Navigation – Plan du site
2014

Farges Patrick, Chamayou-Kuhn Cécile, Yavuz Perin Emel, Le lieu du genre. La narration comme espace performatif du genre

Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2011
Noémie Marignier
Référence(s) :

Farges Patrick, Chamayou-Kuhn Cécile, Yavuz Emel, Le lieu du genre. La narration comme espace performatif du genre, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Texte intégral

1L’ouvrage Le lieu du genre. La narration comme espace performatif du genre édité par Patrick Farges, Cécile Chamayou-Kuhn et Perin Emel Yavuz réunit onze contributions, en français et en allemand, sur les thèmes des identités de genre et du récit de soi. Son ambition est de croiser les approches disciplinaires (littérature, sociologie, philosophie, études culturelles etc.) pour dresser un panorama des recherches existantes sur le genre et la narration dans une perspective franco-allemande. Les éditeurs, chercheur-e-s en Etudes germaniques et en Histoire de l’art, proposent donc de travailler la narration et la narrativité au prisme du genre, ce qui ne va pas forcément de soi car les études de genre n’ont pas été associées profondément aux études littéraires et artistiques en France. L’ouvrage part du constat de la réception « décalée/retardée » des études de genre en France par rapport à l’Allemagne : la recherche allemande, notamment en littérature, a intégré dès ses débuts le concept nord-américain de genre. Il s’agit alors de contribuer à diffuser ces recherches, émergentes côté français, en prenant acte des travaux allemands sur le sujet.

2Les deux premiers articles s’intéressent aux performances de subversion des genres dans le domaine artistique. J. Lajarrigue traite des performances des artistes actionnistes viennois et plus particulièrement de celles de VALIE EXPORT. Il décrit la manière dont ces artistes ont mis en scène leurs corps pour mettre au jour l’ordre patriarcal et les assignations de genre. L. Alexandre revient sur son travail photographique avec des travestis et des transformistes : elle montre comment ceux-ci performent les figures des stars féminines pour à la fois rendre hommage et subvertir ces identités archétypales genrées.

3Les travaux suivants étudient les représentations et les élaborations du genre dans différents types de narrations, avec une perspective historique ou sociologique. S. Beer, M. Düring et E. Mailänder s’intéressent à la manière dont les représentations du genre sont négociées par les interviewés dans les situations d’entretiens ethnographiques. Des témoignages masculins à propos de Françaises parties volontairement en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale sont au centre des analyses de P. Arnaud. V. Albenga étudie les processus d’identification aux personnages ou aux auteurs chez les participant.e.s de différents cercles de lecture en fonction du genre, montrant la difficile subversion de la hiérarchie entre masculin et féminin.

4Des analyses d’œuvres littéraires sont au centre des quatre articles suivants. K. Münchberg s’intéresse aux possibilités de dire et de constituer le Moi face aux discours dominants chez Ovide, Flaubert et Mann. A. Eder interroge l’appartenance de l’Electre d’Hofmannsthal à l’ordre bi-genré, en s’intéressant à la figure du monstre. Le travail d’H. L. Ott porte sur la narration au féminin chez Duras, Bachmann, Yourcenar : elle montre que ces dernières ont eu des difficultés à faire parler un « je » féminin ; c’est chez les auteures contemporaines que l’on trouve de nouvelles pistes de réflexion. A. I. François s’intéresse elle aussi au genre de la narration chez deux auteures, Seghers et Atwood ; selon elle, dans ces ouvrages, la prise en charge de la narration peut être envisagée comme une possible réappropriation de soi face aux pouvoirs et déterminations imposés de l’extérieur.

5L’article de J. Brunet-Georget porte sur les récits de patient.e.s en demande de changement de sexe, sur la normativité des identités narrées dans ce cadre et sur les défis que cela pose à la psychanalyse. W. Straube s’intéresse également aux identités trans* à travers l’étude du traitement de l’image, du son et de la narration du film Ma vie en rose qui raconte l’histoire d’une enfant de sexe mâle se vivant comme une petite fille.

6Enfin, l’ouvrage comporte une postface d’A. Oberhuber qui revient sur la réception du concept de genre en Europe et sur son utilisation et les perspectives qu’il offre pour la recherche en littérature.

7Le lieu du genre réussit à articuler de manière cohérente les concepts de genre et de narration. Les contributions ne se contentent pas d’appliquer les études de genre à des corpus littéraires, artistiques ou historiques mais présentent un réel travail de réélaboration théorique des études narrative et narratologique au prisme du genre, ce qui est à saluer. En effet, est notée l’inadéquation conceptuelle et méthodologique entre les études de genre et les études narratives, les premières considérant la narration comme le résultat de l’acte de production du sens et les secondes se focalisant sur la dimension processuelle et performative de la narration. L’ouvrage propose alors de sortir les études narratives de « leur médium unique : […] le langage ou le texte » et envisagent alors la narration « comme un moyen de réalisation du dire et, partant du faire » (p. 13). Dans ce cadre, celle-ci « apparaît comme un espace performatif de représentation multiple, construit par le sujet et au sein duquel il se définit in medias res, dans une constante évolution. » (p. 15)

8Les contributions développent différentes facettes du rapport entre narration et genre, créant un ensemble riche et varié. Sont abordées des problématiques telles que la construction et la mise au jour des stéréotypes de genre et leur lien avec les rapports de domination, dans des corpus historiques (Arnaud) artistiques (Lajarrige, Straube), littéraires (François, Ott). D’autre part l’instabilité des identités genrées, jamais définitivement acquises et toujours à réaffirmer, est un autre axe traité à la fois à travers la mise en scène du caractère construit du genre dans les productions artistiques (Alexandre), mais aussi à travers l’étude de l’élaboration identitaire du sujet, vue comme un processus évolutif (Albenga). Enfin, la dimension constitutive d’autrui dans la narration est également développée : l’identité genrée est considérée comme négociée avec l’autre qui nous interpelle, que ce soit dans les œuvres littéraires (Münchberg), dans l’enquête ethnographique (Beer, Düring & Mailänder), ou dans la démarche psychanalytique (Brunet-Georget). On note par ailleurs que la dimension corporelle du récit de soi et des identités de genre est mise en avant (Alexandre, Brunet-Georget)

9On se réjouit également de la pluralité des identités abordées à travers l’ouvrage. Celui-ci traite des identités de femmes cisgenres aussi bien que des identités trangenres, et travesties. Les identités lesbiennes et gaies ne sont au centre d’aucun article, mais ne sont pas oubliées (Albenga).

10On peut toutefois déplorer des maladresses terminologiques et formulations perpétuant des formes de violence symbolique dans un ouvrage consacré précisément aux narrations du genre. On note par exemple l’utilisation des pronoms masculins pour parler des personnes trans* MtF (pp. 169-180), le recours à des stéréotypes stigmatisant les travailleuses du sexes (un personnage féminin est décrit comme « une sorte de poupée décérébrée, pour ne pas dire une prostituée » p. 162) ainsi que l’utilisation du terme « genre sexuel » (p. 10, p. 210) employé habituellement pour décrédibiliser les études de genre plutôt que pour les promouvoir. On trouve également à plusieurs reprises des confusions entre identité sexuelle, genre et sexe biologique.

11On regrette également que l’ouvrage, qui se veut pluridisciplinaire, ne comporte pas plus d’articles étudiant des productions discursives dans des contextes actuels (institutionnel, militant, informel etc.). L’approche artistique et littéraire, majoritaire, aurait pu être enrichie de contributions en sociolinguistique par exemple, ce qui aurait fourni une perspective intéressante sur la construction des identités genrées.

12En dépit de ces critiques qui ne nous paraissent pas anecdotiques, on peut dire que Le lieu du genre offre une perspective novatrice ouvrant la voie à des recherches qui mettent le genre au centre de leurs analyses tout en l’intégrant dans leurs ancrages disciplinaires. Il intéressera les chercheur-e-s en littérature, en études artistiques ainsi que les disciplines s’intéressant aux récits et aux textes et qui souhaitent réfléchir aux concepts d’identité sexuée ou de performativité.

13* La graphie trans* est utilisée par les militant-e-s pour montrer la diversité des identités et des manières de vivre lorsque sexe et genre ne sont pas alignés (transidentitaire, transgenre, transexuel.le etc.)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Noémie Marignier, « Farges Patrick, Chamayou-Kuhn Cécile, Yavuz Perin Emel, Le lieu du genre. La narration comme espace performatif du genre  », Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://gss.revues.org/3069

Haut de page

Auteur

Noémie Marignier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org