Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Mieli Mario, Éléments de critique homosexuelle. Italie : les années de plomb

Paris, EPEL, 2008
Catherine Deschamps
Référence(s) :

Mieli Mario, Éléments de critique homosexuelle. Italie : les années de plomb, Paris, EPEL, 2008

Texte intégral

  • 1  Philosophe, écrivain, acteur, Mario Mieli est un des fondateurs, en Italie, du mouvement de libéra (...)

1Que faire de ce livre de Mario Mieli, dont Massimo Prearo, qui l’a traduit de l’italien et préfacé, dit lui-même qu’il est un « objet étrange » ? Dans un premier temps, sans doute est-ce l’agacement qui caractériserait le mieux ma réception dudit « objet ». Agacement double : d’abord contre l’essentialisme qui l’empreint, face à l’inutile histoire pointilliste de l’homosexualité et de la psychanalyse qui occupent les premières parties, les arrangements avec Freud, tour à tour ennemi ou ami, au minimum entêtant, les lignes de partages simplistes entre les bonnes folles, par qui l’éclaircie transsexuelle adviendra, et les méchants machos hétéros, en tout normatifs (agacement relatif au contenu, donc) ; contre le procédé ensuite, où Mieli ne cesse de culpabiliser le lecteur qui aurait l’outrecuidance de ne pas tout à fait penser comme lui. Disons que, pour utiliser un vocabulaire qui prévaut trente ans après la publication originale du livre en 1977, Mieli n’est pas un bon communicant ; il agresse plus souvent qu’il ne flatte, davantage sur la défensive que concrètement propositif. Mais Massimo Prearo a raison : de ces éléments de critique, « on n’en sort pas indemne, sinon par mauvaise foi » (Prearo, 2008, 17). Car il ne suffit pas, dans un second temps, de se réfugier derrière le passage du temps pour retrouver une certaine indulgence vis-à-vis de l’auteur. Certes, le livre peut et doit aussi être entendu comme le témoignage d’une époque révolue, une source pour historiens du temps présent : le communisme qui y est prôné a depuis fait faillite ; les mouvements de libération gay des années 1970 sont loin1, etc. Mais davantage qu’un témoignage, la performance de Mieli oblige à la réflexivité. Comment expliquer l’agacement justement ? Quels cadres de pensée contemporains nous empêchent de l’aborder sereinement ? En d’autres termes, dans quelles idéologies sommes-nous pris nous-mêmes, qui nous fassent relire le passé proche avec mépris ? Et Massimo Prearo, dans sa préface, offre une piste :

« Mais, si la contribution de Foucault bouleversa véritablement la conception contemporaine de la sexualité, la volonté de savoir contemporaine se trouva, elle, prise au piège de son geste radical. En passant “par derrière l’hypothèse répressive”, en montrant que la sexualité est bien loin d’exister comme essence en dessous des strates de répressions déposées, géologiquement parlant, dans la coquille vide du sujet, Foucault a balayé d’un revers de main la compréhension de cette floraison d’expériences sans précédent qu’avaient été les mouvements homosexuels révolutionnaires. […] Foucault se rendait aveugle aux tentatives concrètes de mettre en acte des formes nouvelles de subjectivité » (Prearo, ibid., 16).

2Serions-nous donc à ce point imprégné de la pensée foucaldienne que nous serions devenus hermétiques aux expérimentations collectives et individuelles de personnes qui, comme Mieli, ont tenté dans leur corps de changer les « destins » ; de personnes qui, par là-même et avec la souffrance, ont pris des risques bien supérieurs à ceux de la théorisation ? Car en se fragilisant par tant de transparences, Mario Mieli donne non seulement les armes pour se faire battre mais aussi nous renvoie l’image désagréable de nous-mêmes le battant, de nous-mêmes nous engouffrant allégrement dans le piège qu’il nous tend et qui, imperceptiblement, valide sa propre intuition des vertus de la minorité.

3« Quant à moi, dit Mario Mieli, je suis content d’être une folle manifeste, “féminine” : la souffrance que cela implique, dans cette société, donne la mesure ou, si l’on préfère, reflète la dure et fragile et précieuse beauté de ma vie » (p. 88). Quelle phrase magnifique ! Peut-être sommes-nous plus enclins à la ranger dans la catégorie des récits ou des romans plutôt que dans celle des essais. Et si l’auteur lasse souvent lorsqu’il s’égare dans des tentatives de théorisation froide, il séduit bien davantage lorsqu’il embrasse à pleine bouche le registre des intuitions issues de son éprouvé. Non que ce soit là une manière polie de le discréditer en le cantonnant au subjectif ; au contraire, c’est sur ce terrain qu’il est le plus convaincant, que ses impressions font mouche. Il semble d’ailleurs qu’il n’ait pas toujours réussi à choisir. Ainsi, dès l’avant-propos, décrit-il son livre comme des « enchevêtrements de passages rébarbatifs aux accents académiques et de passages désinhibés, caractéristique d’un mode d’expression gay » (p. 25) ; et d’y revenir beaucoup plus loin : « Je sais que je tends à généraliser une expérience personnelle qui m’a conduit il y a deux ans, à la suite de différentes péripéties, dans des cliniques pour “maladies mentales”. […] Aujourd’hui, malheureusement, j’ai dû revenir en partie au jeu, à cette hypocrisie “normale” qui permet de circuler “librement” : si ce livre ne vaut pas grand-chose, cela tient en premier lieu à cette sorte de fausseté, que l’on reproduit par nécessité dans la vie quotidienne, et qui ne peut pas être évitée en écrivant » (pp. 277-278). Le chapitre où Mieli se fonde sur son expérience psychiatrique, « Mens sana in corpore perverso » (pp. 253-290), est à cet égard des plus passionnants. À le lire, on se dit qu’il aurait pu aussi bien écrire sur sa « qualité » de gay que sur celle de « malade mental » ; on comprend mieux son obsession lancinante pour la psychanalyse ; et les associations entre folles et follie prennent toute leur saveur et leur ampleur. Dans cette veine, son interprétation des lubies d’un des fondateurs du protestantisme :

« Au Museum of Erotic Art de San Francisco se trouve une caricature de Martin Luther, réalisée au temps de la Contre-réforme, qui le présente avec un tout petit couple homosexuel s’adonnant au coït anal au beau milieu de sa tête : inconsciemment, au moyen d’une “calomnie” mesquine et vulgaire, la propagande anti-luthérienne catholique souligne d’une certaine façon la position centrale qu’occupait l’analité (et l’homosexualité) dans la pensée du moine réformateur. […] Lui-même reconnaissait que l’axiome fondamental de la religion protestante (la doctrine de la justification par la foi) lui était venu à l’esprit lorsqu’il se trouvait “dans les latrines de la tour”. […] Au cours de ses rencontres avec le Diable, Luther le traite agressivement (à coups de pets dans la figure) et l’enjoint, aveuglé par la haine, à lui “lécher (ou lui baiser) le postérieur” ou à “déféquer dans sa culotte et à la lui accrocher autour du cou”, menaçant également de “déféquer sur le visage du démon” : il invective le Démon exactement comme les mâles hétérosexuels insultent les gays » (pp. 219-220).

4Dans une veine plus émotive quoique toujours ludique, le sens que Mieli voudrait voir accorder au sport :

« La conception homosexuelle du sport est bien différente de la conception traditionnelle : le petit garçon gay qui déteste l’éducation physique rêve d’un monde dans lequel la gymnastique, la satisfaction sexuelle et l’affect ne soient plus considérés comme des sphères séparées et opposées les unes aux autres. Il sait très bien que lorsqu’ils se tapent dessus, ses camarades, en fait, se désirent. Il ne s’agit plus de frapper ou de taper quelqu’un. Il s’agit, dans le jeu, de se taper au sens gay de draguer, de s’offrir physiquement les uns aux autres dans une atmosphère ludique qui permette de reconnaître ouvertement le caractère érotique du sadomasochisme et de l’associer à l’affectivité » (p. 168).

5Et puis, il est des paragraphes qui, replacés dans le contexte actuel et en modifiant à peine certaines expressions, peuvent faire écho :

« On ne peut pas faire l’impasse sur l’intention implicite, mais aussi explicite, de récupérer les homosexuels portée par cette nouvelle attitude “progressiste” de certaines Églises et de certains États. […] Protection des homosexuels, morale permissive, tolérance, émancipation politique atteinte dans les pays à domination réelle du capital, tout cela se révèle substantiellement fonctionnel au programme de marchandisation et d’exploitation de l’homosexualité par l’entreprise capitaliste » (p. 144).

6Dès lors, la proposition suivante de Mieli deviendrait une condition nécessaire mais non suffisante : « Au regard de l’ensemble des argumentations exposées ici et de beaucoup d’autres, je crois qu’il n’y a que le point de vue de ceux qui se trouvent en position antithétique par rapport à la norme qui soient capables de remplir une pleine fonction critique » (pp. 346-347). Au minimum, certaines questions ne sont nullement résolues. C’est un des mérites des Éléments de critique homosexuelle, par le décentrage auquel ils obligent, de nous faire revisiter nos hypothèses actuelles. Où l’on se rend compte que l’énoncé de naïvetés transformées en vérités n’est l’apanage d’aucune époque.

Haut de page

Bibliographie

PREARO Massimo, « Préface », in MIELI Mario, Éléments de critique homosexuelle. Italie : les années de plomb, Paris, EPEL, 2008.

Haut de page

Notes

1  Philosophe, écrivain, acteur, Mario Mieli est un des fondateurs, en Italie, du mouvement de libération homosexuelle Fuori ! Sa route croise le FHAR, Hocquenghem… Il se suicide en 1983, à trente ans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Deschamps, « Mieli Mario, Éléments de critique homosexuelle. Italie : les années de plomb », Genre, sexualité & société [En ligne], 1 | Printemps 2009, mis en ligne le 01 juillet 2009, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://gss.revues.org/336

Haut de page

Auteur

Catherine Deschamps

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org