Navigation – Plan du site
Dossier

De parias à victimes. Mobilisations féministes sur la prostitution en France et au Canada (1880-1920)

From pariahs to victims. Feminist mobilizations on prostitution in France and Canada (1880-1920)
Yolande Cohen

Résumés

Des mouvements abolitionnistes s’opposent à la règlementation stricte de la prostitution en Europe, tandis que c’est plutôt la prohibition qui est préconisée par les mouvements contre la tolérance, prédominante en Amérique du Nord. Dans cet article, l’analyse comparée des propositions des Conseils nationaux de femmes françaises et canadiennes permet à l’auteure de montrer qu’ils ont eu un impact important dans l’adoption de pratiques néo-règlementaristes, réduisant ainsi l’écart entre les deux continents. En contestant la double morale en vigueur dans leurs pays, les Conseils légitiment leur intervention par leur expertise des questions féminines sur les questions de morale, contribuent à intégrer les prostituées dans un régime de droit et à transformer leur statut de « parias » en « victimes (des hommes) ». Après avoir établi leur action sur des identités de genre, opposant les femmes (victimes) aux hommes, les deux Conseils évoluent vers des demandes d’égalité entre les sexes, pour l’unité de la morale qui culmine dans la lutte contre le trafic des femmes. Avec la lutte contre le trafic des femmes, la prostitution est une des premières grandes batailles remportées par des féministes sur la scène tant nationale que transnationale avec l’adoption de législations reconnaissant de nouveaux droits aux prostituées après la Première Guerre mondiale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article présente les résultats d’une recherche réalisée dans le cadre du projet que je dirige, (...)

1À l’orée du XXe siècle, des femmes réformatrices se saisissent de la question de la prostitution pour redéfinir la morale publique1. Un débat transnational s’ensuit qui se traduit par une série de propositions législatives marquées par des clivages qui se font principalement sur un axe de genre. Des mouvements abolitionnistes s’opposent à la règlementation stricte de la prostitution en Europe, tandis que c’est plutôt la prohibition qui est préconisée par les mouvements contre la tolérance, qui confine souvent au laxisme, prédominante en Amérique du Nord (McLaren, 1986 ; Backhouse, 1988). C’est en France que sont adoptées les premières lois qui tentent de règlementer la prostitution au nom de la prophylaxie morale et hygiéniste. Considérées comme les principales responsables de la propagation des maladies vénériennes, les femmes soupçonnées de racolage et de prostitution doivent être enregistrées auprès des autorités locales et se soumettre régulièrement à des examens médicaux (Corbin, 1982, 55-57 ; Käpelli, 1990, 16). L’enregistrement restreint leur circulation, leur accès à d’autres métiers et même au mariage (sauf si elles parviennent à faire retirer leur nom du registre de police, une opération complexe et parfois impossible). La police des mœurs (Berlière, 1992, 24 ; Gérols, 1994, 6) est chargée de poursuivre les femmes infectées, « insoumises » (non-enregistrées) ou coupables de racolage et de les emprisonner pour délit de prostitution (Corbin, 1982, 142-153 ; Gérols, 1994, 10). Les hommes, clients ou proxénètes, ne sont pas touchés par cette règlementation. Ce régime des mœurs, qui laisse une grande place à l’arbitraire policier, contribue à la marginalisation des prostituées, confinées à des mécanismes de contrôle particuliers, qui relèvent de la police plutôt que de la justice (Machiels, 2008).

  • 2 Judith Walkowitz souligne que cet interventionnisme étatique dans la vie privée se fait au nom d’un (...)

2Au Canada, l’ancienne loi sur le vagabondage, le Novia Scotia Act de 1759, constitue jusqu’à la promulgation du Code criminel en 1892, le seul dispositif législatif destiné à réguler la prostitution. Une tentative règlementariste voit le jour avec l’adoption du Contagious Diseases Act, voté en 1865 mais qui n’a pas été appliqué (McLaren, 1986, 127 ; Backhouse, 1989, 388-390). À partir des années 1920, une série de lois et d’amendements, qui ne visent pas uniquement à protéger la société des maladies vénériennes, tentent d’éliminer le « vice commercialisé » en sévissant contre les propriétaires de bordels, les proxénètes et les responsables du trafic sexuel. Elles révèlent une préoccupation protectionniste nouvelle de la part des pouvoirs publics, traditionnellement peu enclins à intervenir dans ce qu’ils considèrent comme relevant de la sphère privée (Walkowitz, 1980 et 1992)2.

  • 3 Le médecin hygiéniste Parent-Duchâtelet stigmatise les prostituées et contribue à les marginaliser (...)

3Ce sont ces convergences dans l’organisation législative de la prostitution et le triomphe de ce que l’on a appelé le néo-règlementarisme de part et d’autre de l’Atlantique que nous avons voulu scruter. L’activité intense déployée par les mouvements réformateurs transnationaux nous paraît avoir eu un impact non négligeable sur le fait que les écarts entre les deux continents se réduisent en moins de vingt ans, aboutissant à des situations relativement semblables. On cherchera à montrer ici que ces mouvements réformateurs, très fortement influencés par des groupes de femmes organisés, ont fait de la prostitution une des premières grandes batailles féministes. Ainsi, les mouvements en faveur de la tempérance et de la prohibition, prédominants en Amérique du Nord, et les mouvements plutôt abolitionnistes d’Europe évoluent vers des demandes d’égalité entre les sexes. Ils légitiment leur intervention par leur expertise des questions féminines, contribuent à transformer le statut des prostituées de « parias » en « victimes (des hommes) », et à intégrer les prostituées dans un régime de droit3.

  • 4 Cette enquête s’appuie sur le dépouillement des archives du CNFF (au CEDIAS) et du NCWC (Archives N (...)

4À leur initiative est fondé le Conseil international des femmes (CIF), organe qui crée à son tour des Conseils nationaux partout en Occident (Gubin et Van Molle, 2005). La comparaison des positions du Conseil national des femmes françaises (CNFF) et du National Council of Women of Canada (NCWC) sur cette question nous permet d’analyser ce qui fut l’un des moments marquants des féminismes de la première vague (Cohen, 2006), aujourd’hui presque complètement effacé de l’historiographie4. Ces organisations considèrent que c’est la double morale qui conduit les prostituées à être les victimes de l’exploitation sexuelle des hommes. Le passage de la condition de paria à celle de victime signale pour les prostituées et pour les femmes qui les défendent un changement dans les méthodes et les formes du combat féministe.

5Nous voulons montrer que la réforme morale qu’elles préconisent en réclamant une morale unique pour les femmes et pour les hommes ouvre un nouvel espace de solidarité où l’identité de sexe (la prostitution masculine est presque complètement exclue et impensée) définit une communauté d’intérêts entre des femmes d’origines sociales très différentes. C’est cette construction, établie sur une identité de genre (une morale féminine) qui devient une revendication en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes au cours du débat, que nous analyserons ici. Cette campagne de réforme morale et sociale permet-elle à ces femmes, provenant pour la plupart des nouvelles élites professionnelles et urbaines, de marquer du sceau du genre les réformes adoptées par la Troisième République en France et par la toute jeune Confédération Canadienne ? L’intégration de ces femmes à la middle-class américaine que Joseph R. Gusfield (Gusfield, 1955) a constatée dans sa lumineuse étude de la Women’s Christian Temperance Union (WCTU), serait-elle une autre façon de féminiser les mœurs et les cultures nationales, ouvrant la possibilité de changer le statut des prostituées et des femmes qui les soutiennent ?

6Si des historiennes ont bien montré la diversité des positionnements abolitionnistes et féministes dans la formulation des propositions législatives (Maugère, 2011), elles ont eu toutefois tendance à caractériser d’antiféministe, de conservatrice (Valverde, 1991) ou même de raciste (Strange et Loo, 1997 ; Strange, 1995 ; Myers, 1995 et 2006), la contribution de celles qui défendent la prohibition au nom de la pureté sociale (social purity) (Cook, 1995 ; Bacchi 1983 ; Strong-Boag, 1976 ; Newton, 1995). C’est en étudiant le caractère transnational de ces organisations de femmes (Bard et Taraud, 2003) que Christine Machiels (2008) et Anne-Marie Käpelli (1990) montrent les liens étroits entre abolitionnisme (Fédération abolitionniste internationale (FAI) et l’Union internationale des amies de la jeune fille) et féminisme (Rochefort, 2000).

7Nous irons plus loin en montrant que les fondatrices des Conseils nationaux, tant en France qu’au Canada, se saisissent de la question de la prostitution à la fin du XIXe siècle pour imposer leur façon de concevoir la morale publique et en font une des premières grandes campagnes féministes transnationales. Après vingt ans de débat, elles ont réussi à faire valoir les principes de l’égalité des droits des femmes au travail, à un salaire égal pour un travail égal et l’égalité dans le mariage, transformant leur position prohibitionniste et moralisatrice en revendication d’égalité entre les sexes. En jouant tantôt sur les registres nationaux tantôt internationaux, le CNFF et le NCWC abandonnent des postures étroitement confessionnelles et puritaines, voulant la prohibition de la prostitution, et s’affirment comme des représentants des intérêts de toutes les femmes, y compris les prostituées, en faveur d’un traitement de droit, pour la justice. Leur perspective réformatrice, qui va de la rédemption à l’éducation sexuelle des jeunes, a permis d’inclure les prostituées dans la communauté et de les sortir d’une stigmatisation victimisante. Comment s’est opéré ce passage d’une position « puritaine » à une position « égalitaire » ? Qui en étaient les principales actrices ? Et quelle rhétorique mobilisent-elles ? On distinguera deux grands moments : une première période marquée par leur action en faveur de la rédemption des femmes prostituées, suivie d’une seconde marquée par la mobilisation transnationale pour sauver toutes les femmes victimes de la « traite des blanches ».

L’action philanthropique des femmes au Canada et en France : condamnation du vice et réforme morale

  • 5 Son premier voyage en France remonte en 1874 et à cette occasion, elle prend notamment contact avec (...)

8Issu du milieu protestant européen et sensibilisé au sort des femmes emprisonnées, un petit réseau de femmes découvre la lutte abolitionniste, dont la figure de proue est incarnée par Josephine Butler, une philanthrope anglaise issue d’une famille ayant combattu l’esclavage (Regard, 2013). Relayé en France par Émilie de Morsier, Sarah Monod et la famille Bogelot, ce réseau se déploie entre 1874 et 1877, d’abord en Suisse et en Belgique, puis en France5 et fonde en 1877 la Fédération abolitionniste internationale qui succède à la Fédération britannique continentale et générale abolitionniste (FAI, 1931, 3 ; Käpelli, 1990, 31). Certaines d’entre elles, à l’instar de Josephine Butler, réclament une moralisation de la société, basée sur la chasteté et la fidélité conjugale, souhaitent l’abolition de la règlementation, et ultimement la prohibition de la prostitution. Elles se réclament du respect des valeurs dites féminines telles que la compassion, la sensibilité, l’empathie ou le sentiment maternel.

« La femme doit grandir, magnifier son rôle de mère, l’élever jusqu’à l’abstraction car jusqu’ici elle est restée la mère trop exclusivement axée sur le concret. Elle doit s’intéresser à tout ce qui est humain, se pénétrer des grandes lois scientifiques, afin de rectifier son génie instinctif, enrichir son esprit pour faire équilibre avec les trésors de son cœur… Et après avoir agrandi sa conscience et s’être bien convaincue que sa fonction essentielle et inéluctable est d’être mère, […] elle créera la science de l’éducation. Elle ne sera plus seulement la mère autour du berceau. » (Avril de Sainte-Croix, 1907, 161).

  • 6 Également, des sociétés philanthropiques telles que la Société pour le droit des femmes, fondée par (...)
  • 7 Yannick Ripa montre bien les désaccords de fond qui opposent Yves Guyot et Joséphine Butler dès les (...)
  • 8 Carole Pateman considère que la domesticité féminine et la restriction à un rôle maternel et « priv (...)

9On les retrouve aux côtés d’autres militantes, actives dans l’Association française pour l’abolition de la prostitution officielle ou à la Ligue démocratique pour l’amélioration du sort des femmes6, qui réclament quant à elles la défense des droits des prostituées. Plus radicaux encore, le député français Yves Guyot et la philosophe Maria Deraismes réclament que l’égalité entre les femmes et les hommes s’applique aussi à la prostitution7. Maria Deraismes et Madeleine Pelletier demandent d’accorder aux femmes la liberté de leur corps en éliminant le régime des mœurs. Madeleine Pelletier préconise l’émancipation sexuelle des femmes comme un moyen d’invalider le système de domination masculine et familiale (Pelletier, 1911 et 1928). Avec l’avocate Maria Vérone, ces dernières militent pour que soit reconnue la responsabilité des hommes dans la prostitution. Maria Vérone plaide pour défendre les prostituées encartées. Elles condamnent la double morale qui soumet les femmes à leur famille et à leur mari, à la source des inégalités sociales entre les deux sexes8. Elles plaident également pour le droit à une sexualité saine où le plaisir est reconnu, tant pour les femmes que pour les hommes.

10Issues des milieux philanthropes, francs-maçons, socialistes, saint-simoniens, féministes, prohibitionnistes, ces militantes convergent au sein d’un mouvement multiforme qui réclame autant l’abolition de la règlementation de la prostitution qu’il se prononce en faveur de la liberté sexuelle des femmes, contre la double morale et pour la défense des droits des femmes (Rochefort et Klejman, 1989 ; Rochefort, 2000). La question de la prostitution devient ainsi le point de ralliement de groupes aux revendications et intérêts divergents, mais dont le projet commun est d’affirmer le rôle social (et moral) des femmes. Fait particulier à la France, le combat abolitionniste est une affaire qui rassemble les milieux anticléricaux (Poujol, 2003, 238).

11Au Canada, où les églises protestantes sont majoritaires et en compétition entre elles, l’anticléricalisme libéral est minoritaire. Contrairement à la Grande-Bretagne, où un discours à saveur radicale se fait entendre, au Canada, les différentes églises protestantes, qui dominent le champ politique, font entendre un discours plus réformiste (McLaren, 1986, 129). Très préoccupés par la présence du « vice » dans les villes, les mouvements réformateurs, qui regroupent des ligues de moralité, des autorités religieuses, des associations de femmes et des organisations de tempérance, souhaitent sa prohibition. Même si, à l’instar des abolitionnistes anglais, le combat qu’ils mènent a essentiellement des visées législatives, il ne s’agit pas ici d’abroger une loi existante, mais plutôt de renforcer la législation afin de mettre fin à la tolérance dont bénéficierait la prostitution. Contrairement à la France, où l’on voit une dissociation entre un protestantisme libéral en politique et conservateur en religion, au Canada, l’affirmation d’une stricte morale puritaine se fait à la fois en termes religieux et politiques. C’est pourquoi ces mouvements de femmes ont souvent été caractérisés par des historiennes comme des mouvements très conservateurs, nationalistes et même parfois suprématistes (blancs).

Tempérance, prévention, éducation et relèvement moral

12Dès sa création en 1874, la Women’s Christian Temperance Union (WCTU) canadienne se propose de combattre le vice sous toutes ses formes (Strange et Loo, 1997, 70 ; Gusfield, 1955, 222-224). À l’instar de leurs consœurs états-uniennes, ces militantes sont des femmes de la bourgeoisie, préoccupées de transmettre une morale bourgeoise aux immigrantes et aux femmes des classes inférieures. Des affiches, en anglais et en français, sont collées dans des stations de tramway en périphérie de Montréalpour mettre en garde les jeunes femmes contre les dangers de la ville (WCTU, 1887, 19). La section montréalaise de la WCTU se dote d’un département consacré à la « pureté sociale », qui met sur pied différents programmes, parmi lesquels un service d’aide aux voyageuses, un refuge et des salles de lectures. La WCTU presse les mères et les éducatrices d’informer les jeunes filles sur la sexualité, affirmant que l’ignorance ne garantit pas la pureté, mais constitue plutôt une arme contre elle. L’homme est le séducteur, la femme sa victime et malheureusement la loi tend à favoriser l’homme. Ainsi, la WCTU dénonce la loi qui fixe à 16 ans l’âge du consentement sexuel des filles, mais qui ne permet pas de poursuivre les solliciteurs de moins de 21 ans (Mitchinson, 1979, 162). Si en France le silence sur l’éducation à la sexualité semble de mise pour les jeunes filles, comme l’ont montré les travaux de Gabrielle Houbre pour le XIXe siècle et Anne-Claire Rebreyend pour une bonne partie du XXe siècle (Houbre, 1997 ; Rebreyend, 2008), au Canada la critique de la double morale sexuelle ne s’accompagne pas pour autant d’une éducation à la sexualité. On peut aussi y voir une victimisation des prostituées considérées par ailleurs aussi comme des séductrices des hommes.

13Ayant obtenu une première victoire avec l’adoption de la Loi de tempérance en 1878, la WCTU réclame la prohibition totale de la vente d’alcool. Sur cet enjeu lié à la moralité publique, la mince victoire des partisans de la tempérance au plébiscite national tenu en 1898 ne suffit pas à convaincre le gouvernement Laurier d’imposer une telle mesure. C’est alors que ces groupes songent à se rassembler pour faire passer leurs réformes. Bien implantées dans leurs milieux, les sections locales de la WCTU et de la Young Women’s Christian Association (YWCA) parviennent à obtenir la création des écoles de réforme pour garder les « filles vertueuses dans le droit chemin » (keep good girls good) (Myers, 2006, 45). Dans les années 1870 et 1880, la progressiste YWCA offre quant à elle une variété de programmes destinés aux familles de la classe ouvrière, en plus de maisons d’hébergement, et des Maisons de Madeleine (Magdalene Homes), même si cela lui vaut de perdre le support financier de philanthropes qui refusent d’être associés à une institution pour « femmes déchues » (Pedersen, 1996, 201).

  • 9 Maison d’intégration, orphelinat, hôpitaux, foyers temporaires, aide à l’emploi, etc. (De Morsier, (...)
  • 10 En effet, parmi les prostituées enregistrées à Paris, il apparaît qu’une très mince minorité aurait (...)

14En France, les réformatrices insistent aussi sur l’éducation au sein de maisons de réformes9 et sur l’éducation des mineures (Fayet-Scribe, 1990, 45 ; Rogers et Thébaud, 2010). Ainsi L’Œuvre des libérées de Saint-Lazare, fondée par Pauline de Grandpré, préconise le « relèvement moral » des femmes déchues incarcérées à l’hôpital-prison de Saint-Lazare, par leur formation à certains métiers par exemple ou par le mariage, et devient rapidement le lieu de ralliement de nombreuses féministes laïques. Sous la présidence d’Isabelle Bogelot, L’Œuvre sera présente aux réunions du CIF en 1902, aux côtés de L’Œuvre libératrice fondée par Ghénia Avril de Sainte-Croix. La Société des amies de la jeune fille va par ailleurs militer en faveur de la prévention, en favorisant l’accès à des formations professionnelles dans des lycées ou des ateliers10, de même que la mise en place d’un programme de dotation leur permettant d’épargner une portion de leur revenu jusqu’à leur mariage (De Morsier, 1897, 89).

  • 11 Notamment, le cas de la femme dont le mari visite les prostituées, qui serait victime de maladies v (...)

15Ces philanthropes considèrent la règlementation comme un encouragement à la dissolution des mariages et des familles11, et donc comme un enjeu lié à la moralisation de la société. Championnes de la morale publique, elles veulent avoir leur mot à dire sur une question qui concerne l’ensemble des femmes. En questionnant le genre du « vice », et en attribuant aux hommes la responsabilité de sa propagation, elles indiquent leur détermination à enrayer un fléau social où femmes et hommes doivent être interpellés de façon égale (Gordon, 1996, 185). Cette dimension genrée du discours abolitionniste français revient lors du débat concernant la traite des blanches, où l’homme n’est plus seulement synonyme de souteneur, mais bien de kidnappeur, de séducteur et de trafiquant de jeunes femmes « innocentes ». Dans ce processus, la revendication de droits politiques égaux devient une façon d’appliquer les principes républicains d’égalité et de justice (Ladame, 1914, 9). Au nom d’une vision morale du rôle des femmes, ces philanthropes rejoignent le mouvement abolitionniste qui va faire de cette réforme judiciaire la base de la revendication de droits civiques égaux pour les femmes. Elles obtiennent une première victoire avec l’adoption en 1885, d’un article ajouté à la loi sur le vagabondage punissant les récidivistes, les organisateurs de jeux illicites et les souteneurs qui encouragent la prostitution, dans un souci de sécurité sur les voies publiques (Maugère, 2011, 131-132). Cet article signale le transfert de la responsabilité criminelle de la prostituée vers le proxénète et rompt avec les refus répétés de la Chambre d’intervenir sur la question.

16Au Canada, on assiste à un mouvement semblable de réforme de la législation concernant le vagabondage. Fortes du soutien des églises protestantes (presbytérienne, congrégationaliste et méthodiste), des organisations réformatrices canadiennes, inspirées du réformisme britannique, telle la Society for the Protection of Girls and Young Women, fondée en 1883, désirent inclure dans le droit criminel des dispositions destinées à la protection des jeunes femmes et des enfants (McLaren, 1986, 135). Les conditions de vie déplorables des jeunes de la rue et des jeunes filles exploitées sont dénoncées, et leurs recommandations concernant la « protection » des femmes et des enfants sont consignées dans le Code criminel canadien, adopté en 1892. La loi sur le vagabondage inclut désormais des articles qui visent la protection des femmes et des enfants ; les femmes de moins de 21 ans, qui ne sont plus considérées comme des « prostituées communes » ou « personnes immorales », bénéficient d’un traitement différent (Ibid, 1986, 135) ; les proxénètes ou toute personne cherchant à « entraîner des jeunes filles innocentes à la prostitution » (Ibid, 1986, 136), sont passibles d’emprisonnement (deux ans) avec travail forcé.

17Une lexicographie particulière, nouvellement construite par les réformateurs (hommes et femmes), officiers au sein du gouvernement ou dans l’appareil judiciaire, apparaît ainsi dans les sources dépouillées. Révélateurs de leur conception d’une nouvelle moralité publique, ces mots soulignent les lieux de leur intervention possible : ils et elles veulent combattre le « vice », dont ils reconnaissent désormais l’existence comme une conséquence de la vie dans les villes, au nom d’une « morale publique » qui n’est pas la double morale d’avant, et offrent même aux prostituées un « relèvement moral », et mieux encore, leur « protection ». Particulièrement ciblée, la sexualité juvénile sous toutes ses formes est l’objet de cette sollicitude et justifie l’intervention protectrice des adultes réformateurs parce qu’elle est supposée « fragile ». Les historien-ne-s de la sexualité ont montré combien ces discours, construits sur la morale du temps, véhiculent des considérations de classe et de genre dont il est difficile de démêler ce qui relève des pratiques ou de l’imposition d’une sexualité normée (Blanchard, 2010).

18Si l’adoption des lois fédérales reflète une volonté prohibitionniste clairement partagée par les réformateurs au Canada, sur le terrain l’application de ces lois reste problématique. Les forces policières continuent de faire preuve de tolérance, tandis que les administrations municipales sont confrontées à des juridictions diverses, selon les villes, et des ententes entre police, tenancières et politiciens locaux. Face à cette demi-victoire, les mouvements réformateurs doivent alors tenter de faire appliquer les lois à travers le Canada et se doter d’organisations pan-nationales. Au même moment en France, féminisme et abolitionnisme deviennent indissociables et les liens créés à travers leurs organisations permettent une diffusion transnationale de ces débats. Grâce aux liens internationaux créés par les membres des Conférences de Versailles et au sein du Conseil international des femmes (CIF), fondé en 1888 à Washington, Isabelle Bogelot et Avril de Sainte-Croix vont établir des liens durables avec les féminismes américains et anglais. S’y retrouvent également les féministes canadiennes qui vont fonder le NCWC. De fait, ces mouvements sont d’abord transnationaux avant de devenir nationaux : les fondatrices du NCWC au Canada se rencontrent aux congrès du CIF avant de penser à créer une organisation nationale. En France, la rencontre entre abolitionnistes et féministes se réalise par des liens informels, qui se concrétisent au sein du CIF et qui aboutissent ensuite à la fondation du CNFF. Ces deux organisations, créées dans la foulée des congrès internationaux du CIF, contribuent à leur tour à transformer les objectifs de cet organisme, qui avait fait du droit de suffrage des femmes sa principale revendication, et dont le but est désormais de réclamer des réformes sociales et morales en leur faveur.

Sortir les prostituées de leur situation de parias : une campagne transnationale

19Fondé à Washington en 1888, le CIF adopte une plateforme d’abord et avant tout centrée sur le droit de suffrage des femmes. Avec l’arrivée de Lady Aberdeen, l’épouse du gouverneur général du Canada, le CIF s’oriente davantage sur la promotion du bien-être des femmes. Figure emblématique du CIF, elle en est la présidente de 1904 à 1920 et de 1922 à 1936 et fonde, avec trois autres canadiennes présentes au congrès, le NCWC dont elle est aussi la présidente. La prostitution domine les débats lors des congrès internationaux de Londres en 1899, de Paris en 1900, de Lyon en 1901, de Genève en 1906. Sur la prostitution officielle, le Congrès pénitentiaire international de Paris rassemble cette même année les partisans de l’abolition de la règlementation, qui vise les États règlementaristes européens.

  • 12 Alban Jacquemart note bien ce changement dans la participation des hommes aux mouvements féministes (...)

20Ces rencontres renforcent la détermination de ces femmes à parler par elles-mêmes. Les hommes, qui dominaient jusque-là les groupes abolitionnistes, sont écartés des postes décisionnels et sont relégués à un rôle de soutien12. Ce sont elles qui décident de rassembler les femmes impliquées dans ces mouvements au sein des Conseils nationaux, qui fédèrent leur action dans plusieurs pays occidentaux, dont la France et le Canada. Dans sa constitution, le CIF stipule avoir pour but « d’établir une communication constante entre les associations de femmes de tous pays ; de leur fournir des occasions de se rencontrer et de délibérer sur les questions relatives au bien public et à la sécurité de la famille et de l’individu » (Avril de Sainte-Croix, 1907, 109). Avec la création des Conseils s’amorce une nouvelle ère dans le combat abolitionniste, mené désormais par des femmes, et élément déclencheur des réformes judiciaires.

La création des Conseils nationaux des femmes et la bataille juridique

21Cinq des six fondatrices du CNFF sont membres de la Fédération abolitionniste internationale (FAI). Du coté des philanthropes, on retrouve Sarah Monod, Mme Jules (Julie) Siegfried et Ghénia Avril de Sainte-Croix et, du côté des militantes plus radicales, Maria Pognon, Marie Bonnieval et Mme Wiggishoff (Rochefort et Klejman, 1989, 151 ; Avril de Sainte-Croix, 1907, 147). Isabelle Bogelot, déléguée française de la FAI, est aussi à l’origine des contacts entre le CIF et les Conférences de Versailles. Bogelot est également présidente du CNFF à partir de 1922 et présidente de l’Œuvre des libérées de Saint-Lazare. D’autres figures majeures de l’abolitionnisme, comme Émilie de Morsier et Marguerite de Witt-Schlumberger, se joignent au comité exécutif du CNFF par la suite. De sa création jusqu’aux années 1920, le CNFF, dominé par les militantes abolitionnistes, considère que ce combat englobe toutes les autres revendications féministes.

22C’est le CNFF qui coordonne la campagne de presse pour la conquête de l’opinion publique et pour une réforme législative. L’action féminine, La femme, La Française, Le Musée-social, Le relèvement moral et La jeune française, de même qu’un grand nombre de périodiques chrétiens, protestants et féministes, comme La fronde (Roberts, 2005, 93), offrent leur tribune à l’abolitionnisme, dénonçant la double morale et recommandant la prévention.

  • 13 Bérenger sera toutefois vivement pris à partie par Maria Vérone, car demeure dans la loi un vide ju (...)

23Décisives, ces dix années avant la Première Guerre mondiale sont marquées par l’adoption, en France, de nouvelles lois, qui sont considérées comme des victoires abolitionnistes. L’inclusion d’arguments moraux en faveur de la protection des prostituées dans la loi de 1903 porte la marque des propositions législatives issues du Congrès de Londres de 1899 sur la traite des blanches et celles de la Conférence internationale pour la répression de la traite des blanches qui s’est tenue à Paris en 1902 (Maugère, 2011, 422). Des projets de lois, présentés à titre individuel par des élus sensibilisés à la cause féministe et réunis au sein du groupe parlementaire des droits des femmes (René Viviani, Edmond de Pressensé, Georges Berry et Paul Meunier), sont soumis au parlement et témoignent de la volonté de leurs promoteurs d’intégrer ces arguments moraux à la législation française. Le sénateur René Bérenger fonde sa carrière politique sur le combat contre la prostitution des mineures, la lutte à la pornographie et la protection de la jeunesse (Corbin, 1982, 378)13.

24La possibilité d’un « relèvement moral » des prostituées est reprise intégralement du discours philanthropique. Également, la nouvelle définition du souteneur, « celui qui aide, assiste ou protège la prostitution d’autrui sur la voie publique et en partageant sciemment les profits » (Maugère, 2011, 135), contribue à modifier l’article 4 de 1885 sur les récidivistes. La loi préconise des mesures protégeant les mineures face aux proxénètes, ainsi que les femmes majeures dans les maisons de débauche :

« 3. Quiconque pour satisfaire les passions d’autrui, aura par fraude ou à l’aide de la violence, menaces, abus d’autorité ou tout autre moyen de contrainte, embauché, entraîné ou détourné une femme ou une fille majeure en vue de la débauche. 4. Quiconque aura par les mêmes moyens, retenu contre son gré, même pour cause de dettes contractées, une personne même majeure, dans une maison de débauche ou l’aura contraire à se livrer à la prostitution. » (Maugère, 2011, 421)

25La loi ne vise pas comme par le passé à retirer la prostitution de la voie publique ; elle est la première intervention législative dans le domaine de la prostitution menée en privé, dans les maisons closes ou ailleurs. Malgré de nombreux débats sur le devoir du législateur quant au respect de la sphère privée, le parlement adopte les amendements de Bérenger, qui renforcent le caractère moralement répréhensible de la prostitution et de son commerce.

  • 14 Elle est également la directrice de la Section morale du CIF et est dans le conseil exécutif du CNF (...)

26Cette « victoire » législative des réformatrices se prolonge au sein de la Commission extra-parlementaire sur le régime des mœurs (1903-1906). Mise sur pied pour discuter de l’avenir du régime des mœurs, à l’occasion du centenaire du Code Napoléon, elle rassemble des personnalités recrutées tant dans les milieux règlementaristes que chez les abolitionnistes et les néo-règlementaristes. Avec la nomination d’Avril de Sainte-Croix en son sein, la légitimité du rôle du CNFF dans ce débat est reconnue14. Le réseau abolitionniste y est également bien présent : il s’agit du sénateur Paul Strauss, des députés Paul Meunier et Edmond de Pressensé, du conseiller Turot, du député Yves Guyot, de Louis Comte et du docteur Louis Fiaux (Victor, 1907, 165), tous impliqués dans les associations féministes, abolitionnistes et de défense des droits de l’homme. La Commission, qui siège de 1903 à 1906, publie à l’occasion de la clôture de ses travaux un ensemble de propositions destinées à réformer le Code civil au sujet du régime des mœurs. Elle recommande l’égalité des sexes devant la morale et devant les lois, condamne l’arbitraire de la police des mœurs et signale le besoin de réintroduire les procès de prostitution dans le droit commun, plutôt que d’en laisser la gestion à la police. Si la tenue de cette Commission est un succès sans équivoque pour la cause abolitionniste, les résultats tangibles sont toutefois limités. En effet, Paul Meunier présente en 1906 un projet de loi s’inspirant fortement des conclusions de la commission, incluant notamment la suppression de la mise en carte et de la visite médicale. Or, ce projet immense n’est pas même discuté au parlement français.

  • 15 Maisons qui, en place et lieu des maisons closes qui retiennent les filles sous contrat, louent des (...)
  • 16 L’hôtel garni est un commerce hôtelier fréquenté exclusivement par des filles en cartes (enregistré (...)

27Toutefois, une série de réformes, inspirées des conclusions de la Commission et adoptées entre 1906 à 1908, vont changer les conditions de vie des prostituées en France. Au sein de la police, le régime des mœurs est suspendu provisoirement entre 1904 et 1908. Autre signe de changement, aux asiles et prisons où sont enfermées les prostituées, succède un système de dispensaires gratuits où les prostituées et les vénériens civils peuvent se faire soigner. Les vénériens sont désormais traités dans des hôpitaux généraux avec les cas dermatologiques plutôt que dans la prison-hôpital. Par ailleurs, on inclut en 1908 les maisons de rendez-vous15 au nombre des établissements couverts par la juridiction de la police des mœurs, déclarés lieux de débauche au même titre que les hôtels garnis16 et les maisons closes.

  • 17 Les principales contestations au régime des mœurs portent sur le vide juridique qu’il crée concerna (...)

28L’application du régime des mœurs aux mineurs suscite un véritable tollé. L’augmentation de l’âge de la majorité, auparavant établi à 16 ans et porté à 18 ans en 1906, fait ressurgir la question de la sexualité des mineures et de leur protection par la loi17. Rédigée par le sénateur Bérenger, la loi du 15 avril 1908 dispose que les mineures trouvées coupables de prostitution ou de racolage sur la voie publique doivent être envoyées en maison de réforme ou de relèvement, jusqu’à leur mariage ou leur majorité. Dans l’éventualité d’une enquête, le juge a dorénavant la possibilité d’intervenir auprès de la famille de la victime, sans le consentement du père (Maugère, 2011, 136). Elle mentionne également le cas de mineures trouvées en état de « débauche », condition qui entraîne les mêmes mesures de relèvement, mais l’enfermement est d’une durée plus limitée et la police ne peut intervenir que dans le cas de dénonciation par le tuteur de la mineure en question. Maria Vérone fait un de ses premiers grands plaidoyers pour montrer l’incurie de cette loi, inapplicable selon elle (Ripa, 2013).

29Le passage de la majorité légale de 16 à 18 ans provoque une augmentation des arrestations, que l’application de la loi de 1908 ne fait qu’amplifier (Corbin, 1982, 468). La révolte et la résistance des prostituées à leur arrestation empêchent leur transfert vers les maisons de redressement ; elles agressent les officiers chargés de les escorter, se dénudent sur la voie publique, et commettent divers méfaits lors de leur incarcération à la prison de Saint-Lazare en juillet 1908. Clémenceau repousse d’une année la date de la mise en œuvre de la loi, faute des infrastructures nécessaires à son application. Le manque de maisons et d’hôpitaux rend la mise en application de la loi impossible à la date de son entrée en vigueur, obligeant le parlement à retarder sa mise en pratique officielle (Berlière, 1992, 158). Ainsi contestée, la loi est maintenue dans le Code civil, mais n’est pas appliquée ; les magistrats utilisent pour l’essentiel les dispositions sur le vagabondage des mineur-e-s, et ce jusqu’en 1958 lorsque sont mises en place des mesures d’assistance éducative (Blanchard et Révenin, 2011 ; Blanchard, 2010).

La lutte contre la « traite des blanches » : une campagne transnationale

  • 18 Ce nouveau terme, bien qu’aujourd’hui désignant la circulation transnationale de travailleuses du s (...)

30Malgré les victoires législatives obtenues par les abolitionnistes entre 1880 et 1910, cet âge d’or de l’abolitionnisme en France (Corbin, 1982, 342 et 408-410), ces derniers intègrent désormais la lutte contre la « traite des blanches », terme adopté au plan international pour désigner l’ « importation » de femmes étrangères destinées à la prostitution18. Ce nouveau terme tapageur et accusateur va renouveler la littérature et l’argumentaire abolitionniste des deux côtés de l’Atlantique. En internationalisant la question de la prostitution, la « traite des blanches » favorise l’idée d’un combat international et moral contre les proxénètes et les trafiquants, un combat proche de celui des néo-règlementaristes (Machiels, 2008 ; Chaumont et Machiels, 2009). En effet, elles font appel à une communauté internationale imaginée qui interviendrait par des lois interdisant la traite. L’instrumentalisation du vocabulaire esclavagiste établissant un parallèle entre la traite des Noirs et la traite sexuelle des femmes blanches souligne la dimension mondiale d’un trafic sexuel qui s’est avéré largement imaginaire.

31Au Canada, ce moment marque un changement important dans la configuration des forces féministes, alors que les organisations philanthropiques de femmes engagées dans la lutte à la prostitution réalisent combien leur discours en faveur de la pureté sociale peut avoir des accents racistes et patriotiques et qu’émergent plus nettement des tendances féministes progressistes.

32Le NCWC et la WCTU ainsi que des militants du mouvement de pureté sociale, parmi lesquels le révérend Dr. Shearer du Moral and Social Reform Council et les principales églises protestantes, déplorent une hausse globale de la prostitution, particulièrement dans les maisons de débauche des grandes villes. Les débats parlementaires de cette période font aussi état de pressions du clergé catholique de Montréal, qui s’inquiète de la prolifération de maisons de désordre dans la ville (McLaren, 1986, 149). Le NCWC prend alors la direction de la mobilisation nationale contre la traite des blanches : en 1904, un Comité pour la suppression de la traite des blanches, dirigé par Asa Gordon, du Conseil local d’Ottawa et représentante du NCWC à l’international, est créé. Le congrès du NCWC recommande l’implantation de tels comités dans tous les conseils locaux en 1905 pour renforcer la coopération avec les forces policières (NCWC, 1905, 118). Des exemplaires du Code criminel sont distribués dans les sections locales pour sensibiliser les jeunes filles à leurs droits et à leur protection par la loi, si elles peuvent prouver leur chasteté (NCWC, 1906, 112). Le NCWC s’engage à les rencontrer à leur domicile, dans les écoles ou les manufactures, pour leur fournir de la documentation (NCWC, 1910, 57).

33Le NCWC réclame également la présence d’inspecteurs fédéraux de l’immigration à bord des liaisons ferroviaires entre les grandes villes du pays (NCWC, 1911, 28). Il suggère à la Moral Reform Association et aux Églises méthodiste et presbytérienne de distribuer des bulletins les informant du trafic sexuel des femmes. Des bureaux d’aide aux jeunes femmes arrivant de la campagne sont également installés dans les gares des grandes villes afin de prévenir les jeunes femmes des dangers urbains dès leur sortie du train. Un feuillet intitulé Girls, Beware produit par la WCTU y est notamment distribué (NCWC, 1910, 56).

34Le Comité pour la suppression de la traite des blanches du NCWC affirme inscrire son œuvre au sein d’un mouvement plus large fondé sur la « pureté sociale » :

« Nous nous réjouissons du fait qu’il y a un mouvement général à travers tout le Canada pour supprimer le commerce du vice social, incluant la traite des blanches pour que la pureté soit vraiment au centre de la vie de la nation. » (« We rejoice in the fact that there is a general movement throughout Canada to suppress the business of social vice, including the white slave traffic, for purity is the very foundation of national life. ») (NCWC, 1912, 49)

35Ce qui le conduit à répandre l’idée selon laquelle ce sont surtout des Asiatiques, principalement des Chinois, mais aussi des Japonais, qui sont responsables de l’exploitation sexuelle des Canadiennes dans l’ouest du pays (NCWC, 1912, 50-51). Mrs Thompson, du Conseil local de Victoria et de l’île de Vancouver, souhaite ainsi sensibiliser les mères blanches du danger qui guettent leurs filles si celles-ci répondent aux offres d’emploi d’infirmières, d’accompagnatrices ou d’enseignantes d’anglais affichées par des Chinois.

« Beaucoup de filles ont été perverties en répondant à des petites annonces de recrutement d’infirmières, de femmes de maison etc.. Je devrais envoyer une note d’avertissement aux mères qui autorisent leurs filles à aller dans les maisons des Chinois pour leur apprendre l’anglais. Elles courent un véritable danger. Aucun montant d’argent, ou de cadeaux ne pourraient dédommager une mère dont la fille aurait été pervertie ; ce qui est probable quand on pense à la morale dissolue et à l’opium des Chinois. » (« Many girls are led astray by answering advertisements for nurses, companions, etc.. I should like to send out a note of warning to mothers who allow their daughters to go down to Chinamen’s houses to teach them English. There is very grave danger, and no amount of money or presents can recompense that mother if her girl is led stray, and it is quite possible with the Chinaman’s loose morals and opium that such may be the result. ») (NCWC, 1908, 63)

36Cette vision raciale et xénophobe, à l’égard des Chinois en particulier, est caractérisée par des historiennes comme une manifestation de l’impérialisme féminin (female imperialism) de ces organisations (Pickles, 1996 ; Gauet, 1993). S’il est clair que ce comité participe à l’ostracisme des Chinois et à la campagne de dénigrement qui justifie finalement l’interdiction de l’immigration chinoise sur le territoire canadien, on ne peut toutefois généraliser cette analyse à l’ensemble du NCWC. Par exemple, ces arguments sont utilisés pour dénoncer le trafic de jeunes Chinoises en 1898, visant aussi leur protection (NCWC, 1898, 322). Toutefois, les positions du NCWC et de certaines autres organisations évoluent sous la pression de directives internationales et à mesure qu’elles se détachent de leurs référents religieux.

37Ainsi au YWCA, le discours religieux est progressivement mis en sourdine au profit de préoccupations sociales. Recrues particulièrement recherchées, les jeunes filles, âgées de 17 à 25 ans et nouvellement arrivées en ville, sont recherchées car on les croit plus ouvertes à la conversion religieuse (Pedersen, 1996, 197). Les militantes découvrent des orphelines, innocentes et vulnérables à la solitude, à l’exploitation et aux machinations de trafiquants ; ces prostituées sans ressource, venant de milieux ruraux, sont finalement décrites comme des victimes de la luxure masculine. La YWCA dénonce le double standard de moralité sexuelle dont elles sont les victimes et recommande leur protection. Pour sa part, le NCWC rapporte de nombreux témoignages dans lesquels des adolescentes ou jeunes femmes innocentes sont séduites par des hommes qui les conduisent ensuite dans des réseaux de prostitution. Le Comité pour la suppression de la traite des blanches incrimine aussi les femmes et évoque en 1907 les techniques de persuasion qu’elles utilisent :

« Les hommes et les femmes qui s’adonnent au commerce de la chair, qui vont dans des petites villes et, usant de la tromperie ou d’une somme d’argent – entre dix et vingt-cinq dollars – entraînent des filles simples à aller à la ville. Elles ont un peu moins de la vingtaine. […] Ces femmes et ces hommes abordent des jeunes filles dans la rue et leur proposent de les emmener faire un tour, ou de leur indiquer une direction ; lorsqu’elles sont emmenées, elles sont capturées. » (« Men and women who make it a practice to deal in human flesh, go to small towns and through misrepresentations and a sum of money from ten to twenty-five dollars, induce unsophisticated girls to go to the city. The girls are nearly under 20 years of age. […] Women and men accost young girls on the street and ask them to for a drive, or to direct them how to find a certain locality, when they are driven to a house and kept. ») (NCWC, 1907, 83)

38Le recrutement de ces jeunes filles se ferait par le biais d’un trafic international dans lequel le Canada est une zone de passage. On cite en exemple des jeunes filles qui partent de France et de Russie à travers un réseau sophistiqué les faisant transiter par Terre-Neuve et l’île d’Anticosti, avant d’être acheminées à Montréal et finalement aux États-Unis (NCWC, 1908, 62). Toutefois, le NCWC reconnaît que la grande majorité des jeunes filles victimes de la traite sont canadiennes. Il avance également que le mode d’opération classique des trafiquants consiste à déployer des agents de recrutement, d’apparence respectable, dans les lieux de divertissement afin de piéger des jeunes filles innocentes et vulnérables (NCWC, 1910, 58-59). Pour le NCWC, une fois qu’une jeune femme est entraînée dans cette spirale, il est déjà trop tard pour la « sauver ». Ainsi estime-t-il qu’il faut par tous les moyens empêcher les jeunes femmes encore vertueuses d’être soudoyées par des recruteurs.

Des droits égaux pour les prostituées : la jonction transnationale

39En juin 1905, à la réunion quinquennale du CIF à Berlin, les Conseils nationaux décident de mener un combat international contre le système organisé de trafic sexuel des jeunes filles de toute classe et origine ethnique, comportant des ramifications à travers le monde (NCWC, 1905, 116).

40Les initiatives municipales et gouvernementales menées ailleurs, notamment aux États-Unis où le mouvement progressiste exerce une influence croissante auprès des autorités, sont discutées au sein du NCWC. En 1906, Elizabeth Shortt informe le Comité pour la suppression de la traite des blanches des résultats d’une enquête menée à New York sur l’immigration des jeunes femmes et des mesures de protection requises afin de leur éviter d’aboutir dans des maisons de désordre. Elle suggère aux chapitres de Québec et de Montréal du YWCA d’en informer le gouvernement du Québec pour qu’il adopte des mesures semblables. On échange des informations, comme celles en provenance de la New York Vigilance Association, en 1908, concernant l’existence d’un réseau, dirigé par trois Français de passage à New York, exploitant plus de 1 000 jeunes Américaines qui se seraient retrouvées dans diverses villes du monde, notamment en Chine, à Cuba et en Afrique du Sud (NCWC, 1908, 61). Des ouvrages circulent, comme The White Slave Traffic, publié par le bureau londonien du mouvement et dédié à Lady Aberdeen ; War on the White Slave Trade, d’Ernest A. Bell, de Chicago ; de même que The Traffic in Girls, de Charlton Edholm, du Temple de Chicago (NCWC, 1911, 28).

41Ces liens avec d’autres Conseils nationaux et avec le CIF donnent au NCWC une nouvelle conscience des enjeux liés à la prostitution et contribuent à changer son orientation en mettant fin à la dimension raciste de la vision développée par son comité. La décision de renommer son Comité pour la suppression du trafic de la traite des blanches en Comité pour l’égalité et la prévention du trafic des femmes (Equal Moral Standard and Prevention of Traffic in Women) révèle sa volonté de se distancer de la promotion de la « pureté sociale ». Les réserves exprimées par le CIF sur le caractère racial de l’expression « traite des blanches » conduisent à inclure des femmes d’autres groupes raciaux (colour and race) dans ce combat et à reconnaître la liberté de celles qui s’adonnent de façon volontaire (free-will) à la prostitution:

« Miss Derick remarqua qu’au cours de la discussion au CIF, le nom semblait trop restreint : le trafic implique des femmes d’autres couleurs et d’autres races ; il implique la prostitution volontaire et libre ainsi que des questions d’éducation morale et de statut des hommes et des femmes. Le nouveau nom présente notre point de vue sur ces questions. » (« Miss Derick pointed out that in the discussion at the International Council the name was felt to be too narrow – The traffic involves women of other colour and race; that it involves free-will prostitution as well as questions of the moral teaching and standard for men and women. The new name is to embody our stand on these subjects. ») (NCWC, 1910, 61)

42La position du CIF met en avant des critères moraux établis sur l’égalité entre toutes les femmes, de toutes les origines les représentant non pas en victimes mais en femmes libres. Cette position tranche radicalement avec les discours moralisateurs et racistes précédents, et recommande plutôt la forme d’une mobilisation citoyenne basée sur la solidarité entre femmes.

« Nous croyons que les femmes vertueuses et fortes du Dominion nous apporteront leur soutien, et peu à peu, nous gagnerons ce combat. Il faut permettre que toutes les femmes chrétiennes puissent agir. Après avoir étudié avec attention cette dernière preuve, il faut que chacun se batte pour le bien avec la grâce de Dieu. Pour un seul individu, la lutte contre le trafic organisé peut sembler inégale et futile. Mais nous ne sommes pas seules. » (« We believe the good, strong women of the Dominion will support us, and, little by little, the victory will be won. Let every Christian woman be up and doing. After carefully studying the latest evidence, let each one go forth in the strength of God, to battle for the right. To one standing alone, the strife against this organized traffic might seem unequal and futile. But we do not stand alone. ») (NCWC, 1910, 53)

43Le NCWC adopte cette nouvelle orientation et réclame des changements législatifs, dont la hausse de l’âge légal du consentement sexuel des filles. Les femmes entre 16 et 21 ans, mineures aux yeux de la loi, mais responsables des risques qu’elles encourent sur le plan sexuel, se retrouvent dans une situation paradoxale qu’il convient de changer. Dénonçant le double standard dont sont victimes les femmes dans les charges policières contre la prostitution, le NCWC entame également en 1908 une campagne afin de convaincre la population de la nécessité d’imposer aux contrevenants des deux sexes des peines égales pour des délits de séduction lorsque la culpabilité est mutuelle (NCWC, 1908, 64). Considérant que les hommes sont largement responsables du « vice » social, le NCWC dénonce l’hypocrisie des mesures punissant uniquement les femmes.

« Une de nos plus grandes faiblesses a été que nous avions construit le mal social comme une proposition féminine ; et notre justice a persécuté les femmes, tout en permettant aux hommes d’y échapper… Certaines d’entre nous pensent que le mal social est une proposition masculine ; certainement nous ne pourrons pas accomplir plus tant que nous ne ferons pas porter aux hommes la plus grosse part de la culpabilité. » (« One of our great weaknesses had been that we have construed this social evil as a female proposition; and our criminality has been the persecution of the woman, while permitting the easy escape of the man... Some of us think the social evil is a masculine proposition; certainly we shall never accomplish much until we lay upon the man the heavier end of this burden of guilt. ») (NCWC, 1913, 124)

44Au sein du NCWC, un discours égalitaire s’est imposé, légitimé par les inégalités entre femmes et hommes dans le traitement de la prostitution, qui se juxtapose à un discours réformateur progressiste qu’il contribue aussi à alimenter : ce sont des jeunes femmes de la classe ouvrière qui succombent à la perversion des hommes et qui doivent être admises dans des écoles de réforme (NCWC, 1905, 116). À son congrès annuel en 1912, le militant néo-règlementariste de la lutte contre la traite des blanches Alexander Coote, président du Bureau for the Suppression of the White Slave Trafic et la féministe torontoise Flora MacDonald Denison s’affrontent ouvertement. Denison considère que les causes de la prostitution sont essentiellement économiques et propose comme solution un meilleur accès pour les femmes à la formation technique ou professionnelle. De son côté, Coote rejette l’idée des causes économiques de la prostitution et propose, plutôt que d’offrir des refuges aux prostituées, qu’on les envoie à l’hôpital, avançant que 60% des enfants illégitimes présentent une déficience intellectuelle (NCWC, 1913, 52-53).

45À Montréal, le clivage linguistique et religieux, s’ajoutant à celui des divergences politiques et morales, aura raison des discours d’unité avancés par le Montreal Local Council of Women (MLCW), au nom du bien-être des femmes, des enfants et de la famille (Myers, 1995, 100). Les femmes francophones, minoritaires dans un groupe surtout anglophone et protestant, fondent en 1907 la Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste (FNSJB), qui prône un mélange de maternalisme et de féminisme chrétien et évite d’aborder ouvertement la question de la prostitution. Toutefois, on retrouve des préoccupations semblables dans la panoplie de mesures proposées par la FNSJB, comme l’instauration d’un tribunal pour mineurs et des campagnes de protection des jeunes femmes.

46Avec le New York Bureau of Municipal Research, la FNSJB et d’autres organisations féminines montréalaises militent avec succès pour l’intégration de femmes dans le service de police de Montréal afin de mieux réguler les comportements des jeunes femmes dans la ville et ainsi contribuer à la « purification morale ». La mobilisation contre la traite des blanches, qui avait rassemblé des réformateurs montréalais dans la lutte à la prostitution, contribue aussi à renforcer les liens avec des groupes et professionnels américains de la mouvance progressiste. Maude Miner, directrice du Committee on Protective Work for Girls in United States, qui mène une campagne nationale aux États-Unis visant à prévenir la déchéance des adolescentes, séjourne à Montréal, où elle se réjouit du travail de prévention et de protection mené par les organisations locales (Ibid., 1995, 62).

47Sous l’impulsion du CIF, les réformatrices canadiennes reprennent en les modifiant les stratégies d’opposition au règlementarisme, qui avaient caractérisé dix ans plus tôt le mouvement abolitionniste européen. Elles veulent faire endosser par les autorités municipales la responsabilité du respect de la moralité publique. En 1917, les élus montréalais mandatent le New York Bureau of Municipal Research pour enquêter sur les mœurs de la ville. Le Comité des Quinze de New York avait ouvert la voie à cette pratique en publiant en 1902 un rapport intitulé The Social Evil et en se dotant d’un directeur de la moralité publique. Inspiré de l’exemple new-yorkais, un Comité des Seize, regroupant diverses organisations de la société civile et voué à l’extirpation du « vice » de la métropole, est alors crée à Montréal.

48Ce Comité des Seize, qui regroupe en réalité 26 personnes, est dirigé par un exécutif composé de trois hommes et de deux femmes et comprend 21 membres (11 hommes et 10 femmes) d’horizons très variés. Parmi ses membres, on retrouve les figures connues de la lutte contre la prostitution et pour la morale publique : le révérend Herbert Symonds, de la cathédrale anglicane Christ Church, à la présidence du Comité, les docteurs Alfred K. Haywood, de l’Hôpital Général de Montréal, W. W. Chipman, du Montreal Maternity Hospital, Lorne Gilday, du Western Hospital, Samuel Schwartz, du Temple Emanu-El ; Lady Hingston, représentante des Services sociaux catholiques, Mabel Jamieson, représentante du YWCA, B. Glassman, de la Fédération philanthropique juive ; Eleanor Tatley, présidente du MLCW ; Bella Hall, du University Settlement et le curé Gauthier, de la paroisse Saint-Jacques (Lévesque, 1989, 193).

49Avec le déclenchement de la Première Guerre mondiale, le débat sur la régulation et la suppression de la prostitution à Montréal, comme dans d’autres villes canadiennes, resurgit avec force. De 1917 à 1923, le Comité des Seize produit des rapports d’enquête, émet des communiqués de presse et tient des conférences afin de sensibiliser l’opinion publique pour « supprimer, combattre et, si possible, exterminer le vice commercialisé » (Lévesque, 1989, 193). Le Comité des Seize rompt avec le prohibitionnisme qui a jusque-là prévalu au sein des organisations réformatrices mobilisées dans la lutte à la prostitution. Conscient que la prostitution ne peut être éradiquée, il s’oppose plutôt aux transactions commercialisées impliquant un tiers. En plus de dénoncer les maisons dans lesquelles les prostituées sont en situation de dépendance face à une tenancière ou un souteneur, le Comité émet aussi des recommandations visant la prévention de la prostitution et la réhabilitation des femmes afin de faciliter leur réinsertion.

50Des amendements apportés au Code criminel durant les années 1910 et le renforcement de la loi sur la prostitution témoignent de tous ces efforts concertés (McLaren et Lowman, 1990, 38-39). Les dispositions sur les bordels sont étendues une première fois en 1913, pour interdire aux propriétaires d’utiliser leurs locaux comme lieux de prostitution, et renforcées en 1915, avec des condamnations plus sévères pour les prostituées des maisons closes. La loi sur le vagabondage, qui mentionnait « living on the avails of prostitution » (vivre des revenus de la prostitution), est étendue « living wholly or in part on the avails of prostitution » (vivre de la totalité ou d’une partie des revenus de la prostitution). Des renforcements législatifs ciblent les proxénètes et les responsables du trafic sexuel, ainsi que les prostituées. En 1920, les peines pour des crimes liés à la prostitution atteignent leur point culminant, soit 10 ans d’emprisonnement. Bien que les peines pour les prostituées soient alourdies, ce sont surtout les trafiquants qui sont les plus visés par ces lois.

  • 19 Le NCWC s’appuie notamment sur un rapport du Dr. Shearer suggérant que la tolérance contribue au tr (...)

51Malgré ces changements notables des lois, le NCWC poursuit son combat pour leur application et contre l’existence de zones de tolérance dans les quartiers chauds des grandes villes19. Le cas du Conseil local de Victoria et de l’île de Vancouver, qui réussit à persuader l’administration municipale de Victoria de démanteler la zone de tolérance dans le Red Light de la ville, est montré en exemple (NCWC, 1911, 27). Des dames du comité vont à la rencontre de certaines prostituées identifiées par la police et font état de leur impuissance:

« Beaucoup [de prostituées] expriment un désir sincère à mener une vie différente, mais elles semblent penser que c’est impossible de prendre un nouveau départ, et quand elles nous demandent où elles pourraient bien aller ou qui pourrait leur donner du travail, nous voyons plus clairement la difficulté de leurs positions, et nous leur assurons qu’elles trouveront la sympathie et l’assistance de beaucoup de chrétiens de la ville ; nous n’avons pas réussi à faire mieux que cela. » (« Many expressed a sincere desire to lead a different life, but seemed to think it impossible to get a start; and when they asked us where they would go or who would employ them, we saw more clearly how difficult their position is; and though we assured them that they would have the sympathy and assistance of many of the Christian people of the city, we did not succeed in winning even to come out and do better. ») (NCWC, 1911, 27-28)

52La prévention s’avérant une tâche complexe, la réhabilitation ou réinsertion des femmes « déchues » au sein d’écoles d’industrie, devient une des principales préoccupations du NCWC. Le NCWC souhaite aussi offrir une plus grande protection aux prostituées traduites en justice en les accompagnant devant les tribunaux (NCWC, 1911, 29). Après la Grande Guerre, le NCWC réclame au premier ministre Lomer Gouin une institution provinciale pour la réhabilitation physique et morale des délinquantes. Le Conseil de Montréal obtient aussi de Geoffrion, greffier à la Ville de Montréal, la création d’une cour spéciale pour les femmes (Lévesque, 1989, 200). La lutte contre la traite des blanches a permis aux abolitionnistes français de changer leur dispositif d’intervention en France aussi.

L’Unité de la morale contre la traite des blanches au CNFF 

53La section Unité de la morale et répression de la traite des blanches est créée au sein du CNFF en 1916 (L’action féminine, août 1916), alors que l’on s’alarme de l’accroissement du phénomène prostitutionnel durant la guerre et de la peur des maladies vénériennes avec les migrations d’hommes sur le territoire national. Marguerite Witt-Schlumberger, qui préside cette section de 1916 à sa mort en 1924 considère que la guerre a entraîné un « relâchement des mœurs » et une « recrudescence des maisons closes » ; elle dénonce « la tendance générale […] à augmenter la règlementation » jugée inefficace, en particulier l’action de la police des mœurs. Abolitionniste, la section aborde « en premier lieu et en principe, l’examen de la règlementation de la prostitution et de la police des mœurs ainsi que la lutte pour la répression de la traite des blanches » (L’action féminine, août 1916).

54D’emblée la section entend lutter sur le terrain de la morale, qu’elle réclame unique pour les deux sexes. C’est au nom de la « notion de la personne humaine » qu’est revendiquée l’égalité des femmes et des hommes au «  regard des devoirs et des droits dont la Morale est le code éternel » (CNFF, 1917-1918). Les modes d’actions de ces militantes relèvent de la représentation ou du lobby auprès des pouvoirs publics pour effectuer des réformes d’amélioration sociale. Elles commencent par documenter le phénomène par des enquêtes et des études, comme celle sur la prophylaxie des maladies vénériennes, et elles font des recommandations, comme celle de créer la fonction d’assistantes de police, plus aptes à protéger les mineurs (CNFF, 1917-1918). Elles s’invitent également dans les instances officielles, comme le suggère cette lettre transmise en 1917 au ministre de l’Intérieur par un sénateur ami « pour demander l’adjonction de deux ou trois femmes à cette Commission (de prophylaxie des maladies vénériennes) afin d’y défendre les intérêts féminins » (L’action féminine, septembre 1917). Vigilantes, elles protestent contre une circulaire (13 mars 1918) qui annonce le renforcement de la règlementation de la prostitution (CNFF, 1917-1918). Et elles poursuivent, en pleine guerre, les cycles de conférences adressées aux jeunes filles leur présentant les dangers physiques et moraux de la prostitution (CNFF, 1917-1918).

55Mais devant la persistance du règlementarisme en France, elles s’indignent du refus de la France de parapher des traités internationaux et considèrent qu’il leur faut relancer sur une base plus large la bataille abolitionniste (CNFF, 1927). La création en 1926 de l’Union temporaire contre la prostitution règlementée et la traite des blanches leur permet de rallier une large palette de réformateurs sociaux (outre les féministes du CNFF, celles de la Ligue des droits des femmes et de l’Union française des femmes pour le suffrage, s’y retrouvent des organisations de jeunesses, des syndicats professionnels, des médecins et nombre d’œuvres sociales et caritatives) et de définir les thèmes d’un néo-règlementarisme qui fera florès (Dard, 1992). Sous la houlette de Marcelle Legrand Falco, son âme dirigeante pendant plusieurs décennies, l’Union temporaire établit un lien de causalité direct entre le règlementarisme et la traite des blanches et entre la dépopulation et le phénomène prostitutionnel. L’immoralité serait ainsi la cause de la dénatalité.

56Pour sa part, le CNFF demande la suppression des maisons de tolérance, de la police des mœurs, la répression du proxénétisme, le développement de la médecine antivénérienne pour les deux sexes (traitement libre, gratuit, discret avec assistances sociales et médecins spécialisés, etc.), (Legrand-Falco, 1936). En 1923, il suggère d’intégrer la question de l’enseignement biologique à propos des questions sexuelles pour les enfants et les adolescents et obtient gain de cause, puisque cet enseignement est intégré dans les différentes branches de l’instruction (CNFF, 1923).

57La bataille contre la traite des blanches a pour effet d’élargir l’action des abolitionnistes en l’inscrivant dans le mouvement féministe pour l’égalité entre les femmes et les hommes et dans celui de la défense des droits de l’homme. La pratique des deux associations ne change pas pour autant, qui reste ancrée dans une morale maternaliste dénuée toutefois de ses oripeaux religieux, préconisant la réforme des femmes « déchues » et l’éducation des filles à une sexualité normée.

Conclusion

58La prostitution suscite, on le voit, bien des interrogations et les tentatives faites pour en encadrer la pratique demeurent aléatoires. Cette bataille a permis de mettre en lumière des aspects du combat abolitionniste/prohibitionniste comme partie prenante de l’histoire des féminismes.

59En France, l’expérience acquise par les militantes abolitionnistes se traduit par une légitimité politique et leur présence dans des instances politiques nationales et internationales, comme des commissions parlementaires, ou au sein de la société des prisons de France. La nomination en tant qu’experte de Ghénia Avril de Sainte-Croix aux commissions sur la prostitution de la Société des Nations prolonge le mandat qu’elle avait au sein de la Commission extra-parlementaire du régime des mœurs (Constant, 200, 41-42). Pour de nombreuses féministes françaises liées au mouvement, l’expérience acquise dans l’abolitionnisme leur sert de tremplin pour le militantisme politique.

60Ont-elles instrumentalisé ce débat pour faire avancer la cause de toutes les femmes, ou seulement celle des femmes de l’élite ? L’inclusion des prostituées dans le droit commun leur permet peut-être, en tentant de sortir ces dernières de la marginalisation, de faire oublier leur propre statut de citoyennes de seconde zone. En récusant le statut de paria pour les prostituées, elles revendiquent tout à la fois des modalités nouvelles de protection de la loi pour les personnes vulnérables de la société, et l’égalité des droits pour l’émancipation des femmes.

61Au Canada, en dépit de renforcements législatifs successifs, les mobilisations féministes trouvent surtout un écho auprès des autorités municipales. L’influence grandissante du mouvement progressiste américain conduit les villes canadiennes à adopter des politiques plus pragmatiques afin de contrôler la prostitution. Au gré des enquêtes sur la corruption de l’administration municipale et de la police, la gestion du problème du « vice » dans les villes oscille entre tolérance et répression, jusqu’aux grands projets de réaménagement urbain du milieu du siècle, où ont disparu les quartiers chauds et leurs maisons closes. Là aussi, les militantes féministes qui s’illustrent dans la bataille pour la reconnaissance des droits des femmes vont se trouver davantage impliquées dans des actions sociales et politiques.

62La comparaison des groupes impliqués dans les deux pays a permis en outre de dégager des tendances de fond dans les réformes préconisées. Engageant chacun à leur façon le débat sur la prostitution, les groupes féministes étudiés jouent un rôle déterminant dans la redéfinition de la moralité publique dans leurs pays respectifs. D’abord soucieuses de faire valoir l’unité de la morale, contre la double morale affichée par les législateurs, qu’ils soient règlementaristes ou partisans de la tolérance, ces militantes découvrent l’importance de l’action concertée au niveau international. Rassemblées au sein d’organismes transnationaux, elles n’hésitent pas alors à reléguer leurs conceptions religieuses et genrées de la morale pour défendre des logiques égalitaires et laïques dans leur bataille contre la traite. Leur recours à l’État de droit et aux instances supranationales comme la Société des Nations pour faire valoir leurs propositions apparaissent comme des modalités d’action tout à fait légitimes et efficaces. De fait, leur vision d’une morale plus égalitaire est désormais intégrée dans le néo-règlementarisme adopté par la plupart des pays après la Première Guerre mondiale et dans les conventions internationales qui établissent les nouvelles règles concernant la prostitution.

Haut de page

Bibliographie

BACCHI Carol Lee, Liberation Deferred. The Ideas of the English-Canadian Suffragists, 1877-1918, Toronto, University of Toronto Press, 1983.

BACKHOUSE Constance, « Nineteenth-century Canadian Prostitution Law. Reflection of a Discriminatory Society », Histoire sociale, 18, 36, 1988, pp. 387-423.

BARD Christine et TARAUD Christelle, « Éditorial », ProstituéEs, CLIO. Histoire, femmes et sociétés, 17, 2003, pp. 5-19.

BARTLEY Paula, Prostitution. Prevention and Reform, 1860-1914, Londres, Routledge, 2000.

BATTAGLIOLA Françoise, « Les réseaux de parenté et la constitution de l’univers féminin de la réforme sociale, fin XIXe - début XXe siècle », Annales de démographie historique, 112, 2006, pp. 77-104.

BLANCHARD Véronique (dir.), Les jeunes et la sexualité. Initiations, interdits, identités (XIXe-XXIe siècle), Paris, Autrement, 2010.

BLANCHARD Véronique et REVENIN Régis, « Justice des mineurs, travail social et sexualité juvénile dans le Paris des années 1950 : une prise en charge genrée », Les Cahiers de Framespa, 7, 2011.

BERLIÈRE Jean-Marc, La police des mœurs sous la IIIe République, Paris, Seuil, 1992.

COHEN Yolande, « Protestant and Jewish Philanthropies in France. The Conseil National des Femmes Françaises (1901-1939) », French Politics, Culture and Society, Cambridge, 24, Spring 2006, pp. 74-92.

CORBIN Alain, Les filles de noce. Misère sexuelle et prostitution au XIXe siècle, Paris, Flammarion, 1982 (1978).

COOK Sharon, « Through Sunshine and Shadow ». The Woman’s Christian Temperance Union, Evangelicalism, and Reform in Ontario, 1874-1930, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 1995.

CONSTANT Monique, « Combats contre la traite des femmes à la Société des Nations (1920-1940) », Relations internationales, 131, 2007, pp. 41-42.

CHAUMONT Jean-Michel et MACHIELS Christine, Du sordide au mythe. L’affaire de la traite des blanches, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 2009.

DARD Séverine, L’Union temporaire contre la prostitution réglementée et la traite des femmes 1926-1946, mémoire de maîtrise d’histoire, sous la direction d’Antoine Prost, Paris, Université de Paris I, 1992.

FAYET-SCRIBE Sylvie, Associations féminines et catholicisme. De la charité à l’action sociale, XIXe-XXe siècle, Paris, Éditions de l’Atelier, 1990.

GÉROLS Jean-Denis, The "French system" and Prostitution, Feminine status, Lobby Groups and the Regulation of Prostitution in France (1870-1946), mémoire de maîtrise d’histoire, Montréal, Université Concordia, 1994.

GAUDET Lisa, Nation’s Mothers, Empire’s Daughters. The Imperial Order Daughters of the Empire, 1920-1930, mémoire de maîtrise d’histoire, sous la direction de Marilyn Barber, Ottawa, Université de Carleton, 1993.

GORDON Felicia, Early French Feminism (1830-1940). A Passion for Liberty, Cheltenham, Edward Elgar, 1996.

GUBIN Éliane et VAN MOLLE Leen, Des femmes qui changent le monde. Histoire du Conseil international des femmes, 1888-1988, Bruxelles, Racine, 2005.

GUSFIELD Joseph R., « Social structure and moral reform. A study of the Woman’s Christian Temperance Union », American Journal of Sociology, 1955, 61, 3, pp. 221-232.

HOUBRE Gabrielle, La Discipline de l’amour. L’éducation sentimentale des filles et des garçons à l’âge du romantisme, Paris, Plon, 1997.

JACQUEMART Alban, « Au-delà du paradoxe : l’engagement masculin dans les mouvements féministes (France, 1870-2010) », in ROCHEFORT Florence et VIENNOT Éliane (dir.), L’engagement des hommes pour l’égalité des sexes, St-Etienne, Publications de l’Université de St-Etienne, 2013, pp. 237-249.

KÄPPELI Anne-Marie, Sublime croisade. Éthique et politique du féminisme protestant, 1875-1928, Genève, Zoé, 1990.

LÉVESQUE Andrée, « Éteindre le Red Light. Les réformateurs et la prostitution à Montréal entre 1865 et 1925 », Urban History Review, 17, 3, 1989, pp. 191-201.

MACHIELS Christine, « Dealing with the Issue of Prostitution. Mobilizing Feminisms in France, Switzerland and Belgium (1875–1920) », Women’s History Review, 17, 2, 2008, pp. 195-205.

MACHIELS Christine, « « Protégeons la jeunesse ! » », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 10, 2008, pp. 119-137.

MACHIELS Christine, « The « Truth about White Slavery ». Présentation d’une enquête réalisée par Teresa Billington-Greig pour The English Review (juin 1913) », Recherches sociologiques et anthropologiques, 39, 1, 2008, pp. 27-40.

MACHIELS Christine et PIERRE Éric, « Présentation du dossier », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 10, 2008, pp. 7-12.

MAUGÈRE Amélie, « Droit et prostitution sous la Troisième République. La lente progression de l’argumentation morale dans l’arène parlementaire », in AUDREN Frédéric, HALPÉRIN Jean-Louis et STORA-LAMARRE Annie (dir.), La République et son droit (1870-1930), Actes du colloque international de Besançon, 19-20 novembre 2008, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2011, pp. 409-428.

McLAREN John P. S., « Chasing the evil. Moral fervor and the evolution of Canada’s Prostitution Laws, 1867-1917 », Canadian Journal of Law and Society, 1, 1986, pp. 125-166.

McLAREN John P. S. et Lowman Janet, « Enforcing Canada’s Prostitution Laws, 1892-1920. Rhetoric and Practice », in FRIEDLAND Martin L. (dir.), Securing Compliance, Toronto, University of Toronto Press, 1990, pp. 21-87.

MITCHINSON Wendy, « The WCTU: « For God, Home and Native Land ». A Study in Nineteen-Century Feminism », in KEALEY Linda (dir), A Not Unreasonable Claim. Women and Reform in Canada, 1880s-1920s, Toronto, Women’s Press, 1979, pp. 151-168.

MYERS Tamara, Criminal Women and Bad Girls. Regulation and Punishment in Montréal, 1890-1930, thèse d’histoire, sous la direction d’Andrée Lévesque, Montréal, Université McGill, 1995.

MYERS Tamara, Caught. Modern Girls and the Law, 1869-1945, Toronto, University of Toronto Press, 2006.

NEWTON Janice, The Feminist Challenge to the Canadian Left (1900-1918), Montréal, McGill-Queen’s University Press, 1995.

PATEMAN Carole, The Sexual Contract, Stanford, Stanford University Press, 1988.

PEDERSEN Diana, « Providing a Woman’s Conscience: The YWCA, Female Evangelicalism, and the Girl in the City, 1870-1930 », in MITCHINSON Wendy (dir.), Canadian Women. A Reader, Toronto, Harcourt, 1996, pp. 194-210.

PICKLES Catherine Gillian, Representing Twentieth Century Canadian Colonial Identity. The IODE, thèse de géographie, sous la direction d’Audrey Kobayashi, Montréal, Université de McGill, 1996.

POUJOL Geneviève, Un féminisme sous tutelle. Les protestantes françaises, 1810-1960, Paris, Éditions de Paris, 2003.

REBREYEND Anne-Claire, Intimités amoureuses. France 1920-1975, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2008.

REGARD Frédéric (dir.), Féminisme et prostitution dans l’Angleterre du XIX e siècle. La croisade de Josephine Butler, Lyon, Éditions de l’ENS, 2013.

RIPA Yannick, « Yves Guyot, un féministe incorrect », in Rochefort Florence et Viennot Eliane (dir.), L’Engagement des hommes pour l’égalité sexes (XIVe-XXe siècle), Saint-Etienne, Presses de l’Université de Saint-Etienne, 2013, pp. 25-45.

ROBERTS Marie Louise, Disruptive Acts. The New Woman in the Fin de Siècle in France, Chicago, University of Chicago Press, 2005.

ROCHEFORT Florence et KLEJMAN Laurence, « Les Associations féministes en France de 1871 à 1914 », Pénélope, 11, 1984, pp. 147-153.

ROCHEFORT Florence et KLEJMAN Laurence, L’égalité en marche. Le féminisme sous la Troisième République, Paris, Des Femmes, 1989.

ROCHEFORT Florence, « Féminisme et protestantisme, premières rencontres, 1830-1900 », Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme Français, 146, 2000, pp. 69-90.

ROGERS Rebecca et THÉBAUD Françoise, La fabrique des filles. L’éducation des filles, de Jules Ferry à la pilule, Paris, Textuel, 2010.

ROSEN Ruth, The Lost Sisterhood. Prostitution in America, 1900-1918, Baltimore, John Hopkins University Press, 1982.

STRANGE Carolyn et LOO Tina, Making Good. Law and Moral Regulation in Canada, 1867-1939, Toronto, University of Toronto Press, 1997.

STRANGE Carolyn, Toronto’s Girl Problem. The Perils and Pleasures of the City, 1880-1930, Toronto, University of Toronto Press, 1995.

STRONG-BOAG Veronica, The Parliament of Women. The National Council of Women of Canada, 1893-1929, Ottawa, National Museum, 1976.

VALVERDE Mariana, The Age of Light, Soap and Water. Moral Reform in English Canada, 1885-1925, Toronto, University of Toronto Press, 1991.

WALKOWITZ Judith, Prostitution and Victorian Society. Women, Class, and the State, Cambridge, Cambridge University Press, 1980.

WALKOWITZ Judith, City of Dreadful Delight: Narratives of Sexual Danger in Late-Victorian London, Chicago, University of Chicago Press, 1992.

YVOREL Jean-Jacques, « Légiférer sur la sexualité de la jeunesse : la loi de 1908 sur la prostitution des mineurs », in STORA-LAMARRE Annie (dir.), La cité charnelle du droit, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2002, pp. 109-127.

Bibliographie des sources premières :

AVRIL DE SAINTE-CROIX Ghénia, Le Féminisme, Paris, Giard et Brière, 1907.

DE MORSIER Émilie, La mission de la Femme. Discours et fragment…, Paris, Fischbacher, 1897.

FÉDÉRATION ABOLITIONNISTE INTERNATIONALE, Qu’est-ce que la Fédération abolitionniste internationale, 1931.

NATIONAL COUNCIL OF WOMAN OF CANADA, Year Books.

PELLETIER Madeleine, L’émancipation sexuelle de la femme, Paris, Giard et Brière, 1911.

PELLETIER Madeleine, « De la prostitution », L’Anarchie, 11, 1928.

LADAME Paul, L’Abolitionnisme et l’Hygiène, Paris, 1914.

CEDIAS-Musée social, L’action féminine, août 1916.

CEDIAS-Musée social, La Française, 12 janvier 1935, « Les assistantes de police » par Georgette Barbizet.

CEDIAS-Musée social, La Française, 7 décembre 1935 et 3 janvier 1936.

CEDIAS-Musée social, publications du CNFF, 1917-1918.

CEDIAS-Musée social, publications du CNFF, assemblée générale du CNFF, 1927.

CEDIAS-Musée social, « Vers le succès » par Mme C. Brunschvicg et « Un groupe médical abolitionniste » par Mme Legrand-Falco in La Française, 18 janvier 1936.

PARENT-DUCHÂTELET Alexandre, De la Prostitution dans la ville de Paris, considérée sous le rapport de l’hygiène publique, de la morale et de l’administration, Paris J.-B. Baillière, 1836.

VICTOR Marguerite, en préface d’Avril de Sainte-Croix, Le Féminisme, Paris, Giard et Brière, 1907.

WOMEN’S CHRISTIAN TEMPERANCE UNION (Montréal), Annual Report, 1887.

Haut de page

Notes

1 Cet article présente les résultats d’une recherche réalisée dans le cadre du projet que je dirige, intitulé « Le souci de l’autre comme système global d’intervention des organisations transnationales de femmes, France-Canada, 1880-1950 » (subventionné par le CRSH). Je tiens à remercier les assistant-e-s et étudiant-e-s engagé-e-s dans mon équipe : Hubert Villeneuve qui a contribué au dépouillement des sources, Margot Blanchard qui a particulièrement travaillé à la finalisation du texte, ainsi que Dominique Dagenais et Dominique Martin qui ont participé à sa préparation. Je remercie également les lecteurs/trices anonymes de la revue ainsi que les éditeurs de ce numéro pour leur aide.

2 Judith Walkowitz souligne que cet interventionnisme étatique dans la vie privée se fait au nom d’une nouvelle morale sexuelle au sein de la société victorienne. Les groupes abolitionnistes et féministes en Grande-Bretagne s’appuient sur cette tradition et obtiennent l’abandon de la règlementation en 1870. Voir aussi pour les États-Unis, Ruth Rosen (Rosen, 1982) et sur les établissements de réforme de prostituées, Paula Bartley (Bartley, 2000).

3 Le médecin hygiéniste Parent-Duchâtelet stigmatise les prostituées et contribue à les marginaliser au nom de la santé publique et de la morale (Parent-Duchâtelet, 1836). Voir aussi le dossier « Prostitution. De la tolérance à la prohibition », L’Histoire, 383, janvier 2013.

4 Cette enquête s’appuie sur le dépouillement des archives du CNFF (au CEDIAS) et du NCWC (Archives Nationales du Canada), de leurs rapports annuels (Yearbooks) et de leurs principales publications de 1898 à 1913. Les Reports du comité sur la traite des blanches ont été dépouillés à partir de 1904 pour le NCWC, ainsi que des autobiographies, discours et pamphlets de militantes. Les publications des Conférences de Versailles, La femme, 1899, 1901, 1903, 1908 ont été également dépouillées.

5 Son premier voyage en France remonte en 1874 et à cette occasion, elle prend notamment contact avec L’Œuvre des libérées de Saint-Lazare et la Société protestante des prisons, également marquée par une implication féminine majoritaire (Käpelli, 1990, 16 ; Battagliola, 2006).

6 Également, des sociétés philanthropiques telles que la Société pour le droit des femmes, fondée par Léon Richer et Maria Deraismes, l’Union des amies de la jeune fille, la Ligue française pour le relèvement de la moralité publique et L’Œuvre des libérées de Saint-Lazare (Rochefort et Klejman, 1984, 147).

7 Yannick Ripa montre bien les désaccords de fond qui opposent Yves Guyot et Joséphine Butler dès les débuts de la campagne abolitionniste (Ripa, 2013).

8 Carole Pateman considère que la domesticité féminine et la restriction à un rôle maternel et « privé » relèvent de la soumission sexuelle des femmes par les hommes (Pateman, 1988).

9 Maison d’intégration, orphelinat, hôpitaux, foyers temporaires, aide à l’emploi, etc. (De Morsier, 1897, 123-124).

10 En effet, parmi les prostituées enregistrées à Paris, il apparaît qu’une très mince minorité aurait été initiée à un métier avant leurs premières expériences dans la prostitution (Corbin, 1982, 79-81).

11 Notamment, le cas de la femme dont le mari visite les prostituées, qui serait victime de maladies vénériennes à cause de la sexualité de son mari, est mis à contribution pour justifier le besoin d’éradiquer la prostitution.

12 Alban Jacquemart note bien ce changement dans la participation des hommes aux mouvements féministes en France dans les années 1890 (Jacquemart, 2013).

13 Bérenger sera toutefois vivement pris à partie par Maria Vérone, car demeure dans la loi un vide juridique à l’égard des prostituées mineures, voir Christine Machiels dans son article « « Protégeons la jeunesse ! » » (Machiels, 2008).

14 Elle est également la directrice de la Section morale du CIF et est dans le conseil exécutif du CNFF, militant notamment pour l’unification de la morale sexuelle. Fondatrice de L’Œuvre libératrice, elle est la figure française de l’abolitionnisme (Victor, 1907, III).

15 Maisons qui, en place et lieu des maisons closes qui retiennent les filles sous contrat, louent des chambres à la nuit à des femmes qui s’y rendent de façon provisoire, avec des clients recrutés à l’extérieur, ces maisons n’ayant donc pas de responsabilité au niveau de la transaction sexuelle à proprement parler (Corbin, 1982, 257-273).

16 L’hôtel garni est un commerce hôtelier fréquenté exclusivement par des filles en cartes (enregistrées), non attachées à des maisons de tolérance, afin d’y rencontrer leurs clients (Ibid., 1982, 212).

17 Les principales contestations au régime des mœurs portent sur le vide juridique qu’il crée concernant la protection des prostitué-e-s mineur-e-s. Le débat, qui touche aussi bien à la sexualité des adolescent-e-s qu’aux normes à mettre en place pour les éduquer, et à la nécessité de lois sanctionnant la « débauche », se poursuit donc (Yvorel, 2002 ; Machiels et Pierre, 2008).

18 Ce nouveau terme, bien qu’aujourd’hui désignant la circulation transnationale de travailleuses du sexe, est alors employé pour parler de toute commercialisation menée par les proxénètes et recruteurs afin d’attirer une « main d’œuvre » féminine destinées aux maisons de débauche (Corbin, 1982, 406 et 424).

19 Le NCWC s’appuie notamment sur un rapport du Dr. Shearer suggérant que la tolérance contribue au trafic de jeunes Canadiennes vers diverses grandes villes du monde (NCWC, 1911, 25).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yolande Cohen, « De parias à victimes. Mobilisations féministes sur la prostitution en France et au Canada (1880-1920) », Genre, sexualité & société [En ligne], 11 | Printemps 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://gss.revues.org/3157 ; DOI : 10.4000/gss.3157

Haut de page

Auteur

Yolande Cohen

Professeure titulaire au Département d’histoire, Faculté des sciences humaines, UQAM

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org