Navigation – Plan du site
Varia

Destins tracés et contraction des horizons : être chômeuse au Portugal

Destiny inescapability and horizons narrowing: feminine unemployment in Portugal
Pedro Araujo

Résumés

Partant d’une recherche sur les expériences du chômage des ex-ouvrières d’une usine de céramique de Coimbra (région au centre du Portugal) mis en faillite en 2001, l’article revient sur les recherches qualitatives sur le chômage et dégage quelques-uns de leurs principaux résultats. L’auteur analyse ensuite le vécu du chômage de deux femmes et montre que pour les chômeuses âgées au Portugal deux tendances se dessinent : les destins tracés — qui s’exprime en des « sorties » du chômage par le biais de l’investissement accru dans la sphère privée (care non-marchand) — et la contraction des horizons — qui s’exprime par un retour à l’emploi marqué par la réduction des options professionnelles envisageables (care marchand). Deux tendances qui, bien que toujours présentes dans l’arrangement sociétal et dans l’organisation du marché du travail portugais, se transposent également dans les expériences du chômage des femmes.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

« Notre destin, quand nous voulons l’isoler, ressemble à ces plantes qu’il est impossible d’arracher avec toutes leurs racines. » 
François Mauriac, Thérèse Desqueyroux.

  • 1 Je tiens à remercier Christel Pujol et José Manuel Mendes pour la lecture attentive de cet article. (...)

1Les moments de crise sont toujours des moments de résurgence de la problématique du chômage dans les agendas politiques et ceux de la recherche sociologique1. Les « chiffres du chômage » prennent alors le devant de la scène, leur solidité objective et neutre saturant les débats publics et politiques et amplifiant la peur du chômage (Montlibert, 2001). Dans l’ombre, ou à peine éclairés le temps d’un reportage télévisé à forte charge dramatique, se trouvent les vécus du chômage, la face occulte et silencieuse des statistiques. Le vécu des femmes au chômage n’échappe pas à cette tendance.

  • 2 La plupart des analyses reposent, d’une part, sur la relation entre chômage et pauvreté (ou diverse (...)

2À l’origine des réflexions proposées dans cet article se trouvent trois constats forts simples dégagés lors d’une recherche qualitative sur les expériences du chômage des ex-ouvriers-ères d’une usine de céramique de Coimbra, l’Estaco, mise en faillite en 2001 qui ont été interviewé-e-s en 2005 (Araújo, 2008). En premier lieu, bien qu’il existe une reconnaissance des particularités statistiques associées au chômage féminin (l’incidence, la durée, etc.), les études ayant pour objet principal les effets spécifiques du chômage sur les femmes et sur leurs modes de réaction face à la privation des emplois continuent à être peu nombreuses au Portugal2. D’autre part l’enquête rejoint les analyses empiriques du chômage qui insistent sur le fait que, d’une part, les chômeurs-euses restent pris-e-s dans des rapports sociaux, de sorte qu’il est possible de retrouver dans l’épreuve du chômage les inégalités en termes de travail, de genre, de qualification, de rapport de classe, etc., et, d’autre part, que le chômage constitue une condition sociale différemment vécue par différents groupes sociaux. Le chômage, insiste D. Demazière (1995, 101), n’est pas « un événement qui aplanirait les différences sociales et les socialisations antérieures ». L’expérience du chômage dépend de la « combinaison complexe de variables hétérogène [comme] la position dans le cycle de vie, la position dans la structure sociale, la position dans une trajectoire sociale, les anticipations subjectives d’avenir, les réseaux relationnels, les statuts sociaux objectivement possibles ». Finalement au cours de la recherche sur les expériences du chômage des ex-ouvrières de l’Estaco sont apparues certaines façons d’être chômeuses qui obligent les femmes à réviser leurs histoires de vie en puisant dans la ressource qui leur est la plus propre : être une femme. Une ressource, nous le savons, pleine d’inégalités.

  • 3 Nous pensons surtout à l’assignation des femmes au travail domestique et aux activités de service ( (...)

3Au Portugal, la perte d’emploi à un moment critique des parcours de vie et professionnels réduit les opportunités de retour à l’emploi, situation qui s’aggrave selon l’âge, le sexe, l’absence de scolarité et de qualifications. Si ce constat va de soi pour un grand nombre de « chômeurs », les effets différenciés du chômage sur les hommes et les femmes âgé-e-s sont moins évidents. Notre argument est que deux tendances se dessinent pour les chômeuses âgées au Portugal : les destins tracés — qui s’expriment par des « sorties » du chômage par le biais de l’investissement accru dans la sphère privée — et la contraction des horizons — qui s’exprime par des options professionnelles limitées de retour à l’emploi. Deux tendances qui, bien que toujours présentes dans l’arrangement sociétal et dans l’organisation du marché du travail portugais3, se transposent également dans les vécus du chômage et de la recherche d’emploi des femmes (Demazière, 1999).

  • 4 L’option de limiter l’analyse au cas de deux chômeuses — Teresa et Andreia — est due au fait de leu (...)

4Cet article se divise en deux parties. La première esquisse les grandes lignes de la grille de lecture des expériences du chômage sur laquelle s’appuie notre recherche et dégage quelques-uns des principaux résultats pour l’ensemble des chômeurs-euses de l’usine Estaco. La seconde met l’accent sur le vécu du chômage de deux femmes : Teresa et Andreia. L’histoire de Teresa exprime clairement ce que nous entendons par les destins tracés, non seulement du fait de son investissement accru dans la sphère privée (care non marchand), mais aussi, parce qu’il y a dans sa certitude que l’emploi s’est transformé en un mirage, la mise en évidence de l’effet paralysant du chômage (Lazarsfeld et al., 1981) pour les femmes et un renoncement conscient et non exempt de souffrance à « la liberté que procure le fait d’avoir un emploi » (Maruani, 1996, 51). Andreia, a contrario, refuse d’abdiquer à la liberté de l’emploi. Faisant de l’entretien un témoignage (Pollak et Heinich, 1986, 51), Andreia illustre la façon dont la perte d’emploi correspond à une perte de soi (Linhart, 2003) : la contraction des horizons opère à la manière d’un destin qu’Andreia doit accepter pragmatiquement aux dépens de son expérience professionnelle antérieure et de ses rêves (care marchand). Malgré leurs différences, Teresa et Andreia partagent un même questionnement : la liberté de choix et le rétrécissement de l’espace dans laquelle elle peut s’exercer quand il s’agit de femmes chômeuses aux profils similaires à ceux de Teresa et Andreia, c’est-à-dire d’anciennes ouvrières issues de milieux populaires appartenant à un secteur d’activité disparu, âgées et non diplômées.4

La fin d’un temps : vécus du chômage des ex-ouvriers-ères de l’Estaco

5Notre réflexion commence par une fin : la fermeture de l’usine Estaco. Fondée en 1946, l’usine Estaco produisait pour l’exportation et le marché national trois produits céramiques (carreaux, pavements et sanitaires), secteur dans lequel elle avait une position importante au niveau national et même international. Toutes les travailleurs-euses situent l’origine des problèmes de l’usine au début des années 1990 et leurs accentuations en 1995, lors de la présentation du premier plan de redressement de l’usine. L’histoire alors se précipite : un nouveau plan en 1997, des intéressés qui se rétractent au dernier moment, en septembre 2001, et la faillite en octobre 2001.

6La faillite de l’Estaco est un processus qui s’étend sur six années, au cours desquelles les ex-travailleurs-euses de l’Estaco, très attaché-e-s à leur activité, appréhendaient la fermeture. Le chômage est une nouveauté avec laquelle ils et elles ont dû apprendre à vivre. Vivre au présent quand leur emploi les ancrait dans le passé et leur assurait des ressources et des garanties pour le futur est un des éléments les plus marquants des vécus du chômage des chômeurs-euses de l’Estaco.

7Naturellement, les premières difficultés sont financières. Comme le montre un grand nombre d’études empiriques, ces difficultés sont plus profondes. Le chômage rompt les amitiés forgées à l’usine et interrompt les sociabilités, marque la fin de certains projets et renforce la difficulté de se projeter dans l’avenir, brise les habitudes acquises et déstructure les routines. En cela l’histoire de l’Estaco n’est guère plus différente, plus significative, plus dramatique que celle des usines-fantômes qui l’entourent. Dans cette zone industrielle — autrefois orgueil d’une ville et aujourd’hui désertée — résonnent les mêmes échos (Encadré 1).

Désindustrialisation, fragilisation territoriale et fragilisation des conditions de vie

La Zone Industrielle de Loreto-Pedrulha, où était installée l’Estaco, date des années 1920 et connaît, après 1975 et plus intensivement depuis les années 1990, un processus de désindustrialisation qui va de pair avec un processus de tertiarisation. En 2010, lors de la fermeture de la POCERAM et de la CERES, deux usines de céramique qui, avec l’Estaco, complétaient le trio des usines de céramique les plus importantes de Coimbra, le Syndicat des Travailleurs des Industries de la Céramique, Ciment et Similaires du Centre estimait que’en un peu moins d’une décennie, près de quarante usines de céramique de grande dimension de la région avaient fermé leurs portes, laissant plus de 5000 personnes en situation de chômage. L’articulation secteur-région ou, pour reprendre les mots de José Reis (1993), l’excessive spécialisation de certains systèmes locaux d’emploi explique clairement la fragilisation territoriale — les pertes d’emploi local dans un secteur d’activité particulier — et la fragilisation des conditions de vies de ceux et celles qui dépendent de ces secteurs d’activité.

8Bien que singulière, l’histoire de l’Estaco n’est guère différente. Pour les ouvrier-ères qui tentent de les raconter, les histoires individuelles et de l’usine s’entremêlent et, dans leurs dénouements réciproques, racontent l’histoire d’une société salariale en pleine mutation. Cela renforce l’idée que les expériences du chômage soient observées simultanément à l’échelle des évolutions touchant la société et par rapport à la dynamique d’un parcours de vie.

9Au moment de la faillite de l’Estaco, la majorité des travailleurs-euses étaient âgé-e-s de 40 à 60 ans, travaillaient à l’usine depuis 20 à 30 années, partageaient une faible scolarisation et une expérience de travail quasi limitée à l’Estaco. La fermeture de l’Estaco représente ainsi un événement de rupture totale (Roupnel-Fuentes, 2007) qui transforme la relation à l’emploi en même temps qu’elle configure une relation particulière au chômage. « Trop vieux pour travailler » et « trop jeunes pour la retraite », ils/elles sont pris entre deux temps en ne participent pleinement à aucun d’eux. Cette forme d’inexistence en tant que sujet productif se traduit par des manières particulières d’affronter la privation d’emploi et de gérer les protections étatiques et sociétales.

10L’analyse qualitative présente, en effet, quelques particularités pour l’ensemble des chômeurs-euses qu’il nous semble important de souligner. Nous insisterons tout particulièrement sur le régime de protection portugais, le modèle de dépendance intergénérationnelle élargi qui caractérise les fonctions et responsabilités attribuées aux familles portugaises, et sur le modèle de régulation sociale du chômage qu’on peut qualifier de familialiste (Encadré 2).

Nuancement du modèle familialiste de régulation sociale du chômage au Portugal

Pour la construction de notre grille de lecture nous nous sommes inspirés de l’étude comparative de Duncan Gallie et Serge Paugam (2000) sur les expériences du chômage en Europe. Les auteurs partent de l’idée que la pluralité d’expériences du chômage résulte des effets différenciés des relations entre les structures politiques (l’État social), sociales (les protections familiales et de proximité) et économiques (le marché). L’objectif consiste à identifier les effets de ces facteurs de régulations du chômage qui, en interaction, sont à l’origine de différents modèles de régulation sociale du chômage : le modèle familialiste (pays du sud de l’Europe), le modèle public individualiste (pays scandinaves) et le modèle de responsabilité partagée (Grande-Bretagne, Allemagne et France). Gallie et Paugam précisent que ces modèles représentent des types idéaux qui trouveront difficilement une expression fidèle dans la réalité empirique.
Ainsi, pour classifier les régimes de protection, D. Gallie et S. Paugam ont recours à la sphère de protection étatique liée aux protections en cas de perte d’emploi et, tout particulièrement, à son effet sur la privation financière. Les auteurs identifient, au niveau européen, quatre types de régime de protection : 1) le régime sous-protecteur (Portugal, Grèce, Italie et Espagne) ; 2) le régime libéral (Grande-Bretagne et Irlande) ; 3) le régime appuyé sur l’emploi (France, Belgique, Allemagne et Hollande) ; et 4) le régime universel (Danemark et Suède) (Gallie et Paugam, 2000b, 352).
L’analyse des protections sociétales des chômeur/euses — solidarité familiale et de proximité — soulève la question de savoir si la privation d’emploi s’accompagne d’un affaiblissement, ou même d’une fracture des réseaux sociaux des chômeur/euses, produisant un effet d’isolement qui restreint l’accès à diverses formes de soutien (matériels, émotionnels, d’informations sur des opportunités d’emploi, etc.). D. Gallie et S. Paugam (2000a, 16) proposent trois modèles permettant de découper les fonctions et responsabilités attribuées aux familles : modèle de la dépendance intergénérationnelle élargie (Portugal, Grèce, Italie et Espagne), de l’autonomie intergénérationnelle relative (France et Belgique) et modèle de l’autonomie intergénérationnelle avancée (Royaume-Uni, Hollande, Allemagne, Danemark et Suède).
Bien que nous inspirant de Gallie et Paugam, nous avons proposé une grille de lecture des vécus du chômage mettant en relation l’action croisée de l’employabilité (extrinsèque et intrinsèque), des mécanismes de compensation (protections étatiques et sociétales), et des activités de substitution. Suite à la réalisation d’entretiens exploratoires, la place quasi marginale que les offres d’emplois salariés tendent à occuper dans les attentes des chômeurs-euses de l’Estaco est apparue clairement. Différemment du modèle de D. Gallie et S. Paugam, qui insiste sur le marché, nous avons favorisé les activités de substitution. Celles-ci permettent de saisir les stratégies individuelles des chômeurs-euses développées en dehors du marché du travail. Trois types d’activités de substitution ont été privilégiées : celles qui peuvent être réalisées en marge du marché du travail (le travail non déclaré, entendu comme toute activité rémunérée de nature légale, mais non déclarée aux pouvoirs publics) ; celles qui visent un investissement sur soi-même ayant pour but un retour différent sur le marché du travail (formation professionnelle, création de son propre emploi, etc.) ; et celles qui consistent en un retour à des activités développées antérieurement en parallèle à l’activité principale (Araújo, 2008 ; 2012).
Partant des données du syndicat responsable de l’accompagnement du processus de mise en faillite, nous avons alors construit une base de données recensant 264 ouvriers/ères. En fonction de leurs situations au moment de l’analyse, 103 ouvriers/ères ont été exclu-e-s pour motif de préretraite ou de retraite, 33 parce qu’il n’a pas été possible de déterminer leur situation au moment des entretiens et 90 parce qu’ils et elles avaient retrouvé un emploi. Des 38 ouvriers/ères répondant aux critères de l’enquête, 22 ont refusé les entretiens. Ainsi, entre novembre et décembre 2005, nous avons conduit seize entretiens semi-directifs se concentrant exclusivement sur les personnes qui, quatre années après la fermeture de l’Estaco, se trouvaient toujours en situation de privation d’emploi, soit 10 hommes et 6 femmes. Il est important de noter le nombre significatif d’ouvriers-ères ayant transité directement vers la retraite. L’une des stratégies du syndicat a été en effet de faire appel au gouvernement pour que celui-ci ouvre une exception et prolonge la durée des allocations de chômage jusqu’à ce que la plupart des ancien-ne-s travailleurs-euses soient en condition de bénéficier des dispositifs de préretraite. Les hommes et femmes qui ont refusé de participer à l’enquête ont invoqué le manque de temps, les premiers en raison du travail agricole, les secondes à cause de la garde d’enfants.

  • 5 Cette question renvoie au problème du « piège du chômage » (Kovács, 2005) qui porte sur les conditi (...)

11Le type de régime de protection portugais est défini comme sous-protecteur et repose sur les caractéristiques suivantes : l’accès aux protections dépend fortement de la participation au marché du travail ; le nombre de bénéficiaires est, donc, plus limité ; les prestations sont minimes ; et il y a un investissement résiduel en politique d’activation. À ces caractéristiques s’ajoutent encore deux tendances qui s’accentuent en pleine période de crise : la moralisation et la rationalisation de ces protections, qui signifient en fait une réduction de l’accès aux protections (Santos, 2011). Bien que les caractéristiques du régime portugais liées aux protections en cas de perte d’emploi permettent de le définir comme sous-protecteur, du point de vue des attentes des chômeurs-euses, il apparaît plutôt comme hyper-protecteur. Ces attentes se matérialisent dans la tentative des chômeurs-euses de maximisation des allocations de chômage et dans l’idéal de la retraite. Confronté-e-s à une expérience professionnelle circonscrite à un secteur d’activité territorialement en déclin, à un marché qui, du fait de leurs âges, devient progressivement plus hostile à leur retour, et à une moindre mobilité géographique, la place que prend l’idéal de la retraite dans l’imaginaire et l’action des chômeurs-euses prend tout son sens. Cet idéal devient plus important que celui de trouver un nouvel emploi car seule la retraite peut procurer la certitude d’un revenu fixe mais également d’un nouveau statut digne et dépourvu de honte.5

  • 6 Source de discrimination et obstacle individuellement et institutionnellement reconnu pour l’élabor (...)

12La dépendance des chômeurs vis-à-vis des systèmes de protection apparaît alors, d’une part, comme une dépendance consentie par les agents des dispositifs d’aide publique, expression de leur incapacité à trouver des solutions pour ce groupe particulièrement problématique de chômeurs-euses et, d’autre part, comme une dépendance légitime pour les chômeurs-euses, expression de leur refus d’assumer la responsabilité de l’abandon précoce et involontaire du marché du travail ; de constatation de l’inefficacité des services à répondre à leurs sollicitations ; et de revendication du droit – avant tout moral – à bénéficier de protections. Il nous apparaît que c’est la relation entre dépendance consentie et dépendance légitime, tissée sur fond d’une résignation réciproque qui, le cas échéant, renforce le caractère sous-protecteur du régime de protection sociale.6 Se limitant à remplir sa tâche, c’est-à-dire en indemnisant passivement le chômage pendant la période légale définie, l’État trace la limite de son intervention en même temps que celle de sa responsabilité.

13Au moment où la crise « oblige » l’État portugais, comme d’autres États européens, à adopter une politique d’austérité et à contenir les dépenses en protection sociale la question qui se pose est bien celle de savoir si les chômeurs-euses âgé-e-s trouveront en cet État une réponse à la demande d’hyper-protection qu’ils et elles lui adressent ou si celui-ci remplira simplement sa fonction distributive jusqu’à ce que chômeurs et chômeuses deviennent invisibles et que leurs vulnérabilités ne soient plus reconnues (unrecognizable) (Butler, 2004). Les analyses de Béatrice Appay à propos de la logique sacrificielle construite autour de la flexibilisation productive (1997, 556) s’appliquent également aux politiques d’austérité mises en place au Portugal. Ici aussi des sacrifices sociaux sont demandés. Ils se traduisent en une mise en survie économique des personnes au niveau micro social. La logique sacrificielle « est soumise à l’acceptation d’un défi collectif, une logique solidaire liée à la crise ». Ainsi, « [l]’acceptation de ce sacrifice nécessite d’apporter la preuve qu’il profite à tous dans une perspective démocratique et solidaire. La démonstration inverse réveillerait frontalement le sens de l’injustice et la révolte ». La crise actuelle n’est-elle pas un des échos du discours triomphant de la flexibilisation ?

14Pour les chômeurs-euses de l’Estaco, l’État social assume ainsi une centralité inédite dans leurs vies qui se voit renforcée par la fragilité voire la fragilisation des supports familiaux. Ce constat vient réaffirmer les limites d’une application acritique du modèle de régulation sociale du chômage familialiste pour l’ensemble des chômeurs-euses des pays du sud de l’Europe.

  • 7 Au Portugal, le concept de société-providence a été défini par B. S. Santos (1993, 46) comme « les (...)

15Comme nous l’avons vu, D. Gallie et S. Paugam proposent trois modèles permettant de découper les fonctions et responsabilités attribuées aux familles. Le modèle dans lequel s’inclut le Portugal est celui de la dépendance intergénérationnelle élargie : pour les pays du sud de l’Europe, la famille apparaît comme une alternative à l’État social. En cas de chômage, les lacunes des protections étatiques se voient compensées par l’action de la « société-providence », qui décrit la capacité de la société civile à prendre en charge une partie de ses besoins sociaux.7 Le modèle de dépendance intergénérationnelle élargie identifié par Gallie et Paugam est ici nuancé, du fait de l’âge avancé des chômeurs-euses et de la fragilité économique de base des familles atteintes par le chômage, renforcée suite à la perte d’emploi d’un des membres du couple. Ne cessant de remplir une fonction de support émotionnel, les familles ne fonctionnent plus comme un mécanisme de compensation suffisant pour garantir aux chômeurs-euses l’autonomie financière et l’indépendance.

16L’analyse empirique des vécus du chômage des ex-ouvriers/ères de l’Estaco montre plutôt que c’est de l’État que ceux et celles-ci attendent protection. Cette demande est liée à une prise de conscience par ces chômeurs-euses qu’ils et elles sont devenus « jetables » (disposable), selon l’expression d’Henry A. Giroux (2006), Qu’ils et elles basculent précocement vers différents statuts d’inactivité ou qu’ils et elles épuisent passivement leurs droits à l’indemnisation. La seule chose qui compte du point de vue des dispositifs étatiques de gestion des chômeurs-euses, c’est qu’ils et elles deviennent invisibles. Il y a plusieurs façons de devenir invisible ou, au contraire, de résister à l’invisibilité. Les histoires de Teresa et d’Andreia illustrent ainsi la façon dont différentes vies peuvent être différemment affectées et, au-delà des types idéaux, questionnent le rétrécissement du champ des possibles dans lesquelles la liberté de choix peut s’exercer quand il s’agit de femmes chômeuses au profil de celui des anciennes ouvrières de l’Estaco.

Parcours de vie similaires mais différentes voix d’ouvrières au chômage

17Teresa et Andreia, tout comme leurs collègues, pensaient aller vers une retraite « méritée ». Ce destin interrompu, ce n’est pas un être nouveau, inédit et étrange qui émerge et qui réagit face à la perte d’emploi, mais bien des femmes chargées du poids d’un passé, perplexes face à l’hostilité du présent et angoissées face au futur.

18Les entretiens menés auprès des chômeuses ont permis d’identifier quelques effets du chômage féminin, dont quatre nous paraissent particulièrement pertinents : 1) la perte d’autonomie financière, qui s’aggrave à la fin des droits d’indemnités ; 2) la limitation ou même l’annulation de la possibilité de prêter un soutien financier à sa descendance et le déclin des solidarités interfamiliales ; 3) le repli vers la sphère domestique et l’engagement plus actif dans les soins aux proches (care non marchand) ; 4) la limitation de l’accès à l’intégration professionnelle par le biais d’activités féminines et disqualifiées (care marchand), ce qui indique une plus grande rigidité de la structure d’opportunité pour les femmes dans la transition chômage-emploi et son potentiel aggravement, sur l’offre comme sur la demande.

  • 8 Pour une excellente analyse du care au Portugal et de ses implications pour les prestateurs, et sur (...)

19La perte d’autonomie financière, encore aggravée par la fin des droits d’indemnités, est commune aux hommes et aux femmes interviewé-e-s. Contrairement au postulat de l’existence d’une forte « société-providence » au Portugal, dans le cas des chômeurs-euses de l’Estaco, les familles constituent un mécanisme de compensation insuffisant pour assurer une protection à leurs membres. Le chômage représente plutôt une altération drastique de l’économie matérielle des supports familiaux. Toutefois, comme nous le verrons, ce que les femmes perdent en conditions économiques suite à la faillite de l’usine, elles le gagnent en disponibilité.8

Teresa, de l’ancrage des racines

  • 9 Lors de l’entretien Teresa était âgée de 49 ans et mariée à un ex-ouvrier de l’Estaco qui a réussi (...)

20Le parcours professionnel de Teresa commence à l’âge de dix ou onze ans dans l’agriculture, activité qu’elle exerce en parallèle jusqu’à la fin de l’école élémentaire. À quatorze ans, Teresa atteint « finalement » l’âge d’être légalement embauchée et entre à l’Estaco à l’âge de quinze ans. C’est à l’Estaco qu’elle rencontrera son futur mari, et aura une fille9. En fin de compte, Teresa aura passé trente années à l’Estaco. Une vie. Une vie d’ouvrière à la chaîne d’emballage avec ses hauts et ses bas, avec ses grandes et petites luttes. Une vie, tout simplement. Sa vie. Malgré les opportunités pour changer d’usine, Teresa restera à l’Estaco où elle espérait naturellement atteindre la retraite.

- Pedro : Vous pensiez rester à l’Estaco jusqu’à la retraite ?
- Teresa : Moi, je croyais que j’allais y rester jusqu’à mourir ! [Rires] Je voyais mes collègues qui vieillissaient et qui partaient à la retraite. Je n’ai jamais pensé qu’en arrivant à quarante-cinq ans j’allais avoir cette fin. […] Je suis rentrée à l’Estaco à l’âge de quinze ans ! J’ai travaillé pendant trente ans ! C’est beaucoup, non ? C’est assez, non ? J’ai réussi à tenir bon et maintenant j’ai cette triste fin… Je n’ai jamais pensé qu’arrivée à quarante-cinq ans j’allais avoir cette triste fin.
- Pedro : Mais vous avez eu des chances de sortir de l’Estaco ?
- Teresa : Oui, bien sûr. J’aurai pu aller dans une des usines qu’il y avait à coté [Zone Industrielle Loreto-Pedrulha (Encadré 1)]. Mais j’étais tellement accrochée… J’avais ma sœur, mon mari… J’ai toujours fini par rester. C’était ma famille, ma maison… J’y ai laissé beaucoup d’heures, beaucoup d’ami-e-s, mes confidentes… Tout… […] Il y a quelques jours, je suis retournée à l’usine et quand j’ai vu ça… [L’usine abandonnée et, aujourd’hui, complétement en ruine] C’était ma maison ! Enfin, j’étais, j’étais… J’ai dit que n’y retournerai jamais ! Je suis arrivée à la maison et je n’arrêtais pas de rêver que l’usine s’effondrait. J’étais terrifiée, terrifiée. Mais j’ai dû y retourner. La deuxième fois que j’y suis allée je suis passée par les bureaux et tout avait été vandalisé. Il n’y avait plus de murs et nos fiches d’inscriptions avec nos photos étaient par terre… Horrible… Quand on travaille tout ce temps quelque part, on commence à aimer… Trente ans… J’étais une petite fille quand j’ai commencé à travailler. A quinze ans, j’étais encore une petite fille.

21« Prisonnière de son milieu » (Linhard, 2003), il y a chez Teresa cette éthique du travail, propre au modèle fordiste, du « devoir accompli », mais aussi une fatigue et un désenchantement dû à une « vie de travail et de dévouement » qui se termine de manière inattendue par une « trahison ». Commence alors pour Teresa une nouvelle vie. L’isolement, la désorganisation des routines, la dépendance financière. De plus les rouages des aides publiques lui apparaitront toujours confus, discrétionnaires, voire, inhumains. La seule certitude de Teresa vis-à-vis de ses droits est celle qu’à « l’injustice » de la fermeture de l’Estaco, l’État social doit répondre avec plus de « justice ». Lui tenir la main dans ce « saut dans l’inconnu » (Roupnel-Fuentes, 2007, 469) ou servir de filet de sécurité, c’est-à-dire maximisant la durée des protections jusqu’à qu’il lui soit possible de « « rendre les papiers » pour la préretraite, la retraite pour invalidité ou la retraite. Cela n’arrivera pas.

[À l’Office de l’emploi] ils m’ont offert un emploi […], mais moi j’ai dit que je ne pouvais pas l’accepter parce que c’était trop loin de chez moi. [Teresa ne conduit pas et la seule voiture de la famille est utilisée par son mari]. Je n’ai plus l’âge, ni la possibilité… J’étais très traumatisée… Tout ça se passe sept mois après que j’ai commencé à toucher mon assurance-chômage… Alors je leur ai dit que c’était compliqué et ils m’ont répondu que j’étais obligée d’accepter, mais j’ai dit non. Si cela était plus près de chez moi… J’ai besoin de travailler, j’ai besoin de travailler encore dix ans au moins, mais pas comme ça… Ce qui s’est passé c’est qu’ils m’ont annulé l’assurance-chômage. Comme ça… D’un coup… Je ne suis plus jamais retournée là-bas [Office de l’emploi]… Ça a été horrible. J’ai travaillé trente ans ! J’ai toujours été ponctuelle et assidue. Tout ça c’est une question de chance, vous ne trouvez pas ? Il y a des personnes qui n’ont pas de chance dans leurs vies et c’est mon cas. Ils n’avaient pas le droit de m’annuler mes allocations de chômage. Ils auraient pu me donner une autre chance… Mais bon, ce sont eux qui commandent… La petite jeune avec qui j’ai parlé n’arrêtait pas de me dire que j’étais obligée d’accepter le boulot parce que je suis au chômage. Tout simplement. Elle m’offrait un boulot et moi j’étais obligée de l’accepter. Mais c’était impossible ! Aussi loin, c’était impossible. Je lui ai même ramené les horaires des bus. C’était impossible. Sans transport individuel, c’était impossible. Sinon, je l’aurais accepté le travail. Bien sûr que je l’aurais accepté. Je ne serais pas ici… Bien sûr que je l’aurais accepté. Ça aurait pu être ma deuxième chance. Aujourd’hui je ne serais pas aussi vieille. Vous ne m’auriez pas rencontrée aussi vieille [Rires]. Maintenant, je n’ai rien de très bon à vous raconter. J’aurais travaillé encore quelques temps, même si je devais être remise au chômage, j’aurais eu quelques années de plus pour mes cotisations… Mais non… Je ne sais pas ce que la fille [de l’Office de l’emploi] a voulu prouver… J’avais le droit à une deuxième chance, non ? J’ai travaillé trente ans et je n’ai eu le droit qu’à sept mois de chômage. Ce n’est pas beaucoup… Mais bon, je préfère ne pas y penser.

22Suivant le modèle familialiste, lorsque cessent les protections étatiques, les réseaux sociaux rentreraient alors en scène. Dans le cas des travailleurs-euses de l’Estaco, parler de réseaux sociaux c’est parler de famille et, étant donné l’âge des chômeurs-euses, parler de famille c’est dire que le chômage est vécu au sein de la famille nucléaire (conjoint-e et enfants), et non élargie, ce qui fait que les solidarités familiales se restreignent aux relations entre les membres du couple. Les dépendances financières s’observent bel et bien vis-à-vis du mari ou de l’épouse et celles-ci s’accentuent quand se termine la période de versement des allocations. La dépendance vis-à-vis d’un des membres du couple s’avère beaucoup plus complexe que celle qui se crée vis-à-vis de l’État social, jugée par les chômeurs-euses de l’Estaco, nous l’avons vu, comme légitime.

- Pedro : Vous êtes dépendante de votre mari ?
- Teresa : Complètement. Non, que cela représente un problème. J’ai de l’argent. Mon mari ne veut pas que je me sente… Mais je ne peux pas être avec mes amies et leur payer un café. Si je fais ça, le jour suivant je n’ai pas d’argent pour y retourner. C’est très… Je ne sais pas… Je ne sais pas si c’est dramatique ou si c’est… Horrible… C’est une situation… Je recevais plus ou moins… Maintenant…
- Pedro : C’est une dépendance…
- Teresa : Je suis dépendante de tout, même que vienne la nuit pour que je puisse dormir et tout oublier. Je suis à la maison entre quatre murs. Quelques fois, j’ai des choses à faire et je n’ai pas envie. C’est dur d’être à la maison. Sans emploi, sans allocations, sans argent, sans rien… Mon mari travaille…
- Pedro : Vous vous sentez plus isolée ?
- Teresa : Bien sûr ! Très isolée. Je n’ai presque pas d’amies ici [Domicile]. Pourquoi ? Parce que je n’en ai jamais eu. Je passais très peu de temps ici. Je n’étais presque pas à la maison. Maintenant, il faut tout reconstruire [Sociabilité]. C’est compliqué d’être à la maison. C’est fatiguant…

23Nous l’avons dit, suite à la fermeture de l’usine, ce que les femmes perdent en ressources économiques elles le gagnent en disponibilité : c’est là que la force morale du modèle familialiste devient visible et lisible. En effet, chez Teresa le reflux vers la sphère privée et l’investissement accru dans les soins aux proches, le cas échéant aux petits-enfants, est patent. Il apparait comme l’alternative, sinon l’obligation, pour affronter l’épreuve du chômage. Toutefois, cet investissement est vécu de façon ambiguë par Teresa : comme positif, d’une part, car il permet de remplir le vide, de restructurer le temps et de colmater l’isolement provoqué par la fermeture de l’usine ; mais aussi comme négatif, car s’agissant d’une activité non rémunérée elle ne permet pas d’apporter un support matériel à sa descendance. La garde de la petite-fille de Teresa, alors âgée de trois ans, permet effectivement aux parents de celle-ci de travailler à plein temps et de faire des économies sur la crèche ou sur une nourrice. En effet, au cours de l’entretien Teresa ira faire référence à la possibilité de travailler comme femme de ménage ou de prêter des soins à des personnes âgées, mais cela impliquerait de payer quelqu’un pour garder sa petite-fille ce qui aggraverait la situation économique de sa fille qui doit, à son tour, payer un crédit sur l’habitation et sur une voiture. Ne pouvant offrir d’aides matérielles, Teresa offre sa personne ; une sorte d’inactivité contrainte comme le dit M. Maruani (1996, 53) vécue comme une « régression personnelle et sociale » (Roupnel-Fuentes, 2007, 465), sans aucun doute, mais, et là réside son caractère ambiguë, qui lui redonne une utilité.

24Au Portugal, c’est essentiellement par les femmes que s’organisent les appuis familiaux (Portugal, 2006) et ce sont les entretiens avec ces dernières qui ont montré de manière très nette que le chômage représente une altération drastique dans l’économie matérielle des supports familiaux. Cet affaissement de la fonction « providentielle » des familles est d’autant plus grave que l’on sait que le volume et l’étendue du soutien matériel et financier apporté par les familles ne sont pas aussi abondants que certaines hypothèses sur le modèle familialiste méditerranéen le laissent supposer. Le soutien est plus occasionnel que systématique et il existe un grand nombre de familles incapables même d’apporter un quelconque soutien (Hespanha et Portugal, 2002 ; Wall, 2005 ; Wall et Amâncio, 2007). Le chômage ne fait qu’aggraver cette situation. Toutefois, bien que variable vis-à-vis du volume du soutien qu’elle apporte, de son étendue, de sa durée ou de sa stabilité, la société-providence portugaise continue à détenir une importance, qu’il s’avère difficile de mesurer pour tous les groupes sociaux. En période de crise, tout comme l’État-providence, la société-providence se fragilise elle aussi (Santos, 2011), ce qui implique une attention renouvelée aux impacts de la crise sur les solidarités intra et inter familiales et sur la capacité des familles, surtout quand elles sont précarisées (Schwartz, 1990), à compenser les déficits des protections étatiques.

- Pedro : Être au chômage n’a rien de positif ?
- Teresa : Il y a ma petite-fille. Elle m’aide à passer le temps et moi j’aide à l’élever. C’est tout. Il me manque ce qui manque toujours le plus : l’argent. Sans argent on ne peut rien faire, n’est-ce pas ? Qu’est-ce que le chômage a de bon… J’avais tout organisé. Je disais à ma fille qu’on allait l’aider à payer la maison [Acquise grâce à un crédit habitation], qu’on allait l’aider à mettre la petite à la crèche ou chez une nourrice… Tu parles ! Avec la misère des allocations ? On n’a plus rien ! Avant que l’Estaco ferme, mon mari et moi, on n’a pas reçu pendant des mois et il a fallu qu’on aille chercher nos économies. Tous les mois, on gaspillait et rien ne rentrait. Une mauvaise situation… Une très mauvaise situation… C’est le pire qui puisse arriver à quelqu’un. La pire… Je ne peux plus aider ma fille. C’est elle qui doit m’aider ! Avec quoi je vais l’aider ? Avec les 450 euros que gagne mon mari ?

25Quand Teresa réclame un nouvel emploi, elle ne le fait certainement pas pour retrouver la nature et les conditions de travail qu’elle a connues – bien marquées dans ses mains et sur son corps –, mais bien car, en tant que salariée, la vie de Teresa s'écoulait sans qu’elle s’aperçoive que sa condition de femme, pesant toujours sur sa vie, conditionnait son destin de chômeuse. Teresa et toutes les femmes de l’Estaco n’ont jamais été complètement ouvrières de l’Estaco, mais en cessant de l’être elles perdent, en même temps, leurs autonomie et ce qui les empêchaient de n’être que femmes ; ce qui les empêchaient de devenir prisonnières d’un autre milieu : la sphère privée. Interrompue l’incessante circulation entre travail salarié et travail domestique, entre sphère publique et sphère privée, le chômage fonctionne comme un piège : celui d’un investissement à sens unique dans la sphère privée. Un investissement plus hésitant que certain.

- Pedro : Et le futur ?
- Teresa : Le futur… Je pense rester avec ma petite-fille et après j’aimerais… Il faut que je… Je dois encore travailler pour pouvoir aller à la retraite… Mais à mon âge… L’école élémentaire… Ma santé… Je vais voir si je trouve quelque chose… Prendre soin d’une personne âgée ou quelque chose de ce genre… Mais où ? Dans une maison de retraite ? Dans une crèche ? Impossible ! Je n’aurai jamais cette possibilité. C’est pour les plus jeunes. À cinquante-ans, j’ai accès à quoi ? Je ne sais pas. Quand ma petite-fille sera plus grande et si ma fille n’a pas d’autres enfants… J’aurai besoin de continuer à travailler… J’ai eu un si bon début… Maintenant je suis dans une mauvaise passe mais j’espère avoir une bonne vieillesse. J’ai trente ans de cotisations, encore cinq ou six… Quand ma petite-fille aura dix ou onze ans. Quand elle n’aura plus besoin de moi… Travailler encore cinq ou six ans pour toucher la retraite et avoir une bonne vieillesse… Je ne sais pas si c’est une bonne idée…

26Sans la certitude de l’emploi à vie que Teresa a toujours connue, celle-ci s’achemine vers « l’inactivité », statistiquement parlant, mais aussi vers l’invisibilité. Une forme de non-existence car considérée exclusivement sous le prisme de la logique productiviste (Santos, 2002). Son emploi perdu, les racines qui la fixent à la sphère privée se durcissent et se fait plus forte l’emprise douloureuse de l’Ange au Foyer (Woolf, 2004).

Andreia, de la résistance des racines

27Ce qui captive chez Andreia c’est la résistance. Andreia investit et s’investit dans la recherche d’un nouvel emploi, ce qui l’amène à se questionner et à peser ces opportunités. En centrant notre attention sur Andreia, en lui portant une écoute plus intime, ce que l’on découvre c’est un refus de devenir « inactive » et invisible. Et, toutefois, ce qui apparaît dans ce destin, si absolument refusé, c’est la façon dont la perte d’emploi réduit ses options professionnelles ; la façon dont opère la contraction des horizons.

  • 10 C’est-à-dire célibataires, étudiantes et partageant la même habitation que leurs parents.

28Andreia, mariée, mère de deux filles, alors âgées de neuf et douze ans et dépendantes10, s’est retrouvée au chômage à 42 ans. En décembre 2005, lors de l’entretien, quatre années s’étaient écoulées après la fermeture de l’Estaco. Âgée de 46 ans, Andreia continuait la recherche d’emploi, d’un emploi à temps complet, stable, offrant une marge de sécurité, pour aussi illusoire qu’elle puisse être. Bien que travaillant quatre heures par jour dans une crèche, Andreia, socialisée dans un modèle fordiste, continue à se penser comme « étant au chômage » et à se présenter comme « chômeuse ». Le mi-temps : 

Je fais quatre heures et quatre heures ça ne rapporte pas grand-chose, n’est-ce pas ? Ce n’est rien. Mais bon, c’est mieux que de rester à la maison toute la journée.

29Andreia abandonne très tôt l’école complétant l’école élémentaire et rentrant à l’Estaco à l’âge de quatorze ans. L’entrée à l’Estaco est un moment capital dans la vie d’Andreia. Elle y passera vingt-huit années.

  • 11 Pour P. Bourdieu (1993b, 1453) : « Porter à la conscience les mécanismes qui rendent la vie doulour (...)

30À vingt-six ans, alors mariée, Andreia reprendra l’école pour terminer, en cours du soir, le collège. Cette donnée est importante, car Andreia justifie ce retour tardif à l’école par le fait que sa famille, quand elle était célibataire, refusait qu’elle fréquente l’école en cours du soir. Le mariage viendra lui apporter « une certaine liberté » qui lui sera, cependant, vite reprise par la naissance de ses enfants. Une autre donnée importante est cette tendance très marquée chez Andreia de se « justifier ». Andreia saisit l’entretien comme, reprenant P. Bourdieu (1993a, 1407), une occasion de s’expliquer, c’est-à-dire de construire son propre point de vue sur elle-même et sur le monde et de rendre manifeste le point, à l’intérieur de ce monde, à partir duquel elle se voit et voit le monde, qui devient compréhensible et justifié avant tout pour elle-même11.

31Ce sont ses racines que Andreia s’attache à expliquer et à justifier et, ce faisant, elle montre bien à quel point « l’idée d’autonomie et celle de responsabilité de chacun pour sa vie peuvent facilement devenir des mystifications si on les détache du contexte social » (Benarrosh, 2000, 11). Tout au long de l’entretien avec Andreia, la valorisation de l’instruction aura tendance à revenir, même si assumant les contours de la formation professionnelle, en même temps que reviendront les justifications pour ne pas avoir pu prolonger sa scolarité. Dans cette tension se joue un débat qui met en confrontation habilitations et qualifications formelles – et les raisons sous-jacentes à leurs non-acquisitions – et expérience professionnelle acquise – et les raisons sous-jacentes à son invalidation. En effet, technicienne de laboratoire à l’Estaco, une position conquise grâce à une expérience professionnelle reconnue, le manque de scolarité ne lui permettra pas de progresser dans la carrière. Chômeuse, le manque de qualifications formelles ne lui permettra pas de retrouver un emploi dans ce qu’elle « savait faire ».

- Pedro : Qu’est-ce que vous faisiez concrètement à l’Estaco ?
- Andreia : J’étais au laboratoire. J’étais technicienne. Mais maintenant… [Silence]
- Pedro : C’est difficile ?
- Andreia : Oui. En fait, maintenant ils ne cherchent que des gens diplômés et moi je n’ai pas de diplômes. Je suis rentrée à l’Estaco à quatorze ans !
- Pedro : Vous avez l’expérience…
- Andreia : J’ai l’expérience de toute une vie. J’ai essayé d’aller travailler dans une usine de verre, mais c’est un garçon qui venait de sortir de l’Université qui est entré. Ils voulaient quelqu’un ayant de l’expérience. [Sourires]

32L’expérience ne suffit pas, ne suffit plus. Pas « dehors », où « tout est différent ». Où les diplômes surpassent aisément l’expérience. Où l’âge condamne. « Dehors », l’expérience professionnelle acquise par Andreia se dévalorise très vite et devient inutile.

  • 12 Au cours de l’entretien nous aborderons la possibilité de pouvoir changer de ville pour retrouver u (...)

33Face à une expérience professionnelle circonscrite, au manque d’opportunités locales de travail, à un marché du travail hostile et à une mobilité géographique pratiquement nulle12, il ne reste à Andreia qu’à se reconvertir, il ne lui reste qu’à « s’adapter ». Andreia aura à « fermer une porte », à « passer l’éponge », à « ouvrir les yeux ». Andreia aura, en somme, à devenir une autre.

  • 13 Les Programmes occupationnels ont pour objectif l’insertion des chômeurs-euses par des activités so (...)

34Devenir éducatrice de crèche apparaît comme une option possible. Une option essayée au cours d’un Programme occupationnel13, il est vrai, mais aussi, car Andreia « aime bien les enfants ». À la fin de la première année de chômage – une période confuse et douloureuse, pendant laquelle Andreia s’enferme à la maison, un endroit sûr, en attendant que l’Estaco, un autre endroit sûr, rouvre ces portes – il lui apparaît clairement que ce ne sera pas par la voie institutionnelle qu’elle retrouvera un emploi. Ceci implique une évaluation des conditions objectives dont elle dispose pour sortir du chômage. Les soins aux enfants apparaissent, alors, comme une « option possible », comme une « nouvelle chance ». La reconversion professionnelle devient, avant tout, un impératif de survie qui rend l’abandon de la profession douloureux, mais nécessaire.

35La fin de l’indemnité de chômage accélérera l’urgence de trouver un emploi sans pour autant changer les ressources objectives dont Andreia dispose.

  • 14 Le mari d’Andreia, nous l’avons dit, est mécanicien et possède son propre garage. Suite à la perte (...)

J’étais quelqu’un de pratiquement indépendant. Je ne dépendais pas de mon mari, je n’ai jamais dépendu de mes parents et, maintenant, je suis complètement dépendante. C’est une dépendance complète. C’est horrible d’être dépendant ! Bien sûr, mes collègues de travail me manquent, mon horaire me manque, ce que je faisais me manque, tout ça ce sont des habitudes difficiles à abandonner, mais le plus terrible c’est d’être dépendante. C’est mon mari… Maintenant, je suis complètement dépendante de lui. Heureusement, j’ai un bon mariage, je ne peux pas me plaindre.14 Mais, des fois je pense que si mon mariage tournait mal qu’est-ce que je pourrais faire… C’est très difficile.

36C’est dans ce contexte économiquement de plus en plus étouffant que le projet de « devenir éducatrice de crèche » prend vie ; que la résistance d’Andreia trouve terrain. L’inquiétude repose sur la forme apparemment fortuite sous laquelle se présente ce destin possible et sur le mode apparemment serein avec lequel Andreia se livre à ce destin.

37Se jugeant étrangère à ce domaine professionnel, Andreia ira suivre toutes les actions de formation professionnelle qui se présentent à elle. Elle ira « s’instruire ». Si le manque de scolarisation lui a fait défaut auparavant, fréquenter ces actions de formation apparaît comme une garantie que le manque de qualifications professionnelles ne pèsera pas comme un désavantage à additionner à d’autres, comme l’âge ou le sexe.

- Pedro : Vous pensez que c’est plus difficile pour une femme de retrouver un emploi ?
- Andreia : C’est très difficile. Parce que nous… J’ai été à plusieurs entretiens et la première chose qu’ils nous demandent c’est si nous avons des enfants en bas âge. Tout de suite, ils nous demandent si nous avons des enfants ! Après c’est si nous sommes disponibles à faire tous les horaires imaginables. Après il y a l’âge. Les choses se compliquent de plus en plus. Je vois bien dans les offres d’emploi ! On n’a le droit de travailler que jusqu’à 35 ans ! Après, personne ne veut plus de nous ! C’est vraiment compliqué.
Je suis quelqu’un qui aime savoir ce que je fais. Je n’aime pas faire les choses en l’air. Maintenant j’ai déjà un assez ample curriculum dans ce domaine [Éducatrice de crèche] et comme je fais un mi-temps dans une crèche je commence à connaître des gens. Quand il y a une offre dans le journal je me présente. Tout ce que je veux c’est avoir un horaire et un salaire. Tout ce que je veux c’est changer ma situation, c’est revenir au point où j’étais.
- Pedro : C’est votre objectif ?
- Andreia : C’est mon grand objectif. Je veux une situation stable. Sans stabilité on ne peut rien faire. On tourne et on tourne et on n’aboutit nulle part.

38Andreia abdique de ce qu’elle était pour récupérer ce qu’elle avait : un horaire, un salaire, un emploi.

- Pedro : Changer de métier après toutes ces années…
- Andreia : C’est horrible. Je regarde derrière moi et je pense à toutes ces années… Toutes ces années pour rien… Toutes ces années à peine bonnes à jeter… J’adorais ce que je faisais… J’adorais ce que je faisais. Mais, enfin…

39« Mais, enfin… ». La reconversion professionnelle dans le domaine des soins aux enfants représente un prolongement dans la sphère du marché du principe qui préside à l’arrangement de la sphère domestique, c’est-à-dire que ce sont les femmes qui assurent les soins aux enfants et qu’il est donc normal que cette option soit toujours à considérer comme une sortie possible du chômage (Bachmann et al., 2003 ; Macedo et Santos, 2009). Le fait que cette option apparaisse comme logique, naturelle même, rend bien compte, d’une part, de la place que les femmes, certaines plus que d’autres, continuent à occuper dans la société portugaise et, d’autre part, que la contraction des horizons opère non seulement par le biais de l’âge, des habilitations ou des qualifications, mais aussi, et on l’oublie parfois, par le biais du sexe.

En guise de conclusion

40Les gens vulnérables n’ont, effectivement, rien d’exceptionnel (Paperman, 2006). Certaines personnes, cependant, sont plus vulnérables aux aléas, aux accidents de parcours, aux trahisons du milieu. Leurs vies, comme leurs bonheurs, plus fragiles.

  • 15 À l’origine de cette révolution se trouvent trois facteurs : premièrement, les nouvelles modalités (...)

41Ce que l’étude empirique menée auprès des chômeurs-euses de l’Estaco montre clairement c’est, d’une part, comment histoire industrielle locale et histoires de vies peuvent s’entrelacer créant des îlots de stabilité et de sécurité qu’il devient de plus en plus difficile d’abandonner. Ou de perdre. Détacher alors les expériences du chômage des parcours de vie et des contextes dans lesquels ces expériences se déroulent ne peut que renforcer la tendance, aujourd’hui très prononcée, à faire basculer la balance de la responsabilité des causes sociales du chômage vers les causes individuelles (Ortega et Pascual, 2006).15 En ce sens, la tyrannie des mots, l’excès d’une visibilité particulière peut être tout aussi oppressive que la tyrannie du silence, l’excès d’une invisibilité particulière.

42Les vécus du chômage pour les femmes ne peuvent être dissociés des contextes sociaux dans lesquelles celle-ci sont femmes. Pour comprendre les expériences féminines du chômage, on ne peut prendre les avantages que les femmes peuvent mobiliser et les désavantages que les femmes ont à affronter comme universels. D’où le besoin de multiplier les analyses qualitatives du chômage en prenant soin de ne pas associer les expériences du chômage à un profil unique de « chômeuse » ou de « chômeur ». En effet, il est important de noter que, pour les hommes, la petite agriculture de subsistance et la construction civile, les travaux, un temps d’à-côté (Weber, 2009), devenu à part-entière, reproduisent les effets homologues des destins tracés et de la contraction des horizons. En guise de résultats définitifs, cet article propose, avant tout, des pistes pour l’analyse différenciée des expériences féminines et masculines du chômage — un champ qui reste très peu exploré — et s’inscrit dans la lignée des analyses qui ne considèrent pas le chômage comme un état, une condition statique susceptible d’annuler les différences entre chômeurs et entre chômeuses, d’égaliser les déstructurations des espaces-temps aussi bien que les pertes de légitimité (Schwartz, 1990 ; Pochic, 2000) et de gommer l’hétérogénéité des vécus du chômage.

43En ce sens, être femme peut constituer une ressource pour faire face à l’épreuve du chômage, mais peut également être, principalement en cas d’accumulation de désavantages, une source de contraintes. C’est parce qu’elles sont femmes que les chômeuses de l’Estaco pourront trouver dans la sphère privée la possibilité de résister aux effets déstructurant et stigmatisant du chômage. C’est parce qu’elles sont femmes que les chômeuses de l’Estaco pourront trouver dans les soins aux proches une façon de se réconcilier avec le temps du chômage. Toutefois cela n’empêche pas que le chômage soit vécu de façon aussi douloureuse pour elles que pour les hommes. Toutes partagent, en effet, un même sentiment : l’envie de retourner à l’usine. Un retour impossible qui signifie, en fait, retrouver leur autonomie et la liberté que procure l’emploi.

44Ce qui dérange chez Teresa et Andreia, c’est la façon dont les destins tracés et la contraction des horizons s’imposent comme allant de soi. En écoutant Teresa et Andreia on comprend mieux le sentier qui sillonnait en dessous de celui qu’elles parcouraient. On comprend mieux les raisons sous-jacentes à l’absence de projet ou, au contraire, à l’acceptation pragmatique d’un projet assigné plus que choisi. On comprend mieux, également, qu’il faut continuer de poser les conditions qui rendent visibles et dicibles la pluralité d’expériences du chômage : pour qu’il y ait une reconnaissance des multiples vulnérabilités ouvertes par la perte d’emploi sans que ne s’affirme un profil unique de chômeurs-euses, en premier lieu. Mais aussi pour qu’éclate définitivement l’idée du chômage comme une condition sociale objective qui annule les situations subjectives de ceux et celles qui ont à l’affronter.

45Pour les chômeurs-euses, surtout pour celles jugées « trop vieux-vieilles », « inemployables » et « inadaptables », l’enjeu est de réécrire leurs biographies sur des bases nouvelles, souvent fragiles, de se réinventer en faisant table rase d’un passé, qui fait souvent défaut plus qu’il n’aide, de devenir un ou une autre pour refaire sa vie. Face à un chômage galopant, au Portugal comme dans le reste de l’Europe, plus que jamais chômeurs et chômeuses ont besoin de reconnaissance, d’exister à travers des logiques alternatives pour pouvoir résister aux invisibilités qui leurs sont imposées.

Alves Joana, Vidas de Cuidado(s). Uma análise sociológica do papel dos cuidadores informais, Coimbra, Tese de Mestrado em Sociologia apresentada à Faculdade de Economia da Universidade de Coimbra, 2011.

APPAY Béatrice « Précarisation sociale et restructurations productives », in APPAY Béatrice et THÉBAUD-MONY Annie (ed.), Précarisation sociale, travail et santé, Paris, Iresco, 1997, 509-559.

Araújo Pedro, A Tirania do Presente. Do trabalho para a vida às incertezas do desemprego, Coimbra, Quarteto, 2008.

Araújo Pedro, « Quand l’usine ferme. Des chômeurs âgés et de l’État social comme ultime rempart », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 09 mai 2012. URL : http://sociologies.revues.org/​3935, 2012.

Bachmann Laurence ; Benelli, Natalie et Roca i Escoda Marta, « Les exclues du chômage », in GIugni Marco et Hunyadi Mark (dir.), Sphères d’exclusion, Paris, L’Harmattan, 2003, 125-158.

Benarrosh Yolande, « Le travail : norme et signification », Centre d’Études de l’Emploi et Centre d’Études, Document de Travail, 4, 2000.

Benarrosh Yolande, « Le travail vu du chômage. Une comparaison homme/femmes », Centre d’Études de l’Emploi, Document de Travail, 62, 2006.

Bourdieu Pierre, « Comprendre », in Bourdieu Pierre (dir.), La misère du monde, Paris, Seuil, 1993a, 1389-1447.

Bourdieu Pierre, « Post-scriptum », in Bourdieu Pierre (dir.), La misère du monde, Paris, Seuil, 1993b, 1449-1454.

Butler Judith, Precarious Life. The powers of mourning and violence, London-New York, Verso, 2004.

Centeno Luís (2001), Os Trabalhadores de Meia Idade Face às Reestruturações e Políticas de Gestão de Recursos Humanos, Lisboa, Observatório do Emprego e Formação Profissional.

Coelho Lina (2010), Mulheres, família e desigualdade em Portugal, Coimbra, Dissertação de Doutoramento apresentada à Faculdade de Economia da Universidade de Coimbra.

Demazière Didier, La sociologie du chômage, Paris, La Découverte, 1995.

DEMAZIÈRE Didier, « Les logiques de recherche d’emploi, entre activités professionnelles et activités domestiques », Cahier du Genre, 26, 1999, 35-57.

Demazière Didier, « ‘Chômeurs âgés’ et chômeurs ‘trop vieux’, articulation des catégories gestionnaires et interprétatives », Sociétés Contemporaines, 48, 2002, 109-130.

Ferreira Virgínia (org.), A igualdade de mulheres e homens no trabalho e no emprego em Portugal : políticas e circunstâncias, Lisboa, Comissão para a Igualdade no Trabalho e Emprego, 2010.

FRASER Nancy, Qu’est-ce que la justice sociale ? Reconnaissance et redistribution, Paris, La Découverte, 2011.

Gallie Duncan et Paugam Serge (eds.), Welfare regimes and the experience of unemployment in Europe, Oxford, Oxford University Press, 2000.

Gallie Duncan et Paugam Serge, « The experience of unemployment in Europe: The debate », in Gallie Duncan et Paugam Serge (eds.), Welfare Regimes and the Experience of Unemployment in Europe, Oxford, Oxford University Press, 2000a, 1-22.

Gallie Duncan et Paugam Serge, « The social regulation of unemployment », in Gallie Duncan et Paugam Serge (eds.), Welfare Regimes and the Experience of Unemployment in Europe, Oxford, Oxford University Press, 2000b, 351-374.

Giroux Henry, « Katrina and the politics of disposability », In These Times, September 14, 2006

Hespanha Pedro et Portugal Sílvia, A transformação da família e a regressão da sociedade-providência, Porto, Comissão de Coordenação da Região Norte, 2002.

Kergoat Danièle, « La division du travail entre les sexes », in Kergoat Danièle et al. (orgs.), Le Monde du travail, Paris, La Découverte, 1998, 319-327.

KOVÁCS Ilona (2005), « Formas flexíveis de emprego em Portugal : riscos e oportunidades », Sociedade e Trabalho, 23/24, 2005, 47-66.

Lazarsfeld Paul ; Jahoda Marie et Zeisel Hans, Les chômeurs de Marienthal, Paris, Les Éditions de Minuit, 1981 (1932).

Linhart Danièle, Perte d’emploi, perte de soi, Paris, Éditions Érès, 2003.

Loison Laurence, L’expérience vécue du chômage au Portugal, Paris, L’Harmattan, 2006.

Macedo Eunice et Santos Sofia, « Apenas mulheres ? Situação das mulheres no mercado de trabalho em quatro países europeus », Ex æquo, 19, 2009, 129-155.

Maruani Margaret « L’emploi féminin à l’ombre du chômage », Actes de la recherche en sciences sociales, 115(2), 1996, 48-57.

Mauriac François, Thérèse Desqueyroux, Paris, Bernard Grasset, 1927.

McVittie Chris, « Passive and active non-Employment: Age, employment and the identities of older non-working people », Journal of Aging Studies, 22(3), 2008, 248-255.

Montlibert Christian de, La violence du chômage, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2001.

Ortega Antonio Santos et Pascual Amparo Serrano, « El giro copernicano del desempleo actual », Cuadernos de Relaciones Laborales, 24(2), 2006, 1-19.

Paperman Patricia, « Les gens vulnérables n’ont rien d’exceptionnel », in Paperman Patricia et Laugier Sandra (eds.), Le souci des autres. Éthique et politique du care, Paris, Édition de l’EHESS, 2006, 281-297.

POCHIC Sophie « Comment retrouver sa place ? Les pères cadres à l’épreuve du chômage », Travail, genre et société, 3, 2000, 87-108.

POCHIC Sophie, « La menace du déclassement. Réflexions sur la construction et l’évolution des projets professionnels de cadres au chômage », La Revue de l’IRES, 35(1), 2001, 61-88.

Pollak Michael et HeiniCH Nathalie, « Le témoignage », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 62-63, 1986, 3-29.

Portugal Sílvia, Novas famílias, modos antigos. As redes sociais na produção de bem-estar, Coimbra, Dissertação de Doutoramento da Faculdade de Economia da Universidade de Coimbra, 2006.

Reis José, « Portugal : a heterogeneidade de uma economia semiperiférica », in Santos Boaventura Sousa (dir), Portugal : um retrato singular, Porto, Afrontamento, 1993, 133-161.

ROSA, Maria Teresa Serôdio et al., O Desemprego numa Zona Crítica de Portugal. O caso de Azambuja : Realidades e perspectivas de transformação. Lisboa, Fundação Calouste Gulbenkian, 2001.

ROUPNEL-FUENTES Manuella, Une rupture totale. Le licenciement massif des salaries de Moulinex, Thèse de doctorat en sociologie présentée à l’École des Hautes Études en Sciences Sociale, 2007.

Santos Boaventura Sousa, « O Estado, as relações e o bem-estar na semiperiferia : o caso português », in Santos Boaventura Sousa (dir). Portugal. Um retrato singular, Porto, Afrontamento, 1993, 15-56.

Santos Boaventura Sousa, « Para uma sociologia das ausências e uma sociologia das emergências », Revista Crítica de Ciências Sociais, 63, 2002, 237-280.

Santos Boaventura Sousa, Portugal. Ensaio contra a autoflagelação. Coimbra, Almedina, 2011.

Schnapper Dominique, L’épreuve du chômage, Paris, Gallimard, 1994.

Wall Karin (dir.), Famílias em Portugal : percursos, interacções, redes sociais, Lisboa, Imprensa de Ciências Sociais, 2005.

Wall Karin et Amâncio Lígia (org.), Família e género em Portugal e na Europa, Lisboa, Imprensa de Ciências Sociais, 2007.

WEBER Florence, Le travail à-côté. Une ethnographie des perceptions, Paris, Éditions de l’EHESS, 2009 (1989).

Woolf Virginia, A room of one’s own, London, Penguin Books, 2004 (1929).

Haut de page

Notes

1 Je tiens à remercier Christel Pujol et José Manuel Mendes pour la lecture attentive de cet article. Je remercie également les lecteurs-trices anonymes de Genre, Sexualité & Société pour leur travail méticuleux et commentaires judicieux sur une version antérieure de ce texte.

2 La plupart des analyses reposent, d’une part, sur la relation entre chômage et pauvreté (ou diverses formes d’exclusion) et, d’autre part, sur la relation entre mécanismes de protection du chômage et prolongement de la durée de chômage. Cf. Rosa (2001) ; Loison (2006).

3 Nous pensons surtout à l’assignation des femmes au travail domestique et aux activités de service (Ferreira, 2010 ; Coelho, 2010). À exemple des licenciées de Moulinex analysées par Manuella Roupnel-Fuentes (2007), pour les ex-ouvrières de l’Estaco, les inégalités de sexe, de qualification, de génération et de position professionnelle se reproduisent également à l’extérieur de l’usine.

4 L’option de limiter l’analyse au cas de deux chômeuses — Teresa et Andreia — est due au fait de leurs biographies emblématiques des destins tracés et de la contraction des horizons en tant que mécanismes sociaux qui conditionnent aussi bien leurs vécus du chômage que leurs démarches de recherche d’emploi. On ne soulignera jamais assez l’hétérogénéité empirique des expériences du chômage. Un constat valable aussi bien pour les chômeurs que pour les chômeuses, tous deux transportant dans leurs expériences leurs différences sociales, parcours de vies, contextes sociaux, conditions de vies, etc.

5 Cette question renvoie au problème du « piège du chômage » (Kovács, 2005) qui porte sur les conditions de retour au marché du travail, notamment, comme c’est le cas pour les chômeurs-euses de l’Estaco, quand la perte d’emploi surgit à un moment clef des parcours de vie et professionnels. L’analyse du piège du chômage demande une méthodologie longitudinale que nous n’avons pas réalisée dans le cadre de notre recherche. Néanmoins, il nous paraît important de le mentionner, car l’analyse empirique révèle que les modalités d’emploi précaire apparaissent comme les modalités d’emploi possibles dans les attentes des chômeurs-euses de l’Estaco vis-à-vis de leurs futurs professionnels. Hors rapport salarial fordiste, ceux-ci et celles-ci considèrent que la précarité prendra, à présent, le pas sur la stabilité et qu’il ne leur reste plus qu’à vivre sur le pont, alternant entre emploi précaire et assistance chômage, pour parvenir à atteindre l’idéal de la retraite.

6 Source de discrimination et obstacle individuellement et institutionnellement reconnu pour l’élaboration de projet dans les transitions professionnelles et pour l’accès effectif au marché de travail (Centeno, 2001 ; Pochic, 2001 ; Demazière, 2002 ; McVittie, 2008), l’âge apparaît également comme fondamental pour inverser le stigmate du chômage. L’âge, en effet, restreint les opportunités, ce qui exonère de responsabilité chômeurs et dispositifs d’aide publique et frappe leur relation du sceau de la résignation réciproque.

7 Au Portugal, le concept de société-providence a été défini par B. S. Santos (1993, 46) comme « les réseaux d’interconnaissances, d’aide mutuelle, basés sur des liens de parenté et de voisinage à travers lesquels les petits groupes locaux échangent des biens et services d’une façon non marchande et cela dans une logique de réciprocité qui s’approche de la notion de don analysée par Marcel Mauss ».

8 Pour une excellente analyse du care au Portugal et de ses implications pour les prestateurs, et surtout les prestatrices, de soin, Cf. Alves, 2011. Les problèmes majeurs identifiés se trouvent, entre autres, au niveau de l’invisibilité et du manque de reconnaissance privée (au sein de la famille) et sociale (travail non rémunéré) du travail des prestratrices de soins, faisant apparaître cette activité comme quelque chose qui va de soi pour une femme et, principalement, pour une femme au chômage. Ces résultats sont alors discutés à la lumière de la pensée de Nancy Fraser sur la justice sociale et l’espace public (Fraser, 2011, pour l’édition francophone).

9 Lors de l’entretien Teresa était âgée de 49 ans et mariée à un ex-ouvrier de l’Estaco qui a réussi à retrouver un emploi. Ensemble, ils ont eu une fille, alors indépendante, c’est-à-dire mariée, employée et habitant dans sa propre maison. Le parcours scolaire de Teresa s’interrompt à la fin de l’école primaire. L’entretien s’est déroulée chez Teresa sous la présence de sa petite-fille, alors âgée de trois ans, avec beaucoup d’interruptions.

10 C’est-à-dire célibataires, étudiantes et partageant la même habitation que leurs parents.

11 Pour P. Bourdieu (1993b, 1453) : « Porter à la conscience les mécanismes qui rendent la vie douloureuse, voire invivable, ce n’est pas les neutraliser […]. Mais, pour si sceptique que l’on puisse être sur l’efficacité sociale du message sociologique, on ne peut tenir pour nul l’effet qu’il peut exercer en permettant à ceux qui souffrent de découvrir la possibilité d’imputer leur souffrance à des causes sociales et de se sentir disculpés ; et en faisant connaître largement l’origine sociale, collectivement occultée, du malheur sous toutes ses formes, y compris les plus intimes et les plus secrètes. »

12 Au cours de l’entretien nous aborderons la possibilité de pouvoir changer de ville pour retrouver un emploi. La réponse de Andreia est claire : seulement pour « quelque chose de grand et de sûr ». Ce qu’il faut comprendre c’est que son mari, mécanicien, possède un garage, que ces filles fréquentent l’école et que leurs maisons a été bâtie sur un terrain qu’ils ont hérité. Pour Andreia, il s’avère plus « raisonnable » de changer de vie que de changer de ville.

13 Les Programmes occupationnels ont pour objectif l’insertion des chômeurs-euses par des activités socialement utiles, développées par les collectivités de droit public et de droit privé, sans but lucratif (institution de solidarité sociale, mairies, écoles, services publics, etc.), évitant ainsi leur retrait prolongé du marché du travail pour augmenter les chances de réinsertion.

14 Le mari d’Andreia, nous l’avons dit, est mécanicien et possède son propre garage. Suite à la perte d’emploi de Teresa, celui-ci prolongea ses horaires ce qui impliqua un plus grand investissement d’Andreia dans la prise en charge des enfants et donc plus de limitations dans l’accès à l’emploi. Cependant, Andreia insiste sur le fait que, du point de vue affectif, le chômage ne s’est pas présenté comme un problème et que la relation avec son mari n’a pas souffert du fait qu’elle soit au chômage.

15 À l’origine de cette révolution se trouvent trois facteurs : premièrement, les nouvelles modalités de régulation du travail articulées autour de la flexibilité ; deuxièmement, le triomphe des explications néolibérales, qui se sont étendues au champ des politiques sociales, ayant comme résultat un basculement des interprétations sur les causes du chômage vers les individus et une gestion du chômage par l’activation ; c’est-à-dire, troisième facteur, les nouvelles orientations dans le traitement du chômage (Ortega et Pascual, 2006).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pedro Araujo, « Destins tracés et contraction des horizons : être chômeuse au Portugal », Genre, sexualité & société [En ligne], 10 | Automne 2013, mis en ligne le 27 janvier 2014, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://gss.revues.org/2992 ; DOI : 10.4000/gss.2992

Haut de page

Auteur

Pedro Araujo

Chercheur
Centre d’Études Sociales de l’Université de Coimbra

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org