Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Gagnon John, Les Scripts de la sexualité. Essais sur les origines culturelles du désir

Paris, Payot, 2008
Catherine Deschamps
Référence(s) :

Gagnon John, Les Scripts de la sexualité. Essais sur les origines culturelles du désir, Paris, Payot, 2008

Texte intégral

1Avec William Simon, John Gagnon est un précurseur en matière de travaux contemporains sur la sexualité en sciences sociales. Comme le dit Alain Giami, qui préface le recueil d’articles commenté :

« Aujourd’hui, tout cela a l’air de banalités ressassées dans un petit milieu, mais lorsque Gagnon et Simon ont commencé à travailler sur la sexualité, au début des années 1960, la réflexion théorique dans ce domaine était dominée d’un côté par la psychanalyse freudienne […] ; de l’autre, le champ était balisé par les travaux de Kinsey, qui avait analysé les variations sociales des comportements sexuels de façon tout à fait matérialiste […], en laissant en arrière plan la boîte noire du psychisme, dans la plus pure tradition du comportementalisme ». (Giami, 2008, 18-19)

2En outre, et Giami se plaît à en établir la chronologie, c’est bien avant Michel Foucault que le duo Gagnon/Simon avait l’intuition de la critique de l’hypothèse répressive. Ainsi, dans un article qu’ils publiaient ensemble six ans avant le séminaire de Foucault sur les anormaux, peut-on lire :

« Il est possible que la plupart des sociétés humaines aient interdit la plupart des formes d’expression sexuelle, non pas pour contenir les forces antisociales, mais pour assigner à la sexualité une importance qu’elle n’aurait pas eu autrement. Les contraintes et les interdits ont eu pour effet de rendre cette activité intense, chargée de passion, et unique. » (Gagnon, Simon, 1968)

3Et de poursuivre les comparaisons entre ces penseurs phares :

« Foucault aura tenté de faire l’archéologie et la généalogie de la question de la vérité à partir de la relecture historique de la question de la sexualité, mais force est de reconnaître que les travaux de Foucault sur la sexualité ont été compris, interprétés et utilisés comme des outils permettant de travailler et d’affirmer positivement les “identités sexuelles”. […] De leur côté, Gagnon et Simon analysent des évolutions culturelles sur de plus courtes périodes, et les forces sociales et culturelles qui les font bouger, les conduites et les rapports entre les dimensions symboliques de la culture et la construction de la subjectivité dans des contextes culturels et des situations d’interaction » (Giami, ibid., 27).

4À une période où s’observent les frémissements d’un retour sur la lecture de Foucault (pensons, entre autres, au récent livre de Paul Veyne [Veyne, 2008]), c’est dans cette tendance que s’inscrit la préface d’Alain Giami. Elle constitue incontestablement une valeur ajoutée à la traduction, et on ne peut qu’encourager son auteur à poursuivre son entreprise épistémologique. Cette mise en bouche éclaire par ailleurs les connivences entre le préfacier et Gagnon : un goût commun pour l’interdisciplinarité et une sensibilité partagée pour les articulations entre les dimensions sociales et psychiques. Comment s’étonner, dès lors, que ce soit Alain Giami, psycho-sociologue, qui ait contribué à la traduction de John Gagnon en français ?

5Mais parce que Gagnon me semblait développer « des banalités ressassées» aujourd’hui, mon enthousiasme à le relire fut d’abord mitigé. Cet enthousiasme mou se révèle injustifié a posteriori. Le premier article traduit, « Les origines sociales du développement sexuel », écrit initialement avec William Simon en 1973, fait partie des classiques de la sociologie de la sexualité. La théorie des « scripts de la sexualité », largement réutilisée depuis, y est exposée. Or son ampleur et ses conséquences sont plus étendues que le souvenir que j’en avais gardé. Car de même que Foucault est parfois vidé de sa substantifique moelle, détourné, instrumentalisé, Gagnon et ses scripts sont souvent tronqués ; en tout cas, ma mémoire en avait effacé une partie. On en retient volontiers la déconstruction du rapport naturaliste ou essentialiste à la sexualité, l’influence des déterminants sociaux ou culturels sur l’élaboration des scénarios sexuels, mais on tend à laisser dans l’ombre l’importance des facteurs subjectifs et personnels. Car Gagnon se situe bel et bien à la jonction des dimensions collectives, structurelles et individuelles. Il réconcilie les facteurs institutionnels, interindividuels et intra-personnels, là où la plupart des chercheurs tendent d’un côté ou de l’autre de la balance, du tout social au tout psychique :

« Même en combinant des éléments tels que le désir, l’intimité et une personne du sexe approprié et attirante sexuellement, la probabilité que quelque chose de sexuel se produise restera extrêmement réduite si l’un ou les deux acteurs n’intègrent pas l’ensemble de ces conduites dans un script approprié ». (Gagnon, 2008, 59)

6D’où la nécessité de multiplier les variables prises en compte plutôt que de se satisfaire d’une influence unique. Mais il est une autre raison qui doit inciter à lire ou relire l’article précurseur de Gagnon et Simon : l’actualité de ses questionnements méthodologiques et épistémologiques, à trente-cinq ans de distance. Ainsi, les développements sur la « tyrannie du présent sur le passé » (p. 38) invitent tant à discuter des paradigmes qui actuellement imprègnent nos recherches qu’à interroger les biais des travaux empiriques menés à un moment précis sur des épisodes de la vie passée. L’exemple portant sur la sexualité des enfants est à cet égard édifiant. « Le fait que l’acquisition de nouvelles catégories d’expérience efface le passé constitue le sens même des processus de développement », est-il précisé (p. 52). Le problème tient dans l’oubli fréquent de cette logique d’effacement dans les travaux contemporains et les méthodologies qu’ils mettent en œuvre.

7Le deuxième article traduit, « L’utilisation explicite et implicite de la perspective des scripts dans les recherches sur la sexualité », est de John Gagnon seul, et a été publié dans sa version originale en 2004. Il apporte des illustrations éclairantes de « l’outil script », appliqué à des thématiques de recherche actuelles : la sexualité des jeunes, le sexe oral entre « personnes de sexe différent » (sic), le sexe anal entre « gays » (sic), les agressions sexuelles et la violence contre les femmes, la pratique des thérapies sexuelles. Ces illustrations sont l’occasion de nuances et de précisions, portant à la fois sur la critique générale des disciplines et sur le terrain particulier de la sexualité :

« Dans un contexte postpositiviste, le rôle de la théorie est à la fois plus modeste et plus important [que précédemment]. Il est plus modeste car l’on admet que la théorie est à la fois locale et transitoire et qu’elle se fonde sur ce qui semble le plus plausible et le plus convaincant plutôt que sur ce qui est “vrai”. Ce rôle est plus important en ce que la théorie cherche à donner un sens au monde tout en n’excluant pas de réinterpréter les significations des recherches et les résultats et de les intégrer dans des systèmes de pensée différents ». (p. 71)

« Dans les sociétés complexes, les scénarios sexuels de la sexualité ne sont ni monolithiques ni hégémoniques, même au sein de chaque institution. On observe plutôt une lutte permanente entre les groupes et les individus pour faire valoir leurs propres scénarios » (p. 83).

8C’est à propos des violences que la démonstration de Gagnon, et son plaidoyer en faveur des scripts, paraît la plus convaincante. Où l’histoire semble se répéter en se déplaçant ! Car il a d’abord fallu désenclaver le sujet sexualité de son cocon biologique et naturel pour en faire le champ de recherches en sciences sociales qu’il est devenu au cours des trente dernières années. Mais mettez un mélange de culturel, de social et d’intrapsychique là, l’instinctuel exclusif revient au galop sur un sujet juste à côté, ces violences justement, en particulier envers les femmes de la part des hommes. Gagnon, dans ce deuxième volet de l’ouvrage, incite à réfléchir sur cette sorte d’homéostasie de l’essentialisme, qui le fait se faufiler et revenir au sein même de recherches qui veulent pourtant, le plus souvent, le bannir des analyses et des interprétations.

9Le troisième opus du livre est un article de John Gagnon publié en anglais en 2004 et intitulé « Les théories de la sexualité à risque ». De même que « L’utilisation explicite et implicite… » faisait discuter la théorie des scripts développée dans le premier article avec certains travaux empiriques récents, ce dernier chapitre développe quelques-uns des questionnements épistémologiques de l’article de 1973 à partir d’un exemple contemporain : l’association de la sexualité aux risques, notamment depuis l’apparition du sida. La problématique est tardivement formulée ainsi : « Pourquoi voulons-nous expliquer ou théoriser le croisement entre risque et sexualité ? » (Gagnon, ibid., 149), d’où cette articulation vient-elle, qui y a intérêt, quelles disciplines/institutions s’en sont emparées ? Cette problématique est à la fois support et prétexte. Support direct lorsque Gagnon écrit :

« Il n’est guère surprenant de constater que les évaluations du succès de la prévention ont adopté comme critère principal la mesure de la réduction des conduites à risque après avoir été fondées sur le critère de la réduction du nombre de nouvelles contaminations. Cette décision s’explique aussi par le fait que les nouvelles contaminations par le virus du sida sont rares dans la plupart des régions des États-Unis et que le fait de se concentrer sur des événements rares et difficiles à mesurer aurait affaibli l’autorité des messages de santé publique. Mesurer et rendre compte du fait que l’usage déclaré du préservatif est en hausse ou en baisse est beaucoup plus facile que de mesurer et de rendre compte des chiffres des nouvelles infections qui pourraient résulter de l’utilisation ou de l’absence d’utilisation de préservatifs […]. La mesure identifiable de la maladie […] est ainsi abandonnée en faveur d’une mesure des conduites qui entretiennent souvent un lien faible avec la transmission de la maladie » (p. 150-151).

10Et les conséquences peuvent être lourdes. Prétexte lorsqu’il s’agit de questionner la « bureaucratisation de l’imagination » que Gagnon emprunte à Kenneth Burke, les motivations et la légitimité des recherches, leur caractère parfois auto-validant :

« La seule raison qui fait que le travail scientifique des autres inspire confiance est le fait de croire qu’ils ont respecté les règles de leur discipline lors de leurs observations en choisissant leurs instruments et en donnant des arguments à leurs explications. Ils doivent être des membres disciplinés en même temps que des membres de la discipline » (p. 144-145).

11Prétexte encore lorsque Gagnon encourage, quels que soient les sujets, à procéder à la généalogie des raisons qui les font quasiment ontologiquement être associés à d’autres.

12Que la théorie des scripts soit particulière ou générale (associée à la sexualité ou applicable quelle que soient les populations et les comportements étudiés), elle apporte incontestablement un porte-clés fourni à la compréhension des logiques sociales. Libre à chacun de se servir de l’ensemble des clés du trousseau ou d’en préférer certaines ; nous n’avons pas forcément les compétences requises pour le spectre large et, l’une des rares critiques que l’on pourrait adresser à Gagnon est, dans ce recueil tout au moins, de peu illustrer par l’empirie l’arbitrage de la « vie mentale » sur les scénarios sexuels, qu’il considère pourtant comme fondamentale. Libre à chacun, également, de rester sourd aux questionnements méthodologiques et épistémologiques qui ne cessent, chez Gagnon, d’accompagner les développements particuliers. Alors que certains sont vieux d’une quarantaine d’années, on ne peut que noter leur actualité, voire s’en inquiéter. Serait-ce un des derniers avatars de « la tyrannie du présent » ?

Haut de page

Bibliographie

GAGNON John, SIMON William, « Sex talk – public and private », Etc. A Review of General Semantics, 25, 1968, pp. 173-191.

GIAMI Alain, « Préface », in GAGNON John, Les Scripts de la sexualité. Essais sur les origines culturelles du désir, Paris, Payot, 2008.

VEYNE Paul, Foucault, sa pensée, sa personne, Paris, Albin Michel, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Deschamps, « Gagnon John, Les Scripts de la sexualité. Essais sur les origines culturelles du désir », Genre, sexualité & société [En ligne], 1 | Printemps 2009, mis en ligne le 01 juillet 2009, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://gss.revues.org/321

Haut de page

Auteur

Catherine Deschamps

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org