Navigation – Plan du site
Dossier
Articles

Les conquérants de l’inutile. Expression et diffusion d’un modèle de masculinité héroïque dans l’alpinisme français d’après-guerre

The conquistadors of the useless. Expression and diffusion of a hegemonic model of masculinity in French mountaineering after the war
Delphine Moraldo

Résumés

L’alpinisme, sport historiquement pratiqué par des hommes, prend une connotation conquérante et héroïque lors des épisodes de conquête de nouveaux massifs. La période qui va des années 1950 à 1960, âge d’or de l’himalayisme qui voit une compétition entre nations pour les premières ascensions sur les quatorze sommets de plus de 8000 mètres de la planète, constitue l’un de ces épisodes. Dans l’histoire de l’alpinisme français, il s’agit d’un « moment à part », propice à l’étude des modalités d’expression et de diffusion, dans l’alpinisme, d’un modèle de masculinité hégémonique « héroïque ». C’est ce qu’on tente de montrer à partir de l’analyse de récits d’expéditions et d’autobiographies d’alpinistes français des années 1950 et 1960, mis en regard du contexte historique dans lequel ce modèle de masculinité apparaît en France. Pour faire apparaitre la spécificité de la situation française, l’alpinisme français est comparé à l’alpinisme britannique, lui aussi à l’avant-garde de la conquête himalayenne.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Une « première » est le terme alpinistique désignant une « première ascension » sur un sommet.

1Au sein de l’espace sportif, l’alpinisme est l’un de ces sports très peu féminisés qui, historiquement, constituent des « fiefs de la virilité » sportive avec leurs caractéristiques propres (Elias et Dunning, 1994, 367). À l’origine, il s’agit d’une pratique créée par des hommes et pour des hommes, d’abord au Royaume-Uni (Hansen, 1995) puis plus tard en France (Hoibian, 2000). L’alpinisme possède en outre la particularité de ne pas pouvoir se pratiquer directement sous le regard de spectateurs. L’alpiniste doit ainsi relater ses exploits pour les faire exister et pour obtenir la reconnaissance de ses pairs. Il s’agit donc d’un sport qui se raconte dans des récits. Par ailleurs, l’alpinisme est historiquement une activité inventée et pratiquée par la bourgeoisie cultivée (Veyne, 1979), dont les protagonistes possèdent les dispositions culturelles nécessaires à une intense production littéraire. Le sociologue ou l’historien de l’alpinisme se trouve ainsi en présence d’un matériau littéraire très dense, composé principalement de récits d’ascensions de divers formats (articles publiés dans des revues d’alpinisme, récits d’expédition) et de récits autobiographiques décrivant des carrières d’alpinistes (Perret, 1997). Lors des épisodes d’exploration et de « conquête » de nouveaux massifs, on peut observer que ces récits prennent une forte connotation virile et conquérante. Les années 1950-1964, âge d’or de l’himalayisme (Raspaud, 2003, 25) où les nations s’affrontent pour les premières sur les quatorze sommets de plus de 8000m de la planète1 représentent l’un de ces épisodes (Ortner, 1999, 149). Les conquérants de l’inutile (Terray, 1961) – ouvrage emblématique de cette période – constitue l’un des récits où la dimension virile et conquérante est particulièrement visible.

2Notre analyse portera sur l’élite sportive de l’alpinisme français des années 1950 et 1960. On montrera que les « grands alpinistes » français d’après-guerre, presque exclusivement des hommes, incarnent une forme dominante de masculinité, dont les caractéristiques peuvent être mises au jour à partir du matériau que constitue leurs récits d’ascensions. C’est pourquoi on parlera à ce propos de modèle de masculinité héroïque.

3Le choix du qualificatif « héroïque » n’est pas anodin. Tout d’abord, il correspond à la rhétorique des récits d’ascensions : celles-ci sont racontées comme autant de victoires, à l’aide de procédés stylistiques sur lesquels nous reviendrons. Ensuite, l’héroïsme revêt deux dimensions importantes qui sont également présentes dans la notion de masculinité hégémonique, notion théorisée par Raewyn Connell (Connell, 1987, 1990, 2014). La première est une dimension de domination : le héros est celui qui est supérieur et qui se distingue par des actes. La seconde est une dimension d’exemplarité : le héros est celui qui est érigé en exemple à suivre, en modèle souvent inatteignable. C’est dans la coïncidence de ces deux dimensions – pratiques et exemplarité, domination concrète d’un groupe social et idéal sportif et masculin – que nous pourrons assimiler la masculinité héroïque à un modèle de masculinité hégémonique.

4Si la masculinité héroïque est une forme de masculinité hégémonique propre à l’alpinisme, pourquoi alors ne pas l’avoir nommée, plus simplement, « masculinité alpinistique » ? Il faut comprendre ici que ce modèle n’est pas présent tout au long de l’histoire de l’alpinisme, mais pendant une période précise. Si on peut l’observer en France après la guerre, il ne semble pas exister avec autant de force au Royaume-Uni au même moment. L’hégémonie de ce modèle est donc propre à un stade particulier du développement de l’alpinisme. En France, il s’agit de l’après-guerre. C’est cette période extrêmement particulière qui est l’objet de notre analyse dans cet article. En effet, nous développerons la thèse selon laquelle les années 1950 et 1960 constituent, dans l’histoire de l’alpinisme français, un moment « à part » durant lequel les conditions sont réunies pour l’apparition et la diffusion, dans le champ alpinistique, d’un modèle dominant de masculinité « héroïque » dont le fonctionnement s’apparenterait, sur certains points, à celui d’un modèle de masculinité hégémonique.

5Pour ce qui est de la dimension hégémonique, nous adoptons dans notre analyse une définition « faible » de l’hégémonie, entendue d’abord en son sens premier de « domination souveraine » ; et ce en opposition avec une acception plus « forte » de l’hégémonie comprise comme un projet politique de domination, construit dans un but précis et visant un public précis, ou comme un principe interprétatif à la lumière duquel il serait possible de relire l’histoire de l’alpinisme tout entière. En effet, dans le cadre du projet socio-historique à vocation descriptive qui est le nôtre, il s’agit, à partir d’observations sociologiques, de constater, de décrire, et d’analyser l’hégémonie d’un modèle (la masculinité héroïque), qui apparait dans un contexte spécifique (l’alpinisme français d’après-guerre), portée par des individus aux caractéristiques sociologiques semblables (des hommes appartenant à l’élite sportive et souvent à l’élite sociale). L’hégémonie est donc considérée avant tout comme un phénomène à mettre au jour à partir d’un travail de terrain.

6On décrira tout d’abord le modèle de masculinité héroïque qui prédomine dans l’alpinisme français d’après-guerre, en utilisant l’un des supports historiques permettant de relater les exploits des alpinistes : leurs autobiographies et récits d’ascensions (voir encadré). On réinscrira ensuite ce modèle dans l’histoire en revenant sur quelques éléments contextuels qui semblent constituer des facteurs pertinents pour expliquer son succès après la guerre. L’alpinisme français sera étudié, dans la seconde partie de l’article, en regard de l’alpinisme britannique de la même époque où ce modèle, bien que présent, ne nous semble pas prendre une dimension hégémonique. Sans cette comparaison entre les situations française et anglaise, il aurait sans doute été difficile de mettre au jour les facteurs explicatifs de l’apparition du modèle de masculinité héroïque en France à cette époque. Le choix de ces deux pays s’explique par le fait que l’Angleterre est historiquement l’inventeur de l’alpinisme (Ring, 2000 ; Hoibian et Defrance, 2002), sorte de modèle imité (plus ou moins fidèlement) par les autres pays. Malgré la proximité des Alpes, le Club Alpin Français, premier club national d’alpinisme du pays, a été créé près de vingt ans après l’Alpine Club anglais. En outre, les Anglais sont à l’avant-garde des expéditions himalayennes, avec six expéditions sur l’Everest avant la guerre (une seule, sur le Hidden Peak, pour les Français).

Usages du matériau autobiographique

Un des matériaux principaux de la recherche en cours, menée dans le cadre d’un doctorat de sociologie, est un corpus d’autobiographies de l’élite alpinistique française et britannique depuis le xixe siècle. Celui-ci comprend une soixantaine d’autobiographies et récits autobiographiques, publiés entre les années 1928 et 2014, ainsi que des récits d’ascensions publiés depuis les années 1850. Le principe de choix de ces autobiographies est le suivant : étant donné que l’écriture d’une autobiographie couronne presque toujours une trajectoire sportive d’exception, étudier les autobiographies littéraires d’alpinistes revient de facto à sélectionner une population quasi exclusivement constituée de membres de l’élite alpinistique. J’ai donc procédé à des recherches bibliographiques afin de constituer une liste exhaustive d’autobiographies. J’ai par ailleurs reconstitué, à l’aide de travaux historiques et de données issues des journaux alpins, une liste des « grands alpinistes » de chaque pays (environs 200 individus par pays). Cette élite ainsi (re)constituée a permis de vérifier que les autobiographies du corpus étaient bien celles de membres de l’élite alpinistique, et donc d’en éliminer celles (très rares) écrites par des « petits alpinistes ».

Les autobiographies permettent différents niveaux d’analyse, dont les deux premiers sont mobilisés dans cet article. Ces textes sont en premier lieu une source d’information, tant sur l’état de l’alpinisme dans un contexte donné (au travers des descriptions qu’en fait l’auteur, des anecdotes, etc.) que sur ses protagonistes (et leurs propriétés sociales). Un second usage consiste à voir comment ils reflètent des schèmes d’action, croyances, et représentations collectives et individuelles. Enfin, ils permettent de retracer les étapes de la trajectoire de socialisation à l’alpinisme et de la carrière de « grand alpiniste ». Malgré les biais inhérents à l’usage du matériau autobiographique [« illusion biographique » (Bourdieu, 1986), « cadres » contraignants (Lahire, 2005) et « prismes » variés (Mauger, 1994)], ces récits peuvent faire l’objet d’un traitement sociologique (Moraldo, 2014). En particulier, il ne faudrait pas occulter la dimension de témoignages de ces textes au profit de leur dimension de supports de représentations. Ces deux dimensions sont d’ailleurs constitutives de notre analyse. En effet, les textes donnent à voir (premier niveau d’analyse) des pratiques et des faits (modalités de l’ascension, rapports entre les alpinistes, etc.), et témoignent de la façon dont s’organisent concrètement les rapports de genre dans l’alpinisme. On peut ainsi y percevoir le « régime de genre » particulier de l’alpinisme d’après-guerre. En tant que récits exemplaires d’alpinistes dont la légitimité à écrire sur eux-mêmes est directement liée aux exploits sportifs qu’ils ont accomplis, ils revêtent également un intérêt dans l’étude des représentations du modèle idéalisé de masculinité héroïque (deuxième niveau d’analyse) et laissent entrevoir la perception que les alpinistes ont des rapports de genre.

Usages de la notion de masculinité hégémonique

7Comme nous l’avons écrit en introduction, nous définissons la masculinité hégémonique par la conjonction des deux éléments : la pratique et l’exemplarité. Ces deux éléments sont intimement liés dans l’idée d’héroïsme au fondement de la « masculinité héroïque » des alpinistes français d’après-guerre.

8L’héroïsme ne caractérise pas seulement un discours. Certes, on observe, après la guerre, l’usage de plus en plus répandu – jusqu’à devenir un trait dominant des récits d’alpinisme – de procédés rhétoriques spécifiques consistant à raconter les ascensions comme de véritables conquêtes effectuées par des héros masculins. Mais ceci n’est pas suffisant en soi pour parler d’un « modèle » de masculinité héroïque. C’est d’une part parce que cette rhétorique est étayée par des pratiques et des actions concrètes et que ces récits témoignent ainsi d’un « régime de genre » – c’est-à-dire l’état des rapports sociaux de sexe (Connell, 1987) – particulier propre à l’alpinisme, d’autre part parce que les auteurs de ces récits sont des alpinistes reconnus, célébrés, et en ce sens considérés comme des exemples sportifs et masculins, qu’il devient pertinent à nos yeux de parler de « modèle de masculinité », de la même façon que Raewyn Connell parle d’un « modèle de masculinité hégémonique » (Connell, 1990).

Pratiques

  • 2 « A pattern of practices (i.e. things done, not just a set of role expectations or an identity). » (...)
  • 3 La distribution des chances d’accéder à la publication est très inégale, au détriment des femmes, d (...)

9Lorsque Raewyn Connell définit la masculinité hégémonique – celle « qui est en position hégémonique dans une structure donnée de rapports de genre » (Connell, 2014, 73) – comme « la configuration des pratiques de genre qui incarne la solution socialement acceptée au problème de la légitimité du patriarcat, et qui garantit (ou qui est utilisée pour garantir) la position dominante des hommes et la subordination des femmes » (Connell, 2014, 77), elle insiste d’abord sur les pratiques et les actes qui fondent la domination de certains hommes (ceux qui incarnent cette forme de masculinité) à la fois sur les femmes et sur les autres hommes. Par pratiques, elle entend « des choses qui sont faites et pas seulement un ensemble d’attentes liées à des rôles ou une identité » (Connell et Messerschmidt, 2005, 832)2. Plus exactement, on pourrait dire que les « attentes » en question découlent de ces pratiques. Ainsi, Connell écrit-elle également que la masculinité hégémonique « pourrait être simultanément comprise comme un lieu au sein des rapports de genre, un ensemble de pratiques par lesquelles des hommes et des femmes s’engagent en ce lieu, et les effets de ces pratiques sur l’expérience corporelle, la personnalité et la culture » (Connell, 2014, 65). En transposant cette définition à notre objet, on pourrait paraphraser Connell en écrivant que la masculinité héroïque des alpinistes est constituée d’un ensemble de pratiques – et de représentations qui leurs sont liées – par lesquelles les hommes et les femmes alpinistes s’engagent dans l’alpinisme, et les effets de ces pratiques sur les dispositions sociales de ces individus. Ces pratiques et représentations sont visibles dans les récits des alpinistes. En effet, ceux-ci sont, d’une part, des récits où leurs auteurs énoncent les idées, les valeurs, et les conceptions de l’alpinisme qui sont les leurs. On y trouve ainsi, formulées de manière plus ou moins explicite, des définitions normatives de l’alpiniste qui nous renseignent dans le même temps sur les modèles de masculinité valorisés et admirés dans l’alpinisme. D’autre part, ces récits ont une valeur factuelle en ce qu’ils constituent des témoignages du déroulement des ascensions et des expéditions, vus à travers les yeux d’un groupe particulier (plutôt des hommes, issus des classes moyennes et supérieures, européens)3. La précision factuelle, l’adéquation aux faits, est un enjeu d’une réelle importance. Etant donné que les récits sont les seuls documents permettant aux alpinistes de témoigner du déroulement des ascensions, il en va de leur intégrité de publier un récit aussi juste que possible des faits, d’autant que ces récits, une fois publiés, sont soumis au regard critique de leur pairs et compagnons de cordée. En témoignent les débats qui émaillent l’histoire de l’alpinisme, concernant le déroulement réel de certains épisodes.

10Y sont relatés un certain nombre d’épisodes concernant, par exemple, les relations entre les différents membres de la cordée, entre hommes et femmes alpinistes, ou encore entre les alpinistes européens et les porteurs locaux.

Exemplarité

  • 4 « Emprunté à l’étude des rapports de classe d’Antonio Gramsci, le concept d’hégémonie renvoie à la (...)
  • 5 « Hegemony works in part through the production of exemplars of masculinity (eg. professional sport (...)

11Si la masculinité hégémonique est dominante (si l’hégémonie « fonctionne »), c’est parce qu’elle représente une forme exemplaire de masculinité. En effet, elle est perçue et acceptée comme un modèle valorisé, désirable, et supérieur aux autres4. Un aspect important de la masculinité hégémonique est ainsi qu’elle représente une « forme culturellement idéalisée du caractère masculin » (Connell, 1990, 83). D’après Raewyn Connell et James Messerschmidt, « l’hégémonie fonctionne en partie à travers la production d’exemples de masculinité (par exemple les stars du sport professionnel), de symboles investis de pouvoir malgré le fait que la plupart des hommes et des garçons ne sont jamais complètement à la hauteur de ces exemples » (Connell and Messerschmidt, 2005, 846)5. C’est en ce sens, c’est-à-dire au sens où les individus qui l’incarnent (par des pratiques spécifiques et les représentations qui leurs sont associées) sont investis d’un statut exemplaire, que la masculinité hégémonique peut fonctionner comme un « modèle » (ici au sens d’exemple à suivre) de masculinité. Dans l’après-guerre, ce modèle n’est pas seulement dominant, il est hégémonique : on observe une domination écrasante et exclusive de cette masculinité héroïque au détriment des autres masculinités alpinistiques qui sont complètement désavouées. Nous le verrons à propos des femmes alpinistes, à qui ce modèle ne laisse aucune place.

  • 6 Sur la place centrale du corps dans la définition de la masculinité, on peut se reporter à Connell, (...)

12À la lumière de ces définitions, la masculinité héroïque des alpinistes sera ainsi considérée comme une forme particulière de masculinité hégémonique – propre à l’alpinisme et dans la configuration des rapports de genre qui est celle de l’alpinisme. D’une part, elle se caractérise par un ensemble de pratiques corporelles6, qui sous-tendent des rapports de domination. Ainsi, dans le contexte étudié, l’alpinisme est un sport qui consiste à escalader les plus hauts sommets du monde, pratiqué quasi-exclusivement par des hommes qui tentent de tenir les femmes à l’écart, qui méprisent les petits alpinistes, et qui utilisent des porteurs locaux. Ces pratiques sont accessibles via des discours (les récits d’alpinisme), qui décrivent ces pratiques, mais également les commentent et les justifient, de sorte que les dimensions descriptives et normatives sont liées. D’autre part, la masculinité héroïque des alpinistes possède bien la dimension d’exemplarité. Les grands alpinistes sont ainsi l’incarnation, dans le champ de l’alpinisme, d’un modèle sportif et masculin par rapport auquel les autres alpinistes (hommes et femmes) se positionnent exclusivement.

Un modèle hégémonique de masculinité héroïque

Des récits exemplaires

13L’élite alpinistique – les « grands alpinistes » – est constituée d’exemples sportifs et masculins semblables à ceux décrits par Raewyn Connell et James Messerschmidt (Connell and Messerschmidt, 2005, 846), dont les récits incarnent, à travers les pratiques et représentations qu’ils donnent à voir, une « forme culturellement idéalisée du caractère masculin » (Connell, 1990, 83).

  • 7 « Hegemonic masculinity is naturalised in the form of the hero and presented through forms that rev (...)

14La dimension d’exemplarité est inhérente à l’autobiographie : c’est parce que l’auteur pense que sa vie mérite d’être racontée qu’il la raconte (Mauger, 1994, 39). Chez les alpinistes, le passage à l’écriture est légitimé par des exploits sportifs et une carrière exemplaire, digne d’intérêt et pourvoyeuse de reconnaissance dans les milieux alpinistiques. Ceci explique d’ailleurs l’absence d’autobiographies sportives de « petits alpinistes » et le mépris dont peut témoigner l’élite sportive à leur égard. En tant qu’exemples, ces récits possèdent en outre une dimension pédagogique souvent implicite : en décrivant ses erreurs de jeunesse et les leçons qu’il en a retirées, en racontant sa trajectoire exceptionnelle, sa transformation par l’alpinisme en homme et en héros, le narrateur se pose en modèle. C’est justement parce qu’un modèle hégémonique de genre fonctionne comme un modèle idéal auquel les individus vont tenter de se conformer, sans nécessairement y parvenir, qu’il peut résister plus longtemps aux contestations. « La masculinité hégémonique est naturalisée sous la forme du héros et est représentée à travers des formes qui tournent autour des héros : sagas, ballades, westerns, thrillers » (Connell, 1983, 186)7. L’alpinisme, et en particulier l’alpinisme héroïque qui est celui de l’âge d’or de la conquête himalayenne, s’inscrit dans ce cadre. En tant qu’homme d’exception, l’alpiniste bénéficie de l’aura du héros sportif, une des incarnations centrales de la masculinité hégémonique (Connell, 1990 ; Messner, 2002). De plus, le fait que ses exploits se déroulent hors de la vue du public et qu’ils doivent ensuite être racontés dans un récit, c’est-à-dire sous forme littéraire, souvent illustrés par d’impressionnantes photographies, s’accorde particulièrement bien avec cette « forme héroïque » dont parle Raewyn Connell.

Une rhétorique de la conquête et de la domination masculine

15La comparaison des autobiographies des alpinistes des années 1950 et 1960 permet de faire apparaitre une dimension essentielle du modèle héroïque de masculinité qui atteint son apogée à cette époque : la dimension conquérante. Dans ces récits, la conquête se décline à la fois sur le mode militaire (conquête de la montagne comme territoire) et sur le mode de la domination masculine (conquête de la montagne comme femme). Sur le premier point, la conquête peut également s’envisager dans sa dimension coloniale. S’il existe bien des rapports de domination entre alpinistes et populations locale, et notamment d’une relation paternaliste des alpinistes occidentaux envers les porteurs et les Sherpas (Raspaud, 2003, 99-107 ; Ortner, 1997 ; Ortner, 1999, 46), cet article privilégiera l’étude des rapports de domination entre hommes et femmes alpinistes et laissera volontairement de côté ceux qui existent entre les groupes d’hommes (alpinistes et Sherpas ; « grands alpinistes » et « petits alpinistes »).

16Dans les exemples qui suivent, on s’intéressera surtout au versant des représentations, à la symbolique et à l’imaginaire de l’alpinisme, tels que véhiculés dans ces récits au moyen notamment d’une rhétorique spécifique. Mais on pourra voir par la suite que ces représentations ne sont pas sans lien avec des pratiques concrètes. Tout cela concourt à mettre en lumière un « régime de genre » propre à l’alpinisme français de cette époque.

  • 8 Sherry Ortner relève aussi cette composante essentielle dans l’himalayisme de la même époque, qu’el (...)

17L’image d’une masculinité conquérante transparaît d’abord dans l’utilisation de procédés stylistiques qui comparent l’alpinisme au combat (et à la guerre, à la conquête, à la victoire ou encore à la bataille) et font un parallèle implicite entre ascension et domination masculine8. L’étude des titres des récits constitue une manière d’observer le premier point à travers les métaphores conquérantes utilisées. En France, si elles apparaissent dans certains titres d’autobiographies – Les conquérants de l’inutile (Terray, 1961) ; La montagne à mains nues (Desmaison, 1971) – c’est surtout le cas dans ceux des récits d’expédition : Annapurna, premier 8000 (Herzog, 1951), et le film de l’expédition, Une victoire sur l’Annapurna (Ichac, 1951) ; La Conquête du Salcantay, géant des Andes (Pierre, 1953) ; La conquête du Fitz-Roy (Azéma, Terray et Magnone, 1954) ; Victoire sur l’Aconcagua (Poulet et Ferlet, 1955) ; Record à l’Himalaya (Lambert et Kogan, 1955) ; Une victoire sur l’Himalaya (Pierre, 1960) ; Bataille pour le Jannu (Franco et Terray, 1977). Nous verrons plus loin que les titres anglais de la même époque ont une connotation conquérante nettement moins marquée. Ainsi, ce sont les traductions françaises des titres des ouvrages anglais de l’époque qui en renforcent la connotation héroïque : The Ascent of Everest, 1953 (Hunt, 1953) est traduit par Victoire sur l’Everest ; South Col : One Man’s Adventure on the Ascent of Everest (Noyce, 1953), est traduit par Everest, notre conquête ; Everest, the hard way (Bonington, 1976) est traduit par Everest, Ultime Défi.

18Les métaphores martiales et conquérantes sont aussi présentes dans les récits et ce, du moins dans les récits anglais, depuis les débuts de l’alpinisme. Traditionnellement, on retrouve des termes militaires dans le vocabulaire alpinistique : l’attaque/assault ; le plan de bataille/battle plan ; la retraite/retreat ; la conquête/conquest, etc. Sur la période étudiée, c’est surtout dans les récits français qu’on retrouve de telles occurrences. La montagne y est ainsi souvent décrite comme une position militaire imprenable – ici chez Desmaison : « Le Jannu, formidable forteresse, en forme de trône, défendu par des pentes de glace raides, des arêtes vertigineuses, au terme d’une longue dénivellation, d’une difficulté jamais surmontée à une telle altitude, représentait la montagne idéale pour franchir ce nouveau seuil de l’extrême » (Desmaison, 2005, 93) – qu’il s’agit de conquérir : « La mission est remplie. […] Le plus haut sommet qui ait été conquis ! Il est sous nos pieds ! » (Herzog, 1951, 293‑294) Au-delà du vocabulaire martial, on peut voir que la rhétorique du récit d’alpinisme associe implicitement « victoire » sur la montagne et domination masculine (hétérosexuelle), avec la mention de pics « vierges » à « assaillir » et à « posséder », dont on ôte à jamais le « prestige ». Là encore, ces procédés rhétoriques sont déjà présents dans les premiers récits d’alpinisme anglais, mais sur la période étudiée, sont plus visibles dans les récits français. Par exemple :

« Bien charpentée et bien charnue, elle a de l’élan malgré sa masse […]. Elle vit. Ce n’est pas de la pierre usée, morte, terne, qui s’affaisse et qui croule […]. Mais la face Nord restait vierge. Les assauts allaient se multiplier. » (Rébuffat, 1954, 25)

« [N]ous avons cueilli la suprême récompense, pris possession de l’objet de nos désirs […] : Le Salcantay. » (Pierre, 1953, 105)

« L’Himalaya me paraissait plus inaccessible qu’une princesse d’Orient et je n’avais jamais pensé l’escalader autrement qu’en rêve… » (Terray, 1961, 355)

19Le lien entre esprit de conquête et masculinité est, de façon plus explicite, affirmé dans l’idée selon laquelle c’est par la conquête de la montagne et par la confrontation avec le danger, par le combat qu’est l’alpinisme.

20L’idée que l’alpiniste devient un « vrai » homme est présente chez Mazeaud ou encore chez Rébuffat :

« Rien n’est plus fort ni plus doux, rien ne vaut cette extase, passion de vaincre. […] [L]’alpiniste n’est un homme révélé qu’en montagne, tout comme le marin en mer, ou l’artiste sur sa toile. » (Mazeaud, 1971, 93)

« [L]e métier de guide m’a aidé à devenir un homme. » (Rébuffat, 1954, 12)

21Ce procédé constitue également une manière implicite de se singulariser des hommes ordinaires, et a fortiori des femmes.

  • 9 Un des alpinistes de la période étudiée, Georges Livanos (1923-2004), a pourtant pratiqué avec sa f (...)
  • 10 Sayeux décrit un phénomène similaire dans le milieu du surf, où les femmes les plus fortes sont qua (...)

22À l’exception des guides dans le cadre de leur métier et de Bernard Pierre qui a réalisé l’ascension du Salcantay et du Nun avec Claude Kogan, aucun des alpinistes du corpus n’a pratiqué avec des femmes9. Sans surprise, les femmes brillent par leur absence dans les récits des hommes, sauf parfois lorsqu’il s’agit des mères ou des compagnes, qui ne s’aventurent pas en montagne et préfèrent attendre au foyer le retour des alpinistes (Moraldo, 2013b). Pour beaucoup, la femme idéale est celle qui ne pratique pas l’alpinisme, et les commentaires négatifs sur le mariage, qui détourne l’alpiniste des montagnes, sont fréquents. Comme l’écrit Paragot, qui utilise ici la métaphore classique de la montagne comme femme à conquérir, « il n’est pourtant pas facile d’être la femme d’un coureur de montagnes, et je lui suis reconnaissant de ne pas être trop jalouse de ses rivales » (Paragot et Berardini, 1974, 107). C’est le traitement de la femme alpiniste, dans les très rares récits d’expéditions où des femmes sont présentes – c’est-à-dire les récits que Bernard Pierre, encordé avec Claude Kogan, fait de l’ascension du Salcantay en 1952 (Pierre, 1953) et du Nun en 1953 (Pierre, 1976) – qui nous intéresse ici. On peut voir que sa place dans la cordée est justifiée par ses capacités toutes masculines, et ses prouesses mesurées à l’aune de celles des hommes. Pour être alpiniste à part entière, il lui faut donc être un homme comme les autres sur le terrain sportif10. Ceci la place dans le domaine du surnaturel, du « miracle », de « l’extraordinaire ». Voici ce que Pierre écrit à propos de Claude Kogan :

« Elle, c’est le miracle ! […] En montagne, cet étonnant petit bout de femme, d’un mètre cinquante et quarante-sept kilos, vaut un homme. Elle « marche » vite, possède une technique consommée, le sens de l’itinéraire. Par-dessus le marché, elle a une volonté de fer. Bref, c’est une très grande alpiniste. Mais si Claude se comporte comme un homme sur le terrain alpin, elle n’en reste pas moins une femme ; elle n’a oublié ni sa lime à ongles, ni ses pots de crème, ni son miroir. Nous sommes tous d’accord sur ce point : une femme est une chose précieuse pour une expédition. Ne serait-ce que pour les travaux de couture et pour la confection des menus… » (Pierre, 1976, 80)

23La deuxième partie de la citation, à remettre dans le contexte des années 1950, souligne la division des rôles sexués qui persiste en expédition en dehors du cadre purement sportif de l’ascension. Ce passage fait écho à celui d’un autre livre de Pierre, dans lequel il insiste sur le caractère « extraordinaire » de Kogan, trop forte pour demeurer une femme ordinaire :

« Claude s’élève allègrement. Cet extraordinaire petit bout de femme -1m50, 47 kilos – a toutes les qualités qui font d’elle l’une des plus grandes alpinistes de l’époque : courage, volonté, décision, sens de l’itinéraire et, couvrant le tout, une technique admirable. » (Pierre, 1953, 94)

Les femmes face à l’hégémonie du modèle héroïque : s’y soumettre ou s’y conformer

24Après avoir étudié les récits masculins, que trouve-t-on dans les très rares récits d’expédition écrits par des femmes ? À l’instar de ceux des hommes, ces textes témoignent de croyances et de représentations, notamment des manières de se penser et de se situer en tant que femme alpiniste, dans un univers où les discours dominants sont masculins. Mais ils sont également des témoignages du déroulement des expéditions et de la façon dont les femmes, minoritaires, s’y comportent et y sont traitées.

25Seules deux femmes ont produit des récits d’expédition sur la période étudiée : Claude Kogan (Kogan, 1953 et 1954) et Nea Morin (Morin, 1968). Les expéditions auxquelles elles ont participé n’étaient pas des expéditions nationales sur des sommets de plus de 8000 mètres. Il s’agissait donc d’expéditions secondaires, moins médiatisées. Leurs récits donnent à voir deux cas de figure et deux présentations de soi : d’un côté, Morin témoigne de ses difficultés à s’intégrer au groupe masculin et de son intériorisation de sa position subordonnée ; de l’autre, Kogan raconte ses efforts pour se comporter comme « un homme comme les autres ». Dans les deux cas, on retrouve une forme de consentement à la domination. Chez Morin, ce consentement passe par l’acceptation de son infériorité perçue comme naturelle, chez Kogan, par une conformité au modèle hégémonique de masculinité héroïque.

  • 11 « [T]he odd woman out » [Ma traduction].

26Nea Morin (1905-1986), alpiniste britannique, a participé à une expédition anglaise sur l’Ama Dablam (1959), où elle se décrit comme « la bizarrerie féminine »11 (Morin, 1968, 214). Plus lente que ses compagnons, elle est laissée derrière malgré ses efforts pour les rattraper, et arrive à chaque fois trop tard pour être intégrée au groupe :

  • 12 « Always I was far behind the others and I can truthfully say that I walked most of the way from Ka (...)

« J’étais toujours loin derrière les autres et je peux affirmer sans mentir que j’ai parcouru seule la plupart du chemin entre Katmandou et le camp de base. Par conséquent, je me suis retrouvée isolée quand j’aurais dû normalement faire connaissance avec mes compagnons. Chaque once d’énergie que j’avais était utilisée à essayer de ne pas causer de retard. Le soir, j’arrivais toujours presque deux heures après le reste du groupe au camp et juste après le diner je m’enfermais dans mon sac de couchage pendant que les autres jouaient aux échecs ou au bridge. »12 (Morin, 1968, 222)

27Pour faire écho à cet extrait, il faudrait citer les nombreux passages où les hommes évoquent la force des liens de « fraternité » entre alpinistes, cette « amitié fraternelle faite d’admiration, de dévouement, de combats menés ensemble et de joies partagées » (Rébuffat, 1964, 187) dont les femmes sont implicitement exclues. Epuisée, Morin ne tentera pas le sommet avec les autres (qui y perdront la vie). Finalement, elle conclut à partir de sa propre expérience, en s’appuyant sur une justification biologique et naturalisante de l’infériorité physique des femmes, à leur nécessaire relégation dans des cordées exclusivement féminines, aux objectifs moins ambitieux :

  • 13 « Women are still at a great disadvantage physically (…) Any small party with serious ambitions mus (...)

« Les femmes souffrent encore d’un très grand désavantage physique […]. Toute cordée réduite aux ambitions sérieuses doit avoir pour objectif de former une équipe équilibrée, et une cordée mixte constitue inévitablement un fardeau pour les hommes, ce qui est complètement impensable pour une expédition himalayenne. Par conséquent, il semble que les femmes devraient former leurs propres cordées et tenter des objectifs proportionnels à leurs capacités. »13 (Morin, 1968, 215-216)

  • 14 Elle meurt dans l’ascension du Cho Oyu en 1959, dans le cadre d’une expédition féminine qu’elle dir (...)

28Claude Kogan (1919-1959) a participé à plusieurs expéditions, dont celles sur le Salcantay (1952) et sur le Nun (1953), où elle est également la seule femme14. Dans les récits qu’elle en fait, rien ne laisse à penser qu’elle est différente des hommes qui l’accompagnent. Comme les autres, elle prend la tête, taille des marches, donne des ordres aux porteurs, jouant d’ailleurs sur les rôles de genre pour assoir son autorité. Alors qu’elle écrit les soudoyer avec de l’alcool (voir extrait cité plus loin, Kogan, 1953, 27), la version de Bernard Pierre est plus radicale en ce sens. D’après lui, elle les provoque en remettant en cause leur virilité :

« – Cesario, tu es une femmelette, Cesario, tu n’es pas un chef ! – Mais Señora, je n’ai pas peur, répond-il interloqué par la violence de l’ouragan. – Si, tu as peur ! – J’ai seulement peur d’aller au sommet ! Claude éclate de rire : – Alors, pour ça, rassure-toi, tu n’iras pas. Valencia, Bruno, eux, pourraient nous accompagner ; mais sûrement pas toi, Cesario ! » (Pierre, 1953, 71)

29Dans son récit, elle fait usage des mêmes métaphores conquérantes que les hommes :

« Je suis le guerrier qu’on soulage de sa pesante armure et je me sens légère, éthérée […]. Nous avons souffert, nous avons lutté, mais nous avons vécu heureux. […] Pourquoi ? Peut-être pour goûter cet instant divin et fugitif, cette plénitude que nous procure la chose conquise. » (Kogan, 1954, 100)

30Et, toute à sa hâte d’atteindre le sommet, elle ne ménage pas son compagnon de cordée :

« Je force l’allure et j’avance beaucoup trop vite. De temps en temps, la corde se tend. Bernard, avec des yeux implorants, me dit : « Laisse-moi souffler cinq minutes ». […] Mais je suis sans indulgence. Je n’arrive pas à calmer mon excitation, elle est extrême. » (Kogan, 1953, 31)

  • 15 Charlie Buffet, l’auteur de cette biographie romancée de Kogan, ne cite qu’imparfaitement ses sourc (...)

31Une présentation de soi à l’opposé de cette femme qui « n’a oublié ni sa lime à ongles, ni ses pots de crème, ni son miroir », décrite par Pierre (Pierre, 1976, 80). Dans sa biographie sont cités des extraits de son journal personnel où elle évoque ses efforts pour être non pas « une femme mais un alpiniste comme eux », pour ne pas se retrouver « seule, exclue à jamais de leur univers » (Buffet, 2003, 155)15, et donc pour se conformer –mieux que les hommes – au modèle hégémonique.

Une féminisation de l’alpinisme contrariée ?

  • 16 La féminisation a lieu aussi, généralement de manière plus accentuée, dans les autres sports (Herr, (...)

32Les années d’après-guerre représentent l’orée d’une (toute relative) féminisation de l’alpinisme de haut niveau16. Alors que la présence de « grandes alpinistes » était presque impensable avant la guerre, les années 1960 voient ainsi apparaître les premiers exemples de femmes, comme Kogan, dont les exploits sont à la hauteur de ceux des hommes, et qui à ce titre bénéficient d’une médiatisation sans précédent. En 1959, Kogan fait d’ailleurs partie de la première expédition féminine en Himalaya, sur le Cho Oyu. Leroux, qui parle ici des femmes guides, résume bien l’évolution qui a eu lieu entre les années 1940 et les années 1980 :

« Je crois qu’Armand Charlet [alpiniste et guide célèbre des années 1920 à 1950] doit se retourner dans sa tombe, tant c’était impensable à son époque ! » (Leroux, 1989, 223)

33C’est donc à la fin de la période étudiée ici que les femmes font une timide entrée dans l’himalayisme, et c’est seulement à partir des années 1970 que l’alpinisme semble vraiment s’ouvrir aux femmes (au Royaume-Uni, l’Alpine Club s’ouvre aux femmes en 1974 et en France la profession de guide en 1983). Avant cela, c’est-à-dire lorsque le modèle héroïque est à son apogée, tout se passe comme si la féminisation de l’alpinisme était entravée. Sur cette période, on ne compte que deux femmes dans notre corpus. Leur nombre double pendant la période suivante (années 1970 à 2000). Rien d’étonnant à cela lorsqu’on considère l’hégémonie du modèle de masculinité héroïque dans l’alpinisme, et plus encore dans son élite sportive. On peut en effet émettre l’hypothèse que l’assignation à la masculinité hégémonique héroïque est plus forte au sein de l’élite de l’alpinisme, c’est-à-dire parmi ceux qui incarnent un modèle de masculinité héroïque et virile, ce qui rend la transgression genrée encore plus difficile à ce niveau. Ainsi, la féminisation du sport, aussi faible soit-elle, suscite des résistances dans les deux pays d’autant plus exacerbées que le modèle héroïque est fort. Celui-ci ne laisse donc aucune place aux femmes.

L’apport inégal de la notion de masculinité hégémonique dans l’étude d’un sport masculin

  • 17 « Hegemonic masculinity is therefore understood as both “hegemony over women” and “hegemony over su (...)
  • 18 « [T]he institutionalization of men’s dominance over women »; « the social ascendancy of one group (...)

34Demetrakis Z. Demetriou distingue deux « fonctions »17 de la masculinité hégémonique : l’« hégémonie externe », c’est-à-dire « l’institutionnalisation de la domination des hommes sur les femmes », et « l’hégémonie interne », c’est-à-dire « la domination sociale d’un groupe d’hommes sur tous les autres hommes » (Demetriou, 2001, 341)18. La masculinité héroïque dans l’alpinisme français des années 1950 s’exprime par une domination des hommes sur les femmes, dans l’ordre du symbolique (on l’a vu notamment avec les métaphores utilisées dans les textes) et dans l’ordre du réel (leur relégation à des rôles subalternes dans la cordée ou, comme on le verra par la suite, leur exclusion institutionnalisée). On pourrait être tenté, suite à cela, d’analyser à présent les rapports entre les « grands alpinistes », modèles exemplaires de masculinité héroïque, et les « autres alpinistes » (petits alpinistes, porteurs en expédition, etc.) comme des rapports entre une masculinité hégémonique et d’autres masculinités, complices ou subordonnées.

35Il est vrai qu’il existe des rapports de domination entre l’élite alpinistique et les autres alpinistes. Prenons par exemple les « petits » alpinistes. Dans les récits de l’élite de l’alpinisme, on trouve des expressions de distanciation vis-à-vis de ce que Terray appelle « l’alpinisme touristique » (Terray, 1961, 101). Ces alpinistes ordinaires, qui admirent les grands alpinistes, tirent sans doute profit de l’aura héroïque de l’alpinisme qui rejaillit sur eux, d’autant que les simples touristes, assoiffés d’héroïsme, ne font pas la différence entre grands et petits alpinistes :

  • 19 Terme péjoratif utilisé à l’origine par les guides de Chamonix pour désigner les touristes. Le fait (...)

« Le regard envieux des promeneurs… Idée d’être de vrais alpinistes. On nous scrute, peu importe d’où nous venons. Les Drus, comme le col du Géant, provoquent le même effet chez le « Monchu19 ». Il voit des crampons, un sac, un piolet, des hommes usés ; il a jugé. » (Mazeaud, 1971, 24)

36On pourrait donc dire en ce sens qu’ils incarnent une forme de « masculinité complice » (Connell, 2014, 75). De même, certains éléments nous permettraient de classer la masculinité des Sherpas ou des porteurs comme une « masculinité marginalisée », c’est-à-dire une forme de masculinité valorisée mais ne conférant aucune autorité, à l’instar de celle des athlètes noirs évoqués par Connell (Connell, 2014, 79). En effet, bien qu’engagés dans un rapport hiérarchique avec les alpinistes européens, les Sherpas sont souvent célébrés pour leur force, leur endurance, leur rôle dans la réussite de l’expédition, leur sens de l’honneur ou encore leur bonne humeur, et par ailleurs envisagent leurs rapports avec les alpinistes comme des rapports d’égalité (Ortner, 1999, 58, 74-89), autant de caractéristiques qui ne permettent pas de les « expulser symboliquement de la masculinité hégémonique » comme le seraient les hommes homosexuels, dont la masculinité est « subordonnée » (Connell, 2014, 76).

37Si « l’hégémonie externe », celle des hommes sur les femmes, apparaît clairement dans le cas du sport masculin qu’est l’alpinisme et permet d’insister sur le renforcement mutuel des dominations masculine et sportive, une analyse en termes d’« hégémonie interne » pourrait donner l’impression que les hiérarchies sportives – les rapports de domination entre différents groupes d’alpinistes – se jouent d’abord sur les façons d’être des « hommes » et que les rapports de domination dans l’alpinisme sont avant tout des rapports entre des masculinités. Or, ceci reviendrait, selon nous, à assimiler les manières de pratiquer l’alpinisme à des manières d’être un homme. Elles ne sont pas uniquement cela. Il semble par conséquent qu’on court le risque d’une analyse tautologique, qui reviendrait à créer autant de formes de masculinités qu’il existe de groupes dans le champ de l’alpinisme. C’est d’ailleurs la critique que fait Richard Collier au concept de masculinité hégémonique (Connell et Messerschmidt, 2005, 841)

Un modèle historiquement situé

38Pourquoi l’hégémonie du modèle de masculinité héroïque s’exerce-t-elle particulièrement bien dans les années 1950 en France ? C’est ce que nous allons essayer de comprendre ici. Après avoir étudié la façon dont la masculinité héroïque s’incarne dans les récits des alpinistes, on s’intéresse donc à présent au contexte social et historique qui permet l’apparition de ce modèle et aux mécanismes qui en assurent la diffusion. En effet, comme toute idéologie, les modèles de masculinité s’inscrivent dans un contexte historique et sportif plus large (Corbin, Courtine et Vigarello, 2011). L’après-guerre, sous bien des aspects, constitue un « moment particulier » propice à l’apparition et à la diffusion du modèle de masculinité héroïque dont nous avons esquissé les différents traits. Sans proposer d’analyse exhaustive de l’himalayisme et des expéditions d’après-guerre (voir Raspaud, 2003), nous avons isolé quelques éléments qui paraissent pertinents pour expliquer le succès de ce modèle de masculinité héroïque dans ce contexte précis. Ces derniers permettent de voir qu’il existe à cette époque une coïncidence forte entre certaines dispositions sociales des alpinistes – des dispositions viriles et héroïques, constituées et apprises dans des instances de socialisation militaires et dans le contexte de la guerre – et un contexte sportif particulièrement propice à leur actualisation (Bourdieu, 1997, 175-179). La comparaison avec l’alpinisme anglais de la même époque, où le modèle de masculinité héroïque est moins présent, permet de faire ressortir ces facteurs explicatifs et l’ajustement spécifique qui existe en France entre certaines dispositions des alpinistes et le contexte sportif.

Une phase de conquête d’un nouveau massif dans le contexte géopolitique de l’après-guerre

39L’après-guerre ouvre une phase nouvelle pour l’alpinisme mondial (Raspaud, 2003, 59-88). En effet, jusqu’alors, l’alpinisme s’est principalement concentré, depuis sa création et son institutionnalisation en Europe dans la deuxième moitié du xixe siècle, sur les massifs européens. Des expéditions ont certes été menées depuis les années 1880, dans une veine exploratoire, mais celles-ci sont principalement le fait des alpinistes britanniques et allemands. L’Himalaya en particulier, massif qui fait l’objet de toutes les convoitises car il possède les plus hauts sommets du monde, les célèbres « quatorze 8000 » (c’est-à-dire les quatorze sommets de plus de 8000 m d’altitude, dont fait partie l’Everest), ne voit qu’une expédition française avant la Seconde Guerre Mondiale, celle sur le Hidden Peak (1936). À l’inverse, les Britanniques sont à la pointe de l’alpinisme dans les massifs lointains. Précurseurs de l’alpinisme dans les Alpes, puis dans des massifs de plus en plus éloignés (le Caucase, les Andes, etc.), ils possèdent, du fait de leur situation géopolitique dans la région, un accès privilégié aux montagnes himalayennes et en particulier à l’Everest qui demeure leur chasse gardée (au moyen d’autorisations diplomatiques délivrées par le Tibet). Ainsi, le Royaume-Uni conduira pas moins de six expéditions sur l’Everest avant la guerre, toutes des échecs. Le contexte géopolitique de l’après-guerre change la donne. L’Inde et le Pakistan, auparavant britanniques, obtiennent leur indépendance. Cinq 8000 situés au Pakistan deviennent alors accessibles. Le Tibet, dominé en 1949 par la Chine communiste, est fermé aux Occidentaux (et par la même occasion la voie traditionnellement empruntée sur l’Everest), mais le Népal, jusqu’alors fermé, s’ouvre et met en place un système de permis pour les expéditions sur les huit 8000 qui se trouvent sur son territoire. Pour l’Everest, particulièrement convoité, un tour de rôle est institué par le gouvernement népalais. Les Anglais obtiennent leur autorisation pour 1951 et pour 1953, les Suisses pour 1952, et les Français pour 1954 (l’expédition n’aura pas lieu suite à la réussite des Anglais en 1953).

40La période étudiée se caractérise ainsi par une ouverture sans précédent du massif himalayen, qui entraîne une compétition pour les plus hauts sommets, dans un contexte géopolitique où les rivalités sont exacerbées. Michel Raspaud parle à ce propos de phase « héroïco-nationaliste » de l’himalayisme pour désigner les années 1950-1964, celles qui voient l’ascension des quatorze 8000 (Raspaud, 2003, 164). Dans cette compétition, la France n’est pas en reste. Frustrés par une position dominée sur la scène alpine et par leur quasi-absence de la scène himalayiste pendant l’entre-deux-guerres, les alpinistes français, sous l’égide du Comité de l’Himalaya créé en 1933 et recréé en 1948 dans le but exclusif d’organiser des expéditions en Asie, entendent redresser la grandeur alpinistique de la France. C’est ce qu’écrit Terray à propos de l’expédition sur l’Annapurna (1950) :

« La conquête du premier sommet de plus de 8000 mètres compenserait cette carence et nous placerait dans une juste position sur l’échelle des valeurs. » (Terray, 1961, 352)

41Une fois l’Annapurna, « premier 8000 » (Herzog, 1951), escaladé, la compétition se poursuit. À propos de l’expédition sur le Makalu (1955), elle aussi organisée par le Comité de l’Himalaya, Leroux écrit : « conscients de représenter notre pays, nous désirions profondément la victoire », et présente la réussite comme celle d’une « mission que l’on nous avait confiée » et comme la « démonstration de la valeur de l’alpinisme français » (Leroux, 1989, 118, 119 et 122), quand Terray, lui aussi membre de cette expédition, témoigne de l’esprit nationaliste qui régnait alors :

« Pendant toute cette période de préparation, ce n’était pas sans anxiété que nous attendions de connaître les résultats obtenus par l’expédition américaine, qui, comme prévu, était en train d’effectuer une tentative sur « notre montagne. ». La nouvelle de son échec nous parvint enfin ! » (Terray, 1961, 524)

42Le nationalisme ne caractérise pas uniquement les ascensions himalayennes. Mazeaud, à propos de son ascension de la face nord de la Cima Ovest, dans les Dolomites, en 1959, écrit :

« Dans cette grande compétition nous avons le sentiment que, comme l’athlète sur les stades qui marque un point pour son équipe, nous faisons le forcing pour notre pays qui doit retrouver avec notre course sa place de choix parmi les nations alpines. » (Mazeaud, 1971, 64)

43Le style des expéditions reflète également cet état d’esprit et le parallèle entre ascensions et opérations militaires est frappant. Comme il s’agit d’aller au sommet à tout prix, on privilégie des expéditions lourdes, onéreuses (14 millions de francs pour celle sur l’Annapurna, 1950), à la logistique complexe, qui emploient des centaines de porteurs et nécessitent le transport de plusieurs tonnes de matériel. La montagne est équipée de cordes fixes, qui relient plusieurs « camps » à des altitudes différentes entre lesquels les alpinistes peuvent aller et venir avant « l’assaut » final, formant un « fantastique ballet de montées et de descentes qui peu à peu, charges par charges, ouvre la voie aux plus grandes cimes du monde » (Terray, 1961, 433). La description de Magnone, membre de l’expédition sur le Fitz Roy (1951) et le Makalu (1954), est éloquente :

« Le Comité de l’Himalaya est composé d’un véritable état-major restreint, mais à la pointe des connaissances. […] On mobilise donc toutes les connaissances industrielles et les avancées technologiques, ce qui suppose un financement considérable, mais on ne lésine pas sur les moyens puisque le trésor de guerre est bien approvisionné. […] La conquête du sommet convoité ne peut résulter que de l’action collective d’une petite armée en campagne. Pour être victorieuse, une équipe doit être nombreuse mais aussi très homogène et soudée […]. C’est loin d’être évident pour des individualités dont l’aspiration viscérale est souvent de satisfaire un ego de bonnes dimensions. Mais la clé de voûte du succès, c’est comme à l’armée la désignation d’un chef. » (Magnone, 2005, 155‑156)

44Terray, dans la même veine, écrit :

« [L]’aventure himalayenne m’avait semblé s’apparenter moins à un art qu’à une entreprise militaire. » (Terray, 1961, 490)

  • 20 « An assault on a Himalayan peak is comparable with fighting a war – logistic and planning are the (...)

45Au Royaume-Uni, l’himalayisme n’est pas une nouveauté à cette époque : dans la course aux premières, le pays est en position d’insider. Si les méthodes d’ascension sont identiques, il semblerait à la lecture des récits des alpinistes, que les Britanniques mettent moins l’accent sur la conquête que ce n’était le cas auparavant. À titre de comparaison, dans les autobiographies d’alpinistes anglais ayant participé à des expéditions à cette époque (on en a trouvé six), on ne trouve aucune métaphore virile associant ascension et domination masculine. Quant à l’association entre ascension et conquête, elle n’est présente que chez un seul alpiniste, Bonington, qui compare la planification d’une expédition et celle d’une campagne militaire : « un assaut sur un pic himalayen est comparable à la guerre – la logistique et la planification sont les clés du succès »20 (Bonington, 2000, 424). Chez les autres, on observe même une prise de distance explicite avec le modèle héroïque. Brown écrit ainsi :

  • 21 « You can’t win. Himalayan mountains are climbed in favourable circumstances but never “conquered”. (...)

« On ne peut pas gagner. Les montagnes himalayennes sont escaladées dans des circonstances favorables mais elles ne sont jamais “conquises”. »21 (Brown, 1967, 159)

46Si l’on se penche, comme on l’a fait pour les Français, sur les titres des récits d’expédition de l’époque, on trouve : The Ascent of Everest, 1953 (Hunt, 1953) ; Our Everest adventure (Hunt, 1954) ; South Col : One Man’s Adventure on the Ascent of Everest (Noyce, 1954) ; Kangchenjunga, the untrodden peak (Evans, 1956) ; Annapurna South Face (Bonington, 1971). Les titres des ouvrages britanniques de l’époque mettent ainsi plus l’accent sur l’aventure et l’inconnu que sur la bataille et la victoire, à l’exception du film de Lowe sur l’ascension de l’Everest, The conquest of Everest (1953). Il semblerait en fait que cette rhétorique soit passée de mode au Royaume-Uni dans les années 1950, alors qu’elle était présente dans les années 1920, lors des premières expéditions en Himalaya. On peut citer : The Assault on Mount Everest 1922 (Hunt, 1923) ; The Fight for Everest 1924 (Norton, 1925) ; Kamet Conquered (Smythe, 1932). Dans les années 1930 déjà, les titres des récits d’expédition commencent à revêtir une connotation moins martiale (mais toujours très héroïque) : The Epic of Mount Everest (Younghusband, 1934) ; Everest, the unfinished adventure (Ruttledge, 1937).

47La rhétorique de la conquête correspond à un type d’alpinisme spécifique et est particulièrement présente lors des périodes d’exploration de nouveaux massifs étrangers. Au Royaume-Uni, c’est entre la fin du xixe siècle et la fin des années 1920, quand les Anglais sortent des Alpes et explorent pour la première fois de nouveaux massifs, en particulier l’Himalaya. Elle atteint son apogée avec les tentatives anglaises sur l’Everest dans les années 1920 (fortement teintées d’impérialisme). En France, elle apparaît avec les premières tentatives himalayennes, en 1936 et surtout à partir de 1950. C’est aussi une rhétorique portée par les institutions encourageant ce type d’alpinisme et leurs principaux acteurs, qui influencent la conception même des alpinistes nationaux.

Une socialisation générationnelle spécifique

48On peut également relier la forme particulièrement exacerbée de masculinité héroïque qu’expriment les alpinistes français d’après-guerre à la socialisation sportive spécifique qui est la leur, pendant la guerre, voire par la guerre. Nés entre 1917 et 1930, la plupart sont juste assez vieux pour être convoqués au STO. Certains rejoignent les FFI (Terray, Herzog, Leroux). Surtout, tous à l’exception de Magnone, vont passer dans les mains d’organisations militaires de formation à l’alpinisme, pendant ou après la guerre (pour les plus jeunes). Ainsi, il est intéressant de constater que les quatre principaux alpinistes de la première expédition française en Himalaya après la guerre, Rébuffat, Terray, Herzog et Lachenal, passent par l’organisation militaire Jeunesse et Montagne (JM). Créée en 1940 par le régime de Vichy, rattachée en 1943 aux Chantiers de la jeunesse, elle propose des stages de huit mois où se portent volontaires des jeunes gens de plus de 18 ans (ce qui leur permet, en fait, de devancer l’appel dans le service national obligatoire) (Hoibian, 2002). Elle entre progressivement dans la résistance et fournit le vivier de groupes de résistants opérant dans les Alpes, à l’instar de Terray et d’Herzog, qui rejoindront des bataillons de chasseurs alpins résistants. Leroux entre également dans la Résistance à son retour du STO. Après l’armistice, ce dernier est nommé instructeur à l’École militaire de Haute Montagne à Chamonix. Quant à Lachenal, il rejoint l’Union Nationale des Camps de Montagne, formée à partir de JM. Paragot, Berardini et Desmaison, trop jeunes pour le STO ou la Résistance, font leurs classes, juste après la guerre dans des bataillons alpins.

49Ce passage par des instances de formation militaire à l’alpinisme marque profondément les alpinistes de cette génération, ceux qui, quelques années plus tard, s’attaqueront aux sommets himalayens. JM, en particulier, semble avoir eu un impact socialisateur important. Le journal personnel de Lachenal fait état de séances d’« inculcation de valeurs » qui y ont lieu, valeurs comme « le goût du risque raisonné ». On y apprend aussi des chansons militaires (Lachenal, 1996, 59). Terray surtout fournit un long témoignage de son passage à JM, et insiste sur la résistance acquise, disposition tant physique que morale transposable à la pratique des expéditions :

« Pour mon compte, bien que j’aie été un des seuls à terminer le stage dans des conditions physiques acceptables, ces cinq semaines m’ont laissé le souvenir d’un effort plus épuisant qu’aucun de ceux que j’ai endurés depuis. Il est certain que cette épreuve m’a profondément marqué moralement, et si, plus tard, au cours des grandes expéditions, j’ai parfois étonné mes camarades par la facilité avec laquelle j’acceptais des fatigues et des souffrances paraissant extraordinaires, c’est sans doute parce que, comparées à ce que j’avais connu à La Chapelle, ces épreuves me semblaient n’être que des jeux agréables. » (Terray, 1961, 58)

50Seuil d’entrée dans le groupe des alpinistes-soldats, le stage de JM vaut aussi intronisation dans le monde des « vrais hommes » :

« Mais n’étions-nous pas persuadés que ceux qui se révélaient incapables d’endurer cette rude existence ne méritaient pas d’être appelés des hommes !... » (Terray, 1961, 56)

51Lorsqu’il rejoint son bataillon de résistants où règne « un enthousiasme, un esprit de camaraderie et une chaleur humaine rappelant les plus beaux jours de JM », Terray s’y sent « comme un poisson dans l’eau » (Terray, 1961, 110), et il décrit la guerre des Alpes comme un « jeu » semblable à l’alpinisme :

« Nous ne cherchions pas sérieusement à tuer les Allemands ou à obtenir un quelconque résultat guerrier. Ce que nous aimions dans cette guerre inutile et démodée, c’était sa ressemblance avec l’alpinisme » ; […] peut-être l’alpinisme a-t-il été pour moi une sorte de guerre. Quoiqu’il en soit, pendant cinq mois la guerre m’était apparue comme une nouvelle forme de l’alpinisme. » (Terray, 1961, 120 et 134)

52Dans son autobiographie, il fait également à de nombreuses reprises le parallèle entre l’alpinisme et la guerre, sur des aspects tels que la fraternité entre hommes, l’aventure, ou le combat, autant d’éléments constitutifs de la masculinité héroïque.

53Au Royaume-Uni, et c’est sans doute là une des différences contextuelles majeures qui explique la moins forte prégnance du modèle de masculinité héroïque à cette époque, les alpinistes de la conquête himalayenne ne sont pas issus des mêmes cohortes, en ce sens qu’ils n’ont pas vécu la guerre aux mêmes âges que leurs homologues français. En effet, seuls trois alpinistes du corpus sont nés avant 1930, et ont été mobilisés. Aucun d’entre eux ne montre une conception particulièrement conquérante de l’alpinisme (c’est même plutôt l’inverse). Peut-être, entre autres facteurs, parce qu’il n’existait pas en Angleterre d’institution comme JM, susceptible de forger chez les apprentis alpinistes un esprit de corps et des dispositions martiales. Lorsqu’on voit l’importance que semble avoir revêtu JM pour les alpinistes français qui y sont passés, cette différence institutionnelle devient fondamentale. Ici, le cas du Royaume-Uni nous permet, par comparaison, de mettre en lumière la spécificité de cette génération d’alpinistes français nés dans les années 1920, qui ont été soumis à une socialisation mi-alpinistique, mi-militaire très particulière.

Des moyens médiatiques de diffusion du modèle de masculinité héroïque

54L’hégémonie est un processus, une dynamique plus qu’un état statique. Ainsi, la masculinité hégémonique selon Raewyn Connell n’est jamais un état figé, mais doit être sans cesse actualisée, c’est-à-dire reproduite quotidiennement dans les pratiques pour continuer d’exister. Des institutions, notamment médiatiques, peuvent concourir à la perpétuation du modèle.

55Dans les années d’après-guerre, une organisation médiatique nouvelle se met ainsi en place pour publiciser les exploits des alpinistes, contribuant par là-même à pérenniser l’idéal de masculinité héroïque qu’ils incarnent et allant parfois jusqu’à forcer le trait pour créer des héros :

« Après l’Annapurna, les journalistes avaient utilisé le drame, mettant en vedette non pas l’ensemble de l’équipe – dans laquelle chacun avait joué un rôle essentiel – mais les deux membres de l’expédition qui avaient été au sommet, en accordant d’ailleurs une place beaucoup plus importante à Herzog qu’à Lachenal. Ce n’était pas la faute de ces derniers, mais celle du journalisme, qui a besoin de héros. » (Leroux, 1989, 113)

56En France, le Comité de l’Himalaya, conscient des retombées financières de l’Annapurna (elles lui permettront de financer les expéditions nationales jusqu’aux années 1980), possède l’exclusivité des droits artistiques et littéraires pendant cinq ans. Les expéditions suivantes, bien que moins médiatisées, auront presque toutes « leur livre ». On voit ainsi se généraliser la publication de récits d’ascension dans des collections grand public (« L’aventure Vécue » chez Flammarion ou « Exploits » chez Gallimard) ou les tournées de conférences (« Connaissance du Monde », crée en 1945). C’est également la grande époque des livres d’alpinisme à destination des jeunes garçons. Ils apparaissent, dans les deux pays, suite aux ascensions himalayennes, dans un contexte de développement de l’éducation de plein air et d’apparition des premiers organismes d’enseignement de la montagne. On trouve des titres comme : Mes galons d’alpiniste (Pierre, 1964) ; Un guide raconte (Rébuffat, 1964) ; Come climbing with me (Clark, 1955) ; The True Book about Everest (Shipton, 1955) ; On climbing (Evans, 1955) The young mountaineer (Unsworth, 1959) ; The real book of mountaineering (McMorris, 1961) ; The boy’s book of mountains and mountaineering (Pyatt, 1963), etc. Ces ouvrages, de par leur simplicité littéraire (il s’agit parfois d’éditions raccourcies de classiques de l’alpinisme), se prêtent particulièrement bien à une narration sur le mode héroïque, c’est-à-dire, pour reprendre un extrait déjà cité, « représentée à travers des formes qui tournent autour des héros : sagas, ballades, westerns, thrillers » (Connell, 1983, 186). À ce titre, on peut les appréhender comme des vecteurs de diffusion du modèle héroïque en dehors du champ alpinistique (puisqu’ils s’adressent à des enfants, donc des non-alpinistes). D’ailleurs, les grands alpinistes des générations suivantes citent parfois ces livres comme faisant partie des ouvrages marquants à l’origine de leur intérêt enfantin ou adolescent pour l’alpinisme.

  • 22 « Well, George, we knocked the blighter off. » Dans une version non édulcorée, Hillary aurait dit: (...)

57Les boys’ books sont très clairement orientés vers un lectorat masculin. Dans plusieurs d’entre eux, les grands héros de l’alpinisme, érigés en modèles, sont les mentors de jeunes garçons fictifs auxquels le public visé peut s’identifier. Les illustrations spectaculaires montrent exclusivement des hommes, et il n’est aucunement fait mention des femmes alpinistes. En outre, l’accent est mis sur les exploits des grands alpinistes, sur les « conquêtes » et les épisodes les plus héroïques de l’histoire de l’alpinisme (à commencer par l’ascension de l’Everest), simplifiés au détriment des protagonistes secondaires. Ainsi, dans le récit de l’Annapurna fait par Unsworth, seul Herzog, « the leader », parvient au sommet. La rhétorique héroïque développée plus haut, en particulier l’association implicite entre alpinisme et combat, y est omniprésente. Unsworth clôt ainsi son livre sur la prétendue formule d’Hillary à sa descente de l’Everest : « Eh bien, George, on lui a réglé son compte à ce salaud. »22 (Unsworth, 1959)

Conclusion

58Dans cet article, nous avons voulu éprouver la pertinence des concepts d’hégémonie et de masculinité hégémonique pour appréhender les rapports de genre dans l’alpinisme français d’après-guerre. L’alpinisme anglais, à ce titre, a pu servir d’élément-témoin pour mettre en lumière certaines spécificités contextuelles françaises qui peuvent expliquer pourquoi un modèle de masculinité, qu’on a qualifié d’héroïque, domine si clairement l’alpinisme français. En fait, la spécificité française tient plus dans la conjonction, l’apparition simultanée et le renforcement mutuel des différents facteurs contextuels évoqués (phase de conquête d’un nouveau massif, présence d’institutions militaires de socialisation, appareil médiatique nouveau) que dans leur seule présence à un moment donné, comme c’est le cas au Royaume-Uni. Ceci explique l’ajustement sans précédent entre les dispositions viriles des alpinistes de ces générations (dispositions formées notamment dans des instances militaires et dans le contexte de la guerre) et un contexte d’expression particulièrement favorable (celui de la conquête himalayenne). Par ailleurs, si le modèle de masculinité héroïque semble atteindre son apogée dans les années de conquête himalayenne, on en trouve encore l’expression dans des récits ultérieurs, preuve de l’efficacité de sa diffusion et de sa transmission. Dans les années 1980, la Fédération Sportive et Gymnique du Travail évoquait encore la force du « discours idéologique appuyé sur des « valeurs » héritées d’un passé glorieux, voire d’un âge d’or mythique qui [renouvelle] le mythe du surhomme alpiniste » (FSGT, 1983, 22).

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu Pierre, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, 1986, vol. 62-63, pp. 69-72.

Bourdieu Pierre, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 1997.

Connell R. W., Which Way is Up?: Essays on Sex, Class, and Culture, Syndney, Allen & Unwin, 1983.

Connell R. W., Gender and Power. Society, the Person and Sexual Politics, Stanford, California, Stanford University Press, 1987.

Connell R. W., « An iron man: the body and some contradictions of hegemonic masculinity », in Michael Messner Mickael et Sabo Donald F. (dir.), Sport, men, and the gender order: critical feminist perspectives, Champaign, Human Kinetics Books, 1990, pp. 83-96.

Connell Raewyn, Masculinités. Enjeux sociaux de l'hégémonie, Paris, Amsterdam, 2014.

Connell R. W. et Messerschmidt James W., « Hegemonic Masculinity: Rethinking the Concept », Gender and Society, 2005, vol. 19, no 6, pp. 829859.

Demetriou Dematrakis, « Connell’s concept of hegemonic masculinity: A critique », in Theory and Society, 2001, vol. 30, n°3, pp. 337-361.

Elias Norbert et Dunning Eric, Sport et civilisation : la violence maîtrisée, Paris, Fayard, 1994.

FSGT, « Surhomme ou champion? », Montagnes Magazine, mars 1983, no 49, pp. 22‑23.

Hansen Peter H., « Albert Smith, the Alpine Club, and the invention of Mountaineering in Mid-Victorian Britain », Journal of British Studies, 1995, pp. 300324.

Herr Lucien, « Quelques indications chiffrées sur les fédérations sportives françaises », in Sports et société, approche socioculturelle des pratiques, Paris, Vigot, 1981.

Hoare George et Sperber Nathan, Introduction à Antonio Gramsci, Paris, La Découverte, 2013.

Hoibian Olivier, Les alpinistes en France, Paris, L’Harmattan, 2000.

Hoibian Olivier, « Jeunesse et Montagne, Fleuron de la révolution nationale ou foyer de dissidence ? », in Arnaud Pierre, Terret Thierry, Gros Pierre et Saint-Martin Jean-Philippe (dir.), Le sport et les Français pendant l’Occupation 1940-1944, Paris, L’Harmattan, 2002, pp. 313‑324.

HOIBIAN Olivier et DEFRANCE Jacques, Deux siècles d'alpinismes européens. Origines et mutation des activités de grimpe, Paris, L’Harmattan, 2002.

Hoibian Olivier, Lucien Devies, La montagne pour vocation, Paris, L’Harmattan, 2004.

Lahire Bernard, L’esprit sociologique, Paris, La Découverte, 2005.

Mauger Gérard, « Les autobiographies littéraires. Objets et outils de recherche sur les milieux populaires », Politix, 1994, pp. 32‑44.

Messner Mickael, Taking the field, Women men and sports, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2002.

Moraldo Delphine, « Analyser sociologiquement des autobiographies. Le cas des autobiographies d’alpinistes français et britanniques », SociologieS, mis en ligne en juin 2014.

Moraldo Delphine, « Les rapports entre les genres dans l’alpinisme français et anglais », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine, no 101-1, 2013.

Ortner Sherry B., «Thick Resistance: Death and the Cultural Construction of Agency in Himalayan Mountaineering», Representations, n° 59, 1997.

Ortner Sherry B., Life and death on Mt. Everest: Sherpas and Himalayan mountaineering, Princeton, Princeton University Press, 1999.

Ottogalli-Mazzacavallo Cécile, Femmes et alpinisme (1874-1919), un genre de compromis, Paris, l’Harmattan, 2006.

Raspaud Michel, L’aventure himalayenne: les enjeux des expéditions sur les plus hautes montagnes du monde, Grenoble, France, PUG, 2003.

Ring Jim, How the English made the Alps, Londres, Murray, 2000.

Veyne Paul, « L’alpinisme, une invention de la bourgeoisie », L’Histoire, avril 1979, no 11, pp. 41‑49.

Bibliographie des sources premières

Bonington Christian, Boundless horizons, the autobiography of Chris Bonington, London, Weidenfeld and Nicolson, 2000.

Brown Joe, The hard years, London, Phoenix, 1967.

Buffet Charlie, Première de cordée, Claude Kogan, femme d’audace et de passion, Paris, Robert Laffont, 2003.

Desmaison René, Les forces de la montagne, mémoires, Paris, Hoebeke, 2005.

Herzog Maurice, Annapurna, premier 8000, coll. « Sempervivum », 1951.

Kogan Claude, « Les derniers jours du Nun », Alpinisme, 1954, vol. 3, no 109, pp. 92‑100.

Kogan Claude, « Salcantay », Revue du Club Alpin Belge, 1953, vol. 6, pp. 13‑34.

Lachenal Louis, Carnets de vertige, Chamonix, Guérin, 1996.

Leroux Pierre, Guide, Paris, Arthaud, 1989.

Magnone Guido, Sculpteur de cimes, Paris, Arthaud, 2005.

Mazeaud Pierre, Montagne pour un homme nu, Paris, Arthaud, 1971.

Morin Nea E., A woman’s reach: mountaineering memoirs, Londres, Eyre and Spottiswoode Ltd, 1968.

Paragot Robert et Berardini Lucien, 20 ans de Cordée, Paris, Flammarion, 1974.

Pierre Bernard, Une victoire sur l’Himalaya, Press Pocket, 1976 (1960).

Pierre Bernard, Mes galons d’alpiniste, Hachette, 1964.

Pierre Bernard, La Conquête du Salcantay: géant des Andes, Paris, Amiot-Dumont, coll. « Bibliothèque de l’alpinisme », 1953.

Rébuffat Gaston, Un guide raconte, Paris, Hachette, 1964.

Rébuffat Gaston, Etoiles et Tempêtes, Grenoble, Arthaud, 1954.

Terray Lionel, Les conquérants de l’inutile, Des Alpes à l’Annapurna, Paris, Gallimard, 1961.

Haut de page

Annexe

Principaux alpinistes français dont ont été étudiés les récits autobiographiques

Guido Magnone (1917-2012)

Claude Kogan (1919-1959)

Maurice Herzog (1919-2012)

Bernard Pierre (1920- ?)

Lionel Terray (1921-1965)

Gaston Rébuffat (1921-1985)

Pierre Leroux (1921-2005)

Robert Paragot (1927-)

Pierre Mazeaud (1929-)

René Desmaison (1930-2007)

Lucien Bérardini (1930-2005)

Haut de page

Notes

1 Une « première » est le terme alpinistique désignant une « première ascension » sur un sommet.

2 « A pattern of practices (i.e. things done, not just a set of role expectations or an identity). » [Ma traduction]

3 La distribution des chances d’accéder à la publication est très inégale, au détriment des femmes, des alpinistes de milieux populaires, et surtout des porteurs et des adjuvants des alpinistes en expédition.

4 « Emprunté à l’étude des rapports de classe d’Antonio Gramsci, le concept d’hégémonie renvoie à la dynamique culturelle par laquelle un groupe revendique et maintient une position sociale de leadership » (Connell, 2014, 74). Chez Antonio Gramsci, ce leadership repose en particulier sur le consentement des groupes dominés (Hoare et Sperber, 2013, 60 ; 96).

5 « Hegemony works in part through the production of exemplars of masculinity (eg. professional sports stars), symbols that have authority despite the fact that most men and boys do not fully live up to them. » [Ma traduction]

6 Sur la place centrale du corps dans la définition de la masculinité, on peut se reporter à Connell, 2014, 29.

7 « Hegemonic masculinity is naturalised in the form of the hero and presented through forms that revolve around heroes: sagas, ballads, westerns, thrillers ».[Ma traduction]

8 Sherry Ortner relève aussi cette composante essentielle dans l’himalayisme de la même époque, qu’elle décompose en deux tendances : la compétition et les références au sexe (Ortner, 1999, 149-184).

9 Un des alpinistes de la période étudiée, Georges Livanos (1923-2004), a pourtant pratiqué avec sa femme, mais n’a pas été inclus dans ce corpus car il n’a pas réalisé d’expéditions.

10 Sayeux décrit un phénomène similaire dans le milieu du surf, où les femmes les plus fortes sont qualifiées d’hommes (Sayeux, 2006).

11 « [T]he odd woman out » [Ma traduction].

12 « Always I was far behind the others and I can truthfully say that I walked most of the way from Kathmandu to Base Camp on my own. Consequently I became isolated where normally one would get to know one’s companions. Every ounce of my energy was concentrated on endeavouring not to cause delay. In the evening I was nearly always a couple of hours later into camp than the rest of the party and immediately after supper I retired to my sleeping bag while they played bridge or chess. » [Ma traduction].

13 « Women are still at a great disadvantage physically (…) Any small party with serious ambitions must aim at an evenly matched team and a mixed party inevitably puts an extra burden upon the men, which on a Himalayan expedition is totally out of place. It would seem better, therefore, that women should have their own parties and attempt objectives suited to their capacities. » [Ma traduction]

14 Elle meurt dans l’ascension du Cho Oyu en 1959, dans le cadre d’une expédition féminine qu’elle dirigeait.

15 Charlie Buffet, l’auteur de cette biographie romancée de Kogan, ne cite qu’imparfaitement ses sources. Il m’est impossible de vérifier qu’il s’agit d’extraits réels du journal de Kogan.

16 La féminisation a lieu aussi, généralement de manière plus accentuée, dans les autres sports (Herr, 1981). Dans l’alpinisme, elle demeure limitée : les femmes représentent aujourd’hui 20 % des pratiquantes d’alpinisme des grandes organisations française et anglaise de sports de montagne (Fédération Française des Clubs Alpins et de Montagne ; British Mountaineering Council), aboutissement d’un lent processus de féminisation qui touche moins l’alpinisme que les autres sports de montagne.

17 « Hegemonic masculinity is therefore understood as both “hegemony over women” and “hegemony over subordinate masculinies”. I will call these two interconnected and arguably inseparable functions of hegemonic masculinity external and internal hegemony respectively. » (Demetriou, 2001, 341) [Ma traduction]

18 « [T]he institutionalization of men’s dominance over women »; « the social ascendancy of one group of men over all other men. » [Ma traduction]

19 Terme péjoratif utilisé à l’origine par les guides de Chamonix pour désigner les touristes. Le fait que Mazeaud, grand bourgeois parisien, reprenne l’appellation indigène, est révélateur de sa manière de se situer dans l’espace sportif, au côté des vrais alpinistes.

20 « An assault on a Himalayan peak is comparable with fighting a war – logistic and planning are the key to success. »[Ma traduction]

21 « You can’t win. Himalayan mountains are climbed in favourable circumstances but never “conquered”. » [Ma traduction]

22 « Well, George, we knocked the blighter off. » Dans une version non édulcorée, Hillary aurait dit: « we knocked the bastard off ». [Ma traduction]

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Moraldo, « Les conquérants de l’inutile. Expression et diffusion d’un modèle de masculinité héroïque dans l’alpinisme français d’après-guerre », Genre, sexualité & société [En ligne], 13 | Printemps 2015, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://gss.revues.org/3419 ; DOI : 10.4000/gss.3419

Haut de page

Auteur

Delphine Moraldo

Doctorante en sociologie
Centre Max Weber
ENS de Lyon
delphine.moraldo@ens-lyon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org