Navigation – Plan du site
Dossier

Paris, capitale de la déviance ecclésiastique au siècle des Lumières

Paris, capital of ecclesiastical deviance during the 18th century
Myriam Deniel-Ternant

Résumés

Au xviiie siècle, Paris est au cœur de toutes les attentions. Microcosme, elle accueille les trois ordres de la société dont le clergé qui a fonction d’exemplarité. Les sources policières révèlent pourtant une incontinence sexuelle manifeste, dont l’aiguillon semble précisément tenir à la nature même de la ville. Paris fait l’objet d’un quadrillage policier extrêmement dense, permettant de passer au crible l’intimité de ses habitants ou de ses visiteurs. Les ecclésiastiques font bientôt l’objet d’une véritable « chasse aux prêtres », décrite comme telle par les contemporains. Cette vague de surveillances et d’arrestations serait propre à la capitale. Le corpus qui en découle permet de mesurer l’attractivité de la ville et de certains de ses quartiers, à travers l’origine géographique des clercs et les lieux de prostitution. Cette étude semble dégager une vision de Paris non pas exemplaire, mais spécifique, tant par la tentation qu’elle suscite, que par les moyens d’actions mis en œuvre pour y faire face.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

« Dans une ville dont la population se compose d’hommes de tous pays, où les événements se succèdent à chaque instant, où les passions ne se reposent jamais et où il existe nécessairement parmi ses habitants une différence d’habitudes et de manières de vivre, il est impossible de maintenir et en tous temps une même, une égale et une exacte discipline de mœurs. » J. C. P. Lenoir, 1790 (Milliot, 2011, 495)

1Au xviiie siècle, Paris est au cœur de toutes les attentions. Capitale, elle est étymologiquement la tête du royaume, son expression, sa vitrine. À ce titre, elle se doit d’être irréprochable. Or, sa réputation, relayée par les témoignages du temps, de Mercier à Hardy, en fait la ville de tous les vices. Microcosme, elle accueille les trois ordres de la société et parmi eux, le premier, le clergé, qui a fonction d’exemplarité. Sa présence symbolique et numérique est considérable, de façon permanente, lorsque ses membres y possèdent une cure, ou de façon provisoire, lorsque leur situation cléricale ou privée les y amène pour une durée variable. Or, les sources policières et judiciaires révèlent une incontinence sexuelle manifeste, dont l’aiguillon semble précisément tenir à la nature même de Paris.

  • 1 Pour la prostitution, en sources manuscrites : B. Arsenal. Ms. 10 246, 10 261, 10 262, 10 263, 10 2 (...)
  • 2 Pour la sodomie, en sources manuscrites : B. Arsenal, Ms. 10 254, 10 255, 10 256, 10 257, 10 258, 1 (...)

2À partir d’un corpus de sources établi aux archives de la Bastille, conservées à la bibliothèque de l’Arsenal, et s’appuyant sur plus de 800 procès verbaux d’arrestation d’ecclésiastiques pris en flagrant délit chez les filles publiques1, de sources annexes telles que des procès verbaux d’arrestations de sodomites2, des rapports de surveillance et traités de police, nous établirons les liens étroits qui dessinent le triangle du clergé, du sexe, de Paris en montrant que la spécificité de cette sexualité transgressive semble précisément tenir à la nature même de la capitale.

Une intimité parisienne passée au crible de la police

3La capitale française, dès la fin du Moyen Âge représente une exception. Elle est « la seule ville à disposer d’une force spécialisée de police sous la houlette du Prévôt royal et du Châtelet » (Milliot, 2007, 162-177). Si l’on en croit les traités de police du xviiie siècle et certains témoignages contemporains, la police parisienne est omniprésente, omnisciente et sous certaines plumes, se rapproche également de l’omnipotence arbitraire et inquisitoriale. L’activité policière se déploie dans la capitale de façon tentaculaire, ayant pour volonté de tout savoir, de tout voir, de tout entendre, dans une perspective de contrôle accru de la population et de centralisation monarchique. Ses champs d’investigation s’étendent jusque dans l’intimité la plus reculée, celle de la sexualité, et dans les recoins les plus sombres de la déviance, celle des ecclésiastiques.

4Le contrôle de la capitale et de ses mœurs passe par l’instauration d’une construction policière pyramidale, dont le sommet est incarné à partir de 1667 par le lieutenant général de police. Ce dernier symbolise le relais de l’autorité royale dans les rues de Paris. Les relations entre le magistrat et le roi se manifestent sous la forme de rapports écrits, mais également d’entrevues hebdomadaires puisque le premier est tenu de se rendre tous les jeudis auprès du souverain pour l’instruire de ce qui se passe à Paris. L’année de l’exécution de Louis XVI, le polygraphe et polémique Pierre Manuel, à l’origine de la publication d’une partie des rapports de surveillance de police, avance une explication quelque peu partisane de ces entrevues :

« Lorsque le libertin Sartine poursuivoit les citoyens jusques sous leurs toits tutélaires, qu’il épioit même les secrets honteux de leurs nuits, ce n’étoit que pour égayer un roi, plus libertin encore, de toutes les nudités du vice ; c’étoit pour fournir à son maître des exemples et des excuses. » (Manuel, 1793, 86)

  • 3 Voir MILLIOT Vincent, « Saisir l’espace urbain : mobilité des commissaires et contrôle des quartier (...)

5Paris est alors scindée en vingt quartiers, à la tête desquels se trouvent deux à trois commissaires selon le nombre ou l’inconduite de ses habitants. Ainsi, les alentours du Palais-Royal font l’objet d’une surveillance renforcée du fait du risque élevé de déviance qu’ils comportent3. Outre la maîtrise d’une aire géographique, chaque commissaire se voit adjoindre une spécialité thématique, qui l’amène à se déplacer au-delà des quartiers qui lui est attribué.

6Les commissaires sont aidés dans leur tâche par un troisième maillon policier, celui des inspecteurs. Comme leurs supérieurs hiérarchiques, leurs tâches sont duelles, caractérisées à la fois par une spécialisation géographique et une spécialisation thématique.

7Dans cette perspective, les pratiques homosexuelles dans l’espace public font l’objet d’un suivi étroit. Avec la réorganisation en neuf services de police sous Berryer (1749-1757), l’exécution de l’ordre du roi contre les sodomites est confiée à l’inspecteur Framboisier. Sa tâche est par la suite occupée par l’inspecteur Desurbois, accompagné du commissaire Convers-Desormeaux, tous deux se livrant à des « patrouilles de pédérastie » « sur les boulevards du Nord depuis la porte Saint-Antoine jusqu’à celle du Temple, dans les rues, terrains et culs-de-sac adjacents où s’assemblent les pédérastes et les gens adonnés à ce vice » (Benabou, 1987, 180). Les quais, quant à eux, ainsi que les ports, ne dépendent pas du Lieutenant Général de Police mais du Bureau de la Ville, tandis que les jardins, comme les Tuileries, dépendent de la Prévôté de l’Hôtel.

8Deux autres inspecteurs se distinguent particulièrement sous Louis XV par leur activité prolifique, tout comme par leur domaine d’exercice : Meusnier et Marais ont imposé successivement leur empreinte à la police de mœurs et précisément au domaine de la prostitution. L’inspecteur des « femmes du monde » est ainsi « le souverain absolu de cette portion malheureuse & dégradée de l’espèce humaine » (Journal…, 1863, XI).

9Le premier de ces deux inspecteurs est chargé par Berryer de la surveillance des filles après avoir été employé, pendant six ans, aux vivres et commis aux aides. Il rédige pour le Lieutenant général un journal galant qu’il lui adresse, multipliant les anecdotes, mises à jour et annotations. En 1757, les sources perdent sa trace.

  • 4 Journal des inspecteurs de Sartine. 1761-1764, Paris, 1863.

10Le deuxième est l’ancien adjoint de Meusnier, prénommé Marais. Avec fougue, il semble être à l’origine d’une partie notable des rapports du Journal de Sartine4. Son influence diminue à partir des années 1770, ses rapports s’espacent et disparaissent à partir de 1777, trois ans avant sa mort. Mais le fait d’être rompu aux rouages de son secteur professionnel entraîne un revers moins édifiant : un risque de corruption, de prévarication, de collusion. La bonne réputation de Marais auprès de ses supérieurs et plus proches de nous, des historiens pour qui il constitue une mine d’informations détaillées et imagées, n’a d’égale que sa mauvaise réputation auprès de ses contemporains.

  • 5 Compagnie sous les ordres du lieutenant criminel du Châtelet de Paris.

11En plus du lieutenant général, des commissaires et inspecteurs, on observe également une forme de spécialisation des exempts de robe courte5 à travers l’exemple de Simonnet et Haymier, affectés à la filature et à l’arrestation des homosexuels. Le premier a fait partie pendant quatre décennies, jusqu’en 1740, des services de police. Sa probité n’est guère exemplaire et il a d’ailleurs fait l’objet d’une arrestation et d’un emprisonnement en 1720 pour concussion, avant d’être relâché deux mois plus tard grâce à l’intervention de son ancien supérieur hiérarchique devenu garde des Sceaux, d’Argenson. L’opinion publique leur est très hostile.

  • 6 Voir TURCOT Laurent, « Policer la promenade : les Champs Elysées au XVIIIe siècle », in DOLAN Clair (...)

12Lorsque la police se heurte à des enclaves ne relevant pas de son ressort, comme le domaine de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, certains faubourgs ou les promenades publiques, on use de moyens détournés pour maintenir le contrôle effectif de la situation. Les Champs Elysées se voient ainsi allouer en 1777 et pendant 14 ans, les services d’un garde suisse, Ferdinand Federici, âgé de 45 ans au début de son exercice. Sa charge relève autant de la surveillance que de l’enregistrement de ses observations. Dans ses 417 rapports conservés6, Federici et son chien arpentent l’espace champêtre, les allées, les taillis et bosquets pour y débusquer l’indécence de ses occupants. Le lieu est aux marges de la ville mais empreint de la délinquance urbaine qui rejaillit sur lui.

13Les environs de Paris ne sont donc pas oubliés et sont également gardés par la Compagnie du prévôt général d’Ile-de-France, scindée en huit brigades de 4 à 6 hommes chacune, effectuant incessamment des rondes. Il existe donc une forte interaction entre les services de police et les juridictions parallèles.

14Mais pour que ce contrôle de la ville soit encore plus étendu, la police a recours à une foule bigarrée d’observateurs que l’on peut qualifier d’espions, ou selon l’expression la plus couramment employée au xviiie siècle, de mouches. Cet usage est parfaitement répandu, reconnu, officiel, puisqu’un traitement leur est réservé, variable selon leur qualité. Leur nombre est évalué à 3 000 au milieu du siècle, auxquelles il faut ajouter les observateurs impromptus, les dénonciateurs encouragés dans leur action par une récompense financière. Les procès verbaux d’arrestation des ecclésiastiques pris en flagrant délit chez les filles publiques de Paris témoignent de la volonté de toucher quelque pécule en échange de l’avertissement donné à la police. Paradoxalement, il arrive ainsi qu’une mouche, dont la caractéristique principale réside dans sa discrétion, soit à l’origine de scandales. Le 22 juillet 1756, Jean-Louis Gaston, 33 ans, prêtre du diocèse de Rhodes est retrouvé rue de la Harpe, chez la nommée Catherine Rosoy dite la Villette, en compagnie de la jeune Madeleine Roger, dite Mondor, âgée de 19 ans. Or, en arrivant sur les lieux, le commissaire Thiot et l’inspecteur Meusnier trouvent devant la maison « une quantité de populace très grande ». Le prêtre en donne l’explication à l’inspecteur, qui rédige son rapport :

« Après s’être amusé avec elle, et l’avoir fait déshabiller nue, y compris la chemise, sans néanmoins avoir eu habitation charnelle avec la fille, il a voulu se retirer ; mais un particulier, à lui inconnu, s’est opposé à sa sortie, raison pour laquelle il a fait résistance et crié au voleur et à l’assassin, ce qui auroit amassé la populace et engagé le guet qui passoit, à rester au-devant de la dite maison jusqu’au moment de mon arrivée […]. » (La Chasteté…, 1790, 37-42)

15L’auteur anonyme du recueil s’octroie un commentaire à la suite des rapports du commissaire et de l’inspecteur de police. Il conforte l’idée d’une mouche qui aurait craint de voir s’envoler les fruits de sa dénonciation en laissant partir l’ecclésiastique, plus rapide qu’il ne l’avait prévu dans sa consommation sexuelle :

« Il paroît que les espions rôdoient autour de la maison, en attendant l’arrivée de l’inspecteur et du commissaire, que messire Jean-Louis Gaston, qui avoit achevé son affaire, voulut se retirer, mais que les mouchards, qui ne vouloient pas perdre le fruit de leurs peines, l’arrêtèrent à la porte, et que c’est ce qui attroupa le peuple. » (La Chasteté…, 1790, 37-42)

16La foule de ces observateurs est donc considérable et dépasse amplement le chiffre officiel des espions enregistrés. La mouche est omniprésente et toute personne peut s’improviser auxiliaire de la police si elle cherche à obtenir la clémence du lieutenant général pour elle-même ou pour un membre de sa famille. Ce statut peut parfois être contraint, surtout lorsque l’individu est lui-même à l’origine d’une activité réprouvée par le pouvoir et la société : c’est le cas du milieu de la prostitution. Cette activité est vue comme un mal nécessaire, inexpugnable, jugé comme formant un garde-fou à de plus grands désordres dont la religion ou l’État pourraient être les premières victimes. Devant composer avec l’existence de ce monde des marges, le pouvoir admet sans détour la réalité d’une collusion entre la prostitution et la police :

« Dans l’indispensable nécessité de souffrir la débauche des femmes publiques à Paris, la police a cherché du moins à en tirer tous les avantages qu’il était possible de s’en procurer en faveur du bien public. Elles sont obligées en conséquence de faire une attention particulière aux hommes qui circulent chez elles, de recueillir les discours qu’ils peuvent tenir contre le gouvernement, les complots et les projets qu’ils peuvent avoir au préjudice de la sûreté et de la tranquillité publique […]. Pour peu qu’il soit reconnu qu’elles aient manqué à ces devoirs qui leur sont très étroitement imposés, elles sont arrêtées et punies par une détention plus ou moins longue dans une maison de force. Elles sont d’ailleurs gratifiées lorsqu’elles ont donné quelque avis utile. » (Lemaire, 1794, 92-93)

17Le sexe tarifé est une monnaie d’échange, un moyen de pression envers les filles du monde, désireuses de conserver leur gagne-pain, et envers leurs clients soucieux de préserver à tout prix leur réputation et leur honneur.

18Les services policiers et leurs corollaires semblent donc particulièrement organisés, malgré des abus manifestes, et tout semble mis en œuvre pour faciliter la connaissance intime de la capitale et des agissements de ses habitants, y compris de ceux qui sont censés incarner la probité morale. Rien de ce qui se passe dans la capitale ne doit échapper à l’œil et à l’oreille du pouvoir. Cette extrême vigilance rend compte de l’attention dont Paris fait l’objet, précisément du fait des dangers que la ville recèle. Personne n’est donc assuré de garder le secret sur ses propres turpitudes. Les ecclésiastiques n’échappent pas à la règle.

La sexualité des parangons de vertu

19Habitant la capitale, s’y rendant pour une durée plus ou moins longue, les clercs font partie intégrante de cette population sous surveillance. A ce titre, ils sont épiés, leurs agissements immortalisés lorsqu’ils contreviennent à l’ordre établi. Ils constituent une cible parmi d’autres, une clientèle à observer, à écouter, à suivre, dont les activités sont dignes autant que celles des laïcs, d’être rapportées auprès des autorités compétentes, laïques ou religieuses.

  • 7 B. Arsenal, Ms. 10 140.

20L’examen des rapports de police de l’inspecteur des Halles7, échelonnés entre 1738 et 1754, permet ainsi de relever l’arrestation de 35 ecclésiastiques dont 3 pour des infractions de nature sexuelle. Sur un total de 2925, le clergé ne représente donc que 1,1% du contingent d’arrestation de Poussot. Il n’est pas une cible de choix dans l’exercice de ses fonctions policières. Rien dans sa présentation, dans son enregistrement ne plaide en faveur d’un traitement qui lui serait particulier. Il semble appréhendé de la même manière que le tout venant.

21Il faut néanmoins introduire une nuance, signe que dans certaines circonstances ou selon certains individus, le sceau du secret doit prévaloir, sous la plume du garde Federici qui surveille les Champs Elysées. Sur les 1045 arrestations, 104 sont assimilables à des faits de prostitution, et donc à des infractions sexuelles. Le clergé s’y trouve contenu et représenté mais ne semble pas, au premier abord, attirer davantage l’attention qu’un quelconque laïc. Pourtant, le vendredi 14 juin 1782, un ecclésiastique dont le nom est rayé dans les archives, rendant impossible sa lisibilité, « est surpris indécemment avec un jeune homme qui s’est sauvé » (Turcot, 2005, 137-156). Si le clergé fait l’objet d’une surveillance au même titre que tout individu se trouvant dans l’enceinte des Champs Elysées, l’enregistrement de son acte criminel, lorsqu’il s’agit de pédérastie, diffère de celui d’un laïc.

22Cet anonymat ecclésiastique se retrouve tout au long des rapports de Federici. On ignore s’il est le résultat de consignes ou d’une réserve personnelle à l’égard de cette population. Le garde est donc le reflet d’un paradoxe : il surprend, arrête, relâche éventuellement l’incriminé, mais ne formule pas son nom sur le papier, ou le biffe par la suite, réponse à un ordre venu d’en haut ou repentir de l’homme prenant le pas sur le garde.

23D’Hémery, inspecteur du commerce du livre, s’intéresse également aux clercs parmi les écrivains qu’il a la charge de surveiller. Environ 12% des individus immortalisés dans ses rapports appartiennent au premier ordre du royaume. La moralité de l’ecclésiastique observé fait l’objet d’un compte rendu, alimentant la méfiance de l’inspecteur ou légitimant par un autre biais l’action engagée contre l’individu. Robert Darnton donne plusieurs exemples de ces religieux disséqués sous la plume de d’Hémery, tels François Joachim de Pierres, abbé de Bernis :

« Bien qu’il n’ait publié que des vers légers et un traité sans consistance, Réflexions sur les Passions et les Goûts, il siège à l’Académie Française depuis l’âge de 29 ans. Issu d’une famille très distinguée et favori de Mme de Pompadour, il franchit rapidement tous les échelons de la hiérarchie de l’Église et de l’État : il obtient un chapeau de cardinal et un poste d’ambassadeur à Rome. […] Après avoir noté son âge - 38 ans -, son adresse - rue du Dauphin -, et son signalement, "belle physionomie", il souligne 6 points. [Le deuxième est le suivant :] "c’est un débauché qui a eu Mme la princesse de Rohan" […]. ». (Darnton, 1985, 136-175)

24Pêle-mêle, se mélangent, dans ces rapports, des informations factuelles liées à la vie et aux mœurs de la personne espionnée et des succédanées de critiques littéraires sur ses productions écrites, comme le montre la fiche de l’abbé Claude-François Lambert :

« NOMS : Lambert (l’abbé), prêtre, auteur, 1er décembre 1751. […] En 1746, il vivait avec la fille d’un nommé Antoine, employé dans les vivres, la faisait passer pour sa femme et logeait avec elle sous ce titre chez la veuve Bailly, en chambre garnie, sous le nom de Carré, où cette fille est accouchée d’un garçon. Ensuite, ils s’en sont allés sans payer une somme de 850 livres. La femme Bailly, ayant été instruite de sa demeure au bout de sept ans, vient de présenter au Magistrat un mémoire contre lui, ce qui a fait qu’il a pris des arrangements pour le paiement de cette somme dans l’espace de deux ans. Cette femme demeure présentement avec lui sous le titre de gouvernante et a son petit garçon avec lui. […]. » (Darnton, 1985, 136-175)

25Le clergé se rencontre surtout dans les journaux de police, multiples gazetins et rapports où est détaillé par le menu l’ensemble des dérives parisiennes.

26Le Journal des Inspecteurs de Sartine témoigne des comportements déviants de certains ecclésiastiques noyés au cœur d’un entrelacs de laïcs. Ici, l’angle de surveillance n’est pas un espace géographiquement précis, mais un type de lieu, celui des maisons des filles, des femmes et demoiselles entretenues. C’est la surveillance de ces logements qui débouche sur la connaissance du mauvais commerce clérical. Aucun nom cette fois-ci n’est tu et aucun statut n’est épargné, puisque le rédacteur mentionne les évêques de Senlis, de Lescar et d’Autun. Il s’agit principalement de relations suivies, étalées dans le temps, fondées parfois sur ce qui semble correspondre à un sentiment amoureux, ainsi que le vit l’abbé de Fitzmorisse selon le rapport du 12 juin 1762 :

« L’abbé de Fitzmorisse, demeurant au Collège de Justice, rue de la Harpe, connu pour être la plus jolie figure du monde, est en intrigue depuis plus de deux ans avec madame la marquise de Melun, dont le mari est aveugle. Et comme, dans les commencements de cette liaison, on en jasa tout haut, la marquise engagea mademoiselle de Buclerc, anglaise, son amie, demeurant place Saint Sulpice, au grand bâtiment neuf, fille très richement entretenue par M. le comte de Beaufort, de souffrir chez elle l’épanchement de ses caresses pour son cher abbé. C’est là où ils se voient régulièrement deux ou trois fois par semaine. Cet abbé coûte très gros à la marquise, qui en est folle ; elle n’est ni jeune ni jolie ; elle passe par son domestique pour être méchante. Il y a plusieurs abbés qui ont accès chez elle et qui lui font la cour, mais inutilement. Son cher Fitzmorisse l’emporte sur tous ; elle envoie journellement chez lui savoir l’état de sa santé et ses confidents n’y vont jamais les mains vides ; elle le comble de présents. » (Journal…, 1863, 141-142).

27La plupart du temps, le rapport de séduction ne se fait cependant pas dans ce sens. Dans le meilleur des cas, la femme obtient du clerc un appartement meublé, des présents exaltant sa beauté (vêtements, bijoux), voire une rente. L’ensemble doit lui permettre de vivre honnêtement et de quitter son activité passée. Certaines sont pourtant passées maitresses dans l’art de se faire entretenir, l’urgence étant d’autant plus vive avec l’âge, et le risque d’une disparition progressive des prétendants. La demoiselle d’Albigny, atteignant l’âge avancé de 35 ans dans la sphère des femmes entretenues, a su mobiliser l’intérêt et les ressources financières successives de l’abbé Mongin, de l’abbé Raymond et de l’abbé de Briac puis du sieur d’Esclaux. D’après le rapport du 28 janvier 1763, l’abbé de Briac a été particulièrement généreux, ou particulièrement sensible à ses charmes et atouts : « Elle a su [en] tirer au moins 2 000 livres de rente sans compter un mobilier fort honnête, car elle est fort parfaitement meublée, nippée et en diamants dans un appartement très élégant qu’elle occupe rue saint Honoré, au premier étage, au Café militaire. » (Journal…, 1863, 239).

28Dans de plus rares cas de récit livré par l’inspecteur, l’ecclésiastique emprunte le masque du corrupteur digne de certaines figures littéraires archétypales des romans érotiques et pornographiques de ce siècle des Lumières. Il élabore alors une entreprise de perversion au profit d’un tiers. L’étrange proximité entre la réalité et la représentation romanesque interpelle l’historien et questionne sur les circulations possibles de ces rapports de police au sein des milieux littéraires, peut-être par le truchement de multiples intermédiaires. C’est le cas du père Fabre, religieux du couvent des Grands Augustins, dont la tentative machiavélique est retranscrite le 7 août 1761 :

« Ayant appris que la veuve Boisselet avait une jolie fille, raccommodeuse de dentelles demeurant avec elle, rue Saint-Thomas-du-Louvre, [il] est parvenu à s’introduire chez elle, mercredi dernier, de la part d’une personne de leurs amis. Il a débuté par leur annoncer que le but de sa visite était de leur procurer la meilleure pratique de Paris, qu’elles n’avaient qu’à se tenir prêtes pour jeudi matin, qu’il leur donnerait une lettre pour aller chez M. le marquis de Pertuis demeurant rue Saint-Louis, au Marais (maison de madame de Joigny). En effet le père se rendit le lendemain à leur logis à sept heures du matin, dans un fiacre. Mais ayant appris par la conversation que la mère avait affaire rue Beaurepaire, il se chargea de l’y conduire et de présenter lui-même sa fille à M. le marquis de Pertuis, - ce qui fut accepté. Arrivé à la porte de la maison du marquis, il prétexte une affaire et engage la demoiselle à s’introduire seule par le moyen de sa lettre, et assure qu’il va revenir la joindre dans un instant. La demoiselle se fait annoncer en vertu de la lettre de sa révérence. Elle est très bien reçue. Le marquis la trouve charmante, lui proteste qu’il n’a jamais vu de plus beaux yeux que les siens, et se met en devoir de pousser à bout cette aventure. La jeune fille, qui n’a pour objet que d’emporter des dentelles, se défend de toutes ses forces et apostrophe le moine et le marquis de toutes les expressions que sa fureur peut lui suggérer. Le marquis, de son côté, est étonné de sa résistance et s’écrie : est-ce que le père ne vous a pas instruit que vous n’auriez mes dentelles qu’en m’accordant vos faveurs ? Lorsqu’on vient de sa part, on ne fait pas tant la vestale. Je ne lui pardonne pas de m’avoir envoyé un pareil dragon de vertu. Je lui en ferai les reproches les plus vifs… Allez, mademoiselle ! Vous pouvez sortir ; mon ouvrage est pour des personnes plus complaisantes. La demoiselle Boisselet n’a pas demandé son reste et s’est promptement retirée. Il y a lieu de craindre pour le père Fabre, que, si Brissault venait à découvrir ses menées, il ne lui cherche quelque dispute relativement à la concurrence. » (Journal…, 1863, 13)

29Ce cas est une des rares mentions trouvées d’un maquerellage exercé par un ecclésiastique. L’exclamation du marquis prouve cependant que cet épisode n’est pas isolé et que le père Fabre est coutumier du fait, puisque « lorsqu’on vient de sa part, on ne fait pas tant la vestale ». Il porte donc avec lui une réputation d’intermédiaire, de vendeur de charmes encore inaltérés. Le père Fabre sert ainsi au marquis de rabatteur habituel de jeunes filles.

30Le Journal des inspecteurs de Sartine ne fait donc pas plus de cas des ecclésiastiques que des laïcs. Les premiers, submergés par le nombre des individus mentionnés dans l’ouvrage, sont minoritaires et traités de la même manière que les autres.

31Même si le clergé est surveillé du fait de sa présence dans la capitale au même titre que le tout venant, il fait néanmoins très tôt l’objet d’une attention particulière. Dès 1709, sur la demande expresse du père Letellier, confesseur de Louis XIV, le marquis d’Argenson rédige un « rapport universel sur l’état de la cour et de Paris à cette époque » (Peuchet, 1842, 197). Jacques Peuchet, avocat parisien à l’aube de la Révolution et auteur des Mémoires tirés des archives de police, rapporte la présentation de ce document :

« Mon révérend père, serviteur passionné de votre charitable zèle, membre fervent de votre ordre illustre, je m’enorgueillis de la confiance que vous me témoignez et vais, pour vous obéir, vous retracer un fidèle tableau du monde que vous désirez connaître. Je diviserai cet exposé en quatre parties. Je comprends, sous cette dénomination : 1° La cour, 2° La ville, 3° Le clergé, 4° les sectaires, les protestans [sic] et les jansénistes » (Peuchet, 1842, 198).

32Dès le début du xviiie siècle à Paris, l’habitude policière est donc prise de prêter attention à cette population particulière qu’est le clergé, du moins dans la rédaction des rapports de police. D’Argenson résume pour Letellier les excès en tout genre dont sa fonction l’informe, en ne taisant aucune turpitude, quel que soit le statut de celui qui en est l’auteur. Le lieutenant général de Police cite ainsi indistinctement évêque, archevêque, cardinal, régulier, séculier (Peuchet, 1842, 210-216). Il ne néglige pas non plus de détailler les actes répréhensibles auxquels ils se livrent : fréquentation des lieux de prostitution, travestissement, entretien de filles, pédérastie, etc. Néanmoins, les ecclésiastiques ne font pas encore l’objet d’une surveillance dont ils seraient les cibles particulières. Seul le discours de d’Argenson fait converger les regards vers leurs débordements, car sa plume centralise une conduite ecclésiastique noyée dans une vaste masse documentaire relevant de l’observation étroite de la capitale. Cette synthèse crée l’illusion d’une vigilance spécifique à l’égard des clercs.

33Au xviiie siècle, Paris est au cœur de toutes les attentions et se doit d’être exemplaire. La lutte contre toute forme de scandale est donc un cheval de bataille sans cesse lancé par la police de la ville. Elément essentiel de la société d’Ancien Régime, le clergé vivant ou se rendant à Paris est de fait surveillé comme le tout venant. À partir du milieu du siècle, certaines initiatives montrent néanmoins une volonté d’enregistrement plus spécifique de la vigilance liée aux ecclésiastiques, qualifiés dans les rapports de police de « mauvais prêtres ».

Paris, terrain d’une « chasse aux prêtres »

34Les années 1750 marquent en effet un tournant dans la manière dont la déviance sexuelle des clercs est traitée par les services de polices parisiens. Les membres de l’Église deviennent l’enjeu clairement identifié et ciblé d’un espionnage destiné à confondre tout manquement au principe de chasteté. Les archives soulignent en effet l’existence d’une « chasse aux prêtres », décrite comme telle par les contemporains et qui serait propre à la capitale.

  • 8 Nom donné à un des dossiers : B. Arsenal. Ms. 10 246.

35Cette vague de surveillance et d’arrestation a pour théâtre principal les maisons de débauche de Paris. Les rapports de police changent de ton et de forme ; le propos devient plus stéréotypé, plus administratif, la composition des rapports plus routinière, et l’archive, plus pléthorique. D’après les sources conservées et vraisemblablement incomplètes, en tenant compte des récidivistes, plus de 800 ecclésiastiques sont ainsi enregistrés comme « mauvais prêtres »8 sur une période d’un peu plus de deux décennies. Le cœur de cette campagne de flagrant délit des ecclésiastiques chez les femmes et filles du monde se situe entre 1756 et 1761 avec 663 arrestations, soit 68% du total.

36L’ampleur du quadrillage policier, l’importance des incitations à la délation, le nombre des arrestations laissent perplexe et méritent d’être questionnés. Le total de flagrants délits s’élève à 970, chiffre partiel étant donné la perte d’une partie des archives lors de la prise de la Bastille, mais prenant en compte les récidivistes. Ce corpus permet de mesurer l’ampleur de la chasse aux prêtres à Paris, en déterminant les jours et horaires d’arrestation ainsi que leur fréquence, les commissaires et inspecteurs concernés, les liens étroits entretenus entre cette police et le monde des filles publiques.

37Les arrestations s’étalent tout d’abord sur l’ensemble des jours de la semaine. À peine repère-t-on un léger fléchissement le dimanche. Les rapports omettent parfois le jour concerné, se contentant de la mention de la date. Le tableau ci-dessus contient donc un nombre non négligeable de jours inconnus.

Jours des arrestations policières d’ecclésiastiques

Jours des arrestations policières d’ecclésiastiques

Auteure : Myriam Deniel-Ternant, 2013

38L’examen des horaires d’arrestation montre une nette prédominance, de l’ordre de 64% d’une fréquentation au crépuscule, entre 18h00 et minuit, au-delà de 22h00, heure à laquelle Paris est censée s’endormir en fermant portes et fenêtres. Mais ce tableau illustre également une présence presque continuelle des forces de police dans les rues de la capitale, puisque les arrestations au-delà de minuit existent bel et bien et représentent 5% du total. Concernant les pratiques des ecclésiastiques, ces horaires tardifs peuvent s’expliquer par une volonté de discrétion, ainsi que par une plus grande disponibilité.

Horaires des arrestations policières d’ecclésiastiques

Horaires des arrestations policières d’ecclésiastiques

Auteure : Myriam Deniel-Ternant, 2013

39Les rapports de police révèlent également une grande stabilité du personnel policier dévolu à la tâche des arrestations dans le milieu des filles publiques, et peut-être plus précisément dans le contexte d’une clientèle ecclésiastique. Cette stabilité s’accompagne ainsi d’une expérience et donc d’une spécialisation des commissaires et des inspecteurs, montrant le degré de contrôle du sexe tarifé à Paris.

40Vingt et un noms de commissaires apparaissent dans les archives, mais une grande inégalité existe entre ceux rencontrés quotidiennement, sur une période plus ou moins étendue, et ceux qui semblent faire office de commissaire intérimaire, remplaçant sans doute au pied levé un commissaire défaillant. Ainsi douze d’entre eux ne figurent qu’une à cinq fois dans les archives et ne réalisent donc que vingt-trois arrestations. Si l’on retranche les quelques officiers par intérim, la spécialisation thématique et géographique des commissaires dans le monde de la prostitution occupe dès lors neuf individus. Mais cette répartition n’obéit pas à une logique chronologique. En effet, au plus fort de la chasse aux prêtres, six commissaires pourchassent et arrêtent simultanément des ecclésiastiques. François Jean Sirebeau constitue un cas à part dans ce paysage. À lui seul, il réalise, d’après les sources conservées, 47% des arrestations de clercs. Sa prédominance numérique va de pair avec une activité qui correspond au cœur de l’entreprise cynégétique, puisqu’il officie du 12 mai 1756 au 28 avril 1762.

  • 9 On sait néanmoins qu’il est chargé dès 1747 par Berryer de la surveillance des filles et qu’il mont (...)
  • 10 B. Arsenal, Ms. 10 261. 8 novembre 1756.

41Une plus grande stabilité est encore à l’œuvre chez les inspecteurs. Sur les neuf noms rencontrés, deux se détachent, ceux de Meusnier et de Marais, présentés préalablement. L’inspecteur Pierre-Jacques de la Villegaudin semble avoir véritablement inauguré la fonction de chasseur de prêtres (janvier 1752-janvier 1755, 26 arrestations enregistrées). À l’exception de deux interventions en 1749 et en 1752, Meusnier entre de plain-pied dans le rôle d’inspecteur des filles publiques de Paris à la suite de Villegaudin en février 1756 et n’y demeure qu’un an, mais en faisant preuve d’un zèle certain avec 75 arrestations d’ecclésiastiques à son crédit9. Cette tâche l’occupe 55 jours de l’année, parfois à plusieurs reprises au sein d’une même journée : le 8 novembre 1756, il arrête rue Poissonnière, à 9h30 du matin, avec le commissaire Grimperel, le père Denis Aze en compagnie de Suzanne Prieur, âgé de 37 ans et femme d’un charbonnier dénommé Jacques Capron. Cette arrestation jette en pleine lumière la relation adultérine de longue date entretenue par les deux protagonistes et qui s’est concrétisée par la naissance d’une fille, Elisabeth Capron, âgée alors d’environ 12 ans. L’inspecteur s’est donc rendu sur les lieux après des témoignages réitérés du voisinage, outré de leur conduite mutuelle. Suzanne Prieur révèle même ses tentatives de se dérober à son mari : elle a organisé à son insu six déménagements, afin de satisfaire sa liaison avec l’ecclésiastique, à la faveur de l’anonymat relatif que permet une grande ville. Quelques rapports de police témoignent donc de l’existence de relations amoureuses entre un ecclésiastique et une femme. Le soir même, à 18h00, le flagrant délit est tout autre que le précédent : il s’agit d’une prise sur le fait d’un ecclésiastique et d’une prostituée, dans le cadre d’un rapport probablement tarifé entre Isidore Mirasson, prêtre de la Maison de Saint Eloi, et Elisabeth Moulinard, veuve Fortin, figure récurrente du monde de la prostitution et bien connue des services de police10.

42Louis Marais prend la suite de l’inspecteur Meusnier en mai 1757 et reste en poste pendant une décennie jusqu’en février 1767. Formé à bonne école auprès de son prédécesseur, il s’illustre par un zèle extraordinaire. Le nombre de ses arrestations s’élève à 628. L’énergie du policier semble sans faille : certaines journées comportent trois déplacements et arrestations. Ainsi, le 11 octobre 1758, Louis Marais se rend à 10h00 du matin place du Palais-Royal chez la Montpellier, accompagné par le commissaire François Jean Sirebeau, pour surprendre le chanoine de Sens Alexis Defforges en compagnie d’une jeune fille prénommée Léonore. Quelques heures plus tard, en fin d’après-midi, il s’achemine cette fois-ci avec Pierre Chenon rue Froidmanteau chez la nommée Madeleine Violette afin d’y trouver auprès d’une demoiselle entièrement dévêtue, un prêtre du diocèse de Laon, aumônier des Gardes du Roi, appelé Henry Chastelain de Courcelle. Deux heures plus tard, à 19h00, il retrouve Sirebeau pour se transporter rue Platrière et y surprendre Sauveur Jérosme Morand, prêtre du diocèse de Paris, chanoine de la sainte Chapelle, occupé avec la nommée Rozette. D’autres rapports témoignent de la rapidité d’un déplacement d’un site à un autre, démontrant la grande réactivité de l’inspecteur et l’efficience du service de surveillance et de relais de l’information auprès de la police.

43Le maillage extrêmement dense de l’écheveau policier est encore renforcé lorsque le public espionné est constitué de membres du haut clergé. Dominique Darimajou, auteur présumé de la Chasteté du clergé dévoilée, se fait l’écho des rumeurs concernant les stratégies mises en œuvre pour surprendre ces ecclésiastiques particuliers :

« Il paroît que les observateurs avoient beaucoup plus de peines pour remplir leur tâche à l’égard des évêques et de ceux qui avoient des voitures : aussi demandoient-ils qu’on établît pour cette opération, un train de police. On appelloit [sic] un train de police un nombre fixe d’espions qui étoit destiné uniquement à tel ou tel objet. » (La Chasteté…, 1790, II, 32)

44Les stratégies policières s’adaptent donc au niveau social et témoignent une nouvelle fois d’un espionnage policier particulièrement inventif, pugnace, voire acharné à découvrir le flagrant délit.

45La difficulté du travail policier parisien tient en effet à une délicate temporalité. L’idéal est de survenir lorsque l’action est consommée, afin de ne pas prêter le flanc à une éventuelle défense du clerc, qui affirmerait ne pas avoir envisagé aller plus loin. Les officiers regrettent parfois d’être arrivés trop tôt. En effet, dans leur crainte que l’instant fugace du flagrant délit ne leur échappe, ils arrivent souvent à l’orée de la consommation charnelle. Il est alors difficile de mettre à jour l’intentionnalité du geste à peine esquissé.

46Les ecclésiastiques font donc à Paris l’objet d’une vigilance policière sans relâche. Ils semblent d’ailleurs conscients de l’orchestration d’une chasse à leur encontre et tentent parfois de s’en préserver en dissimulant leur statut de membre du clergé. L’inspecteur Meusnier fait très tôt état de ces stratégies, dès juillet 1756 début de la campagne d’espionnage :

  • 11 Voir à ce sujet le procès verbal du 22 juillet 1763 concernant Charles Rouvroy de Saint-Simon et so (...)

« Messieurs les ecclésiastiques n’ignorent pas la petite guerre qu’on leur fait et le danger qu’il y a pour eux d’aller dans des mauvais lieux, mais cela ne leur impose pas. Depuis quelques jours, pour se soustraire aux petites humiliations qui leur arrivent dans ces occasions, ils croyent [sic] avoir trouvé un moyen ; ce n’est pas de s’abstenir d’y aller ; celui-là seroit cependant le plus sûr et le plus convenable : mais c’est d’arborer un surtout brun ou noir, verte semblable perruque ronde sans tonsure et un col ordinaire, ce qu’ils appellent habit de campagne, quoiqu’ils restent à la ville. Et pour éviter le scandale ils mettent la calotte et le petit collet dans leur poche11 : par là, si on ne les a pas vû [sic] auparavant dans l’habillement convenable à leur état, les observateurs sont déroutés et ces messieurs vont prendre leurs ébats avec plus de sécurité. » (B. Arsenal. Ms. 10 261, 22 juillet 1756)

47Le réseau d’informateurs policiers permet de déjouer les tentatives de dissimulation d’une appartenance au clergé, comme le montre la vaine entreprise de laïcisation de Barthélémy Poncet, clerc tonsuré du diocèse de Saint-Flour : « […] interpellé de plus pourquoi il est revêtu l’habit séculier, a dit que c’étoit pour être moins suspecté, et par-là se dérober à la recherche des officiers de police […] » (La Chasteté…, 1790, I, 71-74).

48Mais l’habileté du camouflage des mouches est telle que les précautions prises par les coupables ne suffisent pas à passer entre les mailles étroitement serrées du filet policier. Ainsi, Jean Jolibert, prêtre desservant au château de Bicêtre, se rend rue Mazarine en octobre 1755 et s’attache à surprendre d’éventuels espions avant de retrouver la nommée Londé :

« […] Il s’étoit plusieurs fois retourné pour savoir s’il n’étoit pas observé, passa cette allée et feignit lâcher de l’eau, mais s’imaginant qu’il n’étoit point apperçu [sic], a retourné sur ses pas et est entré avec beaucoup de précipitation dans la même allée où la dite femme l’attendoit […]. » (La Chasteté, 1790, I, 10-13)

  • 12 MENETRA Jacques-Louis, Journal de ma Vie. Jacques-Louis Ménétra, compagnon vitrier au xviiie siècle(...)
  • 13 PEUCHET Jacques, Encyclopédie méthodique…, t X, op. cit.

49Restif de la Bretonne narre dans les Nuits de Paris comment il se joue des forces policières en se grimant en moine pour tromper la prostituée fréquentée et rendre déconfits le commissaire et l’inspecteur bientôt prévenus de la présence d’un ecclésiastique. La collusion entre le milieu de la prostitution et la police est donc de notoriété publique. Elle se trouve également exprimée sous la plume de Jacques-Louis Ménétra dans son Journal12. Le vocabulaire utilisé est d’ailleurs troublant, puisque le milieu populaire parisien compare les maisons de débauche à des couvents de filles et leurs tenancières à des mamans ou des abbesses. Mais Ménétra y souligne aussi, de façon claire, les rapports étroits entre la prostitution et la police : « Je travaillais pour un couvent soutenu par la police et la mère abbesse envers moi n’était pas trop cruelle » (Ménétra, 1998, 222), tandis que Mercier affirme que « la courtisane qui dénonçait [les abbés] au commissaire avoit cinquante francs qui lui étoient payés par *** » (Mercier, 1979, II, 286-288). Jacques Peuchet, dans le tome de l’Encyclopédie méthodique13 consacré à la jurisprudence, la police et les municipalités, s’en fait également l’écho explicite :

« Il fut arrêté que l’inspecteur de police s’assureroit d’un certain nombre de filles publiques des plus jolies & des plus coquettes ; qu’on leur donneroit protection pour le reste, à condition qu’elles avertiroient l’inspecteur, le commissaire, ou autre agent de la police sitôt qu’un prêtre, un moine ou simplement un homme portant l’habit ecclésiastique se présenteroit chez elle. » (Peuchet, 1792, 681)

50Plusieurs rapports de police tendent en effet à illustrer la délation à l’œuvre chez certaines prostituées. Certains mentionnent une arrivée inopinée de l’inspecteur et du commissaire peu de temps après le départ d’une fille ou de la maquerelle de la maison pour satisfaire une envie souvent culinaire du client. Le clerc a ainsi pu demander de nouvelles filles, plus jolies que les présentes, du vin, de la bière, et même des pêches. À la faveur de cette sortie réclamée par le client, la femme du monde peut ainsi prévenir les autorités compétentes.

51La collusion entre ces deux groupes aux intérêts apparemment antinomiques s’explique par la pression exercée par la police sur les femmes du monde. La première s’engage à fermer relativement les yeux en échange de la dénonciation de clients jugés intéressants pour elle. Cet échange de bons procédés est profitable pour les deux groupes car elle permet aux secondes d’obtenir une relative marge de manœuvre en contrepartie de délations ponctuelles.

52La chasse aux prêtres est orchestrée par les services de police, assistés dans leur tâche autant par les maquerelles et filles publiques que les mouches. La célérité policière, alimentée par la personnalité de certains de ses officiers et un système de rémunération fondé sur la délation, laisse l’historien sans voix, tant l’activité déployée est considérable et a permis la constitution d’un fond d’archives important, bien qu’incomplet aujourd’hui. Ce corpus permet de mesurer l’attractivité de la capitale, véritable pousse-au-crime pour tout individu, y compris ecclésiastique.

Un Paris de perdition pour des ecclésiastiques de tous horizons

53L’étude de l’origine géographique des ecclésiastiques arrêtés tout comme la durée moyenne de leur présence en ville au moment de l’arrestation, permet de souligner la tentation que représente la capitale, son attractivité, auprès d’une population censée se mettre à l’abri du péché de la chair. Les rapports de police mentionnent en effet le diocèse d’origine du clerc arrêté, permettant d’établir une géographie du clergé délinquant.

54Sans surprise, le contingent le plus élevé d’ecclésiastiques pris en flagrant délit chez les prostituées parisiennes correspond au clergé ordonné dans la capitale, qui représente plus de 22% du total. La suite de l’analyse nuance cependant le lien proportionnel entre fréquentation de la capitale et proximité géographique. Le deuxième groupe d’ecclésiastiques correspond à 18% de l’ensemble et a pour origine un cercle d’une centaine de kilomètres autour de Paris composé des villes de Chartres, Beauvais, Evreux, Mantes, Meaux, Noyons, Rouen, Senlis, Sens, etc. Un troisième groupe représentant 21% du total des ecclésiastiques, correspond à un cercle de cent à deux cents kilomètres. Un quatrième groupe équivalent à 22% des ecclésiastiques, a parcouru entre deux cents et quatre cents kilomètres pour se rendre à Paris. Un dernier groupe a parcouru plus de quatre cents kilomètres et est originaire des villes du pourtour du royaume.

55Enfin, il est notable qu’un peu plus de 5% du total n’est pas originaire du royaume de France et se recrute principalement en Europe. 37 ecclésiastiques sont en effet originaires par ordre décroissant d’Irlande, de l’Allemagne actuelle, de la péninsule italienne et des alentours, d’Espagne, de Suisse, de la Belgique actuelle et des Pays Bas. Deux ecclésiastiques ont franchi l’Océan Atlantique et se sont encanaillés auprès des demoiselles « chit-chit », ainsi qu’on les surnomme du fait de leur bruit caractéristique pour racoler le chaland. Deux rapports de police mentionnent ainsi la ville de Québec.

56L’origine géographique est donc extrêmement variée. Toutes les villes du royaume semblent représentées et Paris attire également à elle des clercs hors des frontières de France.

  • 14 B. Arsenal, Ms. 10 261, en date du 30 juin 1756.
  • 15 B. Arsenal, Ms. 10 263, en date du 27 juin 1758.

57Les raisons de cette attractivité parisienne sont multiples. Les clercs issus d’autres diocèses viennent dans la capitale pour voir leur famille ou exercer une tâche ponctuelle en rapport avec leur fonction curiale. Il est probable également qu’un contingent non négligeable d’ecclésiastiques se rend à Paris précisément pour y profiter de services moins avouables. La taille de la ville donne l’illusion d’une garantie d’anonymat et d’impunité. La multiplicité de l’offre sexuelle facilite la dépravation. L’étude du temps écoulé entre l’arrivée du clerc dans la capitale et son arrestation est parfois révélatrice de la véritable raison de leur présence à Paris. Si certains ne sont arrêtés qu’au bout de quelques mois, voire quelques années de domiciliation, plus de la moitié du clergé surpris chez les filles publiques est présent à Paris depuis quinze jours ou moins. Une petite dizaine est trouvée en galante compagnie le jour même de l’arrivée dans la capitale. Jean-Baptiste Mongy, cordelier du couvent de Valogne, âgé de 27 ans, arrive à Paris pour prendre la route de Béthune le 30 juin 1756 et profite de cette étape parisienne pour se rendre rue Mazarine afin d’y fréquenter Françoise Duval, dite Javotte14. De son côté, le 27 juin 1758, à presque minuit, Thomas Collier, prêtre du diocèse d’Arras, âgé de 40 ans, est trouvé en chemise et bonnet avec Louise Dorfeuil, âgée de 23 ans. Il est arrivé le jour même « pour affaires » et s’est rendu dès 16h00 dans le lieu de débauche, où il est revenu quatre heures plus tard, sous le prétexte de l’oubli de sa tabatière. Sa tenue indique néanmoins son désir de rester coucher en ce lieu15.

58Cette présence extrêmement rapide dans des lieux de prostitution nous permet de formuler plusieurs hypothèses. La première est celle d’une venue à Paris précisément dans l’objectif d’y trouver une sexualité tarifée. La seconde est celle d’une offre pléthorique de prostituées, favorisant tentations charnelles et rencontres fortuites. La troisième, enfin, suggère l’existence d’adresses préalablement connues avant l’arrivée dans la capitale, soit par des voyages antérieurs, soit par personnes interposées.

59Il est difficile d’être assertif pour les deux premières hypothèses, le témoignage des clercs pris en flagrant délit étant sujet à caution. La très grande utilisation des expressions « de son propre mouvement » ou « de son plein gré » utilisées par les clercs tendrait à prouver une connaissance des lieux de prostitution, mais il peut également s’agir d’une formule consacrée par l’usage archivistique. Quelques contrevenants tentent de faire croire à une malencontreuse méprise. C’est le cas du sieur Douineau, apparemment de bonne foi. Il prétend être tombé dans le piège d’une séduction insidieuse mise en œuvre par la très expérimentée Dupont, dont le nom possède d’ailleurs de nombreuses occurrences dans le corpus examiné. Le diacre du diocèse de Tours affirme être monté :

« à dessein de voir le sieur Barraut, dentiste, qu’il connoît depuis deux ans, parce qu’il lui a accommodé les dents, que ne trouvant pas ledit sieur Barraut, et descendant l’escalier de ladite maison, il a fait rencontre d’une grande femme, modestement vêtue, laquelle est entrée dans un appartement étant au premier étage de ladite maison, que la porte dudit appartement étant restée ouverte, il s’est présenté comme cette femme fermoit sa porte, pour lui demander des nouvelles dudit sieur Barraut, dentiste ; que cette femme l’ayant fait entrer chez elle par politesse, et reçu avec un air d’honnêteté, il s’est entretenu avec elle des affaires dudit sieur Barraut ; qu’ayant pris plaisir à la voir et à l’entendre, et ne voyant rien chez elle de ressemblant à ce que l’on appelle mauvais lieu, cette femme étant seule avec lui, il s’est livré à elle au point de lui proposer de l’embrasser ; que cette femme ayant reçu son baiser avec complaisance et modestie, il s’est senti pour elle quelque goût ; que cependant il a cherché à combattre ce premier mouvement, et a observé à cette femme toute la crainte qu’il avoit d’être dans un mauvais lieu ; que cette femme lui ayant assuré qu’il n’étoit point dans un lieu public, mais seulement chez une femme du monde ; que jamais commissaire ni exempt n’avoient fait de visite chez elle ; qu’elle étoit en état de lui mettre vingt-cinq louis d’or en ses mains, pour gage de sa parole, et de la sûreté de la maison, il a cedé par un mouvement de fragilité et de foiblesse aux discours séducteurs de cette malheureuse femme, en prenant avec elle quelques libertés, mais qu’il n’a fait cependant autre chose que de lui mettre la main sur la gorge et de se faire manualiser sans pollution ; qu’il lui a même proposé de la voir charnellement, ce qu’il auroit fait si cette femme y eût consenti […] » (La Chasteté…, 1790, II, 48-53).

60Dans ce témoignage du clerc, rien dans l’attitude de la maquerelle ne semble indiquer son appartenance au milieu de la prostitution : son comportement ne semble pas équivoque et elle mène avec lui une conversation somme toute banale. Son intérieur ne laisse pas présager de l’utilisation qui en est faite. Le sieur Douineau apparaît bien comme l’oiseau entré innocemment dans la cage, inconscient de la porte qu’on referme sur la tentation à laquelle il ne peut résister. L’accumulation des éléments de discrétion et l’absence de lien explicite avec la prostitution constitue ici l’invite au badinage, puis aux attouchements. L’ecclésiastique, de son aveu même, est à l’origine des gestes sexuels. L’ensemble de la présentation est toutefois placé sous le sceau du doute, lorsque par un raccourci lapidaire, le commissaire précise immédiatement « que c’est la seconde fois qu’il a été rencontré dans des lieux de prostitutions » (La Chasteté…, 1790, II, 48-53). Dès lors, le positionnement victimaire du clerc est entièrement remis en cause.

61Seule une infime partie des rapports d’arrestation évoque un recrutement actif de la part d’une prostituée, qu’il s’agisse d’une vision d’une femme à la fenêtre, comme à l’accoutumée, d’une femme dans la rue ou encore très rarement, d’un raccrochage oral. Dès lors, l’hypothèse d’une connaissance préalable des adresses semble se confirmer.

62Les lieux choisis se caractérisent par leur petitesse et de ce fait leur discrétion, censée assurer le clerc de conserver sa réputation. Selon Erica-Marie Bénabou, les maisons de passe comportant moins de six filles sont considérées comme discrètes. Or, les lieux mentionnés dans les procès verbaux font état d’une voire de deux chambres à l’intérieur d’un appartement, d’une ou deux filles, majoritairement pensionnaires, qui s’ajoutent à la tenancière au maximum. Il s’agit donc de maisons de très petites tailles, réduites parfois à une chambre unique. La discrétion des maisons semble également assurée par l’extrême jeunesse des filles et par leur isolement. Enfin, les adresses sont situées dans de petites rues, dans des maisons à petites portes, dans des « chambres sur le derrière, dépendantes de l’appartement » ou encore dans une « maison au fond d’une allée », dans « une pièce qui donne sur la cour ».

63Néanmoins, de nombreuses adresses présentent d’emblée une réputation douteuse du fait de leur localisation bien connue des instances policières et de la population parisienne. Rive droite, les rues Tiquetonne, Saint Honoré, Saint Denis, Montorgueil reviennent de manière récurrente, rive gauche, ce sont les rues de la Harpe, de la Contrescarpe, Saint André des Arts, etc.

64Il s’agit pourtant d’adresses où les ecclésiastiques doivent se sentir en sécurité, ainsi que l’attestent les cas de récidivistes. Ces derniers ne choisissent pas nécessairement la même fille d’une visite à l’autre, signe qu’il s’agit bien d’une préférence pour le lieu plutôt que pour la partenaire des jeux auxquels ils se livrent. Le sieur Rouin, clerc tonsuré, avoue connaître la femme de débauche dénommée Delongray depuis environ quatre ans. Il se rend à son adresse mais ne semble pas fréquenter proprement dit sa tenancière, changeant de partenaires sexuelles suivant ce que celle-ci propose. Le clerc avoue ainsi être « monté, il y a environ une heure, chez ladite femme de Longray, laquelle il connoît depuis environ quatre ans et s’y est amusé manuellement avec la nommée Emilie, fille de joie, demeurante avec elle, ajoute ledit sieur de Rouin, qu’il s’est aussi amusé chez ladite Longray il y a environ six semaines, avec une autre fille de joie, laquelle ne demeure plus chez elle […] » (La Chasteté…, 1790, I, 68-70).

65Le corpus suggère dès lors l’existence d’une sociabilité ayant le sexe pour dénominateur commun, permettant la circulation des bonnes adresses, notamment entre ecclésiastiques. Aller voir des filles publiques peut en effet constituer une action à plusieurs. Trois ecclésiastiques sont ainsi surpris en flagrant délit avec des prostituées, deux d’entre eux sont originaires de Saint-Paul-de-Léon, en Basse-Bretagne. La sociabilité géographique s’est donc notamment exprimée par la violation en commun de l’interdit sexuel.

66Le lien géographique peut être plus ténu et plus récent, lorsqu’il s’agit de deux ecclésiastiques logés dans le même lieu. Charle et Dumage, l’un originaire de Saint Germain en Laye et l’autre de Picardie, se retrouvent chez la logeuse, appelée la veuve Talon et s’en vont se procurer des filles. Cette complicité sexuelle des deux ecclésiastiques est au premier abord difficile à repérer car l’inspecteur et le commissaire ont désolidarisé dans leur rapport de police l’arrestation des deux coupables. La mention de l’adresse, de la date, de l’heure et du logement des deux individus permet d’effectuer les recoupements afin de souligner leurs accointances. Le rapport Dumage mentionne la présence d’un acolyte, mais de manière très allusive, sans en préciser l’identité, la qualité, ni les relations existant entre eux :

« Avons trouvé deux ecclésiastiques attablés avec deux femmes de débauche ; à l’un desquels ayant demandé ses nom, surnom, âge, qualités, pays et demeure, il nous a dit se nommer Nicolas-Pierre Dumage, âgé de 25 ans, natif de Laon en Picardie, clerc minoré du même diocèse, et chanoine de la Cathédrale actuellement, et depuis deux jours qu’il est sorti du séminaire Saint-Magloire pour retourner dans sa province, logé rue Saint-Martin, chez la veuve Talon, vis-à-vis la cloche, lui ayant demandé qui lui a procuré lesdites femmes, et comment il se trouve avec elles, il nous a dit que passant rue Tiquetonne, et ne voulant point monter chez elles, il leur a proposé de venir souper sur le boulevard, ce qu’elles ont accepté, et est revenu avec elles et un de ses amis en l’endroit où nous sommes […]. » (La Chasteté…, 1790, I, 298-305)

67La découverte du lieu peut donc être une expérience accompagnée, soit par un néophyte, soit par un habitué, clerc ou laïc, qui sert alors d’initiateur. Poncet, clerc tonsuré du diocèse de Bordeaux déclare être déjà venu un an auparavant avec le sieur de Vignac, lui aussi clerc tonsuré du diocèse de Bordeaux mais affirme n’avoir rien fait. Cette fois, il ose revenir seul. Il a donc été préalablement introduit par un connaisseur, en vertu de liens géographiques qui alimentent le bouche-à-oreille. Le prêtre du diocèse de Laon, Dugé, religieux du couvent des cordeliers de Reims, avoue également venir pour la seconde fois, après s’être rendu la semaine précédente dans le lieu avec deux cordeliers (La Chasteté…, 1790, I, 138-140). Les ecclésiastiques, arrêtés seuls, sont donc venus au préalable avec un autre ; l’expérience commune à l’origine, est donc réitérée individuellement en s’appuyant sur la connaissance acquise.

68De surcroît, il n’est donc pas impossible qu’il existe à Paris une prostitution spécialisée dans la clientèle ecclésiastique, même si cette hypothèse nécessiterait davantage de recherches. On retrouve cette idée dans la littérature érotique et pornographique du siècle, et notamment dans l’ouvrage présumé du marquis Boyer d’Argens, Thérèse philosophe. L’héroïne y fait la rencontre d’une ancienne prostituée appelée la Bois-Laurier. Elle y retrace ainsi l’aventure vécue avec trois capucins, sur les instances d’une maquerelle, rencontrée au détour d’une rue :

« Après être sortie de chez le courtisan […] je rencontrai la Dupuis, amie de ma mère, digne émule de son commerce, mais qui en exerçait les travaux dans un monde moins bruyant. « Ah ! Ma chère Manon, me dit-elle en m’abordant, que je suis ravie de te rencontrer ! Tu sais que c’est moi qui ai l’honneur de servir presque tous les moines de Paris […] ». (Wald Lasowski, 2000, 947-948).

69Paris au xviiie siècle est l’objet de toutes les attentions. Son statut de capitale et l’objectif d’exemplarité qui en découle, entraînent l’élaboration d’une police décrite par les contemporains comme tentaculaire et omnipotente. L’intimité de ses habitants comme de ses visiteurs est ainsi passée au crible d’autorités organisées et intrusives, grâce à un maillage dense de mouches. À ce titre, la sexualité du premier ordre du royaume n’échappe pas à la vigilance policière. L’examen des archives révèle néanmoins un net infléchissement dans la surveillance dont il fait objet au cours du xviiie siècle, débouchant sur une vaste entreprise d’arrestations des clercs pris en flagrant délit dans des lieux de prostitution. La densité de cette clientèle ecclésiastique illustre ainsi la dimension à la fois transgressive et attractive de la ville. L’étude a donc permis de dégager une vision de Paris non pas exemplaire, mais spécifique, tant par la tentation qu’elle suscite, que par les moyens d’actions mis en œuvre pour y faire face.

Haut de page

Bibliographie

AUBOUIN Michel, TEYSSIER Arnaud, TULARD Jean (dir.), Histoire et dictionnaire de la police du Moyen Âge à nos jours, Paris, Robert Laffont, 2005.

BENABOU Erica-Marie, La Prostitution et la police de mœurs au xviiie siècle, Paris, Perrin, 1987.

DARNTON Robert, Le grand massacre des chats. Attitudes et croyances dans l’ancienne France, Paris, Robert Laffont, 1985.

Journal des inspecteurs de Sartine, Première série, 1761-1764, Paris, 1863.

La chasteté du clergé dévoilée ou procès-verbaux des séances du clergé chez les filles de Paris, trouvés à la Bastille, 1790, Paris, deux vol.

MANUEL Pierre, La Police de Paris dévoilée, Paris, 1793.

MENETRA Jacques-Louis, Journal de ma Vie. Jacques-Louis Ménétra, compagnon vitrier au xviiie siècle, Paris, Albin Michel, 1998 (1982).

MERCIER Louis-Sébastien, Tableau de Paris, Genève, Slatkine Reprints, 1979.

MILLIOT Vincent, « Saisir l’espace urbain : mobilité des commissaires et contrôle des quartiers de police à Paris au xviiie siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2003, 1, no50-1, pp. 54-80.

MILLIOT Vincent, « Histoire des polices : l’ouverture d’un moment historiographique », in Revue d’Histoire moderne et contemporaine, 2007, 2, n°54-2, pp. 162-177.

MILLIOT Vincent, Un Policier des Lumières, Seyssel, Champ Vallon, 2011.

PEUCHET Jacques, Encyclopédie méthodique, Paris, Panckoucke, 1792.

PEUCHET Jacques, Mémoires tirés des Archives de la Police pour Servir à l’Histoire de la Morale de la Police depuis Louis XIV jusqu’à nos Jours, t. II, Paris, Levavasseur, 1842.

TURCOT Laurent, « Policer la promenade : les Champs Elysées au xviiie siècle », DOLAN Claire (dir.), Entre justice et justiciables : les auxiliaires de la justice du Moyen Âge jusqu’à nos jours, Saintes Foy, Presses universitaires de Laval, 2005, pp. 137-156.

WALD LASOWSKI Patrick (dir.), Romanciers libertins du xviiie siècle. Thérèse philosophe ou mémoires pour servir à l’histoire du P. Dirrag et de Melle Eradice, Gallimard, Pléiade, 2000.

Haut de page

Notes

1 Pour la prostitution, en sources manuscrites : B. Arsenal. Ms. 10 246, 10 261, 10 262, 10 263, 10 264, 10 265, 10 266, 10 267 ; en sources imprimées : DARIMAJOU Dominique, La chasteté du clergé dévoilée ou procès-verbaux des séances du clergé chez les filles de Paris, trouvés à la Bastille, 1790, Paris, tome I (110 dossiers retranscrits) et tome II (100 dossiers retranscrits).

2 Pour la sodomie, en sources manuscrites : B. Arsenal, Ms. 10 254, 10 255, 10 256, 10 257, 10 258, 10 259, Ms 10 260.

3 Voir MILLIOT Vincent, « Saisir l’espace urbain : mobilité des commissaires et contrôle des quartiers de police à Paris au XVIIIe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1/2003 no50-1, pp. 54-80.

4 Journal des inspecteurs de Sartine. 1761-1764, Paris, 1863.

5 Compagnie sous les ordres du lieutenant criminel du Châtelet de Paris.

6 Voir TURCOT Laurent, « Policer la promenade : les Champs Elysées au XVIIIe siècle », in DOLAN Claire (dir.), Justice et Justiciables : les auxiliaires de la justice du Moyen Âge au XXe siècle, pp. 137-155.

7 B. Arsenal, Ms. 10 140.

8 Nom donné à un des dossiers : B. Arsenal. Ms. 10 246.

9 On sait néanmoins qu’il est chargé dès 1747 par Berryer de la surveillance des filles et qu’il montre un zèle considérable. Sa relative faible représentativité dans les rapports d’arrestation des ecclésiastiques, au regard de l’activité prolifique dont il fait preuve au sein de cette police des mœurs avant la lettre, tient peut-être à des sources parcellaires ou à une spécialisation de la clientèle cléricale tardive.

10 B. Arsenal, Ms. 10 261. 8 novembre 1756.

11 Voir à ce sujet le procès verbal du 22 juillet 1763 concernant Charles Rouvroy de Saint-Simon et son travestissement en laïc (La Chasteté du Clergé dévoilée…, t II, pp. 174-177).

12 MENETRA Jacques-Louis, Journal de ma Vie. Jacques-Louis Ménétra, compagnon vitrier au xviiie siècle, Paris, Albin Michel, 1998 (1982).

13 PEUCHET Jacques, Encyclopédie méthodique…, t X, op. cit.

14 B. Arsenal, Ms. 10 261, en date du 30 juin 1756.

15 B. Arsenal, Ms. 10 263, en date du 27 juin 1758.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Jours des arrestations policières d’ecclésiastiques
Crédits Auteure : Myriam Deniel-Ternant, 2013
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/3005/img-1.png
Fichier image/png, 14k
Titre Horaires des arrestations policières d’ecclésiastiques
Crédits Auteure : Myriam Deniel-Ternant, 2013
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/3005/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Deniel-Ternant, « Paris, capitale de la déviance ecclésiastique au siècle des Lumières », Genre, sexualité & société [En ligne], 10 | Automne 2013, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 27 mai 2017. URL : http://gss.revues.org/3005 ; DOI : 10.4000/gss.3005

Haut de page

Auteur

Myriam Deniel-Ternant

CHISCO, Université Paris Ouest Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org