Navigation – Plan du site
Varia

La « grève » féminine du sexe dans la France du XVe siècle, un exemple de révolte impossible contre la domination masculine ?

When Women Refused Sexual Intercourses: an Impossible Emancipation from Masculine Power in Fifteenth Century France?
Adrien Dubois

Résumés

Le consentement féminin à l’acte sexuel est un véritable problème historiographique : dans les sources judiciaires de la fin du Moyen Âge, les auteurs de viol attribuent généralement à leur victime une réputation sulfureuse contribuant à laisser penser qu’elle a été ou aurait dû être consentante, tandis que le consensualisme posé comme condition indispensable au mariage chrétien fondait l’obligation d’un devoir conjugal où le consentement avait finalement peu de place. Les lettres de rémission présentées ici exposent pourtant des affaires où des femmes se refusent et se voient châtiées de différentes manières, ce qui amène à poser plus largement la question des options à leur disposition pour se défendre et à se demander s’il leur est réellement loisible de se comporter comme des sujets dotés de la capacité de dire non.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  « Un marie ne peut vouer chastete sans le consentment de sa partie, de commun cours, et apres mari (...)
  • 2  Toutefois, quelques circonstances ou positions sexuelles donnent la possibilité de refuser le devo (...)
  • 3  Paola Tabet note ainsi que « le viol conjugal (ou viol domestique, etc.) est le viol le plus large (...)

1Les penseurs médiévaux se sont largement penchés sur la question du pêché commis par les époux prenant plaisir au devoir conjugal. Le refus de se prêter au désir de l’autre semble les avoir moins préoccupés. Le consentement donné (en théorie du moins) au mariage, impliquant pour eux un commerce qui devait non seulement remplir sa fonction procréatrice mais aussi éloigner le conjoint de l’impureté de l’adultère, paraît pour cette raison une donnée immuable s’appliquant à la relation sexuelle (Baladier, 1999, 113-139). L’exigence du devoir conjugal devient même, dans l’écrit des théologiens, un domaine où l’homme et la femme légitimement unis sont égaux (Flandrin, 1981, 127-129). Seulement, Jean-Louis Flandrin a montré qu’en ce domaine, le présupposé d’une pudeur féminine naturelle a amené à un « asservissement sexuel de la femme » que la doctrine chrétienne peut avoir contribué à [...] pérenniser » (Flandrin, ibid., 129). Si l’on se place cette fois du côté de la possibilité de refuser le devoir conjugal et non plus de le réclamer, la même égalité est affirmée, à plusieurs reprises1, par le théologien Jean Gerson : « Je di que la femme peut faire veu que jamais ne demandera la compaignie de son mary, combien que ce n’est pas chose seure ; mais elle ne peut faire veu qu’elle ne soit obligee a obeir a son mary qui lui demande son corps. Pareillement le di je du mary, et encore plus » (Jean Gerson, 1968, 861). Cette égalité paraît aussi vite démentie par le même auteur, lorsqu’il précise que les abstinences « griefvent notablement la femme et la font feble et laide et desplaisant a son mary » (Jean Gerson, ibid., 861), sans se poser la question des conséquences de la chasteté de ce dernier, ou encore lorsqu’il envisage le cas concret d’une femme qui se dirait « mal disposee » et dont le mari, pensant qu’il s’agit là d’une feinte, voudrait tout de même demander « le corps » : « elle y obeira sans pechie, et le mary pechera. Pareillement di je se elle est grosse, mais que tant seulement l’enfant n’en perisse » (Jean Gerson, ibid., 863). Le fait de ne pas envisager en miroir le désir féminin auquel un mari essaierait de se soustraire révèle là encore le présupposé d’une moindre demande sexuelle de la part des femmes (et, sans doute, la plus grande problématisation du corps féminin), sans dissimuler tout à fait la nécessaire soumission de l’épouse à l’autorité du mari, s’appliquant jusque dans les relations sexuelles2. On ne saurait cependant voir là un signe des limites de la seule pensée médiévale3 : la réticence de sociétés très diverses à considérer la réalité du viol ne pourrait-elle pas être liée à une répugnance à reconnaître le non-consentement féminin en général ? Examinant la littérature médiévale et en particulier celle dite courtoise, Bernard Ribémont note ainsi « combien négative est considérée, moralement et esthétiquement, une femme qui refuse l’amour d’un homme » (Ribémont, 2007, 67). Qu’en est-il dans la pensée des populations du XVe siècle ?

  • 4  Voir Dufresne (1973, 137) – avec une référence au registre de l’officialité de Cerisy qu’il convie (...)
  • 5  On verra qu’il est bien difficile, en dehors des problèmes que posent la définition du terme (Tabe (...)
  • 6  Sur les autres raisons ayant conduit à l’« enfermement de la prostitution », voir aussi Comba (198 (...)

2Sans doute serait-il possible de trouver des exemples de maris qui refusent de rendre le devoir conjugal, quoique les sources soient discrètes sur le sujet4. Les actes de la pratique médiévale donnent en tout cas l’occasion d’observer certaines femmes qui se refusent à leur époux, mais aussi, si l’on s’intéresse à la notion de consentement, des femmes que les sources présentent comme prostituées – et dont on ignore malheureusement si elles auraient accepté que le terme s’appliquent à elles5 – repoussant des avances masculines. Si l’on veut bien suivre Judith Butler écartant l’argumentation de certaines féministes (Catharine MacKinnon en particulier) pour qui la dégradation que constitue la prostitution prive de la capacité de consentir, on est tenté en effet de « comparer l’aliénation de la sexualité dans le mariage et dans la prostitution » (Fassin, Feher [et Butler],2003), surtout que les « bourdeaux » médiévaux étant nés en partie pour juguler les viols collectifs (Rossiaud, 1988 ; Rochelandet, 2007, 30-39)6, on se demande quelle liberté les prostituées pouvaient bien avoir de refuser leur corps à un client. Le parallèle possible entre prostitution et mariage, récemment réexaminé par Paola Tabet et Geneviève Fraisse (Tabet, 2004 ; Fraisse, 2007, 52-60), est également stimulant en ce qu’il permet d’approcher les moyens dont ces femmes usent pour exprimer leur désaccord – et pas seulement en termes sexuels –, et, surtout, les limites imposées à cette expression. Ainsi peut-être pourra-t-on parvenir à comprendre cette certitude des hommes de l’Ancien Régime que Georges Vigarello a parfaitement mise en lumière, « celle d’une résistance suffisante de la femme face à un homme seul », certitude qui vise à nier l’existence même du viol (Vigarello, 1998, 58). Il a paru intéressant dans cette optique d’élargir un peu la perspective : les cas de violences domestiques sont d’ailleurs si rarement rapportés qu’il convient de s’interroger de manière générale sur les motivations du viol, individuel ou collectif, et sur les possibilités que les femmes ont de s’en défendre.

3L’enquête utilise ici un corpus réuni au cours d’une recherche universitaire portant sur la violence féminine en Normandie à la fin du Moyen Âge. Il s’agit de lettres de rémission, par lesquelles le roi, se mettant lui aussi en scène en affirmant notamment sa supériorité sur toute autre justice, est susceptible de pardonner toute infraction à ceux de ses sujets qui ont pris soin auparavant de solliciter la grâce dans un récit souvent révélateur des modes de pensée médiévaux. Claude Gauvard a insisté en particulier sur ce qu’elles dévoilent de cette société à honneur où la violence est un mode de relation structuré et où le crime peut être effacé par le roi, ou au contraire très sévèrement châtié par la justice, dans les deux cas en accord avec la population. Le récit est par conséquent lui aussi codifié – d’autant sans doute que le soupçon de la diffamation plane toujours sur les affaires de viol –, mais il importe surtout qu’il se doive d’être crédible pour que le pardon puisse être obtenu (Gauvard, 1991 ; Davis, 1988). Il exprime bien plus souvent le point de vue d’hommes que celui de femmes, notamment parce qu’ils font parler les armes bien plus souvent qu’elles (Hanawalt, 1976). Et les cas retenus ne démentent pas la règle : seules deux voix féminines sont ici mises en regard de sept voix masculines. Cette investigation ne prétend en conséquence pas offrir autre chose qu’une fenêtre ouverte sur des instants particuliers qui, conjugués à d’autres, pourraient encourager à l’ébauche d’une histoire, non plus celle des femmes ou des genres sexués, mais bien celle de la domination masculine dont l’apparence intemporelle et universelle apparaît comme une auto-légitimation.

  • 7  Ces questions complexes sont débattues entre les théologiens médiévaux (Gaudemet, 1987, 174-188), (...)
  • 8  Voir en particulier Solé (2000, 153) pour qui une « intense haine entre femmes [...] caractérise c (...)
  • 9  Le propos de Natalie Zemon Davis porte sur le XVIe siècle mais le même constat peut être fait sans (...)

4La France au XVe siècle est un espace particulièrement intéressant pour cette question : à la faveur de la guerre civile opposant Armagnacs et Bourguignons, les troupes anglaises parviennent, dans cette phase de la guerre de Cent Ans (1337-1453), à occuper une importante portion du royaume, ce qui participe alors à la construction confuse d’une identité française (Beaune, 1985), au moment même où la mise à l’écart des femmes hors de la sphère politique se théorise (Viennot, 2006). Qu’en est-il alors de la politique dans le foyer ? Le consentement mutuel, suivi de la consommation, qui fondent le mariage7, semblent a priori garants de l’affection sincère que se vouent les époux. Qu’en est-il plus généralement des rapports entre les sexes ? De manière générale, la violence médiévale est une affaire d’hommes : à en croire certains auteurs, les femmes font d’ailleurs surtout preuve de violences à l’égard d’autres femmes8… On est donc très loin d’une guerre des sexes. Le terme même de domination masculine pourrait paraître anachronique : pour Claude Gauvard, « poser les rapports des hommes et des femmes en termes de supériorité ou d’infériorité n’est pas opérant, même en ces deux derniers siècles du Moyen Âge » (XIVe et XIVe siècles) (Gauvard, 1991, 346). Les stratégies utilisées par les suppliant(e)s pour se faire pardonner montrent cependant que le genre s’est juxtaposé au sexe naturel : pour ne donner qu’un seul exemple, l’ivresse apparaîtra aux juges comme une circonstance atténuante pour les hommes, aggravante pour les femmes (Davis, 1988, 189)9. Cette fin de Moyen Âge, loin de la violence débridée dont l’idée est désormais largement battue en brèche, répond en effet à un code de l’honneur dont hommes et femmes connaissent les règles, qui garantissent l’ordre social. Et les femmes semblent bien adhérer à cet ordre, ou du moins s’en accommoder. Mais l’intériorisation de la sujétion n’est-elle pas une des manifestations de la domination ? Quelques exemples ponctuels, à défaut d’être représentatifs de ce qui se passe quotidiennement dans une société, paraissent susceptibles de nous éclairer sur les conceptions des sexes et de la sexualité dont elle est porteuse.

Le consentement des femmes « blâmées »

  • 10  Arch. nat., JJ 181, n° 247, mars 1453, bailliage de Cotentin.

« Et atant ledit suppliant se departy d’ilec tout doulcement sans ce qu’il y eust aucune noise ou debat et creoyt comme encores fait que ladite femme feust contente de lui, aussi povoit elle estre pour ce que n’estoit que une femme blasmee ».10

  • 11  Le même narrateur affirme pourtant dans le même texte que la jeune femme, après qu’il a eu sa « co (...)
  • 12  Arch. nat., JJ 165, n° 10, novembre 1410, bailliage de Rouen.
  • 13  En ce sens, si l’on ne peut pas suivre Annik Porteau-Bitker affirmant que si la victime est une «  (...)

5La chancellerie de Charles VII est encore prête à l’admettre : après qu’une jeune femme a insulté et frappé l’homme qui lui a demandé sa « compagnie », après que ce dernier a rappelé les circonstances, passablement troubles, au cours desquelles il trouva « ladite femme qui estoit cheute a terre par le moien d’une basche ou autre chose qu’elle avoit rencontrer qui l’avoit fait cherre et prinst icelle femme par le poing et luy dist que ce n’estoit pas a elle ne autre de les appeler “traitres paillars anglois” […] et que, se elle estoit contente qu’il eust sa compaignie, qu’il lui pardonneroit tout et ne lui feroit plus riens », on accorde foi à celui qui refuse de reconnaître le crime, prétendant que la plainte de la jeune femme a été suscitée par ses ennemis. Or traiter d’« Anglois » en 1453, dans la Normandie fraîchement libérée de l’occupation anglaise, un ancien « compaignon de guerre » au service du roi français, est de ces accusations gravissimes dont on envisage mal qu’elles soient sans cause, et qui se payent visiblement très cher. Et au contraire de nombre de lettres de rémission où le récit du violeur entoure le crime des circonstances atténuantes que sont l’ivresse ou l’influence démoniaque, le narrateur se contente ici de rappeler que la jeune femme se trouvait « en une taverne qui estoit a ung moyne qui la y tenoit et la y avoit fait venir ». Ce soupçon de prostitution suffit pour qu’accompagné des autorités locales que sont le sergent et le tabellion, l’ancien soldat aille exiger de coucher avec elle. Tout se passe comme si la prostituée ou, du moins, la « femme blasmee »11 n’avait plus la possibilité de refuser le commerce charnel et comme si ce dernier permettait à l’homme insulté de laver son honneur. Cependant, quoiqu’on puisse douter de la véracité de son récit, il prend soin d’y faire figurer le « consentement » (contente de lui), obtenu par la violence, de sa victime. Si étienne Blantoup utilise en 1410 quelques arguments supplémentaires (l’ivresse, la tentation de l’« ennemi ») pour se faire pardonner d’avoir tenté de violer – seulement tenté ? Il n’est pas vraiment clair à ce sujet – Jeanne Nicole, âgée de 70 à 80 ans environ, c’est aussi parce que les violences dont il a fait preuve suite à la résistance de la vieille femme ont conduit à la mort de cette dernière. Concernant le fait qu’il se soit « mist en peine de congnoistre ladicte Jehanne charnelement et d’avoir sa compaignie en lui priant qu’elle le vousist faire de son bon gré ; laquelle ne se y volt consentir » et qu’il ait tenté de la forcer, l’argument se répète : « ladicte feue Jehanne estoit renommée d’avoir esté de dissolu estat », d’avoir commercé avec les « compaignons »12. Quoique l’état de prostituée « atténue seulement la responsabilité du coupable, elle ne supprime pas l’existence du crime » (Gauvard, 1991, 335), on voit à quel point la femme blâmée l’est durablement et comme son consentement n’est pas libre13. Il est d’ailleurs malheureusement impossible de vérifier que certains soupçons de légèreté ne sont pas imputés après le viol à des femmes dont ce même viol a sali la réputation (Dubois, 2006, 87-88)...

Le lit marital, lieu d’expression des discordes matrimoniales ?

  • 14  Bazàn, 2000, 438. Il s’agit là en réalité d’une construction visant, par l’opposition entre le lég (...)
  • 15  Arch. nat., JJ 181, n° 64, avril 1452, bailliage de Caen.

6On pourrait penser que tout éloigne l’épouse légitime fidèle, dont l’appartenance à un seul homme est défendue par un cercle familial large, dont l’honorabilité préoccupe d’autant plus les hommes qu’elle rejaillit sur eux, de la femme publique (Bazàn, 2000, 438)14. Là où elles se retrouvent cependant, c’est qu’à la femme mariée n’est pas facilement non plus reconnu le droit de dire non à celui à qui elle a dit oui une fois pour toutes. C’est du moins ce que laisse penser le plaidoyer de Jean Loquier en 1452. Ce dernier a tué son épouse Néelle qui, quand il voulut « avoir charnellement sa compaignie », lui répondit « qu’elle vouldroit mieulx estre morte et qu’il fust pendu ». Dans la même lettre, Jean Loquier explique ce que sa compagne avait à lui reprocher : dix ans plus tôt, il avait tué le père de Néelle lorsque ce dernier l’avait surpris en compagnie de sa femme. La « marâtre » de Néelle avait d’abord crié puis, maltraitée par Jean, s’était tue, considérant que sa dénonciation risquait d’amener « a la perdicion de toute leur chevance [fortune] », commune aux deux familles. S’étant ravisée un an et demi plus tard, elle en informe Néelle, laquelle se refuse à son mari en lui rappelant que « se elle faisoit son devoir, elle le feroit pendre par sa gorge ». Plusieurs raisons peuvent être envisagées au silence des deux femmes : l’argument économique invoqué ne doit pas faire perdre de vue la peur que le déshonneur ne les entache. Quoi qu’il en soit, Jean Loquier parvient à se faire pardonner à la fois son adultère incestueux, le meurtre de son beau-père et celui de son épouse. Concernant cette dernière, la circonstance atténuante avancée est toute trouvée : le cas « procede de cas fortuit et de desobeissance en sacrement de mariage »15. On pourrait s’étonner que Néelle n’ait pas trouvé d’autre moyen de s’opposer à son mari. C’est que refuser l’accomplissement du devoir conjugal est sans doute une transgression forte.

  • 16  Arch. nat., JJ 232, n°123, décembre 1499, sénéchaussée d’Anjou.
  • 17  Au contraire de nombreuses lettres de rémission où les suppliants introduisent leur récit par la « (...)

7À Montoire-sur-le-Loir vers 1490, Colin Mosnier, s’étant aperçu quelque temps après son mariage que sa belle-mère était « femme lubricque », et que « les femmes de bien du pays fuyoient sa frecquentacion et compaignie a ceste cause », considérant « que sadite femme estoit jeune et aisee a seduyre »,interdit à son épouse Anne de la fréquenter, sinon à l’église ou en présence de « gens de bien ». Anne n’obéit pas et en parallèle sa mère apprend l’interdiction et s’en émeut. Les dissensions grandissent entre les deux lignages qui se retrouvent en procès aux assises de Montoire, où finalement l’accord arrangé par les proches vient préserver la paix... jusqu’au soir où Colin « voulut avoir son plaisir avec sadicte femme et qu’elle luy empescha ». Sans surprise, « debat se meut entre eulx tellement que ledit suppliant luy bailla ung soufflect de la main ». Anne crie et Colin, renonçant à sa première volonté, se couche. Mais la mère d’Anne s’immisce dans la querelle où Colin la frappe à plusieurs reprises tandis que des proches viennent les séparer. La mort de la belle-mère de Colin intervenue quelques jours plus tard donne lieu au récit où il en demande le pardon au roi16. Dans ces deux exemples, un conflit entre le mari et la famille de son épouse précède le refus, qui pourrait par conséquent se comprendre aussi comme un refus de procréer, à une époque où la procréation est « la fin première du mariage » (Gaudemet, 1987, 158) : il est d’ailleurs à noter qu’aucun enfant issu du couple n’est mentionné dans ces documents17. On doit malheureusement s’arrêter ici aux conjectures.

  • 18  Arch. nat., JJ 232, n°173.

8Une voix féminine permet d’envisager d’autres raisons d’opposition au commerce charnel avec le conjoint. La Lyonnaise Guiette de Salles rapporte en 1500 comment son mari Gabriel Rousset, assidu des « taivernes et bordeaulx » où il a attrapé la « malladie de Napples » (la syphilis), s’est mis dans un état impressionnant lorsqu’ayant « dist qu’il voulloit coucher avec elle pour ce que de long temps avoit qu’il n’y avoit couché a cause de ladite maladie », elle « luy dist amyablement en luy remonstrant ledit danger de sa personne qu’il luy pleust atant s’en taire et qu’il n’y coucheroit point ». Elle se justifie en lui exposant le danger qu’il y aurait « d’en estre tous deulx entachez car l’un ne pourroit ayder a l’autre et luy dist que s’ilz l’avoient tous deulx qu’il les faudroit mener a l’ospital ». Gabriel Rousset répond « en jurant, blasphemant et detestant nom de Dieu et de ses saincts qu’il y coucheroit ». « Tout gracieusement », elle tente de l’en dissuader à nouveau. Il prend alors « ung chandellier et luy gecta a la teste en la cuidant actaindre, dont elle s’en garda au mieulx qu’elle peut et, non content de ce, print ung baston » pour la battre. Elle décide de se réfugier chez son frère en attendant qu’il se calme. Peine perdue ! Lorsqu’elle revient, il « print une pinte d’estaing, la voulut ruer contre ladite suppliante ce qu’il eust fait s’il n’eust esté empesché » par des témoins. Mais, « perseverant de mal en pis, par grande fureur, [il] print ung chandelier duquel il voullut frapper ladite suppliante ». Cette dernière se saisit d’un couteau dont elle donne un coup mortel à son mari18. Certes son crime, gravissime, lui est pardonné. Ce qui n’interdit pas de constater l’exaspération suscitée. C’est que les raisons hygiéniques invoquées par Guiette n’étaient peut-être pas seules en jeu.

  • 19  La course sur l’âne aurait également été imposée dans certaines circonstances aux juifs, aux prost (...)

9Car ne pas consentir à se donner à l’époux, c’est bien désobéir, et peut-être une des manières les plus cinglantes de le faire puisqu’il y a là rupture de l’union, en ce que l’« état de mariage implique bien l’accomplissement de l’acte sexuel » (Gauvard, 1991, 600). Au-delà, en prétendant à la liberté d’usage de leur corps, ce dernier fût-il un enjeu entre deux lignages, ces femmes s’opposent indéniablement à l’autorité maritale. Et l’on sait ce que cette idée a d’insupportable : les maris battus sont châtiés par la communauté – essentiellement sa part masculine si l’on en croit la documentation – lorsqu’ils sont dominés par leurs épouses, se voyant promenés publiquement sur un âne, la tête tournée vers la queue de l’animal (Dupâquier,1995, 498 ; Voisenet,2000, 45 et suiv.)19. Or la même punition s’appliquerait notamment aux maris trompés (Grinberg 1981, 146) : on voit à quel point la désobéissance féminine est associée à la performance sexuelle masculine et comme la question du consentement des dominants à leur domination, appliquée à la situation médiévale, est importante.

La désobéissance féminine châtiée et provoquée

  • 20  Et donc de violences conjugales (Salisbury, Donavin et Price, 2002 ; Charageat, 2005).
  • 21  Arch. nat., JJ 231, n°209 (lettre de rémission à Marin Dautel, homicide de son épouse, laquelle re (...)
  • 22  Arch. nat., JJ 175, n°204, février 1433, bailliage de Cotentin : Jean du Moulin raconte comment sa (...)
  • 23  Arch. nat., JJ 173, n°579, édité par Le Cacheux (1907, vol. 1, 395-397) : lorsque Roger Jehanne de (...)
  • 24  JJ 160, n°373, juin 1406, bailliage de Caen. Dans cette lettre, Thomas Le Cornaidel ne prétend pas (...)
  • 25  Annik Porteau-Bitker cite en particulier un cas où la rémission royale n’aura d’effet que si l’agr (...)
  • 26  Gwendoline Hancke écrit ainsi, au sujet de victimes de viol homosexuel témoignant devant les juges (...)
  • 27  On rappellera que la prise en compte du viol homosexuel et de la femme violeuse dans le droit fran (...)
  • 28  Si les anthropologues ont montré depuis longtemps que le viol ne doit pas être réduit à l’expressi (...)

10Il existe cependant d’autres moyens de résistance que de refuser l’union charnelle, et dans une perspective non plus de relations conjugales20 mais plus généralement de relations entre les sexes, on est tenté d’interroger les réactions masculines à la rébellion féminine. Certaines femmes n’acceptent pas de servir le repas21 ou de lever la table22 tandis que d’autres refusent de participer aux travaux des champs23, de la même manière pourrait-on dire que, dans les exemples précédents, elles refusaient le travail sexuel. Du fait du corpus utilisé, on rencontre le plus souvent des réponses violentes de la part de ces hommes dont l’autorité a été bafouée, le châtiment ayant conduit à la mort de l’insoumise, ou à une fausse couche. Mais la violence se fait parfois aussi sexuelle. Thomas Le Cornaidel viole ainsi Marion de Bouligny au cours d’une dispute suscitée par le fait qu’elle refuse de répondre à une question indiscrète : il cherche en effet à savoir si Marion est enceinte de Pierre de Bouligny, son beau-père, et, au-delà, si Marion est, pour cette raison (sans doute faut-il comprendre que les ardeurs sexuelles de Marion, « femme de petite renommee de son corps », auraient affaibli Pierre), coupable de la mort de Pierre, que Thomas décrit comme « oncle de sa femme et le meilleur ami qu’il eust en ce monde »24. Comme dans le premier exemple cité où une femme « blâmée » se voyait contrainte de « consentir » pour se faire pardonner ses offenses, il semble bien ici, où Thomas entend venger son meilleur ami en violant la responsable supposée de sa mort, que le viol n’est pas une simple pulsion libidinale, il révèle la détermination masculine à faire rentrer la rebelle dans le droit chemin. Le viol est-il une expression de la domination masculine ? Certes des femmes sont parfois complices de viols, en particulier ceux dont des jeunes femmes, voire des enfants, sont victimes (Gauvard, 1991, 336). Mais cela n’empêche pas de constater que le viol aura pour effet soit de conduire la victime à la prostitution, c’est-à-dire d’être une nouvelle femme « commune » à l’ensemble des hommes, soit de la faire « entrer dans la norme » (Gauvard, ibid., 336) du mariage, fût-ce avec son agresseur (Porteau-Bitker, 1988, 523-525)25. On pourrait également objecter que des hommes peuvent être violés mais, dans ce cas, le viol n’est jamais représenté comme cet « objet bon à penser et à représenter, paré de grâces et de douces émotions pour les hommes exclusivement » (Héritier, 2002, 81-82) qu’une femme victime donne l’occasion de produire26. De manière générale, rien n’interdit de penser que des femmes puissent être complices de la domination masculine... ni que des hommes en soient victimes jusque dans leur corps. Au demeurant, la documentation médiévale nous informe peu sur cette dernière question : Nicole Gonthier rappelle que si de « très rares cas de viols ou de tentatives de viols homosexuels viennent devant la justice [...] le crime de sodomie [...] emporte seul l’attention des juges et le partenaire, entaché du même crime, finit par être condamné aussi » (Gonthier, 1994, 10, n. 2). Ne pouvoir penser le viol qu’en termes de domination d’un homme sur une femme27 paraît d’ailleurs révélateur de sa fonction sexuée : ce crime ayant pour effet de faire rejaillir la honte sur la victime bien plus que sur le coupable (Héritier, 2005, 339-342), exclure que les femmes puissent en être coupables peut être envisagé comme un signe de la domination masculine ou, à tout le moins, de la définition des genres28.

  • 29  Arch. nat., JJ 206, n°75, janvier 1479, bailliage de Montargis. Gésir : se coucher, être couché, s (...)
  • 30  Jacques Rossiaud note ainsi que le viol collectif « est toujours accompagné d’injures dégradantes (...)
  • 31  Arch. nat., JJ 173, n 129, édité par Le Cacheux (1907, vol. 1, 223).
  • 32  Voir par exemple la gravure de « La bataille pour l’anguille » (vers 1580) reproduite dans Davis ( (...)

11La menace de viol marque de manière encore plus flagrante l’autorité masculine que ce dernier entend manifester sur le corps féminin. À Orléans en 1479, lorsque l’épouse Piau se défend de donner à des hommes d’armes l’argent qu’ils lui demandent, ils menacent de « passer par dessus son ventre, combien qu’elle fust grosse d’enfant et preste a gesir »29. C’est que le viol collectif relève lui aussi, sans doute plus souvent encore que le viol individuel, du châtiment30. Pour achever d’en convaincre, malgré le contexte facilement identifiable des abus des gens de guerre sur le terrain conquis, Laurent et Jean Drugon se croient obligés de préciser, pour se faire pardonner d’être intervenus en faveur de l’épouse de leur voisin que deux Anglais tentaient de violer, que cette dernière « n’est pas bellicoseure ne irrigieuse »31.Au-delà, on en vient à se demander si l’excitation sexuelle suscitée par l’agressivité féminine n’est pas une donnée fondamentale de la domination masculine : le viol vient parfois punir l’opposition à l’autorité des hommes tandis que les luttes entre femmes (que l’on n’appelle pas encore « crêpage de chignon »), moins menaçantes voire confortant cette dernière, attisent certaines formes de désir32

  • 33  Arch. nat., JJ 232, n°102, août 1499, bailliage de Caux.
  • 34  (Mesnagier, 1994, 187) ; il présente ainsi une section de son ouvrage, en s’adressant à sa jeune é (...)
  • 35  Par exemple Mesnagier, (ibid., 261-265) où il s’agit de tester l’obéissance des épouses en leur de (...)
  • 36  L’exemple de Grisélidis, à qui son mari fait subir les pires angoisses et humiliations, est ainsi (...)

12Quoi qu’il en soit, les hommes du Moyen Âge ne se privent pas à l’occasion de susciter le désaccord féminin de manière à pouvoir le contrer, fût-ce en utilisant des procédés qui déplacent la question sexuelle dans des directions qui ne facilitent pas la compréhension du lecteur cinq siècles plus tard. Aubert Halle raconte en 1499 comment, lors d’une banale visite dans le foyer de son cousin, il devise avec le groupe de femmes qui s’y trouve. Un petit chien survient. « Lequel ledit suppliant print et, en se jouant et esbatant avec sadite cousine et autres femmes dessus nommez, leur demanda, sans penser en aulcun mal, laquelle se seroit qui baiseroit ledit chien au derriere. » Mal en prit à Jeanne Aubin de répondre « que ce ne seroit pas elle ». « Et lors, icelluy suppliant, en se jouant, s’aproucha d’elle pour luy faire baisier ledit chien. » Elle se défend d’un coup de quenouille, il riposte à coup de chien, le débat s’envenime et les violences d’Aubert mènent à la mort de Jeanne33. La pratique scatologique visait probablement à débusquer la sorcière cachée dans une célibataire de trente-cinq ans : le baiser à l’animal constitue en effet un épisode du sabbat et est en passe de devenir, en cette fin du XVe siècle, un quasi « apanage des femmes » (Voisenet, 1997, 298). Il importe surtout de remarquer que Halle, parmi l’ensemble des femmes présentes, s’en est pris à celle qui a dit « non ». C’est qu’il y a bien des défis masculins tendant à pousser les femmes à protester, de manière à pouvoir leur imprimer la domination masculine dans le corps et l’esprit : l’auteur du Mesnagier de Paris, sorte de manuel d’éducation à l’usage des femmes mariées de la fin du XIVe siècle, en donne des exemples innombrables34. Ce sont ces femmes à qui leurs époux veulent faire faire des choses insensées en vue de tester leur obéissance et qui, immanquablement, se voient ridiculisées et blâmées d’avoir désobéi, même si toutes les parties entendent que l’ordre n’avait aucun sens35. Ce sont aussi ces femmes qui ont obéi, fussent au prix de leur propre esclavage, et qui sont louées pour leur soumission36. Il y a là une véritable éducation à la soumission.

Disproportion des forces ou conditionnements inégaux ?

  • 37  Christine de Pizan se trouve ainsi obligée de rappeler qu’il est faux de prétendre que les femmes (...)
  • 38  Nous n’envisageons pas ici le cas du suicide qui mériterait une étude à part tant paraît grande la (...)
  • 39  Arch. nat., JJ 121, n°129, édité par Douët d’Arcq, 1864, 233-235.
  • 40  Arch. nat., JJ 165, n°10, novembre 1410, bailliage de Rouen.
  • 41  Arch. nat., JJ 173, n 165 édité par Le Cacheux, 1907, vol. 1, 246. Féru : blessé.
  • 42  Ibid. Despit : humilitation.
  • 43  Claude Gauvard a pu évaluer que les femmes représentent environ 4 % des bénéficiaires d’une lettre (...)

13En parallèle de ce que l’on éduque les femmes à se soumettre, on apprend aux hommes à méconnaître la résistance, à ne pas la comprendre : on leur apprend qu’une femme qui dit non pense oui (Ribémont, 2007, 170-171 et 178-185 ; Bazàn, 2000, 440)37. Martin Le Franc, donnant la parole au « Champion des dames », le dit très bien : « Que s’elle est fiere et se recule / A part fuyant l’esbatement, / Vous dictes qu’elle dissimule / Et qu’elle l’entent aultrement » (Martin Le Franc, 1999, vers 7825-7828). Il n’y a pas lieu d’être surpris que de la violence s’ensuive. « Une femme peut elle tuer ung homme qui la veult efforcier, et elle deffent sa chastete ? Je tiens que ouy s’autrement n’y voit remede » répond Jean Gerson (Jean Gerson, ibid., 861). Et les femmes ne répugnent effectivement pas à l’usage de la force38. En 1382, un Breton ayant soutenu à l’encontre de Jacquemin Gobillet qu’il aurait la compagnie de Marion La Garnière, compagne de ce dernier, une rixe éclate entre les deux hommes. Et quand Jacquemin demande l’aide de Marion, elle, « meue d’amour, et qui ne vouloit en aucune maniere consentir que ledit Breton eust sa compaignie charnelle, eust feri de son baton plusieurs cops ledit Breton »39. Quant à Jeanne Nicole dont on a déjà parlé, lorsqu’étienne Blantoup « se mist en peine de [la] congnoistre », elle n’hésite pas, malgré son grand âge, à le saisir « impetueusement par le metié et genitoire ». La réponse ne se fait pas attendre : il « print icelle Jehanne a deux mains par la teste et lui frappa la teste contre la paroy »40. Ce n’est pas la faiblesse du corps féminin mais la disproportion des réponses qui contraint les femmes au silence. Ainsi, le page d’un archer anglais, giflé par une femme qu’il venait d’insulter, va raconter « come il avoit esté feru » à son maître qui s’arme pour aller châtier la récalcitrante41. Pourquoi un tel déséquilibre de forces ? Le coup féminin est d’autant plus grave qu’être frappé par celui qu’on veut croire faible est un « grant despit »42. Bien plus qu’une inclinaison naturelle, le risque d’aggraver considérablement les tensions et d’en être les victimes toutes désignées conduit sans doute les femmes à être moins violentes que les hommes43. On pourrait penser que rien ne les empêche de participer elles aussi à la surenchère de la violence plutôt que de la subir. Mais, outre la formation du corps dès le plus jeune âge, conjugué au port de vêtements handicapants et au déshonneur (et à l’exclusion sociale qui s’ensuit) qu’il y a à être une femme violente, le non-accès aux armes le leur interdit. Les femmes de la fin du Moyen Âge portent très rarement ce petit couteau tranche-pain que les hommes ont toujours sur eux (Gauvard, 1991, 314). Consentement à la domination, donc, que de ne pas détenir les armes qui permettraient de se défendre (Tabet, 1998, 9-75 ; Evans, 2002) ? C’est sans compter, d’une part, que la transgression ne passerait pas pour défensive mais bien offensive et, d’autre part, que les femmes de la fin du Moyen Âge n’ont probablement pas conscience que la faiblesse de leur corps est autre que naturelle : Christine de Pizan se félicite ainsi de l’« impotence » que « Dieu et nature » leur ont donné, « car à tout le moins sont-elles par cellui agreable deffault excusées de non faire les cruaultez orribles, les murtres, et les grans et griefs extorcions, lesquelles à cause de force on a fait et fait continuellement au monde » (Christine de Pizan, 2000, 67). Or Christine de Pizan a bien conscience de la misogynie de la société qui l’entoure, même si elle ne l’exprime pas au XVe siècle avec ces mots. Mais la conscience de la domination n’équivaut pas à la prise de conscience des méthodes qui en font l’efficacité. De plus, il importe de remarquer que les sources dont l’historien dispose contraignent le narrateur, s’il veut être pardonné, à formuler son discours en adéquation avec la norme de la domination masculine : une femme pleinement consciente de cette domination et qui aurait choisi de s’y opposer de manière violente ne pourra en aucun cas exposer sa désobéissance dans ces termes.

L’appel à l’aide, révélateur de solidarités genrées

14Il reste la possibilité de faire appel à un homme. Il s’agit là sans doute du meilleur moyen pour une femme de refuser sans transgresser. Quelques exemples montrent cependant que des règles sont à respecter, lesquelles limitent sensiblement la portée du refus. Revenons sur ce qui arrive vers 1421 à cette femme que deux Anglais « s’efforcerent de violer et ferir » bien qu’elle ne soit « pas bellicoseure ne irrigieuse» :

« Et en repellant a leur force, combien que ses voisins et voisines oyssent bien la noise et tumulte que faisoit ladite femme dudit Ingier, elle yssy de sondit hostel, criant et requerant l’aide de ses voisins et amis, ainsi que eulx et chascun d’eulx vouldroient estre fait pour eulx au cas semblable, en faisant, criant brait et clamour ».

15Il est bien précisé que « voisins et voisines » entendent, et pourtant, seules les femmes réagissent :

« Auquel cry les femmes voisines se assemblerent et pour vouloir resister a la male entreprise desdis Anglois ou autres, doubtant que se ainsi ne aidoient ou secouroient a ladite voisine a son besoing, elle ne leur vouldroit aidier une autre foiz en cas semblable, gecterent ensemble un grant brait et clameur, requerant nostre aide, ainsi que noz homez et subgiez ont acoustumé fere en tel cas en notre pays de Normandie quant on leur fait tort et ilz ne puent resister a la fureur de ceulx qui violentement les depredent et dessaisissent par force indeuement contre la coustume de nostredit pays ».

  • 44  Arch. nat., JJ 173, n°129 édité par Le Cacheux, 1907, vol. 1, 220.
  • 45  Rien de systématique à cela cependant, les femmes peuvent aussi être complices de viols. Voir les (...)
  • 46  Arch. nat., JJ 175, n°98 édité par Le Cacheux (1907, vol. 2, 180-182).
  • 47  La question des solidarités à l’intérieur du couple mériterait d’amples développements. Je me cont (...)
  • 48  La parole des femmes « clame le désordre, aux hommes de le rétablir » (Gauvard, 1991, 341).

16Le « nous » est celui d’Henri VI, dont les troupes ont conquis la Normandie entre 1417 et 1419. On reconnaît le haro dans le cri coutumier qui, tel que le roi le décrit, est un moyen de dire « non », et surtout de saisir immédiatement la justice, obligeant les voisins à intervenir c’est-à-dire, en théorie, à séparer les opposants et les mener à la justice (Pissard, 1911 ; Toureille, 2003, 169-178). À ce cri, « vint ledit Ingier », époux de l’agressée, lequel « considerant que contre la male entreprise desdis Anglois ne povoit resister sans aide, se alia desdis Laurens et Jehan Drugon ». Ils se rendent tous trois au domicile d’Ingier où les femmes, qui tentent de reprendre les biens volés par les Anglais, frappées par ces derniers, crient « a l’aide ». Étant donné l’honnêteté de son épouse et « que sans cause raisonnable elle n’eust voulu crier ou appeler nostre aide, icellui Ingier, presumant que sadicte femme eust esté prise par force », demande aux Drugon de le venger des agresseurs. « A quoy icellui Ingier et lesdis Drugon, considerans que l’en pourroit fere a eulx et leurs femmes en cas pareil, se accompagnierent d’un mesme voulenté et coururent sus a iceulx Anglois, et telement que, en la chaude et fureur de ce, iceulx deux Anglois furent tuez »44. Là encore, le texte est rédigé de manière à faire état de la tempérance des meurtriers. Mais on ne peut s’empêcher de noter à quel point les solidarités sont restreintes par la considération du genre : les femmes viennent à l’aide d’une femme en pensant à ce qui pourrait leur arriver, les hommes en font de même45. Une situation très comparable peut être exposée beaucoup plus rapidement : lorsqu’un groupe d’Anglais entreprend de piller un village et de violer la sœur du suppliant, les hommes ne réagissent qu’après que « plusieurs autres femmes » ont protégé leur voisine46. Peu importe la réalité des faits ou la faible représentativité de deux exemples : la manière dont sont construits les récits met en exergue ce qui est vraisemblable aux yeux de la chancellerie royale (Braun, 1984 ; Gauvard, 1991). En l’occurrence, que les hommes ne viennent pas systématiquement à l’aide d’une femme, même si la justice les y contraint normalement47. Que les femmes doivent agir collectivement pour les faire intervenir en faveur de l’une d’entre elles48. Concernant l’épouse Ingier, il faut attendre que le mari requière l’aide des hommes pour qu’ils s’y résolvent. Un dernier exemple montre à quel point l’appel aux hommes ne garantit pas l’effectivité de leur secours : en 1382, dans la Beauce, Mahyet de Marquivillier, capitaine de forteresse, permet à des hommes d’armes de s’emparer d’une chambrière, Alips. Celle-ci demande de l’aide à Mahyet qui lui répond « Alez ! mamie, levez sus, ne vous laissiez pas trayner » (Verdon, 1991, 219-220).

  • 49  De manière plus générale, au sujet de l’influence du genre sexué sur le déroulement de l’incrimina (...)
  • 50  C’est le cas par exemple dans nombre de récits introduits par le refus, pas nécessairement sexuel (...)

17Il ne faudrait cependant pas généraliser cette attitude, et les hommes peuvent aussi défendre la victime qui a réclamé leur assistance. Deux situations se présentent alors : leur intervention peut permettre de poursuivre la plainte en justice ou bien se solder par une aggravation du conflit entre hommes et à la mort d’un des protagonistes. Dans le premier cas, la difficulté des hommes de justice de la fin du Moyen Âge à convenir du viol laisse peu d’espoir de voir reconnu le bien-fondé de la plainte (Vigarello, 1998)49. Dans le second, le sujet féminin n’est plus considéré par la documentation et le non-consentement féminin est évoqué rapidement, simple circonstance atténuante au crime50. Ce sont justement ces limites qui ont fait écrire à certains historiens, considérant la criminalité féminine dans son ensemble, que « les femmes désignent aux hommes le crime à commettre » (Muchembled, 1992, 243), qu’elles « entretiennent souvent cette atmosphère de querelle » (Quéniart, 1998, 138), que leur comportement, « très largement fondé sur la complicité ou la déloyauté, tient autant à leur tempérament plus émotif, à leur manque de vigueur physique qu’à leur manque d’autonomie dans une société où elles n’occupent qu’une place marginale » (Porteau-Bitker, 1980, 15). On voit que si certaines ont réussi à faire respecter leur volonté, elles l’ont, historiographiquement parlant, payé bien cher.

18Pour les femmes en effet, ne pas consentir équivaut à désobéir, et c’est probablement la raison pour laquelle les épouses n’ont pas nécessairement la possibilité de repousser les avances de leur mari davantage que les prostituées celles de clients potentiels. Si l’on tient compte du chiffre noir que constitue le viol marital, les épouses ne sont sans doute pas aussi protégées qu’on a bien voulu le faire croire. Ce qui est certain, c’est que l’affrontement physique achève de démontrer que tout est fait pour exclure les femmes de l’expression du désaccord par l’exercice de la force : l’absence d’armes les contraint à une violence qui a pu être jugée « particulièrement primaire » (Gonthier, 1984, 33), loin des beaux faits masculins d’autant plus pardonnables qu’ils apparaissent comme l’émanation d’un honneur qui en ressort grandi (Bourdieu, 1998, 57). Celles qui agissent seules suscitent pour leur part des brutalités redoublées auxquelles elles ne peuvent répondre sans se marginaliser dans une société où la survie n’est pas possible sans le groupe. La théorie de l’imbellicitas sexus (Lebigre, 1992, 35-51 ; Carbasse, 2000, 228) se révèle ainsi bien loin de la manifestation d’une indulgence bénéficiant à un sexe que l’on s’efforce de croire faible, elle est en réalité exclusion imposée aux femmes de la sphère des êtres dotés d’une détermination qui s’exprime notamment par la violence. La subversion seule semble permettre un usage masqué de la volonté, tant et si bien qu’il passe trop souvent à l’historien pour une traîtrise qui fonde l’éternel féminin. À travers les exemples évoqués, la question du consentement féminin à la fin du Moyen Âge pourrait bien révéler un de ces arguments de la domination masculine qui sont propres à en asseoir la perpétuation, voire le renforcement, car si les hommes ont tant besoin d’affirmer leur autorité, c’est peut-être qu’elle est encore, en cette fin de Moyen Âge, imparfaitement établie, à leurs yeux du moins.

Haut de page

Bibliographie

Baladier Charles, Érôs au Moyen Âge, amour, désir et « delectatio morosa », Paris, Le Cerf, 1999.

BazÀn Inaki, « Victimes dans leurs corps. Quelques remarques sur les victimes de viol au Moyen Âge et au début de l’époque moderne », in Garnot Benoît (dir.), Les Victimes, des oubliées de l’histoire ?, Actes du colloque de Dijon, 7 et 8 octobre 1999, Rennes, PUR, 2000, pp. 433-444.

Beaune Colette, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985.

Benveniste Henriette, « Les enlèvements : stratégies matrimoniales, discours juridique et discours politique en France à la fin du Moyen Âge », Revue historique, 573, 1990, pp. 13-35.

Bourdieu Pierre, La Domination masculine, Paris, Seuil, 1998.

Braun Pierre, « La valeur documentaire des lettres de rémission », in La Faute, la répression et le pardon, 107e Congrès national des sociétés savantes, Brest, 1982, Paris, CTHS, 1984, pp. 207-221.

Carbasse Jean-Marie, Histoire du droit pénal et de la justice criminelle, Paris, PUF, 2006 (2000).

Cazenave Michel, Encyclopédie des symboles, Paris, Le Livre de Poche, 1996.

Charageat Martine, « De l’affrontement et de la violence entre époux à l’affrontement entre pouvoirs publics et pouvoir des maris à Saragosse au XVe siècle », Cahiers d’études hispaniques médiévales, 28, 2005, pp. 341-373.

Christensen-Nugues Charlotte, « Mariage consenti et mariage contraint : l’abjuration sub pena nubendi à l’officialité de Cerisy, 1314-1346 », Médiévales, 40, 2001, pp. 101-111.

Christine de Pizan, Le livre de la Cité des dames, Paris, Stock, 2000.

Combat Rinaldo, « Apetitus libidinis coherceatur : structures démographiques, délits sexuels et contrôle des mœurs dans le Piémont du bas Moyen Âge », in Hébert Michel (dir.), Vie privée et ordre public à la fin du Moyen Âge, Études sur Manosque, la Provence et le Piémont (1250-1450), Aix-en-Provence, Université de Provence, 1987, pp. 65-101.

Davis Natalie Zemon, Pour sauver sa vie, Les récits de pardon au XVIe siècle, Paris, Le Seuil, 1988.

Dauphin Cécile, Farge Arlette (dir.), De la violence et des femmes, Paris, Albin Michel, 1997.

Douët d’Arcq Louis, « Un procès pour outrage aux mœurs en 1470 », Bibliothèque de l’École des Chartes, 1847-1848, pp. 506-516.

Douët d’Arcq Louis (dir.), Choix de pièces inédites relatives au règne de Charles VI, Paris, 1864, 2 vol.

Dubois Adrien, « Faire amende devant la haute-justice d’Elbeuf à la fin du XVe siècle », Tabularia, 6, 2006, pp. 75-89, http://www.unicaen.fr/mrsh/craham/revue/tabularia/dossier6/textes/01dubois.pdf

Dufresne Jean-Luc, « Les comportements amoureux d’après le registre de l’officialité de Cerisy », Bulletin philologique et historique (jusqu’à 1610) du Comité des travaux historiques et scientifique, 1973, pp. 131-156.

Dupâquier Jacques, Histoire de la population française, t. 1. Des origines à la Renaissance, Paris, PUF, 1995.

Evans Michael, « “Unfit to Bear Arms”: The Gendering of Arms and Armour in Accounts of Women on Crusade », in Edgington Susan, Lambert Sarah (dir.), Gendering the Crusades, New York, Columbia University Press, 2002, pp. 45-58.

Fassin Éric, Feher Michel [et Butler Judith], « Une éthique de la sexualité. Entretien avec Judith Butler », Vacarme, 22, 2003, http://www.vacarme.eu.org/article392.html

Flandrin Jean-Louis, Le Sexe et l’Occident. Évolution des attitudes et des comportements, Paris, Le Seuil, 1981.

Fraisse Geneviève, Du consentement, Paris, Le Seuil, 2007.

Gagnon John, Les Scripts de la sexualité. Essais sur les origines culturelles du désir, Paris, Payot, 2008.

Gaudemet Jean, Le Mariage en Occident, les mœurs et le droit, Paris, Le Cerf, 1987.

Gauvard Claude, « Paroles de femmes : le témoignage de la grande criminalité en France pendant le règne de Charles VI », in Rouche Michel, Heuclin Jean (dir.), La Femme au Moyen Âge, Colloque de Maubeuge 1988, Ville de Maubeuge, 1990, pp. 327-340.

Gauvard Claude, « De Grâce Especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, La Sorbonne, 1991, 2 vol.

Gauvard Claude, « Cuisine et paix en France à la fin du Moyen Âge », in La Sociabilité à table. Commensalité et convivialité à travers les âges, 3e Colloque sur la sociabilité, novembre 1990, Rouen, Publications de l’Université de Rouen, 1992, pp. 325-334.

Gazzaniga Jean-Louis, « La sexualité dans le droit canonique médiéval », in Poumarède Jacques, Royer Jean-Paul (dir.), Droit, histoire et sexualité, Toulouse, l’Espace Juridique, 1987, pp. 41-54.

Godelier Maurice, La Production des Grands Hommes. Pouvoir et domination masculine chez les Baruya de Nouvelle-Guinée, Paris, Fayard, 1982.

Godelier Maurice, « Femmes, sexe ou genre ? », in Maruani Margaret (dir.), Femmes, genre et sociétés, l’état des savoirs, Paris, La Découverte, 2005, pp. 15-20.

Gonthier Nicole, « Délinquantes ou victimes. Les femmes dans la société lyonnaise du XIVe siècle », Revue historique, 271, 1984, pp. 25-46.

Gonthier Nicole, « Les victimes de viol devant les tribunaux à la fin du Moyen Âge d’après les sources dijonnaises et lyonnaises », Criminologie, 27, 2, 1994, pp. 9-32, http://id.erudit.org/iderudit/017353ar

Grinberg Martine, « Charivaris au Moyen Âge et à la Renaissance. Condamnation des remariages ou rites d’inversion du temps ? », in Le Goff Jacques, Schmitt Jean-Claude (dir.), Le Charivari, Paris-La Haye-New York, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1981, pp. 141-147.

Hanawalt Barbara A., « The Female Felon in Fourteenth-Century England », in Stuard Susan Mosher (dir.), Women in medieval society, Philadelphia, Penn Press, 1976, pp. 125-140.

Hancke Gwendoline,L’Amour, la sexualité et l’Inquisition. Les expressions de l’amour dans les registres d’Inquisition (XIIIe-XIVe siècles), Cahors, La Louve, 2007.

HÉritier Françoise, Masculin/Féminin, t. 2. Dissoudre la hiérarchie, Paris, Odile Jacob, 2002.

HÉritier Françoise, « Les matrices de l’intolérance et de la violence », in Ead. (dir.), De la violence, t. 2,  Paris, Odile Jacob, 2005, pp. 321-343.

Jean Gerson, Œuvres complètes, Paris, Desclée & Cie, 1968, 2 tomes.

Kittell Ellen, « Reconciliation or punishment : women, community, and malefaction in the medieval county of Flanders », in Kittell Ellen, Suydam Mary (dir.), The texture of society: medieval women in the Southern low Countries, New York, Palgrave Macmillan, 2004, pp. 3-30.

Lebigre Arlette, « Imbecillitas sexus », Histoire de la Justice, t. 5, 1992, pp. 35-51.

Le Cacheux Paul, Actes de la Chancellerie d’Henri VI concernant la Normandie sous la domination anglaise (1422-1435), Paris, Société de l’Histoire de Normandie, 1907, 2 vol.

Lehmann Prisca, La Répression des délits sexuels dans les États savoyards. Châtellenies des diocèses d’Aoste, Sion et Turin, fin XIIIe-XVe siècle, Lausanne, Université de Lausanne, 2006.

Martin le Franc, Le Champion des dames, t. 2, Paris, Honoré Champion, 1999.

Mathieu Nicole-Claude, « Quand céder n’est pas consentir », in Ead. (dir.), L’Arraisonnement des femmes. Essais en anthropologie des sexes, Paris, EHESS, 1985, pp. 169-245.

Mellinkoff Ruth, « Riding Backwards: Theme of Humiliation and Symbol of Evil », Viator, 4, 1973, pp. 153-176.

Mesnagier [Le] de Paris, Paris, Le Livre de Poche, 1994. Edité par Georgina Brereton et Janet M. Ferrier. Traduit par Karin Ueltschi.  

Muchembled Robert, « Débats », in Garnot Benoît, Fry Rosine (dir.), Histoire et criminalité de l’Antiquité au XXe siècle, Actes du colloque de Dijon-Chenove, 3-5 octobre 1991, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 1992.

Pheterson Gail, Le Prisme de la prostitution, Paris, L’Harmattan, 2001.

Pissard Hippolyte, La Clameur de haro dans le droit normand, Caen, Jouan, 1911.

Porteau-Bitker Annik, « Criminalité et délinquance féminines dans le droit pénal des XIIIe et XIVe siècles », Revue historique de droit français et étranger, 58, 1980, pp. 13-56.

Porteau-Bitker Annik, « La justice laïque et le viol au Moyen Âge », Revue historique de droit français et étranger, 66, 1988, pp. 491-526.

Quéniart Jean, « La délinquance de voisinage », in Garnot Benoît (dir.), La Petite Délinquance du Moyen Âge à l’époque contemporaine, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 1998, pp. 135-143.

Ribémont Bernard, Sexe et amour au Moyen Âge, Paris, Klincksieck, 2007.

Rochelandet Brigitte, Histoire de la prostitution du Moyen Âge au XXe siècle, Yens-sur-Morges, Cabédita, 2007.

Rossiaud Jacques, La prostitution médiévale, Paris, Flammarion, 1988.

Salisbury Eve, Donavin Georgiana, Price Merrall Llewelyn (dir.), Domestic Violence in Medieval Texts, Gainesville, University Press of Florida, 2002.

SolÉ Jacques, Être femme en 1500. La vie quotidienne dans le diocèse de Troyes, Paris, Libraire académique Perrin, 2000.

Tabet Paola, La Construction sociale de l’inégalité des sexes. Des outils et des corps, Paris, L’Harmattan, 1998.

Tabet Paola, La Grande Arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, L’Harmattan, 2004.

Toureille Valérie, « Cri de peur et cri de haine : haro sur le voleur », in Lett Didier, Offenstadt Nicolas (dir.), « Haro ! Noël ! Oyé ! » Pratiques du cri au Moyen Âge, Paris, La Sorbonne, 2003, pp. 169-178.

Turlan Juliette, « Recherches sur le mariage dans la pratique coutumière (XIIe-XVIe siècles) », Revue historique de droit français et étranger, 35, 1957, pp. 477-528.

Verdon Jean, Les Françaises pendant la guerre de Cent Ans, Paris, Perrin, 1991.

Viennot Éliane, La France, les femmes et le pouvoir. L’invention de la loi salique (Ve-XVIe siècle), t. 1, Paris, Perrin, 2006.

Vigarello Georges, Histoire du viol, XVIe-XXe siècle, Paris, Le Seuil, 1998.

Voisenet Jacques, « Le baiser à la bête : rite d’humiliation, pratique satanique ou scatologie ? », Les Animaux dans la littérature, Actes du colloque de la société internationale renardienne, juillet 1996, Tokyo, Keio University Press, 1997, pp. 291-304.

Voisenet Jacques, Bêtes et hommes dans le monde médiéval. Le bestiaire des clercs du Ve au XIIe siècle, Turnhout, Brepols, 2000.

Haut de page

Notes

1  « Un marie ne peut vouer chastete sans le consentment de sa partie, de commun cours, et apres mariage accompli et consomme » (Jean Gerson, 1968, 819).

2  Toutefois, quelques circonstances ou positions sexuelles donnent la possibilité de refuser le devoir conjugal (Gazzaniga, 1987, 47-48).

3  Paola Tabet note ainsi que « le viol conjugal (ou viol domestique, etc.) est le viol le plus largement pratiqué et, selon les sociétés, il peut être ouvertement approuvé et justifié, ou à tout le moins toléré » (Tabet, 2004, 160). On rappellera par exemple que le viol entre époux n’a été condamné en France qu’à partir des années 1990... Concernant le Moyen Âge, un exemple exceptionnel de procédure engagée dans les États savoyards contre un mari violent qui a tenté de violer son épouse au moment où elle était en train d’accoucher a été relevé par Prisca Lehmann, qui estime qu’il s’agissait peut-être là d’une volonté de provoquer un avortement (Lehmann, 2006, 151).

4  Voir Dufresne (1973, 137) – avec une référence au registre de l’officialité de Cerisy qu’il convient de corriger en n°95 plutôt que n°182. Il est toutefois délicat d’imaginer comment l’autorité ecclésiastique aurait pu contraindre effectivement l’époux à obtempérer. Voir aussi le refus de l’acte sexuel lié aux idéologies hérétiques (Hancke, 2007, 140).

5  On verra qu’il est bien difficile, en dehors des problèmes que posent la définition du terme (Tabet, 2004), de savoir quelles étaient les pratiques des victimes de crimes dont le coupable est le narrateur du récit qui va nous servir de source.

6  Sur les autres raisons ayant conduit à l’« enfermement de la prostitution », voir aussi Comba (1987).

7  Ces questions complexes sont débattues entre les théologiens médiévaux (Gaudemet, 1987, 174-188), notamment sur la pratique où les résistances au consensualisme sont nombreuses (Turlan, 1957 , Christensen-Nugues, 2001).

8  Voir en particulier Solé (2000, 153) pour qui une « intense haine entre femmes [...] caractérise cette société de voisinage ».

9  Le propos de Natalie Zemon Davis porte sur le XVIe siècle mais le même constat peut être fait sans peine concernant le XVe siècle. On pourrait également citer l’exemple connu de l’adultère, beaucoup plus facilement pardonné aux hommes qu’aux femmes : la justice n’est pas complètement indifférente au sexe de l’inculpé (Porteau-Bitker, 1980).

10  Arch. nat., JJ 181, n° 247, mars 1453, bailliage de Cotentin.

11  Le même narrateur affirme pourtant dans le même texte que la jeune femme, après qu’il a eu sa « compagnie charnelle », lui a demandé, « qu’il s’en alast bien tost dudit hostel a ce qu’il ne venist gens ilec qui les veissent et que s’il y estoit veu luy et elle en pourroient avoir blasme » (Arch. nat., JJ 181, n° 247). On peut s’étonner qu’une femme blâmée s’inquiète du blâme... C’est que cette femme s’estime sans doute bien moins déconsidérée que le narrateur ne veut bien le dire.

12  Arch. nat., JJ 165, n° 10, novembre 1410, bailliage de Rouen.

13  En ce sens, si l’on ne peut pas suivre Annik Porteau-Bitker affirmant que si la victime est une « fille publique », l’agresseur « n’est ni condamné, ni même poursuivi » (Porteau-Bitker, 1988, 507-508), on peut toutefois remarquer que le risque encouru par le violeur de se voir condamner est effectivement très faible. Le Très ancien coutumier de Normandie est particulièrement dur à l’égard des prostituées à ce sujet, n’envisageant qu’une indemnisation financière de la victime (Porteau-Bitker, ibid., 521-522). Concernant la situation en Espagne, voir aussi Bazàn (2000, 434-436).

14  Bazàn, 2000, 438. Il s’agit là en réalité d’une construction visant, par l’opposition entre le légitime et l’illégitime, au contrôle des femmes (Pheterson, 2001, en particulier 20-28, dans une analyse dont il serait intéressant de tester la pertinence concernant la période médiévale).

15  Arch. nat., JJ 181, n° 64, avril 1452, bailliage de Caen.

16  Arch. nat., JJ 232, n°123, décembre 1499, sénéchaussée d’Anjou.

17  Au contraire de nombreuses lettres de rémission où les suppliants introduisent leur récit par la « charge » d’enfants qu’ils ont à assumer et le terminent par le danger qu’il y aurait à laisser ces derniers livrés à eux-mêmes.

18  Arch. nat., JJ 232, n°173.

19  La course sur l’âne aurait également été imposée dans certaines circonstances aux juifs, aux prostituées, aux fiancées enceintes, aux jeunes maris n’ayant pas eu d’enfant dans l’année... La pratique de faire chevaucher à l’envers des animaux s’est appliquée à des situations si variées (Mellinkoff, 1973) qu’il paraît préférable d’éviter les parallèles hors de la France médiévale.

20  Et donc de violences conjugales (Salisbury, Donavin et Price, 2002 ; Charageat, 2005).

21  Arch. nat., JJ 231, n°209 (lettre de rémission à Marin Dautel, homicide de son épouse, laquelle refusait de servir les hommes à table). Voir aussi Gauvard (1992, 204) qui remarque que le problème ne se pose pas seulement « en termes de rapports de force » mais aussi « en termes de fonctions ».

22  Arch. nat., JJ 175, n°204, février 1433, bailliage de Cotentin : Jean du Moulin raconte comment sa compagne « fu rebelle et desobeissant » à l’ordre qu’il lui avait donné de desservir la table, ce pourquoi il lui a lancé le couteau tranche-pain qui coûta la vie à l’épouse rebelle (Gauvard, ibid.).

23  Arch. nat., JJ 173, n°579, édité par Le Cacheux (1907, vol. 1, 395-397) : lorsque Roger Jehanne demande à sa bru et belle-sœur de l’accompagner aux champs, elle répond « que non feroit », soutenue en cela par sa mère, épouse de Roger, déclarant « que icelle fille n’entreroit ja mener lesdis chevaulx pour puissance qu’il eust ». Le défi à la puissance masculine est lancé, Roger y répond en frappant « ladicte fille de la verge de son fouet ».

24  JJ 160, n°373, juin 1406, bailliage de Caen. Dans cette lettre, Thomas Le Cornaidel ne prétend pas que Marion de Bouligny était consentante mais se contente d’affirmer qu’elle est « femme de petite renommee de son corps ».

25  Annik Porteau-Bitker cite en particulier un cas où la rémission royale n’aura d’effet que si l’agresseur épouse sa victime. Ce procédé montre à quel point on fait peu de cas du consentement féminin au mariage (mieux vaut se marier avec son violeur que d’être amenée, par la salissure du viol, à devenir prostituée), ainsi que la force du soupçon pesant systématiquement sur la réalité du viol. En effet, cette clause révèle aussi l’antagonisme existant entre le consensualisme chrétien et les pratiques coutumières de consentement parental : la validité du mariage par enlèvement contre la volonté parentale mais avec l’assentissement féminin est ainsi l’objet de débats au Parlement de Paris (Benveniste, 1990). Le même antagonisme permet de soupçonner les femmes d’utiliser de fausses accusations pour se faire épouser, c’est-à-dire d’être non seulement consentantes mais de contraindre un homme qui est alors envisagé comme la véritable victime (Porteau-Bitker, 1988, 523).

26  Gwendoline Hancke écrit ainsi, au sujet de victimes de viol homosexuel témoignant devant les juges de l’Inquisition, que bien « qu’ils décrivent très clairement les gestes violents de l’accusé, aucun ne parle de viol, ce terme – et sa conception – restant sans doute réservé aux viols de femme » (Hancke, 2007, 127).

27  On rappellera que la prise en compte du viol homosexuel et de la femme violeuse dans le droit français n’est intervenue qu’en 1980 en France (Porteau-Bitker, 1988, 498).

28  Si les anthropologues ont montré depuis longtemps que le viol ne doit pas être réduit à l’expression d’une sexualité ou de pulsions sexuelles déséquilibrées (Mathieu, 1991, 146 et 205 ; Gagnon, 2008, 112-122 ), sans doute faut-il réaffirmer que la sexualité n’est pas une donnée strictement naturelle : une historienne des mentalités écrit ainsi que « les travaux des champs, sous le soleil, génèrent des pulsions sexuelles chez les hommes, comblées par des prostituées vagabondes » (Rochelandet, 2007, 35). Sans vouloir faire de faux procès puisque l’intention de l’auteur ne va pas dans ce sens, on peut se demander à quel point, en naturalisant ainsi ces « pulsions sexuelles » (les mêmes qui conduisent parfois au viol ?), elle ne contribue pas à les légitimer et les pardonner d’autant mieux qu’elles proviennent de la dureté des travaux des champs.

29  Arch. nat., JJ 206, n°75, janvier 1479, bailliage de Montargis. Gésir : se coucher, être couché, sans doute ici pour accoucher.

30  Jacques Rossiaud note ainsi que le viol collectif « est toujours accompagné d’injures dégradantes pour la victime, d’humiliations et de coups. Il s’agit, dès avant le passage à l’acte, d’une disculpabilisation des auteurs, la femme choisie étant d’entrée de jeu présentée comme coupable, réifiée avant de se soumettre » (Rossiaud, 1988, 35). Pour Nicole Gonthier, « la volonté de dégrader la femme dont ils ont tiré leur plaisir reste un point commun de tous les violeurs agissant en compagnie » (Gonthier, 1994, 28). Or, il n’est pas sans intérêt de remarquer que le viol collectif est deux fois plus courant que le viol individuel dans les lettres de rémission (Gauvard 1991, 331, n. 110).

31  Arch. nat., JJ 173, n 129, édité par Le Cacheux (1907, vol. 1, 223).

32  Voir par exemple la gravure de « La bataille pour l’anguille » (vers 1580) reproduite dans Davis (1988, 200) où l’une des femmes se battant pour l’anguille tombe, sa robe relevée laissant ainsi voir son corps.

33  Arch. nat., JJ 232, n°102, août 1499, bailliage de Caux.

34  (Mesnagier, 1994, 187) ; il présente ainsi une section de son ouvrage, en s’adressant à sa jeune épouse : « La première section traite de votre devoir d’obéissance à l’égard de celui qui sera votre mari et de ses ordres, quel que soit leur motif, sérieux, simulé ou impliquant quelque chose de bizarre à exécuter, qu’il s’agisse de petites ou de grandes choses : toute chose doit être pour vous une affaire importante à partir du moment où celui qui sera votre mari vous l’aura ordonnée. »

35  Par exemple Mesnagier, (ibid., 261-265) où il s’agit de tester l’obéissance des épouses en leur demandant de « poser un balai derrière la porte de leur chambre et de l’y laisser toute la nuit ». La morale : « obéissez mieux [que toutes les désobéissantes décrites auparavant] à votre mari, aussi bien en des choses anodines et bizarres qu’en celles qui sont ordonnées avec une vraie raison ou bien simplement par jeu, par désir de divertissement ou pour tout autre motif, car tout est sérieux » (p. 265, je souligne).

36  L’exemple de Grisélidis, à qui son mari fait subir les pires angoisses et humiliations, est ainsi cité non seulement dans le Mesnagier (ibid., 193-231), mais aussi par Christine de Pizan (Christine de Pizan, 2000, 196-201).

37  Christine de Pizan se trouve ainsi obligée de rappeler qu’il est faux de prétendre que les femmes aiment à être violées (Christine de Pizan, 2000, 186-189).

38  Nous n’envisageons pas ici le cas du suicide qui mériterait une étude à part tant paraît grande la complaisance des hommes à imaginer les femmes préférant se tuer elles-mêmes que d’affronter leur force.

39  Arch. nat., JJ 121, n°129, édité par Douët d’Arcq, 1864, 233-235.

40  Arch. nat., JJ 165, n°10, novembre 1410, bailliage de Rouen.

41  Arch. nat., JJ 173, n 165 édité par Le Cacheux, 1907, vol. 1, 246. Féru : blessé.

42  Ibid. Despit : humilitation.

43  Claude Gauvard a pu évaluer que les femmes représentent environ 4 % des bénéficiaires d’une lettre de rémission sous Charles VI et 2,5 % sous Charles VIII, dont près de la moitié pour vol (Gauvard, 1991, 300-301 ; Porteau-Bitker, 1980 ; Gonthier, 1984 ; Hanawalt, 1976 ; Dauphin, Farge, 1997).

44  Arch. nat., JJ 173, n°129 édité par Le Cacheux, 1907, vol. 1, 220.

45  Rien de systématique à cela cependant, les femmes peuvent aussi être complices de viols. Voir les exemples donnés par Claude Gauvard (1991,336), notamment celui de la Parisienne Catherine Renard qui « print ladicte Jehanne et la gecta sus ladicte couchecte » et, Jeanne criant, « print le bout du chapperon de ladicte Jehanne, et lui estouppa la bouche, et lui tenoit les bras », Arch. nat., JJ 196, n° 304 (Douët d’Arcq, 1847-1848, 511).

46  Arch. nat., JJ 175, n°98 édité par Le Cacheux (1907, vol. 2, 180-182).

47  La question des solidarités à l’intérieur du couple mériterait d’amples développements. Je me contenterai ici de signaler un autre exemple où des liens autres que matrimoniaux (en l’occurrence, le compérage) paraissent l’emporter : Guillaume Hubert reste ainsi inactif pendant que son épouse se bat contre Gabriel Le Chantre avant de laisser ce dernier partir « en lui disant qu’il s’en alast et que s’il ne feust son compere qu’il l’eust frappé », Arch. nat., JJ 169, n°198, avril 1416.

48  La parole des femmes « clame le désordre, aux hommes de le rétablir » (Gauvard, 1991, 341).

49  De manière plus générale, au sujet de l’influence du genre sexué sur le déroulement de l’incrimination, voir Kittell (2004). Ellen E. Kittel expose ici des considérations qui remettent en cause l’opinion exprimée par Annik Porteau-Bitker en 1980, et largement reprise par la suite, d’une relative indifférence des juges médiévaux au sexe des inculpés.

50  C’est le cas par exemple dans nombre de récits introduits par le refus, pas nécessairement sexuel d’ailleurs, d’une femme dont il n’est plus question par la suite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrien Dubois, « La « grève » féminine du sexe dans la France du XVe siècle, un exemple de révolte impossible contre la domination masculine ? », Genre, sexualité & société [En ligne], 1 | Printemps 2009, mis en ligne le 09 juillet 2009, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://gss.revues.org/303 ; DOI : 10.4000/gss.303

Haut de page

Auteur

Adrien Dubois

Historien médiéviste
Publications du CRAHM, Université de Caen-Basse-Normandie

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org