Navigation – Plan du site
Dossier

De la libération des enfants à la violence des pédophiles. La sexualité des mineurs dans les discours politiques des années 1970

From Children’s Liberation to Pedophiles’ Abuse. Underage Sex in 1970s Political Discourses
Jean Bérard

Résumés

La pédophilie est depuis les années 1980 une forme particulièrement réprouvée de déviance sexuelle criminelle. Cette catégorisation masque pour partie la manière dont se sont déroulés les débats des années 1970 concernant l’âge de la majorité sexuelle. L’article décrit ces différents moments de mobilisation. Les premières années après mai 68 ont été marquées par l’expression des jeunes en révolte contre le pouvoir des familles et la volonté d’en finir avec les limites légales de la liberté sexuelle. Après 1975, ces mouvements ont décliné et progressivement laissé la place à l’expression de la revendication d’adultes désirant pratiquer une sexualité avec des enfants. Cette revendication a fait l’objet de débats dans le cadre des mobilisations contre la pénalisation des relations homosexuelles avec des mineurs. Mais elle a été marginalisée et rendue inaudible par le compromis opéré au début des années 1980 par le gouvernement socialiste.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Une première version de ce travail a été présentée dans le cadre de la section thématique « Affaire (...)
  • 2 Par exemple, Emmanuel Le Roy Ladurie, « Pourquoi le PACS contredit l’héritage judéo-chrétien », Le (...)

1Le 26 mai 2013, la caméra du « Petit journal » capte l’opinion d’une participante à la manifestation contre le mariage gay : selon elle, la loi procède à la légalisation de la pédophilie et les possibilités envisagées de gestation pour autrui relèvent tout simplement de l’élevage d’enfants destinés au plaisir de leurs parents homosexuels1. Une telle affirmation est la version la plus outrancière d’un lieu commun des luttes contre les droits des homosexuels. Quelques mois plutôt, le cardinal Barbarin avait déclenché une polémique en associant la perspective de l’ouverture du mariage aux couples de même sexe à la pédophilie. Le risque pédophile avait déjà été agité par les opposants au PACS2. La manière dont ces propos ont été reçus n’est pas sans intérêt. Ils ont été immédiatement traités par les médias et selon le terme consacré, comme un « dérapage ». Ils n’ont, en conséquence, pas déclenché de réponse sur le mode du débat d’idées. Ce fait illustre la disjonction des revendications concernant les droits des couples de même sexe de celles concernant la majorité sexuelle : la pédophilie est un spectre repoussé avec la même vigueur du côté du « mariage » et de la « manif » pour tous. Et cette séparation est assez solidement établie pour que le rapprochement soit considéré comme une forme délirante de stigmatisation.

2La pédophilie a émergé comme un problème public dans les années 1980 et 1990. La constitution d’acteurs militants, des débats médiatiques et des transformations des lois et des pratiques judiciaires sont autant de signes d’un tel processus, en France comme dans d’autres pays (Boussaguet, 2008). La puissance de ce mouvement politique et médiatique fait qu’il est difficile de ne pas adopter la définition du phénomène qui a été promue par les acteurs mêmes de cette émergence, les formes précédentes d’analyse étant renvoyées soit à l’avant-garde de la découverte du phénomène, soit, le plus souvent, à son déni. Pourtant, pour évidente qu’elle paraisse aujourd’hui, la distinction qui sépare le registre des revendications politiques homosexuelles et des déviances criminelles pédophiles ne correspond pas à la manière dont ont été problématisés les enjeux liés à la majorité sexuelle par les mouvements des « années 68 ». Pour l’analyser, il est nécessaire de sortir d’une définition de la pédophilie qualifiant « indifféremment toutes les expressions disponibles permettant de désigner les abus sexuels sur mineurs (violences sexuelles, agressions sexuelles, pédo-criminalité, abus sexuels, exploitation sexuelle etc.) » (Boussaguet, 2008, 60). En abordant l’histoire du militantisme autour de la majorité sexuelle dans les années 1970, il est fréquent de considérer que les militants pédophiles ont non seulement perdu mais aussi fait fausse route. Pourtant, l’idée de deux registres de revendications totalement disjoints, le premier relevant de la réforme politique d’évidence, le second du « délire » (Martel, 2000, 245), éclaire peu sur l’histoire de ces années.

3Qu’est-ce qui a rendu possible, durant quelques années, l’expression publique de revendications visant à en finir avec la majorité sexuelle ? Comment expliquer la « déroute » (Verdager, 2013, 115-188) de ces revendications et l’importance des mobilisations défendant, à l’inverse, la nécessité de lutter contre les auteurs d’infraction sexuelles contre les mineurs ? La désignation de « pédophilie » lie l’ensemble des relations en dessous de l’âge de la majorité sexuelle, qu’elles concernent, pour reprendre l’expression de Gayle Rubin, « le viol le plus brutal ou l’amourette la plus fleur bleue » (Rubin, 2010, 174). Cette assimilation est un effet de la position de la question pédophile dans l’espace des débats sur la sexualité : « plus un acte est loin de la frontière de ce qui est considéré comme licite, plus il est considéré comme uniformément mauvais » (Rubin, 2010, 162). Il est nécessaire de distinguer le cadrage du débat public contemporain et les tentatives militantes pour faire valoir d’autres problématisations des enjeux liés à la sexualité des mineurs, notamment autour de la critique de l’autorité familiale, de la dénonciation des violences subies dans le cadre domestique et de l’arbitraire de la majorité sexuelle. Les discussions des années 1970 ont porté sur la possibilité de relations consenties, par opposition avec la dénonciation du viol, qui a fait, durant les mêmes années, l’objet d’un militantisme très important de la part des mouvements féministes. Un débat essentiel a donc porté sur le cadre possible de telles relations, en tentant de faire valoir la possibilité pour des mineurs de consentir à des relations que la loi leur interdisait.

4La notion de consentement est importante parce qu’elle est au cœur des débats sur les lois pénales : comment définir les relations auxquelles il est impossible de consentir ? Mais, comme l’explique Gayle Rubin, elle n’est pas « centrale » par rapport à l’inégalité des « conditions qui pèsent sur les décisions individuelles » (Rubin, Mesli, 2012). Les mouvements qui sont nés après mai 68 ont pensé ensemble l’affirmation de la liberté sexuelle des mineurs et la critique des cadres sociaux traditionnels qui rendaient les mineurs victimes d’abus d’autorités et de relations contraintes. C’est le déclin de ces formes de militantisme qui a entraîné la concentration de l’attention militante sur la seule défense par des adultes de la possibilité des mineurs à consentir à des relations sexuelles avec eux. Ces transformations doivent être lues dans le cadre du tournant militant du milieu des années 1970 puis de la « période d’atonie militante et de désengagement » (Mathieu, 2009, 70)qui s’ouvre dans les années 1980. Elles font partie de l’histoire plus large des mouvements de libération sexuelle des années 1960 et 1970 d’une part, et de celles des tentatives de restauration, de retours de bâton et de contre-offensives déclenchées en réaction aux revendications de libertés nouvelles qui ont marqué les années 1980 en Europe comme aux Etats-Unis et au Canada. L’article ne s’inscrit cependant pas dans la perspective d’une comparaison systématique et se concentre sur le cas français.

Sources

Cette contribution s’appuie sur la lecture des productions militantes des mouvements homosexuels et pédophiles des années 1970, ainsi que sur les débats politiques et législatifs qu’ils ont produits. Elle s’appuie également sur un travail de comparaison avec d’autres productions militantes éclairant les formes de politisation des questions sexuelles et de domination dans le cadre domestique, notamment féministes. Cette contribution, issue d’un travail de thèse (Bérard, 2013), se place dans le contexte de plusieurs parutions importantes sur l’histoire des mouvements homosexuels et pédophiles dans les années 1970 et 1980. Appuyés sur les documents littéraires, politiques et militants des années 1970, et, pour le premier, sur des entretiens avec des acteurs de cette période, les livres d’Antoine Idier (2013) et de Pierre Verdrager (2013) apportent des éléments importants, même si nous ne partageons pas l’analyse de Pierre Verdrager concernant la périodisation des revendications pédophiles. Comme nous essayons de le montrer plus bas, il nous semble que le début des années 1980 forme bien une rupture.

La sexualité des mineurs contre le pouvoir des familles (1968-1975)

5L’introduction d’un article récent consacré au « surinvestissement législatif en matière d’infractions sexuelles » commence par distinguer trois catégories d’infractions sexuelles :

« La première catégorie est celle consacrée aux agressions sexuelles (articles 222- 22 du code pénal et suivants), qui regroupent les incriminations de viol (articles 222-23 du code pénal et suivants), des agressions sexuelles autres que le viol (articles 222-27 du code pénal et suivants) et de l’exhibition sexuelle (article 222-32 du code pénal). La deuxième catégorie concerne les infractions de proxénétisme et les incriminations qui en résultent (articles 225-5 du code pénal et suivants). La troisième catégorie consacre les infractions de mise en péril des mineurs (articles 227-12 du code pénal et suivants) qui comprennent notamment le délit de corruption de mineurs (article 227-22 du code pénal), le délit de propositions sexuelles faites par un majeur à un mineur de quinze ans par un moyen de communication électronique (article 227-22-1 du code pénal), de pornographie enfantine (articles 227-23 et 227-24 du code pénal) ou encore les atteintes sexuelles sur mineur de quinze ans (article 227-25 du code pénal) ou sur mineur de plus de quinze ans (article 227-27 du code pénal) » (Darsonville, 2012).

6Ces catégories ne sont pas celles du droit et des mouvements militants des années 1970, mais elles permettent de préciser les questions posées par les militants et de distinguer entre ce qui relève des relations sexuelles interdites parce qu’elles violent le consentement de la personne et celles prohibées parce que la personne a un âge où elle ne peut pas y consentir, en raison de sa minorité ou pour la protection de sa famille. C’est d’abord contre ce second type d’interdiction que peuvent être comprises les formes de militantisme liées à la sexualité des mineurs qui émergent dans les premiers temps après mai 68. Des groupes militants se sont mobilisés pour la libération de leur sexualité, en analysant l’interdiction dont celle-ci faisait l’objet comme un élément d’un pouvoir disciplinaire exercé au sein des familles. Ils ont voulu affirmer leur capacité morale à décider des relations sexuelles qu’ils voulaient engager, contre ce que la loi définissait comme ce à quoi ils pouvaient consentir.

Contre le pouvoir des adultes

  • 3 Voir Delphy (1998), qui reproduit notamment « L’ennemi principal », publié in « Libération des femm (...)

7Les contestations des limites imposées à la sexualité des mineurs s’inscrivent dans un contexte d’émergence de nombreux mouvements d’insubordination (Vigna, 2008), qui remettent en cause les règles de fonctionnement des usines, foyers, lycées, hôpitaux, casernes. Ces mouvements ont deux traits commun : d’une part, ils visent à déplacer ou compléter des analyses centrées sur le fonctionnement de l’économie capitaliste comme seul facteur d’oppression, pour faire valoir d’autres structures hiérarchiques, concernant le genre, l’orientation sexuelle, la race. D’autre part, ils font émerger des formes nouvelles d’expressions militantes fondées sur la prise de parole et la contestation directe des « dominations rapprochées » et la revendication de la pratique de libertés nouvelles (Memmi, 2008). Les mouvements féministes de la seconde vague s’inscrivent dans des analyses de ce type, en particulier par la critique de l’espace domestique comme espace de domination hors du droit et lieu fondamental de l’exploitation3. Les contestations qui émergent au début des années 1970 partagent le refus de la présomption de minorité qui fonde les interdits des institutions disciplinaires. À ce titre la liberté sexuelle s’inscrit plus largement dans le cadre des revendications de liberté d’organisation et de politisation au sein d’institutions considérées comme essentiellement répressives.

  • 4 Le Nouvel observateur, 10 janvier 1972, reproduit in (Hocquenghem, 1977).
  • 5 Ibidem.
  • 6 Front homosexuel d’action révolutionnaire (désormais cité FHAR), Rapport contre la normalité, Paris (...)
  • 7 FHAR, op.cit., p. 32.

8Les revendications liées à la sexualité des mineurs sont d’abord apparues, après Mai 68, comme des revendications d’émancipation par rapport à des infractions, comme le détournement de mineurs pour lequel a été condamnée Gabrielle Russier, dénoncées par les militants comme des protections des familles et de leur pouvoir sur les enfants (Artières, 2008). Ces revendications ont trouvé un lieu d’expression dans les mouvements homosexuels émergents : des groupes ont en effet décidé de rompre avec le registre d’action de l’association Arcadie qui, depuis les années de la Libération, défendait l’idée d’une organisation homosexuelle centrée sur la discrétion et la respectabilité (Jackson, 2006 ; Sibalis, 2010). Le Front homosexuel d’action révolutionnaire affirme ainsi la possibilité d’une expression et d’une visibilité des pratiques homosexuelles. L’animateur le plus connu du FHAR, Guy Hocquenghem, a raconté la naissance du mouvement au Nouvel Observateur en 19724 en faisant le récit de sa propre expérience militante. Lui-même est entré en politique au lycée, dans le cadre des Jeunesses communistes. Entré à l’Ecole normale supérieure, il rejoint l’Union nationale des étudiants de France et écrit des articles pour l’organisation trotskiste de la Jeunesse communiste révolutionnaire. Militant d’extrême gauche et homosexuel, il explique qu’il vit alors une douloureuse double vie5. Il participe à mai 68 dans lequel il voit « une rupture au sein du mouvement révolutionnaire »6. Mais il constate que le mouvement refuse d’aborder réellement la question homosexuelle7. Après mai 68, Guy Hocquenghem est exclu de la Jeunesse communiste révolutionnaire et se rapproche des maoïstes de Vive la révolution ! Leur journal Tout ! annonce une réunion régulière aux Beaux-Arts : « à la première nous étions une trentaine. Le jeudi suivant, une centaine, et, au moment des départs en vacances, un millier. On est venu nous trouver. On a reçu des centaines de lettres ».

  • 8 « Les pédés et la révolution », Tout !, n° 12, 23 avril 1971 repris dans FHAR, op.cit., p. 51 et su (...)

9Un point central des discussions porte sur la répression dont les jeunes homosexuels sont victimes. Le Code pénal prévoyait des peines spécifiques pour interdire les relations homosexuelles avec des personnes mineures. Le Code de 1810 ne fixait pas de majorité sexuelle et ne comportait pas d’incrimination spécifique concernant la sexualité avec des personnes mineures. En 1832 fut créé l’attentat à la pudeur sans violence, qui punissait les relations sexuelles avec des mineurs de moins de 11 ans. Une loi de 1863 fit monter cet âge à 13 ans et une ordonnance de 1945, à 15 ans. Une législation d’un type nouveau est adoptée en 1942 par le régime de Vichy, qui incrimine les relations homosexuelles avec des mineurs. Cette « dégradation » (Jackson, 2006, 153) de la situation des homosexuels fut confirmée par un décret du 8 février 1945, et devint l’article 331, alinéa 3 du Code Pénal. Cela signifiait, par conséquent, que « l’âge de la majorité sexuelle était de 15 ans pour les hétérosexuels et de 21 ans pour les homosexuels » (Jackson, 2006, 153). Dans son ouvrage de 1972, Le Désir homosexuel, Guy Hocquenghem explique qu’ « on croit en général qu’il n’y a aucune répression légale contre l’homosexualité, que la vie privée de chacun ne dépend que de lui-même ». Or, poursuit-il, « cette répression légale existe, elle est même massive ». Il cite les chiffres donnés par Le Monde du 18 avril 1972, qui cite lui-même les chiffres donnés par la Préfecture de Police pour trois mois de l’année en cours : « pour ce qui concerne les homosexuels, 492 interpellations ont été effectuées au Bois de Boulogne et 18 au Bois de Vincennes » ; « le contrôle de 39 débits de boisson a permis l’interpellation de 49 travestis » ; « les boîtes de nuit homosexuelles de Paris subissent jusqu’à plusieurs fois par semaine des rafles de police, sous différents prétextes » ; « la justice condamne en 1964 331 personnes pour des actes contre nature, et 424 en 1966 » (Hocquenghem, 1972, 25). Un trait important de la dénonciation de la répression dans ces années est de lier cette répression policière et pénale à une situation sociale d’ensemble. Le FHAR s’en explique dans un texte intitulé « les pédés et la révolution »8. Contre l’idée que la lutte pour la liberté homosexuelle n’est pas une lutte contre la bourgeoisie, le journal analyse « l’exploitation sexuelle » comme partie intégrante du fonctionnement capitaliste. Les militants du FHAR dénoncent le piège qui consisterait à considérer la libération sexuelle comme front unique de lutte : « Si les homosexuels se bornent à revendiquer leur liberté, cette demande seule ne sera pas révolutionnaire, et on peut imaginer qu’elle entrera un jour dans le champ de la récupération bourgeoise et réformiste ». Au sein du FHAR est fondé un groupe de mineurs intitulé Front de Libération de la jeunesse, notamment pour discuter de l’âge de la majorité sexuelle, et qui adopte comme slogan de manifestation : « les mineurs ont envie de se faire baiser » (Girard, 1981, 105). Ce mot d’ordre s’inscrit contre les interdictions qui pèsent sur les mineurs enfants au sein des familles. Un trait important distingue donc la forme des discussions des premières années après mai 68 des débats politiques ultérieurs sur la pédophilie : ces mouvements, comme de nombreux autres, sont d’abord des mouvements de jeunes qui contestent les limites de leur liberté sexuelle, non des mouvements d’adultes qui demandent le droit d’avoir des rapports sexuels avec des enfants.

Les conditions du consentement

  • 9 Michel Foucault, « La loi de la pudeur », entretien avec Jean Danet et Guy Hocquenghem, France-Cult (...)

10Des analyses actuelles pointent ce qui forme, selon elles, le fonds d’erreur des militants pour l’abrogation de la majorité sexuelle. Les propos tenus par Foucault en 1979 sont souvent cités pour illustrer ce point : « De toute façon, expliquait-il alors, une barrière d’âge fixée par la loi n’a pas beaucoup de sens. Encore une fois, on peut faire confiance à l’enfant pour dire si oui ou non il a subi une violence »9. En poussant à l’extrême la logique du consentement, Foucault aurait oublié que « l’alternative entre la violence et le consentement fait ici l’économie d’un troisième terme, qui ne se confond ni avec l’un, ni avec l’autre : le pouvoir » (Fassin, 2002). La compréhension des rapports de force, en particulier du déséquilibre structurel de pouvoir entre adultes et enfants, impose de définir la liberté des enfants en déterminant ce à quoi ils ne peuvent pas consentir, de la même façon que le déséquilibre de pouvoir entre patron et employés fait que l’apparence du consentement n’exclut pas la constitution du harcèlement sexuel (de Singly, in Verdrager, 2013, 10).

11La question n’est pas de discuter la validité politique de telles positions, mais de pointer qu’elles simplifient les expressions militantes des années 1970, qui n’ont pas manqué de faire une place au questionnement sur l’articulation entre consentement et rapports de pouvoir. Eric Fassin montre que Foucault voit bien le problème et exprime un « dilemme » davantage qu’une position (Fassin, 2002). Les militants s’interrogent sur ce qui doit être considéré comme relevant de la « libération sexuelle ». Par exemple, Jules Celma, instituteur remplaçant, qui pratique un enseignement expérimental laissant la place à l’expression de la sexualité des élèves, oscille, dans le livre qui relate sa pratique, entre l’affirmation d’un certain nombre de principes et l’ouverture de questionnements non résolus. D’un côté, explique-t-il, « il faut permettre la libre satisfaction de la sexualité enfantine ». De l’autre, il ne porte pas de « jugement absolu » sur la question des rapports enfants/adultes (Celma, 1971). C’est sur ce double registre que se déploie un bref texte de Gilles Deleuze en soutien à l’instituteur dans l’optique de son procès :

« De telles expériences ont pour but de faire que les enfants expriment et libèrent leurs fantasmes au sein d’un groupe scolaire […] Sans doute impliquent-elles, de la part de celui qui les mène, beaucoup de délicatesse et des techniques élaborées. Mais justement il me semble que l’instituteur en question dans les articles cités fait preuve de toutes les qualités nécessaires. (…) Je ne crois pourtant pas qu’elles mènent les enfants à la paresse ou à l’anarchie, ni surtout à faire ce que les fantasmes expriment. Elles mènent au contraire à de nouvelles formes d’organisation, et à une discipline de fantasme opposée au refoulement actuel bien autrement dangereux. En tout cas, elles feront inévitablement partie de la pédagogie de demain » (Deleuze, in Celma, 1971, 136).

12Deleuze insiste sur l’aspect « délicat » d’une telle expérience. De la même manière que Jules Celma précise bien qu’il n’a jamais participé activement aux jeux sexuels de ses élèves, Deleuze explique la distinction entre la libération des fantasmes et leur réalisation et soutient à la fois que les fantasmes doivent être libérés et qu’ils doivent être disciplinés. Le jeune instituteur est poursuivi pour détournement de mineurs, et non en vertu des textes qui punissent le fait d’avoir des relations sexuelles avec des personnes mineures.

13La Grande encyclopédie des homosexualités, qui comprend un chapitre complet sur la « pédophilie » (Recherches, 1973) est souvent citée comme symbole des débats de cette période. Sa partie centrale est constituée d’un entretien entre trois hommes de 40, 25 et 19 ans. L’un d’eux dénonce le « piège de la pédérastie pédagogique », qui n’est que « prolongation de la famille ». Les réflexions militantes des premières années 1970 intègrent la question des rapports de force et sont à l’opposé de la forme plus classique de pédophilie exprimée par des écrivains qui revendiquent leur sexualité avec des mineurs, comme Roger Peyrefitte (cités in Verdrager, 2013). Les revendications concernant la sexualité des mineurs exprimées au début des années 1970 recouvrent certes des pratiques interdites si elles concernent des jeunes en dessous de la majorité sexuelle, mais elles s’inscrivent contre les violences subies dans le cadre domestique par des adultes ayant autorité sur les enfants. En 1974, le militant anarchiste et homosexuel Daniel Guérin signe dans le magazine homosexuel Marges un article intitulé « Pour le droit d’aimer un mineur ».S’il considère comme bénéfique l’avancée permise par la loi du 7 juillet 1974 qui abaisse l’âge de la majorité sexuelle à 18 ans, il préconise une évolution plus franche et plus rapide, allant jusqu’à reconnaître et encourager la sexualité des mineurs (Marchant, 2006). La verve polémique de l’écrivain Tony Duvert s’exerce contre ceux qui entendent reconnaître la sexualité de l’enfant et rompre avec l’autorité disciplinaire des vieilles familles, mais pas d'admettre que des relations sexuelles puissent avoir lieu à n’importe quel âge. Ainsi, Tony Duvert consacre-t-il tout un livre, Le Bon Sexe illustré, à moquer l’Encyclopédie de la vie sexuelle, ouvrage d’éducation sexuelle « à la gauche de ce qu’on publie aujourd’hui dans le genre » et dans lequel il ne voit que « propagande, répression, censure » (Duvert, 1974, 8).

14Au croisement de la dimension sexuelle (marquée en particulier par la transition d’un militantisme homosexuel discret et respectable (Jackson, 2006 ; Jackson, 2009) à l’affirmation d’une position visible et radicale dans l’espace public (Sibalis, 2010)), et de la critique de l’autorité familiale et scolaire, la sexualité des mineurs a trouvé place dans les thèmes de discussion de la première moitié des années 1970. Le fait que des normes pénales comme le détournement de mineur et l’âge de la majorité sexuelle ne soient pas mises en question aurait été étonnant. Elles l’ont été, dès après 1968, pour dénoncer les cas de répression liés à ces incriminations. Ces contestations prenaient place dans des mouvements qui entendaient subvertir les règles pénales et inclure l’idée d’une liberté sexuelle nouvelle dans un programme révolutionnaire.

La majorité sexuelle comme problème public (1975-1982)

15Le milieu des années 1970 marque la « charnière grinçante de la période où l’horizon d’attente qui était jusque-là l’utopie de l’espérance révolutionnaire et d’un avenir radieux, devient la crise économique et sociale, la lutte contre les suppressions d’emploi et le chômage de masse » (Zancarini-Fournel, 2008, 12). Cette transition s’accompagne du déclin des formes les plus radicales de militantisme. Un signe de transformation est la manière dont les groupes militants se saisissent des enjeux légaux et se structurent pour obtenir des réformes. Dans ces années se développent des fronts de lutte appuyés sur des campagnes médiatiques, judiciaires et politiques pour obtenir des transformations de la loi sur le viol (Le Naour et Valenti, 2014), pour les mouvements féministes, et concernant la majorité sexuelle, pour les mouvements homosexuels (Idier, 2013). Ces luttes ont conduit à des débats législatifs qui ont abouti à la loi de 1980 sur le viol et à la loi de 1982 qui met fin aux discriminations concernant la majorité sexuelle. L’articulation entre ces luttes est complexe. D’un côté, les mouvements féministes orientent leurs revendications de reformulation législative vers la reconnaissance centrale de la notion de consentement. Ils s’opposent ainsi à la définition du viol comme relation illégitime, qui exclut, par là même, par exemple le viol entre époux. Cette promotion du consentement comme critère de la sexualité licite appuie la revendication homosexuelle de fin de la discrimination concernant la majorité sexuelle : ce qui est consenti doit être permis. D’un autre côté, la dénonciation des violences sexuelles fait émerger la protection des enfants contre des hommes prédateurs comme un impératif militant et politique. Le reflux des formes radicales d’organisation militante entraîne la disjonction entre l’affirmation de la légitimité du consentement des mineurs et la conception politique de transformations plus générales permettant de donner un sens nouveau aux conditions sociales de ce consentement. La période qui va du milieu des années 1970 au début des années 1980 voit donc la succession entre un moment de visibilité des revendications d’abrogation de la majorité sexuelle et le recadrage de la pédophilie comme menace contre les enfants, qui l’emporte dès les premiers temps de l’alternance socialiste de 1981.

Disqualifier la répression

  • 10 Parmi lesquels ne figure pas Michel Foucault.

16Pour appuyer les revendications d’abrogation des lois discriminatoires, les militants défendent les personnes poursuivies pour des relations sexuelles avec des mineurs, en particulier dans le cadre du Comité d’urgence anti-répression homosexuelle (CUARH), mais aussi en sollicitant de plus larges soutiens. En janvier 1977 paraît dans Le Monde une tribune en défense de personnes placées en détention provisoire pour des relations sexuelles avec des mineurs de moins de 15 ans. Parmi les signataires10, on trouve des militants connus (Jean-Louis Bory, Pierre Hahn, Jean-Luc Hennig, Guy Hocquenghem, Françoise d’Eaubonne, Gabriel Matzneff, René Schérer), des écrivains (Pierre Guyotat, Louis Aragon, Francis Ponge, Roland Barthes, Simone de Beauvoir, Philippe Sollers), des artistes (Patrice Chéreau) des médecins (Bernard Kouchner), des philosophes (François Châtelet, Gilles Deleuze, Félix Guattari, Jean-Paul Sartre, Jean-François Lyotard). Cette pétition montre que le refus de la répression permet de rassembler des personnes aux engagements politiques différents, autour de la notion centrale de consentement aux relations sexuelles.

  • 11 Le Gai-Pied, n° 3, juin 1979.
  • 12 Le Gai-Pied, n° 10, janvier 1980.
  • 13 Le Gai-Pied, n° 12, mars 1980.
  • 14 Le Gai-Pied, n° 9, décembre 1979.
  • 15 Libération, 22 mars 1979.

17En 1979, Gai-Pied raconte la détention et la grève de la faim de Robert Fourniols, éducateur au ministère de la Justice, condamné à deux ans de prison pour des attouchements, sur un lieu de drague d’Evry, sur un jeune qui avait un peu moins de quinze ans11. Le journal publie son témoignage, dans lequel il demande l’abrogation de l’article qui pénalise les relations homosexuelles avec les mineurs. Une fois libéré, il écrit dans le journal sur le sort des homosexuels en prison, pour dénoncer l’isolement et les réflexions insultantes des gardiens. Le journal publie le témoignage d’un autre détenu, violé par ses codétenus qui s’en servent de « femme à tout faire »12. Le courrier d’un homme en détention provisoire cite le rapport des experts psychiatres à son sujet. Il est considéré comme un « vrai pervers », « pas réadaptable » et contre lequel « la sanction est [...] le seul garde-fou »13. Gai-Pied mentionne également l’histoire d’un éducateur spécialisé qui, pour une masturbation sur un jeune homme de 17 ans, a subi un mois et demi de détention provisoire, a été suspendu de ses fonctions et expertisé par un psychiatre14. Libération publie un article sur le procès de Gérard Roussel, arrêté alors qu’il allait chercher un film développé à la Fnac qui avait fait tiquer le vendeur. Son comité de soutien, qui compte dans ses rangs Bertrand Boulin, Jean-Louis Bory, Tony Duvert, Serge Livrozet, Georges Lapassade, René Schérer, explique que « le désir et les jeux sexuels librement consentis ont leur place dans les rapports entre adultes et enfants »15.

  • 16 Guy Hocquenghem, Libération, 21 janvier 1979.
  • 17 France-Soir, 13 janvier 1979.
  • 18 Le Gai-Pied, n° 13, avril 1980.
  • 19 Le Gai-Pied, n° 2, mai 1979.
  • 20 Homophonies, n° 2, décembre 1980.
  • 21 Le Gai-Pied, n° 35, février 1982.

18L’affaire qui mobilise le plus l’attention est celle de Jacques Dugué. Celui-ci est arrêté pour avoir eu des relations sexuelles avec des mineurs. Il vient de « l’univers (…) des couples échangistes, qui se passent des photos d’enfants »16, ce qui déclenche une tempête partie de Minute, autour d’accusations de prostitution et de proxénétisme. France-Soir fait sa une sur « une écœurante affaire de mœurs » où un « soi-disant éducateur aurait livré à la prostitution internationale des régiments de gamins »17. Gai-Pied dénonce « les habits neufs de la haine »18. Selon le journal, l’affaire Dugué représente la « coalition de la France profonde et de nos censeurs bureaucrates, anonymes et repus de cause contre les pervers »19. Le journal du CUARH estime qu’aucun enfant n’a dit être contraint d’aller chez Jacques Dugué, et que c’est « la loi [qui] se moque du consentement »20. Gai-Pied publie quelques mois plus tard un entretien avec un mineur qui a eu des relations avec Jacques Dugué. Celui-ci refuse le statut de victime, parle de son « affection » pour Dugué : « la société considère le pédophile comme le pervers absolu (…) celui qui pervertit l’enfance en lui tenant un discours différent, en lui apprenant autre chose que ce qu’eux-mêmes ou l’école lui enseignent, en lui montrant comment agir ou raisonner différemment. C’est cela qui est insupportable »21. Finalement, Jacques Dugué est condamné à 6 ans de prison.

  • 22 Libération, 21 janvier 1979.

19Ce moment est celui pendant lequel les possibilités d’expression publique de la défense de la pédophilie ont été les plus grandes. Jacques Dugué a pu exposer sa défense : il revendique les actes qui lui sont reprochés et refuse leur qualification pénale dans une très longue tribune publiée en deux jours par Libération. Guy Hocquenghem explique qu’il a « bien gagné le droit à l’expression depuis sa prison »22, parce que tous les journaux l’accusent. Cette possibilité est liée à la circulation des militants entre les mouvements homosexuels et Libération. Elle témoigne du fait que, à cette toute fin des années 1970, la lutte contre la répression englobe de façon peu distincte les affaires liées à l’interdiction de l’homosexualité pour les mineurs de plus de 15 ans, et la pénalisation de la sexualité de tous les mineurs de moins de quinze ans.

Controverses sur la majorité sexuelle

20Le ciblage des revendications sur la dépénalisation de l’homosexualité a en effet été de pair avec une critique maintenue de l’arbitraire de l’âge de la majorité sexuelle, et une dénonciation de la répression, qu’elle concerne des personnes ayant eu des relations avec des mineurs de plus et moins de quinze ans. La mise à l’ordre du jour politique, à partir de 1978, d’une réforme portant sur une discrimination subie par les homosexuels a ouvert un espace d’expression sur l’ampleur de la réforme à accomplir. Ces positions se sont exprimées d’une manière différente des mouvements de la première moitié des années 1970. En effet, elles ont mêlé la poursuite de l’expression de jeunes désirant en finir avec ce qu’ils considéraient comme une limitation de leur liberté, et un discours plus ancien d’adultes défendant une forme de pédophilie élitiste et littéraire, comme celui de l’écrivain Gabriel Matzneff (Matzneff, 1974).

21L’argumentation des tenants de l’abrogation de la majorité sexuelle a suivi trois lignes principales.

  • 23 Michel Foucault, « La loi de la pudeur », entretien avec Jean Danet et Guy Hocquenghem, France-Cult (...)

22D’abord la dénonciation des limites fixées par la loi à la capacité des individus à consentir à des relations sexuelles. La volonté de faire du consentement le critère central de la légalité de la sexualité implique de faire une distinction avec la pénalisation du viol. C’est ce qu’explique Guy Hocquenghem, lors d’un dialogue avec Foucault et Jean Danet : « Nous avons pris bien soin de parler exclusivement de l’attentat à la pudeur sans violence et d’incitation de mineurs à la débauche. Nous avons pris le soin de ne pas, d’aucune manière, aborder le problème du viol, qui est totalement différent ». La difficulté pour lui est d’éviter que les actes avec des mineurs ne soient systématiquement perçus comme des violences, en particulier lorsque la presse se saisit de faits divers : « Il y a deux problèmes. Il y a le problème du viol proprement dit sur lequel les mouvements féministes et les femmes en général se sont parfaitement bien exprimés, mais il y a l’autre problème au niveau des réactions de l’opinion. On déclenche des effets secondaires de chasse à l’homme, de lynchage, ou de mobilisation morale »23. Tony Duvert estime qu’« il n’y a pas à ergoter sur « l’aptitude » (du mineur en particulier) de quelqu’un à consentir ou non en connaissance de cause » (Duvert, 1980, 112).

  • 24 Le Monde, 26 janvier 1977.

23La seconde ligne d’argumentation consiste à repousser toute idée de traumatisme pour l’enfant. Les militants s’appuient sur des exemples parfois venus de cultures lointaines, comme le fait René Schérer dans L’Emile perverti. Il cite Verrier Elwin, qui, dans Les Maisons de jeunes chez les Muria explique que « cette habitude de l’activité sexuelle dès l’enfance permet de construire la tendresse et l’harmonie dans des relations sans violences sexuelles », avant de conclure que, d’une manière générale, « il est à peine besoin d’ajouter que, l’universalité des « jeux sexuels » des enfants [a] été depuis longtemps constaté et décrite dans d’autres cultures que la nôtre, comme étant précisément un facteur d’équilibre mental et social » (Schérer, 1974, 133-134). En France, les militants essaient de montrer que, lorsqu’il y a procès, les enfants ne témoignent pas contre leur présumé agresseur. Ainsi la pétition adressée au Monde en 1977 explique que les mineurs « n’ont pas été victimes de la moindre violence, mais, au contraire, ont précisé aux juges d’instruction qu’ils étaient consentants »24. Dans la revue Recherches de 1979, un article tente d’expliquer comment la justice travestit la parole des mineurs. Il relate le procès d’André R., habitant dans une cité bidonville, qui accueillait chez lui des garçons de 12 à 17 ans. Aucune plainte n’est venue des parents, mais une rumeur est arrivée à la police. Les adolescents sont interrogés mais c’est le vocabulaire de la police qui transparaît dans leurs procès-verbaux : par exemple, « ils ont entretenu des rapports contre-nature avec un dénommé André R. ». André R. est condamné à 5 ans de prison. L’article conclut que « le consentement au plaisir tel qu’il est aujourd’hui utilisé par la pratique judiciaire n’a rien à voir avec la réalité du désir des mineurs » (Recherches, 1979, 40-68).

24Enfin, les militants en faveur de la liberté sexuelle des mineurs veulent se distinguer de ceux qui sont les auteurs les plus fréquents de violence sur les enfants, et qui sont les membres de leur famille ou de leur entourage proche. Dans un article pour Gai-Pied, Tony Duvert s’appuie sur deux dépêches, l’une annonçant que la Cour suprême américaine avait autorisé les châtiments corporels sur les écoliers, l’autre informant que la Suède venait d’interdire aux parents toute « punition causant une souffrance physique ou morale, même légère ou temporaire ». Il explique que le cas exceptionnel de la Suède montre, a contrario, que les parents et professeurs ont, eux, le droit ordinaire de faire souffrir les enfants. Il juge que la privation de relation consentie est en elle-même une punition. En 1980, il reprend l’argument en expliquant précisément que, si le danger vient de la famille, c’est parce que celle-ci est investie de pouvoirs sur l’enfant et peut donc en abuser :

25« Une statistique américaine qui porte sur les pédophiles (homos ou hétéros) condamnés comme agresseurs d’enfants, dévoile un fait curieux : l’enfant n’a pas rencontré son agresseur à la sortie de l’école, à la piscine ou dans un square, mais à la maison. C’était un ami de la famille, pour environ 60 % des cas. Cela me fait rire. On met les bambins en garde contre tous les dangers du monde extérieur, on leur dit : N’écoute pas les messieurs dans la rue, ne va pas en voiture, refuse les bonbons, rentre vite chez nous ! … - Et c’est là qu’il attend, le vilain monsieur. Rien de surprenant. L’ami de la famille est un ami des parents. Il tente et réussit son coup parce que l’autorité parentale le protège aux yeux de l’enfant : c’est donc dans les familles où les enfants seront le plus soumis à cette autorité que l’agresseur sera le plus à l’aise. Milieu conservateur, patriarcal. L’idée même de contraindre un enfant à des relations sexuelles suppose, chez notre pédophile agresseur, la même mentalité patriarcale » (Duvert, 1980, 43).

26Affirmer la possibilité du consentement des mineurs, distinguer la sexualité avec les mineurs du viol, sur majeurs ou mineurs, renvoyer la responsabilité des violences les plus fréquentes sur les enfants au milieu familial, ces trois lignes d’argumentation visent à défaire la rationalité pénale qui s’applique à la pédophilie, en montrant qu’il s’agit d’un crime sans victime. C’est en ce sens qu’est rédigée la plate-forme revendicative d’un éphémère Front de libération des pédophiles, que Libération publie en mai 1977 :

« Combattre l’injustice pénale et mener une réflexion critique sur la famille et l’école, fondée sur une analyse politique de la sexualité entre mineurs et adultes.

S’associer à la lutte des enfants qui veulent changer leur mode de vie et de tout groupe politique qui vise à l’établissement d’une société radicalement nouvelle où la pédérastie existera librement.

Développer une culture pédérastique qui s’exprime par un mode de vie nouveau, et l’émergence d’un art nouveau.

Prendre la parole dans des organes d’information qui lui en donnent les moyens et par les voies qui s’imposent.

Manifester sa solidarité avec les pédophiles emprisonnés ou victimes de la psychiatrie officielle.

  • 25 Composé principalement de « lecteurs de Libé », d’après Libération, 1er mars 1979.

La « tyrannie bourgeoise » fait de l’amoureux des enfants un monstre de légende qui croque les chaumières. Nous casserons ensemble monstres et chaumières »25.

  • 26 Extraits d’une lettre de Françoise Dolto, 11 novembre 1977, cité in Recherches (1979, 84-86).

27Ces positions sont contestées par celles et ceux qui, s’ils s’opposent à la définition traditionnelle de la famille et de l’exercice de l’autorité en son sein, jugent que les relations avec les mineurs sont sources de traumatisme. Ainsi pour Françoise Dolto, l’initiation sexuelle « des adolescents et des enfants par un adulte (donc par garçon ou fille de 16 ans déjà), en admettant même que ce partenaire ne soit pas incestueux, encore plus si cet adulte est confirmé en âge et en prestance, est toujours un traumatisme psychologique profond ». Elle défend une position sur la majorité sexuelle distincte de la loi existante et de la volonté des pédophiles, en demandant, « qu’on décrète, les enfants ayant été instruits, l’âge de la responsabilité sexuelle deux ans après la puberté pour chaque citoyenne ou citoyen adolescent (règles, spermogénèse) ». Elle souhaite également que « la loi [fasse] un délit de tout acte visant au plaisir d’un individu au dépens d’un autre qui n’est pas clairement et délibérément d’accord, par désir, cette loi permettrait que le viol soit par tous considéré pour ce qu’il est, un crime, qu’il soit homo ou hétérosexuel »26. Françoise Dolto pense la critique du caractère arbitraire de la majorité sexuelle dans le cadre de la défense de la cause des enfants (Garcia, 2011).

28Une telle vision est contestée par ceux qui considèrent que ce cadre permet en réalité la restauration du pouvoir des mères sur les enfants dans le cadre domestique. Ainsi, deux livres consacrés à la pédophilie, bien qu’ils soient tous deux hostiles à l’état des lois sur la majorité sexuelle, déclenchent un débat virulent, parce qu’ils viennent respectivement d’une militante féministe et de deux hommes qui revendiquent leur homosexualité. Le premier livre est Le Pédophile et la maman, publié par Leila Sebbar en 1980. Elle fait partie de l’équipe des Temps modernes et s’exprime en tant que mère de famille :

« Ils parlent, les hommes pédophiles, de leur amour et de leur désir pour les enfants, de celui des enfants pour eux, de la rigueur injuste de la loi à leur égard, de l’oppression de l’enfant occidental, de la répression de sa sexualité et de sa prochaine libération, de l’enfant propriété de la famille, de la violence des mères et de leur ténacité à privatiser les enfants… A l’enfant élevé, privatisé, familialisé, ils opposent l’enfant ORPHELIN, modèle idéal, utopique de l’enfant à rencontrer, à aimer. Mais tous les enfants ne sont pas orphelins et les vrais orphelins sont en orphelinat où personne ne vient les réclamer ni les enlever. Ils sont donc à rapter, ces enfants avec père et mère, à détourner quand ils ne détournent pas eux-mêmes » (Sebbar, 1980, 13-14)

29Pour elle, le pédophile fait partie des institutions qui soustraient le corps de l’enfant à sa mère. Le second livre qui fait polémique est celui de Jean-Luc Pinard-Legry et Benoît Lapouge, L’Enfant et le pédéraste. Les auteurs critiquent la notion de consentement qui, pour eux, n’a pas de valeur puisque les enfants n’ont pas de notion de ce qu’est la sexualité. Surtout, ils critiquent le pouvoir de l’adulte pédophile, qui, s’il propose une alternative au monde familial, n’en est pas moins dominateur (Pinard-Legry, Lapouge, 1980, 27).

30L’idée qu’il faut remettre en cause, ou au moins abaisser la majorité sexuelle trouve néanmoins quelques relais. La position de François Dolto montre que l’opposition à la règle du consentement proposée par les pédophiles n’interdit pas une réflexion sur le caractère arbitraire de l’âge de la majorité sexuelle. Leila Sebbar estime qu’il est possible de fixer la majorité sexuelle à treize ans. L’éducateur Bertrand Boulin, qui anime une émission hebdomadaire sur Europe 1 consacrée aux problèmes de l’enfance, élabore une Charte des enfants, dans laquelle il juge qu’il faut « supprimer le délit de détournement de mineur, abolir l’article 331, et laisser les enfants choisir leurs relations ainsi que leurs affections » (Boulin, Desjeunes, Alfonsi, 1977, 189). Il défend l’abaissement de l’âge de la majorité sexuelle, par un « consentement reconnu à l’enfant, à partir de 14 ans, pour tout acte affectif ou sexuel ». En 1979, deux journalistes au Monde et au Monde de l’éducation, Yves Agnès et Frédéric Gaussen, publient Les Nouveaux Parents et tempèrent l’idée d’une avancée importante de l’acceptation par les familles de transformations radicales de la majorité sexuelle. Ils ont mené l’enquête auprès d’une vingtaine de couples nés après 1945, et faisant partie des classes moyennes ou supérieures. Ils font part des nombreuses transformations dans l’exercice de l’autorité parentale. Les journalistes estiment que les parents ont une attitude ambivalente : « En théorie, l’homosexualité et la pédophilie sont acceptées chez les adultes libéraux, soit comme un comportement déviant qu’il convient de respecter, soit comme une composante naturelle de la sexualité, qu’il ne faut surtout pas refouler », mais, « au fond de soi, aucun parent, si libéral et libéré soit-il, ne souhaite que son enfant devienne homosexuel(le) » (Agnès, Gaussen, 1980, 80).

Un nouveau cadrage des débats (à partir des années 1980)

31Les controverses portent sur les conditions dans lesquelles le consentement peut être considéré comme valide. L’abrogation de la discrimination légale sur la majorité sexuelle est bien discutée une première fois devant le Parlement dans le cadre de la loi sur le viol. Mais elle est finalement repoussée et, lorsqu’elle est de nouveau débattue en 1982, il n’existe aucun front commun entre militantes féministes et militants de l’abrogation de la majorité sexuelle. La mise en question de la majorité sexuelle demeure alors un mode d’expression de militants, comme Guy Hocquenghem, ayant conservé une position de critique sociale radicale. Mais ces positions ne s’inscrivent plus dans des mouvements collectifs visant une transformation plus générale des rapports de domination entre adultes et enfants, esquissée dans les premières années après 68.

  • 27 Gai-Pied Hebdo, n° 62, 26 mars 1983.

32Pierre Verdrager estime qu’il n’est pas justifié de considérer qu’un tournant s’opère au début des années 1980, et étudie l’expression de militants pédophiles actifs jusqu’au début des années 1990 (Verdrager, 2013). Pourtant, le début des années 1980 marque une rupture. Elle ne réside peut-être pas dans l’expression des pédophiles eux-mêmes, dont des organes demeurent actifs, mais dans la position politique de leurs revendications : à ce moment se ferment sans retour les espaces d’expression que les pédophiles avaient jusque-là trouvés dans certains médias et partis politiques. Certes, un journal comme Gai-pied ne condamne pas encore, dans les années 1980, toute revendication pédophile. En mars 1983, par exemple, le journal rend encore compte sans hostilité de la parution du journal du Groupe de recherches pour une enfance différente (GRED), Le petit gredin, tout en constatant que « le mouvement pédophile va tout doux »27.

  • 28 Le Gai-Pied, n° 33, décembre 1981.
  • 29 Ibidem.
  • 30 Le Gai-Pied, n° 34, janvier 1982.

33Après 1981, les responsables socialistes, tout en menant à bien l’abrogation de la discrimination concernant l’âge de la majorité sexuelle (Idier, 2013), donnent de modestes signes d’ouverture qui ne connaissent pas de suite. La question de l’âge de la majorité sexuelle devient un objet de conflit entre les militants et le gouvernement, lui-même soumis à la pression de la droite. Gai-Pied dénonce à la fois les attaques de la droite et la frilosité des socialistes. En décembre 1981, le journal constate que « la presse shoote » sur les « ballets bleus ». Il s’agit de l’affaire de Patrice Amaniera qui s’occupe d’une association d’aide à l’enfance28. Le Figaro évoque un « vaste réseau démantelé sur tout le territoire », Le Parisien libéré dénonce « la mafia du vice ». Pour Gai-Pied, la presse « attise cyniquement les cendres de la morale populiste, en fabriquant un événement et un coupable, bouc émissaire du malaise de notre société », et fait preuve de « proxénétisme journalistique »29. L’attitude du gouvernement déçoit le journal : « Au-delà de quinze ans, attention, on arrête tous les jours un pédophile en France socialiste »30. Il pointe ainsi « les scories de l’abrogation » : « il est fort probable que cette mesure libérale, qui n’est jamais que la disparition d’une inégalité scandaleuse, devienne en fait la barrière d’enfermement de la pédophilie, si ce n’est déjà fait ».

  • 31 Le Gai-Pied, n° 37, avril 1982.
  • 32 Homophonies, n° 19, mai 1982.

34Cette volonté d’aller plus loin en matière de réforme de majorité sexuelle est relayée conjointement par le CUARH et les militants regroupés de façon autonome au sein du Groupe de recherche pour une enfance différente (GRED). Le bulletin du GRED, Le Petit Gredin, dont le numéro 0 paraît en 1981 publie une « lettre ouverte à Mesdames et Messieurs les députés et sénateurs à propos des lois sur certaines libertés des mineurs ». La lettre dénonce la pénalisation du détournement de mineur sans fraude ni violence. En avril 1982, Simone Iff, chargée des questions sexualité au ministère des Droits de la femme, déclare que la réflexion du gouvernement n’est pas close : « On n’a pas encore vraiment discuté de ce problème épineux. Je connais des femmes qui ont eu dans leur enfance des relations sexuelles et qui en gardent un souvenir magnifique. Pour d’autres, non. Il faudra définir le degré d’autonomie de l’enfant, ses droits propres vis-à-vis de la famille et des autres »31. Mais ce n’est pas sa priorité, qui est « l’emploi des femmes ». En mai 1982, le député socialiste Raymond Forni, dans un entretien avec Homophonies, montre qu’il a entendu la revendication et qu’il la considère comme légitime, mais fait une réponse prudente : « on peut discuter l’abaissement de l’âge de la minorité, mais ça doit être vu dans l’ensemble de la révision du Code pénal, (…) nous ne pouvons être une génération en avance »32.

35Cependant le vote de la loi de dépénalisation de l’homosexualité avec les mineurs s’accompagne de la réaffirmation, par Robert Badinter, du cadre juridique d’ensemble concernant la sexualité des mineurs :

  • 33 Le petit gredin, n° 1, printemps 1982.

36« Nous disposons dans nos lois d’un ensemble très complet et très rigoureux de textes permettant d’assurer la protection des mineurs de quinze à dix-huit ans contre toutes les formes d’attentats aux mœurs. Sans reprendre le détail des textes, je rappellerai simplement à l’Assemblée que des peines sévères punissent, dans notre Droit : le proxénétisme sous toutes ses formes, et notamment à l’égard de mineurs ; l’incitation de mineurs à la débauche ; le détournement de mineurs ; l’attentat à la pudeur commis avec violence contre des mineurs ; l’attentat à la pudeur commis sans violence à l’égard d’un mineur de plus de quinze ans par un ascendant ou par une personne ayant autorité sur lui ; enfin, depuis la loi du 23 décembre 1980, le viol lui-même, dans sa nouvelle définition, qui s’applique aussi bien lorsque auteur et victime sont du même sexe. Affirmer donc que l’abrogation du deuxième alinéa de l’article 331 livrerait nos adolescents sans défense aux atteintes à leur intégrité ou à leur dignité est encore une contre-vérité juridique, ou une hypocrisie, selon que le propos relève de l’ignorance ou du mensonge »33.

37Le gouvernement socialiste a tranché en faveur du maintien en l’état de la question de la majorité sexuelle.

  • 34 Libération, 16 juin 1983.

38Un trait marquant de la fin des années 1970 a été la possibilité donnée à l’expression de revendications pédophiles dans des journaux comme Libération. De ce point de vue, le début des années 1980 marque également une rupture. En 1982 éclate l’affaire du Coral, qui implique les animateurs d’un foyer accueillant des mineurs. Guy Hocquenghem publie dans Gai-Pied, sous forme de feuilleton, un roman à clef qui brosse un portrait sarcastique des responsables socialistes apeurés par le scandale. Lorsque le feuilleton est publié sous forme de livre, il est descendu en flamme par Libération34. L’affaire du Coral marque également une rupture dans l’expression de la défense des accusés qui pratiquent une forme de double langage : d’un côté, la défense politique, celle de la fin des années 1970, qui revendique la singularité des pratiques de ce foyer, de l’autre, une défense judiciaire, de droit commun, qui consiste à nier les charges. Dans cette affaire, le caractère alternatif du fonctionnement du Coral est sans cesse revendiqué. Mais, contrairement à la place laissée à la défense de Jacques Dugué dans Libération en 1979, l’essentiel de ce que la presse homosexuelle écrit en soutien du Coral porte sur la contestation des faits poursuivis. En d’autres termes, l’affaire du Coral marque le point de bascule entre la possibilité d’une revendication de la pédophilie, brièvement ouverte à la fin des années 1970, et l’entrée dans le régime actuel concernant la sexualité en dessous de la majorité sexuelle : un acte extrêmement grave qu’il s’agit, si on veut contester les poursuites, de nier.

Conclusion

39Les années 1980 forment également une rupture en matière pénale. Le nombre de personnes condamnées pour des violences sexuelles contre les mineurs s’est accru.

40« Si les condamnations pour viol ont augmenté de 82 %, les circonstances qui caractérisent le crime sont ici déterminantes. C’est l’augmentation de ces condamnations pour viol sur mineur de moins de quinze ans ou pour viol par un ascendant de la victime qui explique, à elle seule, la progression constatée. Avec 578 cas, ces condamnations sont presque six fois plus nombreuses en 1993 qu’en 1984. Elles constituent désormais plus de la moitié de l’ensemble des condamnations pour viol. » (Burricand, Monteil, 1996).

41L’analyse des statistiques de la justice confirme la pénalisation croissante des violences sexuelles contre les mineurs, et non pas les infractions contre les victimes majeures (Jaspard, 2005, 103). Si « un procès d’assise sur deux concerne un viol, dans deux cas sur trois les victimes sont des mineurs » (Lagrange, Perrin, 2002, 168). Les peines s’allongent en matière de viol, et l’aggravation apparaît plus sensible pour les viols commis sur mineur ou par ascendant, ou encore sous la menace d’une arme (Burricand, Monteil, 1996).

42 Ces transformations judiciaires s’accompagnent d’enquêtes qui mettent en lumière l’ampleur des violences subies dans le cadre domestique et d’une libération de la parole des victimes (Bajos, Bozon et l’équipe CSF, 2008). Comme le demande amèrement Christine Delphy : « Qui aurait pu dire il y a vingt ans que sa maison est l’endroit le plus dangereux pour une femme, que c’est dans sa chambre, par un père, un oncle ou un ami de la famille qu’une petite fille risque le plus d’être violée, qui aurait imaginé qu’une petite fille sur six (un petit garçon sur dix) est victime de violences sexuelles ? » (Delphy, 2001, 21). Une enquête publiée en 1995 portant sur les jeunes de 15 à 18 ans montre que « 15,4 % des filles et 2,3 % des garçons déclarent avoir subi des rapports sexuels forcés », et que « 85 % de ces rapports ont été commis par des hommes connus, jeunes ou adultes, qui appartiennent ou non à la famille » (Lagrange, Lhomond, 1995, 20). L’Enquête nationale sur les violences envers les femmes en France menée en 2000 a montré que c’est majoritairement dans l’intimité de l’espace conjugal que celles-ci ont lieu (Jaspard, 2005).

  • 35 Michel Foucault, « La loi de la pudeur », (entretien avec J. Danet, P. Hahn, et G. Hocquenghem, Dia (...)

43Bertrand Guillarme distingue entre deux critiques du consentement. La première estime que le consentement donné dans certaines conditions masque des relations inégales qui limitent la portée du choix. La seconde estime qu’il n’est pas possible de juger recevable le consentement à des pratiques jugées intrinsèquement condamnables (Guillarme, 2012). Sous cette seconde critique se placent des relations sexuelles condamnées quelles que soient leurs conditions : il en va ainsi de l’inceste, et, plus largement, des relations entre des enfants et des adultes qui ont autorité sur eux, dans un cadre familial (oncle, beaux-parents etc.) ou institutionnel (enseignant, prêtre etc.). Un trait important des discours sur la sexualité des mineurs qui ont émergé après mai 68 est qu’ils se sont inscrits en opposition à ce type de relation. Par exemple, Foucault, en même temps qu’il réfléchit au sens du consentement et de la majorité sexuelle, juge « intolérables » les relations contraintes entre une jeune fille, de plus de quinze ans ou même majeure et son père ou beau-père35. Des militants ont visé à affirmer leurs revendications en réfléchissant, en réponse à la première critique apportée à la notion de consentement, aux conditions politiques dans lesquelles les choix faits par les mineurs avaient de la valeur. Lorsque, dans la seconde partie des années 1970, les perspectives de transformation sociale s’éloignent, la revendication de la capacité des mineurs à donner leur consentement s’affirme dans l’abstraction progressive des conditions sociales dans lesquelles ce consentement est donné. De telles revendications entrent alors en conflit avec les réflexions menées sur la manière dont le consentement peut s’inscrire dans des relations inégales qui obèrent sa portée. A la fin des années 1970, les défenseurs de la pédophilie font remarquer que cette relation est d’autant plus déséquilibrée que l’adulte est dans une position d’autorité, notamment familiale, et que les violences sexuelles ont majoritairement lieu dans le cadre domestique. Mais l’espace politique de discussion sur les relations sexuelles entre enfants et adultes est alors, au tournant des années 1980, en train de se clore.

44La fermeture du moment de discussion publique sur la majorité sexuelle et l’accroissement de la sévérité pénale contre les auteurs de violences sexuelles contre les mineurs dessinent le contexte dans lequel émerge la pédophilie comme problème public. La continuité est certaine entre les mouvements de lutte contre les violences sexuelles menés dans les années 1970 et la hausse des plaintes pour les violences subies par les enfants. Ce qui est étonnant, est moins l’expression, dans les premiers temps après mai 68, d’une parole politique des mineurs en lutte contre le pouvoir des familles, que le fait que, comme le montre Laurie Boussaguet, le débat public soit ramené depuis les années 1990 « quasi-exclusivement aux seuls cas des abus sexuels extrafamiliaux et alimentée par une couverture médiatique qui insiste sur l’image du « stranger danger » (Boussaguet, 2008). L’identification politique et médiatique des violences sexuelles subies par les mineurs à l’image du pédophile inconnu fonctionne à la fois comme un dévoilement des violences subies par les victimes et une occultation de ceux qui en sont les auteurs. Le traitement du danger pédophile refoule vers l’extérieur de la maison une menace qui est en réalité majoritairement domestique. Cette double dimension est sans doute symptomatique de la période qui s’ouvre dans les années 1980, dans laquelle un reflux militant voisine avec le maintien dans le débat public de thèmes de revendications issues des mouvements des années 1970, mais sous une forme transformée. C’est ce qui rend difficile la compréhension de la distance qui sépare les expressions militantes des mouvements nés après 68 de ce qui est communément appelé « pédophilie » dans le débat public. Portée par des jeunes en révolte contre le pouvoir des familles en particulier et des adultes en général, la volonté d’en finir avec les limites légales de la liberté sexuelle n’était pas initialement contradictoire avec les luttes contre les violences sexuelles. Ces luttes partageaient la dénonciation des rapports de pouvoir dans la sphère domestique et leurs conséquences à long terme se lisent dans les plaintes devant la justice contre les violences sexuelles subies durant l’enfance.

Haut de page

Bibliographie

AGNES Yves, GAUSSEN Frédéric, Les nouveaux Parents, Paris, Grasset et Fasquelles, 1979.

ARTIERES Philippe, 1968, années politiques, Paris, Editions Thierry Magnier, 2008.

BAJOS Nathalie, BOZON Michel et l’équipe CSF, « Les violences sexuelles en France : quand la parole se libère », Population et sociétés, n° 445, 2008.

BANTIGNY Ludivine, « Le seuil d’âge comme enjeu politique : la majorité à dix-huit ans », in BERSTEIN Serge, SIRINELLI Jean-François (dir.), Les années Giscard, les réformes de société 1974-1981, Paris, Armand Colin, 2007, pp. 75-88.

BERARD Jean, La justice en procès, les mouvements de contestation et le système pénal (1968-1983), Paris, Presses de Sciences-Po, 2013.

BORY Jean-Louis, HOCQUENGHEM Guy, Comment nous appelez-vous déjà ? Ces hommes que l’on dit homosexuels, Paris, Calmann-Lévy, 1977.

BOULIN Bertrand, DESJEUNES Jean-Michel, ALFONSI Philippe, La charte des enfants, Paris, Stock 2, 1977.

BOUSSAGUET Laurie, La pédophilie, problème public, France, Belgique, Angleterre, Paris, Dalloz, 2008.

BURRICAND Carine, MONTEIL Marie-Laure, « Les condamnations pour infraction aux mœurs de 1984 à 1993 », Infostat justice, n° 44, 1996.

CELMA Jules, Journal d’un éducastreur, Paris, Champ libre, 1971.

COHN-BENDIT Daniel, Le grand bazar, Paris, Belfond, 1975.

DANET Jean, Discours juridiques et perversions sexuelles, XIXe et XXe siècles, Université de Nantes, Centre de recherche politique, 1977.

DANET Jean, FOUCAULT Michel, HAHN Pierre, HOCQUENGHEM Guy, « La loi de la pudeur », transcription de l’émission « Dialogues » de France culture diffusé le 4 avril 1978, reproduit in FOUCAULT Michel, Dits et écrits, Paris, Gallimard 1994, tome 3, pp. 763-777.

DARSONVILLE Audrey, « Le surinvestissement législatif en matière d’infractions sexuelles », Archives de politique criminelle, 1, n° 34, 2012, pp. 31-43.

DELPHY Christine, L’ennemi principal, tome 1 : Economie politique du patriarcat, Paris, Syllepse, 1998.

DELPHY Christine, L’ennemi principal, 2 Penser le genre, Paris, Syllepse, 2001.

DUVERT Tony, L’enfant au masculin, Paris, Editions de Minuit, 1980.

DUVERT Tony, Le bon sexe illustré, Paris, Editions de Minuit, 1974.

FASSIN Éric, « Somnolence de Foucault, violence sexuelle, consentement et pouvoir », Prochoix, 21, 2002, pp. 106-119.

GARCIA Sandrine, Mères sous influence. De la cause des femmes à la cause des enfants, Paris, La Découverte, 2011.

GIRARD Jacques, Le mouvement homosexuel en France, 1945-1980, Paris, Syros, 1981.

GUILLARME Bertrand, « Deux critiques du consentement », Raisons politiques, 2012/2 n° 46, pp. 67-78.

HOCQUENGHEM Guy, Le désir homosexuel, Paris, Editions universitaires, 1972.

HOCQUENGHEM Guy, La dérive homosexuelle, Paris, Editions universitaires, Jean-Pierre Delarge, 1977

HOCQUENGHEM Guy, Les petits garçons, Paris, Albin Michel, 1983.

IDIER Antoine, Les alinéas au placard, l’abrogation du délit d’homosexualité (1977-1982), Paris, Editions Cartouche, 2013.

JACKSON Julian, « Le mouvement Arcadie », Revue d’histoire moderne et contemporaine, octobre-décembre 2006, 4, n° 53, pp. 150-174.

JACKSON Julian, Arcadie, la vie homosexuelle en France, de l’après-guerre à la dépénalisation, Paris, Autrement, 2009.

JASPARD Maryse, Les violences contre les femmes, Paris, La Découverte, 2005.

LAGRANGE Hugues, LHOMOND Brigitte (dir.), Les comportements sexuels des jeunes de 15 à 18 ans, Paris, La Documentation française, 1995.

LAGRANGE Hugues, PERRIN François (coll.), « Les délinquances sexuelles », in Laurent Mucchielli, Philippe Robert (dir.), Crime et sécurité, l’état des savoirs, Paris, La Découverte, 2002.

LE NAOUR Jean-Yves, VALENTI Catherine, Et le viol devint un crime, Paris, Vendémiaire, 2014.

MARCHANT Alexandre, « Daniel Guérin et le discours militant sur l’homosexualité masculine en France (années 1950-années 1980) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 4, n° 53, 2006, pp. 175-190.

MARTEL Frédéric, Le rose et le noir, les homosexuels en France depuis 1968, Paris, Seuil, 2000 (1996).

MATHIEU Lilian, Les années 1970, un âge d’or des luttes ?, Paris, Textuel, 2009.

MATZNEFF Gabriel, Les moins de seize ans, Paris, Julliard, 1974.

MEMMI Dominique, « Mai 68 ou la crise de la domination rapprochée », in DAMAMME Dominique, GOBILLE Boris, MATONTI Frédérique, PUDAL Bernard (dir.), Mai-juin 68, Paris, Editions de l’atelier, 2008, pp. 35-46.

PINARD-LEGRY Jean-Luc, LAPOUGE Benoît, « En réponse à nos contradicteurs », Masques, n° 5, 1980.

PINARD-LEGRY Jean-Luc, LAPOUGE Benoît, L’Enfant et le pédéraste, Paris, Seuil, 1980.

Recherches, « Fous d’enfance, qui a peur des pédophiles ? », avril 1979.

Recherches, Trois milliards de pervers, Grande encyclopédie des homosexualités, n° 12, mars 1973.

RUBIN Gayle, Surveiller et jouir. Anthropologie politique du sexe, textes réunis et édités par Rostom Mesli, Paris, EPEL, 2010.

RUBIN Gayle, MESLI Rostom, « Une conversation avec Gayle Rubin », Raisons politiques, 2/ 2012 (n° 46), pp. 131-173.

RUSSIER Gabrielle, Lettres de prison, Paris, Seuil, 1970.

SCHERER René, Emile perverti, Paris, Robert Laffont, 1974.

SCHERER René, HOCQUENGHEM Guy, CO-Ire, album systématique de l’enfance, Recherches, n° 22, mai 1976.

SEBBAR Leila, « Aimer les enfants. Entretien avec Leila Sebbar », Masques, n° 5, 1980.

SIBALIS Michael, « L’arrivée de la libération gay en France. Le Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire (FHAR) », Genre, sexualité & société, n° 3, printemps 2010.

VERDRAGER Pierre, L’Enfant interdit. Comment la pédophilie est devenue scandaleuse, Paris, Armand Colin, 2013.

VIGNA Xavier, L’insubordination ouvrière dans les usines, essai d’histoire politique des usines, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007.

ZANCARINI-FOURNEL Michelle, Le moment 68, une histoire contestée, Paris, Seuil, 2008.

Haut de page

Notes

1 Une première version de ce travail a été présentée dans le cadre de la section thématique « Affaires sexuelles, questions sexuelles, sexualités » du congrès 2013 de l’Association française de sciences politiques, organisée par Sandrine Lévêque et Frédérique Matonti, et dans le séminaire « Sociologie du désir : genre, marché, politique » organisé à l’EHESS par Manuela Salcedo et Mathieu Trachman. Je remercie les participants qui ont discuté des éléments de ce texte, ainsi que les rapporteurs de Genre sexualité et société pour leurs retours.

2 Par exemple, Emmanuel Le Roy Ladurie, « Pourquoi le PACS contredit l’héritage judéo-chrétien », Le Figaro, 19 octobre 1998.

3 Voir Delphy (1998), qui reproduit notamment « L’ennemi principal », publié in « Libération des femmes, année zéro », Partisans, n° 54-55, juillet-octobre 1970, sous le nom de Christine Dupont.

4 Le Nouvel observateur, 10 janvier 1972, reproduit in (Hocquenghem, 1977).

5 Ibidem.

6 Front homosexuel d’action révolutionnaire (désormais cité FHAR), Rapport contre la normalité, Paris, Editions Champ libre, 1971, p. 35.

7 FHAR, op.cit., p. 32.

8 « Les pédés et la révolution », Tout !, n° 12, 23 avril 1971 repris dans FHAR, op.cit., p. 51 et suivantes.

9 Michel Foucault, « La loi de la pudeur », entretien avec Jean Danet et Guy Hocquenghem, France-Culture, 4 avril 1978 in Foucault (1994, 776).

10 Parmi lesquels ne figure pas Michel Foucault.

11 Le Gai-Pied, n° 3, juin 1979.

12 Le Gai-Pied, n° 10, janvier 1980.

13 Le Gai-Pied, n° 12, mars 1980.

14 Le Gai-Pied, n° 9, décembre 1979.

15 Libération, 22 mars 1979.

16 Guy Hocquenghem, Libération, 21 janvier 1979.

17 France-Soir, 13 janvier 1979.

18 Le Gai-Pied, n° 13, avril 1980.

19 Le Gai-Pied, n° 2, mai 1979.

20 Homophonies, n° 2, décembre 1980.

21 Le Gai-Pied, n° 35, février 1982.

22 Libération, 21 janvier 1979.

23 Michel Foucault, « La loi de la pudeur », entretien avec Jean Danet et Guy Hocquenghem, France-Culture, 4 avril 1978 in Foucault (1994).

24 Le Monde, 26 janvier 1977.

25 Composé principalement de « lecteurs de Libé », d’après Libération, 1er mars 1979.

26 Extraits d’une lettre de Françoise Dolto, 11 novembre 1977, cité in Recherches (1979, 84-86).

27 Gai-Pied Hebdo, n° 62, 26 mars 1983.

28 Le Gai-Pied, n° 33, décembre 1981.

29 Ibidem.

30 Le Gai-Pied, n° 34, janvier 1982.

31 Le Gai-Pied, n° 37, avril 1982.

32 Homophonies, n° 19, mai 1982.

33 Le petit gredin, n° 1, printemps 1982.

34 Libération, 16 juin 1983.

35 Michel Foucault, « La loi de la pudeur », (entretien avec J. Danet, P. Hahn, et G. Hocquenghem, Dialogues, France-Culture, 4 avril 1978), Recherches, n° 37, avril 1979, pp. 69-82.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Bérard, « De la libération des enfants à la violence des pédophiles. La sexualité des mineurs dans les discours politiques des années 1970  », Genre, sexualité & société [En ligne], 11 | Printemps 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 26 mai 2017. URL : http://gss.revues.org/3134 ; DOI : 10.4000/gss.3134

Haut de page

Auteur

Jean Bérard

Agrégé et docteur en histoire, chargé d’études au Fonds d’expérimentation pour la jeunesse, Centre de recherches historiques Paris 8 Vincennes-Saint-Denis

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org