Navigation – Plan du site
Dossier

Entre « chic » et « chien » : les séductions de la Parisienne, de Jean-Jacques Rousseau à Yves Saint-Laurent

Between « chic » and « sexy » : the seductions of « la Parisienne », from Jean-Jacques Rousseau to Yves Saint-Laurent
Emmanuelle Rétaillaud-Bajac

Résumés

Cet article entend analyser l’oscillation des représentations de « la Parisienne », figure cardinale de l’imagerie élitiste et hédoniste tissée au fil des siècles autour de la capitale française. En remontant au xviiie siècle, et plus particulièrement à la réflexion de Jean-Jacques Rousseau, on peut montrer que les définitions de la Parisienne associent très précocement deux paradigmes centraux, celui de la recherche vestimentaire et celui de la maîtrise des jeux de séduction. Elaboré dans le cadre d’une société monarchique qui commence à s’ouvrir au capitalisme marchand, ce portrait se complexifie et se diffuse plus largement au siècle suivant, dans un contexte de mutations urbaines et sociales accélérées, d’éclosion de la presse et de la littérature de masse, et de réorchestration cyclique de la symbolique et de l’esthétique des pouvoirs. S’il perdure aujourd’hui dans l’imagerie publicitaire et la vulgate médiatique, il témoigne aussi, par son édulcoration progressive, de la perte de primauté du privilège français et parisien dans l’ordre de l’Éros, induit par l’homogénéisation des sociétés occidentales, et la « révolution sexuelle » du dernier tiers du xxe siècle.

Haut de page

Texte intégral

1Si Paris a pu se construire, au fil du temps, et sur la longue durée, comme l’un des pôles majeurs de la sollicitation érotique à l’échelle européenne, voire mondiale, c’est, en grande partie, à travers la figure de « la Parisienne », type féminin qui émerge dans la production textuelle et iconographique du xviiie siècle, et tend à devenir, au siècle suivant, un véritable mythe, nourrissant l’imaginaire et la sociabilité de la ville. Caractérisée, tout à la fois, par son goût de la mode, mais aussi par ses talents de séductrice, voire par son libertinage, la figure de « la Parisienne » semble porter en elle un héritage de valeurs ambivalentes, qui entretiennent une image duelle de l’Éros parisien.

  • 1 Voir LAROUSSE Pierre, Grand dictionnaire universel du xixe siècle, Paris-Genève, Slatkine reprint, (...)

2Deux expressions qui lui furent fréquemment associées nous ont paru résumer de manière symptomatique les systèmes de valeurs tout à la fois concurrentiels et convergents qui s’y rattachent : sans mener une étude détaillée de leur origine et de leurs occurrences, nous en userons ici comme de deux signifiants paradigmatiques pour analyser les composantes de cette féminité parisienne. En premier lieu, la notion de « chic » qui, à compter du xixe siècle, caractérise une forme d’élégance tout à la fois vestimentaire et comportementale, participant d’une symbolique de la distinction qui engage l’apparence et les habitus corporels (démarche, gestuelle...). Dérivé de l’allemand schick, qui signifie « posture » ou « maintien », le terme relevait, à l’origine, du jargon de peintre, pour désigner l’habileté ou le savoir-faire de l’artiste, avant de s’appliquer plus spécifiquement à l’allure ou au style des personnes, et caractériser le savoir faire de la capitale française en matière de modes, dans l’expression « chic parisien ». Popularisée à peu près au même moment, l’expression « avoir du chien », définit un type de séduction un peu canaille et provocant, avec une forte connotation érotique sous-jacente, au point que la première édition du Larousse y voit « l’un des mots les plus niaisement insolent de la langue des roués du xixe siècle »1.

3Sur le socle d’une recherche en cours, consacrée à l’élaboration de la figure de « la Parisienne », du xviiie siècle à nos jours, cet article souhaiterait analyser la manière dont les représentations ont constamment oscillé entre ces deux axes, dans une relation, tout à la fois, d’opposition et de complémentarité qui a peu à peu lesté le personnage de projections complexes, voire contradictoires. S’il nous semble que c’est, globalement, la représentation esthétisante et épurée qui a fini par l’emporter, on verra que cette évolution n’est ni linéaire ni complète, et que les deux facettes du personnage ont souvent fonctionné dans un rapport de miroir et de contamination réciproques. Aussi peut-on faire l’hypothèse que dans cette représentation dialectique, entre « chic » et « chien », c’est une lutte symbolique qui se joue entre deux configurations de l’Éros parisien, renvoyant elle-même à un antagonisme de nature sociale et politique, entre peuple et élites, mais aussi, au sein des différentes couches de la société parisienne en voie d’ascension, entre groupes luttant pour la maîtrise symbolique des codes de la distinction et du paraître, dont la femme tend à devenir, au cours du xixe siècle, l’un des principaux vecteurs.

  • 2 Voir aussi collectif Les Parisiennes, catalogue de l’exposition du Musée Galliera, mars-mai 1958, « (...)

4Pour repérer les motifs dominants de cette imagerie et ses reconfigurations sur la longue durée, nous avons travaillé à partir d’un corpus aussi large et diversifié que possible, incluant les différentes composantes de la production littéraire (œuvres de fiction relevant de la littérature noble ou industrielle, ouvrages de réflexion, de voyage et d’observation de mœurs, pièces de théâtre, livret d’opéra, textes de chansons...) et iconographique (Denuelle, 2011 ; Groom, 2012)2, des gravures aux images de cinéma (De Baecque, 2012), en passant par la peinture, la sculpture ou la bande dessinée. Il va de soi que, sur une période aussi longue, et dans le cadre limité d’un article, il n’était pas possible d’exploiter en profondeur un aussi vaste continent documentaire. Il s’agira plutôt de dégager les tendances dominantes, afin d’interpréter, pour chaque bloc chronologique, les textes et les images les plus significatifs.

5On cherchera ainsi à montrer que si la réputation galante des femmes de Paris fut, à la fois, précoce et largement popularisée, elle fut aussi très tôt articulée à des déterminants plus valorisants, relatifs au raffinement et à l’esprit. L’élaboration de cette féminité parisienne fait donc miroiter les représentations de l’Éros de la ville, entre réceptacle des pulsions charnelles et théâtre de leur sublimation. Sur la longue durée, elle interroge le devenir même des représentations de Paris dans l’ordre de l’Éros, puisque cette réputation va se maintenir jusqu’à nos jours, par exemple à travers le best seller d’Inès de la Fressange, La Parisienne (De la Fressange et Gachet, 2010), non sans subir d’importantes altérations qui demandent à être analysées et mises en perspective à l’échelle de plus de trois siècles.

Entre Ville et Cour : les représentations des Parisiennes sous l’Ancien Régime

« Il faut donc te les dépeindre, ces aimables Parisiennes... »3 : ébauches d’un portrait

  • 3 ROUSSEAU Jean-Jacques, Julie ou la Nouvelle Héloïse, (1761), Paris, Garnier Flammarion, 1967, p. 18 (...)
  • 4 Nous faisons ici la synthèse de notations tirées des textes suivants : COTOLENDI Charles, An agreab (...)
  • 5 Rousseau lui-même souligne que les grandes villes se ressemblent toutes, et qu’elles constituent l’ (...)
  • 6 Dans une pièce précisément intitulé La Parisienne, et jouée en 1691 à la Comédie Française, le dram (...)
  • 7 Paris compte environ 600 000 habitants en 1789, sur une population estimée à 28,6 millions d’habita (...)
  • 8 Déjà développée par J.-J. ROUSSEAU dans Julie..., op. cit., lettre XXI, poursuivie par RÉTIF DE LA (...)

6Lorsque Jean-Jacques Rousseau, dans Julie ou la nouvelle Héloïse, entend dresser le portrait détaillé des femmes de Paris, il ne brode pas ex nihilo : en effet, un vaste réservoir de textes – au premier rang desquels la Lettre sur les Français et les Anglais de son compatriote Béat-Louis de Muralt – ont déjà esquissé les contours de la réputation des Parisiennes4, notamment les guides de voyages étudiés par Gilles Chabaud (Roche, 2011, 77-108) et Jean-François Dubost (ibid., 221-288). Si leur caractérisation procède d’une « urbanité » associée à toutes les grandes villes5, qui nourrit aussi l’opposition Paris/province (Corbin, 1982)6, d’autres, cependant, sont déjà perçus par les observateurs comme appartenant en propre aux femmes de la capitale du royaume de France, ville elle-même singulière et hors norme, caractérisée par sa concentration de richesse, sa forte densité de population7, ses industries et ses commerces du luxe (Coquery, 2011), et, surtout, son imbrication étroite avec la cour – rappelons que l’installation définitive de celle-ci à Versailles, en 1682, n’a guère nui au faste et à la réputation de Paris, qui redevient, surtout à compter de la Régence, de 1715 à 1723, un pôle majeur de plaisirs et de rayonnement culturel (Lilti, 2005). La caractérisation de la Parisienne s’abreuve inévitablement à ce substrat : pour Rousseau et ses contemporains, il s’agit d’abord d’une femme folle de mode et de parure, enjeu décisif dans un espace social où le « paraître » engage le rang et l’identité (Steele, 1988). Si le souci de la toilette concerne les deux sexes, il n’en reste pas moins, comme l’ont montré Daniel Roche (Roche, 1989) et Jennifer M. Jones (Jones, 2004), que le dimorphisme du vêtement féminin/masculin s’amorce dès 1750, et que le goût des modes est désormais construit comme « féminin ». Dépeinte comme peu typée physiquement, ou alors, le plus souvent, en mauvaise part (pas très grande, un peu maigre, pâlichonne8....), la Parisienne domine par la recherche de ses tenues, dans cette ville où la mode est, tout à la fois, une ressource économique majeure et, déjà, un élément de réputation.

  • 9 Voir MONTESQUIEU, Les lettres persanes, in Œuvres complètes, t. 1, Gallimard, « Bibliothèque de la (...)

7Ce portrait de la Parisienne en fashion victim avant la lettre, qui nourrit souvent le reproche d’artifice – dans l’usage excessif de fards et de cosmétiques, ou le caractère outrancier de certaines modes –, a aussi ses facettes morales et psychologiques. Ainsi, les Parisiennes sont-elles généralement décrites comme peu timides, voire effrontées, cherchant, par tous les moyens à se faire remarquer. Elles ont le goût de l’intrigue et de la séduction, pratiquent volontiers l’adultère  – « On dirait que le mariage n’est pas à Paris de la même nature que partout ailleurs », s’en émeut par exemple Rousseau (Rousseau, 1967, 192). Ces travers, qui attribuent à l’ensemble des femmes de la ville, des traits spécifiques de la sociabilité mondaine et curiale, trouvent leur source dans une autre de leurs caractéristiques supposées : leur promiscuité avec les hommes. Pour beaucoup d’observateurs, en effet, la société française, et plus spécifiquement parisienne, se caractérise par l’importance des sociabilités mixtes, notamment dans le cadre de la vie mondaine et des salons (Lilti, 2005), mais aussi des commerces, du travail et des loisirs. Si bien que la femme semble, à Paris, éminemment visible et active dans l’espace public, aux antipodes du monde de la claustration féminine que lui opposent les deux héros persans de Montesquieu9, mais aussi de l’idéal rousseauiste, qui construit le « féminin » comme voué par la nature à l’univers domestique et privé, come l’a notamment analysé Yves Vargas (Vargas, 1997).

  • 10 Voir par exemple COTOLENDI Charles, An agreable criticism...., op. cit., pp. 14-15.
  • 11 Voir par exemple une lettre de FONZIVINE Denis en juin 1878, dans coll. Les Russes découvrent la Fr (...)

8La tonalité du commentaire apparaît donc globalement réservée, voire critique, qui insiste sur l’image d’une femme frivole et trop sûre d’elle, souvent accusée de déviriliser les hommes10, et dont les audaces ou l’impudeur flirtent parfois avec la débauche – Paris est largement réputée pour ses « filles », actrices ou prostituées, petites maîtresses ou femmes galantes11. Notons cependant que, même chez le sévère Rousseau, le portrait reste ambivalent, non dénué de séduction : coquette et vouée au rapide renouvellement des modes, la Parisienne est par là fraîche et pimpante ; l’effervescence culturelle et les brassages sociaux de la capitale lui donnent de l’aisance et de la vivacité d’esprit. Au vrai, qu’elle soit séduisante ou perverse, la « Parisienne » relève désormais d’un type urbain qui, en gommant les effets d’appartenance sociale, produit l’illusion d’une « communauté imaginaire » (Charle, 2004, 195-205), soudée par le genus loci et l’essence du « féminin ».

Logiques sociales, logiques de genre et identité parisienne

9Qui est, en effet, cette femme de Paris dont on cherche à définir le style et la personnalité ? Tout dépend, bien sûr, de l’origine et des expériences concrètes de chaque auteur : les voyageurs étrangers, notamment, restent pour la plupart tributaires d’une sociabilité très aristocratique, qui conditionne étroitement l’orientation de leur regard. Il n’en reste pas moins que Jean-Jacques Rousseau lui-même, et les premiers inventeurs du mythe parisien que furent Rétif de la Bretonne et Louis-Sébastien Mercier, ont eu une expérience de la ville socialement plus diversifiée, qui leur a permis d’aborder à son maximum d’extension le prisme de la féminité parisienne (Trousson, 1993). D’où des exemples piochés dans l’ensemble du corps social, et qui transcendent largement le clivage aristocratie/roture : grandes dames et filles du peuple, bourgeoises et aristocrates, marchandes et actrices, semblent se fondre dans une même entité « parisienne », même si demeurent d’importantes nuances, dont Rétif de la Bretonne s’emploient à explorer les byzantines ramifications (Rétif de la Bretonne, 1988).

  • 12 Voir aussi MERCIER Louis-Sébastien, Tableau de Paris 1782-1788, rééd. Paris, Robert Laffont, coll. (...)

10L’essentiel, c’est que cette relative diversité sociologique peut désormais nourrir le mythe d’une identité « transclassiste », elle-même alimentée par les deux principales dynamiques de la société parisienne : d’abord le lien structurel qui unit la Ville à la Cour, particulièrement déterminant dans le domaine des modes vestimentaires. Pour Jean-Jacques Rousseau, leur circulation de Versailles à Paris (Rousseau, 1967, 190)12 s’effectue à la vitesse de l’éclair, avec un talent et une inventivité dans la récupération et l’interprétation qui lui font remarquer : « Les Parisiennes dominent la mode et la savent plier chacune à son avantage » (Rousseau, 1967, 190). Au cours du xviiie siècle, le sens de la diffusion aura même tendance à s’inverser, puisque c’est à Paris, avec l’autonomisation de la corporation des couturières et la création de celle des marchandes de mode, que s’élaborent, désormais, les nouveaux styles, destinés à la clientèle de la haute aristocratie de cour (Roche, 1989, 304), mais aussi à un vivier plus composite d’épouses de financiers ou de riches commerçants, voire de courtisanes ou de femmes issues du monde des spectacles ; dans les années 1770, la domination parisienne en la matière est définitivement scellée par le choix qu’effectue Marie-Antoinette de se fournir chez la marchande Rose Bertin, bientôt pourvue, non sans une ironie inquiète, du titre de « ministre des modes » (Sapori, 2003). Parfois conspuées pour leurs audaces ou leur extravagance, les modes parisiennes influencent l’ensemble de l’Europe, mais irriguent aussi, en cascade, par la vertu d’un simple accessoire, tablier, bonnet, ruban, jusqu’aux couches les plus modestes du petit peuple, démocratisant insensiblement cette « culture des apparences » (Roche, 1989) qui va devenir l’un des marqueurs identitaires de la ville.

  • 13 Voir par exemple ROUSSEAU Jean Jacques., op. cit., p. 191 ; ou encore an., The curiosities of Paris (...)

11Si la coquetterie est donc perçue comme un lien fédérateur entre les femmes des bords de Seine, la communion des Parisiennes de tous rangs dans le culte de la mode nourrit ensuite un autre fantasme : l’idée qu’il est difficile de distinguer les femmes honnêtes des femmes entretenues, puisque les unes et les autres revêtent les mêmes styles, souvent excentriques ou effrontés – l’audace des décolletés parisiens étant volontiers dénoncée13. Pour Rousseau, ce qui définit la Parisienne, c’est précisément qu’elle n’hésite pas à imiter la fille de joie, non seulement dans ses atours, mais aussi dans son comportement. La baronne d’Oberkirch, aristocrate alsacienne en visite à Paris, en 1782 et 1784, relève de même, lors de ses promenades aux Tuileries ou au bal de l’Opéra, cette confusion des apparences et des statuts (Oberkirch, 1970, 302). Pour elle, la ligne de partage décisive est moins celle qui oppose le haut et le bas de la société, que celle qui sépare les « prudes » provinciales des galantes Parisiennes, rompues à l’art de l’intrigue (Ibid., 185). Aussi le clivage Paris/province recoupe-t-il également, en dernier ressort, une barrière de mœurs, qui articulé au thème de la mode, va construire une imagerie féminine spécifique, pour partie distincte de celle des hommes.

Illustration 1 : Jacques Rigaud, promenade au Palais des Tuileries, gravure, milieu du XVIIIe siècle

Illustration 1 : Jacques Rigaud, promenade au Palais des Tuileries, gravure, milieu du XVIIIe siècle

12À la veille de la Révolution de 1789, le portrait des Parisiennes est donc largement ébauché et diffusé, notamment grâce au grand succès du roman de Rousseauqui en propose le contretype. Nourri par la tradition aristocratique et monarchique de la ville, mais aussi par les dynamiques nouvelles qui produisent une société de consommation plus fluide et plus ouverte (Roche, 1989), il dessine une créature tout à la fois sophistiquée et libre de mœurs, point de mire de toute l’Europe. Aussi le xixe siècle va-t-il moins « inventer » la Parisienne, que la retravailler et la magnifier. S’il n’est pas possible de détailler ici les riches débats qui se nouent, pendant la période révolutionnaire, sur l’enjeu de l’apparence et de la place des femmes, bornons-nous à rappeler que les hommes de la Révolution furent, globalement, rousseauistes, donc favorables à l’inscription des valeurs féminines dans l’ordre domestique et privé (Hunt, 1995 ; Verjus, 2010). Caractérisée comme l’apanage naturel de ce sexe, la beauté physique appelle, selon eux, une mise sobre, conforme à la modestie attendue de l’attitude. Les excès vestimentaires et comportementaux des élites d’Ancien Régime, tout particulièrement féminines – avec, comme figure cardinale de la détestation collective la reine coquette, dépensière et « débauchée » Marie-Antoinette (Thomas, 1989) – sont donc unanimement conspués, avant que la fin de la Terreur, en juillet 1794 et la réaction hédoniste du Directoire, au moins jusqu’au début de l’Empire, ne fassent repartir le balancier dans l’autre sens : celui de l’exaltation d’une féminité tout à la fois raffinée et séductrice, que la Parisienne du premier xixe siècle va incarner à son maximum de rayonnement.

La cristallisation du mythe de la Parisienne (1800-1870)

Le Tout-Paris de l’élégance

13S’il est difficile de repérer le moment précis où s’effectue le passage du collectif au singulier, de l’entité au type, des « Parisiennes » à « la Parisienne », on peut néanmoins le situer avec une relative certitude dans les premières décennies du xixe siècle, quand les inquiétudes sociales, nourries par les retombées de la Révolution et la croissance brutale de la ville rendent nécessaire de représenter par des typologies les éléments éparpillés de la nation (Corbin, 1999). Dans les romans de Balzac comme dans la littérature industrielle, dans les physiologies (Delord, 1841) et dans la gravure de mode, « la Parisienne » se dit, s’écrit, s’exhibe sous la forme d’une représentation facile à identifier pour les lecteurs, particulièrement provincial et étranger. Dans ce processus, l’ébauche du xviiie siècle se complexifie et se nuance, accusant la césure entre élégance et érotisme, sans que s’abolisse tout effet de circulation de l’un à l’autre.

  • 14 Voir par exemple GIRARDIN Delphine de, op. cit., p. 124.

14Bien plus encore qu’au siècle précédent, la Parisienne va se définir par son goût de la recherche vestimentaire, en ce siècle industriel et bourgeois où la mode devient, tout à la fois, un secteur majeur de l’économie parisienne, une vitrine d’exposition des réussites industrielles et financières et le symbole même de l’économie marchande, qu’alimentent le constant renouvellement des objets et la perpétuelle titillation de l’achat. Si, jusqu’aux années 1830, les hommes n’ont pas dit leur dernier mot en matière de style – à travers, notamment, la figure du dandy (Schiffer, 2011) – le grand « endeuillement » que subit le costume masculin au cours du xixe siècle du fait de son assombrissement et de sa simplification (Harvey, 2000) tend à réserver l’ordre de la parure à la gent féminine (Perrot, 1981), et tout particulièrement, à la Parisienne. Dès le xviiie siècle, les modes de Paris se sont diffusées à travers, notamment, la gravure (Sullerot, 1966), mais le « siècle de la presse » (Charle, 2004)), qui voit la spécialisation croissante des titres et les progrès de l’illustration et de la mise en page, leur permet une diffusion nouvelle. Un nouveau type iconographique s’invente et se perfectionne tout au long du siècle, celui de la jolie Parisienne, élégante, bien mise, à la grâce un peu mignarde, et aux manières délicates, que l’on qualifie volontiers de « jolie poupée »14.

Illustration 2 : Achille Deveria, Les heures de la Parisiennes, 1840)

Illustration 2 : Achille Deveria, Les heures de la Parisiennes, 1840)
  • 15 Série d’articles parus en octobre-novembre 1830 dans le journal d’Emile de Girardin La Mode. Réed. (...)
  • 16 Sur ce point, voir par exemple les remarques du Dr VÉRON, ancien directeur de l’Opéra, qui compare (...)
  • 17 Voir notamment HUARD Louis, Physiologie de la grisette et Physiologie de l’étudiant dans coll. Phys (...)
  • 18 Déjà largement présente chez Rétif de la Bretonne (1988, p. 37), la figure de la belle marchande pa (...)

15Par le raffinement de sa toilette et de ses manières, elle appartient implicitement à ce monde élégant que dépeint Honoré de Balzac dans son Traité de la vie élégante15 et dont Anne Martin-Fugier analyse la composition sociale : s’il repose sur un certain niveau de fortune et d’oisiveté, il ne se résume plus à la cour et à l’aristocratie, absorbant peu à peu les nouvelles élites de l’industrie, de la finance et du commerce (Martin-Fugier, 1990). La diffusion de la notion d’élégance et son assimilation progressive à la parisianité marque ainsi le passage d’une mondanité fermée, structurée par le rang et les liens de cour, à une mondanité ouverte, plus accueillante au talent et aux hommes nouveaux, dont les épouses ou les maîtresses vont précisément avoir pour mission d’exalter la réussite. L’élégance prêtée à « la Parisienne » traduit dès lors l’ambition de distinction des élites ascendantes, dans une période où c’est Paris dans son entier qui a pour charge de réorchestrer le faste curial et aristocratique16. Notons cependant que cette notion d’élégance, attachée désormais à la ville n’est pas réservée exclusivement aux élites sociales et peut aussi servir à caractériser, par contamination ou effet de halo, des catégories de femmes d’origine plus modeste, notamment les grisettes17 ou l’ensemble des ouvrières de la couture et du linge, ou encore les belles commerçantes18, toutes vouées à incarner Paris sous une forme avenante et gracieuse. La plupart d’entre elles, tout particulièrement la grisette, traditionnellement définie comme la maîtresse de l’étudiant (Corbin, 1978 ; Caron, 1991 ; Gasnault, 1986), évoquent aussi une relative disponibilité sexuelle : voilà qui fait le lien avec l’autre composante du mythe, celui d’un Paris où la femme est offerte, accessible, dans le mouvement même de la croissance et de l’enrichissement de la ville.

L’érotisation de Paris et de la Parisienne

  • 19 Dont Balzac fixe la réputation dans Splendeurs et misères des courtisanes, roman d’abord publié en (...)
  • 20 Voir par exemple les réflexions de CESENA Amédée de, dans Le Nouveau Paris, guide de l’étranger, Pa (...)

16De longue date « ville promise » (Roche, 1989) et ville de migrants, Paris connaît, à compter des années 1820, une accélération de l’immigration, qui pose l’enjeu de la satisfaction des besoins sexuels d’une population masculine, souvent jeune et célibataire, d’ouvriers, d’étudiants (Marchand, 1993, 12-13), mais aussi de visiteurs divers, notamment grâce au développement du tourisme (Venayre, 2012). Cette croissance explosive favorise, de fait, le développement de la prostitution, structurée par une hiérarchie qui va de la simple fille des rues à la courtisane richement entretenue, dont les frasques et les « splendeurs »19 vont nourrir le mythe érotique parisien, au moins jusqu’à la Belle Époque. Plus largement, la réputation culturelle de la ville, la réactivation d’une vie de cour, jusqu’en 1870, la soif de divertissements et de dépenses des nouvelles élites, favorisent le développement de salles de spectacles et de lieux de plaisirs, dans un contexte de déprise du religieux sans doute plus marqué que dans le reste de l’Europe (Charle, 2008). L’ensemble des observateurs s’accordent pour reconnaître que les transformations de la société et de l’espace urbains favorisent cette visibilité féminine et cette sociabilité mixte déjà relevées au siècle précédent. Aux promenades mondaines déjà consacrées par la tradition, telles les Tuileries ou les Champs-Élysées, viennent s’ajouter de nouveaux lieux : à compter des années 1830, avec le déclin du Palais-Royal, c’est le Boulevard, surtout dans sa partie nord, qui devient l’épicentre du Paris hédoniste et festif et la scène cardinale de la flânerie, cette déambulation si parisienne, qui permet de cultiver l’art de l’œillade et de l’accostage (Retaillaud-Bajac, 2013). Sur ce théâtre urbain peuvent se déployer en toute majesté l’audace et l’élégance des modes parisiennes, exhibées par un ensemble composite de femmes, appartenant, tout à la fois, à la haute société, au monde des spectacles et aux diverses strates de la galanterie20. Pour le promeneur, le provincial, l’étranger, « la Parisienne » est donc, tout à la fois, la femme bien mise dont on admire l’allure et l’aisance et la tentatrice à la séduction parfois tapageuse.

Illustration 3 :Guérard, le café Tortoni en 1856

Illustration 3 :Guérard, le café Tortoni en 1856

L’apogée de « fête impériale »

  • 21 La Vie parisienne, opéra-bouffe, musique d’OFFENBACH Jacques, livret de MEILHAC Henri et HALÉVY Lud (...)
  • 22 Voir l’article « Parisienne » dans LAROUSSE Pierre., op. cit., 1866.

17Cette dualité de la représentation, entre femme du monde et femme légère, jolie poupée et fille facile, semble atteindre son apogée sous le Second Empire, durant lequel Paris devient « la ville des nourritures offertes » (Gaillard, 1977, 246), la vitrine, tapageuse et luxueuse, de la richesse nationale, façonnée par l’haussmannisation et offerte en modèle à la province comme à l’étranger, sur les airs joyeux des opérettes d’Offenbach21. Deux figures emblématiques peuvent ainsi représenter, aux deux extrémités de l’échelle sociale, la figure duelle de la Parisienne : d’un côté, l’impératrice Eugénie, Espagnole devenue reine de l’élégance par la grâce des robes de Charles-Frédérick Worth, fournisseur officiel de la cour et première incarnation du « grand couturier » parisien (Groom, 2012). De l’autre la « Nana » d’Emile Zola (Zola, 1960), conçue au début de la iiie république, mais chargée d’incarner toutes les débauches et les contradictions du Second Empire. Notons, au vrai, que la distance entre les deux est moins forte qu’il n’y paraît, ne serait-ce que parce que les hommes ont vocation à circuler de l’une à l’autre. À l’élégante Parisienne est souvent prêté, dans la filiation aristocratique, le goût de l’intrigue amoureuse et de l’adultère22. Symétriquement, la courtisane joue un rôle décisif dans la propagation des modes, vouée qu’elle est, par sa fonction, à faire valoir l’argent de ses riches protecteurs et à magnifier le vêtement par sa plastique et son « chien ». Aussi y a-t-il, entre l’axe de l’élégance et celui de l’érotisme, une différence de degré et de temporalité plus que de nature. D’un bout à l’autre de la chaîne sociale, « la Parisienne » se voit définie par une forme de séduction étroitement articulée à sa science du paraître, et modulées par une érotisation plus ou moins explicite, qui se joue, pour beaucoup dans les nuances des détails vestimentaires – couleur des robes, échancrure des décolletés, audace des dessous, plus ou moins appuyées selon les catégories de femmes (Perrot, 1984).

18Comment cette représentation pour le moins capiteuse de la féminité, va-t-elle évoluer dans le contexte de l’avènement de la iiie République en 1870, qui est celui d’un rééquilibrage symbolique du rapport Paris/province, mais aussi d’une nouvelle mise en scène du pouvoir économique et politique, plus sobre, et à vocation plus démocratique ? De fait, les premières décennies de la iiie République semblent correspondre à un important réaménagement du type, inscrit dans une recherche de cohésion nationale, mais aussi de réinvestissement, par les élites républicaines, du mythe parisien dans son ensemble, dont le versant hédoniste et séducteur demeure un élément non négligeable de rayonnement national.

La Belle Époque de « la Parisienne », des années 1870 à la Première Guerre mondiale

La Parisienne en majesté

19À compter des années 1870, on a bien le sentiment, en effet, que les représentations de « la Parisienne » opèrent une véritable montée en gamme, qui gomme, peu à peu, les aspects les plus lourdement érotisées ou séducteurs du personnage, au profit d’une incarnation plus élégante et apaisée. On peut prendre pour signe de cet infléchissement les figurations picturales qui se développent dans les années 1870 et 1880, au sein, notamment de la mouvance impressionniste, dont les représentants se sont voulus les « peintres de la vie moderne » (Groom, 2012), attentifs aux figures et aux décors du monde urbain de l’âge industriel. Présenté à la première exposition Impressionniste de mai-juin 1874, le tableau d’Auguste Renoir intitulé « la Parisienne » représente une jeune et jolie jeune femme en sage robe bleue, qui n’a plus rien de la jolie poupée ou de la créature aguicheuse des gravures et des physiologies de la première moitié du siècle. Refusant la logique du portrait – le modèle, l’actrice Henriette Herriot, n’est pas évoquée par le titre –, le peintre entend manifestement représenter un type tout à la fois urbain et social, déjà inscrit dans une longue tradition iconographique, mais qu’il s’approprie de son talentueux pinceau. Domine une impression de bon ton et d’élégance, dans une représentation idéalisée et séduisante de la femme, représentée comme la fleur raffinée de la civilisation moderne.

Illustration 4, A. Renoir « La Parisienne », 1874 

Illustration 4, A. Renoir « La Parisienne », 1874 

Illustration 5, E. Manet « La Parisienne », 1875

Illustration 5, E. Manet « La Parisienne », 1875

Illustration 6, J. Béraud, « Parisienne, place de la Concorde », 1890

Illustration 6, J. Béraud, « Parisienne, place de la Concorde », 1890
  • 23 En 1928 est créée la « Marianne de Paris », qui célèbre le personnage de la midinette (voir infra).

20L’initiative n’est pas isolée : la même année, Édouard Manet propose sa propre version de la « Parisienne », plus altière, mais non moins élégante. Avec moins de finesse artistique, mais une ambition comparable, Charles Giron (« Femme au gant », dite « la Parisienne », 1883), James Tissot (série de 15 tableaux sur « La femme à Paris », 1885) ou encore Jean Béraud (« Parisienne, place de la Concorde », 1890) (Garb, 1998), proposent leur propre interprétation du type. S’il existe, bien sûr, de la grâce presque ingénue du modèle de Renoir, au regard mutin des promeneuses de Béraud, d’importantes nuances, les jeunes femmes représentées se caractérisent toutes par la recherche et le raffinement de leur allure, qui confère à leur séduction quelque chose de distancié et de retenu. On retrouve cette tendance à l’idéalisation dans la statuaire, à travers, par exemple, certains bustes de Marianne incarnée en élégante Parisienne (Agulhon, 1989, 342)23, devenues de véritables symboles de réconciliation nationale. Lors de l’exposition universelle de 1900, la statue représentant la « Ville de Paris », est ainsi rebaptisée « la Parisienne » par les visiteurs, sensibles à l’élégance de sa silhouette et de sa tenue (Ibid., 79).

  • 24 HAKE Egmont, Paris originals, London, C Kegan Paul & Co, 1878, p. 115
  • 25 STRONG Rowland, Sensations of Paris, London, John Long Ldt, 1913, p. 75.
  • 26 DAWBARN Charles, France and the French, London, Methuen & Co 1911, p. 49. À noter que dans cet ouvr (...)
  • 27 CHILD Theodore, The Praise of Paris, New York, Harper’s and Brothers, 1893, p. 87.

21La littérature de voyage ou de « tableaux parisiens » fait écho à cette idéalisation du personnage, dont le style n’est plus prioritairement défini comme provocant ou indécent, mais, plus systématiquement, comme charmant ou élégant. L’auteur de l’ouvrage Paris originals, par exemple, repère les femmes de Paris « [...] from the exquisite taste of their toilette, the elegance of their gesture and their perfect tournure. »24 Pour le guide Sensations of Paris, c’est la rue de la Paix « [...] which supplies the inimitable chic and cachet to the Parisian gown and the manner of wearing it. »25 Charles Dawbarn y associe un érotisme tempéré en remarquant : « Paris fashions are alluring, “provocateur“, troubling in the “line“, the accentuation of the silhouette. An undefined challenged is thrown down by the Parisian “elegante“. You never find the same sensational appeal in Englishwomen’s clothes.”26 Visiteurs plus récents et moins prévenus que les Anglais, les Américains sont peut-être les plus ardents à célébrer cette élégance parisienne que leurs jeunes fortunes brûlent de s’approprier. Se réclamant de Théodore de Banville, Theodor Child consacre ainsi un chapitre quasi lyrique à « The Parisienne »  : « Paris is the city of art and poetry, but of all the artists and poets that Paris fosters the greatest are the Parisiennes [...] The Parisiennes have, above all other women, an innate gift of synthesis, and a love of order and rythm which produce all the graces and even the sublime grace of virtue. »27.

  • 28 Ainsi dans les expressions « c’est chic », au sens de « c’est gentil », ou « quel chic type ! ».
  • 29 Les mannequins de chair commencent à être utilisées par les maisons de mode dans les années 1900 : (...)

22C’est à cette période que s’impose définitivement la notion de « chic », associée à l’adjectif « parisien » : Françoise Tétard-Vittu le recense dans huit titres de revues de mode entre 1883 et 1908 (Tétard-Vittu, 1990,). Appartenant, à l’origine, à un registre assez relâché, voire populaire28, le terme connaît ainsi une promotion décisive en s’intégrant au vocabulaire de la mode, alors même que ce secteur est en pleine expansion (Tétard-Vittu, 2012) : à la suite de Worth, ses élèves et émules Jacques Doucet, Paul Poiret ou Madeleine Vionnet installent définitivement la figure du grand couturier, désormais assimilé à un véritable artiste. Dès lors, qu’elle soit femme du monde ou actrice, parfois même simple mannequin29 ou « petite main » des ateliers, « la Parisienne » se doit de représenter, à la hauteur de ses moyens, cette élégance vestimentaire dont la réputation colle à la ville et qui, depuis le xviiie siècle, a ses quartiers spécialisés : d’abord le Palais-Royal et la rue du Faubourg Saint-Honoré, puis la rue de la Paix et le quartier de la Madeleine, avant que le xxe siècle n’impose les Champs-Élysées et l’avenue Montaigne (Tétard-Vittu, 2012 ).

  • 30 L’écrivain Henri Hertz s’en prend aux « grâces factices des Parisiennes, endimanchées », auxquelles (...)

23L’exaltation de cette féminité parisienne, toute de « chic » et d’élégance, apparaît donc comme une facette essentielle du « narcissisme capital » analysé par Christophe Prochasson (Prochasson, 1999, 65), et qui agit comme un très puissant aimant, tout à la fois migratoire, touristique et culturel. Ainsi, dans cette période où la province se rapproche de Paris par l’effet homogénéisant du réseau ferroviaire, de la presse de masse ou des programmes scolaires, cette jolie Parisienne tend de plus à plus à se confondre avec « la Française », où du moins, à s’en faire la plus prestigieuse ambassadrice. Si la dénonciation du parisianisme et de l’hypertrophie de la capitale (Marchand, 2009), entraîne parfois la critique de ses artifices, et la défense parallèle des beautés régionales ou rurales30, au nom de la nature et de l’authenticité, l’opposition ne semble plus aussi clivante que dans la première moitié du xixe siècle : « la Parisienne » a bel et bien conquis ses lettres de noblesse, même si dans son sillage flotte encore un léger parfum de soufre.

Les reconfigurations de l’Éros parisien : une imagerie plus tempérée ?

  • 31 Henri de Toulouse-Lautrec, « La chanteuse Yvette Guilbert », 1894.
  • 32 Voir notamment la célèbre affiche de Toulouse-Lautrec, pour le Moulin Rouge (1891), représentant Lo (...)

24Le Paris de la Belle Époque reste, en effet, celui des célèbres cocottes, qui, de Cléo de Mérodes à Liane de Pougy, en passant par Émilienne d’Alençon ou Caroline Otéro, n’ont rien à envier, en tapage et falbalas, à leurs devancières du Second Empire (Guigon, 2012). De même, les maisons closes de la capitale conservent une réputation internationale et l’offre prostitutionnelle est d’une grande variété (Corbin, 1982 ; Adler, 2010), ainsi que la scène théâtrale, chorégraphique et lyrique (Charle, 2008), qui charrie toujours son lot d’ « artistes » à la lisière du demi-monde. Dans l’ordre des représentations picturales, les « petits rats » équivoques d’Edgar Degas, mais aussi les chanteuses populaires31 et les danseuses de cancan32 d’Henri de Toulouse-Lautrec symbolisent la permanence d’un Paris, tout à la fois encanaillée et féminin, qui nourrit plus que jamais la curiosité des visiteurs. En faisant monter sur scène le cancan ou le chahut, le music-hall perpétue une tradition qui évoque depuis de longues décennies, déjà, le « gai Paris » et sa licence érotique.

  • 33 Voir par exemple le Cook’s Guide to Paris, London, Thomas Cook & Son, 1889, p. 21.
  • 34 C’est l’opinion soutenue par exemple par SALA Georges-Augustus, Paris herself again in 1878-9, Lond (...)
  • 35 Edouard Manet, « Bal Masqué à l’Opéra », 1873.

25Toutefois, cette promotion témoigne aussi d’un processus de « folklorisation » qui constitue peu à peu en simples attractions touristiques des pratiques autrefois plus spontanées et subversives (Gasnault, 1986). Dès les années 1870, nombre de guides sur Paris déplorent ainsi que le cancan ne soit plus, dans les bals publics, qu’un simple numéro pratiqué par des danseuses aux ordres et rémunérées33. Le plus célèbre des bals parisiens, celui de l’Opéra, qui, depuis 1716, alimentait tout un imaginaire érotique de rencontres et de « bonnes fortunes », a commencé de péricliter dès les années 1860, et semble bien conventionnel et démodé34 – même si Édouard Manet peut encore y puiser, en 1873, matière à beaux contrastes chromatiques35. Au début du xxe siècle, sous l’effet de l’haussmannisation et de l’évolution des goûts du public, la quasi totalité des grands bals du xixe siècle ont disparu, d’abord remplacés par des « dancings », puis dans l’entre-deux-guerres, par des boîtes de nuit, qui, pour rester des lieux de rencontre et de drague, ne véhiculent plus le même imaginaire coquin. Le Boulevard lui-même, longtemps le théâtre majeur des séductions parisiennes, a perdu de son lustre, démagnétisé par le balancier des modes et les mutations urbaines : ce sont, désormais, Montmartre, Pigalle et Montparnasse qui vont lui succéder dans la géographie des divertissements parisiens, toujours pourvoyeurs de spectacles légers et de « petites femmes », mais dans le registre d’un pittoresque au second degré, qui, en figeant et banalisant les jeux de rôle et les chorégraphies du siècle précédent, en réduit peu à peu la charge subversive.

  • 36 Voir IVIMY Alice M., A woman’s guide to Paris, London, James Nisbet & Co, 1909. L’auteure a jugé la (...)
  • 37 ADOLPHUS F., Some memories of Paris, London, William Blackford & Sons, 1895, p. 275.
  • 38 A. M. Ivimy, op. cit., p. 60

26Dans ce contexte, on ne s’étonnera pas que la plupart des guides, notamment anglo-saxons, cherchent à infléchir ou nuancer la réputation de légèreté des Parisiennes : on souligne, par exemple, que la prostitution est de partout et ne saurait constituer une spécialité locale36 ; ou encore que la très grande majorité des femmes de la ville n’ont rien à voir avec la tapageuse réputation qu’on leur a faite, se caractérisant, tout au contraire, par une certaine sobriété dans le style et l’allure37, un chic simple et dépouillé, repérable jusque dans les milieux les plus modestes. Cette atténuation perceptible de l’imagerie tient aussi au fait que le tourisme se démocratise et se diversifie : au voyageur masculin, souvent solitaire, de la première moitié du xixe siècle, viennent désormais s’associer, de plus en plus souvent, des familles (Venayre, 2012), voire des femmes seules (Ivimy, 1909), à qui il convient de présenter une représentation plus rassurante et normée de la vie parisienne. C’est à cette nouvelle clientèle féminine que s’adresse, en priorité, la rubrique « shopping » des guides, qui renvoie de la mode parisienne une image tout à la fois plus pratique, plus accessible, et plus vertueuse38.

L’osmose du « chic » et du « chien » : la bourgeoise 1900

  • 39 Voir notamment la pièce de BECQUE Henri, précisément intitulée La Parisienne, Paris, Calmann-Lévy, (...)
  • 40 Pour le catalogue de la maison anglaise High Life Taylor, 1907.

27C’est peut-être dans les représentations théâtrales et picturales que l’on peut repérer un nouvel équilibre, plus subtil, du « chic » et du « chien », qui reflète en miroir l’avènement des valeurs bourgeoises, et le déclin relatif de l’éthos aristocratique, à quoi avait initialement renvoyé la figure de l’élégance parisienne. Un nouvel avatar de la Parisienne triomphe en effet sur les scènes de la capitale, celui de la belle épouse bourgeoise qui collectionne les amants – inconduite accueillie avec complaisance et fatalisme par des maris eux-mêmes pas toujours exemplaires39. Revu et corrigé par les hommes de lettres de l’ère républicaine, l’adultère se fait source comique, délesté de ses aspects les plus choquants ou les plus dramatiques par un rire qui se fait volontiers grivois. S’y dessine la figure d’une Parisienne tout à la fois élégante et légère qui, dialectisant l’opposition grande dame/courtisane, opère la synthèse de la respectabilité et de la sensualité. Dans une série de vignettes publicitaires intitulée « La journée d’une Parisienne au xxe siècle »40 l’illustrateur Albert Guillaume met ainsi en scène, dans la filiation d’Achille Devéria, une gironde bourgeoise aux poses subtilement aguicheuses, que l’on peut même contempler entièrement nue, à l’instant du bain.

Illustration 7, A. Guillaume, « La journée d’une Parisienne », 1907

Illustration 7, A. Guillaume, « La journée d’une Parisienne », 1907

28Le personnage de la « Parisienne 1900 » fait donc figure de creuset, tout à la fois esthétique et social, entre l’axe de l’élégance et celui de l’érotisme, qui redéploie l’image de Paris dans sa réputation de capitale des plaisirs et de la féminité, au cœur même de la société bourgeoise, plutôt qu’à sa périphérie élitiste ou marginale. Image apaisée dont on doit maintenant se demander si elle va résister aux bouleversements et aux nouvelles concurrences du xxe siècle, qui voit la remise en cause de la suprématie parisienne et française, et l’évolution décisive du statut des femmes.

Le déclin de « la Parisienne » ? Des années 1920 à nos jours

Héritages et permanences

  • 41 Voir coll, Paris haute couture, Paris, Skira Flammarion, 2012.

29Dans la première moitié du xxe siècle, « la Parisienne » n’en finit pas, assurément, de rayonner. Jusque dans les années 1950, au moins, les modes de Paris continuent de régner presque sans partage, même si la parenthèse de la Seconde Guerre mondiale a pu offrir à la couture américaine, déjà mobilisée par l’industrie du cinéma, une première piste d’envol. Le triomphe de Christian Dior, en 194741, la réinvention professionnelle de Coco Chanel, en 1954, à 71 ans, et son incroyable succès auprès des Américaines (Charles-Roux, 1974, 478) puis la déferlante de nouveaux talents, d’Hubert de Givenchy à Yves Saint-Laurent, de Pierre Cardin à Yves Courrèges, maintiennent Paris dans son statut de capitale de l’élégance, et les Parisiennes dans leur statut de reines de la mode.

  • 42 Voir KIKI DE MONTPARNASSE, Souvenirs retrouvés, Paris, José Corti, 2005.
  • 43 Voir MORAND Paul, Paris de nuit, Paris, Imprimerie Arts et Métiers graphiques, 1933, avec 60 photog (...)
  • 44 Serge Lama, « Les petites femmes de Pigalle », paroles de Serge Lama, musique de Jacques Datin, 197 (...)
  • 45 Qui se spécialise dans le spectacle « parisien », au Casino de Paris, avec, notamment, Bonjour Pari (...)
  • 46 Qui chante « Coeur de Parisienne », dans le film Un chien qui rapporte, Jean Choux, 1931.
  • 47 Voir la chanson « J’ai deux amours, mon pays et Paris », paroles de Géo Korner et Henri Varna, musi (...)

30La ville n’a pas perdu, non plus, sa réputation de libéralisme et de tolérance en matière de mœurs, phare qu’elle demeure, après les deux guerres mondiales, pour une inépuisable colonie d’Américains et d’étrangers, avides de dynamisme culturel et intellectuel, mais aussi de libération personnelle et sexuelle. Cette image libérale et « libérée » de Paris et de la France demeure incarnée par une large palette de figures féminines, qui vont des modèles de peintres, telle Kiki de Montparnasse42, aux « petites femmes » de Pigalle et de Montmartre, photographiées par Brassaï dans les années 193043, et encore chantées, quelques décennies plus tard, par Serge Lama44. Les vedettes de music-hall évoquées par Pascal Sevran (Sevran, 1978), telles Mistinguett45, ou du septième art, telles Arletty46, réinvestissent, sur un mode bon enfant, le personnage de la Parisienne des faubourgs, au verbe haut et à la séduction canaille. Fort de son prestige, le mythe se révèle apte à fabriquer des « Parisiennes » sur n’importe quel terreau, comme l’illustre la figure emblématique de Joséphine Baker, qui, en renouvelant les audaces désormais bien frelatées du french cancan sur la scène du Théâtre des Champs-Élysées, s’approprie le rôle, dans une version exotique et métissée47. Cette faculté à absorber les modes, les identités, les nationalités semble promettre au personnage un règne éternel dans l’ordre de la séduction, avec cette inimitable combinaison de « chic » et de « chien », d’élégance vestimentaire et de sensualité.

Premières déstabilisations

  • 48 Christophe Prochasson souligne que l’autopromotion exacerbée que déploient les élites du Paris 1900 (...)

31Pourtant, les premières décennies du xxe siècle font aussi apparaître quelques lignes de fracture, qui s’inscrivent elle-même dans un contexte plus général de vacillement de la légende parisienne, un temps masqué par l’embellie économique et le dynamisme culturel des années 1920, mais révélé par la crise des années 1930 (Cohen, 1999, 305-307)48.

  • 49 L’entre-deux-guerres voit le lancement de nombreuses revues de cinéma destinées au grand public, do (...)

32Pour la Parisienne, de nouvelles concurrences commencent en effet à poindre, et sur ses terrains propres, ceux du chic et de l’attrait érotique. De ce point de vue, l’essor du cinéma américain, dans les années 1920 et 1930, apparaît comme un tournant : la promotion des stars (Morin, 1972) que le grand écran se doit de rendre sexy et glamour (Gundle, 2008, 178-182), et dont les gazettes49 relatent avec force détails les frasques tapageuses, constitue, de fait, une brèche de taille dans les prétentions de « la Parisienne » à incarner une certaine forme d’hyperféminité. Il entraîne la diffusion d’un nouveau vocabulaire d’origine anglo-saxonne, dont la notion-clé est celle de sex appeal : la Parisienne n’en fut certes guère dépourvue, mais elle n’en détient plus, désormais, le monopole.

  • 50 C. LAUGHLIN, op. cit., 1924, p. 49. Voir aussi WOON Basil, The Paris that’s not in the guide book, (...)
  • 51 JOSEPHY Helen et Mc BRIDE Margaret, Paris is a woman’s town, New York, Coward-Mac Carn Inc., 1929.
  • 52 Ibid., p. 7.
  • 53 Le magazine est racheté en 1905 par Conde Monrose Nast, qui en fait un véritable magazine de mode, (...)

33Cette montée en puissance des Américaines – ou des étrangères « américanisées » par le cinéma, comme l’illustre le parcours de la Française Claudette Colbert – trouve aussi sa source dans la nouvelle force de frappe économique que représente le marché américain. Comme le formulent les guides de voyage des années 1920 et 1930, il ne s’agit plus, désormais, de singer timidement les modes de Paris ou de Londres, mais bien de se les approprier sans complexe d’infériorité, ne serait-ce que parce que, comme le souligne, en 1924, l’auteure de So you are going to Paris ! : « [...] It isn’t true at all that all Parisiennes are instinctively ”smart”, or even tasteful. Only a very small proportion of French women is concerned with fashions – as you will soon find out. »50 Dans l’ouvrage Paris is a woman’s town, publié à New York en 192951, les deux auteures se complaisent à déboulonner le mythe de l’élégance parisienne, pour exalter, en contrepoint, le style américain, nourri, de manière plus moderne, par l’imagerie et l’industrie du cinéma. C’est désormais, estiment-elles, des Etats-Unis que vient l’influence dominante : « American buyers and fashion magazines help to control French fashion, assisted by our shirty little flappers and sub-debs who wear what they please without bothering about what others think of them. »52 De ce point de vue, le lancement de l’édition française du magazine Vogue, en 1920, apparaît comme un événement significatif : fondé en 1892 par le New-yorkais Arthur Baldwin Turnure, ce journal se présente comme « le conseiller de la femme à la mode »53 et va devenir aux Etats-Unis, puis en Europe, la vitrine opulente d’une mode tout à la fois haut de gamme et avant-gardiste.

  • 54 Avec, notamment, les créations de Paul Poiret et de Madeleine Vionnet, qui suppriment le corset dès (...)

34Par delà le rééquilibrage des rapports de force économiques et culturels, on peut enfin se demander si ce ne sont pas les nouvelles orientations des modes féminines, à compter des années 1920, qui vont amorcer une rupture irréversible dans la symbolique et l’esthétique de la féminité « parisienne », laquelle s’était construite dans une opposition dialectique au genre masculin, autour de quelques axes dominants : sophistication extrême de la toilette, conçue comme une complexe juxtaposition de pièces et de dessous ; corps redessiné, magnifié, entravé, par toutes sortes d’appendices et de prothèses textiles (corsets, crinolines, tournures, poufs...)(Perrot, 1984) ; importance des détails et des accessoires (gants, ombrelles, chapeaux...), qui accentuent l’effet de sursaturation de signes vestimentaires et exaltent le talent qu’exige leur agencement maîtrisé. Radicalisant les premières tentatives de simplification des lignes amorcées dans les années 191054, le vestiaire des années 1920 prend le contre pied radical de cette esthétique de la surcharge et de l’empaquetage, du voilé/dévoilé, démodant durablement la charmante poupée, puis la « jolie madame », à laquelle s’était, jusque là, assimilée la Parisienne.

  • 55 Voir MARGUERITTE Victor, La Garçonne, Paris, Payot, 2013, introduit par Yannick Ripa.
  • 56 Rappelons que dans les années 1920 et 1930, la femme mariée est, juridiquement, une mineure, et que (...)

35Il est vrai que cette évolution prend sa source dans la couture parisienne elle-même, avec l’influence déterminante de Gabrielle Chanel, la première à rompre avec les afféteries de la Belle Époque. C’est aussi une Parisienne élégante et sophistiquée qui, dans le célèbre roman de Victor Margueritte, à la charge d’incarner cette femme nouvelle55. Mais la rupture n’est-elle pas, pour partie, en trompe l’œil ? L’héroïne de Margueritte fait, au bout du compte, figure de fausse émancipée, et l’on sait, que, contrairement aux perceptions angoissées des contemporains, hantés par le spectre d’une androgynie généralisée, le look « garçonne » est loin d’avoir subverti radicalement le dimorphisme masculin/féminin, la féminité trouvant très vite à se réinventer dans des détails plus subtils et plus fins, à peine moins contraignants que ceux du passé (Bard, 1998, 37). En réalité, le phénomène « garçonne » met en relief certaines contradictions du modèle parisien et français de féminité : comment concilier, en effet, l’image de cette femme libérée qui fume la cigarette et change les pneus de sa voiture avec les entraves d’un statut qui la prive encore de droits citoyens et politiques élémentaires56 ? La simplification des modes n’est-elle pas, tout à la fois, signe et moteur d’un changement du statut des femmes, que la France se devra, tôt ou tard, de prendre en compte ? Remarquons que, pour la première fois, peut-être, dans l’histoire du vêtement féminin européen moderne, la mode « garçonne » a émergé, en parallèle, à Londres, New York, ou Berlin, arborée avec autant de panache par les flappers anglo-saxonnes ou les troublantes androgynes de la nuit berlinoise, que par des Parisiennes, toujours reines de l’élégance, mais moins libres, peut-être, que ne semblent le proclamer leurs cheveux courts et leurs manières décidées.

Des années 1960 à nos jours : un mythe en voie d’édulcoration

36Encore partielle et limitée dans l’entre-deux-guerres, un peu freinée par le « retour à l’ordre » des jeux de rôles masculins/féminins dans les années 1940 et 1950, cette fragilisation de la séduction parisienne, puis sa dilution progressive dans la recomposition des normes et des hiérarchies internationales, apparaît beaucoup plus manifeste à compter des années 1960-1970.

  • 57 « La Parisienne », paroles de Françoise Mallet-Joris et Michel Grisolis, musique de Marie-Paule Bel (...)

37En effet, les transformations des « Trente Glorieuses » – rajeunissement de la population dû au baby boom, modernisation industrielle, généralisation du modèle consumériste, progression du travail féminin... – ne sont pas sans conséquence sur la puissance de rayonnement d’un mythe qui s’était construit dans un contexte de forte opposition entre Paris et la province, et de hiérarchies sociales encore marquées. À compter des années 1970, c’est l’opposition Paris/province, mais aussi ville/campagne qui commence à se déliter, affaiblie par l’exode rural, la tertiarisation de l’économie, les progrès des médias audiovisuels et le maillage toujours plus serré du territoire par les transports. Les modes et les canons de la beauté parisiennes trouvent là matière à circuler et à se diffuser beaucoup plus rapidement que par le passé, même si la capitale continue de revendiquer, jusqu’à nos jours, un train d’avance dans la maîtrise des styles. Si la chanteuse Marie-Paule Belle peut encore rencontrer un vif succès, en 1976, en chantant : « Je ne suis pas Parisienne, ça me gêne, ça me gêne.... »57, le regret est ici tout d’ironie puisque « la Parisienne » décrite en creux est définie comme snobe, intellectuelle et mondaine, plutôt que comme une jolie femme dont il faudrait imiter la séduction.

  • 58 Une Parisienne, film de BOISROND Michel, 1957.
  • 59 Les bonnes femmes, film de Claude Chabrol, 1960.
  • 60 Une femme est une femme, film de Jean-Luc Godard, 1961.
  • 61 Les Parisiennes de Kiraz..., op. cit., p. 77.

38L’autre donnée à prendre en compte est évidemment la « révolution sexuelle » des années 1960-1970, qui, même si l’expression est à nuancer, n’en contribue pas moins à reconfigurer en profondeur les économies libidinales, tant du point de vue des âges que des rapports entre les sexes et des identités nationales. Le mythe de « la Parisienne » trouve certes matière à s’y ressourcer : à travers, par exemple, le succès planétaire de l’actrice Brigitte Bardot, qui, elle-même originaire de la bonne bourgeoisie de la capitale, incarne avec une puissance inégalée l’image de la Française émoustillante et libérée, et, plus spécifiquement, celle d’une Parisienne coquette et coquine, dans le film du même nom58 ; à travers, encore, les dessins du dessinateur Kiraz, de son vrai nom Edmond Kirazian (Boulloud et Boullé, 2008), qui, à partir de 1959, crayonne pour le magazine Jour de France, une Parisienne rajeunie, modernisée, mais toujours à la page, et d’un érotisme désormais tout à fait explicite et assumé ; à travers, aussi, les jeunes filles et les jeunes femmes du cinéma de la Nouvelle Vague qui, de Bernadette Laffont dans Les bonnes femmes59 à Anna Karina dans Une femme est une femme60, réinvestissent avec une grande liberté de ton diverses figures de Parisienne piquante et délurée. Dans le regard des étrangers, la France, et plus particulièrement Paris, reste, au moins jusqu’à la fin des années 1970, l’espace imaginaire des jolies filles et de la drague facile, celui que le couturier Christian Lacroix décrit comme « [...] le Paris des belles avenues, des cafés avec les minets du drugstore, les playboys avec des foulards dans l’encolure, les belles voitures rouges et les filles un peu insouciantes... »61.

Illustration 8, Affiche du film « Une Parisienne », 1957

Illustration 8, Affiche du film « Une Parisienne », 1957

Illustration 9, les Parisiennes de Kiraz, vers 1995

Illustration 9, les Parisiennes de Kiraz, vers 1995
  • 62 Voir le film A nous les petites Anglaises, de Michel Lang, 1975.
  • 63 Près d’un demi-siècle après la « libération sexuelle » et la légalisation de l’avortement, l’âge mo (...)
  • 64 Mise au point en 1951, la pilule contraceptive est autorisée aux Etats-Unis à partir de 1960, en Gr (...)
  • 65 L’avortement est autorisé en Grande Bretagne à partir de 1967, aux Etats-Unis dans certains états à (...)

39Il n’empêche : Suédoises décomplexées, « petites Anglaises »62 en mini jupes, belles estivantes de « l’Italie du miracle »... La culture des années 1960 et 1970 n’en finit pas de réinventer les figures de la séduction féminine, toujours plus jeunes, toujours plus libres, toujours plus accessibles, même si le fantasme a évidemment sa part dans cette libération qui n’est parfois qu’en trompe l’œil, notamment pour les jeunes filles, dont la virginité et la fécondité demeurent sous le contrôle des adultes63. Si les Françaises ont enfin conquis le droit de vote et progressent sur le chemin de l’égalité juridique, le pays n’apparaît guère pionnier dans le domaine de la légalisation de la contraception64 et de l’avortement65, pourtant décisifs dans le processus de libération du désir féminin. Ces droits ne sont obtenus que tardivement, et, pour l’essentiel, au nom de l’hygiène sociale. Terre de liberté sexuelle au xixe siècle, la France apparaît moins pionnière, dès lors que ce sont les femmes elles-mêmes qui réclament la maîtrise de leur corps et de leur plaisir, et ce, non plus pour quelques privilégiées atypiques, mais pour l’ensemble de la population féminine.

  • 66 Kane, 1987, p. 160.
  • 67 Outre l’ouvrage récent d’Inès de la Fressange, déjà évoqué, on peut citer PROUVOST Carole, Le look (...)
  • 68 Parmi quelques exemples récents, voir le numéro spécial du magazine L’Officiel, « La mode, c’est Pa (...)
  • 69 Collection créée en 2004 par deux journalistes françaises, Leyla Demay et Laure Watrin.

40Menacées dans leur réputation d’avant-gardisme érotique, les Parisiennes vont l’être aussi sur le terrain de la domination des modes, puisque émergent, à compter des années 1980 de nouvelles scènes de création, à Londres, Milan ou New York, inspirées par d’autres conceptions du « chic », mais aussi par l’esthétique de la culture pop-rock et des modes adolescentes. Un guide américain de la fin des années 1980 considère ce déclassement relatif pour acquis en observant : « Although it is the couture capital of the world, Paris — taken as a whole — is neither as well dressed as Rome nor as clothes-conscious as London. »66 Certes, la réputation demeure, qui nourrit un inépuisable filon de guides pratiques67 et d’articles de presse68 consacrés au charme ineffable de la féminité des bords de Seine. Mais si elle reste définie par ce « je ne sais quoi » censé la rendre inimitable, la Parisienne n’est plus qu’un type féminin parmi d’autres – comme le montre implicitement, par exemple, la collection « Les pintades »69, qui s’est donnée pour objectif de décrypter le mode de vie des jeunes urbaines du monde entier, avec pour cibles de lancement les New-yorkaises et les Londoniennes, Paris ne venant qu’en quatrième position.

  • 70 Voir par exemple les différents spots pour « Coco Mademoiselle », de Chanel, entre 2007 et 2011, av (...)
  • 71 Voir Gala.fr, http://www.gala.fr/mode/les_stars_et_la_mode, BUIATTI Marion, 16 septembre 2009, cons (...)
  • 72 Ibid. Voir aussi l’argumentaire pour le parfum sur le site de la maison Yves Saint-Laurent parfums, (...)

41La ville – avec son prolongement aristocratique qu’est Versailles – demeure pourtant le décor privilégié de nombreuses campagnes publicitaires des maisons de couture, de parfums et de cosmétiques, qui, à travers un flux d’images souvent interchangeables, entretiennent le mythe d’une convergence pérenne entre luxe, élégance et féminité parisienne (Rocamora, 2009). Toutefois, cet héritage lesté de puissants enjeux économiques se perpétue au prix d’une banalisation et d’une « stéréotypification » croissantes, qui, tout en élargissant sans cesse la clientèle visée, diminue, par là-même, son élitisme et son pouvoir de séduction. Par ailleurs, la mondialisation des cibles entraîne presque inévitablement des phénomènes d’hybridations référentielles, qui permettent d’incarner « la Parisienne » sous les traits d’une actrice ou d’un mannequin étrangers, souvent d’origine anglo-saxonne, sur fond de bande sonore, pop ou rock, en anglais70. C’est le schéma retenu, notamment, pour la campagne du parfum d’Yves Saint-Laurent, « Parisienne », lancé en 2009, qui met en scène le célèbre modèle anglais Kate Moss déambulant sur fond de Tour Eiffel et de ponts sur la Seine au petit matin. Pour le magazine Gala, le personnage incarne « la Parisienne new generation »71, qui revendique toujours l’audace, voire « l’indécence »72, mais dans un contexte où cette notion s’est tellement galvaudée, qu’elle ne recèle plus rien du potentiel de subversion qui émanait de la Parisiennes des boulevards ou de la scène, un siècle et demi plus tôt.

Illustration 10 : Publicité pour le parfum Yves Saint-Laurent « Parisienne », 2009

Illustration 10 : Publicité pour le parfum Yves Saint-Laurent « Parisienne », 2009
  • 73 Voir par exemple le texte de LANÇON Philippe, consacré aux beautés exotiques de la capitale, « Bell (...)

42« La Parisienne » a bien été, en ce sens, une figure cardinale et pionnière dans l’élaboration de la féminité moderne, définie, tout à la fois, par son élégance, son raffinement, son aisance comportementale d’origine aristocratique, mais aussi par son art de la séduction pouvant aller jusqu’à la franche effronterie. Un subtil dosage de « chic » et de « chien », donc, différemment associés selon les époques et les milieux, mais peu à peu constitué en topos littéraire et médiatique, avant que l’homogénéisation des sociétés occidentales, dans la deuxième moitié du xxe siècle, et la mutation des identités de genre et du statut des sexualités, ne remettent en question cet équilibre comme sa pertinence. Construite sur la base d’un privilège presque exclusif de l’hétérosexualité et d’un très fort dimorphisme de genre, la figure de « la Parisienne » ne pouvait qu’être fragilisée par la montée des féminismes et la déstabilisation des rôles masculin/féminin. Si le mythe a maintenu sa puissance de rayonnement, en trouvant même à se réinventer73, il ne fait plus guère figure, aujourd’hui, que d’héritage résiduel, et de réservoir d’images et de clichés pour le marché de la mode, de la publicité et du tourisme. Peut-être a-t-il néanmoins contribué à nourrir, en France, et sur la longue durée, la définition d’une féminité qui, centrée sur la séduction et l’articulation au désir masculin, a ralenti ou entravé la marche à l’égalité, même si, comme l’ont montré de nombreuses figures d’actrices, de courtisane ou, de femmes du monde, la maîtrise de l’Éros, magnifiée par le rayonnement de la capitale, a pu constituer, historiquement, une des formes originales de l’affirmation de la puissance féminine.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

ADOLPHUS F., Some memories of Paris, London, William Blackford & Sons, 1895.

Anonyme, The curiosities of Paris in nine letters, London, W. Owen, 1757.

Anonyme (« An observer »), The Englishman’s fortnight in Paris or the art of ruining himself there in a few days, London, T. Durham, 1777.

Anonyme (« A Lady »), Letters between an English lady and her friend in Paris, Dublin, J. Willams & co, 1770.

BAKER Joséphine, « J’ai deux amours, mon pays et Paris », paroles de Géo Korner et Henri Varna, musique de Vincent Scotto, 1930.

BANVILLE Théodore, Les Parisiennes de Paris, Paris, Michel Lévy Frères, 1867.

BALZAC Honoré de, Illusions perdues, Paris, Garnier-Flammarion, 1966 (1842).

BALZAC Honoré de, La muse du département, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », t. IV, 1976 (1844).

BALZAC Honoré de, Traité de la vie élégante, Paris, Les Éditions de l’amateur, 2012 (1830).

BECQUE Henri, La Parisienne, Paris, Calmann-Lévy, 1885.

Les bonnes femmes, film de Claude Chabrol, 1960.

BUIATTI Marion, « La Parisienne new generation », Gala.fr, http://www.gala.fr/mode/les_stars_et_la_mode, 16 septembre 2009.

Catalogue de la maison High Life Taylor, 1907.

CESENA Amédée de, Le Nouveau Paris, guide de l’étranger, Paris, Garnier-Frères, 1864.

CHILD Theodore, The Praise of Paris, New York, Harper’s and Brothers, 1893.

COHEN Évelyne, Paris dans l’imaginaire national de l’entre-deux-guerres, Paris, Publications de la Sorbonne, 1999.

COLLECTIF, My little Paris, le Paris secret des Parisiennes, Editions du Chêne, 2010.

COLLECTIF, Les Russes découvrent la France au xviiie-xixe siècle, Paris, Editions du Globe, 1990.

Cook’s Guide to Paris, London, Thomas Cook & Son, 1889.

COTOLENDI Charles, An agreable criticism of the city of Paris and the French, giving an account of their present state and condition, London, Ben Brag, 1704.

DANCOURT, La Parisienne, Paris, T. Guillain, 1694.

DAWBARN Charles, France and the French, London, Methuen & Co, 1911.

DELORD Taxile, Physiologie de la Parisienne, Paris, Aubert et Lavigne, 1841.

DEMAY Leila et WATRIN Laure, Une vie de pintades à Paris, Paris, Calmann-Lévy, 2008.

Elle, « La nouvelle Parisienne », 28 septembre 2012.

Elle, « I love Parisiennes », 12 octobre 2012. 

FRESSANGE Inès de la et GACHET Sophie, La Parisienne, Paris, Flammarion, 2010.

Les Parisiennes, catalogue de l’exposition du Musée Galliera mars-mai 1958, « Les peintres témoins de leur temps ».

HAKE Egmont, Paris originals, London, C Kegan Paul & Co, 1878.

HUARD Louis, « Physiologie de la grisette » et « Physiologie de l’étudiant », in Physiologies parisiennes, Paris, Aubert, 1850.

IVIMY Alice M., A woman’s guide to Paris, London, James Nisbet & Co, 1909.

JOSEPHY Helen et Mc BRIDE Margaret, Paris is a woman’s town, New York, Coward-Mac Carn Inc., 1929.

KANE Robert S., Paris at its best, Lincolnwood, Illinois, 1987.

KARAMZINE Nicolaï, Lettres d’un voyageur russe, Paris, Quai Voltaire, 1991 (1790-92).

KIKI DE MONTPARNASSE, Souvenirs retrouvés, Paris, José Corti, 2005.

LAMA Serge, « Les petites femmes de Pigalle », chanson, paroles de Serge Lama, musique de Jacques Datin, 1973.

LANÇON Philippe, « Belle de la ville », Libération Next, 6 octobre 2006, http://next.liberation.fr

LAROUSSE Pierre, Grand dictionnaire universel du xixe siècle, Paris-Genève, Slatkine reprint, 1982 (1866-1879).

LAUGHLIN Clara E., So you are going to Paris ! Cambridge (Mass.), 1924.

LAUNAY vicomte de (pseud. de GIRARDIN Delphine de), Lettres parisiennes, Paris, Charpentier, 1843.

LEMAISTRE, A rough sketch of modern Paris, London, J. Johnson, 1803.

LURÇAT Irène et Hélène, Comment devenir une vraie Parisienne, Paris, Parigramme, 1999.

MARANA Giovani-Paolo, Lettre d’un Sicilien à un de ses amis, contenant une agréable critique de Paris et des Français, Chambéry, Maubal, 1714.

MARGUERITTE Victor, La Garçonne, réed ., Paris, Payot, 2013

MERCIER Louis-Sébastien, Tableau de Paris 1782-1788, Paris, Robert Laffont, 1990.

MORAND Paul, Paris de nuit, Paris, Imprimerie Arts et Métiers graphiques, 1933.

MONTESQUIEU, Les lettres persanes, Œuvres complètes, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », t. 1, Paris, 1949 (1717).

MURALT Béat-Louis, Lettre sur les Anglais et les Français et sur les voyages, Genève, Slatkine Reprints, 1974 (1728).

NEMEITZ Joachim-Christoph, Séjour de Paris, Instructions fidèles pour les voyageurs de condition durant leur séjour à Paris, Leide, J. Van Ascoube, 1727.

OBERKIRCH Henriette-Louise, baronne de, Mémoires de la baronne d’Oberkirch sur la cour de Louis xvi et la société française avant 1789, Paris, Mercure de France, 1970.

L’Officiel, « La mode, c’est Paris », septembre 2009.

« Parisienne », Yves Saint-Laurent parfums, http://www.ysl-parfums.fr/.

« La Parisienne », chanson, paroles de Françoise Mallet-Joris et Michel Grisolis, musique de Marie-Paule Belle, 1976.

PROUVOST Carole, Le look de Paris, Paris, Hermé, 1986.

RÉTIF DE LA BRETONNE Nicolas-Edmé, Les Parisiennes, Genève, Slatkine Reprints, 1988 (1787).

RIBES-TIPHAINE Adrienne, Paris chic & trendy, Paris, Parigramme, 2006.

ROUSSEAU Jean-Jacques, Julie ou la Nouvelle Héloïse, Paris, Garnier-Flammarion, 1967 (1761).

SALA Georges-Augustus, Paris herself again in 1878-9, London, Remington & Co, 1880.

STERNE Lawrence, Voyage sentimental en France et en Italie, Paris, Jean de Bonnot, 1972 (1768).

STRONG Rowland, Sensations of Paris, London, John Long Ldt, 1913.

Une femme est une femme, film de GODARD Jean-Luc, 1961.

Une Parisienne, film de BOISROND Michel, 1957.

VÉRON Dr., Mémoires d’un bourgeois de Paris, Paris, Gabriel de Gonet, 1853, 3 vol.

La Vie parisienne, opéra-bouffe, musique de OFFENBACH Jacques, livret de MEILHAC Henri et HALÉVY Ludovic, 1866.

Vogue, « La Parisienne », août 2012.

WOON Basil, The Paris that’s not in the guide book, New York, Brentano, 1926.

ZOLA Émile, Nana (1880), Les Rougon-Macquart, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », t. 2., 1960.

Sources secondaires

ADLER Laure, Les maisons closes 1830-1930, Paris, Pluriel, 2010.

AGULHON Maurice, Marianne au pouvoir (1880-1914), Paris, Flammarion, 1989

BAECQUE Antoine de (dir.), Paris vu par Hollywood, Paris, Skira-Flammarion, 2012.

BARD Christine, La Garçonne, modes et fantasmes des années folles, Paris, Flammarion, 1998.

BOULLOUD Sylvie et BOULÉ Sophie. Les Parisiennes de Kiraz, catalogue de l’exposition, Paris-Musées, 2008.

CARON Jean-Claude, Génération romantique. Les étudiants à Paris et le Quartier Latin 1814-1851, Armand Colin, 1991.

CHABAUD Gilles, « Les guides de Paris, une littérature de l’accueil », dans ROCHE Daniel (dir.), La ville promise, Paris, Fayard, 2000, pp . 77-108.

CHARLE Christophe, Le siècle de la presse 1830-1939, Paris, Seuil, 2004.

CHARLE Christophe, Théâtres en capitales Naissance de la société du spectacle à Paris, Berlin, Londres et Vienne, 1860-1914, Paris, Albin-Michel, 2008.

CHARLES-ROUX Edmonde, Coco Chanel, l’irrégulière, Paris, Grasset, 1974.

Collectif, Être Parisien, Paris et Île-de-France, Mémoires, t. 55, Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l’Île-de-France, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004.

Collectif, L’impressionnisme et la mode, Issy-les-Moulineaux, ed. TTM, 2012.

COHEN Évelyne, Paris dans l’imaginaire national de l’entre-deux-guerres, Paris, Publications de la Sorbonne, 1999.

COQUERY Natacha, Tenir boutique à Paris au xviiie siècle, luxe et demi-luxe, Paris, CTHS, 2011.

CORBIN Alain, Les filles de noce, misère sexuelle et prostitution, Paris, Aubier Montaigne, 1982.

CORBIN Alain, « Le xixe siècle ou la nécessité de l’assemblage », in CORBIN Alain., GEORGEL et alii (dir.), L’invention du xixe siècle, Paris, Klincksieck, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1999, pp. 153-159.

CORBIN Alain, « Paris-province », in NORA Pierre (dir.), Les lieux de mémoire, vol. III : Les France, t.1 : Conflits et partages, Paris, Gallimard, 1982.

DENUELLE Sabine, La Parisienne dans l’art, Paris, Citadelle & Mazenod, 2011.

DUBOST Jean-François, « Les étrangers à Paris au siècle des Lumières », dans ROCHE Daniel (dir.), La ville promise, Paris, Fayard, 2000, pp. 221-288.

GAILLARD Jeanne, Paris la Ville 1852-1870, Paris, Champion, 1977.

GARB Tamar, Bodies of modernity, figure and flesh in fin-de-siècle France, London, Thames & Hudson, 1998.

GASNAULT François, Guinguettes et lorettes, Bals publics à Paris au xixe siècle, Paris, Aubier, 1986.

GROOM Gloria (dir.), L’impressionnisme et la mode, Paris, Musée d’Orsay, Skira-Flammarion, 2012.

GUNDLE Stephen, Glamour : a history, Oxford, Oxford University Press, 2008.

HARVEY John, Des hommes en noir. Du costume masculin à travers les siècles, Paris, Abbeville, 2000.

HUNT Lynn, Le roman familial de la Révolution française, Paris, Albin Michel, 1995.

JONES Jennifer M., Sexing « la mode » : gender, fashion and commercial culture in Old Regime France, Oxford, Berg, 2004.

LILTI Antoine, Le monde des salons : sociabilités et mondanités à Paris au xviiie siècle, Paris, Fayard, 2005.

MARCHAND Bernard, Paris, histoire d’une ville xixe-xxe siècle, Paris, Seuil, 1993.

MARCHAND Bernard, Les ennemis de Paris, la haine de la grande ville des Lumières à nos jours, Rennes, PUR, 2009

MARTIN-FUGIER Anne, La vie élégante ou la formation du Tout-Paris, Paris, Fayard, 1990.

MORIN Edgar, Les stars, Paris, Seuil, 1972.

PERROT Philippe, Les dessus et les dessous de la bourgeoisie, une histoire du vêtement au xixe siècle, Paris, Fayard, 1981.

Le travail des apparences, ou les transformations du corps féminin, Paris, Seuil, 1984.

PROCHASSON Christophe, Paris 1900. Essai d’histoire culturelle, Paris, Calmann-Lévy, 1999.

RETAILLAUD-BAJAC Emmanuelle, « Paris ville-femme, capitale des sens », in Les cinq sens de la ville du Moyen Âge à nos jours, BECK Robert, KRAMPL Ulrieke, RETAILLAUD-BAJAC Emmanuelle, Tours, PUFR, 2013, pp. 275-288.

ROCAMORA Agnès, Fashionning the city, Paris, fashion and the media, London, IB Tauris, 2009.

ROCHE Daniel, La culture des apparences. Une histoire du vêtement, xviie-xviiie siècles, Paris, Fayard, 1989.

SAPORI Michelle, Rose Bertin, le ministre des modes de Marie-Antoinette, Paris, Editions du Regard, 2003.

SCHIFFER Daniel Salvatore, Le dandysme : la création de soi, Paris, F. Bourin, 2011.

SEVRAN Pascal, Le music-hall français, de Mayol à Julien Clerc, Paris, Olivier Orban, 1978.

SULLEROT Évelyne, Histoire de la presse féminine en France, des origines à 1848, Paris, Armand Colin, 1966.

STEELE Valerie, Paris fashion, a cultural history, New York, Oxford, Oxford University Press, 1988.

TÉTARD-VITTU Françoise, « Le chic parisien : images et modèles dans la presse illustrée » in COLLECTIF, Femmes fin de siècle 1885-1895, catalogue de l’exposition, Paris-Musée, 1990, pp 93-101.

TÉTARD-VITTU Françoise, « Aux origines de la haute couture », in COLLECTIF, Paris haute couture, Paris, Skira Flammarion, 2012, pp. 18-20.

THOMAS Chantal, La reine scélérate, Marie-Antoinette dans les pamphlets, Paris, Seuil, 1989.

TROUSSON Raymond, Jean-Jacques Rousseau, Paris, Hachette, 1993.

VARGAS Yves, Rousseau, l’énigme du sexe, Paris, PUF, 1997.

VENAYRE Sylvain, Panorama du voyage 1780-1920, Paris, Les Belles Lettres, 2012.

VERJUS Anne, Le bon mari, une histoire politique des hommes et des femmes à l’époque révolutionnaire, Paris, Fayard, 2010.

Haut de page

Notes

1 Voir LAROUSSE Pierre, Grand dictionnaire universel du xixe siècle, Paris-Genève, Slatkine reprint, 1982 (1866-1879).

2 Voir aussi collectif Les Parisiennes, catalogue de l’exposition du Musée Galliera, mars-mai 1958, « Les peintres témoins de leur temps ».

3 ROUSSEAU Jean-Jacques, Julie ou la Nouvelle Héloïse, (1761), Paris, Garnier Flammarion, 1967, p. 189.

4 Nous faisons ici la synthèse de notations tirées des textes suivants : COTOLENDI Charles, An agreable criticism of the city of Paris and the French, giving an account of their present state and condition, London, Ben Brag, 1704 ; MARANA Giovani-Paolo, Lettre d’un Sicilien à un de ses amis, contenant une agréable critique de Paris et des Français, Chambéry, Maubal, 1714 ; NEMEITZ Joachim-Christoph, Séjour de Paris, Instructions fidèles pour les voyageurs de condition durant leur séjour à Paris, Leide, J. Van Ascoube, 1727 ; Anonyme, The curiosities of Paris in nine letters, London, W. Owen, 1757 ; STERNE Lawrence, Voyage sentimental en France et en Italie, Paris, Jean de Bonnot, 1972 (1768) ; Anonyme (« a lady »), Letters between an English lady and her friend in Paris, Dublin, J. Willams & Co, 1770, p. 189 ; Anonyme (« An observer »), The Englishman’s fortnight in Paris or the art of ruining himself there in a few days, London, T. Durham, 1777, p. 46 ; KARAMZINE Nicolaï, Lettres d’un voyageur russe, Paris, Quai Voltaire, 1991 (1790-92).

5 Rousseau lui-même souligne que les grandes villes se ressemblent toutes, et qu’elles constituent l’exception, plutôt que la norme des caractères nationaux, Julie..., op. cit. p. 171.

6 Dans une pièce précisément intitulé La Parisienne, et jouée en 1691 à la Comédie Française, le dramaturge Dancourt imagine une jeune oie blanche tout juste sortie du couvent à qui l’atmosphère de Paris va très vite donner un certain talent pour l’intrigue et la ruse.

7 Paris compte environ 600 000 habitants en 1789, sur une population estimée à 28,6 millions d’habitants.

8 Déjà développée par J.-J. ROUSSEAU dans Julie..., op. cit., lettre XXI, poursuivie par RÉTIF DE LA BRETONNE Nicolas-Edmé dans Les Parisiennes, vol. 1, pp. 28-29, cette caractérisation de la Parisienne en femme sans attrait particulier mais bien arrangée fait florès dans toute la littérature du xixe siècle. Voir, par exemple, le vicomte DE LAUNAY (pseud. de Delphine de Girardin), Lettres parisiennes, Paris, Charpentier, 1843, p. 124 ; BALZAC Honoré de, Illusions perdues, Paris, Garnier-Flammarion, 1966 (1842), p. 551 et La muse du département, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », t. IV, 1976 (1844), p. 655.

9 Voir MONTESQUIEU, Les lettres persanes, in Œuvres complètes, t. 1, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, 1949 (1717), lettre xxxviii.

10 Voir par exemple COTOLENDI Charles, An agreable criticism...., op. cit., pp. 14-15.

11 Voir par exemple une lettre de FONZIVINE Denis en juin 1878, dans coll. Les Russes découvrent la France au xviiie-xixe siècle, Paris, Editions du Globe, 1990, p. 42.

12 Voir aussi MERCIER Louis-Sébastien, Tableau de Paris 1782-1788, rééd. Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1990, p. 97.

13 Voir par exemple ROUSSEAU Jean Jacques., op. cit., p. 191 ; ou encore an., The curiosities of Paris..., op. cit. ; en 1803, un autre Anglais peut encore remarquer : « Never shall I forget my surprise when, looking round me, I perceived the dress, or rather the nakedness, of the ladies. I had heard much of the indecency, of which some female were guilty, in respect to costume at Paris, and I had already seen specimens of the thinness of their apparel. » (Lemaistre, 1803, 94).

14 Voir par exemple GIRARDIN Delphine de, op. cit., p. 124.

15 Série d’articles parus en octobre-novembre 1830 dans le journal d’Emile de Girardin La Mode. Réed. BALZAC Honoré de, Traité de la vie élégante, Paris, Les Éditions de l’amateur, 2012.

16 Sur ce point, voir par exemple les remarques du Dr VÉRON, ancien directeur de l’Opéra, qui compare celui-ci à un « nouveau Versailles » (Véron, 1853, 171).

17 Voir notamment HUARD Louis, Physiologie de la grisette et Physiologie de l’étudiant dans coll. Physiologies parisiennes, Paris, Aubert, 1850.

18 Déjà largement présente chez Rétif de la Bretonne (1988, p. 37), la figure de la belle marchande parisienne est réinvestie par exemple par Emile Zola dans Le ventre de Paris (1873), avec le personnage de Lisa Quenu.

19 Dont Balzac fixe la réputation dans Splendeurs et misères des courtisanes, roman d’abord publié en feuilleton entre 1837 et 1848.

20 Voir par exemple les réflexions de CESENA Amédée de, dans Le Nouveau Paris, guide de l’étranger, Paris, Garnier-Frères, 1864.

21 La Vie parisienne, opéra-bouffe, musique d’OFFENBACH Jacques, livret de MEILHAC Henri et HALÉVY Ludovic, 1866.

22 Voir l’article « Parisienne » dans LAROUSSE Pierre., op. cit., 1866.

23 En 1928 est créée la « Marianne de Paris », qui célèbre le personnage de la midinette (voir infra).

24 HAKE Egmont, Paris originals, London, C Kegan Paul & Co, 1878, p. 115

25 STRONG Rowland, Sensations of Paris, London, John Long Ldt, 1913, p. 75.

26 DAWBARN Charles, France and the French, London, Methuen & Co 1911, p. 49. À noter que dans cet ouvrage « Françaises » et « Parisiennes » sont devenues quasiment interchangeables.

27 CHILD Theodore, The Praise of Paris, New York, Harper’s and Brothers, 1893, p. 87.

28 Ainsi dans les expressions « c’est chic », au sens de « c’est gentil », ou « quel chic type ! ».

29 Les mannequins de chair commencent à être utilisées par les maisons de mode dans les années 1900 : voir l’exposition « Mannequins : corps de la mode », Paris, Les Docks, Musée de la Monde et du Design, février-juin 2013, [sans catalogue].

30 L’écrivain Henri Hertz s’en prend aux « grâces factices des Parisiennes, endimanchées », auxquelles il oppose la beauté sereine des Provençales. Dans Pas à pas, Cahier de Henri Hertz, Cahier 7, 4 juillet 1898 (cité par Christophe Prochasson, op. cit.)

31 Henri de Toulouse-Lautrec, « La chanteuse Yvette Guilbert », 1894.

32 Voir notamment la célèbre affiche de Toulouse-Lautrec, pour le Moulin Rouge (1891), représentant Louise Weber, dite la Goulue, également modèle de Renoir.

33 Voir par exemple le Cook’s Guide to Paris, London, Thomas Cook & Son, 1889, p. 21.

34 C’est l’opinion soutenue par exemple par SALA Georges-Augustus, Paris herself again in 1878-9, London, Remington & Co, 1880.

35 Edouard Manet, « Bal Masqué à l’Opéra », 1873.

36 Voir IVIMY Alice M., A woman’s guide to Paris, London, James Nisbet & Co, 1909. L’auteure a jugé la publication de ce guide indispensable, du fait du nombre croissant de femmes voyageant seules.

37 ADOLPHUS F., Some memories of Paris, London, William Blackford & Sons, 1895, p. 275.

38 A. M. Ivimy, op. cit., p. 60

39 Voir notamment la pièce de BECQUE Henri, précisément intitulée La Parisienne, Paris, Calmann-Lévy, 1885, mais aussi une large partie de l’œuvre d’Ernest Feydeau et d’Eugène Labiche.

40 Pour le catalogue de la maison anglaise High Life Taylor, 1907.

41 Voir coll, Paris haute couture, Paris, Skira Flammarion, 2012.

42 Voir KIKI DE MONTPARNASSE, Souvenirs retrouvés, Paris, José Corti, 2005.

43 Voir MORAND Paul, Paris de nuit, Paris, Imprimerie Arts et Métiers graphiques, 1933, avec 60 photographies de Brassaï.

44 Serge Lama, « Les petites femmes de Pigalle », paroles de Serge Lama, musique de Jacques Datin, 1973.

45 Qui se spécialise dans le spectacle « parisien », au Casino de Paris, avec, notamment, Bonjour Paris (1923), et Ça c’est Paris (1926).

46 Qui chante « Coeur de Parisienne », dans le film Un chien qui rapporte, Jean Choux, 1931.

47 Voir la chanson « J’ai deux amours, mon pays et Paris », paroles de Géo Korner et Henri Varna, musique de Vincent Scotto, 1930

48 Christophe Prochasson souligne que l’autopromotion exacerbée que déploient les élites du Paris 1900 est déjà, en lui-même, le signe d’un avivement du sentiment de concurrence et de risque de déclassement, op. cit., p. 121

49 L’entre-deux-guerres voit le lancement de nombreuses revues de cinéma destinées au grand public, dont Ciné-miroir en 1922 et Cinémonde en 1928.

50 C. LAUGHLIN, op. cit., 1924, p. 49. Voir aussi WOON Basil, The Paris that’s not in the guide book, New York, Brentano, 1926, p. 73.

51 JOSEPHY Helen et Mc BRIDE Margaret, Paris is a woman’s town, New York, Coward-Mac Carn Inc., 1929.

52 Ibid., p. 7.

53 Le magazine est racheté en 1905 par Conde Monrose Nast, qui en fait un véritable magazine de mode, aux illustrations soignées. En 1916 est lancé le British Vogue, mais l’importance des maisons de couture parisiennes rendait incontournable l’édition française.

54 Avec, notamment, les créations de Paul Poiret et de Madeleine Vionnet, qui suppriment le corset dès les années 1910.

55 Voir MARGUERITTE Victor, La Garçonne, Paris, Payot, 2013, introduit par Yannick Ripa.

56 Rappelons que dans les années 1920 et 1930, la femme mariée est, juridiquement, une mineure, et que le droit de vote lui est refusé à plusieurs reprises par le Sénat. Les Anglaises l’obtiennent en deux temps, en 1918 et 1928 ; les Allemandes et les Américaines en 1920.

57 « La Parisienne », paroles de Françoise Mallet-Joris et Michel Grisolis, musique de Marie-Paule Belle, 1976.

58 Une Parisienne, film de BOISROND Michel, 1957.

59 Les bonnes femmes, film de Claude Chabrol, 1960.

60 Une femme est une femme, film de Jean-Luc Godard, 1961.

61 Les Parisiennes de Kiraz..., op. cit., p. 77.

62 Voir le film A nous les petites Anglaises, de Michel Lang, 1975.

63 Près d’un demi-siècle après la « libération sexuelle » et la légalisation de l’avortement, l’âge moyen du premier rapport sexuel en France en 2013 est de 17,2 ans pour les garçons et 17,6 ans pour les filles. En 1973, il était de 18,6 ans pour les garçons et 20,6 ans pour les filles, restant pour ces dernières étroitement lié au mariage. Chiffres de l’INED, consultables sur le site http://www.ined.fr

64 Mise au point en 1951, la pilule contraceptive est autorisée aux Etats-Unis à partir de 1960, en Grande-Bretagne en 1961, en France en 1967.

65 L’avortement est autorisé en Grande Bretagne à partir de 1967, aux Etats-Unis dans certains états à partir de 1973, en France en 1975.

66 Kane, 1987, p. 160.

67 Outre l’ouvrage récent d’Inès de la Fressange, déjà évoqué, on peut citer PROUVOST Carole, Le look de Paris, Paris, Hermé, 1986 ; LURÇAT Irène et Hélène, Comment devenir une vraie Parisienne, Paris, Parigramme, 1999 ; RIBES-TIPHAINE Adrienne, Paris chic & trendy, Paris, Parigramme, 2006, ou coll. My little Paris, le Paris secret des Parisiennes, Editions du Chêne, 2010, livre issu du site web www.mylittleparis.com.

68 Parmi quelques exemples récents, voir le numéro spécial du magazine L’Officiel, « La mode, c’est Paris », septembre 2009 ; la série de photographies de mode « la Parisienne », du magazine Vogue, août 2012 ; l’article « La nouvelle Parisienne », Elle, 28 septembre 2012 ; ou encore « I love Parisiennes », Elle, 12 octobre 2012. Voir aussi la rubrique « La Parisienne » du magazine Grazia ; La Parisienne, supplément hebdomadaire au journal Le Parisien. Parisienne est également le titre du magazine promotionnel des boutiques Guerlain.

69 Collection créée en 2004 par deux journalistes françaises, Leyla Demay et Laure Watrin.

70 Voir par exemple les différents spots pour « Coco Mademoiselle », de Chanel, entre 2007 et 2011, avec l’actrice britannique Keira Knightley, sur fond de chanson de James Brown, « This is a man’s world » ; ou encore le spot pour le parfum de Jean-Paul Gaultier, « Ma Dame » (2008), avec le mannequin anglais Agyness Deyn, jouant sur l’imagerie punk ; voir enfin le spot pour « La Petite Robe noire », de Guerlain, qui mixe des images de dessins animés façon années 1950, sur une chanson de Nancy Sinatra, « These boots are made for walking ».

71 Voir Gala.fr, http://www.gala.fr/mode/les_stars_et_la_mode, BUIATTI Marion, 16 septembre 2009, consulté le 30 mai 2013.

72 Ibid. Voir aussi l’argumentaire pour le parfum sur le site de la maison Yves Saint-Laurent parfums, http://www.ysl-parfums.fr/, qui décrit le spot « Parisienne » comme « le portrait d’une femme incroyablement libre. Libre de penser et d’agir ».

73 Voir par exemple le texte de LANÇON Philippe, consacré aux beautés exotiques de la capitale, « Belle de la ville », Libération Next, 6 octobre 2006, http://next.liberation.fr

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 : Jacques Rigaud, promenade au Palais des Tuileries, gravure, milieu du XVIIIe siècle
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/3028/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Illustration 2 : Achille Deveria, Les heures de la Parisiennes, 1840)
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/3028/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Illustration 3 :Guérard, le café Tortoni en 1856
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/3028/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Illustration 4, A. Renoir « La Parisienne », 1874 
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/3028/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Illustration 5, E. Manet « La Parisienne », 1875
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/3028/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Illustration 6, J. Béraud, « Parisienne, place de la Concorde », 1890
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/3028/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Illustration 7, A. Guillaume, « La journée d’une Parisienne », 1907
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/3028/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Illustration 8, Affiche du film « Une Parisienne », 1957
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/3028/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Illustration 9, les Parisiennes de Kiraz, vers 1995
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/3028/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Illustration 10 : Publicité pour le parfum Yves Saint-Laurent « Parisienne », 2009
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/3028/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Rétaillaud-Bajac, « Entre « chic » et « chien » : les séductions de la Parisienne, de Jean-Jacques Rousseau à Yves Saint-Laurent », Genre, sexualité & société [En ligne], 10 | Automne 2013, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://gss.revues.org/3028 ; DOI : 10.4000/gss.3028

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Rétaillaud-Bajac

MCF en histoire contemporaine
Université de Tours (CEHVI /HIVIS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org