Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Benadusi Lorenzo, Il nemico dell’uomo nuovo. L’omosessualità nell’esperimento totalitario fascista

Milano, Feltrinelli, 2005
Massimo Prearo
Référence(s) :

Benadusi Lorenzo, Il nemico dell’uomo nuovo. L’omosessualità nell’esperimento totalitario fascista, Milano, Feltrinelli, 2005

Texte intégral

  • 1  À défaut d’avoir accès à la traduction du livre, signalons la publication dans un prochain numéro (...)

1L’Ennemi de l’homme nouveau. L’homosexualité dans l’expérience totalitaire fasciste, tel est le titre de l’ouvrage que l’historien Lorenzo Benadusi publia il y a quatre ans déjà en Italie et qui, hélas, n’a pas encore trouvé d’éditeur francophone1. Situation d’autant plus dommageable que, en dépit des travaux pionniers de George L. Mosse, dont Benadusi lui-même dit être le point d’achoppement (nécessitant, certes, un aggiornamento) pour une étude de la sexualité et de la masculinité au temps du fascisme, ce livre constitue une première du genre dans le milieu universitaire. Le contexte académique italien actuel ne présente pas, contrairement à la situation française en pleine éclosion, un panorama d’études sur la sexualité et sur le genre (mais surtout sur la sexualité) particulièrement florissant. S’il est vrai que la tradition militante italienne, lesbi-gay notamment, s’emploie depuis presque trente ans à la mise à disposition de fonds documentaires d’une étonnante richesse, et contribue, par ce biais, à susciter toute sorte de vocations historiennes, il n’en reste pas moins qu’un travail méthodique et rigoureux sur les archives d’État, les archives policières, les archives privées (dont les documents biographiques), restait à faire.

2Et c’est bien le mérite de Benadusi que de s’être engagé dans une entreprise, à vrai dire, doublement périlleuse puisqu’elle se situe dans une sorte d’entre-deux, entre champ militant et champ universitaire. Comme le montre clairement le très vaste système de notations et une bibliographie particulièrement fournie, Benadusi jongle en permanence (tantôt pour s’en détacher, tantôt pour y adhérer) entre, du côté militant, la rigidité heuristique d’hypothèses tendant plutôt à mettre en évidence l’appareillage répressif déployé par les institutions du régime fasciste et, du côté universitaire, la nonchalance (quelque peu suspecte) d’hypothèses visant à privilégier l’analyse institutionnelle et, donc, à négliger ou à sous-estimer l’existence d’une « question homosexuelle ». Car, malgré « l’absence d’un article de loi spécifique sur le "délit" d’homosexualité » (p. 124), question homosexuelle il y a.

3Preuve en est le nombre non négligeable de dossiers concernant des hommes à pratiques sexuelles suspectes, parmi lesquels on retrouvera le prince Umberto, fils du roi Vittorio Emanuele III. Il s’agit d’un des exemples les plus éloquents de ce que Benadusi appelle « l’usage politique de l’homosexualité » (p. 217). En effet, il semble désormais avéré que le Duce en personne détenait un fascicule « visant à démontrer que le prince était pédéraste » qui aurait été retrouvé au moment de la capture du dictateur en fuite et dont ce dernier entendait se servir en cas d’extrême urgence. Selon Benadusi, « le dossier sur l’homosexualité du prince Umberto, permet de comprendre certains des aspects du rapport entre le fascisme et la monarchie », et plus précisément la stratégie institutionnelle mise en place par Mussolini ayant pour but « la liquidation définitive de la monarchie » (p. 236). Si l’accusation de pédérastie, et pis encore, de pédérastie passive, était une arme particulièrement efficace pour déchoir les adversaires politiques et les personnalités encombrantes, elle constituait également un argument des plus persuasifs à l’intérieur même des structures du Parti National Fasciste (PNF). Aussi, pouvait-on s’en servir pour délégitimer tel ou tel autre cadre du parti ou, éventuellement, pour le muter ou l’éloigner de la vie publique.

4Mais le sort réservé aux invertis et, plus généralement, aux déviants, fut dès les premières années du régime de nature beaucoup plus répressive et, dans un certain sens, beaucoup plus « politique ». La mise en place de l’exil (confino) le 6 novembre 1926 répondait, selon l’expression de Mussolini lui-même, à une exigence « d’hygiène sociale et de prophylaxie nationale : on éloigne ces individus tout comme le médecin éloigne un infecté » (p. 128). À ce propos, contrairement à l’idée partagée par bon nombre d’études antérieures qui « inscrivent la persécution des homosexuels dans la politique raciale fasciste, et voit un lien direct de celle-ci avec les lois raciales de 1938 », présentant systématiquement les statistiques policières, Benadusi démontre à quel point « la répression de l’homosexualité s’inscrit dans une longue tradition, le recours à l’exil pour éloigner les pédérastes de la société étant en place bien avant l’avènement du fascisme » (p. 146). S’il est donc une spécificité de l’expérience totalitaire fasciste, c’est d’avoir poursuivit l’œuvre d’« homogénéisation anthropologique » (p. 13) du corps de la nation par la réélaboration des modèles normatifs encadrant les sexes et par l’exploitation politique des discours scientifiques sur la sexualité, que Benadusi étudie longuement dans un chapitre sur « la découverte de l’homosexualité » – chapitre qui, soit dit au passage, permet de rappeler le caractère fondamentalement européen de la scientia sexualis de la fin du xixe siècle et du début du xxe.

5L’intérêt majeur du travail de Benadusi est qu’il permet de comprendre la dynamique de masculinisation et de virilisation de la société que porte en elle la nationalisation du territoire italien depuis la deuxième moitié du xixe siècle, tout en donnant à voir la « révolution anthropologique » que le fascisme s’est employé vingt années durant à concrétiser. L’homosexuel était donc, comme le titre du livre l’indique, « l’ennemi de l’homme nouveau », mais « la condamnation de la pédérastie avait des origines plutôt politiques que morales ou religieuses : dans l’expérience totalitaire fasciste, l’homosexualité n’était pas tant un péché ou un vice mais bien un danger permanent pour l’éthique viriliste collective » (p. 310). Si le livre de Lorenzo Benadusi apporte une contribution remarquable à l’histoire du genre et de la sexualité et, parallèlement, à l’histoire du fascisme, c’est qu’il n’est pas orienté téléologiquement vers la résolution de cette équation qui, sous prétexte de porter à la lumière du jour une histoire oubliée (mais, au juste, comment aurait-on pu oublier une histoire qui n’existe, en tant que question historique, que depuis quelques années à peine ?), pose l’histoire de l’homosexualité dans le Ventennio fasciste comme un moment de l’histoire d’une répression, ceci expliquant tous comptes faits cela. Si répression il y a – et répression il y a effectivement – elle serait plus à entendre comme une pratique visant la transformation de la société et aspirant à la formation de l’« homme nouveau », que comme l’expression barbare d’une idéologie totalitaire, dont on aurait tort de trop vite projeter rétrospectivement le modèle de « régime totalitaire » que nous autres contemporains avons à l’esprit. On retiendra donc de cette lecture une réflexion méthodologique, que la préface du grand spécialiste du fascisme italien, Emilio Gentile, soulève et que l’on pourrait reprocher à l’auteur de ne pas avoir suffisamment développée et approfondie. Si l’homosexualité constitue une entrée privilégiée pour saisir l’expérience fasciste dans l’exercice de ses fonctions, c’est parce que « le totalitarisme est une méthode et non pas un but » (p. XVI), et que de cette politique totalitaire l’étude de l’homosexualité donne à voir le périmètre d’action à l’intérieur duquel elle se déploie, en même temps qu’elle donne la mesure de son caractère foncièrement politique. C’est la raison pour laquelle on dira, en forçant un peu le trait pour mieux élargir son champ, qu’il n’y d’histoire contemporaine de l’homosexualité qu’en tant qu’histoire politique de l’homosexualité.

Haut de page

Notes

1  À défaut d’avoir accès à la traduction du livre, signalons la publication dans un prochain numéro de Genre, sexualité et société de l’article de Lorenzo Benadusi, « Vie privée, morale publique : le fascisme et la "question homosexuelle" », traduit par nos soins.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Massimo Prearo, « Benadusi Lorenzo, Il nemico dell’uomo nuovo. L’omosessualità nell’esperimento totalitario fascista », Genre, sexualité & société [En ligne], 1 | Printemps 2009, mis en ligne le 01 juillet 2009, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://gss.revues.org/325

Haut de page

Auteur

Massimo Prearo

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org