Navigation – Plan du site
Dossier
Articles

Prescrire un contraceptif : le rôle de l’institution médicale dans la construction de catégories sexuées

Prescribing contraception : the role of medicalisation in gendering birth control
Cécile Ventola

Résumés

Contrairement aux recherches médicales qui se fondent le plus souvent sur un « universel masculin », le domaine de la santé reproductive est caractérisé par l’absence des hommes. La prise en charge médicale de la reproduction s’est, dès son origine, focalisée sur les femmes. La médicalisation de la contraception a renforcé sa féminisation avec la disqualification des méthodes impliquant les deux membres du couple comme le retrait ou le préservatif, au profit de méthodes médicales féminines.
Cet article a pour objectif d’analyser comment la médicalisation de la contraception a renforcé la construction de rôles sexuellement différenciés en matière de reproduction, et plus précisément le rôle joué par les acteurs médicaux dans la définition des possibles et du souhaitable dans ce domaine.
Il se fonde sur une quinzaine d’entretiens semi-directifs conduits auprès de praticiens prescripteurs de contraception en Île-de-France en 2012 et 2013. Leurs discours reflètent, dans leur majorité, une perception genrée des individus et de leurs compétences contraceptives : les femmes seraient ainsi naturellement intéressées par leur fertilité, par opposition à des hommes indifférents, centrés sur leur sexualité. Cette différenciation sert de justification à l’exclusion des méthodes masculines de l’offre contraceptive.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1En France, la légalisation de la contraception en 1967 a résulté d’un compromis politique et social, à l’issue duquel la gestion de ce domaine a été confiée aux médecins (Mossuz-Lavau, 2002). Suite à cette décision et à la diffusion des méthodes médicales de contraception comme la pilule ou le stérilet, la contraception s’est fortement médicalisée (Leridon, De Guibert-Lantoine, 1998). La médicalisation est la « définition d’un problème en termes médicaux, l’usage d’un langage médical pour le décrire, l’adoption d’un cadre médical pour le comprendre ou l’utilisation d’une intervention médicale pour le traiter » (Conrad, 1992, 211). Les membres du corps médical deviennent ainsi les experts légitimes en matière de contrôle des naissances. Ce phénomène de médicalisation est allé de pair avec la féminisation des pratiques contraceptives, les méthodes impliquant les deux membres du couple comme le retrait ou l’abstinence périodique étant progressivement abandonnées au profit des méthodes médicales féminines plus efficaces. La contraception semble ainsi aujourd’hui moins perçue comme une affaire de couple que comme une affaire de femmes et de médecins, y compris lorsque les usagères sont en couple hétérosexuel, implicitement monogame.

2Dans ce contexte, analyser le cadre médical d’administration de la contraception peut permettre de comprendre les enjeux de genre qui traversent l’objet contraception. L’importance du rôle des médecins et de l’institution médicale dans le domaine contraceptif est double. Tout d’abord les discours et les pratiques des médecins définissent le champ des possibles et du pensable en matière de santé, du fait de leur rôle de prescripteur mais aussi du fait de la légitimité scientifique accordée socialement à leur activité clinique (Freidson, 1984). Le rôle des médecins auprès des usagères et usagers du système de santé peut être analysé à l’aide du concept d’entrepreneur de morale développé par Howard S. Becker (Becker, 1985), dans la mesure où leurs discours et pratiques contribuent à promouvoir des normes et des représentations, auprès de leurs patient-e-s mais aussi dans la sphère publique. À ce rôle normatif des praticiens s’ajoute le rôle socialisateur de l’institution médicale, au contact de laquelle les usagers apprennent le langage et les codes médicaux. L’intérêt des usagers/ères pour l’objet contraception et leur responsabilisation sont influencés par les sollicitations des médecins et des institutions médicales. Les attitudes et les représentations des médecins ainsi que la structure du système et de l’offre de soins contribuent donc à construire les attitudes et représentations de la population générale vis-à-vis de problèmes considérés comme médicaux.

  • 1 Cette étude n’aborde pas les mobilisations féministes pour le droit au choix des femmes, même si ce (...)

3L’objectif de cet article est d’analyser les représentations et les pratiques prescriptives des médecins en matière contraceptive et leur signification en termes de sexuation de l’objet contraception. Nous avons choisi ici de nous intéresser plus particulièrement à la place des hommes dans les dispositifs actuels de prescription de la contraception, dans le cadre d’une patientèle en couple hétérosexuel. En effet, le processus de féminisation qui a accompagné la médicalisation de la contraception a invisibilisé une potentielle implication des hommes en matière de régulation des naissances. Les méthodes de contraception masculines disponibles ne sont que rarement incluses dans le panel contraceptif proposé par les médecins. Analyser l’appréhension du rôle des hommes et des méthodes masculines par les institutions médicales et les professionnels de santé apparaît donc essentiel pour comprendre le clivage genré qui traverse le domaine de la contraception1.

4Dans un premier temps, nous aborderons la place accordée aux hommes dans l’espace socioprofessionnel médical de la contraception. Nous verrons que l’espace institutionnel de la santé reproductive mais aussi l’espace interactionnel de la consultation sont focalisés sur l’interaction entre le médecin et la patiente et n’intègrent pas le partenaire masculin. Au sein de cet espace socioprofessionnel, les représentations et les discours des médecins jouent un rôle normatif de définition de l’acteur contraceptif légitime, en privilégiant les méthodes médicales féminines. En mobilisant des représentations naturalisantes des femmes et des hommes, cette définition dessine une répartition genrée des responsabilités et compétences en matière contraceptive.

Méthode

Cet article se fonde sur 16 entretiens réalisés en Île-de-France en 2013 avec des praticiens prescripteurs de contraception (médecins généralistes et gynécologues). Environ 200 praticiens ont été sélectionnés sur la base AMELI de l’Assurance maladie en fonction de critères de diversification tels que le sexe, le secteur conventionnel et le département d’exercice. Les départements de Paris, de la Seine-et-Marne et de la Seine-Saint-Denis ont été retenus pour leur diversité en termes de démographie médicale. Les praticiens ont été sollicités par courrier puis par téléphone. Les entretiens, d’une heure environ, ont généralement été réalisés sur le lieu d’exercice. Ils s’appuyaient sur une grille d’entretien portant sur le parcours professionnel, la vision de la contraception, les pratiques prescriptives, et le thème de l’implication des hommes. Les entretiens ont ensuite été analysés selon plusieurs méthodes. Une analyse de contenu thématique a été conduite à l’aide de catégories qui ont été réévaluées en cours d’analyse puis résumées dans un tableau croisant les caractéristiques sociales et professionnelles de chaque praticien et le type de réponses apportées aux différentes thématiques. Par ailleurs, des fiches "portraits» ont été réalisées pour chaque praticien, résumant leurs positionnement vis-à-vis de la contraception et de l’implication des hommes, leurs pratiques prescriptives, leur vision de la profession médicale, et incluant les éléments biographiques pertinents.

Par ailleurs, les données de l’enquête CSF (Contexte de la Sexualité en France, INSERM-INED) et FECOND (FEcondité, CONtraception et Dysfonctions sexuelles, INSERM-INED) ont été exploitées dans un objectif de contextualisation. L’enquête CSF a été réalisée en 2006 sous la responsabilité de Nathalie Bajos et Michel Bozon (Bajos, Bozon, 2008). L’échantillon comportait 12364 hommes et femmes âgés de 18 à 69 ans, interrogés sur la sexualité et la santé sexuelle et reproductive. L’enquête FECOND, dirigée par Nathalie Bajos et Caroline Moreau, a été réalisée en grande partie en 2010. Elle se compose de plusieurs modules. Le module « Médecins » utilisé dans ce travail porte sur 1011 médecins prescripteurs de contraception. Une description détaillée de cette enquête et de sa méthodologie a déjà fait l’objet d’une publication (Bajos et al., 2012).

Les espaces de la contraception

5En 1967, la loi autorisant la commercialisation de contraceptifs soumettait l’accès à la contraception à une condition médicale : devenues légales, les méthodes dites médicales (pilule, diaphragme, stérilet) ne pouvaient être obtenues que sur prescription de la part d’un médecin. Avec son basculement dans le domaine médical, la contraception s’est inscrite dans un domaine historiquement féminin : celui de la santé reproductive.

6La gynécologie, spécialité médicale dédiée au corps féminin, s’est développée sans que son équivalent masculin, l’andrologie, ne connaisse de destin similaire. Aujourd’hui encore, l’andrologie est une sous-spécialité, exercée par un nombre très limité d’urologues. Cette focalisation médicale sur le corps reproducteur féminin à partir du XVIIIe siècle a permis de refonder scientifiquement la différence des sexes, en inscrivant dans les différences anatomiques des qualités et des compétences sexuellement différenciées (Laqueur, 1992). Le modèle de représentation des sexes qui s’est construit à partir du XIXe siècle est un modèle binaire qui oppose masculin et féminin selon les modalités corps sain/corps malade, capacité/incapacité. Les spécificités féminines anatomiques ont été pathologisées, l’utérus puis les ovaires devenant intrinsèquement pathologiques, nécessitaient dès lors des soins spécifiques, ce qui a donné naissance à la gynécologie et a catalysé les recherches sur la part féminine de la reproduction (Oudshoorn, 1994). Ce différentiel est perceptible dans l’état actuel des recherches sur la contraception masculine ou encore sur le traitement des infertilités masculines, domaines où les possibilités techniques sont très réduites pour les hommes par rapport à celles qui concernent les femmes (Löwy, 2000). Le champ médical de la reproduction s’est traditionnellement focalisé sur les femmes car il est considéré qu’elles seules ont des besoins spécifiques, liés au départ aux maladies de l’utérus (hystérie) ou des ovaires, puis à la maternité, avec l’émergence du métier d’obstétricien. Lorsque la contraception est devenue médicale, elle a été prise en charge dans ce domaine fortement focalisé sur les femmes, où très peu de praticiens et de chercheurs s’intéressent aux hommes.

  • 2 Conférence de Presse du Comité de défense de la gynécologie médicale au Sénat, le 5 mai 1999. Sourc (...)

7Cette tendance initiale s’est renforcée avec le développement du suivi gynécologique lié à la diffusion de la pilule. En France, l’existence de la spécialité de gynécologie médicale, exercée à 90 % par des femmes (Bessière, 2005) et se revendiquant « médecines des femmes par les femmes »2, renforce cette association entre contraception et féminité. En France, la majorité des femmes sont suivies pour leur contraception par un gynécologue (Bajos et al., 2004), quand ailleurs en Europe, ce sont les médecins généralistes, à la patientèle beaucoup plus mixte, qui se chargent de ces prescriptions. En France, cette structure de l’offre médicale contribue à construire un espace contraceptif majoritairement féminin.

8Entre le suivi médical lié à la contraception et la prise en charge des soins aux enfants toujours majoritairement effectuée par les femmes, ces dernières développent, dès l’adolescence, un rapport régulier à l’institution médicale, et des habitudes sanitaires qui leur sont spécifiques, devenant « agent principal de verbalisation et de résolution des problèmes de santé au sein de la famille » (Memmi, 2003, 265). La socialisation médicale des individus a donc tendance à être plus intense pour les femmes, notamment via la socialisation contraceptive (Commission Européenne, 2011 ; Courtenay, 2000).

9Les données de l’enquête Contexte de la Sexualité en France illustrent cette focalisation des médecins sur les femmes, et il est intéressant de constater que c’était déjà le cas avant même la diffusion des méthodes médicales de contraception. Lorsque les participants à cette enquête ont été interrogés sur leur première source d’information concernant les moyens d’éviter une grossesse, les femmes ont, dès avant 1967, cité plus souvent le médecin que les hommes, l’écart augmentant avec l’arrivée des méthodes médicales. On peut constater un léger décrochage pour la plus jeune génération qui n’est pas encore concernée par le suivi gynécologique.

10Le Planning Familial, nommé « Maternité Heureuse » jusqu’en 1960, a commencé la diffusion d’informations et de méthodes contraceptives avant leur légalisation. L’association accueillait en théorie des femmes et des hommes mais recevait en réalité une majorité de femmes (Friedmann, 2006). La médicalisation de la contraception n’a donc pas profondément modifié la structure de la population des acteurs de la contraception, mais le domaine médical tel qu’il était structuré en 1967 n’offrait pas d’espace à une participation masculine, ce qui a donc renforcé la féminisation de la contraception.

  • 3 Pour plus d’analyses sur le développement de méthodes contraceptives masculines, voir le dossier co (...)
  • 4 La relation entre le médecin et l’usager-e du système de soins est pensée en France comme un colloq (...)

11Par ailleurs, on peut rendre compte de cette féminisation en s’intéressant aux méthodes disponibles à partir des années 1960. Du fait de la focalisation des recherches sur le fonctionnement reproductif féminin, les méthodes contraceptives qui ont été développées depuis les années 1950 sont des méthodes exclusivement féminines : pilule, dispositif intra-utérin ou stérilet, patch, anneau, stérilet hormonal, etc. (Oudshoorn, 2010). Les méthodes de contraception qui peuvent être utilisées par les hommes sont le préservatif et la vasectomie, qui existaient déjà au moment du développement des méthodes hormonales.3 Dans ce contexte, la prescription contraceptive par les médecins tend également à se focaliser sur les femmes, et il apparaît difficile pour les praticiens de considérer le couple plutôt que la « patiente ». La prise en charge médicale de la contraception s’est en effet produite sans réflexion sur le statut particulier de ces médicaments ou dispositifs médicaux parmi les soins habituellement dispensés par les médecins. La contraception n’est pas une réponse thérapeutique à une maladie et sa prescription ne doit pas résulter d’un diagnostic médical, mais du choix de l’individu concerné en fonction de son mode de vie et de ses attentes. Cette particularité de la prescription contraceptive parmi les actes médicaux n’est pas enseignée et n’est donc pas perçue par un grand nombre de praticiens qui considèrent qu’ils sont mieux à même de prendre les décisions contraceptives que leurs patientes (Gelly, 2006). La prescription contraceptive est donc pensée dans le cadre d’une relation entre un médecin et une patiente4, relation dans laquelle le partenaire masculin est appréhendé comme un tiers difficile à inclure, n’étant lui même pas patient. Le travail de la sociologue Geneviève Cresson sur les hommes et l’avortement a montré combien l’absence d’intervention sur le corps masculin rend la place des partenaires difficilement pensable dans un espace médical qui appréhende les femmes comme patientes (Cresson, 2006).

12Cette focalisation de l’espace médical sur les femmes comme patientes prend une forme plus concrète dans la consultation de contraception telle qu’elle est rapportée par les praticiens rencontrés. L’espace institutionnel devient alors espace interactionnel, dans lequel les pratiques désignent les acteurs pertinents. Les partenaires peuvent participer à la consultation s’ils le souhaitent, mais leur présence est parfois accueillie avec méfiance car elle est perçue comme une potentielle tentative de contrôle sur les femmes.

« Quand je vais chercher les personnes en salle d’attente, s’ils se lèvent tous les deux, j’arrête souvent la femme et je lui demande s’ils voulaient entrer tous les deux. Et là on voit bien à la tête des femmes, y’en a qui me répondent pas, ça veut dire : « non, oui je voudrais rentrer toute seule. » (D.E., gynécologue, femme, 59 ans)

13Par ailleurs, si certaines praticiennes évoquent avec regret l’absence des hommes dans leur cabinet, elles ne proposent pas aux femmes de venir accompagnées. La consultation de couple dépend donc des initiatives individuelles. Or, la consultation contraceptive est traditionnellement féminine, dans un espace par définition féminin puisque gynécologique dans la majorité des cas. Les hommes ne sont donc pas sollicités dans la structure actuelle. Cette logique se retrouve dans le panel de méthodes proposées. Les gynécologues disent ne pas évoquer la seule méthode masculine médicale, la vasectomie, parce que les hommes ne sont pas présents, ou parce que leur rôle se limite aux femmes : en tant que médecins spécialistes de la contraception, elles définissent leur patientèle comme féminine et non comme mixte, limitant de fait l’offre contraceptive aux méthodes féminines et le conseil contraceptif aux femmes.

« Mais, je parle peu de vasectomie parce que c’est les femmes qui viennent, mais c’est vrai que oui, on, je pourrais, par leur intermédiaire... » (D.E., gynécologue, femme, 59 ans)

« C’est vrai que j’en parle pas beaucoup. Ça fait pas partie des méthodes de contraception de la femme donc, moi je me sens pas très concernée. » (D.K., gynécologue médicale, femme, 55 ans)

« La vasectomie, pour la proposer, il faut que Monsieur soit là, et Monsieur, il est jamais là pour la contraception. » (C.D., gynécologue médicale, femme, 61 ans)

  • 5 L’implant est un dispositif contraceptif sous-cutané à diffusion de progestérone. Il est inséré sou (...)

14Lorsqu’on leur demande si le partenaire joue un rôle dans le choix contraceptif, les praticiens décrivent systématiquement ce rôle comme limitant, c’est-à-dire que le partenaire est évoqué comme un frein à l’utilisation de certaines méthodes, comme l’implant5 ou le stérilet, et notamment dans le but de préserver l’activité sexuelle. 

« Le stérilet par exemple, moi je l’ai proposé à des gens en couple, et l’homme dit non. Pourquoi ? On sait pas. Parce qu’il veut garder justement peut-être sans doute un peu du contrôle. L’implant, il y a un centre près du cabinet, ils essaient de proposer l’implant chez les jeunes africaines et ça passe pas non plus. Quand ils sont mariés ça passe pas. Moi j’ai eu des cas où on m’a demandé d’enlever l’implant parce que le mari était pas d’accord. Ça le poids de l’homme dans la plupart des cultures, ça reste énorme quoi. » (M.Q., médecin généraliste, homme, 52 ans)

« J’ai l’impression que très souvent les maris disent, ben oui, ils pensent même pas à intervenir dans la discussion puisque c’est à la femme de faire la contraception. Et pour eux très souvent ça veut dire venir prendre la pilule. Alors ils interviennent quand il y a un inconvénient, quand par exemple il y a trop de saignements avec le stérilet, ou c’est trop long, et que du coup ça restreint pour beaucoup le temps des relations sexuelles...» (D.E., gynécologue médicale et obstétricienne, femme, 59 ans)

« Donc le stérilet, il y a des hommes qui supportent pas, qui ont l’impression qu’ils vont le sentir. Donc déjà, là ils disent « non, non, non », ils veulent pas. Il y a des hommes qui sont un peu réfractaires au préservatif. » (F.S., médecin généraliste, femme, 55 ans)

15La participation des hommes en tant que partenaire, aidant par exemple à se souvenir de la prise quotidienne du comprimé hormonal ou utilisant un préservatif en cas d’oubli de pilule (Desjeux, 2008), n’est que très rarement évoquée. Le choix contraceptif est décrit soit comme un choix féminin, soit comme un choix résultant de l’interaction entre le praticien et la patiente, mais très rarement comme un choix de couple, et parfois même comme une décision devant se prendre à l’insu du partenaire.

16L’espace médical de la contraception est donc traditionnellement un espace féminin. Le suivi contraceptif est venu renforcer cette caractéristique car le domaine de la santé reproductive ne s’est pas ouvert aux hommes avec l’arrivée de la contraception médicale. La contraception médicalisée est pensée comme féminine, et l’espace même de la consultation est un espace féminin, où la relation principale est celle qui lie le médecin et les femmes et où les hommes sont perçus au mieux comme des tiers embarrassants, au pire comme des ennemis.

17Au sein de cet espace socioprofessionnel, les praticiens ont une fonction de définition des normes à travers leurs discours et leurs pratiques. La définition normative de la contraception qu’ils élaborent au fil des entretiens renforce cette perception des femmes comme interlocutrices légitimes, en excluant les méthodes contraceptives masculines du panel des méthodes recommandables.

La définition de la contraception

18Le rôle des acteurs médicaux dans la définition de la norme contraceptive est important, dans la mesure où les médecins contribuent à définir les bonnes et les mauvaises pratiques en la matière (Bajos et Ferrand, 2004). La définition de la contraception donnée par les praticiens a une fonction normative en catégorisant les méthodes contraceptives à privilégier et celles à rejeter.

19L’une des questions de la grille d’entretien avait pour but d’interroger les représentations des praticiens quant à la finalité de la contraception : « Quel est le but de la contraception selon vous ? ». Dans l’immense majorité des cas, les praticiens ont répondu que la contraception permettait aux femmes de choisir le moment où elles auraient des enfants. Outre le fait qu’il s’agit d’une définition active (« avoir des enfants ») d’un processus pourtant interruptif (« empêcher la conception lors des rapports sexuels »), on remarque qu’il s’agit de la vie reproductive des femmes seulement, et non des couples. Cette définition laisse entendre que les femmes se contraceptent et font des enfants seules. Cela reflète une conception de la contraception comme concernant seulement les femmes, améliorant la vie des femmes, quand elle permet en réalité de contrôler la fécondité du couple.

« Donc c’est pour donner la liberté à la femme de, si vous voulez, d’être enceinte, au moment où elle veut, quand elle veut, d’avoir un libre, une libre action sur son corps quoi. » (M.A., gynécologue, homme, 59 ans)

20La définition de la contraception concerne également ce que les praticiens considèrent comme méthode contraceptive et ce qu’ils excluent de cette définition. On peut constater dans un premier temps qu’ils ont tendance, dans leur immense majorité, à exclure les méthodes dites naturelles, comme le retrait ou l’abstinence périodique. Si l’efficacité théorique de ces méthodes est très inférieure aux méthodes médicales, notamment celles de longue durée, elles n’en sont pas moins utilisées par un certain nombre de couples et représentent de fait une réalité des pratiques contraceptives parfois prise en compte par le corps médical dans d’autres pays. Elles sont par exemple intégrées au panel proposé aux clients des services de santé sexuelle et reproductive au Royaume-Uni. Les méthodes dites naturelles impliquent la plupart du temps une forme de coopération entre les deux membres du couple, qu’il s’agisse du retrait ou de l’abstinence périodique. Lorsqu’ils n’intègrent pas ces méthodes à leur panel, les médecins excluent donc une partie des méthodes collaboratives.

21Cette disqualification s’étend également au préservatif, méthode collaborative la plus utilisée en France qui, si elle est fortement recommandée dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de VIH, n’est pas perçue comme une contraception fiable ou durable.

« Moi je considère que le préservatif, moi je mets pas ça comme méthode de contraception. Je vais pas proposer une méthode de contraception, le préservatif, parce que avec les taux d’échec... » (M.A., gynécologue, homme, 59 ans)

« …pfff, les préservatifs de toute façon, ça peut pas être durable dans une contraception qui doit être, enfin dans un couple. » (H.G., médecin généraliste, femme, 41 ans)

  • 6 Les femmes concernées par la contraception sont les femmes ayant déjà eu des rapports sexuels, non (...)

22Cette méthode est décrite comme convenant aux relations instables ou débutantes mais ne pouvant pas constituer une contraception de couple. Le préservatif ne nécessite pas de prescription médicale, mais il n’en est pas moins le troisième contraceptif le plus utilisé, rapporté comme méthode de contraception principale par 15 % des femmes de 15 à 49 concernées en France6. Si l’argument ouvertement donné par les praticiens est celui de la moindre efficacité de cette méthode, on peut proposer une autre hypothèse pour rendre compte de cette réticence : la recommandation du préservatif doit s’accompagner d’explications quant à sa pose, d’éventuelles discussions sur la sexualité ; tous les praticiens ne sont pas à l’aise avec ces discussions, d’autant qu’ils ne reçoivent pas de formation en ce sens. Le fait de considérer le préservatif comme une méthode sortant du cadre médical permet d’éviter d’aborder ces questions. Quelques praticiens précisaient ainsi qu’ils ne voyaient pas où était leur rôle en la matière puisque les patients connaissent le fonctionnement de cette méthode.

« Après le préservatif c’est plus compliqué, parce qu’il faut être deux et on a pas souvent les deux en consultation, et puis tout le monde sait comment la contraception d’un préservatif marche. » (M.Q., médecin généraliste, homme, 52 ans).

  • 7 Loi n° 2001-588 du 4 juillet 2001 relative à l’interruption volontaire de grossesse et à la contrac (...)

23Enfin, la définition de la contraception donnée par les praticiens rencontrés exclut très majoritairement la vasectomie. La stérilisation à visée contraceptive n’a été légalisée qu’en 20017, et depuis la vasectomie demeure très peu utilisée, puisqu’elle ne représente que 0,2 % des méthodes rapportées par les femmes concernées par la contraception, alors que la stérilisation féminine est utilisée par 3,2 % d’entre elles (Enquête FECOND 2010). Les médecins sont généralement assez peu formés sur cette méthode, l’un d’entre eux ignorant par exemple qu’il est légal d’y recourir alors que c’est le cas depuis plus de dix ans au moment de l’entretien. Les attitudes vis-à-vis de cette méthode sont variables, mais jamais proactives. Les praticiens les plus jeunes ont tendance à accueillir les demandes si elles se présentent mais n’évoquent jamais la stérilisation spontanément. Les professionnels les plus âgés ne l’évoquent jamais et peuvent même aller jusqu’à décourager les rares demandes spontanées.

« Non, sur le temps que je bosse là, depuis que je bosse en ville, non, j’ai dû en avoir un qui m’en a parlé, pis je lui ai dit bon : « voilà les risques que t’encours, voilà les risques... », ou que « tu » ou que « vous », ça dépend si je le tutoie. Voilà. Donc non.

CV : Il est allé au bout de sa démarche ou pas ?

Médecin : Non. » (B.S., médecin généraliste, homme, 64 ans)

24Cette réticence des médecins paraît être une réticence vis-à-vis de toute méthode définitive, qui pousse un certain nombre de praticiens à exclure explicitement la stérilisation du panel des méthodes proposées.

« Je trouve qu’on a suffisamment de procédés contraceptifs à l’heure actuelle pour ne pas avoir recours à la stérilisation. » (I.S., gynécologue médical, homme, 74 ans)

« C’est pas une contraception pour moi, puisque contraception, c’est une méthode réversible. » (D.E., gynécologue, femme, 59 ans)

  • 8 « Le médecin n’a aucun rôle à jouer en ce domaine et aucune responsabilité à assurer dans l’applica (...)

25Cette attitude s’inscrit dans la tradition nataliste qui caractérise le contexte français. Du fait de son histoire, avec une transition démographique précoce et les guerres meurtrières des XIXe et XXe siècles, le contexte politique de la France a été influencé par la peur de la dépopulation (Cahen, 2011). Cette peur a donné lieu à de fortes réticences politiques vis-à-vis de l’accès à la contraception et l’avortement d’une part, et à des politiques familiales se voulant incitatives d’autre part. Dans ce contexte, la stérilisation était interdite et considérée comme une mutilation jusqu’à la loi de 2001. La position du Conseil de l’Ordre, excluant en 1962 la contraception des compétences médicales, témoigne des réticences du corps médical vis-à-vis de la contraception8. La profession continue pour partie à considérer que la stérilisation, n’étant pas thérapeutique, ne relève pas des compétences médicales classiques.

26L’enquête FECOND conduite en 2010 auprès d’un panel de 1011 médecins permet de caractériser les attitudes professionnelles à l’égard des méthodes définitives. Il était demandé aux praticiens de se positionner vis-à-vis des affirmations suivantes : « La vasectomie n’est pas une option contraceptive acceptable car la contraception devrait toujours être réversible » et : « La ligature n’est pas une option contraceptive acceptable car la contraception devrait toujours être réversible ». Nous avons rassemblé ces deux questions en une seule variable.

La vasectomie et la ligature des trompes ne sont pas des options acceptables car la contraception devrait toujours être réversible (n =939)

D’accord ( %)

34

Pas d’accord ( %)

53

Seule la vasectomie pose problème ( %)

9

Seule la ligature des trompes pose problème ( %)

4

Source : Enquête FECOND, INSERM-INED, 2010

27La répartition des réponses montre que 34 % des praticiens ne considèrent pas la stérilisation, qu’elle soit masculine ou féminine, comme une méthode contraceptive acceptable. Par ailleurs, si la grande majorité des praticiens interrogés (87 %) semblait considérer les stérilisations masculines et féminines de la même manière, 13 % d’entre eux ne considéraient que l’une ou l’autre des méthodes comme inacceptable. On constate que la réticence médicale est significativement plus forte envers la vasectomie que vis-à-vis de la ligature des trompes.

  • 9 Une vasectomie coûte environ 60 € contre 170 à 200 € pour une ligature des trompes. Assurance Malad (...)

28Pourtant, en termes strictement médicaux, la vasectomie est plus avantageuse que la ligature des trompes : elle est plus efficace (le risque de grossesse à 12 mois est de 0,15 % contre 0,5 % avec la ligature (OMS, 2005)), on peut vérifier son efficacité grâce aux spermogrammes, et c’est une intervention moins lourde puisqu’il s’agit d’une chirurgie sous anesthésie locale d’une quinzaine de minutes, contre une anesthésie générale pour la ligature. De plus, la vasectomie coûte environ 3 fois moins cher que la ligature9. Une plus grande réticence médicale à l’égard de cette méthode ne paraît donc pas relever d’arguments médicaux mais plutôt de représentations propres aux praticiens qui renvoient à une division de genre. Cette attitude peut s’interpréter comme une double réticence : réticence à confier la responsabilité de la contraception du couple au partenaire masculin plutôt qu’à la femme, et réticence à intervenir sur l’appareil génital masculin et, par extension, potentiellement sur sa sexualité (Oudshoorn, 2003 ; Courtenay, 2000). Les représentations des praticiens en matière de stérilisation contraceptive renvoient donc à un clivage genré entre les femmes assimilées à la reproduction et les hommes à la sexualité. Cette répartition des rôles se double d’une perception différenciée des temporalités reproductives des individus. Si la stérilisation féminine ne paraît acceptable qu’à l’issue d’une vie reproductive jugée satisfaisante, c’est-à-dire pour des femmes mères de plusieurs enfants et approchant la cinquantaine, la stérilisation masculine est rejetée à tout âge au motif que le potentiel reproducteur masculin n’a pas de bornes temporelles. Les normes d’âge en matière de stérilisation renvoient donc également à une lecture genrée de la temporalité de la reproduction, les femmes n’y ayant accès qu’après avoir rempli leur rôle reproductif, et les potentialités reproductives des hommes n’étant pas perçues comme pouvant être circonscrites.

29Un dernier élément que l’on peut évoquer dans le contexte médical français est la question financière. La structure du système médical français organise les soins selon un système de transactions financières entre le patient et le médecin d’une part, et l’Assurance Maladie et le médecin d’autre part. La rétribution des médecins est liée au nombre de consultations et d’actes qu’ils effectuent. Les méthodes nécessitant des visites de contrôle et des prescriptions régulières, comme la pilule, sont donc plus lucratives que les méthodes long cours et surtout que les méthodes définitives. La stérilisation représente en ce sens un manque à gagner pour les prescripteurs, dans la mesure où elle implique potentiellement la perte d’une patiente contraceptive. La chirurgie de la vasectomie n’est de plus pas effectuée par les gynécologues mais le plus souvent par des urologues. L’utilisation du préservatif seul comme contraception représente également un manque à gagner pour les médecins prescripteurs de contraception.

30Plusieurs facteurs, du contexte historique aux enjeux financiers, participent donc à limiter la définition que donnent les praticiens français de la contraception. Les argumentaires déployés appartiennent au registre professionnel : les critères d’exclusion ou d’inclusion des méthodes se réfèrent à leur efficacité ou leur réversibilité. Mais ce qui se dessine en filigrane est la valorisation des méthodes féminines et l’omission ou la disqualification des méthodes masculines ou coopératives. La définition de la contraception donnée par ces professionnels de santé semble renvoyer implicitement à une répartition genrée des responsabilités contraceptives, en désignant les femmes comme actrices principales de la contraception.

La compétence contraceptive

31La question de la compétence contraceptive revient régulièrement dans les entretiens. Telle qu’elle est décrite par les praticiens, cette compétence correspond à la capacité à prendre une contraception, dépendante des motivations et de la fiabilité des individus. L’acquisition supposée difficile de cette compétence justifie le suivi médical, voire les limites parfois posées par le praticien au libre choix contraceptif des patients. Les femmes sont ainsi parfois décrites comme ignorantes, oubliant souvent les informations délivrées par le médecin et pouvant se comporter avec désinvolture.

« Il y a celles qui font n’importe quoi. Bon, il y en a, qui en sont au 4e ou 5e avortement alors que bon… On leur a mis un stérilet, enfin on a tout fait et ça marche jamais, rien ne va. Elles oublient, elles font pas ce qu’il faut. » (C.D., gynécologue médicale, femme, 61 ans)

« Mais elles sont mal informées sur les contre-indications, les effets secondaires... Le fait même de prendre une pilule tous les jours... Il y en a beaucoup qui réalisent pas qu’il faut prendre la pilule tous les jours, que c’est important, que toutes les pilules sont importantes. Mais combien on en voit qui disent : « Oh j’ai oublié un jour, c’est pas grave. » Elles ont pas conscience, notamment avec la pilule, que il faut une régularité, il faut être sérieux, il faut... il faut la prendre tous les jours. C’est comme celles qui disent : « Bon, je prends la pilule depuis des années, c’est pas grave si je l’oublie », ou « Si je l’arrête, je serai pas enceinte le premier mois. » Des choses comme ça. Il y a beaucoup d’idées, d’idées fausses en fait. » (N.H., gynécologue médicale, femme, 62 ans)

32Ce discours vise entre autres à éviter la remise en question des pratiques professionnelles prescriptives, en mettant en cause les connaissances des patientes, voire en leur attribuant des désirs ambigus en cas d’échecs contraceptifs. La majorité des praticiens (60 %) a ainsi tendance à attribuer les grossesses non prévues à l’insouciance des femmes plutôt qu’à l’inadéquation entre les méthodes contraceptives prescrites et le mode de vie des patientes (Bajos et al., 2013).

33En revanche, dès lors que l’on évoque la participation éventuelle des hommes à la contraception, par exemple par la prise d’une contraception masculine, certains praticiens opposent une « compétence naturelle » des femmes à « l’indifférence naturelle » des hommes. Parce que les femmes peuvent tomber enceintes, elles seraient naturellement plus portées à s’intéresser à, et plus douées pour gérer la contraception du couple. Avant même d’avoir expérimenté une grossesse, toute femme porterait en elle la conscience de sa capacité reproductive et donc une vigilance sexuellement spécifique. Au contraire, les hommes ne risquant pas de tomber enceints, s’intéresseraient moins à leur fertilité ou à la maitrise de leur fertilité.

« Non, parce que c’est vraiment la femme qui décide d’avoir un enfant ou pas, hein. C’est quand même elle qui sait qu’elle en veut plus. Donc quand elle se dit : « je n’en veux plus », elle cherche une solution pour ça. Alors que l’homme, même si il se dit ça, c’est pas lui qui le vit dans sa chair, la grossesse. Et donc, lui, si on lui propose ce genre de choses, il... ben, les hommes sont pas acteurs hein, j’ai jamais d’hommes qui viennent en même temps que les femmes pour la contraception. J’ai jamais un homme qui vient me voir en me disant : « j’ai des problèmes de contraception dans mon couple, qu’est-ce que vous me proposez ? » C’est pas un problème d’homme. » (D.S., médecin généraliste, femme, 55 ans)

« …mais de toute façon, c’est toujours les femmes qui feront les gosses. C’est elles qui les portent, alors de toute façon, quand dans un jeune couple, la femme est enceinte, le garçon, il se sent pas forcément concerné. “Ah, elle avait qu’à prendre sa pilule“. » (C.D., gynécologue médicale, femme, 61 ans)

« Non, parce que c’est pas eux qui assument les grossesses, donc ils seront jamais autant motivés qu’une femme. Vous voyez ce que je veux dire ? [...] Vous rencontrez quelqu’un, il vous dit : « J’ai fait une vasectomie, machin ». Bon ben d’accord, mais comment vous vérifiez ? Vous le croyez sur parole ? Il va vous montrer son spermogramme où il y a… ? Enfin, je veux dire, ça tient pas la route. » (D.K., gynécologue médicale, femme, 55 ans)

34Cette attribution des conséquences reproductives aux femmes est une représentation traditionnelle selon laquelle les femmes sont plus concernées par la reproduction que les hommes. Les conséquences de la reproduction humaine pèsent indéniablement plus lourdement sur les femmes corporellement et socialement, du fait de la répartition traditionnelle genrée des responsabilités parentales. Mais mobiliser cette différence pour présupposer la compétence féminine et l’absence d’intérêt masculin dans le domaine contraceptif dépasse le simple constat et tend à inscrire biologiquement des différences de comportements acquis. Il est intéressant de constater que la compétence supposée des femmes n’est mobilisée que dans l’opposition aux hommes. Les mêmes praticiens peuvent ainsi à la fois décrire l’étendue de l’incompétence féminine avant de fonder biologiquement une compétence exclusivement féminine. Cette naturalisation contribue à structurer de manière genrée le domaine de la reproduction avec une tendance à disqualifier les préoccupations que pourraient avoir les hommes pour leur fertilité. Pour certaines praticiennes, la responsabilité de la contraception ne peut être confiée aux hommes car ils portent en eux la possibilité de se détourner de leur paternité.

« Les hommes, ils peuvent ne pas reconnaître les enfants, ils peuvent s’en aller et ne plus jamais en entendre parler... Je veux dire, ça, ils l’ont en eux. » (D.S., médecin généraliste, femme, 55 ans)

35Une image qui revient souvent est celle de femmes intéressées par la reproduction s’opposant à des hommes avant tout intéressés par la sexualité, ce qui s’opposerait à une gestion contraceptive raisonnée.

« Ah oui, les femmes, elles ont toujours peur : « Est-ce que je pourrai faire des enfants ? » Une fille vient, « j’ai pas des règles régulières, vous êtes sûre que je serai féconde ? » Elles se posent plein de questions là-dessus. Le corps de la femme, il est centré là-dessus, le corps de l’homme il est centré sur sa sexualité. Il est pas centré sur sa fécondité. » (C.D., gynécologue médicale, femme, 61 ans)

« Si c’est une contraception de courte durée, une pilule sur quelques jours, je crois que chez l’homme ça va être difficile. Enfin, ça me parait difficile en tout cas, pour certains hommes, qui ne seraient pas... peut-être tendance à vadrouiller, j’allais dire. » (W.Q., médecine généraliste, homme, 30 ans)

36En réalité, lorsqu’on les interroge sur leur désir actuel ou futur de parentalité, les hommes déclarent souhaiter avoir des enfants dans les mêmes proportions que les femmes, soit 86 % des femmes et 85 % des hommes de 15 à 49 ans en France (Enquête FECOND, 2010).

37Mais dans la mesure où une grande partie des praticiens partagent une représentation duale des hommes et des femmes, ils appréhendent la contraception masculine comme ne pouvant fonctionner que dans le cadre d’une relation stable. L’implication des hommes dans la contraception s’inscrit alors, pour les praticiens, dans le cadre de la conjugalité, et non d’un désir qui leur serait propre de contrôler leur fertilité.

« Alors il y a une proportion de la population masculine qui va être très concernée. Vous dire la proportion en question, ça je ne sais pas. Dans le cadre d’un couple installé, oui, je pense que ça peut se gérer. » (K.Z., médecin généraliste, homme, 60 ans)

« …et puis les garçons se sentent pas tellement impliqués, quand ils sont jeunes. Bon après, quand ils sont en couple, qu’il veulent faire des gosses, ou que ils sont avec quelqu’un qu’ils aiment, avec qui ils veulent avoir des enfants, ils sont plus impliqués. Mais avant… » (C.D., gynécologue médicale, femme, 61 ans)

38L’un des obstacles à la prise en charge de la contraception par les hommes pour les praticiens est la confusion, pour certains hommes, entre fertilité et virilité. Les hommes refuseraient de prendre une contraception parce qu’ils se sentiraient potentiellement diminués par une suppression, temporaire ou non, de leur fertilité. Lorsqu’on les interroge sur une potentielle pilule masculine, ces mêmes praticiens se focalisent sur les effets secondaires, son impact sur la libido, et la confondent parfois avec la castration chimique, ce qui pose la question de leur propre propension à faire cette confusion entre virilité et fécondité.

« On sait actuellement bloquer la fabrication des spermatozoïdes, ça se fait pour les délinquants sexuels. Mais on bloque en même temps la libido. Et on n’arrive pas à bloquer l’un sans l’autre dans l’état actuel de nos connaissances. » (I.S., homme, gynécologue médical, 74 ans)

39« …c’est-à-dire qu’il ne peut pas y avoir de contraception sans castration, enfin sans baisse de la libido chez l’homme, enfin je crois pas. » (O.Q., homme, médecin généraliste, 52 ans)

40Les discours sur les techniques de contraception masculine en développement éclairent un autre aspect de cette vision différentialiste, celui de l’impact des hormones sur la sexualité. L’absence de contraceptif masculin sur le marché est ainsi attribuée à son impact sur la libido masculine, alors que l’impact de la prise de la pilule sur la libido féminine (Caruso et. al., 2004 ; Sanders et. al., 2001), sujet à débats, est nié.

« Soit c’est hormonal, et le problème c’est qu’il y a plus d’érection. […] On va lui donner des anti-testostérone, il va avoir une libido à zéro, quoi. C’est pas possible, ça marche pas. Alors que chez la femme, on peut inhiber l’ovulation, sans inhiber le désir sexuel. C’est pas lié. » (D.K., gynécologue médicale, femme, 55 ans)

41Les caractéristiques attribuées aux individus diffèrent donc selon leur sexe et cette différenciation dessine une répartition des rôles naturalisée : les hommes seraient préoccupés par leur virilité et leur sexualité et peu intéressés par leur potentiel de reproduction tant qu’il n’est pas concrétisé par l’arrivée d’un enfant. Le comportement des femmes serait, lui, guidé par leurs préoccupations maternelles jugées « naturelles » et par une écoute, parfois perçue comme excessive, de leur corps et de ses manifestations biologiques.

42Enfin, la notion de compétence contraceptive naturellement féminine s’incarne également dans la compétence supposée supérieure des femmes médecins en matière contraceptive. Cette idée est défendue par plusieurs praticiennes, qui affirment que les femmes s’y intéressent plus, étant elles-mêmes concernées.

« Bon il y a de plus en plus de femmes généralistes qui s’occupent de contraception, je pense qu’elles le font mieux, parce qu’elles sont concernées. C’est toujours pareil, je dis pas que les hommes le font pas bien, il y en a qui font bien, mais dans l’ensemble, je pense que c’est plus un boulot de femmes. » (C.D., gynécologue médicale, femme, 61 ans)

« Alors moi j’avais fait de la gynéco en stage, j’ai fait pas mal de gynéco quand... Bon puis on est une femme donc on est confrontée pour soi-même, donc du coup on étudiait les choses différemment. » (D.S., médecin généraliste, femme, 55 ans)

43La contraception représente une compétence attribuée aux femmes en tant que patientes mais également en tant que professionnelles, ce qui souligne la force d’une représentation genrée des rôles en la matière.

Conclusion

44L’analyse des représentations des praticiens prescripteurs et du cadre médical de la contraception permet de mettre en lumière le fait que l’appréhension médicale de la contraception est essentiellement féminine. Les méthodes privilégiées sont des méthodes médicales féminines. Seule la « patiente » est considérée comme interlocutrice légitime dans un contexte où la contraception est pensée comme thérapeutique. Les praticiens manquent de connaissances sur les méthodes masculines et une multiplicité de facteurs concourt à leur exclusion du panel proposé aux individus. Enfin, la définition des compétences contraceptives se révèle très structurée par les représentations de genre, les femmes étant décrites comme naturellement intéressées par les questions de fertilité quand les hommes seraient irresponsables et centrés sur leur sexualité.

45Les attitudes et pratiques des prescripteurs contribuent à la construction d’un espace contraceptif médical centré sur les femmes, où le choix contraceptif est pensé comme résultant d’une interaction entre médecin et patiente et non comme un choix de couple. Cette situation d’exclusion des hommes interroge. Elle pourrait être liée au refus de considérer la sexualité lorsque l’on parle de contraception, alors même que l’utilisation d’une contraception est très souvent liée à l’acte sexuel. La relation hiérarchisée entre médecin et patiente pourrait se voir déséquilibrée par la présence des hommes, rendant l’interaction plus difficile à appréhender pour les professionnels. La contraception perçue comme contraception de couple basculerait peut-être dans le domaine du droit des individus à une sexualité libérée des contraintes procréatives, alors qu’elle est actuellement perçue comme un traitement médical qui nécessite un contrôle de la part des médecins.

46Les représentations qu’ont une partie des praticiens des responsabilités contraceptives renvoient à des rôles de genre traditionnels. Les enjeux reproductifs sont compris comme essentiellement féminins, quand le comportement des hommes est souvent appréhendé comme relevant de la sexualité. Ces représentations s’inscrivent dans une partition genrée qui se retrouve dans d’autres domaines sanitaires, particulièrement dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive (Löwy, 2000 ; Giami et Spencer 2004 ; Bajos et Ferrand, 2004), et plus généralement dans l’attribution sociale de sphères d’activité distinctes aux femmes et aux hommes, selon la dichotomie privé/public ou reproduction/production (Kergoat, 2005 ; Dorlin et Fassin, 2010).

47Les médecins représentent une forme de portail d’accès à la contraception et leurs attitudes et discours contribuent en ce sens à l’élaboration des connaissances individuelles et du champ des possibles en termes de contraception. L’importance du rôle normatif de l’institution médicale se perçoit dans la féminisation qui a accompagné la médicalisation de la contraception en France, qui est éclairée par les représentations médicales genrées de la reproduction et du contrôle des naissances.

48Le rôle de l’institution médicale française dans cette focalisation sur les femmes apparait d’autant plus important que la médicalisation n’a pas eu ces conséquences partout en Occident. Certains systèmes de santé accordant une place plus importante aux hommes dans le domaine de la régulation des naissances. À titre d’exemple, au Canada (Black et. al., 2009) ou encore au Royaume-Uni, la vasectomie est intégrée au panel des méthodes contraceptives proposées et cette méthode représente une part importante de la couverture contraceptive de ces pays (United Nations, 2013). En Angleterre, la structure du système de santé implique un encadrement administratif et scientifique des pratiques prescriptives, avec notamment l’utilisation systématique de supports documentaires et un contrôle opéré par les autorités sanitaires sur le contenu des prescriptions médicales. Les différences entre la France et l’Angleterre laissent supposer que c’est la marge de manœuvre laissée aux médecins, ou en d’autres termes, la place laissée à leurs expériences et représentations dans la prescription, qui permettrait de comprendre le peu de place accordée aux méthodes masculines en France par rapport au système britannique.

Haut de page

Bibliographie

AIACH Pierre, DELANOË Daniel (dir.), L’Ere de la médicalisation – Ecce homo sanitas, Paris, Editions Economica, 1998.

ANDROLOGIE, Dossier « La contraception masculine », vol. 22, n° 3, septembre 2012.

BLACK Amanda, YANG Qiuying, WEN Shi Wu, LALONDE André B., GUILBERT Edith, FISHER William, « Contraceptive use among Canadian women of reproductive age : Results of a national survey », Women’s Health, n° 31/7, 2009, pp. 627-640.

BAJOS Nathalie, BOZON Michel (dir.), BELTZER Nathalie (coordination), Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé, Paris, La Découverte, 2008.

BAJOS Nathalie, ROUZAUD-CORNABAS Mylène, PANJO Henri, BOHET Aline, MOREAU Caroline et l’équipe FECOND, « La crise de la pilule en France : vers un nouveau modèle contraceptif ? », Population et Sociétés, N° 511, mai 2014.

BAJOS Nathalie, ROUZAUD-CORNABAS Mylène, BOHET Aline, LEGLEYE Stéphane, RINGA Virginie, MOREAU Caroline, « Les facteurs de changement des logiques de prescription de la contraception en France », IRESP, Séminaire de clôture des appels à projets 2008 « Recherches sur les services de santé » et « Territoires et santé », Paris, 28 novembre 2013.

BAJOS Nathalie, BOHET Aline, LE GUEN Mireille, MOREAU Caroline, « La contraception en France : nouveau contexte, nouvelles pratiques ? », Population et Sociétés, N° 492, septembre 2012, pp. 1-4.

BAJOS Nathalie, FERRAND Michèle, « La contraception, levier réel ou symbolique de la domination masculine », Sciences sociales et santé, vol. 22, n° 3, 2004, pp. 117-142.

BAJOS Nathalie, OUSTRY Pascale, LERIDON Henri, BOUYER Jean, JOB-SPIRA Nadine, HASSOUN Danièle et l’équipe COCON, « Les inégalités sociales d’accès à la contraception en France », Population, vol. 59, n° 3-4, 2004, pp. 479-502.

BECKER Howard S., Outsiders : études de sociologie de la déviance ; Paris, Editions Métailié, 1985.

BESSIERE Sabine, « La féminisation des professions de santé en France : données de cadrage », Revue Française des Affaires Sociales, n° 1, 2005, pp. 19-33.

BLOY Géraldine, SCHWEYER François-Xavier (dir.), Singuliers généralistes – Sociologie de la médecine générale, Presses de l’EHESP, 2010.

CAHEN Fabrice, Lutter contre l’avortement illégal. Les politiques de la vie au défi du contrôle des mœurs. (France, 1890-1950), Thèse de doctorat en histoire, Paris, EHESS, 2011.

Commission Européenne, Directorate-General for Health & Consumers, « The State of Men’s Health in Europe », 2011.

CARUSO Salvatore, AGNELLO Carmela, INTELISANO Giorgia, FARINA Marco, DI MARI Lucia, CIANCI Antonio, « Sexual behavior of women taking low-dose oral contraceptive containing 15 μg ethinylestradiol/60 μg gestodene », Contraception, vol. 69, n° 3, 2004, pp. 237–240.

CONRAD Peter, « Medicalization and social control », Annual Review of Sociology, vol. 18, 1992, pp. 209-232.

COURTENAY Will, « Constructions of masculinity and their influence on men’s well-being : a theory of gender and health », Social Science & Medicine, vol. 50, 2000, pp. 1385-1401.

CRESSON Geneviève, « Les hommes et l’IVG », Sociétés contemporaines, vol. 1, n° 61, 2006, pp. 65-89.

DE LA ROCHEBROCHARD Elise, De la pilule au bébé-éprouvette. Choix individuels ou stratégies médicales, Paris, INED, 2008.

DESJEUX Cyril, « Une occultation des pratiques masculines de contraception », Interrogations, n° 6, 2008, pp. 151-160.

DORLIN Elsa, FASSIN Eric (dir.), Reproduire le genre, Paris, Editions de la bibliothèque publique d’information/Centre Pompidou, 2010.

FREIDSON Eliot, La profession médicale, Paris, Editions Payot, 1984.

FRIEDMANN Isabelle, Mouvement Français pour le Planning Familial, Liberté, sexualités, féminisme – 50 ans de combat du Planning pour les droits des femmes, Paris, La Découverte, 2006.

GAUDILLERE Jean-Paul, « La fabrique moléculaire du genre », Cahiers du Genre, vol. 1, n° 34, 2003, pp. 57-80.

GELLY Maud, Avortement et contraception dans les études médicales. Une formation inadaptée, Paris, L’Harmattan, 2006.

GIAMI Alain, LERIDON Henri, Les enjeux de la stérilisation, Paris, Inserm, 2000.

GIAMI Alain, SPENCER Brenda, « Les objets techniques de la sexualité et l’organisation des rapports de genre dans l’activité sexuelle : contraceptifs oraux, préservatifs et traitement des troubles sexuels », Revue d’Epidémiologie et de Santé Publique, n° 52, 2004, pp. 377-387.

KERGOAT Danièle, « Rapports sociaux et division du travail entre les sexes » in MARUANI Margaret (dir.), Femmes, genre et sociétés : l’état des savoirs, La Découverte, 2005, pp. 94-101. 

LAQUEUR Thomas, La Fabrique du sexe. Essai sur le corps et le genre en Occident, Gallimard, Paris, 1992.

LERIDON Henri, DE GUIBERT-LANTOINE Catherine, « La contraception en France : un bilan après 30 ans de libéralisation », Population, vol. 53, n° 4, 1998, pp. 785-811.

LÖWY Ilana, « Assistance médicale à la procréation (AMP) et traitement de la stérilité masculine en France », Sciences Sociales et Santé, vol. 18, n° 4, 2000, pp. 75-104.

MEMMI Dominique, Faire vivre et laisser mourir. Le gouvernement contemporain de la naissance et de la mort, Paris, La Découverte, 2003.

MOSSUZ-LAVAU Janine, Les lois de l’amour - Les politiques de la sexualité en France de 1950 à nos jours, Paris, Editions Payot, 2002.

Organisation Mondiale de la Santé, « Une sélection de recommandations pratiques relatives à l’utilisation de méthodes contraceptives », 2e édition, 2005.

OUDSHOORN Nelly, « Technologies de la reproduction et identité des usagers : une co-construction. Le cas de la pilule masculine », in DORLIN Elsa, FASSIN Eric (dir.), Reproduire le genre, Editions de la bibliothèque publique d’information/Centre Pompidou, Paris, 2010, (traduction et résumé de E. Fassin, d’après l’article « Clinical Trials as Cultural Niche in which to Configure the Gender Identities of Users ; The Case of Male Contraceptive Development », in OUDSHOORN Nelly, PINCH Trevor (dir.), How Users Matter. The co-construction of Users and Technology, MIT Press, 2003).

OUDSHOORN Nelly, The Male Pill: A Biography of a Technology in the Making, Duke University Press, 2003. 

OUDSHOORN Nelly, Beyond the Natural Body: An Archeology of Sex Hormones, Biddles Ltd, Guildford and King’s Lynn, 1994.

United Nations, Department of Economic and Social Affaires, Population Division, World contraceptive patterns, 2013.

SANDERS Stephanie A., GRAHAM Cynthia A., BASS Jennifer L., BANCROFT John, « A prospective study of the effects of oral contraceptives on sexuality and well-being and their relationship to discontinuation », Contraception, vol. 64, n° 1, 2001, pp. 51–58.

Haut de page

Notes

1 Cette étude n’aborde pas les mobilisations féministes pour le droit au choix des femmes, même si ces dernières ont joué un rôle dans le développement des pratiques féminines de contrôle des naissances. Nous avons choisi de nous focaliser sur l’institution médicale et les normes qui traversent ses pratiques du fait de son rôle incontournable dans la prescription, au sens large, de la contraception.

2 Conférence de Presse du Comité de défense de la gynécologie médicale au Sénat, le 5 mai 1999. Source : Archives du site du Comité ; http://www.cdgm.org/.

3 Pour plus d’analyses sur le développement de méthodes contraceptives masculines, voir le dossier consacré par la revue Andrologie (Vol. 22, n° 3, septembre 2012).

4 La relation entre le médecin et l’usager-e du système de soins est pensée en France comme un colloque singulier, les normes professionnelles reflétant une conception privée de la médecine libérale dans laquelle aucun tiers, et notamment l’Etat, ne doit intervenir (Bloy et Schweyer, 2010).

5 L’implant est un dispositif contraceptif sous-cutané à diffusion de progestérone. Il est inséré sous la peau du bras pour trois ans.

6 Les femmes concernées par la contraception sont les femmes ayant déjà eu des rapports sexuels, non stériles, qui ne sont pas enceintes et ne cherchent pas à l’être. BAJOS Nathalie, ROUZAUD-CORNABAS Mylène, PANJO Henri, BOHET Aline, MOREAU Caroline et l’équipe FECOND, "La crise de la pilule en France : vers un nouveau modèle contraceptif ?", Population et Sociétés, N°511, mai 2014.

7 Loi n° 2001-588 du 4 juillet 2001 relative à l’interruption volontaire de grossesse et à la contraception.

8 « Le médecin n’a aucun rôle à jouer en ce domaine et aucune responsabilité à assurer dans l’application des moyens anticonceptionnels, dans le conseil au public ou les démonstrations relatives à l’emploi de ces moyens. Le médecin n’a pas le droit d’utiliser sa qualité pour cautionner l’activité des centres de Planning Familial. » Communiqué du Conseil de l’Ordre des médecins, 24 janvier 1962, cité par FRIEDMANN Isabelle, Mouvement Français pour le Planning Familial, Liberté, sexualités, féminisme – 50 ans de combat du Planning pour les droits des femmes, La Découverte, Paris, 2006, p. 41.

9 Une vasectomie coûte environ 60 € contre 170 à 200 € pour une ligature des trompes. Assurance Maladie, Classification Commune des Actes Médicaux, n° 34, 2014 ; www.ameli.fr.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://gss.revues.org/docannexe/image/3215/img-1.png
Fichier image/png, 75k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Ventola, « Prescrire un contraceptif : le rôle de l’institution médicale dans la construction de catégories sexuées », Genre, sexualité & société [En ligne], 12 | Automne 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://gss.revues.org/3215 ; DOI : 10.4000/gss.3215

Haut de page

Auteur

Cécile Ventola

CESP - INSERM U1018

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org