Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Flamant Françoise, À tire d’elles. Itinéraires de féministes radicales des années 1970

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007
Natacha Chetcuti
Référence(s) :

Flamant Françoise, À tire d’elles. Itinéraires de féministes radicales des années 1970, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007

Texte intégral

1La démarche proposée par Françoise Flamant (sociologue et économiste) est de rendre compte d’une histoire des féminismes et de leurs pratiques diverses en s’appuyant sur la trajectoire de femmes ayant parcouru certains pays d’Europe (notamment la France, l’Italie, le Danemark et l’Angleterre) et certaines régions des États-Unis.

2L’auteure, qui se positionne comme militante féministe, articule sa posture politique à celle d’une démarche méthodologique non analytique, en choisissant le récit de vie comme méthode descriptive : « Les récits de vie sont rares et pourtant seuls les témoignages individuels pourraient, par leur subjectivité même, rendre visibles ces actrices de l’histoire contemporaine que furent les féministes » (p. 13).

3Le titre de l’ouvrage, À tire d’ailes (Itinéraires de féministes radicales des années 1970), indique d’entrée de jeu le point commun des trajectoires présentées : en effet, les douze femmes qui se racontent, dans une diversité polyphonique, décrivent leurs entrées dans le mouvement féministe comme un essor, un envol sur elles-mêmes qui se manifeste par des ruptures diverses. Pour la majorité d’entre elles, le voyage militant a permis d’échapper à la condition des femmes dans le contexte hétérosexiste de la fin des années 1960 ; pour d’autres, il aura permis d’affirmer un lesbianisme marqué jusqu’alors par le poids du silence et de l’inaudible. Enfin, il aura également permis à certaines d’échapper au conditionnement de genre en créant des espaces professionnels et des apprentissages autonomes dépassant les règles normatives de genre : l’expérience de Jean et Tirza est un exemple frappant témoignant de cette conquête. Effectuant toutes deux le choix d’exercer le métier de charpentière, elles fondent aux États-Unis La Seven Sisters Construction et vont exporter leurs savoirs en France, à Paris et en Basse-Normandie, dans la région du Perche. Par la suite, en France, des femmes vont s’installer comme plombières, menuisières, électriciennes, etc., ravies de se libérer de la tutelle technologique des hommes. L’apprentissage de ces divers savoirs (savoir sur soi, savoir politique et affranchissement professionnel) va susciter des rencontres qui vont se développer par des mouvements migratoires entre les pays d’outre-Atlantique et ceux du continent Européen.

4L’immense espoir qu’inspira le féminisme des années 1970, selon Françoise Flamant :

« se propagea par cercles concentriques de pays en pays, alimenté par une grande curiosité pour ces ailleurs où d’autres femmes de nationalités et de cultures différentes se mobilisaient. Le mouvement des femmes s’inscrivait bien au-delà des frontières nationales, dans des groupes constitués mais aussi dans les consciences individuelles ; il générait des échanges, des voyages, des découvertes. Tout à coup, les femmes ne se contentaient plus “d’habiter leur intérieur” et s’ouvraient librement aux grands espaces que les mœurs patriarcales leur avaient partout et depuis toujours refusés » (p. 13).

5À travers ces récits de vie, l’auteure fait retour à l’histoire du féminisme en mettant l’accent non pas sur les polémiques théoriques – qui ont traversé le mouvement des années 1970 et 1980 –, mais en s’employant davantage, et c’est ici toute l’originalité de l’ouvrage, à décrire selon un modèle biographique ces voyageuses militantes qui ont migré dans une articulation constante entre affirmation politique (celle de la reconnaissance du lesbianisme, de la dénonciation de la domination masculine et de la contrainte à l’hétérosexualité) et réalisation des désirs entre femmes, dont l’enjeu dépassait la seule affirmation de l’homosexualité, mais engageait au-delà de celle-ci la critique du couple monogame et de l’institutionnalisation de ce dernier comme modèle de légitimation de la sexualité.

6Toutes ces femmes viennent d’une génération commune : elles sont nées entre 1925 et 1954 et la plupart ont vécu dans leur première jeunesse des relations hétérosexuelles contraintes et ont même parfois été mariées. Issues des classes moyennes, la plupart d’entre elles ont poursuivi, dans un premier temps, des études universitaires, comme mode d’émancipation du soi. L’accès aux mouvements féministes a marqué pour toutes un moment de changement, tournant qui s’est accompagné d’une remise en cause des rapports hommes/femmes, de l’hétérosexualité, de l’appropriation des normes de genre tant sur leur corps (critique de la maternité) que dans leur vie professionnelle (création artistique, appropriation de savoirs masculins, etc.).

7À la radicalité théorique et pratique de leurs luttes enthousiastes et créatrices, le développement contemporain des études de genre a tendance à répondre par une dés/historicisation des découvertes conceptuelles et une normalisation de l’oubli de la critique féministe, et c’est à cet égard que l’ouvrage de Françoise Flamant nous paraît particulièrement intéressant. Si, comme le souligne Michelle Perrot, il reste beaucoup à faire pour identifier, analyser et décrypter la chronicité des mobilisations féministes des années 1970-1980, sans doute la diversité de cette douzaine de parcours que nous livre Françoise Flamant est-elle nécessaire pour apporter une pierre de plus à l’édifice de la mémoire du féminisme et à son histoire, qui résonne toujours en nous en termes de champs d’expériences. En effet, aucune histoire de groupes minoritaires sur les plans politique, philosophique et sociologique ne peut se constituer que si elle peut s’inscrire, au-delà des frontières transnationales, dans un héritage permanent pour les générations futures, et qu’à la condition d’établir des ponts entre les formes de résistances des décennies passées et celles d’aujourd’hui. La polyphonie des voix expérientielles présentée dans cet ouvrage constitue à cet égard un élément important d’historicisation des formes de résistances féministes et lesbiennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Natacha Chetcuti, « Flamant Françoise, À tire d’elles. Itinéraires de féministes radicales des années 1970 », Genre, sexualité & société [En ligne], 1 | Printemps 2009, mis en ligne le 01 juillet 2009, consulté le 23 avril 2017. URL : http://gss.revues.org/329

Haut de page

Auteur

Natacha Chetcuti

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org