Navigation – Plan du site
Dossier

« Vue d’un sling »

« A View From a Sling »
Geoff Mains
Traduction de Rostom Mesli

Résumés

Dans ce texte, le narrateur se livre à une rêverie depuis le lit d’hôpital où il est en train de mourir du sida. Les médicaments qui lui sont administrés provoquent une hallucination qui le ramène vers un passé où il était dans la même position, mais dans le sling d’un sex-club où il se faisait fister. La superposition de l’univers hospitalier et de l’univers cuir permet au narrateur de faire se confronter le discours du pouvoir et de la médecine, et celui de la communauté cuir. Dans une mise en abyme où il se fait l’observateur de la médecine qui l’observe, il peut affirmer, à la face du discours du pouvoir qui le prend pour un pervers, la vérité plus profonde de la fraternité et de l’amour cuir, invisible au médecin.

Haut de page

Notes de la rédaction

« A View From a Sling » est paru en 1988 dans le magazine cuir Drummer (n. 121). Le texte a été republié dans M. Thompson (dir.), Leatherfolk. Radical Sex, People, Politics, and Practice, Alyson Publications, 1991. Nous publions ce texte avec l’aimable autorisation de Mark Thompson, exécuteur littéraire de Geoff Mains.

Texte intégral

Présentation

1Écrivain canadien, Geoff Mains est né le 29 mai 1947. Titulaire d’un doctorat de biochimie, il vit à Vancouver jusqu’en 1983. Au cours de la deuxième moitié des années 1970, il explore les scènes gaies et cuir nord de l’Amérique et tombe amoureux de la scène cuir san-franciscaine : en particulier de l’Ambush, bar situé sur Harrison st. dans le quartier cuir ; du Slot Hotel, sex-club situé sur Folsom st. ; et des Catacombes, club mythique dédié au fistfucking et qui nous est notamment connu grâce à l’ethnographie qu’y a menée Gayle Rubin.

2Son premier livre, The Oxygen Revolution, publié en 1972, correspond à sa passion pour l’écologie et les sciences dites dures. En 1984, il publie son deuxième livre, Urban Aboriginals. A Celebration of Leathersexuality, grand classique de la littérature sadomasochiste américaine. Le livre mêle ethnographie, analyse biologique et chimique des ressorts du plaisir sadomasochiste, et célébration d’une subculture à la fois urbaine et aborigène, mélange de sophistication moderne et d’animalité primitive. L’œuvre de Mains se caractérise par la façon dont il combine une approche de chimiste et de biologiste, venue de sa formation scientifique ; une très grande sensibilité spirituelle, venue à la fois de sa jeunesse catholique et de sa rencontre avec les courants spirituels, mélanges de culture hippie et de paganisme, caractéristique de la West Coast américaine des années 1970 ; et une approche politique qui le conduit à réfléchir, dans la vague des mouvements de libération des années 1970, à la portée politique de sa pratique sexuelle et au rapport de confrontation qu’elle a avec les pouvoirs en place. Ce qu’il trouve dans le sadomasochisme, c’est à la foi la fraternité, l’amour, et la résistance face au pouvoir.

3En 1983, il obtient un emploi qui lui permet de quitter Vancouver et de venir s’installer définitivement à San Francisco, parmi cette communauté cuir dont il est désormais une figure importante. Mais cette communauté, comme la communauté gaie dans son ensemble, est frappée par le sida et voit sa survie menacée. Plusieurs des lieux qu’il affectionne tant ferment l’année de son installation (Le Slot Hotel, Les Catacombes) ; les autres suivent de peu (The Ambush ferme en 1986). Il acquiert en 1986 la certitude qu’il est atteint du virus du sida. En 1989, il publie Gentle Warriors, sorte de thriller cuir racontant la tentative d’un groupe d’hommes cuir gais d’infecter le Président des USA avec le virus du sida afin de contraindre les autorités à donner le traitement qui permettra de les soigner. Ce livre est aussi une longue plainte élégiaque à la mémoire d’un monde disparu et que Mains n’a eu de cesse de vouloir immortaliser en même temps qu’il en pleurait la fin.

4Il meurt des suites du sida à San Francisco le 21 juin 1989.

« Vue d’un sling »

5Le temps. Mesuré par l’attente qui n’en finit pas entre les visites périodiques de mes amis. Le temps. Mesuré par les inspections des infirmières, relié par le goutte-à-goutte de l’intraveineuse, un petit peu plus d’une seconde par goutte.

6Douleur et terreur ne font plus qu’une. L’esprit qui vagabonde, propulsé en avant un instant, avant de caler l’instant d’après. La nuit dernière, dans le lit d’à côté, Jim est mort. Bruissement de lits d’hôpitaux, murmures étouffés dans la nuit noire. Au matin, rideaux tirés sur un lit fraichement refait, qui attend une nouvelle âme. Le dispositif de mise à mort est en place autour du lit : oxygène, pied à perfusion, sangles (pour ceux dont le système nerveux est attaqué). En place aussi, au-dessus du lit, la machine à rêves. Ferventes sont les amitiés qui se nouent dans ces derniers instants, sur l’échafaud. Des hommes que jamais je n’aurais imaginé rencontrer. Hommes chers, hommes frères. Dans ma fin est mon commencement.

7Il est des moments où il semble que ma vie toute entière s’est floutée, est devenue un étrange morcellement de fragments de réalité. Je questionne sans relâche. Les réponses ne sont pas simples. Parfois, dans l’angle de ma cellule, un homme quelconque, entre deux âges, desséché par le temps, prend des notes sur un carnet serré contre son élégante blouse blanche. Est-il en train de résumer les détails de ma vie et de préparer les certificats et autres documents pour l’après ? Parfois, je parviens à le chasser. D’autres fois, mes pensées sont sans effets. Je ne crois plus en la voix de la raison, je n’ai plus foi qu’en le bruit de la pluie qui tombe.

8Où suis-je ? Je plane, sous l’effet des produits qui envahissent mon esprit. La chambre est sombre, les murs noirs sont tachés de gras. Mes jambes sont levées dans les étrivières du sling. Mon cul est offert, dans l’attente, ouvert comme une rose qui vient d’éclore, souriant à la porte ouverte. Des deux mains, j’empoigne les chaines au-dessus du sling, je contracte mes muscles pour en sentir la réalité, puis je m’abandonne, la tête contre le coussin de cuir. Dans cette position presque fœtale, je me dissous dans les doux contours d’une architecture qui bascule lentement, comme moi. Je me sens offert. Innocent. Vulnérable. Délicieusement prêt. Chaud. Ma bite n’est peut-être pas bien raide, mais il n’y a aucun doute : j’en veux.

9C’est alors que je le vois. La mèche desséchée d’un homme assis dans le coin le plus éloigné. L’inventeur du test Richardson pour l’érection, quelques dizaines d’années et quelques milliers de bites durcies plus tard. Le test célébré comme la mesure de l’impuissance.

10Il écrit sur son bloc-notes. Je vois ses remarques à mesure qu’il les note. Je les vois à travers les creux de son esprit, comme un étudiant qui chercherait le vrai à travers les rayonnages d’une bibliothèque. Il écrit : C’est l’un des cas les plus pathologiques que j’ai eus à traiter. Une porte grande ouverte invite le public à le regarder, et à entrer. L’esprit accroché aux méthamphétamines. Désir si pervers (pathologique !) que l’érection est impossible. Il y a lieu de suspecter des psychoses.

11Mon esprit revient à mon cul, offert parce que j’ai choisi de l’offrir à mon univers. Rasé parce que la peau soyeuse autour du trou, imberbe contre le poil dru de mes jambes, crée un délicieux contraste. Ouvert parce qu’il a déjà été ouvert une fois ce soir, et parce qu’il rougeoie encore de désir. J’ai choisi de l’ouvrir, de m’en servir pour communiquer, parce que je veux y attirer mes amants et leur donner à toucher la rose incandescente. Je suis un rebelle, ma casquette noire par-dessus les yeux. La nuit, je subvertis les conventions, et j’aime ça.

12Un homme de rêve est à la porte. Je bouge à peine quand il entre, mais mes yeux disent que je l’ai reconnu. Oui. Chaps en cuir, harnais serré contre ses pecs, barbe brune taillée sous sa casquette noire de joueur de baseball. Ses yeux le trahissent, totalement. Je veux cet homme. Homme sensationnel entre tous, et le monde entier pour témoin.

13Il traverse la pièce et caresse mes jambes de ses larges mains. Je vois du poil friser à la jointure de ses doigts. Les ongles taillés. Il attrape ma queue dans son jockstrap couvert de gras et la masse un peu. Puis son index s’avance en moi, explore doucement le trou, et teste la souplesse de la chair.

14Je suis assez fier d’être ouvert, d’être disponible pour un camarade, pour tout camarade qui me choisisse pour son offrande. Je déclare hautement, avec mon cul ainsi grand ouvert, que je peux être le frère de tous ceux qui viennent de ce monde de frères. J’affirme hautement que l’intimité et l’affection sont de merveilleux cadeaux.

15Maintenant, il retire son doigt. Slap ! Un ! Deux ! Trois rudes claques contre mon cul. Je gémis. T’aimes ça, hein ? Des claques rudes, encore. Elles me brûlent, mon fion se détend, un tout petit peu.

16Dans l’angle de la pièce, comme le traducteur en langage des signes sur un écran de télé, l’homme desséché écrit. Je regarde les mots se former sur son bloc-notes : Manque d’estime de soi. Convaincu que la capacité à s’offrir est la mesure de la virilité. Rabaissement du corps pour essayer de renforcer l’ego. La brutalité lui procure du plaisir.

17Mon top frappe encore un peu mon cul, cette fois en-travers de mon trou. Fort. Doucement. Super fort. Son visage se durcit, mais ses yeux adoucissent les coups. « Écoute-moi bien, p’tit con, dit-il : je vais t’attraper par ta chatte de mec. Je vais t’ouvrir le cul. » Et ses yeux disent : « J’ai envie de te faire du bien, poteau : fais-moi confiance. J’ai envie de faire l’amour à ton âme par là où je pourrai l’étreindre. »

18L’homme dans le coin ne voit pas les yeux de cet homme. Il ne voit que le profil d’un homme qui pour lui ressemble à tous les autres. Il ne voit que le cul offert, les fesses ouvertes au premier venu. Il ne voit qu’un cul insatiable qui semble aspirer à l’extrême.

19Mon camarade graisse sa pogne maintenant. C’est la première fois que je le vois. Il est peut-être de L.A., Philadelphie, New York. De passage, il vient jouer à San Francisco. Nous n’avons pas même échangé nos noms ; on le fera peut-être à la fin, mais ça peut casser le délire. Je sais combien je le veux. Je veux ce qu’il représente. Je veux cette pogne, cet avant-bras, à l’instant où il enduit de graisse son poing fermé, puis enfonce de grosses boules de graisse dans mon trou. Je gémis encore un peu.

20Il y a plusieurs raisons à ce que je fais, attendre, le cul présenté comme un offertoire sacrificiel pour l’extase de la consommation. D’abord, bien sûr, j’aime ça, voir un bel étranger-copain me faire l’amour. Ça me donne du plaisir au-dedans et au-dehors, et comme ça me donne du plaisir, ça m’excite un peu plus.

21Je vois l’homme desséché, en train d’écrire : La perversité prend de multiples formes. Les gens se bercent de l’illusion que la gratification sexuelle est une gratification de l’ego.

22Un des trucs qui me plaît, c’est que je me fais fister en public. Ça m’excite. Derrière mon top, je vois des mecs qui matent à travers la porte, qui le regardent glisser la moitié de sa main, la retirer, la graisser un peu plus, ouvrir un peu mon cul, et puis glisser la main en entier. Debout, au premier rang, un motard hippie, cheveux longs, barbe épaisse, larges mains et avant-bras poilus et tatoués qui dépassent de sa combinaison toute grasse. Il a sorti sa queue, sa queue épaisse et non circoncise, et il se touche en nous regardant.

23C’est chaud. Je m’offre tout entier maintenant. Rentre, ça glisse, sors, ça glisse. Mon pote a pris le rythme de mon cul, la chaleur anguleuse de sa main en moi, qui vient tirer et fouiller mes entrailles. C’est chaud. Pourquoi devrais-je m’interdire de partager ce moment si excitant ? Je suis fier de ce que mon cul parvient à faire, de la façon dont je gémis d’extase quand mon sphincter enserre son poing, quand la chaleur anguleuse de sa main vient se cogner contre quelque chose d’insaisissable en moi. Les mecs à la porte voient mon plaisir, ils voient la danse insensée de mes yeux. C’est de la performance pure, deux hommes qui déclarent aux autres : Je peux me donner comme un homme, je suis aussi capable de les exciter que n’importe quel porn-star. Je peux être sexy, ma prouesse sexuelle peut être excitante.

24Et dans le coin, l’homme desséché continue d’écrire. Peut-être qu’il approchera son visage pour observer ces sévices de plus près, quand l’avant-bras, le poing serré au bout de l’avant-bras, se glissera au-delà du poignet, son poil noir nappé de graisse. Mais l’observateur reste immobile, et il écrit : Défaut d’amour propre travesti en fierté de soi. L’ego est si ravagé que la seule solution est de s’en prendre au corps.

25Mon cul est ouvert, détendu. En état d’apesanteur, il répond à chaque mouvement de mon top, s’ouvre à chacun de ses mouvements, les replis doux et graissés contre sa peau violette, il s’ouvre, il est bien. Ce top s’applique maintenant à rendre chacun de ses mouvements plus délicats que la fois d’avant, je le suis à l’endroit exact où il me veut, et mon âme, reconnaissante, s’enroule autour de sa chaleur.

26Ils sont bien infirmes, les yeux qui ne voient pas l’âme. Les mains desséchées s’agitent, le stylo gratte le papier : Cet homme manque de confiance en soi (vérifier ce point plus tard au regard de l’entretien de personnalité). Cet homme ne peut se donner qu’à des étrangers ; l’intimité véritable exige de l’amour propre.

27Le mec qui me fiste s’arrête, a besoin que je l’assure qu’il peut continuer. Il trouve ce qu’il cherche dans mon regard, sa plénitude emplit le trou de mon cul, sa main y est enfouie, mais parfaitement immobile. « Prends du poppers », me dit-il, et j’en prends, et lui offre la bouteille. « Non, je te remercie, je ne prends jamais de poppers quand je suis actif. Tu sais, il y a quelque chose de sublime dans un mec comme toi, tu te donnes avec tant d’enthousiasme, tu prends un tel pied. Mon Dieu, je ne peux que m’incliner devant ton cul. » Je m’incline devant ton âme, ton être. Voilà ce qu’il dit en vérité, même s’il emploie d’autres mots qui ont d’autres sens. Je connais ce pig-top maintenant, et je m’embrase pour lui. « Je ne prends jamais de poppers quand je suis actif. » Chacun de ses mots compte. Ce qu’il fait comme actif, il le fait aussi comme passif. Il n’y a qu’un gros passif qui puisse donner avec une telle tendresse, une telle délicatesse.

28Deux autres mecs sont à la porte maintenant, encadrant le motard hippie. L’un est décontracté, détendu, il profite de chaque instant. L’autre est chaud, passionné, ardent. Celui qui est décontracté a les bras croisés sur le torse et est penché sur le montant de la porte. Cette scène l’excite particulièrement ; elle génèrera plein de fantasmes. L’autre homme sort sa tige de son jean et, comme le motocycliste hippie, se met à se branler.

29Ce que je fais peut être lu comme la proclamation d’un rebelle au monde. Non, je suis en train de mentir. Ceci n’est pas le monde, à moins d’admettre que l’homme ratatiné qui apparaît de temps à autre à la fenêtre, soit le monde. C’est un monde, une communauté. Une société de frères. Je m’ouvre pour que mes frères puissent lire ce que je leur dis.

30Mon top ne bouge presque plus maintenant, son avant-bras, son poing fermé, vibrent lentement au-dedans de moi, mon corps répond par vagues. Avec son autre main, il enrobe doucement de Crisco son poing, d’avant en arrière, et autour des extrémités de mon trou, et fait les finitions entre le trou et le bras du bout de ses doigts. Le poppers fait tout son effet maintenant, et me fait tourner la tête d’extase. Il s’immobilise tout à fait, sauf le bout de ses doigts qui me chatouillent au fond de moi. On rit. Je lui envoie un baiser. Il fait de même.

31Cet homme a une personnalité psychotique, conclut le scribe. Il est dérangé, purement et simplement. Incapable de plaisirs normaux (putain, mais qu’est-ce qu’il en sait ?) Il est enfermé dans l’illusion d’une aventure amoureuse. Son ego dégradé ne peut trouver de plaisir que dans les coups. Je l’ai vu au premier coup d’œil. Ses anneaux aux seins : illusions d’une tribulation païenne.

  • 1 Le Slot Hotel, au 979 Folsom st., à San Francisco, fut, de 1976 à sa fermeture en 1984, un sex-club (...)

32Le scribe peut bien écrire ce qu’il veut, car moi aussi, j’écris avec mon corps, je chante avec mon âme. Le monde attend et regarde ce top qui recule, qui se retire, tandis que mon sphincter agrippe son poignet, puis son poing, puis il replonge au fond de la grotte qui s’ouvre pour lui, presque, oui presque, jusqu’à ce que le coude soit contre le trou. D’avant en arrière, encore, il y va, encore, et le monde entier regarde, et le monde entier attend. J’ai franchi le mur, je dérive dans un autre univers, et sans bander je jouis sur moi-même, encore et encore, par vagues d’améthystes et de gris, les cris de mon extase se répandent dans les couloirs du Slot1 comme l’éruption du Mont Sainte Hélène, et des mecs s’attroupent à la porte, le monde entier regarde ma délivrance, le monde entier regarde le texte de mon corps s’effondrer en petits plis à mesure qu’il retire son bras, et puis son poing, et me tire du sling pour bercer mes lèvres avec les siennes.

33Retour à ce temps mesuré par le goutte-à-goutte de l’intraveineuse. La chambre est sinistre, et malgré la douleur de mes os et de mes articulations, malgré l’épuisement qui dévore chaque partie de mon corps, mon sperme est là, qui gît en une douce flaque sur mon ventre.

34Non, je n’ai pas de regrets. Je vais mourir de cette maladie que j’ai peut-être attrapée dans un lieu comme le Slot. Elle va me consumer. Pas de chance, sans doute. Mais je n’ai pas de regrets. J’ai aimé mon monde.

  • 2 En français dans l’original.
  • 3 En français dans l’original.

35Pourquoi faut-il toujours que je pleure lorsque j’entends Piaf chanter « C’est à Hambourg »2 ? Dans combien de ports ai-je servis pour finir par découvrir les bonheurs et la fraternité de ces hommes si particuliers. « Les bras ouverts à l’infini. »3 Oui, j’ai embrassé l’infini bien des fois. C’était indescriptible. C’est une expérience dont on ne revient jamais.

36Quelque part dans le coin de la chambre une griffe s’agite, un stylo gratte. Délires, tranche le scribe. Jusqu’à la mort. Caractéristique des psychoses, cette adhésion aveugle à un style de vie qui flirte avec le danger et même la mort.

37Le scribe peut bien écrire ce qu’il veut. J’ai dit ce que j’avais à dire dans les mots dans lesquels je crois. Fierté dont j’essaie de me convaincre moi-même ? Délires sexuels d’une salope ? Trou de pig insatiable ? Que peut-on encore croire, en ce temps, que le bruit de la pluie qui tombe ? Je vous le dis, j’aimerais que vous vous le fassiez à vous-mêmes, ou que vous me laissiez venir dans la débauche de votre trou de mec. Ou que vous me le refassiez. Je savais ce que je faisais. Ce que j’ai fait. Je savais que le feu comportait des dangers, et peut-être même la mort. J’ai regardé ces dangers en affirmant mon choix de l’amour et de l’intensité, et je reste fidèle à ce choix. Sur le long terme, je m’en sens mieux. Moi, le rebelle. Qui écoute la pluie tomber.

Haut de page

Notes

1 Le Slot Hotel, au 979 Folsom st., à San Francisco, fut, de 1976 à sa fermeture en 1984, un sex-club cuir et SM.

2 En français dans l’original.

3 En français dans l’original.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://gss.revues.org/docannexe/image/3120/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Geoff Mains, « « Vue d’un sling » », Genre, sexualité & société [En ligne], 11 | Printemps 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 26 mai 2017. URL : http://gss.revues.org/3120 ; DOI : 10.4000/gss.3120

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org