Navigation – Plan du site
Varia

Le beau sexe. Quelques pistes de réflexion sur les chirurgies sexuelles cosmétiques

Sexualizing sex. Some reflections about sexual cosmetic surgeries
Hélène Martin

Résumés

Les chirurgies sexuelles cosmétiques contemporaines sont des pratiques de production médicale d’une morphologie du sexe physique visant à améliorer le fonctionnement sexué et sexuel de la personne. Ces opérations mettent en question l’argument naturaliste comme déterminant exclusif des identités de sexe : inscrites dans un contexte qui défend la diversité de l’apparence physique des organes génitaux des individus, elles promeuvent moins une conformité à des modèles morphologiques que l’amélioration du bien- être psychologique et relationnel des individus. En s’intéressant à l’analyse des arguments légitimant les interventions de chirurgie sexuelle cosmétique, cet article montre comment elles reproduisent l’asymétrie du système de genre, en faisant de la norme sociale une question de responsabilité individuelle : celle de se sentir bien dans son corps (sexué) et bien dans ses relations (sexuelles). La mise en question (plus ou moins explicite) de l’argument naturaliste dans la détermination du sexe s’accompagne d’une reproduction du système de genre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Comme le relèvent certains médecins, la circoncision peut être une chirurgie sexuelle cosmétique lo (...)
  • 2 Ces opérations-là sont parfois qualifiées de « chirurgie intime », « de chirurgie esthétique du sex (...)

1Depuis quelques années, la presse et des sites internet francophones publicisent la possibilité d’une amélioration morphologique des organes génitaux par la « chirurgie sexuelle cosmétique » (Zwang, 2011, 106). Les opérations généralement évoquées sont la labioplastie (réduction d’une ou des deux petites lèvres), la vaginoplastie, la chirurgie des grandes lèvres, le resserrement du vagin, l’injection du point G, la réduction de la peau recouvrant le clitoris, la liposuccion du pubis, la reconstruction de l’hymen, l’allongement et l’élargissement du pénis ainsi que la circoncision1. Ces traitements tirent leur nom2 de la zone anatomique concernée. Ils s’inscrivent dans le cadre plus général de la chirurgie esthétique, une branche de la médecine qui s’est développée et popularisée au cours du xxe siècle, qui renvoie au passage d’une médecine centrée sur les dangers pour la vie à une médecine s’intéressant plus largement à son amélioration (Hausman, 1995 ; Vigarello, 2004 ; Guirimand, 2005).

2Ces transformations dans la médecine sont à relier aux profonds changements de mœurs qui caractérisent le xxe siècle, dont les principes les plus connus (devoir d’amélioration du bien-être, importance de l’esthétique individuelle et psychologisation des comportements [Vigarello, 2004 ; Löwy, 2006]) enjoignent les individus à s’observer et à prendre soin de leurs corps. Des pratiques de correction et d’embellissement du corps se développent, ce dont témoignent l’essor des instituts de beauté, des produits de soins du corps et de la chirurgie à finalité esthétique. Jusque dans les années 1950, cette dernière propose pour l’essentiel des traitements réparateurs, notamment suite à des mutilations, des interventions correctrices en cas de « laideurs » congénitales ou acquises, telles que l’opération des « nez juifs » ou des « bec-de-lièvre », ainsi que des traitements contre le vieillissement (Guirimand, 2005). Le spectre des interventions s’élargit à partir de cette époque, permettant de développer un vaste champ de savoirs qui va constituer la chirurgie esthétique comme une « intervention à des fins esthétiques sur des corps ne présentant ni pathologie, ni anomalie congénitale, ni handicap fonctionnel » (Guirimand, 2005, 73). Dans un contexte idéologique prônant l’égalité, cette chirurgie esthétique se développe rapidement et la norme dominante du devoir de s’observer et de prendre soin de soi devient celle de la personnalisation de la beauté : l’apparence du corps traduit dans ce nouveau contexte l’« être profond », la valeur morale de la personne. Cette personnalisation implique un rapport au corps quasiment partenarial, puisqu’il s’agit de l’écouter, de comprendre son état à travers les signes qu’il manifeste et d’agir en vue d’un accès au bien-être physique, psychologique et social (Vigarello, 2004 ; Martin, 2011). Le développement de la chirurgie esthétique doit donc être replacé à la fois dans le contexte d’individualisation des normes sociales et dans celui de l’extension de la notion de soin au-delà du pur curatif qu’illustre bien la définition actuelle de la santé de l’OMS (2013) : « un état de complet bien-être physique, mental et social », qui « ne constitue pas en une absence de maladie ou d’infirmité »3.

3La chirurgie esthétique ne se développe pas sans controverse (Guirimand, 2005), notamment parce qu’elle ne concerne pas de manière identique les sexes (Davis, 2002) et les classes sociales (Vigarello, 2004). En effet, les femmes sont dans leur ensemble assignées au devoir de beauté (Wolf, 1991 ; Davis, 1995 ; Braun, 2005 ; Tiefer, 2008) mais les normes dominantes de la beauté sont sociocentrées : toutes les femmes sont ainsi concernées par des standards de beauté devant lesquels elles ne sont pas égales mais auxquels elles doivent également tendre ; les hommes ne sont pas concernés par ce devoir de beauté dans la mesure où c’est non pas leur beauté mais leur pouvoir qui fait d’eux des hommes « attirants ». Les féministes discutent ainsi du caractère oppressif ou au contraire libérateur du recours des femmes à la chirurgie esthétique. Certaines auteures l’envisagent comme une capitulation devant les pressions du patriarcat, avec son lot d’injonctions à correspondre à un idéal de féminité (Bordo, 1997 et 2009). D’autres voient dans ces pratiques un potentiel plus « libérateur », la chirurgie esthétique et d’autres pratiques cosmétiques permettant de diminuer les souffrances de femmes qui peuvent contrôler leur destin en se réappropriant leur corps (Davis, 1995). Les auteures qui adoptent cette seconde position insistent sur le fait que les femmes qui décident d’engager temps et argent dans ces pratiques sont conscientes du contexte misogyne dans lequel elles évoluent (Davis, 1995). A minima, toutes ces auteures s’accordent sur le fait que si les femmes peuvent se positionner en matière de chirurgie esthétique, elles font face à des normes sociales dont elles ne peuvent s’extraire.

  • 4 Les anthropologues féministes qui se sont intéressées à l’excision et la circoncision rituelles les (...)

4Les chirurgies sexuelles cosmétiques ne sont pas différentes de ce point de vue. Parmi les critiques qui leur ont été adressées en tant que pratiques témoignant d’une oppression sexiste, les chirurgies sexuelles cosmétiques réalisées sur les femmes ont été rapprochées de l’excision4. Considérées comme des moyens patriarcaux de renforcement de la sexuation des corps (Essen et Johnsdotter, 2004 ; Bramwell, Morland et Garden, 2007), excision et chirurgies sexuelles cosmétiques inscriraient sur le sexe des femmes des valeurs négatives associées au féminin (et opposées au masculin), telles que l’intériorité, la réceptivité et l’imperfection, cette dernière caractéristique provoquant malaise, honte et anxiété. En dehors de cette analogie avec l’excision, les chirurgies sexuelles cosmétiques réalisées sur les femmes ont été analysées, à l’instar des autres pratiques occidentales de modification du corps, comme visant à opposer les corps féminins et masculins ainsi qu’à hiérarchiser leurs qualités. Elles sont donc en lien avec la production des corps sexués dont Colette Guillaumin a montré qu’elle était un travail « de longue haleine », une « formation continue » (1992, 119). C’est ainsi par exemple que certaines caractéristiques (comme les poils, ou un sexe extériorisé) sont jugées normales chez les hommes et anormales chez les femmes ; que certains signes, comme le flétrissement de la peau dû au vieillissement, dérogent à l’image normative de la féminité (associée à la jeunesse) bien avant de contrarier la masculinité des hommes. Associées au « trop » ou au « pas assez », ainsi qu’à la laideur, les chirurgies sexuelles cosmétiques réalisées sur les femmes reposeraient donc sur des constructions négatives du sexe féminin et de la sexualité féminine et cristalliseraient l’anxiété que les femmes développent à l’égard de leur sexe (Braun et Wilkinson, 2001). En produisant ou en exagérant un trait morphologique pour différencier les femmes des hommes, à l’exemple de la réduction d’« excès » de tissus (McNamara, 2006 ; Braun, 2009) ou de l’augmentation mammaire (Chambers, 2004), elles produiraient de « vraies » femmes selon les normes de genre en vigueur, en construisant une apparence reflétant certaines pressions et attentes sociales concernant la féminité (intériorité, pudeur, jeunesse, imperfection). En intervenant sur la morphologie du sexe pour agir, indirectement, sur l’image de soi et sur les relations aux autres, en particulier dans le cadre de la sexualité, les chirurgies sexuelles cosmétiques réalisées sur les femmes véhiculeraient également un discours sur la sexualité des femmes nécessairement épanouie, mais en fonction d’une norme hétérocentrée et androcentrique de la sexualité. En effet, bien que le plaisir féminin soit présenté comme la raison justifiant ces chirurgies, c’est le modèle d’une hétérosexualité basée sur la sexualité masculine qui domine les chirurgies sexuelles cosmétiques féminines : les femmes disent souhaiter avoir des organes génitaux désirables par les hommes (Braun, 2005) et les chirurgies sont réalisées en fonction du principe selon lequel l’anatomie du sexe féminin doit accommoder un pénis de « taille standard » en érection et être conforme à l’impératif lui commandant un vagin « étroit » (Green, 2005).

5Si, à ma connaissance, dans le champ des études féministes, aucun travaux n’ont porté jusqu’à présent sur les chirurgies sexuelles cosmétiques réalisées sur les hommes, des analyses antérieures ont déjà souligné la dimension genrée des chirurgies cosmétiques en général. En particulier, Kathy Davis a pointé des différences fortes en fonction du genre des individus opérés (2002). Selon elle, la chirurgie cosmétique est généralement non problématique pour les femmes, parce qu’elle alimenterait leur devoir de beauté et la construction du corps féminin comme objet de désir. À l’inverse, elle serait honteuse et humiliante pour les hommes car elle constituerait une transgression des normes dominantes de la masculinité imposant une relative indifférence vis-à-vis de sa beauté au profit d’une valorisation du pouvoir, de la raison et de la performance. On attend plutôt des hommes qu’ils gardent le contrôle de leur propre corps, sans le mettre à la disposition du chirurgien. Les recherches sur la construction de la masculinité ont montré que la reconnaissance de la virilité est intimement liée à la manifestation d’une hétérosexualité conquérante et agressive (Connell, 2000 ; Löwy, 2005a), durant la plus grande partie de la vie des hommes (Calasanti et King, 2005). À cet égard, les problèmes physiologiques résultant de la maladie ou du vieillissement qui remettent en question leur capacité à la sexualité menacent également la reconnaissance de leur identité masculine. Cette dimension est notamment attestée par l’importance du marché des médicaments qui prétendent effacer les limites à la sexualité des hommes : en soutenant leur activité sexuelle attendue, ces prothèses techniques soutiennent aussi leur identité (Katz et Marshall, 2003).

  • 5 D’une durée de une heure et demie à deux heures chacun, les entretiens ont été intégralement enregi (...)
  • 6 Les deux chirurgien-ne-s concerné-e-s excercent en France et en Suisse ; il s’agit de la doctoresse (...)
  • 7 Effectué avec le logiciel Factiva, en fonction des mots-clés « labioplastie » et « chirurgie+esthét (...)

6Grâce à une enquête de terrain sur les chirurgies sexuelles cosmétiques conduite en Suisse romande, j’entends améliorer notre compréhension des inégalités de genre qui traversent la chirurgie sexuelle cosmétique. Le matériel empirique est issu de quatre sources différentes, afin de « faire varier les informateurs en fonction de leur rapport au problème traité » (Olivier de Sardan, 1995, 12). L’analyse se base d’abord sur sept entretiens semi-directifs menés avec des professionnel-le-s de santé intervenant dans le domaine des chirurgies sexuelles cosmétiques : un chirurgien, trois sexologues et trois gynécologues5. J’ai également eu recours à deux entretiens ainsi qu’une émission réalisés avec des chirurgien-ne-s diffusés sur Internet6. Elle s’appuie également sur un recensement des articles de presse portant sur les chirurgies sexuelles cosmétiques parus entre 2004 et l’été 2013 en Suisse romande7 et sur d’autres écrits n’ayant pas été référencés par le logiciel utilisé. Enfin, l’analyse s’appuie sur quelques sites internet hébergés en Suisse romande, complétés par d’autres sites francophones consacrés aux chirurgies sexuelles cosmétiques (huit sites d’information issus de cliniques et de médecins de la région lémanique et six forums francophones de questions et réponses). Si, pour conduire ma réflexion, j’utilise prioritairement les entretiens retranscrits, chaque élément de l’analyse est étayé par d’autres sources et confronté à la littérature scientifique. Pour explorer la production chirurgicale de normes en matière de sexes physiques, d’identité de sexe et de sexualité, j’ai sciemment restreint ma grille d’entretien à un schème hétéronormatif, principe qui sous-tend également les autres sources utilisées. Les sexualités non hétérosexuelles ne seront donc pas abordées. Enfin, cet article reste exploratoire, et mon analyse devrait se poursuivre et se complexifier dans les années à venir.

7Les chirurgies sexuelles cosmétiques sont l’une des expressions de la médicalisation de la sexualité, et les pratiques – inscrites dans une conception moderne des sexes et de la sexualité – doivent être historicisées. Je propose d’abord une analyse critique de la littérature, le plus souvent féministe, qui a mis en perspective les pratiques médicales de production du sexe et les variations du modèle du dimorphisme sexuel. Dans un second temps, je montre comment les chirurgies sexuelles cosmétiques, en tant que dispositif précisément « cosmétique », sont légitimées dans le cadre d’un discours promouvant la diversité morphologique génitale des individus, et prétendent moins défendre une conformité à des modèles morphologiques que l’amélioration du bien-être psychologique et relationnel des individus. Je les considère ainsi comme l’une des expressions de la mise en question contemporaine de l’argument naturaliste dans la détermination du sexe. Enfin, j’analyse les arguments qui légitiment les chirurgies sexuelles cosmétiques pour montrer leur sexuation : en effet, ces chirurgies reproduisent, y compris dans le cadre d’une mise en évidence de la diversité morphologique, différentes oppositions associées au couple féminin/masculin telles que corps/esprit, malsain/sain, nécessité fonctionnelle/surcroît symbolique, corruption continue sur le parcours de vie/relative stabilité sur la plus grande partie du parcours de vie, etc. Cette double démonstration m’amène à m’interroger, en conclusion, sur l’articulation entre mise en question (plus ou moins explicite) de l’argument naturaliste dans la détermination du sexe et remise en cause du système de genre.

L’argument naturaliste en débat

  • 8 La conception précédente envisageait un seul sexe allant du féminin au masculin, les hommes et les (...)

8Les chirurgies sexuelles cosmétiques visent à obtenir la transformation du sexe et de la sexualité par un acte médical, et doivent être interprétées à l’aune de la médicalisation de la sexualité (Foucault, 1976 ; Conrad, 1993 ; Tiefer, 1996 ; Giami 2006, 2009). D’après Alain Giami, si « dans un premier temps la médicalisation a consisté en l’appropriation médicale d’un domaine de l’activité humaine, les développements plus récents font apparaître comment la santé est progressivement devenue le fondement et la justification des valeurs morales individuelles et collectives » (2009, 246-247). La médicalisation de la sexualité contribue à renforcer les définitions normatives du masculin et du féminin selon le modèle du dimorphisme sexuel établi au cours du xixe siècle (Laqueur, 1992)8. Selon ce modèle, « le sexe devient indication inaltérable de la nature du corps et source de la définition de l’identité des sujets » (Gardey, 2006, 655).

9Ce discours scientifique naturalise la sexualité et la pense en termes de santé et de pathologie (Foucault, 1976). Il considère la nature comme stable, et l’oppose à la culture. Construit comme une entité biologique, le corps est perçu comme « fermé et autarcique, étranger au domaine de la signification » (Gardey et Löwy, 2000, 12). Accéder au corps biologique permet dès lors de découvrir (dé-couvrir) le sexe ; de fait, dès le xixe siècle, le corps fait l’objet d’explorations diverses, partiellement contradictoires, visant à définir le sexe ou l’origine de la différence des sexes :

« Il s’agit véritablement d’expérimenter la présence du sexe dans le corps à différent niveaux ou strates de l’investigation tels que le squelette, le crâne, les organes. Des os aux cellules, des vaisseaux sanguins au cerveau ou aux cheveux, il s’agit de mettre au jour les caractéristiques de cette incommensurable différence. » (Gardey, 2006, 656)

10À la dichotomie entre nature et culture se superpose l’opposition et l’asymétrie des sexes : les femmes sont associées à la première, alors que les hommes représentent la seconde. Dans la vision dominante et androcentrique du monde, les hommes sont l’universel, le genre humain, la norme). Cette asymétrie, très claire et explicite au xixe siècle, caractérise dans une perspective évolutionniste la hiérarchie des sexes (comme celle des races). Dans le contexte actuel, cette hiérarchie est à la fois moins évidente et moins assumée. Il n’en reste pas moins que, comme le notent Gardey et Löwy, « la pensée du féminin et du masculin est toujours et déjà liée à celle du particularisme et de l’universalisme, l’élaboration de la raison contre la nature, ou encore la séparation opérée entre le naturel et le culturel » (Gardey et Löwy, 2000, 13). Le modèle du dimorphisme sexuel a perduré, de la fin du xixe siècle jusqu’à nos jours, tout en évoluant (Chaperon, 2002 ; Giami, 2009).

11Au seuil du xxe siècle, au contraire de celle des hommes, la sexualité des femmes était ordinairement perçue comme « réactive, réceptive, animée uniquement par quelques “instincts de reproduction” ou par le baiser de l’amant : l’homme » (Weeks, 2014, 80). Les pathologies diagnostiquées et les soins réalisés en témoignent. Pensons à la cautérisation clitoridienne, qui a eu lieu un peu partout en Europe (d’abord en Angleterre) puis en Amérique du Nord au début du xxe siècle (Scull et Favreau, 1987 ; Perrot, 1998) pour soigner certains « désordres mentaux » féminins liés à de « l’hypersexualité » comme la masturbation, l’hystérie ou encore le lesbianisme. Tant le diagnostic que le soin témoignent d’une conception de la sexualité féminine comme devant être sinon inexistante, du moins très discrète, tournée vers la satisfaction de la sexualité des hommes, la reproduction et la maternité dans le cadre de la conjugalité de service.

  • 9 Pour une historicisation de la frigidité en tant que pathologie spécifiquement féminine et les déba (...)

12Cette perception de la sexualité se transforme dès les années 1920 en lien avec le processus d’individuation qui marque les sociétés modernes occidentales : « l’amour, l’attrait mutuel, l’inclination des cœurs, voire des corps, se substituent aux stratégies parentales pour fonder des unions. Les flirts, les relations prénuptiales se diffusent dans tous les milieux […] ; la sexologie, née à la fin du siècle, intègre ces nouveaux préceptes amoureux » (Chaperon, 2004, 337). À la sexualité épanouie et au plaisir partagé, considérés comme la norme, s’opposent la chasteté et l’abstinence, l’éjaculation précoce ou la frigidité. Signalons à cet égard une nouvelle intervention sur les femmes. Selon la théorie freudienne, le clitoris, associé à la sexualité enfantine, doit être désinvesti à l’âge adulte au profit du vagin et d’une sexualité génitale correspondant au rôle de mère. L’absence d’« orgasme vaginal »9 a été pathologisée au point que les femmes qui ne le connaissaient pas étaient qualifiées de (partiellement) frigides (Chaperon, 2002). Dans les années 1930, en France, il a même été préconisé de réaliser une opération rapprochant le clitoris du vagin pour « faciliter la migration interne de l’orgasme » (Chaperon, 2002, 104).

13Dès le milieu du xxe siècle, les sexualités féminine et masculine sont rapprochées ; les autorités médicales les considèrent comme issues de processus physiologiques identiques (Chaperon, 2002), même si le modèle de sexualité reste androcentrique, c’est à dire organisé autour du désir et du plaisir masculins dans le cadre de l’hétéronormativité (Braun, 2005). De plus, dans une conception des sexes qui reste naturaliste, une dissociation s’établit entre deux entités – le sexe biologique et le sexe social – comme en témoignent les opérations réalisées sur les personnes diagnostiquées intersexes à partir des années 1950, dans un contexte de perfectionnement des techniques de chirurgies plastiques (Löwy, 2003). Ces opérations viennent « parachever le travail de la nature » lorsque les morphologies sexuées n’intègrent pas le dimorphisme sexuel (Hausman, 1995 ; Kraus et al., 2008 ; Macé, 2012). On pourrait également citer d’autres exemples où le travail médical cherche à conformer les corps au dimorphisme sexuel : la pilule contraceptive (re)produit le cycle menstruel de 28 jours considéré comme naturel, de nouvelles pathologies émergent comme l’hypomastia (seins trop petits), etc. (Preciado, 2005).

  • 10 Dans le cadre des sciences médicales, on peut également évoquer la critique qu’adressent certains p (...)

14Ce déterminisme biologique est aujourd’hui remis en question, notamment par la critique féministe des sciences. Les chercheuses féministes ont dénoncé le dimorphisme sexuel (Bleier, 1984 ; Fausto-Sterling, 1985 ; Haraway, 1988 et 1991 ; Harding, 1991 ; Birke 1997 ; Schiebinger, 2004) en montrant qu’« il n’existe pas de vérité naturelle sur le corps qui soit donnée directement et sans intermédiaire » (Oudshoorn, 2000, 34). Les critères de détermination du sexe (hormones, gonades, chromosomes, phénotypes) utilisés par les biologistes ne se superposent pas forcément et ne renvoient pas tous à des logiques qualitatives (Kraus, 2000), si bien qu’aujourd’hui la biologie ne confond pas (plus) nécessairement ses objets avec les identités sociales de sexe (Touraille, 2011). Pour Chaperon, c’est d’ailleurs le modèle de la dualité des sexes qui est désormais remis en question par la sexologie10 :

« [A]près la Deuxième Guerre, et selon une chronologie qu’il faut restituer finement, c’est un modèle physiologique unisexe qui s’impose peu à peu. Les sexologues affirment dorénavant la similitude des physiologies masculines et féminines : terminaisons nerveuses ; excitabilité ; acmé, contractions orgasmiques sont similaires. Seules les contraintes sociales expliquent des comportements sexuels et amoureux fortement différenciés selon les sexes. » (Chaperon, 2010, 12)

15L’idée qu’il existerait deux sexes opposés, y compris dans un rapport social, et que cette opposition serait universelle est aussi critiquée par les approches féministes intersectionnelles, qui s’emploient à montrer que les identités de sexe sont construites dans des rapports sociaux multiples qui s’influencent mutuellement (Crenshaw Williams, 2005 ; Dorlin, 2005 ; Carby, 2008 ; Bilge 2009 ; Mohanty, 2009 ;). Les corps sont donc traversés par des systèmes de domination tels que la race, l’âge, l’hétéronormativité, etc. qui s’entrecroisent, de sorte que la féminité et la masculinité n’acceptent aucune définition univoque (Haraway, 2002).

  • 11 Voir par exemple, pour la Suisse, les associations Agnodice (www.agnodice.ch, consulté le 22 septem (...)
  • 12 En Suisse, les hôpitaux universitaires diffèrent sur la question, comme l’ont montré de récents rep (...)
  • 13 Par exemple l’exposition 101 Vagina (http://www.101vagina.com/, consulté le 27 octobre 2013) présen (...)

16Plus généralement, le naturalisme et la pathologisation de la diversité génitale sont désormais contestés, tant par certains discours et mouvements sociaux – principalement queer ou trans11 – que par des mouvements de défense des droits des personnes intersexes, qui associent les opérations de réassignation sexuelle à des mutilations12 (Macé, 2012). Différents supports artistiques et militants13 participent également à la critique de certaines formes de normativité en matière de sexe morphologique.

17Il me semble que le discours médical et social tenu sur les chirurgies sexuelles cosmétiques participe d’une prise de distance vis à vis de l’argument selon lequel la nature déterminerait le sexe. Or, s’il s’écarte de l’idée selon laquelle la nature constituerait la cause première de détermination du sexe, ce discours médical et social ne remet pas en question la bicatégorisation sexuelle, comme le montre l’étude de ces chirurgies sexuelles cosmétiques. En effet, ces opérations ne visent pas à conformer la morphologie à un modèle « naturel » du sexe. Fondées au contraire sur la représentation d’une diversité des morphologies sexuées, elles prétendent plutôt transformer des morphologies jugées problématiques, pour favoriser une « sexualité épanouie » et – à travers elle – renforcer les rôles sociaux de sexe.

Un certain hétéroclisme morphologique

18En principe, les chirurgies sexuelles cosmétiques ne sont pas remboursées par l’assurance maladie de base en Suisse. Ceci dit, comme me l’a expliqué l’un des sexologues interrogés :

« Dans la pratique, il est très courant que ces opérations soient prises en charge par l’assurance maladie, car l’intervention est présentée comme intervention médicale dans un but thérapeutique. » (Sexo2)

19Les chirurgies sexuelles cosmétiques ne constituent qu’une faible part des interventions des professionnel-le-s susceptibles de les réaliser et/ou de les prescrire (chirurgiens, gynécologues, sexologues) :

« J’ai beaucoup de travail et ça c’est, je ne sais pas, un 2 % ou même pas, un 1 % de mon métier, en général. […] C’est un petit à côté, ce n’est pas mon vrai travail. » (Gyne2)
« Ce n’est pas très souvent que les personnes expriment un désir d’entreprendre une chirurgie esthétique du sexe. C’est une question qui se pose souvent au moment où l’image que la personne a de son sexe lui pose problème dans sa vie sexuelle, soit dans la confiance en soi pour aller vers l’autre ou accepter l’autre, soit dans le fait de ne pas avoir assez ou pas du tout de plaisir. » (Sexo2)

20Pourtant, si elles sont peu fréquentes, ces pratiques chirurgicales existent, y compris en tant qu’objet de discours, témoignant de conceptions spécifiques du sexe, de la sexualité et des identités sexuées.

  • 14 On peut notamment renvoyer aux écrits militants du sexologue Gérard Zwang (2011, 2012) auquel certa (...)

21Comme d’autres pratiques de modification du sexe, les chirurgies sexuelles cosmétiques suscitent des discours moraux clivants, les individus se positionnant « pour » ou, le plus souvent, « contre » ces interventions. Dans la presse, ainsi que dans certains discours féministes et médicaux14, elles sont le plus souvent dénoncées comme l’expression d’une libéralisation des mœurs considérée comme problématique. On a pu, par exemple, les rapprocher du développement et de la popularisation de la pornographie (qui offrirait des modèles de sexes et de sexualité), de pratiques corporelles nouvelles en Occident et décriées (comme l’épilation, faisant apparaître des sexes auparavant cachés), ou les dénoncer comme des entreprises commerciales tirant bénéfice du mal-être sexuel des femmes et des hommes. Ainsi, par exemple, un article d’un quotidien de presse précise :

  • 15 « L’irruption du regard dans le jardin secret ; Comment la partie la plus intime du corps féminin e (...)

« Le dévoilement est devenu public avec la banalisation de la pornographie et la mode de l’épilation. Et avec lui le mensonge d’un modèle idéal, qui plonge des millions de femmes dans l’angoisse de ne pas être conforme. De la libération à l’injonction normative, le chemin n’a pas été long. »15

22De même, sur un forum féministe de discussion sur la labioplastie, une internaute s’offusque :

« Les femmes que ça gêne vraiment ne sont pas nombreuses, c’est effectivement plus de lordre de la norme sociale, ici imposée essentiellement par le porno mainstream, mais aussi pour les bouquins, dicos pour filles. »16

23Certains propos recueillis dans le cadre des entretiens vont dans le même sens :

« Pour les femmes […] il y a plus une visibilisation du sexe féminin qu’avant. Avant, le sexe féminin s’arrêtait quand même au pubis. Avec le porno on le voit plus. » (Sexo2)
« C’est le genre de bonhomme qui bassine certaines femmes en leur laissant croire n’importe quoi. Il y a tellement de femmes qui sont mal dans leur peau sexuellement. » (Gyne1)

24Pour les hommes, si la publicisation des chirurgies sexuelles cosmétiques (en particulier sur Internet) les transforme en solution envisageable, elles sont toutefois principalement présentées comme une nouvelle modalité des inquiétudes masculines intemporelles autour de la taille du pénis.

« Avant, ils imploraient les gri-gri, ils mettaient des anneaux, ils priaient la Madone. Maintenant on se fait mettre du gras. Ce n’est rien de nouveau. » (Sexo1)
« Pratiquée depuis 1992 en France, l’opération du pénis se démocratise largement depuis trois ans, en partie grâce à Internet. Les forums de discussions entre anonymes remplacent l’impossible bouche à oreille sur cette intervention – on imagine mal un homme se vanter auprès d’un autre de s’être fait injecter sa propre graisse pour en avoir une plus grosse ! »17

25La sociologie invite à se distancier du registre moral pour s’intéresser au caractère à la fois construit et idéologique des chirurgies sexuelles cosmétiques. Cette prise de distance n’est pas une remise en cause de la sincérité des propos entendus. En effet, les professionnel-le-s que j’ai rencontré-e-s étaient confronté-e-s à des souffrances tout à fait réelles ; comme le dit ce gynécologue, les patient-e-s qui demandent une chirurgie sexuelle cosmétique ne considèrent pas l’opération comme anodine :

« Opérer c’est un grand mot, hein ; ça veut dire qu’il y a une anesthésie, ça veut dire qu’il y aura une suite, on ne va plus être comme auparavant […] Il faut qu’elle soit vraiment gênée et qu’elle soit persuadée qu’il faut qu’elle fasse ça : […] il y a quelque chose qui ne va pas, qu’elle a besoin de régler, […] quelque chose qui l’empêche d’être heureuse. Sinon elle ne va pas comme ça se faire, excusez-moi le mot, charcuter. […] On ne le fait que si on a en besoin » (Gyne2).
« L’idée d’avoir un petit pénis, par exemple, c’est assez récurrent, et c’est très souvent délirant. Vous abordez chaque relation sexuelle avec angoisse. L’angoisse, ça fait débander, ça fait éjaculer vite. À chaque fois vous n’êtes pas bon. Donc c’est juste toujours pire. Voilà, ils arrivent dans un état, ces gens, en profonde dépression. Extrêmement mal, extrêmement angoissés, donc vous avez des gens qui sont mal en face de vous. Ce n’est pas un détail. Vraiment pas. Il y en a qui construisent tout le reste de leur vie comme une espèce de défense face à ça et ça reste une immense blessure. Donc ce n’est pas facile de leur dire qu’on ne peut rien faire, puis ce n’est pas facile de leur faire comprendre que leur perception des choses n’est pas réaliste ; ils ne vous croient pas. » (Sexo1)

26Les chirurgien-ne-s répondent à ces souffrances en recourant aux savoirs et aux techniques qu’ils et elles ont appris à mobiliser :

« Je me suis retrouvé un peu happé là-dedans ; au début j’avançais un peu à reculons et puis finalement je me suis dit qu’au fond, c’est une façon intéressante de rendre service et, finalement, je me suis retrouvé spécialiste en parallèle des autres activités de la chirurgie génitale féminine. » (Chir1)

27Cette adhésion relative, motivée par une approche humaniste – voire empathique – des patient-e-s n’est pas la seule constante de ces discours. Les praticien-ne-s tendent d’abord à opposer les « bonnes » chirurgies sexuelles cosmétiques aux « mauvaises » pratiques :

« Donc, si vous voulez, on est sur un terrain où, entre l’éthique médicale et l’éthique commerciale basique, il y a une frontière qui n’est pas très claire. Donc vous avez une chirurgie esthétique qui est très commerçante, puis vous avez une chirurgie esthétique qui reste quand même très sérieuse et éthique. Personnellement, je me revendique de la seconde. Je ne suis pas le seul, Dieu merci. » (Chir1)
« Alors ça, ce sont des trucs chirurgicaux, des trucs dont on peut vraiment faire quelque chose, qui ont une indication. Et puis après, il y a la cosmétique. C’est toute la foule des voleurs et des gens qui font ce genre de travaux » (Gyne1).

28La référence aux « mauvaises » chirurgies sexuelles cosmétiques, ainsi que leur association à des motivations exclusivement économiques, permet de légitimer les pratiques de celles et de ceux qui la dénoncent. Seules certaines opérations sont jugées légitimes, les arguments sur les « bonnes » chirurgies sexuelles cosmétiques étant très largement partagés (voir infra).

29On peut également relever qu’aucun discours se référant à la médecine n’énonce de standards morphologiques masculins ou féminins auxquels il s’agirait de correspondre. Cette absence d’indications normatives est cohérente avec d’autres recherches antérieures consacrées à la labioplastie : le discours médical ne définit en effet jamais la vulve « normale » (Liao et Creighton, 2007 et 2010 ; Bramwell, Morland et Garden, 2007). L’analyse de mes différentes sources met plutôt en évidence un discours sur la variabilité des anatomies. Ainsi, un journaliste affirme dans une émission consacrée aux chirurgies sexuelles cosmétiques qu’« en matière de sexe, il n’y a pas de normes, ni de taille idéale »18 et, plus généralement, différentes sources internet mentionnent, de manières plus ou moins critiques, la variété morphologique des sexes :

« Toutes les vulves ne ressemblent pas à ça naturellement. Bien sûr, certaines femmes collent aux critères esthétiques actuels de naissance, mais ça n’est pas le cas de toutes les femmes. D’autres ont des lèvres plus ou moins grosses, qui dépassent plus ou moins, parfois il y en a une plus grande/grosse que l’autre – et les couleurs changent aussi, parfois ça tire plus sur le rose, parfois sur le marron. Et tout ça, c’est normal. »19

30Les professionnel-le-s que j’ai rencontré-e-s adoptent des positions très critiques par rapport à l’idée qu’il existerait des normes morphologiques auxquelles les individus seraient tenus de correspondre. Alors que l’un d’entre eux m’a expliqué, en s’en amusant, que l’évaluation médicale de la grandeur d’un pénis « normal » variait d’un pays à l’autre, d’autres m’ont expliqué :

« Il n’y a pas de norme. La norme, c’est esthétique, un peu. C’est comme elle se sent. Alors, j’essaie de lui montrer les lèvres de beaucoup d’autres femmes qui sont comme elle. D’accord ? Parce que tout le monde se questionne. C’est comme la longueur du zizi chez un mec. » (Gyne2)
« La norme c’est celle que la patiente m’amène dans le cabinet, c’est sa norme à elle, parce que chacun est comme il est, comme elle est. » (Chir1)
« Il n’y a pas de norme. Je veux dire, si vous regardez ça comme des visages, on dira : « Sale gueule ». Mais bon. C’est pas beau et puis voilà. » (Gyne1)
« Moi je pense qu’on a quand même en Occident européen un rapport encore assez attaché à une certaine naturalité entre guillemets. Parce qu’on est en train de changer, notre rapport à la biotechnologie… Mais [une opération de chirurgie cosmétique] c’est encore comme une espèce de traitrise, une espèce de fake [contrefaçon]. » (Sexo1)

31Certain-e-s praticien-ne-s revendiquent même la liberté des individus de se situer sur ce qui pourrait ressembler à un continuum entre le féminin et le masculin, voire, parfois, en envisageant explicitement ces pôles comme socialement construits :

« Parce que la différenciation, on n’a pas tellement de différences entre un mec et une nana. […] Il y a des tas de nuances. » (Gyne1)

  • 20 Ce qui ne m’empêche pas de les prendre comme révélateurs de normes puisqu’en tant que discours médi (...)
  • 21 En Suisse, le fait que l’assurance maladie ne rembourse pas ces chirurgies mais que certains médeci (...)
  • 22 http://www.medfemme.com/reduction_des_levres.html (consulté le 27 octobre 2013).

32Les sites où sont présentées les différentes opérations de chirurgie sexuelle cosmétique, aux objectifs marchands20, inscrivent les particularités morphologiques dans une zone ambiguë21 : elles sont bien plus définies comme des sources potentielles d’inconforts physiques, psychologiques et/ou relationnels que comme des pathologies. D’ailleurs, ces sites mettent souvent en avant le nombre important de personnes dites « normales » qui seraient porteuses de telles particularités. Ainsi, par exemple, « des petites lèvres hypertrophiées, asymétriques » sont décrites comme une « particularité morphologique de naissance, fréquente »22, ou la majorité des opérations de chirurgie sexuelle cosmétique effectuées sur les pénis concernent des hommes dont la forme du sexe est pourtant jugée normale :

« Un micropénis mesure 8, 9 cm en érection et tous les chirurgiens s’accordent à dire que ces cas sont rares. La plupart des candidats à l’opération sont largement dans la moyenne, et la petitesse supposée de leur sexe est souvent dans leur tête. »23

33Or, c’est justement parce qu’elle est considérée comme relevant de la normalité qu’une morphologie peut faire l’objet d’une chirurgie cosmétique. En tant que telles, les chirurgies sexuelles cosmétiques visent, via l’amélioration et la correction du corps, à augmenter la valeur sociale des individus, à savoir leur conformité aux normes et aux attentes sociales en termes d’identité sexuée et de sexualité. Il s’agit moins d’une normalisation des corps que d’une médecine individualisée, où l’« on n’attend plus que tous les corps humains adhèrent à une même norme universelle. La médecine semble prendre en compte et accepter une multiplicité de normes » (Shim et al., 2000, 30). La transformation de la morphologie génitale vise donc à ce que les individus traités se sentent socialement adaptés, « bien dans leur corps » en tant que femmes ou hommes, « bien » dans leur relation avec autrui et, en particulier, qu’ils et elles accèdent une sexualité épanouie selon les codes actuellement en vigueur :

« Sur les 30 [hommes] que j’ai opérés, il y en a deux qui étaient vraiment contents, ça les a vraiment un peu aidés. Les autres, après, ils étaient à peu près comme avant. Mais ils avaient 10 ou 15 000 francs de moins. Et une cicatrice en plus, vous voyez ? Je les ai faits parce qu’ils insistaient beaucoup puis à moment donné, quand quelqu’un insiste beaucoup, vous finissez par craquer. “Bon bien, j’espère que ça vous aidera”. Mais ça ne les aide pas vraiment. » (Chir1)
« Il y a ceux qui veulent se faire circoncire parce qu’ils trouvent que c’est plus masculin. Ils ont l’impression d’avoir un sexe plus viril, plus comme la forme de l’érection tout le temps. Du coup, ils sont moins insecure. » (Sexo1)
« L’image de soi, ça va aussi avec ça, quand même. […] Donc son image de soi a changé, et elle est mieux en société, plus avenante. […] Une patiente qui a une hypertrophie des petites lèvres, elle éteint la lumière. » (Gyne2)

34En ce sens, les chirurgies sexuelles cosmétiques sont éminemment normatives : elles imposent des modes d’être et de paraître en matière de sexe et de sexualité qui renvoient aux rôles sociaux de sexe (Bozon, 2009). Mais, en véhiculant en parallèle un discours sur la diversité morphologique qui ne soutient pas l’idée de modèles naturels originaux, elles participent aussi d’une prise de distance vis-à-vis de l’argument naturaliste comme cause des identités de sexe.

35Tout en inscrivant sur et dans les corps un rôle social de sexe, les chirurgies sexuelles cosmétiques ne conforment pas les corps à un idéal (culturellement produit) de la nature : il ne s’agit pas de « parachever » le travail de la nature pour que chaque corps illustre le dimorphisme sexuel supposé (Hausman, 1995 ; Kraus et al., 2008 ; Macé, 2012) en faisant apparaître physiquement « la vérité du sexe » (Preciado, 2005, 63). Les chirurgies sexuelles cosmétiques dépassent plutôt une nature considérée comme diverse pour « améliorer » les morphologies en fonction de demandes individuelles. Ces chirurgies se libèrent donc de la « nature » lorsqu’elles la transforment pour « aider » les individus à prendre part à leur sexuation, afin qu’ils et elles se considèrent comme des femmes ou des hommes le plus « parfait-e-s » possible, tant dans leur apparence sexuée que dans leur sexualité. Du reste, pour produire chirurgicalement une morphologie, les professionnel-le-s se reposent sur différents considérations où la nature n’est pas (plus) première :

« Alors, il y a le sens esthétique du plasticien, il y a le sens esthétique des patients, il y a les normes en vigueur actuellement et puis il y a quand même l’anatomie. » (Chir1)
« J’ai une image de ce qui est normal, d’un côté et de l’autre côté, j’ai la demande de la patiente. Elle vient et elle dit : “J’aimerais quelque chose qui ne soit pas trop comme ça, et qui soit plus comme ça”. Elle vient avec une photo de comme elle aimerait avoir son vagin par la suite. Sinon on fait un schéma, selon une photo, selon son sexe. Ce n’est pas standard, c’est personnel, c’est plus qu’imaginaire, c’est personnel. » (Gyne2)

  • 24 « Corps et âmes. Labioplastie : retailler ses petites lèvres au bistouri », La Tribune de Genève, 2 (...)

36De même, la presse se réfère à des normes sociales lorsque, par exemple, elle présente le « concept » qui anime les chirurgies sexuelles cosmétiques comme la capacité de « resculpter son sexe au bistouri pour le rendre conforme aux canons de beauté actuels »24. Le travail des chirurgiens semble donc se définir non comme une simple imitation de la nature, mais comme une production originale, relevant de l’artisanat (une manufacture du sexe ?) voire même, plutôt, de la création artistique :

« Il y a une patiente qui était sous l’effet de l’anesthésie, et qui me dit “vous êtes un sculpteur” ; et puis elle s’est endormie, tout de suite après. » (Gyne2)

37Les chirurgies sexuelles cosmétiques produisent donc les sexes en fonction d’impératifs qui sont moins biologiques que physiques, psychologiques et sociaux.

Hontes et (dys)fonctionnements

38L’analyse des arguments avancés pour justifier les interventions de chirurgie sexuelle cosmétique montre que l’accès au bien-être physique, psychologique et social demeure parfaitement sexué. En effet, le nombre et la nature des problèmes attribués aux femmes et aux hommes illustrent le système de genre tel qu’il a été mis en évidence par la littérature féministe : corps vs esprit, malsain vs sain, nécessité fonctionnelle vs surcroît symbolique, mais aussi corruption continue sur le parcours de vie vs relative stabilité sur la majorité du parcours de vie, etc. Dès lors, bien qu’elles ne réfèrent pas d’abord et uniquement à la nature comme cause de l’identité de sexe, les chirurgies sexuelles cosmétiques véhiculent non seulement des stéréotypes de sexe ordinaires mais participent aussi à la construction d’une sexualité féminine morphologiquement, psychologiquement et socialement problématique, contrairement à celle des hommes. Le système de genre est donc reproduit, y compris dans une conception promouvant la diversité des morphologies sexuelles, comme le montre la comparaison des arguments relatifs aux chirurgies sexuelles cosmétiques réalisées sur des femmes et sur des hommes.

39Sur un plan quantitatif d’abord, on observe dans les entretiens, mais également dans la presse généraliste25 et sur les sites internet26, la disparité du nombre d’interventions de chirurgie sexuelle cosmétique associées respectivement aux femmes et aux hommes. Comme nous l’avons vu précédemment, trois opérations sont généralement évoquées pour les hommes (l’élargissement du pénis, son allongement et la circoncision), alors qu’une plus grande variété d’actes transforme le sexe des femmes (la labioplastie d’une ou des deux petites lèvres, la chirurgie des grandes lèvres, le resserrement du vagin, l’injection du point G, la réduction de la peau qui recouvre le clitoris, la liposuccion du pubis, la reconstruction de l’hymen). Mais cet aspect quantitatif ne serait pas signifiant en soi s’il n’était accompagné d’autres différences, cette fois qualitatives, qui portent sur l’esthétique et de la fonctionnalité des sexes.

  • 27 Voir par exemple la doctoresse Abraham qui invoque le « syndrome des vestiaires ou de la douche » : (...)

40Les chirurgies sexuelles cosmétiques du pénis répondent d’abord à un problème d’image que les hommes ont d’eux-mêmes lorsqu’ils sont victimes du « syndrôme du vestiaire »27, à savoir la honte que certains éprouvent vis-à-vis d’un pénis qu’ils jugent trop petit. Les pénoplasties visent ainsi à augmenter la longueur, la largeur ou l’apparence des pénis. Elles (ne) visent alors (qu’)une amélioration de l’apparence : le pénis opéré devient plus long (au repos seulement), plus large (si la graisse injectée demeure à sa place) ou plus extériorisé (en cas de prépuce jugé trop long). On insiste toujours sur l’absence de lien physique entre fonction sexuelle et taille du pénis ; ainsi la sexualité, d’un point de vue fonctionnel, n’est jamais un argument mobilisé pour justifier des actes chirurgicaux cosmétiques opérés sur les hommes.

« Pour élargir, ils mettent de la graisse le long du truc. Esthétiquement ça agrandit un petit peu, mais ce n’est pas exceptionnel hein. Et puis l’autre opération c’est pour rallonger. On ne peut pas rallonger comme ça et ce qu’on fait, c’est qu’on coupe un tendon qui se trouve à la base du pénis, ce qui fait que le pénis sort quelque centimètres de plus ; mais il va perdre de sa rigidité vers le haut parce qu’il n’y aura plus de tendon, donc il va bander mais il va bander vers le bas. » (Sexo1)
« La pénoplastie ne marche pas très bien, c’est à dire que ça ne change pas la taille du pénis en érection par exemple. Ça le change uniquement au repos, parce que c’est un problème de vestiaire entre hommes. Donc en fait c’est un problème d’estime de soi, c’est un problème psychologique, c’est un problème avec le papa, c’est un problème compliqué. […] Dans le génital féminin c’est différent parce que le sexe des femmes n’est pas extériorisé comme celui des hommes, c’est moins un objet, ce n’est pas une icône de pouvoir et de virilité. » (Chir1)
« [La pénoplastie] c’est demandé, il y en a beaucoup qui demandent, mais ici on est plutôt à leur dire : “euh, vous ne voulez pas envisager la possibilité d’en parler avant ?”, parce que bon, ce n’est pas que ça va résoudre grand-chose, parce que ce n’est pas non plus des opérations miracle. » (Sexo2)

  • 28 C’est aussi le cas des chirurgies réalisées en vue de soigner des problèmes d’impuissance (Tiefer 1 (...)
  • 29 Voir par exemple les diagnostics de médecins invité-e-s l’émission Allô docteur, « Mon sexe me comp (...)

41Lorsque la fonctionnalité de la sexualité des hommes est invoquée pour expliquer une intervention chirurgicale (en cas de phimosis ou de maladie de La Peyronie par exemple), l’intervention s’inscrit d’office dans le domaine de la pathologie et de la chirurgie réparatrice28. Cette dynamique se retrouve dans les discours collectés sur Internet29 et dans les entretiens, où les chirurgies du pénis pour dysfonctionnements sont classées en dehors de la chirurgie cosmétique :

« Il y a une chose, ce sont les anomalies acquises […]. On ne fait rien tant que le pénis reste fonctionnel, parce que ces opérations ne sont pas sans effet. Mais quand ça ne fonctionne plus, alors on intervient. Ce sont des opérations qui se font depuis longtemps ; on connaît très bien la chirurgie du pénis. On en fait beaucoup et elles sont remboursées sans problème par l’assurance. Et puis il y autre chose, ce sont les allongements ou les élargissements du pénis. » (Sexo3)

42Du point du vue des professionnel-le-s et des médias, un pénis « petit » ou « étroit » peut donc être ridicule et honteux, il n’est pour autant jamais considéré comme problématique sur un plan fonctionnel.

43À l’inverse, les chirurgies sexuelles cosmétiques réalisées sur les vulves sont présentées comme permettant de traiter autant des dysfonctionnements que des complexes esthétiques. Elles embellissent le sexe quand elles retranchent des « excès » de tissus ou d’amplitude :

« Les femmes que je vois c’est des femmes à peu près normales, enfin, comme vous et moi […] qui viennent pour des demandes très simples et basiques, c’est à dire que voilà, elle a une petite lèvre ou deux petites lèvres qui sont trop grandes, ça sort du slip. » (Chir1)
« Elle met un habit trop juste et puis ça se voit. » (Gyne2)

44La doctoresse Abraham explique dans une interview sur internet30 que le sexe des femmes est « normalement » un sexe caché, certaines lèvres étant toutefois « hypertrophiées », ce qui constituerait une cause légitime de complexe. La laideur d’un sexe féminin apparent (la laideur apparente du sexe féminin ?) se retrouve dans les analogies constantes qui émaillent les discours tenus ; ainsi, sur différents forums, de « grandes » petites lèvres sont comparées à « une escalope »31 ; l’un des médecins rencontrés rapporte que l’une de ses patientes comparait ses petites lèvres à des « oreilles ». C’est donc bien un double message que véhicule le discours sur l’apparence normale de la vulve : si l’anatomie est normale, on peut opérer pour répondre, comme le notent Bramwel, Morland et Garden (2007) à propos de la labioplastie, à l’injonction normative (issue du système de genre) imposant l’invisibilité des lèvres, en d’autres termes que l’absence apparente d’organes génitaux féminins s’oppose à la présence masculine du phallus. Dans ces idéaux morphologiques, on retrouve bien sûr l’association ancienne entre féminité, intériorité, retenue, protection, par opposition à un pénis imposant qui, tout en n’en étant pas la condition, figurerait une (hétéro)sexualité conquérante et agressive, condition de la reconnaissance de la virilité des hommes (Tiefer, 1986 ; Connell, 2000).

45Mais, outre le fait qu’elles puissent être considérées comme laides, les particularités morphologiques des vulves pourraient empêcher le plaisir sexuel et procurer un inconfort dans la conduite des activités ordinaires. Ainsi, comme rapporté sur les sites internet ou durant les entretiens :

« La nymphoplastie est surtout préconisée pour le traitement de l’hypertrophie des lèvres vaginales. D’après les statistiques, cet excès apparaît particulièrement inesthétique dans 87 % des cas. Une sensation d’inconfort suivie d’irritation et de douleur a été signalée par 26 % des personnes ayant fait l’objet de cette étude lors d’une pratique sportive ou le port d’un vêtement serré. Enfin, le plus difficile pour ces personnes est d’éprouver un problème sexuel dû essentiellement à une pénétration douloureuse. »32
« Je vais vous montrer la photo d’une nana qui est venue pleurer chez moi parce qu’elle avait des grandes lèvres. Et j’ai trouvé normal qu’elle me le dise comme ça. Elle me disait : « Elles m’embêtent. Parce que quand j’ai des relations, elles rentrent ». Avec le zizi du mec. D’accord. Celle-là, je l’ai opérée et ça a bien été. Ça a été nickel. Vite fait bien fait. […] Et c’est réglé en cinq sec. C’est assez drôle de voir ça. Alors, ça ce sont de vraies interventions. » (Gyne1)
« Et c’est une patiente par exemple qui a accouché, une patiente qui a vieilli, une patiente qui a des rapports sexuels très souvent et l’élasticité de la peau et du muscle, toute la zone du vagin est devenue trop souple. Elle vient me demander de rétrécir le canal vaginal et de donner plus de tonus, parce qu’elle a perdu le plaisir qu’elle avait avant tout ça. » (Gyne2)
« Quand elle a des rapports, le monsieur l’embarque avec son pénis, ça lui fait mal, alors évidemment c’est désagréable. Quand elle fait du vélo, elle est assise dessus etc., donc elle a appris que c’est possible d’opérer et puis elle s’est dite “mais pourquoi pas”, et puis elle a abouti chez moi. » (Chir1)

46Une partie des « morbidités normales » qui semblent caractériser les sexes féminins sont présentées comme des particularités morphologiques individuelles, telle l’« hypertrophie » des petites lèvres. Ces dysfonctionnements peuvent aussi être associés au parcours de vie des femmes, plus précisément à l’accouchement et au vieillissement, qui altéreraient la forme du sexe et la sexualité :

« Le sexe féminin subit quand même des sollicitations mécaniques qui s’appellent accouchement, et vieillissement, qui font qu’éventuellement avec l’âge et surtout les accouchements, on peut avoir des dégâts comme dans le reste du corps. Par exemple hier, j’ai vu une dame qui a eu quatre enfants et puis quand elle a des rapports sexuels, elle ne sent plus rien, donc elle a besoin qu’on lui resserre son vagin pour qu’elle puisse avoir une estime de soi améliorée et une vie sexuelle améliorée. Donc voilà l’utilisation fonctionnelle de cette chirurgie. » (Chir1)
« Il faut dire que chez les femmes, c’est vrai qu’il y a un changement dans la forme des organes génitaux qui est assez important. Avec les enfants et puis avec le vieillissement, c’est des tissus qui ont tendance à s’allonger et puis qui changent de couleur au moment où vous avez des enfants. » (Sexo1)

47Dans l’interview citée plus haut, la doctoresse Abraham affirme ainsi que la chirurgie sexuelle cosmétique réalisée sur les femmes est « esthétique et fonctionnelle » puisqu’elle permet d’améliorer l’apparence de leur sexe et leur plaisir sexuel, alors que celle réalisée sur les hommes est « esthétique et morphologique », puisqu’elle ne vise qu’à améliorer l’apparence, sans effet sur la fonctionnalité de l’organe. Les chirurgies cosmétiques de la vulve renvoient donc à différents défauts du sexe et de la sexualité des femmes qui semblent destinés à s’altérer au fur et à mesure de leur parcours de vie, de sorte que leur sexe et leur sexualité paraissent « normalement » déficients, au contraire des hommes (Perrot, 1998 et 2006 ; Löwy, 2005 ; Gardey 2006 ; Conrad, 2007).

Conclusion

48Les pratiques de chirurgies sexuelles cosmétiques relèvent historiquement de la chirurgie esthétique, qui s’est développée pour améliorer la vie des individus. Elles témoignent de changements dans l’appréhension contemporaine du sexe, du moins du point de vue de celles et ceux qui les promeuvent ou les réalisent. Plus précisément, ces pratiques reposent sur un discours promouvant la diversité morphologique génitale des individus qui participe d’une remise en question du dimorphisme sexuel. Pour autant, les chirurgies sexuelles cosmétiques ne critiquent pas l’asymétrie et l’opposition du système de genre. En effet, l’analyse comparée des arguments qui légitiment les chirurgies sexuelles cosmétiques des hommes et celles des femmes montre que les premières sont jugées peu efficaces et essentiellement motivées par des raisons symboliques, alors que les secondes répondraient à des problèmes concrets de dysfonctionnement sexuel et d’esthétisme, tantôt liés à la morphologie individuelle et tantôt aux parcours de vie des femmes.

49Les chirurgies sexuelles définies comme « cosmétiques » reflètent l’idée selon laquelle les morphologies génitales seraient diverses, et que certaines particularités anatomiques « normales » provoquent des inquiétudes esthétiques ou fonctionnelles. Elles existent aussi en vertu du droit octroyé à la médecine, en tant qu’institution prioritairement impliquée dans la définition de normes relatives au sexe et à la sexualité, d’intervenir sur des particularités morphologiques pour améliorer l’existence des individus. Mais comment comprendre ces formes d’intervention sur des morphologies normales ? En « aidant » les individus qui le demandent à transformer leurs organes génitaux, les professionnel-le-s impliqué-e-s dans les chirurgies sexuelles cosmétiques participent d’un dispositif qui s’octroie ce droit ­ tout en précisant qu’ils et elles ne le font que pour de « bonnes » raisons : l’optimisation du bien-être individuel des personnes traitées. Ce faisant, ils et elles participent à la construction sociale de designs sexuels qui reflètent l’opposition et l’asymétrie du système de genre (cacher la vulve, rendre le pénis très apparent ou encore adapter le sexe féminin à une sexualité hétérocentrée et androcentrique). Toutefois, ces professionnel-le-s ne confondent pas ces designs, définis de personnel et de social, avec la nature, présentée comme diverse ; ce n’est pas la nature qui leur sert de modèle, mais une idéalisation du sexe.

50La mise en question de l’argument naturaliste comme cause de l’identité de sexe s’accommode donc d’une reproduction du système de genre. Et ceci d’autant plus qu’elle fait de la norme sociale une question de responsabilité individuelle : celle de se sentir bien dans son corps (sexué) et bien dans ses relations (sexuelles). Les individus sont ainsi rendus responsables de parfaire leur inscription dans le système de genre, nonobstant le fait qu’ils et elles occupent des positions inégalitaires face à ce devoir d’accès au bien-être physique, psychologique et social – comme l’illustre l’inscription différenciée des laideurs et des dysfonctionnements sexuels féminins et masculins dans le domaine de la normalité ou de la pathologie. Si ces obstacles, en matière de sexe et de sexualité, concernent avant tout les femmes, c’est en continuité avec une histoire qui a pathologisé leur corps tout en en faisant l’essence de leur féminité. Et, comme l’avait déjà souligné Davis (2002), citée en début d’article, si la chirurgie sexuelle cosmétique est moins légitime pour les hommes que pour elles, c’est sans doute que la perfection de l’inscription des hommes dans le système de genre passe, encore et toujours, par d’autres nécessités que celles de soigner leur corps et que la sexualité leur est a priori acquise, en d’autre termes qu’elle continue d’être construite sur une norme androcentrique.

Haut de page

Bibliographie

BILGE Sirma, « Théorisations féministes de l’intersectionnalité », Diogène, 225, 2009, pp. 70-88.

BIRKE Lynda, « The Black Hole: Women’s Studies, Science and Technology », in ROBINSON Victoria, RICHARDSON Diane (dir.), Introducing Women’s Studies, London, MacMillan Press, 1997, pp. 220-238.

BLEIER Ruth, Science and Gender. A Critique of Biology and its Theories on Women, New York, Pergamon Press, 1984.

BORDO Susan, Twilight zones: the hidden life of cultural images from Plato to O.J., Berkeley, University of California Press, 1997.

BORDO Susan, « Twenty years in the twilight zones », in HEYES Cressida J., JONES Meredith (dir.), Cosmetic surgery in the Age of Gender, Farnahm, Burlington, 2009, pp. 21-33.

BOZON Michel, « Libération sexuelle ou déplacement des contrôles ? Discours, normes, conduites », in DORLIN Elsa, FASSIN Eric (dir.), Reproduire le genre, Paris, Bibliothèque du Centre Pompidou, 2009, pp. 145-160.

BRAMWELL R., MORLAND C. et GARDEN A. S., « Expectations and Experience of Labial Reduction: A Qualitative Study », BJOG, 114, 2007, pp. 1493-1496.

CONNELL Raewyn, The Men and the Boys, Cambridge, Polity, 2000.

BRAUN Virginia, WILKINSON Sue, « Socio-cultural Representations of the Vagina », Journal of Reproductive and Infant Psychology 19, 1, 2001, pp. 17-32.

BRAUN Virginia, « In Search of (Better) Pleasure: Female Genital “Cosmetic” Surgery », Sexualities, 8, 4, 2005, pp. 407-424.

BRAUN Virginia, « Selling the “Perfect” Vulva », in HEYES Cressida J., JONES Meredith (dir.), Cosmetic Surgery, a Feminist Primer, Farnham, Burlington, Ashgate, 2009, pp. 133-149.

BUTLER Judith, Gender trouble. Feminism and Politics of Subversion, New York, Routledge, 1990.

CALASANTI Toni, KING Neal, « Firming the Floppy Penis: Age, Class, and Gender in the Lives of Old Men », Men and Masculinities 8, 1, 2005, pp. 3-23.

CARBY Hazel, « Femme blanche écoute ! Le féminisme noir et les frontières de la sororité », in DORLIN Elsa, Black feminism. Anthologie du féminisme africain-américain, 1975-2000, Paris, L’Harmattan, 2008, pp. 87-112.

CHAMBERS Clare, « Are Breat Implants Better Than Female Genital Mutilation? Autonomy, Gender, Equality and Nussbaum’s Political Liberalism », Critical Review of International Social and Political Philosophy (CRISPP), 7, 3, 2004, pp. 1-33.

CHAPERON Sylvie, « Kinsey en France : Les sexualités féminine et masculine en débat », Le Mouvement Social, 189, 2002, pp. 91-110.

CHAPERON Sylvie, « Contester normes et savoirs sur la sexualité (France-Angleterre, 1880-1980) », in GUBIN Eliane, JACQUES Catherine, ROCHEFORT Florence, STUDER Brigitte, THEBAUD Françoise et Michelle ZANCARINI-FOURNEL (dir.), Le siècle des féminismes, Paris, Les Editions de l’Atelier / Editions Ouvrières, 2004, pp. 333-346.

CHAPERON Sylvie, « De l’anaphrodisie à la frigidité : jalons pour une histoire », Sexologies 16, 2007, pp. 189-194.

CHAPERON Sylvie, « Du féminisme à la sexologie : un parcours en Histoire », Genre, sexualité et société 4, 2010, http://gss.revues.org/index1672.html (consulté le 2 août 2013).

CONRAD Peter, « Medicalization and social control », Annual Review of Sociology, 18, 1992, pp. 209-232.

CONRAD Peter, « The Shifting Engines of Medicalization », Journal of Health and Social Behavior, 46, 2007, pp. 3-14.

CRENSHAW WILLIAMS, Kimberlé, « Cartographie des marges : Intersectionnalité, politique de l’identité et violences contre les femmes de couleur », Cahiers du genre, 39, 2005, pp. 52-82.

DAVIS, Kathy, Reshaping the Female Body, New York, Routledge, 1995.

DAVIS, Kathy, « “A Dubious Equality”: Men, Women and Cosmetic Surgery », Body and Society, 8, 1, 2002, pp. 49-65.

DORLIN Elsa, « De l’usage épistémologique et politique des catégories de "sexe" et de "race" dans les études sur le genre », Cahiers du genre, 39, 2005, pp. 83-105.

ESSEN Brigitta, JOHNSDOTTER Sara, « Female Genital Mutilation in the West : Traditionnal Circumcision versus Genital Cosmetic Surgery », Acta Obstet Gynecol Scand, 83, 2004, pp. 611-613.

FOUCAULT Michel, Histoire de la sexualité, t. 1. La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976.

FAINZANG Sylvie, « Circoncision, excision et rapports de domination », Anthropologie et sociétés, 9, 1, 1985, pp. 117-127.

FAUSTO-STERLING Anne, Myths on Gender, New York, Basic Books, 1985.

GARDEY Delphine, « Les sciences et la construction des identités sexuées. Une revue critique », Annales HSS, 3, 2006, pp. 649-673.

GARDEY Delphine, LÖWY Ilana, « Introduction – Pour en finir avec la nature », in L’invention du naturel. Les sciences et la fabrication du féminin et du masculin, Paris, Editions des archives contemporaine, 2000, pp. 9-28.

GIAMI Alain, « De l’impuissance à la dysfonction érectile. Destins de la médicalisation de la sexualité », in FASSIN Didier et MEMMI Dominique (dir.), Le gouvernement des corps, Paris, Editions de l’EHESS, 2004, pp. 77-108.

GIAMI Alain, « La médicalisation de la sexualité. Foucault et Lantéri-Laura : un débat qui n’a pas eu lieu », L’évolution psychiatrique, 70, 2006, pp. 283-300.

GIAMI Alain, « Les formes contemporaines de la médicalisation de la sexualité », in YAYA Hachimi Sanni (dir.), Pouvoir médical et santé totalitaire : conséquences socio-anthropologiques et éthiques, Montréal, Presses de l’Université Laval, 2009, pp. 225-249.

GREEN Fiona J., « From Clitoridectomies to “Designer Vaginas”: The Medical Construction of Heteronormative Female Bodies and Sexuality Through Female Genital Cutting », Sexualities, Evolution and Gender, 7, 2, 2005, pp. 153-187.

GUILLAUMIN Colette, « Pratique du pouvoir et idée de Nature » in Sexe, race et pratique de pouvoir. L’idée de Nature, Paris, Coté-femmes, 1992, pp. 14-48.

GUIRIMAND Nicolas, « De la réparation des “gueules cassées” à la “sculpture du visage”, Actes de la recherche en sciences sociales, 156-157, 2005, pp. 72-87.

HARAWAY Donna, « Situated Knowledges: The Science Question in Feminism as a Site of Discourse of the Privilege of Partial Perspective », Feminist Studies, 14, 3, 1988, pp. 575-599.

HARAWAY Donna, Simians, Cyborgs, and Women. The Reinvention of Nature, London, Free Association Books, 1991.

HARAWAY Donna, Manifeste Cyborg : science, technologie et féminisme socialiste à la fin du 20e siècle, 2002 (En ligne : http://www.cyberfeminisme.org/txt/cyborgmanifesto.htm)

HARDING Sandra, Whose Science ? Whose’s Knowlegde ? Thinking from Women’s Lives, Ithaca, Ithaca, Cornell University Press, 1991.

HAUSMAN Bernice L., Changing Sex, Transsexualism, Technology and the Idea of Gender, Durham, Duke University Press, 1995.

JEFFREYS Sheila, Beauty and Misogyny: Harmful Cultural Practices in the West New York, Routledge, 2005.

KATZ Stephen, MARSHALL Barbara, « New Sex for Old: Lifestyle, Consumerism, and the Ethics of Ageing Well », Journal of Ageing studies, 17, 1, 2003, pp. 3-16.

KRAUS Cynthia, « La bicatégorisation par "sexe" à l’épreuve de la science : le cas des recherches en biologie sur la détermination du sexe chez les humains », in GARDEY Delphine (dir) L’invention du naturel. Les sciences et la fabrication du féminin et du masculin, Paris, Editions des archives contemporaines, 2000, pp. 187-213.

KRAUS Cynthia, PERRIN Céline, REY Séverine, GOSSELIN Lucie et Vincent GUILLOT, « Démédicaliser les corps, politiser les identités : convergences des luttes féministes et intersexes », Nouvelles Questions Féministes, 27, 1, 2008, pp. 4-14.

LAQUEUR Thomas, La fabrique du sexe. Essai sur le corps et le genre en Occident, Paris, Gallimard, 1992 (1990).

LIAO Lih Mei, MICHALA Lina, CREIGHTON Sarah, « Labial Surgery for Well Women : A Review of the Literature », BJOG, 117, 2010, pp. 20-25.

LIAO Lih Mei, CREIGHTON Sarah M., « Requests for Cosmetic Genitoplasty: How Should Healthcare Providers Respond? », Br Med J, 334, 2007, pp. 1090-1092.

LÖWY Ilana, « Intersexe et transsexualités : les techniques de la médecine et la séparation du sexe biologique du sexe social », Cahiers du Genre, 34, 2003, pp. 81-104.

LÖWY Ilana, « La politique d’inégalité des rôles esthétiques », in L’emprise du genre. Masculinité, féminité, inégalité, Paris, La Dispute, 2005a, pp. 87-120.

LÖWY Ilana, « Des mères-chimères ? Échange materno-foetal et transformation de la notion d’individu », in ROUCH Hélène, FOUGEYROLLAS-SCHWEBEL Dominique, DORLIN Elsa (dir.) Le corps, entre sexe et genre, Paris, L’Harmattan, 2005b, pp. 127-141.

MACÉ Eric, « Les conséquences de la dépathologisation », Observatoire Des Transidentités, 2012, (En ligne : http://observatoire-des-transidentites.over-blog.com/pages/Eric_Mace_Les_consequences_de_la_depathologisation-4480802.html)

MARTIN Hélène, « Écouter son corps », Studia Philosophica (revue annuelle de la Société suisse de philosophie), 70, 2011, pp. 69-74.

MARTIN Hélène, HERTZ Ellen, REY Séverine, « Une disgrâce commune. Pour une anthropologie symétrique des pratiques de marquage du sexe », in Mélanges en l’honneur de Mondher Kilani, Lausanne, BSN Press), sous presse.

McNAMARA Karen Roberts, « Pretty Woman: Genital Plastic Surgery and the Production of the Sexed Female Subject », Gnovis, Georgetown University’s Peer-Reviewed Journal of Communication, Culture and Technology, 7, 2006, pp. 1-17.

MOHANTY Chandra Talpade, « Sous le regard de l’Occident : recherche féministe et discours colonial », in DORLIN Elsa, Sexe, race, classe, pour une épistémologie de la domination, Paris, PUF, 2009, pp. 149-182.

OLIVIER DE SARDAN Jean-Pierre, « La politique du terrain. Sur la production des données en anthropologie », Enquête, 1, 1995, pp. 71-109.

OUDSHOORN Nelly, « Au sujet des corps, des techniques et des feminismes », in GARDEY Delphine, L’invention du naturel. Les sciences et la fabrication du féminin et du masculin, Paris, Editions des archives contemporaines, 2000, pp. 31-44.

PERROT Michelle, « Michel Foucault et l’histoire des femmes », in Les femmes ou le silence de l’histoire, Paris, Flammarion, 1998, pp. 413-424.

PERROT Michelle, Mon histoire des femmes, Paris, Seuil, 2006.

PRECIADO Beatriz, « Biopolitique du genre », in ROUCH Hélène, DORLIN Elsa, FOUGEYROLLAS-SCHWEBEL Dominique (dir.), Le corps, entre sexe et genre, Paris, L’Harmattan, 2005.

ROUCH Hélène, « La gestation, paradoxe immunologique de la dualité », in ROUCH Hélène, FOUGEYROLLAS-SCHWEBEL Dominique, DORLIN Elsa (dir.), Le corps, entre sexe et genre, Paris, L’Harmattan, 2005, pp. 105-126.

SCHIEBINGER Londa, Nature’s body. Gender and the Making of Modern Science, New Brunswick, Rutgers University Press, 2004.

SCULL Andrew, FAVREAU Diane, « Médecine de la folie ou folie de médecins: controverse à propos de la chirurgie sexuelle au xixe siècle », Actes de la recherche en sciences sociales, 68, 1987, pp. 31-44.

SHIM Janet K., MAMO Laura, FOSKET Jennifer Ruth, FISHMAN Jennifer R. et Adèle E. CLARKE, « Technosciences et nouvelle biomédicalisation : racines occidentales, rhizomes mondiaux », Sciences sociales et santé, 18, 2, 2000, pp. 11-42.

TIEFER Leonor, « In pursuit of the perfect penis : the medicalization of male sexuality », American Behavioral Scientist, 29, 5, 1986, pp. 579-599.

TIEFER Leonor, « The Medicalization of the Sexuality: Conceptual, Normative, and Professional Issues », Annual Review of Sex Research, 7, 1996, pp. 252-282.

TOURAILLE Priscille, « Du désir de procréer : des cultures plus naturalistes que la Nature ? », Nouvelles Questions Féministes, 30, 1, 2011, pp. 52-62.

VIGARELLO Georges, Histoire de la beauté. Le corps et l’art d’embellir de la Renaissance à nos jours, Paris, Le Seuil, 2004.

WEEKS Jeffrey, Sexualité, Paris, PUF, 2014 (1986).

WOLF Naomi, The Beauty Myth. How Images of Beauty Are Used Against Women, New York, Anchor Book, 1991.

ZWANG Gérard, « Le remodelage de la vulve. L’exploitation d’une ignorance », Sexologies, 20, 2011, pp. 106-118.

ZWANG Gérard, Touche pas à mon sexe, Paris, Jean-Claude Gawsewitch, 2012.

Haut de page

Notes

1 Comme le relèvent certains médecins, la circoncision peut être une chirurgie sexuelle cosmétique lorsqu’elle vise à diminuer la taille d’un prépuce jugé « trop long » sans que d’autres arguments (de type médical ou rituel) ne soient invoqués.

2 Ces opérations-là sont parfois qualifiées de « chirurgie intime », « de chirurgie esthétique du sexe » de « chirurgie sexuelle à visée esthétique ». J’ai préféré « sexuelle » à « du sexe » ou à « intime » parce qu’elles visent à la fois le sexe morphologique, l’identité sexuée et la sexualité. J’ai également préféré « cosmétique » à « esthétique » pour plus de précision, la chirurgie « esthétique » pouvant être « cosmétique » ou « réparatrice ».

3 http://www.who.int/about/definition/fr/print.html (consulté le 2 novembre 2013).

4 Les anthropologues féministes qui se sont intéressées à l’excision et la circoncision rituelles les ont comprises comme un « marquage de la différence sociale qui doit exister entre les sexes, autrement dit à une inscription (sur les corps) des rapports de sexe » (Fainzang, 1985, 125). Pour une comparaison nuancée de l’excision rituelle et de la labioplastie, voir Martin, Hertz et Rey (sous presse).

5 D’une durée de une heure et demie à deux heures chacun, les entretiens ont été intégralement enregistrés et retranscrits.

6 Les deux chirurgien-ne-s concerné-e-s excercent en France et en Suisse ; il s’agit de la doctoresse Abraham (www.dailymotion.com/video/xcvx1a_la-chirurgie-sexuelle-est-en-vogue_lifestyle#.UZ4q91I1_IU, consulté le 20 juillet 2013) et du docteur Smarrito (http://www.nymphoplastie.ch/, consulté le 20 juillet 2013) ; quant à l’émission, il s’agit de Allo Docteur, « Mon sexe me complexe ».

7 Effectué avec le logiciel Factiva, en fonction des mots-clés « labioplastie » et « chirurgie+esthétique+sexe » pour la région Suisse romande de 2003 à 2013 ; ce moteur de recherche comporte bien entendu différentes limites telles que la restriction des journaux recensés et l’opacité des critères de recensement – ce qu’illustre le fait que les articles collationnés appartiennent tous aux deux grands groupes de presse suisses romands.

8 La conception précédente envisageait un seul sexe allant du féminin au masculin, les hommes et les femmes étant ordonnés selon la théorie des humeurs (degré de perfection, chaleur vitale). Présentant les mêmes organes que le corps masculin mais localisés en son intérieur, le corps féminin était un « moindre mâle » Laqueur (1992, 10) ; dans la conception bisexuée du corps humain, il devient « une créature complètement différente sur un axe horizontal dont le centre était largement vide » (Laqueur, 1999,148). Des noms différents sont attribués aux organes sexuels féminins et masculins, qui sont perçus comme ayant chacun une nature distincte et incommensurable.

9 Pour une historicisation de la frigidité en tant que pathologie spécifiquement féminine et les débats autour de l’origine du plaisir féminin, voir Chaperon (2007).

10 Dans le cadre des sciences médicales, on peut également évoquer la critique qu’adressent certains pédopsychiatres et biologistes aux traitements des nouveaux nés diagnostiqués intersexes (voir Kraus, Perrin, Rey, Gosselin et Guillot, 2008, et infra). Ou encore, Hélène Rouch et Ilana Löwy , qui évoquent les changements conceptuels dont témoignent certaines recherches menées en biologie sur la gestation (FISH, microchimérisme). S’éloignant des conceptions de l’identité reposant sur la vision du fœtus comme d’un corps « autre » dans le corps de la mère, les nouvelles « découvertes » des échanges mutuels de cellules entre ces corps conduisent à envisager une conception de l’humain comme un mélange hétérogène et temporellement instable de cellules.

11 Voir par exemple, pour la Suisse, les associations Agnodice (www.agnodice.ch, consulté le 22 septembre 2013) ou 360 (http://360.ch/trans, consulté le 22 septembre 2013) qui militent pour la reconnaissance de la diversité sexuelle.

12 En Suisse, les hôpitaux universitaires diffèrent sur la question, comme l’ont montré de récents reportages, en particulier l’émission « Un corps, deux sexes » présentée sur la TSR le 14 novembre 2012 (www.rts.ch/emissions/36-9/4302695-un-corps-deux-sexes.html, consulté le 22 septembre 2013).

13 Par exemple l’exposition 101 Vagina (http://www.101vagina.com/, consulté le 27 octobre 2013) présentée dans des festivals alternatifs (http://www.melbournefringe.com.au/fringe-festival/show/101-vagina-book-exhibition/, consulté le 27 octobre 2013) ou l’ouvrage I’ll show you mine (http://www.showoffbooks.com/, consulté le 27 octobre 2013).

14 On peut notamment renvoyer aux écrits militants du sexologue Gérard Zwang (2011, 2012) auquel certain-e-s professionnel-le-s interrogé-e-s se sont référé-e-s.

15 « L’irruption du regard dans le jardin secret ; Comment la partie la plus intime du corps féminin est désormais mise en lumière. Et jugée belle ou laide », Le Temps, 28 novembre 2009.

16 http://feminisme.fr-bb.com/t119-nymphoplastie (consulté le 28 octobre 2013).

17 http://www.marieclaire.fr/,mon-mari-s-est-fait-rallonger-le-penis,20256,651.asp (consulté le 30 août 2014).

18 Allo Docteur, « Mon sexe me complexe », retransmis sur https://www.youtube.com/watch?v=-h59juqoob0 (consulté le 27 octobre 2013).

19 http://www.madmoizelle.com/vulve-normale-74740 (consulté le 27 octobre 2013).

20 Ce qui ne m’empêche pas de les prendre comme révélateurs de normes puisqu’en tant que discours médicaux se présentant de plus comme de l’information spécialisée, ils bénéficient de légitimité, sont relayés par les médias et par différents spécialistes de la sexualité.

21 En Suisse, le fait que l’assurance maladie ne rembourse pas ces chirurgies mais que certains médecins parviennent à justifier leur remboursement est bien illustratif de cette ambiguïté.

22 http://www.medfemme.com/reduction_des_levres.html (consulté le 27 octobre 2013).

23 http://www.marieclaire.fr/,mon-mari-s-est-fait-rallonger-le-penis,20256,651.asp (consulté le 27 octobre 2013).

24 « Corps et âmes. Labioplastie : retailler ses petites lèvres au bistouri », La Tribune de Genève, 20 octobre 2012.

25 Voir par exemple l’article « Quand le bistouri s’attaque au kiki », paru dans le magazine 360° de juillet-août 2013.

26 Voir par exemple www.chirurgie-intime.info/hommes-autres-interventions.html (consulté le 20 juillet 2013)

27 Voir par exemple la doctoresse Abraham qui invoque le « syndrome des vestiaires ou de la douche » : www.dailymotion.com/video/xcvx1a_la-chirurgie-sexuelle-est-en-vogue_lifestyle#.UZ4q91I1_IU (consulté le 20 juillet 2013). Il est intéressant de noter que cette expression, largement utilisée par les professionnel-le-s et dans les médias, fait référence à la sociabilité masculine, alors que les relations évoquées pour expliquer le mal-être des femmes sont celle(s) qu’elles nouent avec leur(s) partenaire(s) sexuel(s) masculin(s). Ce type de propos répond bien au constat sociologique que tant la masculinité que la féminité sont instituées par les hommes : les hommes s’instituent dans le cadre de l’homosocialité et instituent les femmes dans celui de la conjugalité.

28 C’est aussi le cas des chirurgies réalisées en vue de soigner des problèmes d’impuissance (Tiefer 1986) ; et c’est toujours le cas avec le Viagra, même si un débat s’est ouvert quant à son utilisation « de confort » (Giami 2004).

29 Voir par exemple les diagnostics de médecins invité-e-s l’émission Allô docteur, « Mon sexe me complexe » citée plus haut à propos de la maladie – précisément – de La Peyronie, qui entraîne une opération en chirurgie réparatrice.

30 Voir : www.dailymotion.com/video/xcvx1a_la-chirurgie-sexuelle-est-en-vogue_lifestyle#.UZ4q91I1_IU (consulté le 20 juillet 2014).

31 Voir par exemple http://www.carolinedaily.com/forum/nymphoplastie-t46603.html (consulté le 27 octobre 2013)

32 www.guide-esthetique.com/nymphoplastie,290.html (consulté le 18 octobre 2012).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Martin, « Le beau sexe. Quelques pistes de réflexion sur les chirurgies sexuelles cosmétiques », Genre, sexualité & société [En ligne], 12 | Automne 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 27 mai 2017. URL : http://gss.revues.org/3222 ; DOI : 10.4000/gss.3222

Haut de page

Auteur

Hélène Martin

Professeure
Haute école de travail social et de la santé, EESP, Lausanne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org