Navigation – Plan du site
2014

Kulpa Robert, Mizielinska Joanna (ed.), De-centring Western Sexualities: Central and Eastern European perspectives

Surrey, Ashgate, 2011
Konstantinos Eleftheriadis
Référence(s) :

Kulpa Robert, Mizielinska Joanna (ed.), De-centring Western Sexualities: Central and Eastern European perspectives, Surrey, Ashgate, 2011

Texte intégral

1De-Centring Western Sexualities: Central And Eastern European Perspectives est une collection d’articles éditée par Robert Kulpa et Joanna Mizielinska et publiée en 2011 chez Ashgate. Elle comprend les contributions de onze chercheurs qui présentent un panorama des politiques sexuelles tant au niveau des politiques publiques sur la sexualité que des mouvements sociaux qui se mobilisent autour des questions de sexualité. Ce panorama couvre différents pays postcommunistes d’Europe centrale et de l’Est surtout après 1989 (Serbie, Roumanie, République Tchèque, Slovénie, Bulgarie, Macédoine). La Pologne fait l’objet d’un intérêt particulier, au vu du poids du pays dans la région et de l’origine des deux éditeurs.

2Porteurs de traditions académiques variées, Kulpa (qui vient du Birbeck College de Londres) et Mizielinska (de l’Ecole des Sciences Sociales de Varsovie), exposent dès l’introduction leur argument principal, axe qui se veut transverse à tous les chapitres (p. 23). Cette thèse introductive part du principe que les politiques de la sexualité en Europe sont fabriquées, aussi bien celles de l’Ouest que celles de l’Est, sur le modèle de la sexualité occidentale qui devient alors normatif.

3L’argument est développé analytiquement dans le premier chapitre (« Contemporary peripheries. Queer studies, circulation of knowledge and East/West divide »). Selon les éditeurs, l’Ouest était déjà entré dans une période queer avec « une longue histoire et ⦋une⦎ pluralité des modèles, des formes d’engagement, des buts et des structures » (p. 14) au moment de la fin du communisme et de l’émergence du mouvement LGBT dans les pays de l’Est. Ainsi, l’histoire du mouvement « homosexuel » occidental prend-t-il la forme suivante : mouvement homophile (années 1950-1960), mouvements de libération gay et féminisme lesbien (années 1970), la crise du VIH (années 1980), la théorie queer et le mouvement LGBT (années 1990), le tournant antisocial (années 2000). En revanche, selon Kulpa et Mizielinska, un style occidental d’engagement social et politique a été adopté à l’Est, indifférent à l’histoire particulière du contexte et des structures qui ont été créées durant la période communiste. Les auteurs identifient l’époque succédant 1989 comme un « temps de coïncidence » : tout en même temps (« everything at once », p. 15). Selon les auteurs, les mouvements sexuels de l’Est se sont approprié toute l’histoire occidentale précédente en adoptant un style d’engagement politique et social occidental, sans questionner pourtant les spécificités de leur propre contexte (p. 14). En même temps, ils se sont adaptés rapidement aux nouveaux développements des théories sur la sexualité et le militantisme (homo)sexuel qui continuait à se produire à l’Ouest (p. 92). Ceci s’explique par la « disjonction temporelle », c’est-à-dire l’idée selon laquelle l’Europe Centrale et de l’Est est considérée comme « une périphérie contemporaine : une région suffisamment européenne (géographiquement), mais pas assez avancée pour qu’elle devienne occidentale (temporellement) » (p. 18) pour qu’elle produise son propre discours.

4L’argument de « disjonction temporelle », pourtant bien développé par les éditeurs dans leurs propres chapitres (Introduction, Chapitres 1, 3, et 5), n’arrive pas malheureusement à parcourir toutes les autres contributions. Bien que rigoureuses, ces dernières ne parviennent pas à s’affranchir de la « méthodologie nationaliste » (Wimmer et Schiller, 2002). Elles privilégient en effet les contextes nationaux aux interactions transnationales et accordent une place trop faible à la manière dont ces interactions ont influencé le développement des politiques sexuelles nationales.

5On remarque le chapitre de Shannon Woodcock sur la Roumanie (chapitre 4) qui associe le développement des politiques sexuelles de ce pays avec le processus d’intégration communautaire (EUisation) et son entrée dans la sphère économique et culturelle globalisée. L’article de Woodcock s’aligne avec la piste de réflexion menée par certaines chercheuses féministes sur des questions similaires. Ainsi, Ioana Cirstocea nous rappelle que le concept même de genre a dû s’importer et s’adapter rapidement dans le contexte roumain afin que les mouvements sociaux, les ONGs et les chercheurs universitaires s’alignent avec les « entreprises de démocratisation inscrites dans des logiques internationales » (2010, p. 190), sans pour autant avoir le temps de mener des réflexions critiques sur ses nuances.

6La contribution de Binnie et Klesse sur le mouvement LGBT polonais met en discussion les influences transnationales (chapitre 6), tandis que celle de Blagojevic sur le « provincialisme » serbe met en lumière la soumission des pays balkaniques à l’hégémonie culturelle occidentale concernant les politiques sexuelles (chapitre 2).

7Globalement, l’ouvrage de Kulpa et Mizielinska se pose dynamiquement dans les discussions sur l’homonationalisme et l’homonormativité qui parcourent la littérature queer et LGBT récente, en particulier anglo-saxonne. Il a aussi l’avantage de transposer la notion de queer au-delà de son contexte original nord-américain.

8Dans son propre chapitre (chapitre 3), Kulpa tente une critique assez sévère de l’hégémonie qui traverse aujourd’hui les études anglo-saxonnes sur le genre et la sexualité. D’après lui, cette hégémonie implique que toute forme de reconnaissance revendiquée par les mouvements sociaux de la sexualité s’apparente nécessairement à l’homonormativité. Concept issu des études queer, l’homonormativité se définit comme la politique « qui ne conteste pas les suppositions et institutions hétéronormatives dominantes mais les confirme et soutient tandis qu’elle promet la possibilité d’une constituency gay démobilisée et une culture gay dépolitisée et privatisée, ancrée sur le domestique et la consommation » (Duggan, 2002, p. 179). Selon Kulpa, le problème avec l’homonormativité, et le concept d’ « homonationalisme » (Puar, 2007), est qu’ils ne sont pas « géographiquement conscients » (Binnie, 2004 ; Brown, 2012). En utilisant encore la Pologne comme exemple caractéristique, Kulpa se demande pourquoi il serait « nécessairement faux de vouloir être reconnu comme une partie de la communauté nationale, de construire une identification propre par rapport aux autres ressortissants et ne pas être laissé de côté comme ... ab/sub/ob/ jet [Original en anglais : ab/sub/ob/ ject] ? » (p. 56). En observant le contexte de l’Europe centrale et de l’Est, il avance que l’identification nationale peut devenir un mode de lutte qui permettrait de réécrire l’histoire queer de ce contexte, sans être « avalé » par les narrations nationales dominantes.

9Dans le même ordre d’idées, Mizielinska énonce une critique similaire contre les études queer contemporaines qui contribuent à la dichotomie essentialiste entre LGBT et queer (chapitre 5). Les deux catégories, à savoir LGBT/identitaires et queer/non-identitaires, suivent en tout cas la « géotemporalité » occidentale (p. 85). En mobilisant des exemples tirés de la Pologne, Mizilienska avance l’argument selon lequel des organisations « sexuelles » (LGBT/queer) peuvent simultanément utiliser des stratégies queer (« in-your-face ») ou des politiques identitaires. Dans tous les cas, ces organisations travaillent sur un vide de la « disjonction temporelle », au sein duquel les catégories LGBT ou queer s’enrichissent de significations différentes par rapport à leurs homologues occidentaux.

10Bien qu’il s’agisse d’une édition à l’argumentation élaborée, abordant la plupart des questionnements théoriques des études sur les sexualités contemporaines, il semble que les éditeurs et certains des contributeurs présentent un paradoxe. En essayant de dé-essentialiser l’Europe centrale et de l’Est, ils essentialisent à leur tour l’Ouest. Même si on pourrait imaginer les Etats-Unis comme un pays « suffisamment occidental » (p. 18), cela ne s’appliquerait pas si facilement dans le cas de l’Europe de l’Ouest qui est déjà une constellation assez fragile et diversifiée. L’exemple de la crise financière des dernières années est assez révélateur des rapports de force entre les pays européens qui auparavant appartenaient à l’Ouest. Une nouvelle configuration des pays du Sud semble émerger dans les discours européens de l’Ouest qui mettent les pays du Sud dans une catégorie séparée. Dans ces nouvelles configurations européennes, des pays économiquement solides de l’Est, comme la Pologne, se revêtent de nouvelles représentations. Il semble que les questions de « disjonction temporelle » et les critiques contre l’homonormativité/homonationalisme puissent également être pertinentes pour quelques pays du Sud, comme la Grèce et l’Italie.

11Enfin, on peut répondre par l’affirmative à la question que se pose Mizielinska : « est-il possible de faire une politique non-identitaire (queer) sans d’abord passer par le stade d’une politique identitaire ? » (p. 95) La question paraît cependant biaisée dans la mesure où les deux mouvements n’appartiennent pas forcément à la même famille de mouvements sociaux. En ce moment, en Europe, les deux mouvements, LGBT et queer, se nourrissent largement d’influences transnationales et forment des coalitions externes aux mouvements LGBT et queer. Par exemple, l’activisme queer polonais s’ancre largement dans la scène anarchiste, qui est issue du mouvement d’altermondialisation. L’exploration de ces dynamiques parallèles et cross-fertilisées dans quelques cas constitue une perspective intéressante pour des recherches futures.

12En somme, l’ouvrage de Kulpa et Mizielinska constitue un outil indispensable pour les chercheurs travaillant sur les questions sexuelles européennes, les questionnements postcoloniaux européens, car la ligne de réflexion des éditeurs pourrait bien contribuer à l’enrichissement des études postcoloniales menées « de l’intérieur ». De même, l’ouvrage constitue une référence essentielle pour tous/toutes ceux/celles qui s’intéressent à l’aire géographique de l’Europe centrale et de l’Est, autant que sur ceux/celles travaillant sur les mouvements sociaux et les politiques liés aux sexualités.

Haut de page

Bibliographie

BINNIE Jon, The globalization of sexuality, London, Sage, 2004.

BROWN Gavin, « Homonormativity : A metropolitan concept that denigrates “ordinary” gay lives », Journal of homosexuality, 57-7, 2012, pp.  1065-1072 .

CIRSTOCEA Ioana, « Du “genre” critique au “genre” neutre. Effets de circulation », in Marques-Pereira Bérengère, Meier Petra, Paternotte David (dir.), Au-delà et en deçà de l’État. Le genre entre dynamiques transnationales et multi-niveaux, Louvain‐la‐Neuve, Academia-Bruylant, 2010, pp. 183-196.

DUGGAN Liza, « The new homonormativity : The sexual politics of neoliberalism », in Castronovo Russ, Nelson Dana (dir.), Materializing democracy : Toward a revitalized cultural politics, Durhan, Duke University Press, 2002.

PUAR Jasbir, Terrorist assemblages : Homonationalism in queer times, Durham, Duke University Press, 2007.

WIMMER Andreas, SCHILLER Nina, « Methodological nationalism and beyond : Nation-state building, migration and the social sciences », Global networks, 2-4, 2002, pp. 301-334.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Konstantinos Eleftheriadis, « Kulpa Robert, Mizielinska Joanna (ed.), De-centring Western Sexualities: Central and Eastern European perspectives », Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://gss.revues.org/2982

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org