre, sexualité & société, 8, 2012.

SCOTT Joan W., Théorie critique de l’histoire, (traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Claude Servan-Schreiber), Paris, Fayard, 2009.

SCOTT Joan W., The Fantasy of Feminist History, Durham, Duke University Press, 2011.

SCOTT Joan W., De l’utilité du genre, (traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Claude Servan-Schreiber), Paris, Fayard, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Bourseul, « Scott Joan W., The Fantasy of Feminist History », Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://gss.revues.org/2972

Haut de page

Auteur

Vincent Bourseul

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org