Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Rebreyend Anne-Claire, Intimités amoureuses. France 1920-1975

Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2008
Isabelle Clair
Référence(s) :

Rebreyend Anne-Claire, Intimités amoureuses. France 1920-1975, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2008

Texte intégral

1Dans un ouvrage tiré de sa thèse, Anne-Claire Rebreyend décortique l’écriture ordinaire de l’amour et son histoire. Le travail est minutieux, centré sur la France de 1920 à 1975, fondé sur l’étude de centaines d’écrits intimes, de l’autobiographie au journal en passant par de nombreuses correspondances, aux auteur-e-s le plus souvent inconnu-e-s. Les fonds sont multiples : l’Association pour l’Autobiographie et le Patrimoine autobiographique (APA), la correspondance de Simone de Beauvoir, celle de Menie Grégoire, celle du Planning familial, des textes publiés, etc. Mais la démarche est toujours la même : saisir par l’écrit les représentations de la sexualité et de l’amour d’hommes et de femmes appartenant à des milieux sociaux et à des âges divers, au cours d’une période marquée par une « volonté de dire » plus encore qu’une volonté de savoir :

« L’expression de “libération sexuelle” doit […] être utilisée avec prudence […]. S’il y a libération, c’est plutôt de la parole. Entre 1920 et 1975, les discours sur l’intime se multiplient dans l’espace politique, les médias, les chansons, les publications savantes ou grand public, mais aussi dans les autobiographies, les correspondances et les journaux qui deviennent effectivement intimes » (p. 24).

2L’intime est politique. Il se définit certes dans la subjectivité des individus mais fait écho à un cadre social qui la dépasse. C’est pourquoi, l’objet de l’ouvrage est compris entre deux dates qui constituent « deux grands moments de l’immixtion de l’État dans la sphère privée » (p. 22). Les années 1920 ouvrent le bal, qui interdisent la publicité et la vente des moyens de contraception, correctionnalisent l’avortement et « prétendent réduire la sexualité à l’acte nécessaire à la procréation afin de répondre à un impératif démographique » (idem). L’histoire se termine en 1975, avec l’avènement d’une nouvelle législation des moyens de contraception et de l’avortement : « La sexualité n’est plus seulement envisagée sous l’angle de la reproduction, mais une place est faite au plaisir, à l’épanouissement personnel » (p. 23). Trois moments scandent ces cinquante-cinq années.

« L’intime feutré » (1920-1939)

3Si la Grande Guerre a fait de la politique nataliste une obsession de l’État français, elle a traumatisé le peuple qui doit supporter les effets de la crise économique après s’être fait décimer : deux conceptions des finalités de la sexualité se heurtent, entre procréation pour le premier, et amour (réparateur ?) pour le second. Pour preuve, « le taux de natalité [qui] n’a jamais été aussi bas que dans les années 1930 » (p. 27). L’entre-deux-guerres se caractérise ainsi par la mise en lien entre mariage, amour et sexualité. L’écriture de cette nouvelle norme se fait à pas « feutrés » : c’est l’amour qui prédomine dans les récits. La sexualité est conçue comme un moteur du mariage, mais elle est inavouable, seuls des regards et des sourires semblent s’échanger. Elle est aussi un mystère pour la majorité des jeunes. Leurs écrits comme ceux de leurs aînés ne rendent pas compte de l’accumulation progressive de publications psychologiques ou sanitaires qui fondent la sexologie naissante ; ils se font peu l’écho des manuels d’éducation sexuelle et des traités prophylactiques de lutte contre les maladies vénériennes et pour l’augmentation des naissances, pourtant abondants à l’époque ; et si l’homosexualité féminine, moins pénalisée que l’homosexualité masculine, est présente dans plusieurs textes intimes, elle n’est qu’évoquée et ne reflète pas la « visibilité lesbienne […] réelle dans le Paris des années 1920 » (p. 52). Les parents silencieux, les petites villes, la religion, la littérature féminine freinent la diffusion de la parole sexuelle. L’asymétrie entre les sexes la rendant moins accessible encore aux filles et aux femmes.

4Anne-Claire Rebreyend, consciente des inévitables limites de sa méthode d’investigation, se fait prudente : « il faut tenir compte de la part d’autocensure, et garder à l’esprit que ce qui est non-dit n’est pas nécessairement non-vécu. » (p. 100). Mais l’attention portée à l’écriture individuelle et anonyme permet de mesurer l’écart entre les discours venus d’en haut – l’État, l’Église, la médecine ou les élites « émancipées » – et l’expérience intime du quotidien. De surcroît, la comparaison avec les décennies ultérieures indique que l’entre-deux-guerres est un moment detransition vers la sortie du silence.

« L’intime questionné » (1939-1965)

5La période suivante est marquée par une intervention inégalée de l’État dans la vie privée des Français-es pour en contrôler la sexualité. Si Vichy en est l’instigateur, au travers de nombreuses lois et mesures répressives à l’encontre du divorce, de l’avortement, de toutes formes de sexualités autres que maritales et reproductives, il est notable que la Libération ne constitue pas une remise en cause de cet interventionnisme ; sonne alors l’heure de la « reconquête de la virilité » des vaincus de 1940 (p. 117) et du rattrapage des années de jeunesse perdues dans la solitude de la guerre. Pourtant quelque chose se fissure. Dans la clandestinité du contrôle étatique, les écritures intimes rendent compte d’expériences qui éloignent les individus de l’ordinaire (conjugal, sexuel) et donc pour partie de la norme. Les couples sont séparés par les combats et les emprisonnements : les correspondances et les journaux intimes se multiplient pour pallier l’absence, raconter des retrouvailles qui ne se déroulent pas toujours dans la chambre conjugale, et parfois révéler des adultères plus stigmatisés qu’en temps de paix mais aussi plus accessibles et peut-être plus tentants. Les écrits relatent peu d’expériences homosexuelles dont on sait par ailleurs qu’elles ont été favorisées par l’extraordinaire de la guerre et le confinement dans des relations homosexuées (particulièrement pour les hommes loin de chez eux), mais ils témoignent d’un début de « questionnement ».

6Celui-ci se prolonge dans les récits d’après-guerre : le flirt « triomphe » (p. 147) et modifie le rapport des jeunes – et particulièrement des filles – à la sexualité, désormais plus progressive, plus dicible parce que pour partie désexualisée ; les expériences masculines et féminines de l’entrée dans la sexualité, quoique toujours très genrées, commencent à se ressembler un peu (les mots qui disent l’expérience individuelle viennent confirmer les indicateurs statistiques de cette convergence) ; enfin, le mythe de l’amour conjugal s’effrite, particulièrement du côté des femmes qui remettent en cause l’évidence du bonheur domestique. Ces fissures détectables au niveau de l’écriture individuelle font écho à la vulgarisation des textes de psychanalyse et de sexologie, à la mise en place d’une planification institutionnelle des naissances, à l’autonomisation des femmes qui accèdent de plus en plus largement au travail salarié. Toutes choses que la période suivante va consolider.

« L’intime exhibé » (1965-1975)

7La question que se pose Anne-Claire Rebreyend est alors la suivante :

« Si les historiens et les historiennes ont décrit les combats féministes pour la libéralisation de la contraception et de l’avortement, et si les démographes ont observé la “seconde révolution contraceptive”, la manière dont les individus ont vécu ces changements demeure mal connue. Il s’agit donc de réfléchir à la notion de “libération sexuelle” […]. Quel sens donner à cette notion et qui concerne-t-elle ? » (p. 238).

8Les lettres à Menie Grégoire font état de nombreuses ruptures de femmes adultes, pour un temps « démolies » puis « libérées » du joug du mariage ; d’une façon générale, le mariage est remis en cause, ainsi que le couple à de nombreux égards ; l’homosexualité, masculine comme féminine, se dit enfin ; et la sexualité se fait à la fois plus ludique (y compris pour les femmes) et plus attachée à la performance physique (source d’angoisse pour les hommes hétérosexuels). En revanche, un décalage apparaît en matière d’éducation sexuelle : les mères restent le plus souvent silencieuses, y compris les militantes féministes, qui verbalisent les violences sexuelles mais plus difficilement la sexualité ordinaire ; l’éducation sexuelle n’est plus un tabou, et ce à l’échelle du pays, mais les discours familiaux restent démunis. Finalement, c’est la médicalisation de la sexualité qui permet le plus sa mise en mots : la qualité des orgasmes semble au centre des préoccupations, avec en arrière-fond la question de l’a-normalité des individus (et particulièrement des femmes et des homosexuels).

9On ressort de la lecture du livre d’Anne-Claire Rebreyend avec des images plein la tête, de petites histoires qui traversent plusieurs décennies ou des bribes de vies concentrées dans une lettre. La lectrice sociologue, pour qui ces multiples portraits, proches du quotidien, de la vie banale, sont essentiels à la démarche empirique, aurait parfois souhaité que leurs déterminants sociaux (et notamment les classes sociales, les lieux de vie) soient plus visibles, moins émiettés dans le découpage chronologique (qui est bien sûr aussi un découpage politique). Mais l’auteure se défend justement de ces attentes et c’est elle qui finalement décrit le mieux son projet, totalement réalisé :

« Ce livre laisse entendre ce que Foucault appelait “le marmonnement du monde”. En prêtant attention aux murmures comme aux cris, il n’évite pas la dissonance, l’altération, voire la cacophonie ; en mettant l’accent sur la subjectivité des acteurs et la singularité des parcours, en privilégiant “la variable sur le modèle”, il prend le risque de la banalité et de la quotidienneté, de la répétition, de l’énumération parfois fastidieuse de faits et de gestes, d’une histoire plus fragmentée » (p. 326).

10Ne reste alors plus qu’une question, irrésolue – elle l’est presque toujours lorsqu’on entreprend l’objectivation de la vie privée des autres : dans ces murmures, celui de l’auteure, mentionné en introduction, s’est faufilé un peu partout dans le texte, mais où exactement ? L’ambivalence de l’usage du mot « intimité » frappe, à la lecture des titres notamment : défini comme relevant des « liens amoureux et/ou sexuels des individus » (p. 13), il semble en réalité se substituer poliment au mot « sexualité », grand absent de la couverture du livre. Est-ce l’intimité qui est tour à tour « feutrée », « questionnée » puis « exhibée » ? Ou plutôt la sexualité dont la formulation passe de l’arrière-scène de l’amour à son avant-scène ? Écrire sur la sexualité, la sienne, celle des autres, n’est décidément pas chose aisée ; c’est pourquoi l’étude des écritures, amoureuses, sexuelles, est si riche d’enseignements.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Clair, « Rebreyend Anne-Claire, Intimités amoureuses. France 1920-1975 », Genre, sexualité & société [En ligne], 1 | Printemps 2009, mis en ligne le 01 juillet 2009, consulté le 24 mars 2017. URL : http://gss.revues.org/333

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org