Navigation – Plan du site
Dossier

« No guys with attitude ». Sociabilité et hiérarchie sexuelle dans une sex party gaie de New York

“No Guys with Attitude”. Sexual Sociability and Hierarchy in a NYC Private Gay Sex Party
Etienne Meunier

Résumés

Au courant des trente dernières années à New York, la plupart des saunas et sex-clubs gais ont été forcés de fermer leurs portes, relocalisant les pratiques sexuelles de groupe dans des événements privés. La recherche a montré que les établissements de sexe collectifs étaient des lieux démocratiques où des hommes d’âge, d’apparence et de groupes sociaux différents, se rassemblaient pour des activités sexuelles et sociales conviviales. Des théoriciens queers craignent que la privatisation de la sexualité de groupe ne rende les cultures sexuelles gaies plus divisées et discriminatoires. Cet article observe ces dynamiques en présentant les résultats d’une recherche ethnographique originale dans une sex party privée (private sex party) gaie de New York en 2010. Les répondants percevaient clairement une hiérarchie dans certaines soirées privées. Celle-ci était notamment le fait du guy with attitude : un jeune homme attirant mais sélectif. Ils se méfiaient donc de ces garçons et préféraient les hommes moins sélectifs et plus enclins à participer aux activités de sexe collectif. Les dynamiques d’inclusion et d’exclusion autour desquelles s’organisent ces sex parties ont donc pour effet d’inciter les hommes qui y participent à adapter leurs désirs et leurs pratiques aux valeurs propres de la soirée.

Haut de page

Texte intégral

Cette étude a bénéficié du soutien financier du Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FRQSC), et de la Fondation Desjardins.

La sexualité de groupe : démocratique ou hiérarchisée ?

1Les lieux de drague et la sexualité de groupe sont depuis longtemps des éléments importants des communautés gaies. Les historiens ont montré que, bien avant les mouvements de libération, les lieux publics tels que les parcs, les ruelles ou les toilettes publiques étaient souvent les seuls lieux où les hommes cherchant des relations homosexuelles pouvaient se rencontrer (Chauncey, 2003). Au moment de leur apparition au début du xxe siècle, les saunas gais étaient des lieux plus sûrs où les hommes pouvaient se rencontrer de manière moins furtive. Le mélange d’interactions sexuelles et sociales dans ces endroits fut important dans la formation des pratiques et identités des cultures gaies alors en émergence (Bérubé, 2003). À la fin des années 1960, les ethnographes ont commencé à étudier directement ces lieux. Depuis, les pratiques sexuelles de groupe ont été documentées dans différents espaces : parcs et plages (Moore, 1995 ; van Lieshout, 1995), haltes routières (Corzine et Kirby, 1977 ; Hollister, 1999 ; Ponte, 1974 ; Troiden, 1974), toilettes publiques (Delph, 1978 ; Humphreys, 2007), vestiaires (Leap, 1999a), saunas (Holmes et al., 2007 ; Tewksbury, 2002 ; Weinberg et Williams, 1975), cinémas pornos (Delany, 1999), clubs (Brodsky, 1993 ; Rubin, 2010), lieux de vacances (Hennen, 2008) et soirées privées (Meunier, 2014). Les études plus récentes montrent que la sexualité collective dans des lieux publics et commerciaux est toujours importante dans les communautés gaies, mais que les normes et valeurs diffèrent considérablement selon les lieux (Frankis et Flowers, 2009).

Sociabilité sexuelle

2Plusieurs chercheurs ont observé que ces endroits rassemblent souvent une population d’âges, de classes sociales et de groupes ethno-raciaux divers. Au lieu de reproduire les modèles de stratification sociale et sexuelle dominants, ils réaliseraient un certain nivellement des statuts. Dans son étude pionnière de 1970 sur le sexe entre hommes dans les toilettes publiques aux États-Unis, Laud Humphreys suggérait que ce nivellement était facilité par la norme d’interaction silencieuse et impersonnelle qui y prévaut.

Il règne par ailleurs dans ces lieux une forme de démocratie qui est un trait constant de la sexualité anonyme. Des hommes présentant des caractéristiques sociales, raciales, culturelles et physiques très variées se rencontrent dans ces lieux en vue d’une relation sexuelle. Lorsqu’il n’y a pas d’implication, les préférences individuelles ont tendance à s’estomper. (Humphreys, 2007, 24)

  • 1 José Esteban Muñoz (2009) et Tim Dean (2009) reprennent l’argument de Delany, observant que cette c (...)

3Cette démocratisation s’étend au-delà des relations furtives et anonymes, les relations sexuelles étant parfois la source d’interactions sociales plus prolongées. Samuel Delany, dans son ouvrage important sur les cinémas pornos de New York dans les années 1980, montrait que les brèves rencontres sexuelles menaient souvent à des discussions amicales entre hommes de groupes sociaux bien différents. L’argument de Delany, qui a été repris par de plusieurs théoriciens queer1, était que les lieux de sexe en groupe permettaient des interactions conviviales entre personnes issues de classes sociales différentes, et que ce type relations – jusque-là propre aux gais, mais pouvant s’étendre au reste de la société – avait le pouvoir de maintenir une certaine justice sociale dans une société capitaliste inégalitaire (Delany, 1999).

4Ces auteurs présentent les endroits de sexualité de groupe comme des lieux démocratiques où les participants abandonnent leurs préférences et jugements personnels envers certains types de corps ou d’individus. Leo Bersani nomma le type d’interaction propre à ces lieux « sociabilité sexuelle ». Le concept de « sociabilité », provenant de Georg Simmel, définit un type d’interaction faisant abstraction des intérêts politiques, économiques ou sociaux qui régissent la plupart des relations sociales, pointant l’aspect ludique des interactions sociales en elles-mêmes (Simmel, 1971). Par extension, la sociabilité sexuelle est une forme de relation intime dépouillée des intérêts personnels et des contraintes culturelles et sociales qui influencent souvent les choix de partenaires (Bersani, 2002). Selon cet idéal, le plaisir des actes sexuels importe plus que les partenaires ; on met de côté les préférences pour certains types de corps ou de traits afin de favoriser le plaisir collectif du groupe.

5Selon plusieurs théoriciens queer, la disparition des lieux de sociabilité sexuelle a donc une dimension politique. Aux États-Unis particulièrement, depuis le début de l’épidémie de sida, plusieurs gouvernements municipaux et d’État ont instauré des lois visant à éliminer les lieux de sexualité de groupe. Le cas de la ville de New York a été largement documenté. En 1984, l’état de New York mit en place une loi interdisant la consommation d’actes sexuels oraux, vaginaux ou anaux dans les établissements commerciaux. Plus tard, sous le règne du maire Républicain Rudy Giuliani (1994-2001), la ville instaura des politiques de zonage qui bannirent les commerces à caractère sexuel de la plupart des quartiers les plus fréquentés. Durant les années 1970 et jusqu’au milieu des années 1980, les sex-clubs, saunas et cinémas pornos abondaient dans la ville (Moore, 2004) ; aujourd’hui, il n’en reste quasiment plus aucun. Même les lieux de drague publics, tels que les très célèbres West Side piers (quais du côté ouest), furent rénovés pour empêcher l’activité sexuelle. Le moment où ces politiques furent mises en place correspond aussi à celui où les mouvements sociaux gais et lesbiens se sont tournés de plus en plus vers la vie privée, le mariage et la famille, offrant donc peu de résistance aux législations contre les établissements sexuels. Durant les années 1990, plusieurs théoriciens et activistes queer craignaient qu’avec ces endroits ne disparaisse toute une culture de sexualité collective gaie et ses pratiques de sociabilité sexuelle (Colter et al., 1996 ; Delany, 1999 ; Leap, 1999b ; Warner, 1999). Plusieurs critiques déplorent aussi le fait que les gais abandonnent les pratiques de sexualité radicales afin de se fondre dans la normalité hétérosexuelle (Duggan, 2004 ; Muñoz, 2009).

6Cependant, malgré ces changements, les pratiques sexuelles de groupe ont survécu. Aujourd’hui, à New York, c’est dans les private sex parties (sexe parties privées) que se rassemblent les clientèles recherchant le sexe en groupe, tant les gais que les hétérosexuels, bisexuels, lesbiennes ou transgenres. Cependant, cette « privatisation » des lieux de sexualité collective a probablement entraîné des changements. Certains auteurs soutiennent par exemple que ces nouvelles soirées, parce qu’elles sont privées, seraient plus exclusives et contribueraient à renforcer les ségrégations à l’intérieur des communautés gaies, plutôt qu’à perpétuer le mode de sociabilité sexuelle inclusif identifié plus haut (Dean, 2009).

Champs sexuels et compétition

7Avant de céder à la nostalgie, il convient de se demander dans quelle mesure cet idéal a vraiment existé. En effet, tous les chercheurs ne souscrivent pas à cette vision des lieux de drague gais comme étant démocratiques. Bersani lui-même, plusieurs années avant de proposer le concept de sociabilité sexuelle, décrivait, dans un article de 1987, ces endroits comme hiérarchisés et compétitifs :

Quiconque a passé une nuit dans un bain gay sait qu’il s’agit (ou s’agissait) de l’un des environnements les plus cruellement rigides, hiérarchisés et compétitifs qui se puissent imaginer. Vos allures, vos muscles, votre système pileux, la taille de votre queue et la forme de votre cul déterminaient exactement la façon dont vous alliez trouver le bonheur durant ces quelques heures. (Bersani, 1998, 36)

8Plusieurs travaux ethnographiques réalisés dans des saunas gais confirment que les standards de beauté physique sont des critères de sélection sexuelle : généralement, les clients jeunes et minces ont plus de facilité à trouver des partenaires que ceux qui sont plus âgés et charnus (Delph, 1978 ; Tewksbury, 2002 ; Weinberg et Williams, 1975). Les rapports ethniques n’y sont pas absents : un homme latino aura peu de succès dans un sauna où la clientèle est majoritairement blanche et vice-versa (Guzmán, 2005). Alors que certains ont présenté les lieux de sexualité de groupe comme démocratique et inclusifs, d’autres y ont vu ségrégation, hiérarchie, et compétition.

9Toute culture sexuelle mobilise en effet une série de critères pour distinguer les individus désirables de ceux qui ne le sont pas. Les cultures sexuelles de groupe des gais ne font pas exception et à New York, durant les années 1970, Martin Levine a ainsi décrit l’hégémonie du « clone » (Levine, 1998). La majorité des gais accentuaient leur masculinité en développant leur musculature, en mettant en valeur leur pilosité faciale et corporelle tout en gardant les cheveux courts ou rasés, et en adoptant un style vestimentaire emprunté à la classe ouvrière (jeans, chemise à carreaux, etc.) Cet idéal de masculinité était aussi associé à une sexualité impersonnelle, phallocentrique, valorisant une certaine brutalité consensuelle. Dans les lieux de dragues, ces « clones » rejetaient les gais efféminés, parfumés et trop soigneusement vêtus, leur présence gâchant l’atmosphère érotique de l’endroit. Les établissements de sexualité de groupe requéraient donc la conformité à un modèle érotique précis.

10Chaque sous-culture sexuelle a une manière propre de définir ce qui est désirable, et cette définition ne se limite pas aux attributs physiques. Par exemple, dans un article de 1991, Gayle Rubin a montré que, aux Catacombes, un club cuir de San Francisco en activité du milieu des années 1970 au milieu des années 1980, l’apparence physique avait beaucoup moins d’importance que dans les cas précédemment cités. Certes, on n’y dédaignait pas un corps attirant, mais c’était surtout la manière de se comporter qui déterminait le succès d’un participant. La connaissance des pratiques sadomasochistes et de l’étiquette des sex-clubs rendait quelqu’un désirable ; inversement, un homme au corps attirant mais ne sachant pas comment se comporter pouvait être exclu (Rubin, 2010).

11Récemment, plusieurs théories ont tenté de comprendre comment différentes sous-cultures sexuelles se multiplient et adoptent des critères de désirabilité spécifiques. L’approche des champs sexuels nous invite à regarder chaque sous-culture comme un champ au sens de Bourdieu, c’est-à-dire un ensemble de relations ayant leur logique propre, où les gens luttent pour différentes récompenses, positions de pouvoir ou sentiments d’appartenance (Bourdieu et Wacquant, 1992). Par extension, un champ sexuel est une structure de désir particulière qui prend forme historiquement par processus d’agrégation, et qui établit une hiérarchie de désirabilité selon le « capital érotique » de ses membres. Cette forme spécifique de capital comprend les différentes caractéristiques qui sont considérées comme attrayantes dans le champ, soit des attraits corporels, des manières de se présenter ou des façons d’agir (Green, 2014). Posséder du capital érotique promet non seulement le succès dans les rencontres sexuelles, mais aussi une position d’influence. Par exemple, pour la sous-culture gaie bear (ours), un homme ventru et poilu qui adopte un style de bûcheron et un comportement viril sera considéré des plus attirants. Ces hommes s’opposent à une autre représentation de l’homosexualité, les jeunes hommes minces et imberbes ou twinks (Hennen, 2005). Dans son milieu propre, un bear ou un twink aura plus de succès dans ses rencontres sexuelles, mais aussi dans les relations sociales.

12La théorie des champs sexuels nous invite à comprendre les différentes structures de désir des cultures sexuelles et leur émergence. Ces champs prennent notamment forme au niveau microsociologique avec l’expérience des individus dans différents lieux sexuels et leurs interactions avec autrui (Green, 2011). Ils n’expliquent pas seulement comment un individu rencontre ses partenaires sexuels, mais aussi comment les participants adaptent leurs désirs et pratiques sexuelles selon les caractéristiques du champ. La sociologie de la sexualité avait d’ailleurs déjà soutenu que les préférences sexuelles dites « déviantes » se forment moins par processus étiologique que par la participation à des groupes spécifiques (Gagnon et Simon, 1967).

13Quelle est, donc, la structure de désirabilité des sex parties privées contemporaines ? Comment l’idéal de sociabilité sexuelle démocratique influence-t-il la hiérarchie de ces milieux ? Comment cette structure de désir prend-elle forme dans l’expérience et l’interaction des participants dans différents établissements sexuels ? Finalement, comment la culture sexuelle des soirées privées influence-t-elle les désirs et les pratiques des participants ?

Terrain et méthodes

14Je tente de répondre à ces questions à l’aide de données provenant de ma recherche ethnographique en cours parmi les sex parties gaies privées de la ville de New York. Comme mentionné plus haut, l’activité sexuelle est interdite dans tout établissement commercial de l’État de New York. Les soirées privées sont donc devenues les principales institutions de la sexualité de groupe, et plusieurs douzaines d’entre elles ont lieu chaque semaine (Farley, 2007). Quoique la présente étude se concentre sur les soirées pour hommes, il existe des événements similaires pour lesbiennes, bisexuels, hétérosexuels échangistes et transgenres. Ces événements sont dits « privés » car ils ont lieu dans des immeubles résidentiels, mais leurs caractéristiques ressemblent beaucoup aux lieux commerciaux décrits plus haut : ils sont ouverts à un large « public » composé de personnes recherchant une activité sexuelle de groupe, sans exiger de connexion personnelle avec l’hôte ; ils rassemblent un grand nombre de personnes – parfois jusqu’à 200 dans une soirée ; il y a un prix d’entrée ; et ils ont généralement lieu dans des espaces dédiés à ces soirées érotiques, où personne n’habite.

15À la différence des lieux commerciaux tels que les saunas et les sex-clubs, qui sont ouverts régulièrement – parfois sept jours par semaine et 24 heures par jour – les sex parties privées ont lieu à des moments bien spécifiques. Tout comme les établissements commerciaux, plusieurs événements privés sont ouverts à un public large. Cependant, certaines soirées sont très spécialisées, et les hôtes profitent du statut privé de l’événement pour en refuser l’accès arbitrairement. Les caractéristiques d’exclusions sont diverses : l’âge (par exemple, « soirées réservées aux moins de 30 ans »), l’apparence corporelle (« physique athlétique requis »), l’ethnicité (« noirs et latinos seulement »), le statut VIH (« soirées pour séropositifs »), l’usage du préservatif (soirées safe sex ou bareback), et les pratiques spécifiques (soirée uro, cuir, fétichisme des pieds, etc.)

16Afin de comprendre les dynamiques d’inclusion et d’exclusion de ces événements, j’ai observé une sex party, et conduit des entretiens semi-directifs avec dix de ses participants. J’ai observé l’événement en y participant en tant qu’employé bénévole durant quatre mois en 2010 (la soirée avait lieu une fois par semaine). Les notes ethnographiques – écrites le lendemain de chaque soirée observée – comprennent des descriptions détaillées des interactions entre les participants de la soirée, ainsi que de mes entretiens très brefs avec quelques-uns d’entre eux. J’ai conclu l’observation lorsque celle-ci a cessé de produire de nouvelles données sur les modèles d’interaction typiques de l’endroit. Les entretiens en privé ont débuté après le travail d’observation et sont toujours en cours. Les répondants initiaux ont été recrutés lors de l’événement, puis ils m’ont donné d’autres contacts. Chaque entretien est enregistré dans un endroit privé au choix du participant, et porte sur sa vie intime et sur sa participation à différentes soirées.

17Dans un article précédent, j’ai décrit les normes d’interaction sexuelle et sociale de cet événement en le comparant avec d’autres espaces de sexualité de groupe (Meunier, 2014). J’ai montré comment l’organisation de l’événement favorisait une convivialité sociale et sexuelle. À l’entrée, les invités devaient se dénuder complètement et ensuite rejoindre les autres participants, tous regroupés dans un seul grand espace sans coins privés, ce qui créait une proximité des corps et une intimité physique. L’événement étant hebdomadaire, les habitués se rencontraient régulièrement, et pouvaient tisser des liens amicaux. De plus, les employés – à l’exception de moi-même – étaient des invités réguliers qui offraient leur aide bénévolement, ce qui contribuait à développer un sens de la communauté. Les participants réguliers redoutaient ceux qui refusaient de contribuer à cette convivialité. Le présent article se concentre sur les tensions entre les différents types de participants.

Règles et valeurs sexuelles d’une soirée « inclusive »

Qui est le guy with attitude ?2

  • 2 En anglais, « to have attitude » (avoir de l’attitude) a une connotation négative et signifie que q (...)

18Au début d’une soirée, alors que l’événement était encore peu fréquenté, trois participants réguliers discutaient calmement. L’un d’eux décrivait la clientèle d’une autre sex-party à laquelle il était allé :

« Ils ont tous des corps comme dans les pages d’un magazine et ils sont tous pareils, mais ils passent la soirée à s’effleurer et à passer l’un devant l’autre. Je les regarde et je me dis : “c’est toi-même que tu viens de refuser, là !” »

19Ces invités étaient sélectifs au point de refuser d’avoir des rapports sexuels avec des hommes aussi attirants qu’eux-mêmes. Les deux autres répondirent :

« Ah non, je déteste les mecs qui se la jouent (guys with attitude). Je n’irai pas à cette soirée. J’aime les beaux gars, mais pas avec ce genre d’attitude. »

20Lors des soirées comme lors des entretiens, l’expression « guy with attitude » est souvent utilisée pour parler du type de personne que les participants ne voulaient pas voir dans les sex parties. L’exemple ci-dessus illustre bien plusieurs des caractéristiques du guy with attitude. C’est un homme qui a une apparence physique conforme aux standards de beauté dominants : jeune, joli et athlétique. C’est aussi quelqu’un d’extrêmement sélectif dans son choix de partenaire sexuel : il recherche un homme qu’il juge au minimum aussi attirant que lui-même. Il prendra tout le temps nécessaire pour trouver quelqu’un à son goût, même si cela signifie qu’il participera peu – ou même pas du tout – à l’activité sexuelle de la soirée.

21Les participants expérimentés connaissent très bien ce type de personne, et l’opposent au genre de mecs qu’ils recherchent. En entretien, ils le décrivent comme quelqu’un d’ennuyeux qui gâche l’atmosphère érotique des soirées :

Toute sex party a une certaine tension sexuelle, alors les gars qui restent plantés là à rien faire, même s’ils sont vraiment attirants, c’est chiant… ou s’ils sont trop sélectifs avec les mecs avec qui ils veulent baiser. Ils préfèrent trouver quelqu’un à leur goût, mais ce n’est pas parce qu’ils sont beaux qu’ils sont bons à baiser. Je recherche plutôt des gens qui sont plus participatifs, plus sexy, plus cochons. (Matt, 48, blanc)

22Selon un autre participant, la sélectivité à outrance des guys with attitude est une caractéristique typiquement américaine :

On peut probablement dire que c’est un truc d’Américains… peut-être juste de New Yorkais, ou bien une attitude américaine générale par rapport à la sexualité. Les mecs se disent : « je suis mignon donc c’est à toi de venir vers moi », ce type de prétention, tu vois ? Je n’ai pas cette attitude ou cette prétention à propos de moi-même parce que je ne rentre pas dans le modèle de ce qui est mignon, de ce qui est supposé être le beau mec gay américain—parce que je ne suis pas blanc ; je ne suis pas grand. Tous ces mecs qui sont dans ce modèle restent collés au mur en pensant qu’on doit venir à eux. (André, 41, noir)

23Un autre enquêté précise en quoi consiste cette prétention. Ce n’est pas seulement que ces mecs soient sélectifs qui dérange : c’est la manière dont ils refusent les avances. De plus, cette attitude ne se retrouve pas chez tous les mecs attirants ; elle est marquée en particulier chez les « Chelsea Boys » (garçons de Chelsea) ou « Chelsea Queens » (folles de Chelsea).

Il y a des gars qui ont de beaux corps, mais qui n’ont pas la mentalité des Chelsea Boys. Ils vont te parler ; si tu n’es pas leur type, tu vas le savoir, mais on va discuter. Tout le monde est tranquille, tout le monde est calme, personne ne fait sa garce. Ils ne sont pas des Chelsea Queens de par la manière dont ils te font comprendre ça. Tu es intéressé par un gars, tu vas vers lui et tu commences à parler, et il discute avec toi, d’une manière qui te montre qu’il est un gars bien cool, mais que tu n’es tout simplement pas son type. Par contre, quand tu as affaire aux Chelsea Boys, tu as l’impression – pour une raison étrange – tu as l’impression qu’ils te gifleraient s’ils le pouvaient. C’est une gifle de garce : ils ne te giflent pas avec la main, mais avec leur attitude. (Adrian, 28, noir)

24Le terme « Chelsea Boy » est souvent utilisé parmi les gais de New York pour faire référence au stéréotype des gais que l’on aperçoit souvent dans le quartier newyorkais de Chelsea. C’est un homme plutôt jeune qui investit beaucoup dans son apparence : son corps est sculpté, sa coupe de cheveux et ses vêtements sont à la mode, il utilise des parfums et des produits de beauté. Le participant précédent percevait l’attitude comme un trait des blancs américains ; on voit ici que la classe sociale est également une dimension importante. Le guy with attitude ne se réduit donc pas à un homme physiquement attirant. C’est aussi celui qui refuse les interactions conviviales et écarte les avances sexuelles de manière offensante.

25Les participants savent bien que toutes les soirées n’attirent pas la même clientèle, et les plus expérimentés distinguent les meilleures des moins bonnes. La Soirée sportive est un exemple de soirée dépréciée par les enquêtés. Réservée aux hommes athlétiques, elle exclut ceux qui sont plus ou moins gros, ou visiblement très âgés.

À la Soirée sportive, ce que je n’aime pas c’est qu’il y a trop de mecs qui se la jouent, des mecs qui croient qu’ils sont plus attirants que les autres, qui sont habituellement bien foutus, ni trop gros ni trop minces, et la plupart du temps blancs ou à la peau claire. Ils se croient vraiment attirants, et ils ne recherchent vraiment que d’autres gars qui sont attirants pour baiser avec, et parfois, ils n’ont vraiment pas beaucoup de sexe. Je veux être dans un endroit où les gens baisent et sont sympas les uns envers les autres. Je ne vais pas dans les endroits où les gens sont snobs. À la Soirée sportive, tout le monde n’est pas comme ça, mais il y en a assez pour ruiner l’énergie sexuelle. Et tu sais, j’y suis allé ! J’y allais souvent juste parce que les gars sont vraiment trop beaux et mignons, mais assez vite, ça ne suffit plus qu’ils soient beaux, si tu ne peux baiser avec personne. (Kent, 61, asiatique)

26En fréquentant différentes sex parties, ce participant a compris qu’elles ont chacune leurs propres normes d’interactions et leur propre échelle de désirabilité. La Soirée sportive est l’exemple de ce qui arrive quand une sex party est régie par les valeurs des guys with attitude. Comme d’autres, il évite les événements où il ne trouve pas son compte et en choisit d’autres où il aura plus de succès.

27Ces distinctions entre les différentes sex parties revenaient souvent dans les conversations au cours d’une soirée. Dans ces échanges, les participants affirmaient leurs propres valeurs en les opposant à celles des « autres ». En discutant des différents événements de la ville, ils faisaient souvent référence à « nous » et à « eux » pour articuler leurs valeurs propres. Un groupe de réguliers discutait ainsi d’un autre événement où l’un d’eux était allé :

« C’était comment la clientèle ?
- C’est tous de jeunes, genre minets. Il y a un DJ et ils dansent. Il n’y a pas assez de sexe.
- Vraiment, ces jeunes, ils ne savent pas ce qu’est une bonne sex party ! »

28Les exemples ci-hauts montrent que les participants passaient beaucoup de temps à critiquer ceux qui ne savaient pas comment tirer le meilleur des sexe parties, mais, en retour, ils devaient aussi affirmer qu’ils s’y connaissaient en la matière, et montrer l’exemple.

« No attitude »

29Affirmer les valeurs de la soirée passait aussi par la valorisation de certains comportements. De même qu’on reprochait au guy with attitude d’être trop sélectif, on applaudissait les participants qui l’étaient peu. Par exemple, trois participants faisaient, autour d’une cigarette, l’éloge d’un quatrième :

« Rob, il baise n’importe quoi avec un trou ; qu’il soit petit ou grand, blanc, noir ou asiatique, il peut vraiment baiser n’importe qui !
- Ouais, et avec la queue qu’il a, il peut baiser qui il veut ! »

30Ce participant n’usait donc pas des attributs physiques qui lui auraient permis d’être sélectif dans son choix de partenaire. La même idée est exprimée par un autre participant : « T’as vu ce mec ? Il a un corps parfait et il laisse n’importe qui le baiser ! »

31Au contraire de la Soirée sportive, la soirée observée ne sélectionne pas ses participants en fonction de leur physique. Les participants représentaient un large éventail d’âges (de la petite vingtaine à la soixantaine, peut-être même plus) et de groupes ethno-raciaux. Leurs corps montraient différents niveaux de forme physique et de soins corporels (ce qui connotait différentes classes sociales). Les participants qui avaient une apparence jeune, soignée et très athlétique, étaient l’exception plutôt que la norme et suscitaient différentes réactions. Même si on les trouvait très attirants, ces jeunes hommes étaient soupçonnés d’être des guys with attitude. À la fin d’une soirée, quelques participants réguliers se tenaient, rhabillés, à la sortie de l’établissement, et discutaient de la soirée. Un invité jeune et mince sortit de l’appartement et quitta l’établissement en passant devant les autres en silence. Après son passage, un participant dit : « Ce mec-là, il s’est vraiment fait baiser par beaucoup de gars ce soir ! » Un autre répond : « Vraiment ? Je n’aurais jamais cru ! » Les jeunes hommes athlétiques doivent donc déjouer le soupçon, et prouver qu’ils participaient à l’ambiance sexuelle de la soirée.

32Avoir plusieurs partenaires au cours de la soirée était donc un critère important. Au début d’une soirée, quelques participants discutaient de l’événement de la semaine précédente qui avait amené beaucoup de monde. Un bénévole dit à un autre :

« Dis-donc, je ne t’ai pas vu baiser la semaine dernière, toi.
- Si, si. J’ai baisé avec un mec !
Un mec ! On a eu 130 gars et tu n’as baisé qu’avec un seul mec ? »

33Cela rappelle, sur le mode de l’humour, qu’avoir trop peu de partenaires pouvait être mal vu.

34Certains actes sexuels avaient aussi plus de valeurs que d’autres. Un soir, après avoir été baisé dans le sling par une demi-douzaine de participants, un homme se mit dans la file pour les toilettes. Il approcha un jeune homme et lui demanda si celui-ci voudrait aussi le baiser. L’autre bafouilla une courte réponse sur un ton incertain, ce qui provoqua la réaction du premier : « Qu’est-ce que tu veux faire ? Tu veux seulement sucer ? T’es nul ! T’es qu’un Chelsea Boy ! » L’autre se défendit en disant qu’il cherchait lui aussi à se faire baiser, ce qui amena les excuses du premier : « Ah ! Ça va, alors. T’es cool ! Pas comme ces Chelsea Boys qui ne font que sucer. » Comme l’activité sexuelle et l’interaction sociale se déroulent devant tout le monde, l’homme baisé dans le sling montrait l’exemple, et attaquait celui qui semblait ne pas vouloir le suivre. L’autre participant, en prenant la peine de se défendre devant cette accusation, confirmait que le Chelsea Boy était indésirable.

35Cet exemple illustre la hiérarchie de valeur des actes sexuels ; il montre aussi que le refus d’une avance sexuelle pouvait mettre la réputation de quelqu’un en danger. Sans excuse valable pour refuser quelqu’un, on pouvait être soupçonné d’être un guy with attitude. Une telle réputation pouvait rester attachée à celui qui l’avait : un autre soir, après l’entrée d’un jeune homme, un des bénévoles du vestiaire dit aux autres : « Celui-là, c’est un mec qui se la joue ! – Bon à savoir. Je déteste les mecs qui se la jouent. »

36Les participants de la soirée que j’ai observée reprochaient aux guys with attitude d’être trop sélectifs, mais ils avaient eux aussi leurs critères de sélection et leur propre hiérarchie de désirabilité. Les guys with attitude valorisaient l’apparence plutôt que l’activité sexuelle : il leur importait plus de trouver un partenaire séduisant que d’avoir beaucoup d’activité sexuelle. Dans l’événement que j’ai observé – même si l’on savait apprécier un physique attirant – il était plus important d’avoir beaucoup d’activité sexuelle que de trouver un homme à la plastique impeccable.

Se prémunir des guys with attitude

37Comme noté plus haut, les participants croyaient que la présence des guys with attitude gâchait l’énergie sexuelle des sex parties. Ils disposaient donc de plusieurs moyens pour s’assurer que le comportement à leur soirée respectait l’idéal recherché. L’un de ces moyens consistait, comme on l’a vu, à intégrer dans les conversations des jugements de valeur sur d’autres événements et d’autres personnes. Parfois, on allait jusqu’à intervenir dans une situation pour rappeler les règles : un soir, deux jeunes hommes au physique athlétique venus à l’événement ensemble en regardaient d’autres qui étaient en train de baiser et, en se tenant à bonne distance, discutaient à voix basse. Un bénévole régulier alla les voir et leur dit, en insistant à plusieurs reprises : « Allez ! Allez-y ! Allez baiser ! Ne soyez pas gênés ! » L’un des deux invités finit par répondre, offusqué : « Pourquoi ? On n’a pas le droit de se tenir à l’écart ? » L’employé retourna discuter avec les autres bénévoles, annonçant qu’on avait des guys with attitude dans la salle.

38Cependant, il n’était le plus souvent pas nécessaire de rappeler ainsi les règles. Les normes d’interaction de l’événement suffisaient à garantir que les participants qui ne voulaient pas avoir des relations sexuelles avec plusieurs hommes ne passeraient pas un moment très agréable. Ces deux jeunes hommes, par exemple, finirent par en trouver un troisième avec lequel ils voulaient baiser. Dès qu’ils commencèrent, d’autres hommes se massèrent autour d’eux, essayant de s’intégrer en glissant une main sur l’un des trois. Embarrassés par cet attroupement, les trois jeunes hommes s’interrompirent pour aller trouver un coin tranquille un peu plus loin. Peu après qu’ils eurent recommencé, une petite foule se reforma autour d’eux, et ils s’interrompirent à nouveau pour aller trouver un autre endroit. Ce manège se répéta à quelques reprises jusqu’au moment où les trois jeunes hommes décidèrent de partir. Il était difficile de continuellement refuser des partenaires sexuels : la nudité complète, la proximité des corps et l’ouverture de l’espace favorisaient des interactions sexuelles dans lesquelles de nouveaux participants pouvaient continuellement s’intégrer.

39Au cours du déroulement de mon enquête, l’organisation de la soirée a changé. Par exemple, l’appartement comportait initialement deux chambres qui – quoique les portes en eussent été enlevées – permettaient aux participants de s’isoler. À la demande des bénévoles réguliers, l’hôte rénova cette section et enleva le mur séparant les chambres afin de créer un grand espace avec un seul lit au centre, ce qui favorisa les activités de groupe, et réduisit encore les possibilités de se mettre à l’écart. Ainsi, après avoir laissé tous ses vêtements au vestiaire, un participant rejoignait un groupe qui pouvait atteindre près de 100 hommes nus dans un seul espace. Au plus fort de la soirée, il était pratiquement impossible d’éviter le contact avec les autres, ce qui rendait difficile de maintenir la distance typique des guys with attitude.

40Les bénévoles et participants réguliers ont eu beaucoup d’influence dans la définition des valeurs de la soirée, initialement peu définies. L’hôte lui-même avait peu d’expérience en matière de sex parties, n’y participait pas, et n’était pas au fait des différentes catégories de participants. Les premières annonces ne ciblaient pas un type de personne en particulier. Les bénévoles, qui avaient expérimenté d’autres endroits et cherchaient une atmosphère sans attitude purent s’impliquer dans l’organisation et influencer l’hôte. Les valeurs sexuelles se concrétisèrent et devinrent de plus en plus explicites. À la fin de mon terrain d’enquête, un nouvel email d’annonce de la soirée fixait clairement les règles :

« N.B. : Ceci est une soirée pour les mecs qui ne se la jouent pas et qui n’ont pas envie de venir gober les mouches ; elle est ouverte à tous ceux qui n’ont pas peur d’une grande foule de mecs qui baisent ensemble. Si vous cherchez une soirée pour mecs au physique parfait, aux égos surdimensionnés et qui se cachent le zizi comme des gamins : pas besoin de vous présenter – cette soirée n’est pas pour vous. »

41Ainsi, les participants de cette soirée étaient parvenus à tenir à l’écart les guys with attitude, d’abord en les dénigrant dans leur soirée, puis en leur en interdisant symboliquement l’entrée.

Conclusion : exclure pour inclure

42La question principale de cet article est de savoir quelle est la structure de désirabilité des sex parties de New York aujourd’hui, et comment celle-ci hérite de la valeur de démocratie observée dans les recherches passées dans des lieux de sexualité publique. Les participants à la soirée observée cherchaient en quelque sorte à préserver la culture de sociabilité sexuelle égalitaire de ces lieux. Comme l’ont observés plusieurs chercheurs, un attrait important de la culture de sexualité collective gaie était que les participants mettaient de côté les critères de sélections habituels (fondées sur les différences de corps, d’âge, d’ethnicité, ou de classe sociale) afin de promouvoir le plaisir du groupe. Les enquêtés rencontrés voulaient préserver cet ethos de la sexualité de groupe : que leur événement inclut des hommes de tout groupe pour des pratiques qui mélangent sexe et sociabilité, et pour tisser des liens physiques, intimes, ou communautaires. Les participants réguliers avaient une grande estime des hommes qui savaient s’adonner pleinement à l’activité sexuelle de groupe tandis qu’ils jugeaient ennuyeux ceux qui étaient sélectifs à outrance.

43Dans le cadre théorique des champs sexuels, cette maîtrise du sexe en groupe représentait un des aspects du capital érotique des individus (une autre étant l’apparence physique, qui n’était pas totalement ignorée). Ce savoir-faire définissait un statut sous deux aspects : le niveau de désirabilité d’un individu dans le champ, et la possibilité de transformer cette désirabilité en d’autres formes de capitaux (Green, 2014, 48). En effet, les participants trouvaient les beaux mecs sélectifs ennuyeux, et étaient plutôt attirés par les mecs « cochons ». De plus, les participants acceptés parmi le groupe avaient la possibilité de s’impliquer dans l’organisation de l’événement et donc de contribuer à la définition et la préservation de ses valeurs sexuelles. Comme les organisateurs de sex parties forment un certain réseau, les participants populaires pouvaient aussi se voir inviter gratuitement à d’autres événements, ou offrir des positions d’employé bénévole ou rémunéré.

44Quoique la norme de la sex party observé se voulût démocratique, tout participant n’était pas traité également. En principe, tout le monde pouvait s’inclure également à l’activité sexuelle de groupe mais, en réalité, chacun se réservait le droit de refuser certaines avances, tant que cela était fait respectueusement. En revanche, les participants qui avaient l’apparence physique typique des guys with attitude étaient soumis à plus de rigueur. En effet, les jeunes hommes au physique athlétique entrant à l’événement étaient identifiés par défaut comme des guys with attitude, et regardés avec suspicion. Ils recevaient beaucoup plus d’avances sexuelles parce qu’ils étaient attirants, et parce qu’on voulait vérifier leur comportement. Qu’ils fussent sélectifs à outrance ou non, cela pouvait les mettre dans des situations difficiles où refuser une avance suscitait l’hostilité des autres participants. Même s’ils qualifiaient leur partie de « no attitude », les participants réguliers traitaient de manière spécifique les jeunes mecs mignons, victimes d’un a priori négatif.

45L’autre enjeu soulevé par cet article a trait à la façon dont les valeurs d’un champ sexuel prennent forme dans les interactions entre individus (Green, 2011). Une première étape dans ce processus est la réalisation, par les individus, des valeurs sexuelles collectives qui régissent les interactions dans le champ. Lorsqu’ils discutent de leurs expériences dans les différents événements, des plus au moins satisfaisantes, les participants démontrent une connaissance approfondie du système de hiérarchie sexuelle propre aux sex parties. Par la suite, un individu évalue sa position et celle des autres dans le champ sexuel. Les participants à cette étude, n’étant pas satisfaits de leur position dans les événements peuplés de mecs qui se la jouent, cherchaient donc un milieu qui leur permettrait des expériences plus positives ; c’est ainsi que les personnes qui partagent certaines valeurs finissent par se regrouper dans des soirées spécifiques. Finalement, l’individu approfondit sa connaissance des normes particulières d’une sex party afin de protéger son statut et les valeurs de l’endroit. Par exemple, les conversations amicales, le jugement positif et négatif des autres, et la correction de la conduite visaient à maintenir la valeur de « no attitude » de la soirée observée. Cette valeur n’était pas fixée au début mais, au fil du temps et des interactions, devint une norme explicite.

46Comparativement aux établissements commerciaux tels les saunas et sex-clubs, la structure des private sex parties peut contribuer à la spécialisation des champs sexuels et au type de clivage que l’on observe entre les guys with attitude et les hommes de l’événement que j’ai observés. En effet, l’organisation des soirées privées se prête bien à la division des groupes. Il est plus facile d’exclure certains types d’individus d’un événement privé que d’un établissement commercial, même selon des critères complètement arbitraires. De plus, les événements privés vivent souvent de l’aide d’employés bénévoles qui sont la plupart du temps des participants enthousiastes des sex parties. Ces petites organisations permettent à des groupes de se former et d’influencer l’organisation d’un événement, comme ce fut le cas avec les évolutions de la partie observée, visibles dans les modifications faites à sa publicité.

47Finalement, cet article se penche sur la manière dont la dynamique des champs influence les désirs et pratiques sexuelles des participants (Green, 2014). Par exemple, à la soirée observée, on respectait les gens qui baisaient avec plusieurs personnes, et on dénigrait ceux qui se limitaient au sexe oral. Donc, lorsqu’un individu choisit ses activités et partenaires sexuels, il ne prend pas simplement en compte son désir individuel, mais aussi le statut que certains actes confèrent dans le champ. L’homme qui se fit pénétrer par plusieurs partenaires dans le sling, par exemple, pouvait se permettre de dénigrer un homme moins engagé. Étant donné que les pratiques sexuelles plus valorisées dans une sex party peuvent procurer un sentiment d’appartenance, un statut, et même la capacité d’influencer le groupe et l’organisation de l’endroit, il est possible que certains participants adaptent leurs désirs et leur conduite selon les valeurs du milieu.

48L’objet de cette étude est limité puisque n’y est présenté que le point de vue des participants de la soirée observée. Une étude complémentaire pourrait observer d’autres événements tels que la Soirée Sportive afin d’inclure le point de vue opposé. Nous ne savons pas, par exemple, quels sont véritablement les désirs des hommes dits « with attitude ». On pourrait chercher à savoir si cette attitude résulte d’expériences négatives dans des endroits tels que la soirée que j’ai observée. On pourrait aussi comparer la situation dans d’autres contextes. À New York, la sexualité de groupe n’a quasiment lieu que dans des sex parties privées. La culture est probablement différente dans d’autres villes où les lieux commerciaux tels que les saunas et les sex-clubs sont toujours en activité. Une étude comparative pourrait expliquer plus précisément comment la structure des institutions de sexe en groupe participe aux dynamiques sociales décrites dans cet article.

Haut de page

Bibliographie

BERSANI Leo, Le Rectum est-il une tombe, tr. fr. de Guy le Gaufey, EPEL, Cahiers de l’Unebévue, 1998 (1987).

BERSANI Leo, « Sociability and Cruising », Umbr(a), 2002, pp. 9‑23.

BÉRUBÉ Allan, « The History of Gay Bathhouses », Journal of Homosexuality, 44, 3‑4, 2003, pp. 33‑53.

BOURDIEU Pierre, WACQUANT Loïc J D, An Invitation to Reflexive Sociology, University Of Chicago Press, 1992.

BRODSKY Joel I, « The Mineshaft : A Restrospective Ethnography », Journal of Homosexuality, 24, 3‑4, 1993, pp. 233‑252.

CHAUNCEY George, Gay New York, 1890-1940, Paris, Fayard, 2003 (1994).

COLTER Ephen Glenn, HOFFMAN Wayne, PENDLETON Eva, REDICK Alison, SERLIN David (dir.), Policing Public Sex : Queer Politics and the Future of AIDS Activism, Boston, South End Press, 1996.

CORZINE Jay, KIRBY Richard, « Cruising the Truckers : Sexual Encounters in a Highway Rest Area », Urban Life, 1977, pp. 171‑192.

DEAN Tim, Unlimited Intimacy : Reflections on the Subculture of Barebacking, Chicago, University Of Chicago Press, 2009.

DELANY Samuel R, Times Square Red, Times Square Blue, New York, New York University Press, 1999.

DELPH Edward William, The Silent Community : Public Homosexual Encounters, London, Sage Publications, 1978.

DUGGAN Lisa, The Twilight of Equality : Neoliberalism, Cultural Politics, and the Attack on Democracy, Boston, Beacon Press, 2004.

FARLEY Thomas, « Policy Regarding Bathhouses and Other Commercial Sex Venues in New York City », 2007, [En ligne : http://www.citylimits.org/images_pdfs/pdfs/Bathhouse %20Policy %20Memo.pdf].

FRANKIS Jamie S., FLOWERS, Paul, « Public Sexual Cultures : A Systematic Review of Qualitative Research Investigating Men’s Sexual Behaviors With Men in Public Spaces », Journal of Homosexuality, 56, 7, 2009, pp. 861‑893.

GAGNON John H, SIMON William (dir.), Sexual Deviance, Harper & Row, 1967.

GREEN Adam Isaiah, Sexual Fields : Toward a Sociology of Collective Sexual Life, Chicago, University of Chicago Press, 2013.

GREEN Adam Isaiah, « Playing the (Sexual) Field : The Interactional Basis of Systems of Sexual Stratification », Social Psychology Quarterly, 74, 3, 2011, pp. 244‑266.

GUZMÁN Manolo, Gay Hegemony/ Latino Homosexualites, New York ; London, Routledge, 2005.

HENNEN Peter, « Bear Bodies, Bear Masculinity : Recuperation, Resistance, or Retreat ? », Gender & Society, 19, 1, 2005, pp. 25‑43.

HENNEN Peter, Faeries, Bears, and Leathermen : Men in Community Queering the Masculine, Chicago, University of Chicago Press, 2008.

HOLLISTER John, « A Highway Rest Area as a Socially Reproducible Site », in LEAP William L (dir.), Public sex/gay space, New York, Columbia University Press, 1999, pp. 53‑70.

HOLMES Dave, O’BYRNE Patrick, GASTALDO Denise, « Setting the Space for Sex : Architecture, Desire and Health Issues in Gay Bathhouses »,International Journal of Nursing Studies, 44, 2, 2007, pp. 273‑284.

HUMPHREYS Laud, Le Commerce des pissotières : Pratiques homosexuelles anonymes dans l’Amérique des années 1960, tr. fr. de Henri Peretz, Paris, La Découverte, 2007 (1975).

LEAP William L, « Sex in “Private” Places : Gender, Erotics, and Detachment in Two Urban Locales », in LEAP William L (dir.). Public Sex/Gay Space, New York, Columbia University Press, 1999a, pp. 115‑139.

LEAP William L, Public Sex/Gay Space, New York, Columbia University Press, 1999b.

LEVINE Martin, Gay Macho : The Life and Death of the Homosexual Clone, New York, New York University Press, 1998.

MEUNIER Étienne, « No Attitude, No Standing Around : The Organization of Social and Sexual Interaction at a Gay Male Private Sex Party in New York City », Archives of Sexual Behavior, 43, 4, 2014, pp. 685‑695.

MOORE Clive, « Poofs in the Park : Documenting Gay “Beats” in Queensland, Australia », GLQ : A Journal of Lesbian and Gay Studies, 2, 3, 1995, pp. 319‑339.

MOORE Patrick, Beyond Shame : Reclaiming the Abandoned History of Radical Gay Sexuality, Boston, Beacon Press, 2004.

MUÑOZ José Esteban, Cruising Utopia : The Then and There of Queer Futurity, New York, New York University Press, 2009.

PONTE Meredith R, « Life in a Parking Lot : An Ethnography of a Homosexual Drive-in », in JACOBS Jerry (dir.), Deviance : Field Studies and Self-Disclosures, Palo Alto, California, National Press Books, 1974, pp. 7‑29.

RUBIN Gayle, « Les Catabombes : Temple du trou du cul », tr. fr. de Rostom Mesli, in RUBIN, Gayle, Surveiller et jouir : Anthropologie politique du sexe, Paris, Epel, 2010 (1991), pp. 225-256.

SIMMEL Georg, On Individuality and Social Forms : Selected Writings, Chicago, University of Chicago Press, 1971.

TEWKSBURY Richard, « Bathhouse Intercourse : Structural and Behavioral Aspects of an Erotic Oasis », Deviant Behavior, 23, 1, 2002, pp. 75‑112.

TROIDEN Richard R, « Homosexual Encounters in a Highway Rest Stop », in GOODE Erich, TROIDEN Richard R (dir.), Sexual Deviance and Sexual Deviants, New York, William Morrow, 1974, pp. 211‑228.

VAN LIESHOUT Maurice, « Leather Nights in the Woods : Homosexual Encounters in a Dutch Highway Rest Area », Journal of Homosexuality, 29, 1, 1995, pp. 19‑39.

WARNER Michael, The Trouble With Normal : Sex, Politics, and the Ethics of Queer Life, New York, Free Press, 1999.

WEINBERG Martin S, WILLIAMS, Colin J, « Gay Baths and the Social Organization of Impersonal Sex », Social Problems, 23, 2, 1975, pp. 124‑136.

Haut de page

Notes

1 José Esteban Muñoz (2009) et Tim Dean (2009) reprennent l’argument de Delany, observant que cette culture sexuelle gaie, qui rassemblait autrefois des foules hétérogènes, se fragmente de plus en plus en groupes homogènes selon l’âge, l’ethnicité et la classe sociale. Ils associent ces changements à une dévalorisation, dans la culture générale, des relations de contacts entre classes au profit du « networking » intra-classe – une tendance décrite dans l’ouvrage de Delany.

2 En anglais, « to have attitude » (avoir de l’attitude) a une connotation négative et signifie que quelqu’un a une attitude arrogante et irritante. « Guys with attitude » se traduit par « mecs qui se la jouent » ou « mecs qui se la pètent ». Je conserve le terme en anglais dans le texte, mais utilise « mec qui se la joue » dans la traduction des entretiens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Etienne Meunier, « « No guys with attitude ». Sociabilité et hiérarchie sexuelle dans une sex party gaie de New York », Genre, sexualité & société [En ligne], 11 | Printemps 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://gss.revues.org/3110 ; DOI : 10.4000/gss.3110

Haut de page

Auteur

Etienne Meunier

Doctorant en sociologie, Rutgers University

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org