Navigation – Plan du site
Varia

Quand Bradley Manning devint Chelsea. De la NBC à Wikipédia, l’espace public comme scène d’une transition de genre

When Bradely Manning became Chelsea. From NBC to Wikipedia, the public sphere as a scene of a gender transition
Fabienne Malbois et Léonore Cabin

Résumés

Scène de phénoménalisation de Chelsea Manning, l’espace public est aussi son lieu de naissance. En effet, le 22 août 2013, Bradley Manning, ex-analyste du renseignement en Irak alors incarcéré dans une prison militaire américaine pour avoir délivré des documents confidentiels à WikiLeaks, fait savoir dans un communiqué de presse remis à la NBC qu’il se sent avoir toujours été une femme. Il demande également à être désigné désormais sous le prénom de « Chelsea ». Cette auto-déclaration identitaire de genre est en réalité proférée par la journaliste du Today Show, lors de l’entretien qu’elle mène avec l’avocat de Manning. Une fois la demande transmise, la journaliste et l’avocat se réfèrent à Manning au féminin. C’est ainsi qu’un plateau de télévision s’est transformé en la scène d’une transition de genre. Mais l’annonce de Manning a eu des effets, durables, bien au-delà de cette scène locale. Ainsi, au sein de la scène globale qu’est l’encyclopédie en ligne Wikipédia, les contributeurs ont débattu, parfois avec acharnement, de l’opportunité de renommer la page de l’article intitulé « Bradley Manning » pour consacrer sa féminité nouvellement acquise. Sur la base d’une analyse énonciative, notre article montre comment le Today Show du 22 août 2013 a transformé la déclaration de Manning en un performatif. Restituant la trajectoire d’(in)félicité de ce performatif, il s’attache également à ethnographier les pages « discussion » de la Wikpédia anglophone et francophone.

Haut de page

Texte intégral

De nombreuses discussions ont nourri la rédaction de cet article, tiré d’une recherche financée par le FNS [projet 100016_144027] ; un merci tout particulier à Laurence Kaufmann, Philippe Gonzalez et Maëlle Meigniez. Nos remerciements également aux relecteurs-trices de la revue.

  • 1 Le Monde, le 05.05.2013.
  • 2 Dans la presse française, c’est le cas par exemple de Libération.fr, le 15.08.2013. Cette photo ava (...)

1Le 21 août 2013, le soldat Bradley Manning, qui avait transmis au site WikiLeaks fin 2009 plus de 700’000 documents diplomatiques et militaires classés « top secret » alors qu’il était affecté à une unité de renseignement en Irak, est condamné par une Cour martiale américaine à une peine de 35 ans de prison et renvoyé de l’armée pour déshonneur. Au cours du procès, qui a duré près de trois mois, il avait été fait mention de son homosexualité, de son enfance difficile et de ses parents alcooliques. La défense avait également indiqué que Manning, « au même moment où il avait commencé à collecter des milliers de documents confidentiels pour les remettre à l’organisation de Julian Assange, “était aux prises avec un conflit intime d’identité sexuelle” »1. Dès le début du mois d’août 2013, une photo de Manning coiffé d’une longue perruque blonde, lèvres maquillées, circule sur Internet. Aux dernières heures du procès, ce portrait vient parfois illustrer les articles de presse, en lieu et place d’une photo de Manning en uniforme de soldat, qui reste l’iconographie la plus abondamment utilisée2.

2Le 22 août 2013, au lendemain du verdict, l’affaire connaît un nouveau rebondissement. Savannah Guthrie, journaliste au Today Show (NBC) reçoit en direct l’avocat de Manning (David Coombs) pour un entretien exclusif. L’émission, qui traite du devenir du soldat condamné et révoqué, dure 5 minutes environ. Durant la première moitié de l’entretien, centrée sur le procès, sont notamment évoquées la réduction de peine espérée en regard du recours en grâce présidentielle demandé, l’authenticité des excuses prononcées par Manning et les raisons qui l’ont conduit à divulguer ces documents à WikiLeaks. Coombs dépeint Manning comme un être profondément honnête, ayant agi de son plein gré et mu par des intentions fondamentalement morales : informer le public américain, aider les gens et faire le bien. Après 2 minutes 30 secondes d’entretien et cinq questions posées, la journaliste introduit un nouveau sujet par ces mots : « Parlons de la personnalité de Monsieur Manning, et il a remis un communiqué qu’il souhaite que nous lisions, et cela en fait partie ». Puis elle enchaîne :

« Dans la mesure où j’opère une transition vers cette nouvelle étape de ma vie, je veux que tout le monde connaisse mon “vrai moi” (the real me). Je suis une femme. Considérant la façon dont je me sens, et dont je me suis toujours sentie depuis mon enfance, je souhaite commencer une thérapie hormonale le plus tôt possible. Je demande aussi qu’à partir d’aujourd’hui vous vous référiez à moi en utilisant mon nouveau nom et en utilisant le féminin (the feminine pronoun) ».

3Une fois la lecture faite, la journaliste poursuit : « Pourquoi a-t-elle choisi ce moment pour faire cette annonce ? ». L’avocat de Manning lui répond : « Bien, Chelsea ne voulait pas que ceci puisse porter ombrage au procès. Elle voulait que le procès soit terminé pour avancer dans la nouvelle étape de sa vie »3.

  • 4 Sur le genre comme « représentation » et « auto-représentation », voir De Lauretis (2007).

4Les prises de parole successives de la journaliste et de l’avocat sont à considérer comme la réception, au sein de l’émission, du communiqué de Manning, qui vise quant à lui un destinataire potentiellement universel, à savoir la totalité des membres du public du Today Show. Elles font de la demande de Manning un acte de langage « heureux » (Austin, 1970), reconnaissant ce dernier dans une identité de genre qui n’est pas celle sous laquelle il a été connu de sa naissance jusqu’à aujourd’hui, mais dont il dit pourtant qu’elle représente sa subjectivité, son vrai « moi ». Sous cet aspect, ces deux prises de parole ont ceci de remarquable qu’elles hissent le Today Show du 22 août 2013 au rang de scène locale de réalisation d’une transition de genre. Et alors que l’entretien se poursuit – les thèmes du traitement hormonal et de l’opération chirurgicale de réassignation de sexe sont notamment abordés –, deux portraits de Manning sont tour à tour montrés, comme pour parachever son accession à la catégorie de sexe dans laquelle il souhaite désormais se représenter et être représenté4.

Figure  : Portraits de Manning (photographies), Today Show, NBC, 22.08.13

  • 5 Incarcéré dans une prison militaire américaine (Fort Leavenworth, Kansas) depuis la fin de son proc (...)

5L’article reviendra longuement sur cette situation d’énonciation, et sur la façon dont les énoncés y sont imbriqués de sorte à constituer un performatif, à savoir une parole qui ne se contente pas de décrire un état du monde, mais vise à le modifier. Le performatif a pour propriété d’être « sui-référentiel, [soit] de se référer à une réalité qu’il constitue lui-même » (Benveniste, 1966, 274). Dans le cas de Manning, la réalité constituée est l’identité de genre « femme ». Le Today Show est en effet la scène d’une production identitaire, même si, pour l’heure, le corps de Chelsea Manning ne s’incarne dans aucun substrat charnel – s’il devait prendre chair un jour, ce sera à partir d’un corps d’origine masculin qu’un traitement hormonal ou une opération chirurgicale aura transformé5. Toutefois, depuis le 22 août 2013, ce corps féminin n’en a pas moins déjà une existence sensible : une voix (celle de la journaliste), un portrait, une signature, un prénom suivi d’un nom ainsi que des pronoms en sont, entre autres, des manifestations, des « épiphanies » (Peroni, 1999). Parce qu’elles ont bénéficié et bénéficient encore d’une apparition publique sur une scène (Arendt, 1983), et qu’elles relèvent dès lors d’une représentation partagée, ces épiphanies garantissent le caractère visible, observable et reconnaissable de ce corps féminin en voie d’incarnation. Autrement dit, si en cette fin août 2013 le corps de Chelsea Manning est un corps qui n’a pas de réalité physique et qui n’existe qu’en vertu de son attestation par un tiers, il possède néanmoins une consistance phénoménale, et constitue, par l’intermédiaire des signes qui le représentent, « un fragment de l’expérience du monde » (Ricœur, 1990, 72). Cette expérience et ce monde, ce sont ceux de la communauté des individus qui s’accordent sur la factualité de la personne nommée « Chelsea Manning », quand bien même il s’agit d’une identité publique dont le référent corporel est encore une pure forme sémiotique. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle cette identité, alors même qu’elle est reconnaissable, peut être aisément déniée : sa reconnaissance, ou inversement sa non-reconnaissance se jouent strictement dans la communication.

6Il s’avère que la voie de la reconnaissance n’a pas fait l’unanimité : le Today Show du 22 août 2013 a profondément divisé son public, les uns s’alignant sur le positionnement tenu par la journaliste et l’avocat, les autres refusant de s’y conformer. Quelles sont les lignes de fracture qui ont fragmenté les destinataires de l’émission ? Comment l’événement de discours que la NBC a contribué à instancier est-il parvenu, ou non, à les interpeller, soit à les enrôler en tant qu’interlocuteurs d’une demande à honorer et à élargir ainsi la scène de réalisation de la performance visée, à savoir une transition de genre ? Pour répondre à ces questions, il faut suivre la trajectoire du communiqué de Manning en traitant sa réception à l’horizon d’une temporalité. C’est pourquoi, après avoir analysé dans le détail le Today Show du 22 août 2013, nous quitterons cette scène locale, et éphémère, pour pénétrer dans une scène internationale caractérisée par une certaine permanence et durabilité. Plus précisément, nous entrerons dans Wikipédia pour nous pencher sur les débats, archivés, dont la page de l’article « Bradley Manning » a fait l’objet dans les branches anglophone et francophone de l’encyclopédie en ligne, en nous intéressant plus particulièrement aux pratiques de nomination. Promouvant un modèle d’écriture basé sur la participation et l’auto-régulation, Wikipédia s’organise sur « la mise en variation de la notion de débat » (Auray et al., 2009, 19) : hormis les articles publiés, l’encyclopédie est constellée d’arènes de discussion, qui peuvent être considérées comme une matérialisation en pratique de l’agir communicationnel théorisé par Habermas (Habermas, 1987, 2013 ; Cardon, Levrel, 2009). Ces délibérations reposant elles-mêmes sur une infrastructure normative qui régule les activités des contributeurs, Wikipédia constitue dès lors un contexte de réception des plus judicieux à analyser. La gestion du dissensus lui étant en quelque sorte organique, cette encyclopédie s’offre en effet comme un terrain privilégié d’observation de la diffraction et de la réfraction du communiqué de Manning dans l’espace public.

  • 6 Pour un commentaire approfondi de l’espace public arendtien, voir Tassin (1999) ; pour une lecture (...)

7Il nous reste à préciser à partir de quel modèle de l’espace public nous allons, tout d’abord, appréhender les différentes opérations langagières qui ont conduit à la formation du performatif prononcé par Manning par le truchement de la NBC, puis, suivant une logique séquentielle, retracer la trajectoire d’(in)félicité de cet acte de langage dans Wikipédia. Comme on l’a vu, ces deux scènes, où se joue la transition de genre de Manning, sont des lieux d’action et de parole, au sens quasi topographique du terme, marqués par une visibilité et une accessibilité générales. Aussi, le modèle dramaturgique et phénoménologique développé par H. Arendt (1983), qui conçoit l’espace public comme une scène d’apparition réunissant des acteurs et des spectateurs, qui fait fond sur les notions de distinction et de singularisation des « corps agissants » (Tassin, 2013, 26), et accorde à la parole et à l’action la capacité tout à la fois d’ouvrir un espace de réflexion sur les conditions du vivre-ensemble – le domaine public – et d’instituer un monde commun, s’avère pour nous le modèle le plus propice à mobiliser6.

Manning à la NBC : une déclaration pas comme les autres

De la déclaration identitaire du sujet transsexuel à la transition de genre

  • 7 Depuis, le spectre des travaux s’est considérablement élargi, dans le sillage du développement des (...)
  • 8 Sur les écueils du paradigme constructiviste pour penser le genre, voir Malbois (2011).

8Dès la fin des années 1960, avec l’étude de cas qu’il consacre à la transsexuelle Agnès, Garfinkel (2007) conçoit l’identité de genre comme une « chose sociale » (Durkheim, 1988)7. Non pas parce qu’elle serait construite8, mais parce que l’identité de genre acquiert une phénoménalité intelligible seulement si les individus produisent une ligne comportementale, une gestualité et une apparence qui se rendent reconnaissables comme relevant de l’une ou l’autre catégorie de sexe (« homme » versus « femme »). Agnès était parvenue, au prix d’angoisses constantes et d’un travail continu et méthodique de lecture des situations sociales, à passer pour « la femme normale naturelle » (Garfinkel, 2007, 221) qu’elle prétendait être, avant même que l’entrée dans une procédure menant à une réassignation de sexe ne lui ait été accordée. Or, pour les transsexuels, celle-ci est souvent un passage indispensable, qui va déterminer la fin de la période de transition et ouvrir le processus de mise en conformité entre un corps (sexe) et une identité subjective (genre ressenti) – processus parachevé par l’accession à une nouvelle identité de genre.

  • 9 L’assignation de sexe peut toutefois être sujette à une modification ultérieure quand la lisibilité (...)

9L’assignation de sexe, événement social et médical au cours duquel un individu est placé dans une catégorie de sexe à partir de l’examen de ses organes génitaux, a lieu à la naissance. Cette attribution, qui passe par l’identification du sexe anatomique, est censée ne se produire qu’une seule fois dans la vie d’un individu9. C’est ainsi qu’une demande de réassignation de sexe doit, pour aboutir, suivre un processus long et complexe, composé de trois étapes (Hérault, 2004, 2005 ; Castel, 2003). La première étape consiste en une évaluation d’ordre psychiatrique, afin de déterminer si la personne, homme ou femme, qui a l’intime conviction d’appartenir à la catégorie de sexe opposée à celle qui lui a été assignée à la naissance, souffre de dysphorie de genre. Une fois la discordance entre sexe (corps) et genre (identité ressentie) établie et diagnostiquée par l’autorité médicale (essentiellement des psychiatres et des psychologues), la personne transsexuelle pourra bénéficier d’un traitement hormonal et chirurgical. Le changement d’état civil intervient dans un troisième temps, à l’issue ou au cours de la deuxième étape, selon la loi en vigueur. À ce jour, en effet, seule l’Argentine, dont la législation comprend depuis peu un droit subjectif à la reconnaissance de l’identité de genre, permet le changement à l’état civil par simple demande déclarative, sans que l’aval des autorités médicales ou judiciaires ne soit nécessaire.

10Dans tous les cas, la déclaration initiale et personnelle d’un sujet qui énonce, alors qu’il est un homme, « je suis une femme », ou vice-versa, se situe au cœur de la demande de réassignation. Comme le souligne Hérault, qui a plus particulièrement étudié le cas de la France :

« [S]i l’expertise médicale vient la confirmer, elle [la déclaration préalable] ne va pas seulement permettre l’accès à l’hormonothérapie et à la chirurgie, elle va transformer la déclaration identitaire : désormais celle-ci n’est plus un simple énoncé formulé par une personne en son nom propre, mais elle est transcrite et consignée dans ce qu’on appelle le certificat conjoint. » (2005, 173)

  • 10 Nous produisons ici une analyse alternative à celle proposée par Hérault (2005), dont l’ethnographi (...)

11Ce certificat donne à la déclaration identitaire du sujet transsexuel une portée toute nouvelle. Il la transforme en un discours dont la force tient non seulement au fait qu’il est désormais inscrit et matérialisé sur le papier, mais aussi qu’il provient d’un énonciateur autorisé, des médecins en l’occurrence. Car si elle en est une dimension importante, l’inscription matérielle, qui transforme le discours et le stabilise dans un document écrit – le certificat en l’occurrence –, ne suffit pas à doter de performativité l’énoncé identitaire du sujet transsexuel10. Plus précisément, une telle déclaration identitaire est une parole, certes cruciale et nécessaire, mais n’est pas un acte de langage doté de performativité (Benveniste, 1966). Hormis dans le contexte argentin qui reconnaît au sujet la capacité à auto-désigner son genre, un tel énoncé n’a pas le pouvoir de faire ce qu’il dit. Pour produire un effet dans le monde, il doit être repris et réitéré par des énonciateurs qui, parce qu’ils ont un pouvoir institutionnel reconnu, sont en position de dire l’identité de genre d’autrui et de la transformer en fait. « Cette personne présente depuis l’enfance un sentiment d’identité psychologique féminine et sa biographie est celle d’un transsexuel masculin. Elle ne présente pas de psychopathologie associée en dehors de la problématique transsexuelle » (Hérault, 2005, 174) : dans le certificat reproduit par Hérault, cette déclaration des Dres Jacqueline Goulet et Madeleine Petit, quand bien même elle est énoncée à la troisième personne, est précisément cet « acte d’autorité » (Benveniste, 1966, 273) qui vient non seulement attester de l’existence de la dysphorie de genre, mais établir également que l’identité de genre de « Benoist Pierre dite Deborah » est celle d’un transsexuel.

12La performativité d’un tel acte de discours est cependant limitée à certains espaces sociaux, les institutions médicales et juridiques en particulier et, en l’occurrence, les agents autorisés à entreprendre une intervention de type chirurgical. C’est dire que la déclaration identitaire de Manning, telle qu’elle a été diffusée à la NBC, a connu un destin extraordinaire. Dans ce cas en effet, le Today Show a opéré comme la scène locale de réalisation d’une transition de genre de type « homme » en « femme », affranchissant la parole du sujet transsexuel de l’obligation d’en passer par l’autorité des institutions habilitées à réguler le processus de réassignation de sexe. Arrêtons-nous donc maintenant en détail sur cette situation d’énonciation afin de déterminer dans quelles circonstances la déclaration de Manning a pu fonctionner à la manière d’un acte de langage réalisant une transition de genre.

Le communiqué de Manning à la NBC : interpeller pour produire une appellation

13Tournons-nous d’abord vers le communiqué de presse daté du 21 août 2013 d’où, alors que Manning est incarcéré, tout commence. Si Manning y remercie toutes les personnes qui l’ont soutenu durant les trois dernières années, il annonce surtout son entrée dans « une nouvelle étape de [s]a vie ». La portée et le sens de cette transition, qui est l’objet du communiqué, sont signifiés par le biais d’une reconstitution biographique, d’une déclaration identitaire de genre assortie de marqueurs attestant de son authenticité et de sa sincérité, d’une demande adressée à tous et d’une projection dans le futur. Si le communiqué de presse révèle la transsexualité de Manning et son souhait d’être désormais reconnu par tous dans l’identité qu’il ressent être la sienne, une exception est faite pour les courriers officiels soumis aux contraintes de sa détention. Par ailleurs, sa transition de genre y reçoit une première inscription scripturaire, le passage de l’une à l’autre catégorie de sexe opérant à la faveur d’un changement de prénom. Le communiqué a en effet deux émetteurs : si Bradley Manning ouvre la missive, c’est Chelsea Manning qui la ferme.

  • 11 Il s’agit du passage du communiqué reproduit dans l’introduction de notre article et analysé dans l (...)

14Le communiqué est rendu public le lendemain matin, lors du Today Show du 22 août 2013. À la moitié de l’entretien qu’elle mène avec l’avocat de Manning (David Coombs), la journaliste de la NBC (Savannah Guthrie), après en avoir mentionné l’existence, en lit un extrait11. La lecture est accompagnée par la diffusion à l’écran du communiqué. Le texte est rapidement montré dans sa quasi-intégralité – l’adresse de Bradley Manning, située en haut à droite de la page, est escamotée. Les passages repris par la journaliste sont quant à eux tout particulièrement mis en évidence : ils apparaissent en surimpression, tout comme la partie finale du communiqué, composée d’un « merci » suivi de la signature puis du nom de « Chelsea Manning ». La lecture est introduite par la journaliste au moyen d’un tour de parole qui marque un changement dans l’orientation thématique de l’entretien qu’elle mène avec l’avocat :

15L’énoncé est bref. Il permet toutefois à la journaliste de rendre intelligible son prochain tour de parole, difficilement prévisible parce qu’il rompt avec la séquentialité des questions et des réponses, typique de l’entretien journalistique, qui rythmait l’échange jusqu’ici (Clayman, Heritage, 2002). Présentée comme un sujet digne de discussion, la personnalité de Manning y est constituée comme le prochain thème de l’entretien. Par ailleurs, le communiqué remis par Manning pour lecture à la chaîne de télévision NBC, figurée ici par le « nous », est produit comme une composante de ce thème. C’est à ce titre que sa lecture imminente, qui trouve ici sa justification, peut être explicitement annoncée, et que cette lecture, dont il est dit qu’elle est souhaitée par Manning lui-même, préfigure le fait que quelque chose d’important va bientôt être révélé au sujet de sa personnalité.

  • 12 Sur la question du « qui », voir Ricoeur (1992).
  • 13 « […] le responsable, au sens juridique du terme, [est] quelqu’un dont la position est établie par (...)
  • 14 Pour Derrida (1990), la communication écrite est en effet « communication » à la condition qu’elle (...)

16Adresser en public des propos dont on n’est pas l’auteur, comme c’est le cas de la journaliste lisant le communiqué de Manning (ligne 3 à 8), revient à citer. Or, toute citation a pour particularité d’ouvrir la question du « qui » de l’énonciation »12. Plus précisément, ce tour de parole de Guthrie porte les propos d’un « je » qui n’est pas celui du locuteur – celui-ci étant la journaliste –, sans que, au sein de l’énoncé lui-même, l’identité de ce « je » ne soit précisée. Bien que non explicité, ce « je » n’en est cependant pas moins déterminé : il est évident qu’il renvoie au porteur de la dénomination « Monsieur Manning » prononcée par la journaliste dans le tour de parole précédent. Une telle mise en abîme indique que la journaliste endosse les paroles qu’elle profère à titre de « représentant » (Reinach, 2004, 66) : elle n’en est pas l’énonciateur « responsable » (Goffman, 1987)13. Mais le dire de la journaliste ne reprend pas exactement un autre dire : Manning est en effet l’énonciateur d’un discours écrit – un communiqué de presse. Que fait alors à ce texte une reprise, et plus précisément une reprise dans une communication orale ? En d’autres termes, quel est le rapport que le dire de la journaliste entretient avec le communiqué, sachant que l’écriture, à la différence de la parole, se caractérise par une « itérabilité constitutive » (Moati, 2009, 44 ; Derrida, 1990)14 ?

  • 15 Cela est d’autant plus vrai que lors de la monstration du communiqué à l’écran, pendant que la jour (...)

17Et lisant le communiqué de Manning, la journaliste le réitère. Or, réitérer n’est pas répéter le même (Butler, 2004). Dans le cas présent, la réitération transforme le communiqué de Manning en un acte de communication, c’est-à-dire en un acte d’adresse qui se saisit de l’autre « comme il est dans sa nature d’être saisi par l’autre » (Reinach, 2004, 60). Autrement dit, si le communiqué de presse est daté du 21 août 2013, c’est le 22 août, dans le présent du moment où il est transformé en parole, que le texte devient un événement discursif impliquant un locuteur et un allocutaire (Ricœur, 1991). Manning occupait dans le premier tour de parole de la journaliste (ligne 1) le statut de référent du discours, soit de personne dont on parle. Au moment de la lecture du communiqué, il passe au statut de participant à une interlocution et devient un « je » énonciateur15. Mais si Manning est à présent figuré comme un sujet doué de la capacité à parler, cette figuration demeure fantomatique : le sujet qui parle reste la journaliste. Quel est dès lors le rapport que cette dernière entretient avec sa propre énonciation ? Et qui est véritablement le sujet de cette énonciation : la journaliste ou Savannah Guthrie ? Parler étant aussi un acte corporel, cette question vaut la peine d’être aussi posée. Tout d’abord, notons que Savannah Guthrie parle au nom de sa fonction, soit de son identité professionnelle : « journaliste à la NBC ». Ce deuxième tour de parole est alors à lire comme la suite du tour précédent, soit comme la réalisation d’une activité qui est comptable du contexte institutionnel propre à l’entretien journalistique : citer les propos de Manning vaut ici pour l’amorce de l’activité que la journaliste avait annoncée plus haut, à savoir parler de la personnalité de Manning avec son invité. Car citer Bradley Manning révélant qu’il est une femme, demandant à être reconnu dans cette identité de genre et souhaitant entreprendre une thérapie hormonale, équivaut à dire quelque chose à propos de sa personnalité. Cela revient à thématiser la transsexualité de Manning, à rendre compte du fait que son identité de genre, marquée par une dissociation entre sexe (corps) et genre (identité ressentie), est éprouvée comme un problème, et à ouvrir la voie, à partir de cette information, à la suite de la discussion. Mais en se faisant la porte-parole de Bradley (Manning), la journaliste prête aussi doublement sa voix à Chelsea (Manning). D’une part, en donnant à entendre la voix (phonè) de Manning en tant qu’il serait une femme, la journaliste, en la personne de Savannah Guthrie, donne de façon métonymique une existence au corps de Chelsea, à qui est ainsi accordée une brève « présentification » (Piette, 2003). D’autre part, en portant sa voix (logos), elle actualise son dire. Cette énonciation est constituée de deux énoncés imbriqués et logiquement hiérarchisés, dans le sens où le deuxième, qui suppose le premier, ne peut que lui être consécutif. Le premier énoncé a trait à ce que nous avons nommé plus haut « la déclaration identitaire du sujet transsexuel », à savoir le dire du sujet transsexuel quand il désigne lui-même l’identité de genre dans laquelle il se représente, une identité qu’il ressent et sait être la sienne, mais qui se situe à l’opposé de l’identité assignée par un autre, à qui il s’adresse pour que soit reconnu « qui » il est vraiment. Le second énoncé est quant à lui une demande, dont la sincérité est attestée par la présence du vécu interne qui lui correspond : le souhait (Reinach, 2004).

  • 16 Sur la dimension éthique de la promesse, voir en particulier Ricœur (1990).

18La promesse, cela a été maintes fois souligné, oblige la personne qui l’énonce à l’endroit de son destinataire16. À l’inverse, la demande pose un engagement personnel pour celui ou celle à qui elle a été adressée (Genard, 1999). Mais ici l’obligation est singulière, puisque la demande de Manning vise à obtenir non seulement une désignation, l’usage du pronom féminin, mais plus fondamentalement une « appellation » (Ricœur, 1990), et plus précisément une ré-appellation, à savoir l’inscription sur un « je » d’un nouveau prénom, Chelsea en l’occurrence, qui marquerait l’appartenance de Manning à la catégorie de sexe « femme ». L’appellation est un acte de discours endossé par un garant institutionnel. Cet acte, au moyen duquel un individu est inscrit « sur la liste publique des noms propres » (Ricœur, 1990, 70), a pour effet d’assurer que la personne dans le monde dont on parle et à qui l’on fait référence sous une certaine identité, et le sujet parlant, ont une même et unique signification (Ricœur, 1990). Aussi, si la demande de Manning devait être satisfaite et recevoir la réponse qu’elle attend, cette félicité n’équivaudrait pas seulement à produire un acte d’institution dont seul l’état civil peut normalement se prévaloir ; elle reviendrait également à lui conférer une nouvelle identité de genre. Car désormais, tous les opérateurs nécessaires à la transition de genre d’un transsexuel H en F sont en place : deux catégories de sexe ; un prénom masculin et un prénom féminin adossés à un même nom, ce qui assure une certaine permanence de la personne malgré l’altération du genre ; une situation d’énonciation au sein de laquelle un sujet fait face à un autre sujet ; une déclaration identitaire et une attente de reconnaissance. Une attente qui a la force d’une exigence puisque la demande, ici, a la forme d’une interpellation qui vise à obtenir une appellation.

Le Today Show comme scène locale d’une transition de genre

19Si l’on suit Benveniste (1996, 273), « un énoncé performatif n’a de réalité que s’il est authentifié comme acte ». C’est d’autant plus le cas de la demande qui, en tant qu’activité, prescrit une activité à l’endroit du destinataire. Aussi la performativité d’une demande ne peut-elle se vérifier que par l’examen du comportement du « tu » qui a été adressé (Reinach, 2004), un « tu » qui, en produisant la réponse visée par la demande, manifestera alors sa qualité d’interlocuteur. Revenons donc au Today Show, et plus précisément aux échanges qui prennent place au terme de la lecture du communiqué, afin d’examiner ce qu’il advient, d’une part, de l’interpellation de Manning et, d’autre part, de l’orientation thématique que prend l’entretien entre la journaliste et David Coombs.

20Dans ce troisième tour de parole (ligne 9), Savannah Guthrie retrouve une activité ordinairement liée au contexte de l’entretien journalistique : interroger son invité en posant une question qui, en l’occurrence, se présente comme un développement possible de la révélation qui vient d’être faite aux téléspectateurs. Plus précisément, Guthrie reprend ici un statut de journaliste de « plein droit », ce qui lui permet en outre de requalifier le dire qu’elle a proféré précédemment : il s’agissait d’une annonce, une annonce de Manning que Guthrie désigne à présent au moyen du pronom « elle ». Occupant à cet égard une « position » (Goffman, 1987) de récipiendaire de l’annonce, la journaliste assure donc également dans cet énoncé la félicité de la demande de Manning qu’elle vient de contribuer à produire. Dans la première partie de l’entretien, la journaliste faisait référence à la personne dans le monde nommée « Manning » en mobilisant le pronom « il ». Ce qui est maintenant descriptible comme « l’annonce de Manning » a donc réorienté l’échange en cours, instaurant un avant et un après. Désormais, comme vont le montrer les prochains échanges, la personnalité de Manning sera au centre de l’entretien, avec des questions abordant, entre autres, la possibilité qu’elle aura ou non de commencer une thérapie hormonale dans la prison militaire où elle sera incarcérée, son éventuel désir de subir une chirurgie de réassignation de sexe, le narcissisme qui aurait pu la conduire à donner à ses révélations l’audience la plus large possible. Mais l’annonce a également transformé le monde de référence de l’entretien. Ce n’est plus de Bradley Manning dont parle le Today Show, mais de Chelsea Manning. Ce que confirme d’ailleurs la prise de parole de David Coombs, son avocat (lignes 10 à 11). Dès lors, il sera parlé de Manning de la façon dont celle-ci a demandé que l’on parle désormais d’elle, à savoir en tant qu’elle est une femme.

  • 17 Le « je » de Manning renvoie donc ici à un « sujet dont l’attitude, tout à la fois morale et pratiq (...)

21La demande de Manning a été instanciée au sein du plateau de télévision, en son absence, dans le face-à-face interactionnel réunissant la journaliste et son invité. Quelles sont alors les prétentions de Manning que reconnaît cette séquence de question-réponse, au sein de laquelle les deux énonciateurs se présentent comme les destinataires « ratifiés » (Goffman, 1987) de sa demande ? Pour répondre à cette question, il est nécessaire de préciser qu’un acte de langage « formulé au nom d’autrui » est à « la fois personnel et impersonnel », dans le sens où il est « réalisé par un représentant en personne, mais dans sa réalisation même il est présenté comme émanant en dernière instance d’une autre personne » (Reinach, 2004, 66). Ceci implique qu’une demande que A (la journaliste) adresse à « C [quiconque] au nom de B [Bradley Manning], oblige C non envers A mais envers B, et garantit B et non A dans ses prétentions » (Reinach, 2004, 66). On l’a vu, la réitération du communiqué par la journaliste ressaisit Manning comme un sujet parlant. Répondant favorablement à son interpellation, la journaliste manifeste alors non seulement le fait qu’elle accorde de la considération à sa demande ; elle donne également du crédit à son dire identitaire. Plus précisément, se considérant engagée par la demande de Manning et en accordant, en répondant comme elle le fait, une force performative à son dire identitaire, la journaliste reconnaît Manning comme un sujet moral à qui peut être imputé un ressenti ainsi qu’une auto-désignation telle que « je suis une femme »17. C’est ce même rapport de subjectivation, qui se situe au fondement du « modèle responsabilisant de l’action » (Genard, 1999), qu’instaure à son tour Coombs. Répondant à la journaliste en usant du prénom « Chelsea » et du pronom « elle », il rend lui aussi observable et visible la féminité de Manning, contribuant à son tour à la doter d’une factualité certaine.

22Outre qu’il s’insère parfaitement dans le nouveau cadre thématique que s’est donné l’entretien, ce court échange entre la journaliste et son invité accomplit alors une double opération. D’une part, sur un versant informatif, il authentifie publiquement la transsexualité de Manning, un « homme » qui se dit « femme », quand bien même le diagnostic médical de dysphorie de genre fait défaut. D’autre part, il coproduit une transition de genre procédant par simple demande déclarative. Ou, plus précisément, il la valide en reconnaissant la féminité de Manning, préinscrite dans le communiqué de presse : si c’est un homme (Bradley) qui en initie la rédaction, c’est en effet une femme (Chelsea) qui met un point final au texte et qui l’authentifie en y inscrivant sa signature. Une telle transition de genre est cependant fragile. Si elle fait bel et bien référence à une personne dans le monde réel, « Chelsea Manning » est une identité qui est établie dans le discours. Elle est, en d’autres termes, une pure production communicationnelle. Certes, la signature, que l’on peut définir avec Fraenkel (1992, 9) comme « l’apposition autographe du nom propre », réfère non seulement au sujet qui l’a énoncé et qu’elle représente, mais aussi au corps qui l’a tracée. Mais ce corps, le corps féminin de Chelsea Manning, est purement sémiotique : il n’existe que par les signes identitaires (portrait, voix, pronom, par exemple) qui le représentent et qui en sont l’indice, voire l’icone, au sens peircien des termes, comme dans le cas de la signature (Fraenkel, 1992).

23À ce stade, « Chelsea Manning » désigne bel et bel une personne dans le monde. Toutefois, ce nom fait référence à un individu dont le corps est un ensemble de signes dotés d’une valeur dénotative non pas parce qu’ils seraient réflexivement liés à une réalité physique dans le monde auquel ils réfèrent, mais parce qu’ils sont publiquement partagés. Aussi, la capacité référentielle de ce nom propre dépend-elle de la façon dont il parvient à s’affranchir de la scène locale du Today Show, à se désindexicaliser de la situation d’énonciation où l’identité de genre de la personne qu’il désigne a été produite et, enfin, à se prévaloir comme un signe permanent d’identification de Manning. Par la voix de Savannah Gurthie, ce dernier s’est adressé à un public indéfini : a priori, quiconque ayant été un (télé)spectateur du Today Show est le destinataire de son dire. Néanmoins, la performativité de ce dire qui, comme on vient de le voir, nécessite que soit reconnu à Manning le statut de sujet moral, n’est pas pour autant garantie. Celle-ci se jouant dans la communication, et plus précisément dans la façon dont les participants à la situation se rapportent à l’événement discursif que nous venons de décrire et d’analyser, examinons à présent la façon dont l’annonce du Today Show s’est diffractée dans l’espace public en nous penchant sur la réception qu’elle a trouvée dans Wikipédia.

Echos sur une scène internationale : l’annonce de Manning dans Wikipédia

Ethnographier les pages « discussion » des articles Wikipédia : point de méthode

24Wikipédia n’est pas une encyclopédie comme les autres. Rassemblant des connaissances existantes, issues de sources externes, elle est une plateforme collaborative qui, a priori, permet à tout un chacun de rédiger ou de modifier des articles en ligne. Un tel fonctionnement, qui valorise l’écriture libre et collective, a pour contrepartie la « mutualisation des procédures de surveillance et de sanction » (Cardon, Levrel, 2009, 54). Par ailleurs, l’organisation et la coordination des activités au sein de ce monde virtuel sont rendues possibles par le recours à un ensemble de procédures rédactionnelles et de règles de comportements auxquelles les contributeurs sont tenus d’adhérer et qui sont au fondement de leur engagement (Cardon, 2010). Ces procédures, qui régulent l’écriture collective des articles, peuvent présenter des variations plus ou moins importantes selon les communautés linguistiques. Elles sont d’autant plus importantes que les wikipédiens sont nombreux et hétérogènes, et que leurs contributions débouchent régulièrement sur des controverses. Des controverses qu’un « dispositif délibératif normé » (Auray et al., 2009, 19) encadre et canalise par l’ouverture de différentes arènes de discussion et de prise de décision, comme ce fut le cas à la suite du Today Show du 22 août 2013.

25Manning est présent dans Wikipédia depuis 2010. La plateforme anglophone du site lui porte attention dès le mois de juin avec un article intitulé Arrest of Bradley Manning et procède, le 3 septembre de la même année, à une ré-indexation de cet article au titre de « Bradley Manning ». fr.wikipedia.org propose quant à elle un article centré sur le personnage de Manning depuis le 2 août 2010. Ces deux dernières notices, dont les entrées sont des noms propres, sont une catégorie d’articles très courante dans l’encyclopédie. Elles signifient que les wikipédiens se rapportent aux porteurs de ces noms propres en tant qu’ils sont des personnes publiques dont ils s’affairent à relater la biographie. L’annonce du 22 août 2013 a rendu problématique la tâche des contributeurs des articles Bradley Manning. Elle a même suscité, dans la branche anglophone, une véritable « guerre d’édition », pour reprendre un terme indigène. Rapidement, le corps du texte fut féminisé et on fit référence à Manning au moyen du prénom Chelsea. Toutefois, le titre de l’article fut l’objet d’un profond désaccord : certains wikipédiens penchèrent pour une transformation rapide de l’entrée, d’autres, arguant du fait que Manning était communément connu sous le nom de Bradley, optèrent pour le statu quo. Du côté de fr.wikipedia.org, rien ne se passa jusqu’à ce qu’un contributeur anglophone interpellât la plateforme pour demander une ré-indexation de la biographie au titre de « Chelsea Manning », forçant la communauté francophone à débattre de l’opportunité d’une telle qualification. S’ensuivirent alors de longs débats entre les internautes, dont rendent compte les pages « discussion » des articles concernés.

  • 18 Les débats qui ont lieu sur les pages « discussion » sont donc « les coulisses » (Goffman, 1973), a (...)
  • 19 Ces trois principes sont au cœur de ce projet encyclopédique.

26Quand les modifications apportées à un article sont récusées ou sujettes à divergence, les pages « discussion » offrent aux wikipédiens la possibilité de discuter, d’argumenter et d’échanger leurs points de vue, dans la perspective d’aboutir à un consensus18. Au cours de ces discussions, les différents contributeurs font valoir les raisons de leurs choix, s’opposent ou s’alignent en faisant référence à l’infrastructure normative de Wikipédia. Cette infrastructure se compose de règles de base, qui sont intangibles et définissent dans les grandes lignes les conditions de participation à l’écriture collective, et de recommandations ou de politiques, qui peuvent être réévaluées et sont passibles de modifications, via la discussion concertée. Si les recommandations et les politiques sont des ensembles d’usages admis et se présentent comme des indications, certaines d’entre elles, établies depuis longtemps, sont considérées comme des principes aussi importants que la neutralité du point de vue, la vérifiabilité ou encore la non-production de recherche originale ou personnelle dans la rédaction19. Nous ferons alors usage ci-après de la seule notion de « règle » pour désigner les différents composants de l’infrastructure normative sur lesquels les contributeurs prennent appui afin de faire prévaloir un argument.

  • 20 Les règles pouvant être modifiées, nous nous référons dans l’analyse aux versions dont disposent le (...)
  • 21 Sous cet aspect, notre ethnographie des débats sur Wikipédia s’inspire beaucoup des Recherches en e (...)

27Sur Wikipédia, les débats, – c’est particulièrement le cas pour les débats que nous allons analyser – ont ceci de particulier que les participants se rendent mutuellement observables les règles qu’ils mobilisent et qui orientent leur point de vue, dans le but de gagner l’assentiment des membres de la communauté à l’argument avancé et, in fine, de faire consensus20. Il s’agit donc d’un travail d’argumentation qui passe par l’explicitation des procédures suivies et qui, pour convaincre, invite à suivre les procédures existantes en les donnant à voir et en établissant, in situ, les contours précis de leur domaine de juridiction. Car si, sur Wikipédia, nul n’est tenu de connaître l’ensemble des règles, le novice ayant toute légitimité à apporter sa contribution, l’infrastructure normative demeure à l’arrière-plan des activités d’écriture et figure au rang de savoir commun de tous les wikipédiens, les plus experts parmi eux ayant la pleine maîtrise des règles et de leur mobilisation. Aussi, ethnographier ce genre de débats consiste essentiellement à rendre compte de la façon dont les participants produisent le caractère descriptible, méthodique, rationnel et intelligible de leurs échanges pour tout membre compétent de la communauté des wikipédiens21. Ce qui, il faut le souligner, n’est pas sans impliquer un travail considérable d’exégèse, proche de l’herméneutique juridique, de la part du wikipédien comme de celle de l’analyste d’ailleurs. Sur Wikipédia en effet, comme dans le droit, « aucune règle ne peut régler sa propre application » (Pierron, 2013, 4), et, de la même manière que la communauté des juristes est une « communauté interprétante qui n’a de cesse de préciser ce qu’est pour elle la rationalité juridique » (Pierron, 2013, 8), les wikipédiens procèdent à ce type d’interprétation « en raison » lorsqu’ils mobilisent les règles, ou des extraits de règles, dans leurs argumentations.

28Cela étant, le contenu d’un article pose parfois problème au point que l’appel aux règles ne suffit pas à trancher dans le débat et qu’il faille faire appel à une instance tierce. Celle-ci agit via une procédure de médiation, où des administrateurs dotés de droits particuliers viennent modérer la discussion afin d’en retirer les éléments pertinents pour prendre une décision, ou, ultimement, par le truchement d’un Comité d’arbitrage qui n’intervient qu’en « dernière instance lorsque la discussion et la médiation procédurale ont échoué » (Cardon, Levrel, 2009, 77-78).

« Chelsea Manning » dans la Wikipédia anglophone : une apparition problématique

  • 22 Les heures et les dates indiquées ci-après ont été obtenues grâce aux historiques des pages de l’ar (...)
  • 23 Dans le débat tel qu’il a été édité, et tel qu’il s’est présenté aux participants, le RM de CaseyPe (...)

29Le 22 août 201322, respectant la demande de Manning, les contributeurs anglophones de en.wikipedia.org s’attelèrent rapidement à féminiser le corps du texte de l’article Bradley Manning, et à transformer la première phrase du texte, en sorte de le faire débuter comme suit : « Chelsea Elizabeth Manning (born Bradley Edward Manning, December 17, 1987) is a United States Army soldier […] » Ces modifications, qui montrent que l’annonce télévisée a trouvé des interlocuteurs hors de la scène locale du plateau du Today Show, seront suivies d’autres mouvements. À 12h18, Morwen, administratrice, réindexe l’article au titre de « Chelsea Manning ». Quatre minutes plus tard, Cls 14, contributeur, revient au titre initial. À 12h43, Morwen effectue un nouveau déplacement à « Chelsea ». Peu de temps après, à 14h32, c’est au tour de Tariqabjotu, autre contributeur wikipédien, d’accomplir un retour au prénom « Bradley », avant que deux minutes plus tard, David Gerard ne bloque à l’aide d’autres administrateurs la page au titre de « Chelsea Manning ». À la suite de ces cinq modifications, à 15h14, CaseyPenk intervient sur la page de discussion de l’article pour ouvrir une procédure, dite « Requested move » (RM), à laquelle il est possible de recourir pour demander le déplacement d’une page (notamment par la modification du titre). À 15h29, CaseyPenk ajoute un nouvel argument à son RM, qui reçoit là sa forme définitive. Ce RM est à l’origine du débat. Observons donc de plus près le raisonnement développé par CaseyPenk, et plus précisément la façon dont il fonde une prise de position en rattachant chacun de ses arguments à l’infrastructure normative de la Wikipédia anglophone23.

30Dans son RM, CaseyPenk propose de revenir à l’entrée Bradley Manning, le temps que la communauté Wikipédia délibère. Il précise toutefois que sa demande n’indique en rien une préférence quant à la dénomination de l’article (de son point de vue, Chelsea Manning en est le titre approprié), mais est à réinscrire dans le fonctionnement procédural que s’est donné Wikipédia. La controverse suscitée par le premier déplacement de Morwen constitue le cœur de son argumentation, et oriente son interprétation des trois règles qui étayent son raisonnement. En premier lieu, CaseyPenk relève qu’il est d’usage de faire appel à cette procédure quand il y a de bonnes raisons de penser qu’une modification sera contestée. Par ailleurs, ce contributeur avance que la mobilisation de cette procédure est également requise par la recommandation qui régit la rédaction des titres d’articles (« Article titles », AT). Enfin, il cite un passage du « Manuel of Style » (MOS), et plus précisément un extrait qui guide les contributeurs dans le choix des termes identitaires (MOS:IDENTITY), en soulignant qu’il est effectif seulement en cas d’accord : « en l’absence de désaccord, le terme le plus communément utilisé pour désigner une personne est le terme que cette personne utilise pour se désigner elle-même ». CaseyPenk indique donc en creux que la MOS:IDENTITY ne s’applique pas au cas débattu.

Figure  : Demande de déplacement de l’article à Bradley Manning (RM), CaseyPenk

31Mais recourir à la MOS:IDENTITY permet également à CaseyPenk de cibler l’objet qu’il soumet à la discussion. Son intervention, fait-il remarquer, ne concerne que la dénomination de la page, la règle permettant par ailleurs d’inférer de façon incontestable que dans la biographie de Manning, le pronom « elle » doit être utilisé. Le sujet du débat précisé, celui-ci est lancé24. Chapeauté par trois administrateurs, il est supervisé par l’un d’entre eux, bd2412 T, qui se porte volontaire, et est réservé aux contributeurs enregistrés afin de limiter le nombre des participants. La page consacrée à Manning est bloquée en écriture, et les contributeurs ont sept jours à compter du 22 août 2013 pour trouver un consensus, sinon les administrateurs prendront une décision. La discussion est organisée selon une logique duale : il s’agit de se positionner en opposition (« oppose » ou « strongly oppose ») ou en accord (« support » ou « strong support ») avec la demande de réversion de l’article au titre Bradley Manning. Néanmoins, l’argumentation prime sur le nombre : comme dans toute discussion dans Wikipédia, les positionnements ne sont pas comptabilisés et les contributeurs ont la possibilité de commenter les arguments avancés par les participants lorsque ceux-ci prennent position.

32Le premier positionnement est réalisé par David Gerard, l’administrateur ayant effectué l’ultime déplacement au prénom Chelsea, avant que la page ne soit bloquée.

Figure  : Opposition de David Gerard à la demande de réversion de CaseyPenk

33Ce participant s’oppose au RM de CaseyPenk. Son intervention, qui se déroule en deux temps, est intéressante à plusieurs égards. La BLP (« Biographies of living persons »), à partir de laquelle il commence par fonder son opposition, est la règle sous l’égide de laquelle l’article est placé, et ceci parce qu’il contient des informations sur des personnes vivantes. Or, quand bien même David Gerard indique que la BLP prime dans ce cas sur toutes les autres règles, les principes fondateurs exceptés, la demande d’explicitation de CaseyPenk montre que la seule mention d’une règle n’a pas en elle-même force de loi : pour que son argument porte et acquiert une validité, tout wikipédien doit fournir une interprétation de la règle qu’il mobilise. Pressé par CaseyPenk, David Gerard développe alors les arguments à l’arrière-fond de son opposition. Tout d’abord, selon lui, le RM n’avait pas lieu d’être, dans la mesure même où ce dernier était d’ores et déjà convaincu du bien-fondé de l’usage du prénom « Chelsea » dans le titre et que la BLP recommande d’agir rapidement et sans tergiverser. Notons qu’une telle interprétation de la BLP fait référence aux passages de la règle, placés en exergue, qui précisent que les informations concernant les personnes vivantes doivent être traitées avec la plus grande sensibilité (« sensitivity »), en tenant compte du fait qu’elles pourraient leur nuire et porter atteinte à leur vie privée. Ce type d’argument, qui sera avancé à plusieurs reprises dans la suite du débat par d’autres participants défendant un retour à « Chelsea », se voit renforcé par une mention à la MOS:IDENTITY, puis au WikiProjetLGBT.

34Mais précisons le raisonnement de David Gerard. Selon lui, une controverse qui aurait pour objet le choix, pour faire référence à Manning, entre « Chelsea » et « Bradley », n’a pas lieu d’être. La MOS:IDENTITY établit en effet clairement qu’en matière d’identité de genre, l’auto-déclaration n’est pas sujette à controverse. Cette règle, rappelons-le, édicte notamment ceci : « [t]oute personne dont le genre pourrait être contesté devrait être référée au moyen des pronoms, des adjectifs possessifs, et des noms genrés (par exemple « homme/femme », « serveur/serveuse », « président/présidente ») qui reflètent la dernière auto-identification de genre que la personne a exprimée. Cela s’applique à toutes les phases de la vie de cette personne ». C’est précisément ce passage que le WikiProjetLGBT interprète pour recommander « de faire référence aux personnes transgenres en accord avec les noms et les pronoms qu’ils et elles usent pour s’identifier », un projet auquel David Gerard suggère incidemment que l’article consacré à Manning appartient. Ce qui ne sera pas sans conséquence dans l’orientation que prendra le débat, comme on le verra, et ceci dans la mesure où ce projet se présente comme un développement de la BLP, dont il dit reprendre l’esprit pour avancer que les articles de en.wikipedia.org doivent « respecter la dignité humaine des personnes » dont ils rendent compte.

35David Gerard insiste sur le caractère impératif de sa prise de position. Néanmoins, les choses sont beaucoup moins claires qu’il ne le laisse entendre. En effet, la MOS:IDENTITY indique aussi, et c’est là un point de la règle sur lequel les partisans du prénom « Bradley » vont s’appuyer, que la AT (règle des « Article Titles ») fait foi en cas de conflit sur la façon de faire référence à une personne ou à un groupe quand le terme d’identification apparaît dans le titre de l’article. Dans tous les cas, l’association opérée par David Gerard entre BLP et MOS:IDENTITY renvoie à une orientation spécifique envers Manning, qui est ici essentiellement envisagé en tant que sujet moral pris dans une interlocution, une interlocution dont l’événement constitutif est la demande diffusée au Today Show. Nous qualifions de « pragmatique » une telle orientation envers la personne de Manning, dans la mesure où celle-ci reconnaît le bien-fondé de sa déclaration identitaire de genre. Elle sera sous-jacente à l’ensemble des contributeurs qui vont s’opposer au RM. Tous les partisans du prénom « Chelsea » fondent en effet leur prise de position sur le fait que l’article concerne un sujet parlant, plus précisément une personne vivante ayant fait part publiquement de sa volonté d’être reconnue sous sa nouvelle identité. Et ils ont recours à la MOS:IDENTITY dans l’optique de préserver le titre Chelsea Manning, allant dans le sens du respect de la personne que propose la règle de rédaction des articles biographiques (cf. BLP). C’est ainsi que leur interprétation de ces deux règles converge pour asseoir la nécessité de manifester à l’égard de Manning une forme de respect moral, un respect qui se réalise notamment par le fait d’éviter de la blesser en lui infligeant un prénom auquel le soldat américain ne s’identifie plus. Certains contributeurs iront jusqu’à invoquer la « morale commune » (« common decency ») pour donner force à leur argument.

Figure  : Exemples d’opposition au RM au nom de la morale commune

36En revanche, les contributeurs qui soutiennent une indexation de l’article à Bradley Manning s’appuient principalement sur la procédure réglant la rédaction des titres d’articles. Pour ces derniers, suivre l’AT ne contrevient en rien à la BLP, et c’est cette règle qui doit primer et trancher dans le débat. Par défaut, la MOS:IDENTITY édicte en effet que le titre d’un article n’est pas soumis aux mêmes critères que le corps du texte, comme il l’est rappelé ici :

Figure  : Prise de position d’un partisan du retour de l’article au titre de « Bradley Manning »

37L’AT indique qu’un bon titre d’article doit répondre à plusieurs critères. S’il doit être précis, concis et cohérent, il doit surtout montrer un caractère d’évidence (« naturalness ») pour le lecteur, qui est censé pouvoir y reconnaître la description d’un sujet quand bien même celui-ci lui serait peu familier (« recognizability »). C’est ainsi que, dans le cas d’articles thématiques, où les titres sont le nom d’une personne, d’un lieu ou d’un objet (Lady Gaga, Royaume-Uni ou Caféine par exemple), l’AT recommande de choisir le nom qui est le plus fréquemment et communément utilisé (Lady Gaga au lieu de Stefani Germanotta), ce qui peut conduire parfois à ne pas opter pour le nom officiel et, dans tous les cas, à se reporter à la manière dont les sources externes de langue anglaise digne de foi (médias, journaux scientifiques, encyclopédies de référence, etc.) font référence au sujet en question. Le critère de la reconnaissance du nom d’un article reçoit dans l’AT, dont il est un élément central, l’appellation de règle du COMMONNAME. Dans le cas présent, ce nom connu en commun est à chercher dans les sources médiatiques, seules à même de réagir rapidement à l’annonce diffusée par le Today Show.

38Durant le laps de temps imparti au débat, quelques médias anglophones, mais non l’ensemble d’entre eux auront répondu favorablement à la demande de Manning et, sans surprise, parmi les débatteurs, l’état des lieux du positionnement des médias fait lui-même controverse, leur autorité respective n’étant pas jugée équivalente. Ainsi, le 23 août 2013, à un contributeur qui établit une liste de 22 médias faisant usage du prénom « Chelsea » et/ou des pronoms féminins, dont font partie The Guardian (Royaume-Uni), Daily Mail (Royaume-Uni), The Washington Post (États-Unis), The Huffington Post (États-Unis), Today (États-Unis), un partisan du retour au prénom « Bradley » oppose la réaction de la CNN (États-Unis). La chaîne avait en effet annoncé le 22 août 2013 qu’elle désignera Manning au moyen du prénom de Chelsea seulement quand l’état civil aura légalisé cette dénomination.

  • 25 Il s’agit plus précisément d’une déférence sémantique, au sens de la philosophie analytique. Sur ce (...)

39La règle du COMMONNAME renvoie à une dimension importante de la capacité identifiante des noms propres, qui tient à leur reconnaissance publique au sein d’une communauté donnée. Ou, pour le dire comme Kripke (1982), au fait que, une fois le référent et le nom propre associés par le baptême, le nom est transmis « de maillon en maillon » (ibid., 79) par les différents locuteurs qui l’énoncent en conversant, permettant à tout membre d’une même communauté linguistique d’en faire un usage référentiel, quand bien même on ne serait pas en mesure de décrire son porteur. De fait, le locuteur localisé en position de totale extériorité par rapport à la situation performative initiale du baptême et qui occupe, le long de la chaîne de communication, la place la plus éloignée du centre, réalise une pratique de nomination spécifique : elle consiste à s’en remettre à la pratique d’autrui en la reproduisant. Autrement dit, ce locuteur campe une position de déférence25. Cette position est celle qu’occupent les contributeurs favorables à un retour au titre « Bradley Manning ». Car dans le cas d’espèce, s’appuyer sur la règle de l’AT revient à se projeter non pas comme un producteur, mais comme un observateur imitateur des pratiques de nomination en cours au sein de la communauté linguistique à laquelle on appartient. Aussi, c’est in fine privilégier une orientation sémantique à l’endroit de Manning, envisagé comme une personne dont on parle, et non pas avec qui l’on parle. Certes, en affichant suivre la BLP et la MOS:IDENTITY, les opposants à « Chelsea » s’accordent avec les partisans de l’adoption du prénom féminin sur le fait que Manning est un sujet parlant. Mais en opérant un recours décisif à l’AT pour réguler la portée des effets de sa demande, les wikipédiens rétifs à la renomination de Manning envisagent en définitive ce dernier comme l’objet d’une référence identifiante. Une référenciation qu’il s’agit pour eux de reproduire et non de transformer.

  • 26 George Sand, pseudonyme qu’a pris la romancière Amantine Aurore Lucile Dupin, est un exemple emblém (...)

40Le 27 août 2013, Morwen et David Gerad, les deux administrateurs à l’origine des premiers déplacements de l’article à Chelsea Manning, reviennent en détail sur les raisons qui les ont amenés à prendre une telle décision. Développant avec soin leur prise de position, ils déplient leur argumentaire en mobilisant tour à tour la BLP, la MOS:IDENTITY et la COMMONNAME pour conclure qu’un retour à « Bradley » équivaudrait à prendre une position politique erronée, qui plus est offensante et blessante pour les personnes transgenres. Si certains contributeurs applaudissent à cette explicitation ou lui confèrent du poids en précisant que, ce même jour, le New York Times a annoncé qu’il fera référence à « Chelsea Manning », la polémique continue d’enfler. Après délibération, les administrateurs décident alors, au terme du délai fixé au débat, d’un retour à l’entrée « Bradley Manning ». Leur décision s’appuie sur plusieurs points. Alors que le titre « Bradley Manning » était stable avant la dispute, il y a eu clairement absence de consensus en faveur d’un déplacement à Chelsea Manning. Par ailleurs, si la BLP recommanderait l’usage de « Chelsea », elle ne le requiert pas, alors que le titre « Bradley Manning » ne constitue pas une violation de cette règle. En outre, il est rappelé que si la MOS:IDENTITY n’est pas explicitement applicable aux titres des articles, elle rend par contre nécessaire la féminisation du texte : si l’application de la règle peut conduire à des incongruités, celles-ci sont en réalité courantes dans le cas où le nom connu en commun d’une personne diffère de son identité de genre26. Enfin, il est souligné que la COMMONNAME reste la règle de base dans la rédaction du titre d’un article.

  • 27 Pour les opposants au déplacement, il s’agissait de reprendre le nom que « l’individu moyen » recon (...)

41Pour autant, les administrateurs ne s’opposent pas à un déplacement ultérieur de la page : le nom connu en commun pourrait en effet bientôt changer. Et un tel déplacement eut bel et bien lieu : à la suite d’un débat qui prit place entre le 30 septembre et le 8 octobre 2013, l’article s’intitule depuis lors Chelsea Manning. Cette seconde discussion fut structurée par les mêmes règles que la précédente, à ceci près que la COMMONNAME constitua le cœur des argumentations. C’est en effet autour de son interprétation que les participants se divisèrent. Avec le temps, le prénom « Chelsea » avait acquis une reconnaissance publique, maints médias l’usant désormais pour faire référence à Manning. Par ailleurs, un certain nombre de sources externes non médiatiques pouvaient légitimer le déplacement, parmi lesquelles l’ABA Journal, qui diffuse des informations juridiques, l’Encyclopaedia Britannica, et Shame the Devil, un ouvrage de fiction que son auteur a dédié à Chelsea Manning. C’est ainsi que les partisans du déplacement, qui proposaient de suivre la pratique de nomination des sources dignes de foi, l’emportèrent27.

Manning et la Wikipédia francophone : une interpellation qui ne prend pas

42Au contraire des anglophones, les contributeurs francophones restèrent dans un premier temps indifférents à la demande de Manning. Ce n’est qu’à la faveur d’une question posée par un contributeur anglophone qui, le 22 août 2013, laissa dans la page « discussion » de l’article un message demandant un déplacement à Chelsea Manning, qu’un débat s’engagea28. De fait, la discussion fut timide et s’essouffla en quelques jours. Pourquoi une telle apathie ? Il faut d’abord se souvenir que dans l’infrastructure normative dont disposait et dispose encore la communauté francophone, il n’existe rien d’équivalent à la MOS:IDENTITY. Pour le dire autrement, si bon nombre des articles rédigés sont des biographies de personnes vivantes, dont la rédaction s’adosse à la règle du même nom29, rien dans l’infrastructure normative de la plateforme ne permet de tenir compte de la parole des sujets dont est restitué le récit de vie, quand bien même leur dire serait une auto-désignation identitaire. Ainsi, tout choix rédactionnel concernant les termes à partir desquels on réfère à une personne est régi, quand il s’agit d’un titre, par la règle du TITRE. Celle-ci édicte, en particulier, que « [p]our une personne, on donne les prénoms et nom ou pseudonyme sous lesquels elle est la plus connue », et, en général, que le titre doit suivre « le principe de moindre surprise », et favoriser ce qui est le plus commun, c’est-à-dire le « plus courant ou le mieux attesté dans le contexte francophone ». Un consensus sur le titre est donc rapidement trouvé parmi les participants au débat. Les médias francophones, s’ils informent leurs lectorats respectifs du souhait de Manning, continuent dans leur immense majorité à attribuer à Manning le prénom « Bradley » ; les contributeurs de fr.wikipedia.org décident de les suivre30.

43Quant à l’écriture du texte proprement dit, fait foi sur fr.wikipedia.org le principe fondateur de la vérifiabilité, qui commande lui aussi de s’en tenir aux sources externes. Ce principe pesa de tout son poids dans la détermination collective de ce qui est connu en commun. Ainsi, un contributeur tenta de renommer Manning dans l’introduction et de féminiser le texte (« Chelsea Manning est une personne de double nationalité américano-britannique, née en 1987 à Crescent […] »), mais sa proposition fut très vite récusée, à l’assentiment quasi général. Par ailleurs, si la féminisation était envisageable pour certains, il fut décidé qu’elle ne devait intervenir que dans la restitution des événements prenant place après le 22 août 2013, afin d’éviter tout « anachronisme » et contre-vérité historique. Pour les wikipédiens en effet, c’est en tant que « Bradley Manning » que Manning est relié aux faits précédant cette date, ceux en lien avec WikiLeaks notamment, quand bien même il aurait déjà à l’époque souhaité être une femme. Plus encore, les contributeurs estimèrent que seul un calme examen des sources leur permettrait de déterminer si l’événement discursif du Today Show du 22 août 2013 a produit un fait historique, descriptible sous la forme d’une proposition telle que « Manning est une femme prénommée Chelsea ».

44À quoi en définitive attribuer une telle circonspection, voire pusillanimité ? En réalité, si les wikipédiens francophones reconnaissent au langage une dimension performative (les médias pourraient, en réponse à la demande de Manning, commencer à user du prénom « Chelsea »), il apparaît qu’ils mettent délibérément entre parenthèses cette dimension dans leur propre monde discursif. Une telle orientation envers le langage a ceci de particulier qu’elle situe la plateforme francophone de l’encyclopédie dans une position de radicale extériorité par rapport au monde de la communauté linguistique à laquelle elle appartient. Tout se passe en effet comme si les contributeurs supposaient que leurs pratiques discursives, de nomination notamment, n’étaient pas réflexivement liées à la communauté linguistique dont ils sont pourtant, sur fr.wikipedia.org, une émanation. En effet, en se remettant totalement à l’appellation dominante dans les médias francophones, les contributeurs non seulement se dégagent de toute obligation de répondre à une interpellation provenant d’une personne à propos de laquelle ils rédigent un article ; ils font également comme si continuer à user du prénom « Bradley » dans le titre de l’article, au lieu de basculer à « Chelsea », n’était pas un choix lourd de conséquences performatives. Alors qu’elle se veut objective et respecter les principes fondateurs de l’encyclopédie, une telle orientation n’a rien de neutre en réalité. Et ceci parce qu’en investissant, dans le cas présent, la seule position de « l’observateur », laissant vacante celle de « l’interlocuteur », le wikipédien francophone se conforme à la règle suivante : si dire le monde de façon encyclopédique consiste à constater, il faut en retour ne prendre en considération que des dires constatifs. Autrement dit, ce contributeur se soutient d’un rapport conservateur au langage. Aussi, le rapport énonciatif que le wikipédien tisse ici avec « son monde », à savoir le monde francophone, est strictement sémantique : il ne peut reconnaître, et donc rapporter, que des entités qui ont d’ores et déjà été identifiées. Un tel arrière-plan « positiviste » explique pourquoi les contributeurs de fr.wikipedia.org purent s’accorder aussi aisément et rapidement, et opter, dès la fin août 2013, pour une phrase faisant débuter le texte de l’article par « Bradley Manning », une phrase introductive qui sera maintenue plusieurs mois durant.

L’apparition publique : de l’épreuve à la condition d’existence

  • 31 La décision du juge américain du comté de Leavenworth, Kansas (États-Unis), tombée le 23 avril 2014 (...)

45Si, dans la plateforme anglophone de Wikipédia, la demande de Manning a suivi une trajectoire sinueuse, elle n’en a donc pas moins trouvé sa félicité. L’intitulé « Chelsea Manning » placé en titre de l’article signifie que c’est sous ce nom propre que son porteur, auquel on référait précédemment au moyen de l’appellation « Bradley Manning », est désormais identifié par les contributeurs. Au demeurant, ces derniers auront profité de la polémique suscitée par l’annonce de Manning pour modifier l’infrastructure normative de Wikipédia. Telle qu’elle se présente aujourd’hui, la règle dite de la MOS:IDENTITY permet en effet de soustraire au pouvoir de l’AT tous les termes marqués par le genre : dans ce cas, l’auto-désignation identitaire prime sur la règle du COMMONNAME dans le choix du titre. Une encyclopédie, en particulier quand elle est en ligne, a de très nombreux lecteurs : elle est une source d’informations à laquelle bon nombre de locuteurs d’une communauté linguistique donnée s’en remettent et se fient. L’article Chelsea Manning est donc destiné à faire circuler ce nom propre bien au-delà du cercle des seuls contributeurs anglophones, contribuant ce faisant à l’ériger comme un signe permanent d’identification de Manning auprès d’un large public. Un public qui, s’il devait fréquenter la plateforme francophone de Wikipédia entre octobre 2013 et décembre 2014, fera curieusement l’expérience d’un monde dans lequel Chelsea Manning n’existe toujours pas, alors même que Manning a obtenu en avril 2014 l’autorisation légale de prendre pour prénom « Chelsea »31. Si une nouvelle discussion été amorcée à l’occasion de ce nouvel épisode juridique et que, à sa faveur, le texte de l’article en français a été féminisé et débute par un « Chelsea Manning », fin 2014, la page n’a en effet toujours pas été renommée. Elle le sera le 3 janvier 2015, à la suite d’un déplacement qui ne sera pas contesté.

46Selon Butler (2004), notre existence, si elle tient au fait que nos attentes de reconnaissance soient satisfaites, dépend plus fondamentalement encore du fait que nous soyons reconnaissables, identifiables. C’est précisément la problématicité de l’articulation entre reconnaissance et reconnaissabilité que la déclaration de Manning, tout comme sa réception, révèlent, et que dévoile de manière aiguë Wikipédia. Au sein de l’encyclopédie, l’interpellation de Manning s’est en effet diffractée selon deux logiques opposées : si la branche anglophone de l’encyclopédie en ligne a très vite contribué à garantir l’existence de Chelsea Manning, la branche francophone s’est pendant longtemps refusée à la reconnaître, s’en remettant aux pratiques de nomination en cours dans les médias francophones. Comment des trajectoires aussi différenciées ont-elles pu émerger ? Les communautés linguistiques qui composent Wikipédia ont des infrastructures normatives qui leur sont propres. C’est parce que l’infrastructure normative de la plateforme anglophone fait bon accueil aux actes de langage des personnes vivantes qui peuplent le monde que les contributeurs se sont sentis engagés par l’annonce de Manning : les règles sur lesquelles ils pouvaient s’appuyer ayant d’ores et déjà intégré la possibilité d’une déclaration auto-identitaire de genre, elles les disposaient à éprouver la demande de Manning sous la modalité d’une obligation à répondre. Mobilisables bien qu’insuffisamment affûtées au départ de la controverse, ces règles furent, comme on l’a vu, réajustées dans un second temps. Un tel travail réflexif sur les règles de rédaction montre bien qu’au sein du rapport énonciatif que la Wikipédia anglophone entretient avec le monde dont elle rapporte les faits et les gestes, le dire peut s’appréhender comme un faire. Une telle conception est, comme on l’a vu, totalement absente de l’horizon discursif que fr.wikipedia.org s’est donné : le cadre discursif d’arrière-plan qui informe et oriente les activités rédactionnelles des contributeurs francophones est en effet entièrement réductible à une sémantique du langage.

47La trajectoire d’(in)félicité suivie par l’annonce télédiffusée de Manning au sein de l’encyclopédie en ligne est alors doublement indicative. Elle témoigne, d’une part, du fait que la performativité d’un acte de langage gagne à être observée dans la temporalité. D’autre part, cette trajectoire différenciée pointe vers un élément pour le moins inattendu, qui du discursif nous conduit au politique. A l’aune du traitement réservé au cas Manning, la plateforme anglophone est descriptible comme un espace public progressiste ; à l’inverse, la plateforme francophone semble conservatrice. On pourrait donc en tirer une hypothèse : la teneur politique de l’espace public institué par Wikipédia dépend du rapport au langage qu’entretiennent les diverses communautés linguistiques qui la composent, une orientation discursive de type « pragmatique » étant partie liée avec l’espace public libéral dont elle semble, au contraire de l’orientation de type « sémantique », plus à même de réaliser la promesse. Cette question reste ouverte, et devra être reprise et testée sur la base d’autres cas empiriques, la présente étude nous permettant seulement d’indiquer une piste de travail.

48Toutefois, au terme de notre analyse, il est possible d’affirmer que la plateforme anglophone de Wikipédia, tout comme le plateau de télévision du Today Show, sont deux scènes qui consacrent l’idée selon laquelle le langage peut créer, au sens littéral, le corps. À cet égard, le corps non traité de Chelsea Manning, dont le principe de génération est bel et bien une interpellation, constitue contre toute attente la scène qualifiée d’impossible par Butler, à savoir « celle d’un corps qui n’a pas encore été socialement défini, un corps auquel, à rigoureusement parler, nous n’avons pas accès, et qui néanmoins devient accessible à l’occasion d’une adresse, d’un appel, d’une interpellation qui ne le “découvre” pas, mais qui, fondamentalement, le constitue » (Butler, 2004, 26). La consistance de ce corps, néanmoins, n’a rien de physique ni de charnel et est purement sémiotique : il n’est pas un corps percevant. C’est dire, ici, que le corps mis en scène de Chelsea Manning existe seulement dans la mesure où il est perçu par autrui : paradoxalement, son « corps propre » coïncide avec son « corps pour autrui » (Merleau-Ponty, 2005) et est littéralement, en cela, un « corps public ». Aussi, tant que ce corps restera visible, comme dans les autoportraits dessinés à partir desquels Manning, en collaboration avec les artistes Alicia Neal et Molly Crabapple, se représente32, il conservera une forme sensible et reconnaissable pour autrui. C’est à ce titre que « Chelsea Manning » est une identité publique, et plus précisément une identité dont l’ontologie est rigoureusement discursive, du moins tant que le processus de transformation hormonale – à peine commencé – ne sera pas achevé : si ce nom propre cessait d’être énoncé et repris dans le langage, l’identité de genre et partant le corps, féminin, dont il est la représentation et qu’il représente, n’existeraient tout simplement plus, quand bien même le nom de « Chelsea Manning » jouit depuis peu d’une ratification légale.

  • 33 Sur cette dimension de la représentation, cf. Malbois (2013).

49Mais la portée de ce nom propre outrepasse les frontières, internes, de la communication et de la situation strictement discursive. Toute représentation, a fortiori quand elle se condense dans un nom propre, est en effet également mise en forme et « exhibition d’une présence » (Chartier, 1989, 1514)33. C’est d’ailleurs pourquoi le nom propre garantit l’existence de la personne qu’il figure. Si l’identité publique « Chelsea Manning » est une entité proprement discursive, elle pointe alors aussi, réflexivement, vers une entité dans le monde. En d’autres termes, elle indique l’existence d’un individu qui possède une réalité extralinguistique. Preuve en est que Chelsea Manning est une personne qui fait l’objet d’une référence identifiante, en tous cas au sein de la communauté des locuteurs pour qui le terme « Chelsea Manning » fait sens et relève d’un savoir partagé. Pur signe, l’identité publique « Chelsea Manning », dont la création relève d’un agencement subtil entre de l’écrit, du dit et du montré, n’en constitue donc pas moins une personne. Alors qu’elle pourrait sembler sérieuse, la contradiction n’est que superficielle. Elle témoigne en revanche très exactement d’une certaine condition d’existence : la condition d’existence d’un « je » qui était reconnu et reconnaissable comme un homme et qui, pour devenir la femme qu’il se sentait être, a entrepris une transition d’un nouveau genre. Pour l’essentiel, cette transition a consisté à présentifier son « soi subjectif et moral » dans l’espace qui, dans les sociétés démocratiques contemporaines, se caractérise par les principes de l’accessibilité et de la visibilité universelles. Soit à tenter de transformer, par l’épreuve de l’apparition publique, une identité subjective en une identité objective. C’est pourquoi l’espace public présente ici une double morphologie : scène de phénoménalisation de Chelsea Manning, il est aussi son lieu de naissance.

Haut de page

Bibliographie

ARENDT Hannah, Condition de l’homme moderne, Paris, Calmann-Lévy, 1983 (1958).

AURAY Nicolas, HURAULT-PLANTET Martine, POUDAT Céline, JACQUEMIN Bernard, « La négociation des points de vue. Une cartographie sociale des conflits et des querelles dans le wikipédia francophone », Réseaux, 2, 154, 2009, pp. 15–50.

AUSTIN John, Quand dire, c’est faire, Paris, Seuil, 1970 (1962).

BENVENISTE Emile, Problèmes de linguistique générale (volume 1), Paris, Gallimard, 1966.

BERGER Mathieu, CHARLES Julien, « Persona non grata. Au seuil de la participation », Participations, 2, 9, 2014, pp. 5-36.

BOVET Alain, MALBOIS Fabienne, « (En)jeux du cadre de participation dans la discussion publique médiatisée », in BURGER Marcel, MICHELI Raphaël, JACQUIN Jérôme (dir.), La parole publique en confrontation dans les médias, Bruxelles, De Boeck, 2011, pp. 51–68.

BOVET Alain, GONZALEZ-MARTINEZ Esther, MALBOIS Fabienne (dir.), Langage, activités et ordre social. Faire de la sociologie avec Harvey Sacks, Bern, Peter Lang, 2014.

BREVIGLIERI Marc, « La vie publique de l’enfant », Participations, 2, 9, 2014, pp. 97-123.

BUTLER Judith, Le pouvoir des mots. Politique du performatif, Paris, Amsterdam, 2004 (1997).

BUTLER Judith, Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion, Paris, La Découverte, 2005 (1990).

BUTLER Judith, Défaire le genre, Paris, Amsterdam, 2006 (2004).

BUTLER Judith, Ces corps qui comptent. De la matérialité et des limites discursives du « sexe », Paris, Amsterdam, 2009 (1993).

CARDON Dominique, La démocratie internet. Promesses et limites, Paris, Seuil, 2010.

CARDON Dominique, LEVREL Julien, « La vigilance participative. Une interprétation de la gouvernance de wikipédia », Réseaux, 2, 154, 2009, pp. 51–89.

CASTEL Pierre-Henri, La métamorphose impensable. Essai sur le transsexualisme et l’identité personnelle, Paris, Gallimard, 2003.

CHARTIER Roger, « Le monde comme représentation », Annales ESC, 44, 6, 1989, pp. 1505–1520.

CLAYMAN Steven, HERITAGE John, The News Interview. Journalists and Public Figures on the Air, Cambridge, Cambridge University Press, 2002.

DURKHEIM Emile, Les règles de la méthode sociologique, Paris, Flammarion, 1988 (1894).

ESPINEIRA Karine, La transidentité. De l’espace médiatique à l’espace public, Paris, L’Harmattan, 2008.

FRAENKEL Béatrice, La signature. Genèse d’un signe, Paris, Gallimard, 1992.

GARFINKEL Harold, Recherches en ethnométhodologie, Paris, PUF, 2007 (1967).

GENARD Jean-Louis, La grammaire de la responsabilité, Paris, Les Editions du Cerf, 1999.

GOFFMAN Erving, La mise en scène de la vie quotidienne 1. La présentation de soi, Paris, Minuit, Paris, 1973 (1959).

GOFFMAN Erving, « La position » in Façons de parler, Paris, Minuit, 1987, pp. 133–166.

HABERMAS Jürgen, De l’éthique de la discussion, Paris, Flammarion, 2013 (1992).

HABERMAS Jürgen, Théorie de l’agir communicationnel (volumes 1 et 2), Paris, Fayard, 1987 (1981).

HÉRAULT Laurence, « Le rite de passage et l’expérience de “changement de sexe”. Van Gennep en terre transsexuelle », Hermès, 43, 2005, pp. 169-177.

HÉRAULT Laurence, « Constituer des hommes et des femmes  : la procédure de transsexualisation », Terrain, 42, 2004, pp. 95–108.

De BRABANTER Philippe, « Déférence sémantique », in PERRIN Laurent (dir.), Le sens et ses voix. Dialogisme et polyphonie en langue et en discours, Metz, Université Paul Verlain, pp. 379-406.

DERRIDA Jacques, Limited Inc., Paris, Galilée, 1990.

KAUFMANN Laurence », « Esprit, est-tu là ? Le sociologue et l’autorité de la première personne. », Information sur les Sciences Sociales, 38, 2, 1999, pp. 203–248.

KAUFMANN Laurence, « Les voies de la déférence. De la nature des concepts sociopolitiques », Langage & Société, 177, 2006, pp. 89-116.

KESSLER Suzanne, McKENNA Wendy, Gender  : an ethnomethodological approach, Chicago, The University of Chicago Press, 1985 (1978).

KESSLER Suzanne, Lessons from the Intersexed, New Brunswick, Rutgers University Press, 1998.

KRIPKE Saul, La logique des noms propres, Paris, Minuit, 1982 (1972).

LATOUR Bruno, La science en action, Paris, Gallimard, 1995.

LAURETIS De Teresea, Théorie queer et cultures populaires. De Foucault à Cronenberg, Paris, La Dispute, 2007 (1987).

MALBOIS Fabienne, « Représenter deux burnouts à la télé. Le genre comme opérateur de sens », Réseaux, 4, 180, 2013, pp. 39–66.

MALBOIS Fabienne, « L’enquêteur deweyen et la fragilité de la vie publique », EspacesTemps.net, URL : http://www.espacestemps.net/articles/lenqueteur-deweyen-et-la-fragilite-de-la-vie-publique/ (consulté le 19 octobre 2013).

MALBOIS Fabienne, Déplier le genre. Enquête épistémologique sur le féminisme antinaturaliste, Zürich, Seismo, 2011.

MERLEAU-PONTY Maurice, Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard, 2005 (1945).

MOATI Raoul, Derrida / Searle : déconstruction et langage ordinaire, Paris, PUF, 2009.

PERONI Michel, « Epiphanies photographiques. Sur l’apparition publique des entités collectives », Réseaux, 17, 94, 1999, pp. 87–128.

PIERRON Jean-Philippe, « Une herméneutique en contexte : le droit », Methodos. Savoirs et textes, 13, URL : http://methodos.revues.org/3040 (consulté le 26 avril 2013).

PIETTE Albert, Le fait religieux. Une théorie de la religion ordinaire, Paris, Economica, 2003.

REINACH Adolf, « Les actes sociaux » in Les fondements a priori du droit civil, Paris, Vrin, 2004 (1913), pp. 58–70.

RICOEUR Paul, « Qui est le sujet du droit ? », in Le Juste, vol. 1, Paris, Esprit, pp. 29-40.

RICOEUR Paul, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 1990.

SACKS Harvey, Lectures on Conversation, Malden/Oxford/Carlton, Blackwell Publishing, 2005 (1992).

TASSIN Etienne, Le trésor perdu. Hannah Arendt, l’intelligence de l’action politique, Paris, Payot, 1999.

TASSIN Etienne, « Les gloires ordinaires. Actualité du concept arendtien d’espace public », Cahiers Sens public, 1, 15-16, 2013, pp. 23-36.

Haut de page

Notes

1 Le Monde, le 05.05.2013.

2 Dans la presse française, c’est le cas par exemple de Libération.fr, le 15.08.2013. Cette photo avait été envoyée par Manning à l’un de ses supérieurs, en 2010, dans un courriel intitulé « Mon problème ». Rétrospectivement, cette communication privée est souvent considérée comme la première mention, par Manning, de sa transsexualité.

3 Notre traduction. L’émission est disponible à l’adresse : http://www.today.com/news/bradley-manning-i-want-live-woman-6C10974915

4 Sur le genre comme « représentation » et « auto-représentation », voir De Lauretis (2007).

5 Incarcéré dans une prison militaire américaine (Fort Leavenworth, Kansas) depuis la fin de son procès, le soldat Manning a longtemps attendu avant de pouvoir bénéficier du traitement hormonal demandé. Ses demandes répétées ont reçu l’approbation du Département de la Défense le 5 février 2015 seulement.

6 Pour un commentaire approfondi de l’espace public arendtien, voir Tassin (1999) ; pour une lecture critique à partir de la figure de l’enfant, voir Breviglieri (2014) ; pour un bref tour d’horizon des différents modèles de la publicité dont disposent les sciences sociales, voir Malbois (2013) ; voir également, pour ce qui concerne plus particulièrement la question de la démocratie participative, Berger et Charles (2014).

7 Depuis, le spectre des travaux s’est considérablement élargi, dans le sillage du développement des études sur le genre. Parmi les plus fameux, voir Butler (2005, 2006, 2009). Sur la question spécifique du traitement médiatique de la transidentité, voir le travail d’Espineira (2008).

8 Sur les écueils du paradigme constructiviste pour penser le genre, voir Malbois (2011).

9 L’assignation de sexe peut toutefois être sujette à une modification ultérieure quand la lisibilité du sexe fait défaut, comme dans le cas des enfants intersexués (Kessler, McKenna, 1985 ; Kessler, 1998).

10 Nous produisons ici une analyse alternative à celle proposée par Hérault (2005), dont l’ethnographie du processus de transsexualisation insiste par trop sur la notion d’« inscription » (Latour, 1995) pour penser les effets du langage. Au demeurant, son ethnographie reste remarquable ; son grand intérêt est de traiter l’identité de genre comme « un motif ou une ressource pour tous les gens engagés » et « d’observer la manière dont les individus opèrent des “déclarations identitaires” les concernant et comment ces déclarations sont examinées et traitées par ceux qui les reçoivent » (Hérault, 2005, 172).

11 Il s’agit du passage du communiqué reproduit dans l’introduction de notre article et analysé dans le détail ci-dessous, sur la base d’une analyse séquentielle des énoncés (Sacks, 2005 ; Bovet, González-Martínez, Malbois, 2014).

12 Sur la question du « qui », voir Ricoeur (1992).

13 « […] le responsable, au sens juridique du terme, [est] quelqu’un dont la position est établie par les mots qui s’énoncent, dont les opinions sont exprimées, qui est lié par ce que les paroles disent » (Goffman, 1987, 154).

14 Pour Derrida (1990), la communication écrite est en effet « communication » à la condition qu’elle puisse être lisible – et partant itérable – en l’absence de l’émetteur et du destinataire. Dans le passage du communiqué de presse à sa lecture au Today Show, c’est donc la transformation de la structure même de la communication que le philosophe nous invite à penser étant entendu que, dans cette situation énonciative, ne sont présents ni l’énonciateur « responsable » ni le destinataire de l’émission.

15 Cela est d’autant plus vrai que lors de la monstration du communiqué à l’écran, pendant que la journaliste en faisait lecture, il n’a pas été gardé trace de Bradley Manning émetteur d’une communication écrite.

16 Sur la dimension éthique de la promesse, voir en particulier Ricœur (1990).

17 Le « je » de Manning renvoie donc ici à un « sujet dont l’attitude, tout à la fois morale et pratique, est auto-implicative » (Kaufmann, 1999, 240).

18 Les débats qui ont lieu sur les pages « discussion » sont donc « les coulisses » (Goffman, 1973), accessibles à quiconque visiterait le site, d’un processus de délibération et de confrontation qui mène à l’interface stabilisée (même si cette stabilisation peut n’être que momentanée) que constitue la page d’un article. C’est à ce titre que les pages « discussion » sont heuristiques dans l’enquête que nous menons.

19 Ces trois principes sont au cœur de ce projet encyclopédique.

20 Les règles pouvant être modifiées, nous nous référons dans l’analyse aux versions dont disposent les contributeurs au moment des débats.

21 Sous cet aspect, notre ethnographie des débats sur Wikipédia s’inspire beaucoup des Recherches en ethnométhodologie de Garfinkel (2007).

22 Les heures et les dates indiquées ci-après ont été obtenues grâce aux historiques des pages de l’article et des pages de discussion.

23 Dans le débat tel qu’il a été édité, et tel qu’il s’est présenté aux participants, le RM de CaseyPenk est référencé au 22 août 2014, 15h29. Ceci montre bien que sur l’encyclopédie, les échanges polémiques ne sont pas organisés selon une stricte organisation séquentielle, au contraire des débats qui ont cours dans des médias classiques tels que la radio ou la télévision (sur ce genre de débats, voir par exemple Bovet et Malbois, 2011), notamment parce que les wikipédiens peuvent intervenir sur plusieurs arènes de discussion de façon quasi simultanée. D’où la nécessité de s’intéresser d’abord aux logiques argumentatives qui structurent les débats, comme nous nous y employons ici.

24   http://en.wikipedia.org/w/index.php?title=Talk:Chelsea_Manning/August_2013_move_request&oldid=570690023

25 Il s’agit plus précisément d’une déférence sémantique, au sens de la philosophie analytique. Sur cette question, voir notamment De Brabanter (2006) et Kaufmann (2006).

26 George Sand, pseudonyme qu’a pris la romancière Amantine Aurore Lucile Dupin, est un exemple emblématique de ce type d’incongruité.

27 Pour les opposants au déplacement, il s’agissait de reprendre le nom que « l’individu moyen » reconnaît.

28 http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Discussion:Bradley_Manning&oldid=96367048

29 Le contenu de la règle dite « Biographie de personne vivante » est, à peu de choses près, équivalent à celui de la BLP.

30 À l’occasion du débat, certains contributeurs ouvrirent une discussion liée à la page de la règle dite « Biographie de personne vivante » afin de décider de l’opportunité d’y intégrer un passage reprenant peu ou prou la MOS:IDENTITY, de sorte à faire droit au dire identitaire des personnes transgenre. Pour l’heure, la démarche n’a pas abouti.

31 La décision du juge américain du comté de Leavenworth, Kansas (États-Unis), tombée le 23 avril 2014, ne porte que sur le nom ; selon l’état civil, Manning est donc toujours un homme.

32 Voir le site du réseau de soutien à Chelsea : http://www.chelseamanning.org/

33 Sur cette dimension de la représentation, cf. Malbois (2013).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://gss.revues.org/docannexe/image/3371/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Figure  : Portraits de Manning (photographies), Today Show, NBC, 22.08.13
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/3371/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/3371/img-3.png
Fichier image/png, 14k
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/3371/img-4.png
Fichier image/png, 29k
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/3371/img-5.png
Fichier image/png, 19k
Légende Figure  : Demande de déplacement de l’article à Bradley Manning (RM), CaseyPenk
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/3371/img-6.png
Fichier image/png, 129k
Légende Figure  : Opposition de David Gerard à la demande de réversion de CaseyPenk
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/3371/img-7.png
Fichier image/png, 136k
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/3371/img-8.png
Fichier image/png, 20k
Légende Figure  : Exemples d’opposition au RM au nom de la morale commune
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/3371/img-9.png
Fichier image/png, 53k
Légende Figure  : Prise de position d’un partisan du retour de l’article au titre de « Bradley Manning »
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/3371/img-10.png
Fichier image/png, 51k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabienne Malbois et Léonore Cabin, « Quand Bradley Manning devint Chelsea. De la NBC à Wikipédia, l’espace public comme scène d’une transition de genre », Genre, sexualité & société [En ligne], 13 | Printemps 2015, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://gss.revues.org/3371 ; DOI : 10.4000/gss.3371

Haut de page

Auteurs

Fabienne Malbois

Chercheure FNS senior
Université de Lausanne, Faculté des sciences sociales et politiques
Fabienne.Malbois@unil.ch

Léonore Cabin

Doctorante FNS
Université de Lausanne, Faculté des sciences sociales et politiques
Leonore.Cabin@unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org