Navigation – Plan du site
2015

Paveau Marie-Anne, Le discours pornographique

Paris, La Musardine, 2014
François-Ronan Dubois
Référence(s) :

Paveau Marie-Anne, Le discours pornographique, Paris, La Musardine, 2014

Texte intégral

12014 est assurément une année faste pour les études pornographiques dans le domaine universitaire francophone et Marie-Anne Paveau y joue un rôle central. Tout en codirigeant sur la question, avec François Perea, un numéro à paraître de la revue Questions de communication, elle fait paraître à La Musardine la somme volumineuse de ses recherches sur la pornographie en analyse du discours, comblant ainsi un double manque : non seulement celui des études pornographiques de langue française, mais également celui, dans la bibliographie internationale, des travaux en linguistique sur la pornographie. Si le mouvement d’études initié par le Hard Core de Linda Williams, il y a plus de vingt ans de cela désormais, a guidé de nombreuses disciplines vers l’étude de la pornographie, les linguistes sont demeurés des plus minoritaires dans la discussion académique. Poursuivant les travaux exploratoires qu’elle avait proposés sur son carnet de recherches, La Pensée du discours, et les premiers résultats publiés par François Perea, par exemple dans l’article paru ici même en 2012, Marie-Anne Paveau contribue à défricher un vaste terrain, que des travaux récents viennent du reste d’explorer, comme elle le précise en introduction.

2Divisé en cinq parties, l’ouvrage de Paveau couvre de nombreux corpus en un style suffisamment pédagogique pour que les lecteurs même néophytes, en études pornographiques ou en analyse du discours, puissent profiter de son propos. La progression de l’ouvrage est à l’exemple de ce souci de transmission : après avoir présenté en une première partie (« La pornographie et ses discours ») les débats sociaux et universitaires qui partagent son objet et les méthodes qu’elle entend utiliser, l’auteure approche les corpus selon un degré croissant de complexité, en partant des mots (« Les mots, les noms, les choses ») pour passer aux discours (« Le texte pornographique ») et aux technodiscours (« Technopornographie. Discours, objets, machines »), avant de faire fonds de ces acquis pour revenir aux questions morales et politiques, dans une dernière partie intitulée « La pornographie et le réel ». Une préface du linguiste Dominique Maingueneau et une postface de l’écrivain et performeuse Wendy Delorme viennent encadrer cette progression. L’ouvrage propose par ailleurs une abondante bibliographie ainsi qu’un répertoire des sources utilisées, que les chercheurs spécialisés pourront consulter avec intérêt.

3Fidèle aux méthodes de l’analyse du discours, l’auteure ne coupe pas les objets discursifs de leur ancrage contextuel et ses analyses s’attachent à éclairer l’articulation entre les outils de la langue et le réel avec lequel ils entretiennent un rapport qui ne saurait se résumer à la référence. Ainsi le chapitre consacré à la lexicographie (« Les dictionnaires des mots du sexe ») met en évidence les processus socioculturels de sélection qui partagent le vocabulaire entre le sexuel, l’érotique et le pornographique. Or, cette entreprise de catégorisation n’est pas l’expression d’une objectivité référentielle, on s’en doute, ni même d’un consensus socio-moral : dans le chapitre introductif « Notions et catégories : de quoi parle-t-on ? » aussi bien que dans la partie consacrée aux textes pornographiques, Paveau met en évidence que les entreprises de classification linguistique ou littéraire impliquent des processus d’évaluation morale.

4Est-ce à dire que de la même manière que le mot chien ne mord pas, il n’y aurait pas de mots pornographiques ni, par extension, de style pornographique ? On aurait tort de voir là une discussion byzantine, dans la mesure où la classification efficace automatique des discours pornographiques est l’un des enjeux des instruments de contrôle des contenus, que ce soit les instruments techniques informatiques ou les instruments juridiques. Or, si dans la section « Pornométrie : filtrage et censure de la pornographie », Paveau souligne l’inefficacité des outils automatisés, elle n’en identifie pas moins certains fonctionnements linguistiques spécifiques du discours pornographique, que ce soit au niveau des mots ou de la syntaxe. Ainsi des pornèmes (« termes élaborés pour la pornographie, dans les milieux de la pornographie », p. 116) tels que deepthroat, BDSM, X ou 69, dont l’intérêt linguistique, du point de vue morphologique, même en dehors des études pornographiques, est évident ; ainsi, pour la syntaxe, de la gestion de la ponctuation dans le texte pornographique ou, pour la stylistique, de l’abondance des autodescriptions. On le comprend pour ces derniers exemples, le statut de trait linguistique caractéristique pour la pornographie n’est pas superposable à celui de trait définitoire ou exclusif.

5C’est pour cette raison entre autres que l’analyse contextuelle, donc qualitative, est déterminante pour rendre compte de la valeur pornographique ou non d’un énoncé. Plus encore : la perspective d’analyse du discours permet de faire émerger des énoncés faiblement constitués qu’on eût sinon négligés. C’est le cas à la fois des discours qui ne relèvent pas de la fiction pornographique, mais bien de ce milieu dont les pornèmes sont l’un des produits, par exemple les blogs des praticiens (« Les blogs de pornstars : du ghetto au dialogue »), mais également des discours minimaux qui accompagnent des objets non-discursifs, comme les godes ou les fucking machines (« Machines pornographiques »). Toute visuelle et matérielle qu’elle paraisse à l’époque contemporaine, la pornographie n’est jamais dépourvue de discursivité : non seulement le texte pornographique est toujours d’une grande vitalité (« Le livre numérique : extension du domaine de la pornographie »), mais tous les autres médias, y compris les sex toys, sont les objets d’une utilisation linguistique.

6Le discours pornographique, ce n’est donc pas forcément toujours seulement du porno, mais tout ce qui, de la même manière, parle du porno, des condamnations conservatrices ou féministes (« Ce que la pornographie fait à la réalité ») et aux propositions progressistes (« Reformuler la pornographie : le langage du post-porn »), pour lesquelles Paveau ne cache pas sa préférence. Le discours pornographique est donc aussi un discours moral, qui exprime sans détour ses valeurs ou les intègre. Le rôle de l’analyse du discours est alors un rôle politique : elle peut et doit rendre explicites les cadres moraux qui forment les discours, comme elle met en évidence les savoirs et les choix classificateurs qui président aux nominations, dé-nominations et réappropriations linguistiques dont le discours pornographique est fait.

7Partant, l’intérêt de l’ouvrage de Paveau est au moins triple.

8Premièrement, il permet d’améliorer notre connaissance de l’univers pornographique, comme l’appelle l’auteure, en proposant de nombreuses objets d’études jusque-là minoritaires pour ne pas dire tout à fait négligés, parmi lesquels on peut citer, à titre d’exemple, la nomination des pornstars, les blogs de praticiens, la ponctuation pornographique ou les discours entourant les fucking machines. L’analyse du discours n’est pas la seule à pouvoir progresser en ces voies ouvertes et toutes les approches, dans un domaine d’études interdisciplinaires, ont intérêt à les explorer.

9Deuxièmement, il permet d’améliorer notre compréhension des phénomènes linguistiques, en fournissant des cas remarquables, qu’il s’agisse de leur rapport au contexte, de leur morphologie (X, 69), de leur référence ou de leur usage de certains procédés ailleurs minoritaires. Ces cas remarquables sont susceptibles d’intéresser la communauté académique indépendamment des inflexions thématiques des corpus de chacun, puisqu’il n’y a aucune raison scientifique pour que les études pornographiques souffrent du même ostracisme culturel que leur objet.

10Troisièmement, il permet d’améliorer notre connaissance de la morale et des mécanismes par lesquels les consensus sociaux autour des productions culturelles se forment, se maintiennent, classent, divisent et oppriment. Cet intérêt-là est au plus haut point politique : nous ne pouvons formuler d’avis informé sur les pornographies sans savoir non seulement de quoi il est question mais comment fonctionnent, précisément, nos formulations.

11En d’autres termes, Le discours pornographique de Paveau est susceptible de satisfaire des lecteurs aux curiosités les plus diverses : la clarté de sa présentation en fait une excellente introduction aux études pornographiques, la variété de ses corpus une riche source documentaire et la pertinence de ses contextualisations et de ses analyses, un outil démocratique d’une grande efficacité.

Haut de page

Bibliographie

PEREA, François, « Les sites pornographiques par le menu : pornotypes linguistiques et procédés médiatiques », Genre, sexualité & société, 7, 2012, [En ligne], 7 | Printemps 2012, mis en ligne le 01 juin 2012, consulté le 06 janvier 2015. URL : http://gss.revues.org/2395 ; DOI : 10.4000/gss.2395.

WILLIAMS, Linda, Hard Core: Power, Pleasure and the Frenzy of the Visible, Oakland, University of California Press, 1989.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Ronan Dubois, « Paveau Marie-Anne, Le discours pornographique », Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 12 janvier 2015, consulté le 16 août 2017. URL : http://gss.revues.org/3271

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org