Navigation – Plan du site
Dossier
Traduction

Hégémonie, masculinité, colonialité

Hegemony, Masculinity, Coloniality
Raewyn Connell
Traduction de Joëlle Marelli

Résumés

Cet article inédit pose la question de l’hégémonie dans les rapports de genre à la lumière de la sociologie mondialisée du savoir, des études postcoloniales des masculinités et des politiques de réforme de genre. Il défend une approche qui met l’accent sur les rapports de pouvoir à l’échelle mondiale, sur les bouleversements coloniaux dans les ordres de genre et sur les effets des différents projets hégémoniques quant à une production de la masculinité orientée vers la stabilisation des rapports de genre dans des circonstances toujours incertaines.

Haut de page

Notes de la rédaction

La traduction de cet article a été possible grâce à un financement de l’Institut Émilie du Chatelet.

Texte intégral

1Fondateur des Subaltern Studies, l’historien indien Ranajit Guha est l’auteur d’un article devenu célèbre sous le titre « La domination sans hégémonie et son historiographie » (1989). Il y soutient que la puissance impériale n’a jamais réussi à imposer son hégémonie en Inde. Les Britanniques régnaient fondamentalement par la force. Ils s’étaient persuadés eux-mêmes qu’ils agissaient sous l’autorité de la loi, mais il s’agissait d’une mascarade, dans une colonie en réalité contrôlée par des décrets autocratiques et par la force militaire. La vérité se révélait au travers des nombreux actes de résistance, violents et non-violents, auxquels se heurtait continuellement le régime britannique.

2Dans cet article, Guha n’évoquait pas particulièrement les problèmes de genre. Mais il ouvrait des pistes, très pertinentes pour l’analyse des rapports de genre, sur les conditions de l’hégémonie dans un contexte de puissance mondiale.

3Au cours des trois décennies qui se sont écoulées depuis sa formulation, le concept de « masculinité hégémonique » a permis de penser ensemble la différence et le pouvoir et a guidé d’assez nombreuses enquêtes empiriques. Il a aussi été fortement critiqué. Des questions ont été soulevées quant à l’idée de masculinité, quant à la manière dont les idées gramsciennes peuvent être mobilisées pour aborder les rapports de genre, quant à la situation de ce concept dans la pensée moderne et postmoderne et quant à sa relation à l’identité, au pouvoir et à la violence (Hearn 2004, Connell et Messerschmidt 2005, Howson 2006, Beasley 2008, Meuser 2010).

4Ce débat a été essentiellement conduit dans le cadre de la pensée du genre [gender theory] qui s’est développée au Nord au cours des dernières décennies. Dans la mesure où l’on commence à prendre en compte les dimensions coloniales du genre, ce cadre risque de n’être plus adapté.

5En sciences naturelles comme en sciences humaines, remarque Paulin Hountondji (1997), il existe une division historique du travail. La périphérie coloniale et postcoloniale exporte des données vers la métropole, laquelle conduit le travail théorique avant d’exporter à son tour des concepts, de la méthodologie et des sciences appliquées vers la périphérie. Cette économie mondiale du savoir est de plus en plus contestée.

6Le débat complexe qui porte sur les rapports de savoir au niveau mondial inclut à présent des travaux sur les savoirs indigènes (Odora Hoppers, 2002), les théories du Sud (Connell 2007, Rosa 2014), les traditions alternatives dans les sciences sociales (Alatas 2006), la sociologie postcoloniale (Reuter et Villa 2010) et la pensée décoloniale (Quijano 2000), entre autres.

7Le concept influent de « colonialité du pouvoir », élaboré par le sociologue péruvien Anìbal Quijano (2000), insiste sur la continuité de la hiérarchie mondiale dans le monde postcolonial. Récemment, la philosophe Marìa Lugones (2007) a adapté l’idée de Quijano à l’analyse de genre en proposant le concept de « colonialité du genre ». De plus en plus, on reconnaît la nécessité de comprendre les ordres de genre au moyen de l’histoire profonde de l’impérialisme, du colonialisme et des rapports de pouvoir postcoloniaux (Bulbeck 1998, Connell 2014).

8Une telle réflexion se fait également jour dans les discussions qui ont trait à la masculinité, avec des approches qui partent de l’expérience des colonisés et de la colonialité du pouvoir. En Afrique du Sud, Robert Morrell et Sandra Swart (2005) estiment que la situation de la partie la plus pauvre de la population mondiale est un problème central pour l’étude des masculinités. Présentant des recherches sur les masculinités dans le Pacifique postcolonial, Margaret Jolly (2008, p. 1) insiste sur « l’importance cruciale du colonialisme dans la construction des masculinités, naguère comme aujourd’hui ». Dans leur introduction à des recherches en provenance d’Asie du sud-est, Michele Ford et Lenore Lyons (2012) interrogent des concepts trop généralisés et insistent sur la nécessité des savoirs locaux portant sur les masculinités. Le chercheur brésilien Diego Santos Vieira de Jesus (2011) montre qu’une approche postcoloniale des masculinités apporte un vaste cadre historique qui apporte aussi un éclairage sur les colonisateurs et le centre impérial.

9Cet article examine certains des problèmes liés au genre et à l’hégémonie qui naissent de ces discussions dans le cadre de la sociologie du savoir, de l’analyse des masculinités et de l’intérêt croissant pour la colonialité du genre.

Colonisation, violence et ordre de genre

10Le colonialisme a été (et est encore, dans certaines parties du monde) un processus intrinsèquement violent. Certaines colonisations ont visé et détruit des régimes précoloniaux, établissant leur domination sur une population assujettie. Le cas classique est l’invasion menée par Cortés au Mexique, anéantissant l’empire aztèque et créant une colonie semi-féodale au profit de l’Espagne. Dans d’autres colonisations, la violence a emporté des populations entières et en a détruit une grande partie, directement ou indirectement. Les démographes estiment que la population aborigène du continent australien a diminué de deux tiers au cours du premier siècle de la colonisation britannique.

11Dans une argumentation puissante, Amina Mama (1997, p. 48) montre que pour comprendre la violence à l’encontre des femmes dans l’Afrique postcoloniale, il nous faut comprendre la violence du colonialisme ; et que pour comprendre celle-ci à son tour, il nous faut commencer par saisir « les rapports de genre et la violence de genre à la source impériale ». Les sociétés chrétiennes d’Europe qui se sont lancées dans des conquêtes mondiales au cours des cinq derniers siècles étaient déjà patriarcales et guerrières. C’est leur organisation militaire et leur cruauté, tout autant que la technologie de leurs armes, qui ont rendu possible leurs conquêtes transmaritimes. Les masculinités de l’empire étaient nécessairement liées à la violence.

12Dans les recherches menées au Nord sur les rapports entre violence et genre, la violence est habituellement analysée comme une conséquence d’arrangements de genre donnés, c’est à dire comme une variable dépendante (cf. p.ex. Union Européenne 2010). Dans les analyses postcoloniales comme celle d’Amina Mama, la violence est constitutive des rapports de genre. Dans une récente livraison de Feminist Africa, Jane Bennett (2010, p. 35) discute de la violence homophobe. Elle observe que de ce point de vue, le lien entre genre et violence change de forme : « Le genre tel qu’il est pratiqué conventionnellement, quoi qu’il en soit de la diversité des contextes, est violence ». Ce n’est pas seulement un problème pour l’Afrique. Dans une étude classique sur le Brésil, Heleieth Saffioti (1969) a montré à quel point l’exploitation sexuelle et les punitions brutales étaient des traits routiniers des foyers coloniaux. Jusqu’au Timor oriental, la violence colonisatrice et postcoloniale reste un problème central dans les rapports de genre et pour la compréhension des masculinités (Myrttinen, 2012).

13Une forme importante de la violence de genre est le viol, endémique au cours de la conquête coloniale et resté un problème longtemps après. On reconnaît à présent l’importance des recherches sur les masculinités pour comprendre la pandémie de VIH-sida, et l’importance de cette maladie pour comprendre l’étude de la masculinité (Mane et Aggleton 2001). Au cours d’une recherche menée en Afrique orientale Margrethe Silberschmidt (2004) a réuni des éléments en faveur d’une analyse centrale sur la masculinité. Contrairement aux affirmations selon lesquelles le privilège sexuel des hommes relève de la masculinité « traditionnelle » (c’est-à-dire précoloniale), elle affirme que la violence impliquée dans la transmission du VIH résulte de l’effondrement des ordres traditionnels de genre ainsi que de l’érosion du pouvoir des hommes sous la double pression du colonialisme et des transformations de l’économie postcoloniale. Cette double pression a transformé le rôle du chef de foyer pour en faire un salarié soutien de famille ; les bas salaires et le chômage ont ensuite rendu ce rôle extrêmement difficile à remplir. Surtout, avec l’entrée des femmes sur le marché du travail rémunéré, le sentiment de perte d’autonomie [disempowerment] est devenu courant parmi les hommes ; nombreux furent ceux qui réagirent en cherchant des partenaires hors mariage et en affirmant leur domination physique dans le couple au moyen des coups infligés et d’une sexualité non protégée.

14Outre celle de Silberschmidt, d’autres études décrivent des situations qui interdisent de présumer un ordre de genre consolidé et une stabilisation de l’hégémonie dans les relations de genre. Discutant des « guerres de l’eau » au Cochabamba, en Bolivie, Nina Laurie (2005) retrace le choc des masculinités dans cette tentative de privatisation néolibérale, qui s’est soldée par un échec. Elle soutient avec force que les recherches qui portent sur les processus de mondialisation dans le Sud global ne peuvent présupposer un ordre de genre consolidé, comme dans le Nord. Dans une veine similaire, et à propos d’études féministe sur la sexualité en Afrique, Jane Bennet (2008, p. 7) observe que les manuels de méthodologie du courant dominant présupposent tacitement un environnement social stable. Or une telle stabilité ne saurait prévaloir dans des conditions postcoloniales, où « un chaos relatif, d’énormes disparités économiques, le déplacement, l’incertitude et la surprise » sont la norme, et non l’exception.

15La conquête coloniale a bouleversé les ordres de genre indigènes, souvent de manière radicale. Ce bouleversement est la force motrice du célèbre roman de Chinua Achebe (1958) sur la masculinité colonisée, Things Fall Apart [Tout s’effondre]. Le désordonnancement des rapports de genre s’est produit à travers le viol par les hommes envahisseurs, de la perte des droits des femmes sur la terre, (Stauffer, 2004), de la suppression des catégories et des pratiques de genre indigènes comme le « berdache » (Williams 1986) et enfin le dénouage culturel évoqué par Ghoussoub (2000). Chez les colonisateurs aussi, l’expansion impériale bouleversait les rapports de genre. L’histoire précoce de colonies de peuplement comme la colonisation britannique de l’Australie est remplie de débats sur l’anarchie sexuelle et le déséquilibre des genres (Reid 2007). Dans l’histoire des colonies de conquête, comme les Indes orientales néerlandaises (aujourd’hui Indonésie), le dix-neuvième siècle a vu un accroissement de la régulation de la sexualité et la création d’obstacles au mariage à partir de critères raciaux.

16Cherchant à stabiliser des situations fondamentalement mouvementées, le pouvoir colonial a obstinément mis en jeu des mécanismes hégémoniques dans les rapports de genre. Il faut se rappeler que l’hégémonie n’a pas pour but d’oblitérer les différences, mais d’obtenir une certaine stabilité en vue d’un ordre social hiérarchique, d’un degré suffisant de compromis et de consensus. Telle a été l’une des principales tâches des missionnaires, constamment préoccupés des rapports de genre. Cela a également pris la forme de systèmes juridiques contrôlant les mariages indigènes, les droits des femmes et les héritages des femmes, comme l’a fait, par exemple, la France en Indochine.

17De tels mécanismes dépendaient souvent d’alliances passées par les colonisateurs avec les patriarcats locaux, comme l’élite royale khmère dans le cas du Cambodge. Le recrutement à large échelle d’hommes indigènes dans les armées coloniales britannique en Inde et française en Afrique, fut à la fois un moyen d’accroître la force militaire impériale et de façonner les masculinités des colonisés.

18Rien ne garantissait la réussite des stratégies coloniales en vue de l’hégémonie. De fait, les conditions du colonialisme et de la mondialisation postcoloniale n’ont cessé de bouleverser les ordres de genre ainsi obtenus. Au nombre de ces conditions, il faut compter les effets ininterrompus de la violence à l’échelle de toute la société, la résistance endémique au pouvoir colonial, la turbulence de l’économie capitaliste globale, qui crée et détruit des marchés au profit des industries coloniales comme le caoutchouc au Congo ou le pétrole dans les pays arabophones, enfin les équilibres changeants du pouvoir militaire et économique mondial, tel que l’effet galvanisant, dans tout le monde colonial, de la victoire navale du Japon sur une puissance européenne à Tsushima, en 1904.

19D’un autre côté, il ne faut pas sous-estimer l’action [agency] des colonisés dans la construction de la société coloniale. Il était courant, pour certains groupes parmi les colonisés, d’adopter certaines institutions et de nombreuses pratiques des colonisateurs – notamment l’éducation scolaire, les langues européennes, les religions missionnaires et les technologies industrielles.

20On peut donc soutenir que dans les conditions créées par le colonialisme, où l’on ne peut présupposer un ordre de genre consolidé, une masculinité hégémonique est rarement un fait établi de l’ordre de genre. Mais il est également vraisemblable que l’hégémonie est constamment recherchée. On peut en inférer que le colonialisme est une scène qui accueille des projets collectifs multiples, de la part des colonisés comme des colonisateurs, en vue de la formation des masculinités hégémoniques, des projets – souvent violents – en vue de la constitution d’ordres de genre.

Projets d’hégémonie dans la périphérie postcoloniale

21Il en va de même pour les luttes anticoloniales et les luttes d’indépendance. Dans une éclairante étude sur les masculinités dans la lutte armée contre l’État d’apartheid sud-africain, Raymond Suttner (2005) note que les authorités coloniales et d’apartheid niaient systématiquement la virilité des hommes africains. Les hommes indigènes étaient traités comme des enfants qu’il fallait contrôler – « boy » était un mot quotidien.

22Sans surprise, la résistance prit la forme d’une assertion de virilité. Dans son projet de formation collective de masculinité, l’ANC mobilisa des histoires de résistance héroïque du passé, et au niveau individuel, interpréta le fait de rejoindre la lutte comme une forme d’initiation à la virilité.

23De tels projets de masculinité sont répandus parmi les mouvements de résistance et confèrent du prestige aux jeunes hommes qui luttent sur la ligne de front (cf. par ex. Peteet 2000, sur la jeunesse palestinienne). Dans une situation post-conflit, cela peut conduire à des problèmes graves, étant donné que l’entraînement à la violence et le bouleversement de l’éducation accroissent, pour de jeunes militants, la difficulté d’une transition vers un emploi stable. Cela a constitué une source de violence locale constante en Afrique du Sud (Xaba 2001), au Timor oriental (Myrttinen 2012) et, sans aucun doute, ailleurs encore.

24C’est pourquoi il importe de noter qu’il existe d’autres dimensions dans la masculinité des mouvements de résistance. Suttner (2005) documente soigneusement l’émotionalité, le fait de se confronter à la douleur, le désir de la présence des enfants, que l’on trouve chez les militants de l’ANC, avec la légitimation par des leaders de haut niveau comme Chris Hani. Dans une impressionnante étude d’activistes de plusieurs mouvements de guerrilla en Amérique latine, Luisa Maria Dietrich Ortega (2012) parvient à des conclusions très similaires. Ces mouvements avaient des régimes de genre complexes, comportant des formes multiples de masculinités, accordant une place significative à l’émotion et portant une idéologie de l’égalité sociale qui conférait souvent un rôle de premier plan aux femmes. Une étude notable des questions de genre, fondée sur l’histoire orale dans les guerres vietnamiennes d’indépendance contre les Français et les Américains, est intitulée Even the Women must Fight [« Même les femmes doivent se battre »] (Turner et Phan 1998). Marnia Lazreg note que pendant la lutte d’indépendance algérienne, « le fait même que les femmes entrèrent volontairement dans la guerre fut, en soi, une rupture radicale dans les relations de genre » (Lazreg, 1990, p. 768).

25Pourtant, par de puissants mécanismes de contrôle social, les hégémonies des masculinités hétérosexuelles et hiérarchiques se sont maintenues dans ces luttes. Plus que l’égalitarisme, c’est la hiérarchie de genre qui semble survivre à la fin de la lutte. On observe (Mies 1986, Lazreg 1990) une fréquente mobilisations des femmes dans les mouvements de libération nationale, suivie, une fois l’indépendance obtenue, de l’instauration de régimes patriarcaux.

26Étant données ces complexités et les conflits structurels de l’ordre colonial, qui ne prennent nullement fin au moment de la décolonisation, les sociétés postcoloniales présentent souvent un « terrain mouvant des rapports de genre », suivant la formulation proposée par Linden Lewis (2004) dans son étude de la masculinité caribbéenne et comme le soutenait déjà Mai Ghoussoub (2000) pour le Moyen-Orient arabophone.

27Ce n’est pas simplement flux postmoderne. Dans l’ensemble du monde postcolonial, la recherche pointe des dynamiques intelligibles de formation des masculinités. La possibilité d’un développement industriel hors de la métropole européenne et nord-américaine a été démontrée d’abord à une large échelle au Japon, commençant à l’ère Meiji pour se poursuivre à travers le vingtième siècle. C’est là qu’un État fort en développement a lancé une industrie lourde, édifié des systèmes d’éducation et, pour un temps, est devenu une puissance impériale à part entière, puis une puissance économique de portée mondiale.

28Il n’est donc pas étonnant que l’ordre de genre japonais en transformation ait produit un modèle de masculinité hégémonique fortement marqué, l’« homme salarié » travaillant en entreprise, dans la période d’après-guerre (Ito 1993, Dasgupta 2003). Cette configuration pratique était fondée sur l’emploi stable à long terme, une forte division du travail domestique selon le genre et une hiérarchie très marquée de l’autorité entre hommes sur le lieu de travail. Les conditions d’existence du modèle salarié se sont érodées à la fin du vingtième siècle avec les transformations économiques, la dérégulation néolibérale et une plus grande complexité culturelle, donnant lieu à une plus grande reconnaissance de la diversité des masculinités japonaises (Roberson et Suzuki, 2003).

29Au vingtième siècle, le développement industriel a été un objectif systématique des États en développement, que ce soit sur le modèle de l’économie planifiée soviétique ou sur celui de l’importation-remplacement-industrialisation de la Commission Économique pour l’Amérique Latine et les Caraïbes. Comme l’a montré Donaldson (1991) pour le centre de l’industrie lourde en Australie, partout où se développait le travail de l’acier, la production machinisée et une industrie extractive à grande échelle, le travail industriel est devenu l’un des principaux sites de la formation masculine ouvrière. Toutefois, la forme des masculinités industrielles et leur relation à l’ordre de genre rural non industriel, pouvaient se transformer en fonction des modifications des circonstances économiques. L’étude de Dunbar Moodie (1994) sur l’industrie aurifère en Afrique du Sud en présente un cas frappant.

  • 1 N.d.T. : ce terme traduit l’expression « developmental states », utilisé en référence à la notion é (...)

30Les États développementalistes1 créaient indirectement les conditions des masculinités industrielles dans le monde postcolonial, tout en étant directement impliqués dans la formation des masculinités, à travers leurs forces armées. Peut-être le modèle le plus influent fut-il la Turquie, où le régime militaire, sous Mustafa Kemal, créa dès les années 1920 un paradigme de modernisation et de sécularisation qui resta puissant bien après la mort de Kemal, la conscription fournissant un rite de passage à l’âge d’homme pour des générations d’hommes turcs. L’étude d’Emma Sinclair-Webb (2000) montre qu’en aucun cas ce modèle ne reflétait les masculinités existantes. Le corps des officiers considérait les conscrits comme une matière première de mauvaise qualité qui avait besoin d’être fouettée pour acquérir une forme, et un projet institutionnel de formation de la masculinité fut entrepris, étroitement noué à l’identité nationale.

31Par-delà l’économie et l’État, les sociétés postcoloniales ont fait l’expérience de nombreux projets idéologiques et discursifs de production de masculinité. Dans le monde musulman et dans les anciennes colonies fortement influencées par les missions chrétiennes, ce processus comporte une puissante dimension religieuse. Par exemple, la religion est mobilisée de manière répétée pour justifier le rejet des pratiques homosexuelles hors du cercle de la masculinité légitime – comme dans la campagne homophobe actuellement en cours en Ouganda. Cela peut aussi arriver sans la bénédiction de la religion, par exemple avec les insultes visant la masculinité dans la dispute de 2008 entre les présidents de la Bolivie et du Pérou (Laurie 2011). Plus sérieusement, des notions séculières de pureté, d’ordre et de masculinité adéquate semblent être mobilisées dans les meurtres et attaques physiques homophobes relevant du « nettoyage social » qui sévit dans plusieurs régions d’Amérique latine.

32Les stratégies de développement impliquant une industrialisation autonome dans la périphérie étaient vulnérables au changement politique et économique et, depuis les années 1970, elles ont le plus souvent été remplacées par le néolibéralisme (Connell et Dados 2014). Ces dernières décennies a eu lieu une restructuration massive de l’économie mondiale, avec un accroissement énorme du commerce mondial, la privatisation des secteurs publics, le retrait des protections sociales et la recherche, par les gouvernements et les classes dirigeantes de la périphérie, d’avantages relatifs sur les marchés mondiaux.

33Bien qu’une pure économie de marché soit théoriquement neutre quant au genre, en pratique le néolibéralisme a presque partout été introduit par des élites masculines, qui sont revenues sur les progrès institutionnels et culturels obtenus par les femmes, tout en promouvant la participation des femmes au travail ouvrier. L’élite managériale étant massivement masculinisée, les entreprises mondialisées produisent de nouvelles divisions du travail, géographiquement dispersées et fondées sur le genre (Gottfried 2013). L’économie internationale n’a pas besoin des forces laborieuses des plantations du passé ; mais la ségrégation de genre et l’exploitation genrée sont florissantes dans les usines du « miracle de la Chine du sud », les maquilas des zones frontalières mexicaines, les énormes forces ouvrières expatriées de l’industrie pétrolière des États du Golfe persique, ou encore parmi les « baomu », des travailleurs migrants internes de la Chine néolibérale (Yan 2008).

  • 2 N.d.T. : International Republican Institute : officieusement liée au parti Républicain et financée (...)

34L’impact du néolibéralisme a eu des effets contradictoires sur la formation des masculinités. Pour de nombreux hommes travaillant dans le secteur public ou dans les industries soutenues par les stratégies de développement de l’IRI2, les programmes d’« ajustement structurel » signifient chômage ou précarisation ; ce qui s’accompagne habituellement d’une vaste économie informelle. Mara Viveros (2001) a noté leur impact, à travers l’Amérique latine, en termes de difficulté croissante pour les hommes de la classe ouvrière à maintenir un modèle de masculinité comme « soutien de famille » [breadwinner]. Une expérience similaire, peut-être plus radicale encore, a été notée en Afrique du Sud (Hunter 2004), où la transition de l’apartheid au néolibéralisme a eu pour conséquence un chômage massif, surtout chez les jeunes hommes.

35D’un autre côté, en concentrant davantage les bénéfices du développement, les régimes néolibéraux ont créé des conditions favorisant la croissance des masculinités entrepreneuriales et managériales dans les pays en développement. Les exemples les plus spectaculaires se trouvent en Chine et en Inde, où se sont développées les plus grandes concentrations de richesse et qui offrent – suivant la voie inaugurée par le Japon – des défis économiques à la métropole états-unienne/européenne. Les objectifs de l’évolution néolibérale produisent aussi des élites d’affaire masculinisées dans des pays plus petits, comme le Vietnam. C’est donc à travers d’immenses parties du monde entier que deviennent visibles les nouveaux modèles de masculinité patriarcale, intégrés aux nouvelles technologies de communication et de gestion d’entreprise et entretenus par le réseautage homosocial entre les hommes qui contrôlent les corporations, les gouvernements et les agences de développement (Hoang 2013, Poster 2013). Ont-ils ou non réussi à asseoir une hégémonie locale, c’est ce qu’on ignore encore.

36Écrivant depuis la Serbie post-communiste, Marina Blagojevic (2013) relève la manière dont les pressions de l’ère néolibérale divisent les masculinités de la « semi-périphérie » est-européenne. Avec le démantèlement de l’économie étatique et la nouvelle dépendance à l’égard de l’Europe occidentale, un processus de dé-développement a appauvri et privé de pouvoir les hommes qui portaient les anciens modes de masculinité hégémonique. D’autres, particulièrement ceux qui possédaient des biens ou des savoir-faire monnayables ont pris position dans l’économie néolibérale et cherchent à développer une masculinité entrepreneuriale sur un modèle international. Comme dans d’autres parties du monde, cette scission – ou, selon les termes utilisés dans le présent article, ces projets conflictuels de masculinité hégémonique – est médiatisée par le travail des femmes. Mais conduit comme il l’est par une dynamique mondiale, le conflit ne peut se résoudre localement.

37On peut soutenir que la colonialité du genre ne concerne pas seulement la forme ancienne de l’impérialisme, mais aussi les nouvelles formes de pouvoir et de dépendance au niveau mondial. Un article de Fernando Huerta Rojas (2006) offre un exemple spectaculaire, le devenir-entreprise du football au niveau mondial et son rôle comme lieu d’articulation entre masculinité populaire et esprit du néolibéralisme. Cette articulation n’est pas seulement mentale. Elle agit au niveau de l’entraînement et de l’expérience du corps, ainsi que dans le spectacle télévisé du sport incarné, l’un et l’autre contribuant à naturaliser une forte division de genre.

38L’argument de Huerta nous conduit au-delà des effets locaux. Dans le football comme entreprise, il voit un mécanisme favorisant la circulation internationale d’une masculinité hégémonique générique. Cela soulève la question des scènes mondiales où se poursuit l’hégémonie dans les relations de genre. Et comme l’a noté Elias (2008), cela implique une structuration genrée des relations entre les entreprises gérées à partir de la métropole et les forces laborieuses postcoloniales dispersées.

Masculinité, hégémonie et la nouvelle métropole

39Un projet épistémologique en provenance du Sud nécessite d’étudier la métropole. Un tel projet diffère cependant d’une réflexion de la métropole sur elle-même. Il s’agit de s’interroger sur l’ensemble d’institutions, de modèles et de pratiques culturelles qui ont permis aux sociétés métropolitaines de créer et de maintenir l’empire et, à présent, de conserver leur centralité dans la globalisation néolibérale. J’ai d’ailleurs (Connell 2007, p. 216-217) appelé cet ensemble, maladroitement peut-être, « l’appareil-métropole ».

  • 3 Dans des cas comme la conquête de la Nouvelle Zélande, les tactiques et l’armement des Maori étaien (...)

40Les conquêtes transmaritimes ont fait intervenir en faveur de l’impérialisme des forces laborieuses tirées des commerces masculinisés de la marine, de la guerre, du commerce au long cours et de l’administration politique dans l’Europe en voie de modernisation. Les technologies sociales de la « révolution militaire », en particulier la capacité à entretenir des armées et des marines actives, importaient autant que la supériorité technologique3. Parmi les traits qui ont permis la création d’empires, il y a eu les États autoritaires (dominés par des monarques ou par des oligarchies) organisés pour des guerres prolongées ; les idéologies suprématistes, à la fois religieuses et raciales ; une croissance démographique capable de nourrir un afflux de corps en direction des colonies ; et un capitalisme mercantile en quête de profits illimités.

41Les chercheurs en sciences sociales du Nord, écrivant sur la « mondialisation » dans les années 1990 étaient, pour la plupart, convaincus qu’il n’y avait plus de centre impérial, et donc plus de périphérie. La société humaine était en voie d’unification par la diffusion en tache d’encre de la modernité, ou peut-être de la postmodernité (Connell, 2007). Vu du Sud, c’est moins évident. Avant de disparaître, les anciens empires ont donné naissance à une économie mondiale accompagnée de vastes inégalités, qui a continué à exploiter les sociétés et la nature. Dans Architect of Poverty (2009), Moeletsi Mbeki peint ainsi une scène d’élites prédatrices et de corporations transnationales prédatrices dominant l’économie du continent subsaharien. Les analogies les plus proches que l’on puisse trouver sont le commerce des esclaves et le mercantilisme des débuts de l’histoire capitaliste.

42Sur la masculinité, la recherche métropolitaine la plus pertinente pour comprendre l’appareil-métropole est celle qui porte sur les masculinités managériales, documentant les variantes des pratiques de genre autoritaires et patriarcales dans les entreprises et les États (voir par exemple Wajcman, 1999). Des études telles que la magnifique histoire des masculinités managériales dans les sociétés d’ingénierie britanniques, par Michael Roper (1994), retracent l’évolution de ces masculinités, tandis que l’industrie passait d’un centrage sur la production matérielle et ses pratiques à un centrage sur la comptabilité.

43Des études plus récentes ont retracé le caractère genré des marchés comme institutions sociales, avec une culture professionnelle souvent agressive et misogyne dans des domaines comme l’échange de marchandises et de devises (Levi 2001, Connell, 2010). Les masculinités du capital financier ont cependant une relation plus abstraite avec les forces laborieuses que l’ancienne masculinité managériale. Cette abstraction est renforcée par un important déplacement dans la géopolitique des masculinités.

44À l’ère néolibérale, l’appareil-métropole s’est, dans une certaine mesure, libéré des États territoriaux sur lesquels il était fondé jusqu’alors. La capacité à exercer un pouvoir mondial est encore liée à la richesse de l’Europe et de l’Amérique du nord et à la puissance militaire des États-Unis. Mais, comme le reconnaissent Huerta (2006), Elias (2008) et d’autres, la puissance métropolitaine opère à présent « offshore » dans les institutions et des espaces transnationaux d’un type historiquement nouveau.

45Les conditions existent à présent en faveur de la formation d’une classe dominante mondiale multi-ethnique, intégrée autour de corporations transnationales, de réseaux entreprise/État et de flux de marchandies et de finances. Dans ce processus, le complexe institutionnel central, composé de management d’entreprise, de finance mondiale, de médias internationaux et de l’État sécuritaire international, représente une nouvelle scène pour la formation des masculinités.

46Un secteur majeur de ce complexe comprend des entreprises qui opèrent sur les marchés mondiaux, comme Toyota, Microsoft, Shell, Glencore Xstrata, Google et Allianz – aujourd’hui les plus grandes et les plus riches organisations d’affaires sur la planète. Sous le néolibéralisme, elles sont étroitement intégrées, au sommet, par des systèmes de gestion informatisés et des élites professionnalisées, bien que leurs forces laborieuses plus vastes soient dispersées et précarisées. La gestion d’entreprise au sommet est l’affaire des hommes : sur les 500 plus grandes entreprises internationales recensées en 2012 dans les « Global 500 » du magasine Fortune, 97,4 % avaient un homme pour PDG.

47La culture professionnelle masculinisée du management transnational [masculinized occupational culture of transnational management] n’est ni statique, ni entièrement homogène. Comme le montre Elias (2008), elle nécessite des négociations avec les masculinités locales. Le modèle japonais de « l’homme salarié » s’est transformé à mesure de la dérégulation de l’économie japonaise (Taga et al., 2011). Une professionnalisation limitée de la gestion a été tentée par la diffusion du MBA de style américain, et les écoles d’affaires élitistes prennent soin de recruter leurs étudiants au niveau international. Des firmes de pays relativement aisés de la périphérie, comme le Chili et l’Australie, suivent le plus souvent les pratiques managériales états-uniennes, tout en participant aux affaires mondialisées dans des termes inégaux (Olavarria ; 2009, Connell, 2010).

48La masculinité transnationale d’affaires ne peut donc se contenter de reproduire les vieux motifs de la masculinité bourgeoise. Elle est sécularisée, multinationale, partiellement technologisée et requiert une plus grande marge de tolérance pour la culture et la sexualité. Dans l’ensemble, cependant, la masculinité que l’on rencontre en contexte d’entreprise transnationale se montre, de manière écrasante, fondée sur la concurrence et la recherche du pouvoir. Dans la pratique, elle implique des relations hiérarchiques avec les femmes – qu’elles soient épouses, employées ou travailleuses du sexe.

49On en trouve une confirmation saisissante dans une étude qui porte sur une fusion internationale de banques en Scandinavie, où les ordres de genre sont parmi les plus égalitaires du monde. Janne Tienari et ses collègues (2005) ont mené des entretiens avec les cadres supérieurs après la fusion. Les principaux gestionnaires étaient des hommes, et ne voulaient pas entendre parler de problèmes d’égalité de genre. Ils considéraient le management comme étant par nature une affaire d’hommes « construits conformément à la famille nucléaire et sur le modèle du soutien familial ». Tienari et ses collègues considèrent que les conditions en vigueur dans les milieux des affaires transnationales intensifient le discours de la masculinité managériale comme étant compétitive, mobile et axée sur le travail.

50Alors que le pouvoir de la métropole se déplace partiellement offshore dans le complexe des institutions transnationales, les projets hégémoniques de la masculinité changent, eux aussi. Les forces laborieuses subalternes n’ont pas besoin d’être persuadées qu’elles ont des intérêts communs avec les élites, pas plus que les femmes n’ont besoin d’être persuadées que les hommes sont les leaders par nature. De fait, les riches d’aujourd’hui semblent faire étalage de leurs privilèges.

51Deux choses sont essentielles pour l’hégémonie mondiale. D’abord, le complexe institutionnel qui confère le pouvoir mondial doit rester socialement légitime, ou du moins n’avoir pas d’alternative légitime. C’est ce qui est actuellement accompli par l’imposition mondiale des ordres du jour économiques néolibéraux, soutenus, dans une moitié du monde, par des États autoritaires corrompus et, dans la plus grande partie de l’autre moitié, par la domination du monde des affaires sur les médias et la politique.

52Ce qu’il faut aussi, pour l’hégémonie mondiale, c’est que les élites masculinisées conservent leur capacité de contrôle sur l’appareil métropolitain. Cela nécessite des transformations et des ajustements constants. La gestion d’entreprise est aujourd’hui suffisamment souple pour intégrer quelques hommes gays dans des positions de pouvoir, et les circuits d’affaires mondiaux intègrent à présent les « super-riches » d’Arabie Saoudite, de Chine et de Russie. Ces ajustements ne peuvent se faire sans tensions. Mais à ce jour, ils ne font que peu de place aux mouvements en vue du changement démocratique dans les rapports de genre.

Contre-hégémonie et changement démocratique

53Quelles que soient les incertitudes des projets hégémoniques et les contraintes du pouvoir, certains déplacements se produisent malgré tout dans les rapports de genre. L’Afrique du Sud est une société violente et inégale, où les inégalités de genre sont profondément impliquées dans le lourd fardeau mondial que constitue le VIH-sida (Epstein et al., 2004). Mais c’est dans ce pays qu’a eu lieu l’un des débats les plus intenses jamais mené dans le monde sur les transformations des masculinités (Morrell 2001, Shefer et al. 2007, 2007, Meyer et Struthers 2012). Ce débat s’est accompagné de projets locaux de changement (Sideris, 2005). Les garanties publiques en faveur de l’égalité de genre et de la tolérance sexuelle qui figurent dans la nouvelle constitution sud-africaine de 2006 sont les plus progressistes qui existent, où que ce soit.

54Les livres de Radhika Chopra, From Violence to Supportive Practice (2002) et Reframing Masculinities (2007) révèlent plusieurs causes de changement parmi les hommes. Ces volumes recueillent des récits de projets et de pratiques d’égalité de genre parmi des hommes indiens d’aujourd’hui, allant des efforts d’un enseignant dans une école rurale à des groupes organisés en ville. La catégorie de « pratique de soutien », proposée par Chopra, est remarquable, dans la mesure où elle définit une politique de genre non pas en terme de constestation (p. ex. « antisexiste ») mais en termes de collaborations locales entre homes et femmes, avec l’égalité de genre pour visée.

55Le concept de pratique de soutien paraît adapté aux agendas informels de changement qui sont en ébullition en de nombreux endroits. Un chapitre captivant de Reframing Masculinities raconte l’histoire de Prince Thangkiew, travailleur de terrain pour une agence de développement dans la région des collines du nord-est, qui a élaboré pour lui-même un agenda modeste, soutenant un réseau de petits groupes, essentiellement des femmes, en vue de créer du revenu et un changement politique à long terme (Goswami, 2007). D’autres témoignages passionnants du débat indien sont l’extraordinairement inventif A Little Book on Men (2007) du réalisateur Rahul Roy ; ainsi que Breaking the Moulds : Indian Men Looking at Patriarchy looking at Men (2007) de Ravindra et al. (2007), un recueil de souvenirs et de fictions écrit par des hommes, principalement des hautes castes du Maharashtra, en réponse au mouvement des femmes indiennes à partir d’un cadre non-violent. De tels travaux montrent comment les savoirs indiens de la masculinité débordent le genre et relient la recherche à différents types d’arts créatifs.

56Les agendas informels méritent d’être remarqués parce que les programmes formels sont beaucoup plus visibles dans les travaux portant sur les masculinités dans le monde postcolonial. Une grande part de l’activisme contemporain prend la forme d’interventions à partir d’ONG en direction des hommes et des garçons. Un exemple représentatif est un programme développé par quatre ONG au centre de l’Inde (SAHAJ, 2005). Le « manuel de l’animateur » de ce programme contient des modules sur l’équité et l’égalité, le genre, la sexualité, la santé, la violence et les compétences de facilitation. Il décrit plusieurs activités, notamment le jeu de rôle et la discussion, informées par les idées des droits de l’homme et une vague psychologie sociale de genre.

57De tels programmes, soucieux avant tout de réduction de la violence et de prévention du sida, se sont diffusés au cours des deux dernières décennies en Amérique latine (Zingoni 1998), en Afrique (p. ex. Sonke Gender Junstice, www.genderjustice.org.za) et dans d’autres régions (Lang et al., 2008 ; Nations Unies, 2013). Ils sont aujourd’hui reliés au niveau international par le réseau MenEngage (www.menengage.org) qui a déjà financé deux conférences internationales d’associations et de militants, dont la plus récente a donné lieu à la « Déclaration de Delhi » en 2014.

  • 4  N.d.T. : MSM : « Men who have sex with men » ou « Males who have sex with males » : hommes ayant d (...)

58Dans un cadre de justice de genre, ces programmes sont principalement fondés sur des concepts et des modèles de changement développés dans le Nord global. Ce peut être un problème. Comme le note Dowsett (2003) dans une comparaison entre les approches australienne et bengladeshi de la sexualité et de la prévention VIH, les catégories anglophones telles que « MSM »4, « identité », « hétérosexualité » et même « hommes » peuvent conduire à une mécompréhension des réalités des pratiques sexuelles incarnées au Bengladesh. Le concept néolibéral de « training » [« entraînement »] ne constitue sans doute pas non plus une grande contribution au changement politique démocratique – comme si les autorités connaissaient déjà les solutions !

59Morrell et Swart (2005) ont identifié ces problèmes et invitent avec force à incorporer des perspectives issues du savoir indigène aux stratégies de changement. Certains programmes reconnaissent à présent cette question et se soucient davantage, par conséquent, de documenter les histoires locales et de développer des agendas locaux pour le changement. Le projet média de Melissa Meyer et Helen Struthers, [Un]covering Men : Rewriting Masculinity and Health in South Africa (2012) est un exemple du travail créatif qui en résulte.

60Dans une publication récente, Abhijit Das et Satish Singh (2014) proposent quelque chose d’encore plus frappant. Ils se sont été engagés pendant plus de dix ans dans des programmes d’ONG en Inde, notamment le célèbre Men’s Action for Stopping Violence Against Women (MASVAW). De cette expérience, ils ont tiré une théorie du changement en sept points, qui met l’accent sur les différents points de départs de la réforme de genre pour les hommes et pour les femmes, le caractère inévitable des résistances et les stratégies les plus aptes à surmonter ces résistances.

61La question qui se pose face à de telles approches est comment accéder au niveau sociétal. Cette question est soulevée, par exemple, par une équipe qui conduit des ateliers sur la masculinité et la violence de genre dans le contexte très difficile du Salvador, après une guerre intérieure brutale et des violences ininterrompues (Bird et al., 2007). Leur réponse est notamment que les interventions locales font surgir des pratiques alternatives et des désirs de paix qui existent déjà dans la société ; et cela peut certainement s’observer dans d’autres cas. Mozammel Haque (2013) montre la construction de masculinités non violentes après des violences pires encore au Cambodge. Henri Myrttinen (2012) décrit une remise en question croissante de la violence masculine dans la société du Timor oriental.

62La question qui se pose plus profondément, cependant, est de savoir si une quelconque action locale peut modifier le pouvoir transnational des entreprises, la propriété inégale des terres, l’insécurité économique, la violence institutionnalisée de la police et de l’armée ou les stratégies d’État pour le développement. Probablement pas. Le format ONG de l’action sociale est, de manière significative, intégré à l’économie néolibérale, dépendant à la fois de la bienfaisance d’entreprise, des programmes d’aide internationale et du soutien de l’État. Ce qu’indique la recherche publique, c’est qu’il y a peu de liens entre les programmes de réforme de la masculinité et le militantisme syndical, les mouvements des peuples sans-terre, le militantisme environnemental et les autres mouvements contre-hégémoniques.

63Des groupes comme MASVAW et Sonke Gender Justice agissent sur la ligne de front, abordant des thèmes en rapport avec la vie et la mort, et leur travail mérite le respect. Ce n’est pas critiquer un tel militantisme que de dire que certains problèmes stratégiques quant au changement dans les ordres de genre restent non résolus, surtout quand ils concernent l’hégémonie qui agit à travers le complexe institutionnel discuté dans la section précédente.

Conclusion : réflexions sur l’hégémonie

64Le concept d’hégémonie est indéniablement utile pour penser les rapports de genre et surtout la manière dont les structures du pouvoir genré opèrent, se stabilisent et se modifient. Après avoir travaillé avec ce concept pendant de nombreuses années, il me semble toutefois que l’hégémonie est un concept plus fondamentalement analytique et politique que descriptif. La moins puissante des applications du concept de masculinité hégémonique est celle qui nomme une « identité » ou un modèle de personnalité (bien que ce soit son usage le plus commun, dans la recherche comme dans le militantisme). Beaucoup plus précieuse, bien que plus difficile, est l’analyse de la formation et de la mise en acte des masculinités en termes de projets hégémoniques, que ces projets soient locaux ou sociétaux.

65Les structures changeantes de l’impérialisme et du pouvoir mondial néolibéral entrent nécessairement dans la compréhension des masculinités : à la fois en tant que conditions structurelles des projets hégémoniques et comme conséquences sédimentées de générations de pratiques de genre, avec notamment la réalisation imparfaite des nombreux projets hégémoniques du passé. Comme je le soutiens tout au long de cet article, l’hégémonie ne peut être présumée dans les rapports sociaux violents et d’exploitation qui constituent les ordres de genre impériaux et transnationaux ; mais elle ne cesse de se construire, de se renouveler et d’être contestée.

66Dans cette contestation, le combat intellectuel est nécessaire et la production de savoir importe à long terme. Les chercheur.e.s sont, en fait, détenteurs/trices d’une ressource stratégique pour le changement démocratique : la puissance croissante des savoirs portant sur les inégalités de genre et sur les masculinités. L’AMEGH, l’Association mexicaine pour l’étude du genre des hommes, et le Colegio de la Frontera Norte sont des exemples actuels qui méritent d’être notés. Leurs travaux ont récemment fait l’objet d’une mise en commun dans un puissant volume sur la violence de genre au nord du Mexique, Vida, muerte y resistencia en Ciudad Juárez, de Salvador Cruz Sierra (2013).

67Le rôle des chercheur.e.s dans ce domaine est le même que celui des intellectuels en général. Notre affaire est de documenter la réalité, de rendre le savoir pertinent pour l’action et, il faut l’espérer, de dire la vérité au pouvoir. Le savoir n’est pas un substitut à l’action. Mais un savoir précis et un bon discernement théorique sont sans prix pour l’action, quand celle-ci s’occupe de contester le pouvoir et d’obtenir la justice sociale. Si l’analyse ici développée de l’économie mondiale du savoir est valable, dans l’arène des politiques de la masculinité, le savoir produit dans et pour le Sud est à présent vital.

Haut de page

Bibliographie

ACHEBE Chinua, Things Fall Apart, Londres, Heinemann. 1958.

ALATAS Syed Farid, Alternative Discourses in Asian Social Science : Responses to Eurocentrism, New Delhi, Sage, 2006.

BEASLEY Christine, « Rethinking hegemonic masculinity in a globalizing world », Men and Masculinities, vol. 11, n° 1, 2008, pp. 86-103.

BELICH James, The New Zealand Wars and the Victorian Interpretation of Racial Conflict, Auckland, Auckland University Press, 1986.

BENNETT Jane, « Editorial : researching for life : paradigms and power », Feminist Africa, n° 11, 2008, pp. 1-12.

BENNETT Jane, « « Circles and circles » : Notes on African feminist debates around gender and violence in the C21, « Feminist Africa, vol. 14, 2010, pp. 21-47.

BIRD Susan, DELGADO Ritilio, MADRIGAL Larry, OCHOA John Bayron et TEJEDA Walberto, « Constructing an alternative masculine identity : the experience of the Centro Bartolomé de las Casas and Oxfam America in El Salvador », Gender & Development, vol. 15 n° 1, 2007, pp. 111-121.

BLAGOJEVIC Marina, « Transnationalization and its absence : the Balkan semiperipheral perspective on masculinities », in HEARN Jeff, BLAGOJEVIC Marina et HARRISON Katherine, (dir.), Rethinking Transnational Men : Beyond, Between and Within Nations, New York, Routledge, 2013, pp. 163-184.

BULBECK Chilla, Re-orienting Western Feminisms : Women’s Diversity in a Postcolonial World, Cambridge, Cambridge University Press, 1998.

CHOPRA Radhika, (dir.), From Violence to Supportive Practice : Family, Gender and Masculinities in India. New Delhi, United Nations Development Fund for Women, 2002.

CHOPRA Radhika, (dir.), Reframing Masculinities : Narrating the Supportive Practices of Men, New Delhi, Orient Longman Private, 2007.

CONNELL Raewyn, Southern Theory : The Global Dynamics of Knowledge in Social Science, Cambridge, Polity, 2007

CONNELL Raewyn, « Im Innern des gläsernen Turms : Die Konstruktion von Männlichkeiten im Finanzkapital », Feministische Studien, vol. 28, n° 1, 2010, pp. 8-24.

CONNELL Raewyn, « Global tides : market and gender dynamics on a world scale », Social Currents, vol. 1 n° 1, 2014, pp. 5-12.

CONNELL Raewyn et DADOS Nour, « Where in the world does neoliberalism come from ? The market agenda in southern perspective », Theory and Society, vol. 43 n° 2, 2014, pp. 117-138.

CRUZ SIERRA Salvador, (dir.), Vida, muerte y resistencia en Ciudad Juárez : Una aproximación desde la violencia, el género y la cultura, Tijuana, El Colegio de la Frontera Norte ; México D. F., Juan Pablos Editor, 2013.

DAS Abhijit et SINGH Satish K., « Changing men : challenging stereotypes. Reflections on working with men on gender issues in India », IDS Bulletin, vol. 45 n° 1, 2014, p. 69-79.

DASGUPTA Romit, « Creating corporate warriors : the “salaryman” and masculinity in Japan » in KAM Louie and LOW Morris, (dir.), Asian Masculinities, Londres, RoutledgeCurzon. 2003, pp. 118-134.

DIETRICH ORTEGA Luisa Maria, « Looking beyond violent militarized masculinities : guerrilla gender regimes in Latin America », International Feminist Journal of Politics, vol. 14 n° 4, 2012, pp. 489-507.

DONALDSON Mike, Time of Our Lives : Labour and Love in the Working Class, Sydney, Allen & Unwin, 1991.

DOWSETT Gary W., « HIV/AIDS and homophobia : subtle hatreds, severe consequences and the question of origins », Culture, Health and Sexuality, vol. 5 n° 2, 2003, pp. 121-136.

DUVVURY Nata and others, Men, Masculinity and Domestic Violence in India : Summary Report of Four Studies, Washington, International Center for Research on Women, 2002.

ELIAS Juanita, « Hegemonic masculinities, the multinational corporation, and the developmental state : constructing gender in ‘progressive’ firms », Men and Masculinities, vol. 10 n° 4, 2008, pp. 405-421.

EPSTEIN Debbie, MORRELL Robert, MOLETSANE Relebohile et UNTERHALTER Elaine, « Gender and HIV/AIDS in Africa south of the Sahara : interventions, activism, identities », Transformation, 54, 2004, pp. 1-16.

FORD Michele et LYONS Lenore, (dir.), Men and Masculinities in Southeast Asia, Londres, Routledge, 2011.

GHOUSSOUB Mai, « Chewing gum, insatiable women and foreign enemies : male fears and the Arab media », in GHOUSSOUB Mai et SINCLAIR-WEBB Emma, Imagined Masculinities : Male Identity and Culture in the Middle East, Londres, Saqi Books, 2012, 2000, pp. 227-235.

GOSWAMI Subhashim, « Enterprising women, supportive men : micro credit networks in the north-east », in CHOPRA Radhika Chopra (dir.), Reframing Masculinities : Narrating the Supportive Practices of Men, New Delhi, Orient Longman Private, 2007, pp. 138-161.

GOTTFRIED Heidi, Gender, Work, and Economy : Unpacking the Global Economy, Cambridge, Polity Press, 2013.

GUHA Ranajit, « Dominance without hegemony and its historiography », Subaltern Studies, vol. 6, 1989, pp. 210-309.

HAQUE Md. Mozammel, « Hope for gender equality ? A pattern of post-conflict transition in masculinity », Gender, Technology and Development, vol. 17, n° 1, 2013, pp. 55-77.

HOANG Kimberly Kay, « Vietnam rising dragon : contesting dominant western masculinities in Ho Chi Minh City’s global sex industry », International Journal of Politics, Culture, and Society, 2013, published online September 2013, DOI 10.1007/s10767-013-9155-6.

HOUNTONDJI Paulin J., « Introduction : Recentring Africa », in HOUNTONDJI Paulin J., (dir.), Endogenous Knowledge : Research Trails, Dakar, CODESRIA, 1997, pp. 1-39.

HOWSON Richard, Challenging Hegemonic Masculinity, Londres et New York, Routledge, 2006.

HUERTA ROJAS Fernando, « La deportivización del cuerpo : l globalización de las identitdades genéricas masculinas », in Gloria Careaga and Salvador Cruz Sierra, (dir.), Debates sobre masculinidades : poder, desarrollo, políticas públicas y ciudadanía, México D. F., UNAM, 2006, pp. 211-233.

HUNTER Mark, « Masculinities, multiple-sexual-partners, and AIDS : The making and unmaking of Isoka in KwaZulu-Natal », Transformation, no. 54, 2004, pp. 123-153.

ITO Kimio, Otokorashisa-n-yukue [Directions for Masculinities : Cultural Sociology of Manliness], Tokyo, Shinyo-sha, 1993.

JOLLY, Margaret, « Moving masculinities : Memories and bodies across Oceania », The Contemporary Pacific, vol. 20 n° 1, 2008, pp. 1-24.

LANG James, GREIG Alan et CONNELL Raewyn, en collaboration avec The Division for the Advancement of Women, The Role of Men and Boys in Achieving Gender Equality. ‘Women 2000 and Beyond’ series, New York, United Nations Division for the Advancement of Women/ Department of Economic and Social Affairs, 2008. Version électronique : http.www.un.org/womenwatch/daw/w2000.html.

LAURIE Nina, « Establishing development orthodoxy : negotiating masculinities in the water sector », Development and Change, vol. 36, n° 3, 2005, pp. 527-549.

LAURIE Nina, « Gender water networks : femininity and masculinity in water politics in Bolivia », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 35, n° 1, 2011, pp. 172-188.

LAZREG Marnia, « Gender and politics in Algeria : unraveling the religious paradigm », Signs, vol. 15, n° 4, 1990, pp. 755-780.

LEVIN Peter, « Gendering the market : temporality, work, and gender on a national futures exchange », Work and Occupations 28, 2001, pp. 112-130.

LEWIS Linden, « Caribbean masculinity at the Fin de Siècle », in REDDOCK Rhoda E., (dir.), Interrogating Caribbean Masculinities : Theoretical and Empirical Analyses, Jamaïque, Barbade, Trinidad et Tobago, University of the West Indies Press, 2004, pp. 244-266.

LUGONES María, « Heterosexism and the colonial/modern gender system », Hypatia, vol. 22, n° 1, 2007, pp. 186-219.

MAMA Amina, « Sheroes and villains : Conceptualizing colonial and contemporary violence against women in Africa », in ALEXANDER M. Jacqui et MOHANTY Chandra Talpade, (dir.), Feminist Genealogies, Colonial Legacies, Democratic Futures, New York, Routledge, 1997, pp. 46-62.

MANE Purnima et AGGLETON Peter, « Gender and HIV/AIDS : What do men have to do with it ? », Current Sociology 49, 2001, pp. 23-37.

MBEKI Moeletsi, Architects of Poverty : Why African Capitalism needs Changing, Johannesburg, Picador Africa, 2009.

MEUSER Michael, (dir.), Erwägen, Wissen, Ethik, 2010, vol. 21 n° 3 : livraison spéciale sur la masculinité hégémonique, 2010.

MEYER Melissa et STRUTHERS Helen, (dir.), [Un]covering Men : Rewriting Masculinity and Health in South Africa, Auckland Park, Fanele, 2012.

MIES Maria, Patriarchy and Accumulation on a World Scale, Londres, Zed, 1986.

MOODIE T. Dunbar, avec NDATSCHE Vivienne, Going for Gold : Men, Mines and Migration, Johannesburg, Witwatersrand University Press, 1994.

MORRELL Robert, (dir.), Changing Men in Southern Africa, Pietermaritzburg, University of Natal Press, 2001.

MORRELL, R., EPSTEIN D., UNTERHALTER E., BHANA D. & MOLETSANE R., Towards Gender Equality : South African schools during the HIV and AIDS epidemic, Scottsvillle, University of KwaZulu-Natal Press, 2009.

MORRELL, Robert et SWART Sandra, « Men in the Third World : Postcolonial perspectives on masculinity », in KIMMEL Michael S., HEARN Jeff et CONNELL Raewyn (dir.), Handbook of Studies on Men and Masculinities, Thousand Oaks, Sage. 2005, pp. 90-113.

MYRTTINEN Henri. « Violence, masculinities and patriarchy in post-conflict Timor-Leste », in FORD Michele et LYONS Lenore, (dir.), Men and Masculinities in Southeast Asia, Londres, Routledge, 2012, pp. 103-120.

ODORA HOPPERS Catherine A., (dir.), Indigenous Knowledge and the Integration of Knowledge Systems. Claremont, New Africa Books.

OLAVARRÌA José, (dir.), Masculinidades y globalización : Trabajo y vida privada, familias y sexualidades, Santiago, Red de Masculinidiad/es Chile, Universidad Academia de Humanismo Cristiano et CEDEM, 2009.

PETEET Julie, « Male gender and rituals of resistance in the Palestinian Intifada : A cultural politics of violence », American Ethnologist, vol. 21, n° 1, 1994, pp. 31-49.

POSTER Winifred R., « Subversions of techno-masculinity : Indian ICT professionals in the global economy », in HEARN Jeff, BLAGOJEVIC Marina et HARRISON Katherine, (dir.), Rethinking Transnational Men : Beyond, Between and Within Nations, New York, Routledge, 2013, pp. 113-133.

QUIJANO Aníbal, Coloniality of power and Eurocentrism in Latin America. International Sociology, vol. 15 no. 2, 2002, pp. 15-232.

RAVINDRA Rukmini Pandharinath, SADANI Harish, MUKUND S. N. et GEETALI V. M., (dir.), Breaking the Moulds : Indian Men Looking at Men. New Delhi, MAVA et Purush Uvach, 2007.

REID Kirsty, Gender, Crime and Empire : Convicts, Settlers and the State in Early Colonial Australia, Manchester, Manchester University Press, 2007.

REUTER Julia et VILLA Paula-Irene, (dir.), Postkoloniale Soziologie : Empirische Befunde, theoretische Anschlüsse, politische Intervention, Bielefeld, Transcript, 2010.

ROBERSON James E. et SUZUKI Nobue, (dir.), Men and Masculinities in Contemporary Japan : Dislocating the Salaryman Doxa, Londres, RoutledgeCurzon, 2003.

ROPER Michael, Masculinity and the British Organization Man since 1945, Oxford, Oxford University Press, 1994.

ROSA Marcelo C., « Theories of the South : Limits and perspectives of an emergent movement in social sciences », Current Sociology, publié en ligne le 24 février 2014, DOI : 10.1177/0011392114522171.

ROY Rahul, A Little Book on Men, New Delhi, Yoda Press, 2007.

SAFFIOTI Heleieth I. B., Women in Class Society [A mulher na sociedade de classes], New York, Monthly Review Press, 1978 (1969).

SAHAJ, SAHAYOG & TATHAPI, Working With Men on Gender, Sexuality, Violence & Health : Trainers’ Manual, Alkapuri, Vadodara, 2005.

SHEFER, T., RATELE K., STREBEL A., SHABALA N. et BUIKEMA R. (dir.), From Boys to Men : Social Constructions of Men in Contemporary Society, Lansdowne (South Africa), UCT Press, 2007.

SHEN Hsiu-Hua, « « The first Taiwanese wives » and « the Chinese mistresses » : the international division of labour in familial and intimate relations across the Taiwan Strait », Global Networks, vol. 5, n° 4, 2005, pp. 419-437.

SIDERIS Tina, « « You have to change and you don’t now how ! » : Contesting what it means to be a man in rural area of South Africa », , in Men Behaving Differently, REID Graeme et WALKER Liz (dir.), Cape Town, Double Storey Books, 2005, pp. 111-137.

SILBERSCHMIDT Margrethe, « Men, male sexuality and HIV/AIDS : Reflections from studies in rural and urban East Africa », Transformation 54 : 2004, pp. 42-58.

SINCLAIR-WEBB Emma, « « Our Bülent is now a commando » : military service and manhood in Turkey », in GHOUSSOUB Mai et SINCLAIR-WEBB Emma, (dir.), Imagined Masculinities : Male Identity and Culture in the Middle East, Londres, Saqi Books, 2000, pp. 65-92.

STAUFFER Robert H., Kahana : How the Land was Lost. Honolulu, University of Hawai’i Press, 2004.

SUTTNER Raymond, « Masculinities in the African National Congress-led liberation movement : the underground period », Kleio, vol. 37, 2005, pp. 71-106.

TAGA Futoshi, HIGASHINO Mitsunari, SASAKI Masanori and MURATA Yohei, Changing Lives of Salarymen, Kyoto, Mineruvashobo, 2011.

TIENARI Janne, SøDERBERG Anne-Marie, HOLGERSSON Charlotte et VAARA Eero, « Gender and national identity constructions in the cross-border merger context », Gender, Work & Organization, vol. 12 n° 3, 2005, pp. 217-241.

TURNER Karen Gottschang avec HAO Phan Thanh, Even the Women Must Fight : Memories of War from North Vietnam, New York, Wiley, 1998.

NATIONS UNIES, Why Do Men Use Violence and How Can We Stop It ? Quantitative Findings from the UN Multi-Country Study on Men and Violence, Bangkok, UNDP, UNFPA, UN Women and UNV, 2013.

VIEIRA DE JESUS Diego Santos, « Bravos novos mundos : uma leitura pós-colonialista sobre masculinidades ocidentais », Estudos Feministas, vol. 19 n° 1, 2011, pp. 125-139.

VIVEROS VIGOYA Mara, « Contemporary Latin American perspectives on masculinity », Men and Masculinities, vol. 3 no. 3, 2001, p. 237-260.

WAETJEN Thembisa, Workers and Warriors : Masculinity and the Struggle for Nation in South Africa, Urbana, University of Illinois Press, 2004.

WAJCMAN Judy, Managing like a Man : Women and Men in Corporate Management, Cambridge, Polity and Sydney, Allen & Unwin, 1999.

WILLIAMS Walter L., The Spirit and the Flesh : Sexual Diversity in American Indian Culture, Boston, Beacon Press, 1986.

XABA Thokozani, « Masculinity and its malcontents : The confrontation between « struggle masculinity » and « post-struggle masculinity » (1990-1997) », in MORRELL Robert (dir.), Changing Men in Southern Africa, Pietermaritzburg, University of Natal Press, 2001, pp. 105-124.

YAN Hairong, New Masters, New Servants : Migration, Development and Women Workers in China, Durham, Duke University Press, 2008.

ZINGONI Eduardo Liendro, « Masculinidades y violencia desde un programa de acción en México », in VALDÉS Teresa et OLAVARRÌA José (dir.), Masculinidades y equidad de género en América Latina, Santiago, FLACSO/UNFPA, 1998, pp. 130-36.

Haut de page

Notes

1 N.d.T. : ce terme traduit l’expression « developmental states », utilisé en référence à la notion élaborée par Chalmers Johnson à partir du cas du Japon d’après la Seconde Guerre mondiale.

2 N.d.T. : International Republican Institute : officieusement liée au parti Républicain et financée en grande partie par le gouvernement fédéral, l’IRI est une organisation politique basée à Washington, D.C., qui s’est donné pour mission de « soutenir la croissance des libertés politiques et économiques, de la bonne gouvernance et des droits humains dans le monde […] ». Elle aurait notamment été associée à l’organisation du coup d’État de 2004 en Haïti (source Wikipedia).

3 Dans des cas comme la conquête de la Nouvelle Zélande, les tactiques et l’armement des Maori étaient presque aussi bons que ceux des Britanniques (Belich 1986). Il en allait de même en Afrique du Sud, dans les conflits entre Africains indigènes et colons néerlandais. La supériorité massive technique dans la guerre terrestre n’est venue que tardivement dans l’histoire impériale, avec les mitraillettes et les avions.

4  N.d.T. : MSM : « Men who have sex with men » ou « Males who have sex with males » : hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH). Terme utilisé en médecine et en sciences sociales pour éviter la désignation par l’identité, parfois non souhaitée (« homosexuels », « bisexuels », « gays »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raewyn Connell, « Hégémonie, masculinité, colonialité », Genre, sexualité & société [En ligne], 13 | Printemps 2015, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://gss.revues.org/3429 ; DOI : 10.4000/gss.3429

Haut de page

Auteur

Raewyn Connell

Université de Sydney

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org