Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Iacub Marcela, Par le trou de la serrure. Une histoire de la pudeur publique (xixe-xxie siècle)

Paris, Fayard, 2008
Mickaël Bertrand
Référence(s) :

Iacub Marcela, Par le trou de la serrure. Une histoire de la pudeur publique (xixe-xxie siècle), Paris, Fayard, 2008

Texte intégral

1J’ai regardé par le trou de la serrure… et j’y ai vu des juristes !

2L’histoire de la pudeur publique que nous propose Marcela Iacub n’est pas forcément celle que l’on attend. En rupture avec l’approche sociale et culturelle actuellement en vogue chez les historiens de la sexualité, cette brillante juriste préfère s’intéresser à l’histoire chaotique des différents textes juridiques depuis le Code pénal de 1810 jusqu’à sa dernière réforme en 1992. Elle nous montre à quel point les interprétations ont pu diverger d’une époque à une autre, d’un lieu à un autre, et comment parfois, un procès a pu tout faire basculer.

3La thèse principale de l’ouvrage repose sur une différenciation géo-juridique de l’espace entre le domaine privé et publique. En voulant débarrasser la loi des considérations religieuses des époques précédentes, le Code pénal de 1810 a fait de la sexualité « non seulement un ensemble de comportements, mais aussi une matrice de production des espaces institutionnels » (p. 24). Seulement, ce « mur de la pudeur » (p. 25) s’avère être très flou et on s’aperçoit alors que les juges deviennent des maçons qui démolissent et reconstruisent sans cesse cette cloison criblée de trous laissant parfois passer l’intimité.

4À partir de cette constatation, Marcela Iacub déploie tout l’arsenal juridique : outrage public, attentat aux mœurs, publicité, consentement, préméditation, jurisprudence, cassation… La question de la sexualité est tournée dans tous les sens juridiques avec une exhaustivité impressionnante.

5Et pourtant, l’analyse s’enferme dans le tribunal et cet ouvrage nous donne l’impression que les juges regardent réellement la société du dehors par le trou de la serrure. À la fin de l’ouvrage, le lecteur bouillonne d’une irrésistible envie d’ouvrir la porte tant de nombreuses questions restent en suspens. Certes, les juges ont appelé de nombreux témoins (des experts) à la barre : Marcela Iacub convoque par exemple les littéraires pour vérifier sa théorie dans les espaces ambivalents que sont les salles de spectacle (Deuxième partie, chap. 2). Elle consulte également les psychanalystes qui se sont largement exprimés sur l’exhibitionnisme (Troisième partie, chap. 3) ou encore quelques sociologues qui viennent nous entretenir de la « dénormativisation de la sexualité » (p. 260).

6Cependant, il est permis de s’interroger sur la pertinence de cet exercice détaché de toute analyse socio-culturelle. Je reste en effet perplexe devant ces textes de loi à la paternité anonyme et devant ces sentences pénales brutalement livrées sans que soient entendus pour chaque affaire les arguments de l’accusation et de la défense. Tel Marc Bloch, je ne peux m’empêcher de penser que « le bon historien ressemble à l'ogre de la légende. Là où il flaire la chair humaine, il sait que là est son gibier ». Or, les juges présentés par Marcela Iacub ressemblent davantage à des machines plutôt qu’à des individus ancrés dans une société et une époque données. Marc Boninchi, dans son ouvrage sur Vichy et l’ordre moral (Boninchi, 2005) était parvenu à contourner cette difficulté en étudiant le cheminement préalable des lois, c’est-à-dire les causes de leur apparition, avant de s’intéresser à leurs conséquences concrètes.

7Prenons l’exemple du Code pénal de 1810. L’auteure nous affirme en introduction de sa première partie que « les juristes en étaient fiers, car ils y voyaient le signe que leur droit, à la différence de celui de l’Ancien Régime, s’était émancipé de la religion, qu’il avait distingué le péché du crime et qu’il se contentait de punir les actes contraires à l’ordre social ». En théorie, nous ne pouvons que confirmer cette affirmation à la lumière des sanctions et des sentences : cette époque signe bien la fin des bûchers pour sodomie et inceste en tant qu’atteinte à l’ordre social dicté par les Saintes Écritures. Dans les faits, ne peut-on pas considérer que le Code pénal a été l’objet d’une laïcisation de surface, tandis que les préceptes catholiques restaient omniprésents dans l’esprit de la loi. L’enjeu d’une telle problématique est de taille : d’un côté, on considère que la mise en place du Code pénal constitue une rupture paradigmatique essentielle dans l’histoire du droit et de la société en général ; de l’autre, l’accent est mis au contraire sur les continuités sociales de représentation du délit tandis que seules les méthodes de condamnation changeraient. Or, la question mérite d’être posée puisque l’auteure choisit de faire débuter la chronologie de son propos par ce qu’elle décide alors de présenter comme un événement.

8Cet exemple permet également de s’interroger sur la question des sources au fondement de cette étude. Marcela Iacub s’intéresse en fait essentiellement aux textes normatifs qu’elle illustre ponctuellement par l’étude des sentences de quelques affaires judiciaires. On s’aperçoit vite de la limite d’une telle méthodologie puisque les dissensions entre la norme et les pratiques sont nombreuses. L’auteure construit alors son argumentation sur le principe qu’une sentence judiciaire « hors-norme » conduit irrémédiablement à faire évoluer cette norme. Par conséquent, cette histoire de la pudeur publique est écrite comme une succession d’événements ponctuels qui influeraient sur le temps long des structures. Si nous sommes tout à fait disposés à concéder que dans le domaine juridique, une affaire particulière puisse faire jurisprudence, il paraît surprenant que le jugement par le tribunal de Pointe-à-Pitre de quelques individus s’étant livrés à « des actes de libertinage » en 1858 (p. 83) ait eu des influences immédiates et radicales sur les représentations de la pudeur publique en métropole. Le lecteur reste perplexe devant cette causalité linéaire qui n’est pas sans évoquer une certaine forme de déterminisme. Cette impression est d’ailleurs entretenue par l’auteure qui qualifie à plusieurs reprises de « célèbres » les affaires qu’elle évoque. Or, je suis forcé de constater que l’arrêt de la cour de Limoges de 1975 ou encore la « célèbre affaire qu’eut à juger la Cour de cassation en 1881 » (p. 84) n’ont guère laissé de trace dans la mémoire nationale. Le lien de causalité qui paraît si évident aux yeux du juriste mériterait en fait d’être interrogé à la lueur de l’histoire culturelle afin de savoir si ces jugements ont réellement eu un impact sur les représentations de la pudeur publique (ou bien si justement, ce n’est pas l’inverse…).

9D’un point de vue général, l’historien est aussi troublé par la méthode. La chronologie est souvent malmenée par des retours en arrière qui brouillent les pistes. Si le sommaire général présente une évolution plutôt claire, le développement est en fait beaucoup plus confus. Le lecteur reste perplexe devant des affirmations aussi tranchées que « un célèbre arrêt de la cour de Limoges de 1975 a produit à cet égard la synthèse de presque deux siècles de jurisprudence » (p. 52). On y apprend alors que l’exhibition du sexe afin d’uriner constitue invariablement un outrage à la pudeur publique au cours des xixe et xxe siècles puisqu’une affaire similaire en 1858 avait conduit à une même condamnation. Or, la formule mérite d’être discutée. S’il s’agit d’une synthèse, cela signifie que les juges ont alors pris acte des différentes interprétations de la loi depuis plusieurs décennies et qu’ils ont décidé d’établir définitivement une position commune. Or, dans les pages suivantes, nous apprenons que « les juristes avaient élaboré une typologie des comportements qui se rattachaient directement, soit par contiguïté directe, soit même par contiguïté indirecte à l’acte sexuel et qui constituaient l’élément matériel de l’infraction » (p. 54). Dès lors, la logique d’argumentation devient obscure. Dans un premier temps, Marcela Iacub nous affirme que ce sont les juristes du xxe siècle qui ont fait la synthèse ; mais deux pages plus loin, elle nous explique que dès le xixe, une typologie avait été établie et qu’elle est restée immuable pendant plusieurs décennies.

10Cet exemple est en fait révélateur d’une cohérence globale du propos que le lecteur est en difficulté de comprendre, d’autant plus que Marcela Iacub ne propose pas de conclusion générale à son étude. Dès lors, au terme de notre lecture, nous sommes finalement bien incapables de dresser les grandes lignes d’une évolution de la pudeur publique au xixe et xxe siècles. Certes, il ne s’agit pas de réduire une notion aussi compliquée à quelques caractéristiques simplifiées, voire simplistes. Cependant, puisque l’auteure choisit de centrer son analyse sur les angles croisés juridique et historiques, nous sommes en droit d’attendre un bilan de la lecture des multiples textes législatifs et judiciaires en vue d’établir un bilan chronologique.

11Pour conclure, il convient cependant de reconnaître à Marcela Iacub le mérite de s’être penchée sur une question aussi passionnante que compliquée. L’analyse historique d’une notion juridique aussi floue que la « pudeur publique » est un exercice difficile. La juriste aborde ponctuellement de nombreuses problématiques très intéressantes notamment sur la dimension sensorielle de la pudeur (où la vue prédomine toujours). Elle évoque également par l’intermédiaire de quelques affaires les capacités de résistance ou d’adaptation à la loi, par exemple lorsque les artistes invoquent au début du xxe siècle des représentations vivantes de la statuaire pour prôner le « nu chaste ». Il semblerait en fait qu’il faille partir de ces pistes de réflexion plutôt que de les utiliser comme des prolongements d’une étude strictement juridique, dénuée de facteur humain. Cette perspective permettrait peut-être alors de dénouer plus aisément les liens d’interaction entre la norme et les pratiques et d’établir des schémas d’explication plus efficaces sur le long terme.

Haut de page

Bibliographie

BONINCHI Marc, Vichy et l’ordre moral, Paris, PUF, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mickaël Bertrand, « Iacub Marcela, Par le trou de la serrure. Une histoire de la pudeur publique (xixe-xxie siècle) », Genre, sexualité & société [En ligne], 1 | Printemps 2009, mis en ligne le 01 juillet 2009, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://gss.revues.org/331

Haut de page

Auteur

Mickaël Bertrand

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org